Version classiqueVersion mobile

Handicap, migration et famille

 | 
Geneviève Piérart

Conclusion

Texte intégral

Synthèse des modèles et outils de l’intervention interculturelle

1Les différents modèles et outils présentés dans le cadre de cet ouvrage peuvent être rassemblés sur la base de l’approche écosystémique et du modèle de l’intervention interculturelle qui l’ont structuré. Ces deux cadres de référence, approche écosystémique et intervention interculturelle, ont été réunis par Legault et Rachédi (2008), qui proposent un modèle d’intervention interculturelle écosystémique. Nous proposons, en synthèse de la réflexion menée tout au long de ce livre, un élargissement de ce modèle intégrant les dimensions liées au handicap et permettant de poser les jalons d’une intervention interculturelle écosystémique spécifique au champ du handicap.

Intervention interculturelle écosystémique dans le champ du handicap

2Le modèle d’intervention interculturelle écosystémique prend comme point de départ les deux identités en présence dans l’interaction culturelle : la personne migrante et l’intervenant. Tous deux sont porteurs de valeurs et d’une histoire (un parcours de vie) qui leur sont propres. D’autres variables influencent leur relation : leur occupation, leur niveau d’éducation, leur revenu, leur classe sociale, leur religion, leur origine et leur statut en termes de citoyenneté. Ces éléments façonnent le cadre de référence de chacun, c’est-à-dire les représentations dont ils sont porteurs et à partir desquelles ils interprètent la situation d’interaction. Ces représentations peuvent faire émerger des zones sensibles, qui créent des malentendus, de l’incompréhension ou des jugements de valeur sur l’autre. Les étapes du processus de résolution de ces problèmes (décentration, compréhension du système de l’autre et négociation) sont intégrées au modèle (ibid. : 125).

3Nous avons complété ce modèle en reprenant les éléments issus de notre réflexion : les zones de sensibilité interculturelles en lien avec le handicap, les défis spécifiques que les enfants et leurs familles doivent relever et les ressources que les intervenants peuvent mobiliser pour les soutenir dans ce processus. Ce modèle est présenté à la page 197. Les éléments en gris sont tirés du modèle original de Legault et Rachédi (ibid.). Les éléments en blanc et les textes en italique correspondent aux dimensions que nous avons ajoutées. L’adaptation familiale (au handicap et à la migration) constitue un élément central de ce modèle « enrichi ». Idéalement, l’ouverture et la rencontre interculturelle qui en découlent favorisent l’émergence d’un partenariat entre la famille et l’intervenant autour de l’enfant. Contrairement au modèle original, nous situons l’intervention non seulement au niveau de l’interaction entre les ontosystèmes « intervenant » et « migrant » (en l’occurrence, l’enfant en situation de handicap), mais aussi entre l’intervenant et le microsystème « famille ». Nous avons vu que chacun de ces « systèmes » comporte ses propres défis à relever, pour lesquels des ressources spécifiques peuvent être mobilisées.

Ontosystème : l’enfant migrant en situation de handicap

4L’enfant migrant en situation de handicap peut être conduit à relever différents défis : apprendre la langue du pays d’accueil, s’adapter à un nouveau système éducatif, débuter ou poursuivre sa scolarité dans le pays d’accueil et parfois gérer des situations de souffrance psychique liée à sa trajectoire familiale. Les intervenants peuvent soutenir son processus de développement en tenant compte de ces différents défis, à l’aide d’outils tels que :

  • le diagnostic de soutien scolaire, qui permet d’adapter les soutiens aux besoins et compétences spécifiques de l’enfant ;
  • les outils de pédagogie interculturelle, qui favorisent l’adaptation de l’enfant au niveau du système éducatif scolaire ou non formel, et renforcent l’intégration du groupe dans sa dimension multiculturelle ;
  • les activités d’éveil aux langues, qui non seulement favorisent l’apprentissage de la langue d’accueil, mais constituent également pour l’enfant un vecteur d’expression et de communication de son vécu ;
  • la prise en charge ethnoclinique et le récit de vie, qui soutiennent la construction de sens et permettent d’amorcer un processus de (re) construction identitaire.

Microsystème et mésosystème : la famille et ses réseaux primaires

5Les familles migrantes d’enfants handicapés vivent des réalités spécifiques liées à l’articulation de la migration et de la survenue du handicap. Cette articulation module le processus d’adaptation familiale, parfois de manière positive, en soutenant le développement de compétences à travers les défis relevés avec succès, et parfois de façon négative en aggravant les facteurs de stress que connaissent a priori la plupart des familles migrantes et des familles de personnes handicapées. Les intervenants peuvent soutenir le développement des compétences familiales au moyen de différents outils :

  • le génogramme et le questionnaire sur l’héritage et les croyances, qui favorisent une explication des ressources familiales (soutiens, projets), des représentations (en lien avec la famille, le handicap, etc.), des pertes, deuils et projets qu’elle élabore en lien avec ses réseaux primaires : parenté, compatriotes, amis, voisinage ;
  • la communication interculturelle et l’interprétariat communautaire, qui permettent aux intervenants et aux familles de se positionner dans le système relationnel en explicitant ou au contraire en relativisant le rôle joué par les appartenances culturelles de chacun ;
  • la grille d’évaluation des situations de maltraitance de Camilleri, qui soutient la recherche de sens et de cohérence de comportements perçus comme maltraitants ;
  • le journal de famille, qui met en valeur des savoir-faire et savoir-être familiaux en faisant émerger les stratégies efficaces développées par les familles en contexte de migration, et qui permet le partage de ces savoirs entre la famille et son mésosystème, notamment les autres familles d’enfants handicapés.

6Ces différents outils peuvent consolider une démarche d’intervention dite interculturelle dans le sens où elle vise à repérer les représentations des acteurs en présence, les intervenants et les familles, afin qu’ils puissent interagir selon un code culturel commun qui permettra la résolution de situations problématiques et le développement du partenariat. Rappelons encore qu’une telle démarche s’inscrit toujours dans un contexte spécifique, relevant de déterminants exosystémiques et macrosystémiques.

Exosystème : des institutions multiculturelles

7Au-delà du soutien offert à l’enfant migrant et à sa famille dans le développement de leurs compétences, les intervenants sont amenés à intervenir dans des contextes caractérisés par la multiculturalité. Les outils de l’éducation interculturelle facilitent l’intégration du groupe par le partage d’activités communes ayant du sens pour chacun, quelle que soit son appartenance culturelle. Ils constituent également des ressources pour gérer les obstacles liés à la diversité tels que les stéréotypes, le racisme et la xénophobie.

Macrosystème : comprendre les valeurs

8Envisager le handicap et la migration comme des constructions sociales et non comme des réalités diminue le risque d’assignation identitaire consistant à attribuer à certaines personnes une identité immuable de « migrants » et de « personnes handicapées ». Cela laisse aux familles la possibilité de s’approprier leur trajectoire de vie et d’accorder aux événements « migration » et « survenue du handicap » la place qui fait sens pour elles. De même, envisager le handicap comme une construction culturelle, modulable en fonction du contexte et de la dimension biographique de chaque famille, permet d’éviter l’écueil du culturalisme ou de l’ethnicisation des éventuelles difficultés de collaboration. La réflexion sur les valeurs aide également l’intervenant à se positionner en tant que porteur d’un héritage socio-historique et culturel dont il peut aussi s’autoriser à se distancier, si cela fait sens pour lui.

9Sans éluder de façon naïve les malentendus, incompréhensions et jugements de valeur qui peuvent survenir dans l’accompagnement de familles migrantes, ces quelques outils et réflexions peuvent renforcer un développement de l’intervention comme lieu de négociation, orienté vers l’ouverture et permettant la rencontre.

Figure 4 : modèle de l’intervention interculturelle écosystémique dans le champ du handicap

Figure 4 : modèle de l’intervention interculturelle écosystémique dans le champ du handicap

D’après Legault et Rachédi, 2008 : 125
Les éléments en gris sont tirés du modèle original de Legault et Rachédi, les textes en italique correspondent aux dimensions que nous avons ajoutées

Table des illustrations

Titre Figure 4 : modèle de l’intervention interculturelle écosystémique dans le champ du handicap
Légende D’après Legault et Rachédi, 2008 : 125Les éléments en gris sont tirés du modèle original de Legault et Rachédi, les textes en italique correspondent aux dimensions que nous avons ajoutées
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1136/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 202k

© Éditions ies, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search