Version classiqueVersion mobile

Handicap, migration et famille

 | 
Geneviève Piérart

Epilogue

Texte intégral

Je me souviens qu’au début de notre vie en Suisse, maman répétait sans cesse qu’on était arrivés de l’autre côté du monde. Moi, je suis arrivé de l’autre côté de moi. C’est déjà pas si mal.
Eugène (2007), La Vallée de la Jeunesse, p. 146

1A 18 ans, Eugène a surmonté son handicap : il ne bégaie plus. Il a également franchi le cap de l’« entre-deux cultures » pour se construire une identité de « créateur de culture » : Eugène est devenu artiste.

2Au fil de cette réflexion, nous avons traversé les différents systèmes au sein desquels l’enfant migrant en situation de handicap évolue : sa famille, son école, ses lieux de garde, de loisirs, de thérapie, son quartier, ses appartenances géographiques, culturelles, sociales, économiques, historiques. Les informations, définitions et théories proposées tout au long de cet ouvrage sont des clés qui peuvent aider à ouvrir des portes mais, surtout, qui ne doivent pas enfermer la relation entre l’intervenant, l’enfant et sa famille dans un corpus de savoirs figés et définitifs. Car, comme le souligne Métraux (2011), dans l’accompagnement de personnes migrantes, la reconnaissance précède la connaissance. Les histoires de Fatoumata, Alfa, Dion et tous les autres nous interrogent, tant elles soulignent la complexité des sociétés d’aujourd’hui : avec ces enfants, ce sont des réalités politiques, économiques, juridiques qui entrent dans les classes, les groupes éducatifs et les lieux de soins. Comprendre ces réalités est nécessaire pour désamorcer les incidents critiques ou les chocs culturels qui surviennent parfois entre les intervenants et les familles. Mais celles-ci ont avant tout besoin d’être reconnues dans leurs compétences, leurs choix, leurs adaptations au handicap et aux besoins de leur enfant.

3Reconnaître le désarroi de Madame L. face au placement de Jean dans une classe accueillant des enfants handicapés, lui donner le droit de parcourir à son rythme le chemin qui la conduira à l’acceptation des difficultés de son enfant. Reconnaître les préoccupations de la famille B. concernant l’avenir d’Elvira (sera-t-il en Suisse ou ailleurs ?), la lourdeur du quotidien de Madame T. et ses projets remis à plus tard pour s’occuper de Danis. Reconnaître, au-delà des diagnostics, la souffrance de Pascal et de sa famille, et la difficulté de la mère de Liana à faire le deuil de son enfant normal et de ses projets de retour au pays. Reconnaître qu’un diagnostic ne suffit pas toujours aux familles pour donner du sens à ce qui arrive, et reconnaître qu’elles aillent chercher ce sens ailleurs que dans les étiologies médicales. Reconnaître le vécu spécifique de l’enfant migrant, lui accorder au sein du groupe la place qui lui revient, semblable et différent ; et reconnaître que cela n’est pas de la discrimination, positive ou négative, que de lui accorder cette place. Reconnaître aussi ses propres limites en tant que professionnel, intervenant au sein d’un système institutionnel qui peut être contraignant, mais avec lequel on peut aussi bricoler pour trouver des solutions. Les savoirs méthodologiques et théoriques sur la migration et le handicap peuvent alors devenir des outils pour construire ensemble, familles et intervenants, un accompagnement qui fasse sens pour chacun.

4Nous invitons le lecteur à expérimenter les outils proposés, à en créer d’autres et à explorer des pratiques novatrices, qui favoriseront elles aussi une véritable rencontre avec les enfants migrants en situation de handicap et avec leurs familles.

© Éditions ies, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search