Version classiqueVersion mobile

Handicap, migration et famille

 | 
Geneviève Piérart

Introduction. Les enfants en situation de handicap et leurs familles : une problématique sociale ?

Texte intégral

  • 1 Afin d’expliciter les objectifs de ce livre, plusieurs extraits de vies d’enfants illustreront des (...)

- Arrête ça ! ordonne mon frère. Sinon, t’iras pas rejoindre papa maman.
- Ah bon, je dis, immobile. Et pou… ppou… pourquoi ?
- Parce que t’es idiot. Et papa n’a pas besoin d’un idiot1.
Eugène (2007), La Vallée de la Jeunesse, p. 13

Pourquoi ce livre ?

1Eugène est arrivé en Suisse à l’âge de 6 ans : originaire de Roumanie, il a rejoint ses parents à Lausanne dans les années 1970 avec son frère aîné. Il est atteint d’un bégaiement qui cessera à la fin de l’adolescence. Devenu musicien, puis acteur et écrivain, Eugène témoigne dans son livre La Vallée de la Jeunesse de ses années d’enfance et de jeunesse, de Bucarest à Lausanne. Il y décrit les étapes de sa migration : le départ de ses parents, alors que son frère et lui restent en Roumanie avec leur oncle, leur tante et leur grand-mère, l’arrivée en Suisse avec son frère quand ils peuvent enfin rejoindre leurs parents, la découverte de ce nouveau pays, puis l’école, primaire, secondaire, l’université, les camarades, l’amitié mais aussi la xénophobie, les doutes et les complexes de l’adolescence, ses vocations de chanteur et d’acteur de théâtre, et enfin la disparition de son bégaiement.

2Si l’histoire relatée par Eugène se termine sur une note positive, malgré les défis qu’il a dû relever, le parcours des enfants migrants présentant un handicap et de leurs familles peut s’avérer beaucoup plus difficile, semé d’embûches et de souffrances. Cette réalité reste peu documentée dans les écrits francophones, alors qu’elle est souvent porteuse d’une complexité qui suscite de nombreuses interrogations de la part des intervenants. L’histoire d’Ali, un autre enfant migrant, illustre cette complexité et les défis qui se posent tant pour la famille que pour les intervenants.

Un défi pour les familles et les intervenants

3Ali est né en 2000 en Erythrée. Ses parents décident de quitter leur pays pour des motifs politiques. Peu après leur arrivée en Suisse, un diagnostic de cécité totale irréversible est posé pour Ali. Après le choc de l’annonce, la famille débute un parcours jalonné par l’éducation précoce d’Ali, la procédure d’asile et les déménagements successifs de toute la famille. Les premières années sont marquées par la croyance des parents en la guérison d’Ali et les difficultés de langue, de culture, de compréhension. Peu à peu, avec le soutien des intervenants, de la communauté religieuse et de leurs compatriotes, les parents d’Ali trouvent leurs repères et élaborent une représentation plus réaliste du handicap d’Ali. Ils s’organisent pour lui permettre de suivre une scolarité adaptée à ses besoins et poursuivent leur projet familial de migration, cautionné par l’obtention d’une autorisation définitive d’installation en Suisse (Mathis, 2008).

  • 2 Pro Infirmis est la plus grande organisation spécialisée pour les personnes handicapées en Suisse. (...)

4Ce parcours, relaté par Isabelle Mathis, directrice du Centre pédagogique pour élèves en situation de handicap visuel de Lausanne, en Suisse, montre que l’accompagnement des familles migrantes concernées par la problématique du handicap peut s’avérer complexe. En plus des défis liés au handicap, ces familles doivent composer avec les contraintes administratives, matérielles, économiques et culturelles liées à leur migration. Le parcours d’Ali est décrit dans un numéro de la revue Pages romandes, destinée aux intervenants du champ du handicap et de la pédagogie spécialisée. Ce numéro, paru en 2008, est entièrement consacré à la double problématique du handicap et de la migration. Dix ans plus tôt, différents engagements collectifs (émergeant en particulier des intervenants du champ du handicap) mettaient déjà en exergue le besoin d’une meilleure connaissance de la situation de ces familles, dans le but d’élaborer des interventions et des réponses socio-politiques adaptées : citons notamment, sur ce thème, l’organisation d’un congrès du Centre suisse de pédagogie spécialisée (Sturny-Bossart & Besse-Caiazza, 1998), ainsi que la publication d’un numéro de la revue In Forum de l’association Pro Infirmis2 (Thiele & De Riedmatten, 1997) et d’un premier numéro de Pages romandes en 1999. Entretemps, différents articles parus dans la Revue suisse de pédagogie spécialisée ont abordé ce sujet (Hessels & Knipfer, 2003 ; Lanfranchi, 1999, 2009 ; Rosenberg, 2002).

5C’est principalement aux professionnels du champ du handicap intervenant dans des contextes de migration que s’adresse le présent ouvrage. Deux questions importantes continuent à jalonner leur intervention : quelle place accorder à l’enfant migrant en situation de handicap ? Comment travailler avec sa famille ?

Un questionnement qui dérange

6Si ces questions subsistent au premier plan de l’intervention professionnelle, elles n’ont jusqu’à présent été que peu étudiées par les chercheurs francophones. Leur réticence à en constituer un sujet d’étude est probablement lié au risque de se heurter à deux écueils :

  • L’écueil du culturalisme, qui conduit à réduire la question migratoire à une question de différence culturelle et, de là, à enfermer la personne migrante dans une identité culturelle assignée qui ne correspond pas nécessairement à sa propre réalité. Cet écueil a notamment été rencontré dans les recherches qui ont abordé les questions de santé des migrants (Métraux, 2011) et de la scolarisation des enfants migrants (Lorcerie, 2003 ; Mottet & Bolzman, 2009).

  • L’écueil de la régulation, qui consiste à privilégier une approche individualiste de la personne et à éviter des catégorisations sociales perçues comme stigmatisantes. Il s’agit de ne pas faire de différence entre les personnes migrantes et les autres, afin d’éviter les risques d’inégalité de traitement. Cette posture a notamment été observée dans le champ du travail social, en particulier dans les domaines du service social et de l’éducation spécialisée (Bolzman, 2008 ; Weber, 2008). Les sciences de l’éducation se sont vu reprocher l’amalgame qu’elles avaient créé entre handicap et migration en s’intéressant aux difficultés scolaires des élèves migrants ; la question des élèves migrants en situation de handicap est ainsi devenue un sujet « tabou » (Perregaux, 1998 ; Rosenberg, 2002).

7Afin de dépasser ces écueils, le présent ouvrage invite le lecteur à poser un regard critique sur les déterminants sociaux agissant sur la situation de personnes concernées à la fois par le handicap et la migration : une démarche d’analyse de ces éléments contextuels est proposée (par exemple, les modèles d’intégration des migrants, les finalités des programmes en lien avec le handicap), permettant de mieux appréhender leur caractère historique et culturel. La migration et le handicap y sont envisagés comme des constructions sociales : ils sont le résultat de la problématisation de réalités et de rapports sociaux qui, à un moment donné, ont été interrogés, thématisés, étudiés et traités en termes de réponses sociopolitiques et institutionnelles, à travers le développement de mesures, de services et d’institutions spécifiques. Dans cette perspective, la migration et le handicap ne constituent pas seulement des « réalités » chiffrables ou observables : ils font l’objet d’une problématisation qui est principalement formulée par les milieux professionnels de la santé, de l’éducation et du travail social, bien qu’ils touchent également de manière plus large les domaines juridique, économique et politique. Les problèmes sociaux sont souvent construits selon une logique sectorielle (handicap, migration, chômage, vieillissement) ; les réponses socio-politiques et institutionnelles qui en découlent suivent également cette logique : on aura ainsi des réponses spécifiques aux « problèmes » liés à la migration et au handicap, par l’intermédiaire de mesures et de services spécialisés (Dorvil & Mayer, 2001).

8En somme, le traitement de ces deux questions, lorsqu’elles sont réunies au sein d’un même parcours de vie, n’a pas fait l’objet d’une problématisation aussi élaborée que les thèmes de la migration et du handicap envisagés séparément, bien qu’il suscite de nombreuses interrogations au sein des milieux professionnels concernés. Comment, alors que le handicap et la migration sont traités comme des problématiques sociales distinctes, interroger et intervenir dans les situations de personnes confrontées simultanément aux deux ?

Une rhétorique du « double »

9La question des personnes migrantes en situation de handicap est souvent abordée à travers la rhétorique du double :

  • Le « double handicap » : au handicap créé par la présence d’une déficience s’ajoute le handicap créé par la situation migratoire (par exemple, méconnaissance de la langue, de la culture et du fonctionnement du pays d’accueil) (Fleury, 2008).

  • Le « double deuil » : deuil des origines et deuil de la normalité ou de l’enfant normal (Bolzman & Magnenat, 1997 ; Métraux, 1997).

  • La « double altérité », vécue par certains parents qui ont un sentiment d’étrangeté vis-à-vis de leur enfant, lorsqu’il grandit dans un pays différent du leur et est de surcroît porteur d’une altérité visible ou objectivable liée au handicap (Sausse, 1997).

  • La « double stigmatisation » : dans la société d’accueil, et dans certains milieux institutionnels, la personne et sa famille peuvent faire l’objet d’une double stigmatisation – stigmatisation du handicap en tant que marque de déviance par rapport à la norme et stigmatisation du statut de migrant en tant que signe de déviance par rapport aux « standards culturels » (Harry, 2002).

10Cette rhétorique du double peut se retrouver dans les questionnements des intervenants : « Comment, lorsque j’accompagne des personnes handicapées et leurs proches, composer avec la migration ? » et « Comment, lorsque j’accompagne des personnes ou des familles migrantes, composer avec le handicap lorsque celui-ci survient ? »

11Nous partageons cette rhétorique du double, mais l’envisageons dans une perspective positive : les personnes migrantes en situation de handicap et leurs proches relèvent des défis liés à fois à la migration et au handicap et développent une double compétence dans la gestion de ces défis (Piérart, 2008). Il ne s’agit pas de minimiser la souffrance vécue par les familles de personnes handicapées : la survenue d’un handicap constitue un événement traumatisant pour presque toutes les familles (Scelles, 2008) et la migration entraîne des pertes et des deuils au sein de la plupart des familles qui la vivent (Legault & Fronteau, 2008 ; Vatz Laaroussi, 2001). Cependant, nous préférons envisager la problématique dans une perspective systémique écologique, ou écosystémique, selon laquelle on ne peut a priori définir si les éléments de l’environnement ou de la trajectoire des personnes seront perçus par elles comme des défis positifs à relever ou comme des facteurs de stress (Turnbull, Patterson & Behr, 1993 ; Weber, 2008).

[L’approche systémique écologique] offre un cadre suffisamment large pour qu’on puisse prendre en compte à la fois l’ensemble des facteurs, divers et complexes, qui influencent un problème individuel ou social, et la façon dont ces facteurs interagissent et contribuent à expliquer une quelconque situation. (Legault & Rachédi, 2008 : 122)

12La perspective écosystémique permet de reconnaître et prendre en compte la singularité de chaque histoire de vie, tout en reconnaissant que les familles migrantes d’enfants handicapés partagent des réalités communes par rapport auxquelles il est possible de développer des réponses collectives, des approches et des outils favorisant le développement de la double compétence des personnes handicapées et de leurs familles.

Une perspective écosystémique

13Les recherches et interventions dans le champ du handicap s’appuient depuis longtemps sur le modèle écosystémique développé par Bronfenbrenner (1979) en psychologie développementale, modèle qui a été adapté pour décrire les environnements dans lesquels évolue la personne handicapée (Jourdan-Ionescu, 2003 ; Lambert & Lambert-Boite, 1993). Récemment, Legault et Rachédi (2008) l’ont utilisé pour modéliser l’intervention auprès des personnes en situation migratoire.

14Dans une vision écosystémique, les conditions sociales, économiques et politiques de la migration et du handicap ne sont pas envisagées dans une perspective déterministe (agissant sur la personne sans que celle-ci puisse agir sur elles), mais comme une composante parmi d’autres de son écosystème. Les différents systèmes du modèle écosystémique sont l’ontosystème, le microsystème, le mésosystème, l’exosystème et le macrosystème.

Ontosystème : la personne

15L’ontosystème correspond à l’individu et à ses différentes appartenances : les marqueurs du statut socio-économique (occupation, profession, éducation, revenu), la religion (qu’elle soit partagée par la communauté et intégrée à la vie quotidienne ou davantage vécue à un niveau personnel ou familial), les appartenances de l’individu (milieu familial, origine ethnique ou nationale, lieu de résidence).

16Le statut de migrant fait partie de l’ontosystème. Il renvoie souvent à une série d’obligations et de modalités imposés à la personne (par exemple, prouver le bien-fondé d’une demande d’asile) qui peuvent contribuer à renforcer son sentiment d’insécurité. La trajectoire migratoire joue ici un rôle important, non seulement sur le plan de la situation actuelle du migrant, mais également par rapport à sa situation prémigratoire et à la façon dont il envisage son adaptation au pays d’accueil.

17Dans le champ du handicap, l’ontosystème décrit la personne avec une déficience ou une incapacité et inclut les appartenances décrites ci-dessus.

Microsystème et mésosystème : les réseaux primaires

18Le microsystème prend en compte le réseau primaire de la personne, c’est-à-dire les individus avec lesquels elle a des affinités dans un cadre non institutionnel : la famille, la parenté, les amis et voisins.

19Dans l’intervention en contexte migratoire, diverses questions peuvent favoriser une compréhension plus précise de la situation du migrant :

  • Concernant la famille : le migrant est-il arrivé en famille ? Seul ? Dans le cadre d’un regroupement familial ? S’agit-il d’une famille monoparentale ?

  • Concernant la parenté : est-elle transnationale, c’est-à-dire constituée de réseaux situés dans le pays d’origine ou dans d’autres pays ? Des liens sont-ils maintenus ? Le migrant a-t-il des contacts réguliers avec des membres de sa parenté ?

  • Concernant les amis et voisins : comment le migrant est-il intégré dans son quartier ? Vit-il dans un entourage multiculturel ?

20Dans le champ du handicap, le microsystème décrit les relations entre la personne en situation de handicap et son entourage (par exemple, le rôle des parents sur le développement de l’enfant handicapé), ainsi que l’impact de l’environnement physique immédiat de la personne (par exemple en termes d’accessibilité).

21Le mésosystème désigne les interactions entre les personnes et groupes qui composent le microsystème. Ainsi, un mésosystème du migrant est constitué par les relations entretenues par sa famille et sa parenté restée au pays. Les relations entre familles d’enfants handicapés appartiennent à ce niveau mésosystémique.

22Dans le présent ouvrage, la thématique du handicap est traitée sous l’angle de la situation de familles dont un ou plusieurs enfants présentent un handicap. Nous avons choisi cette perspective car elle a fait l’objet de notre thèse de doctorat, dont est tiré ce livre. Les résultats de cette recherche ne peuvent être transposés de façon arbitraire à la situation de personnes adultes devenues handicapées suite à un accident. Cette situation est en effet très différente de la première (Simon, 2001) et nous verrons que les représentations culturelles de ces deux réalités sont elles aussi différenciées. Néanmoins, les modèles et outils présentés dans ce livre peuvent également être mobilisés dans l’accompagnement de personnes adultes en situation de handicap. Par ailleurs, les recherches citées concernent parfois des enfants handicapés devenus adultes. La distinction entre les générations s’opère ainsi non pas d’après l’âge des personnes en situation de handicap, mais à partir du lieu de socialisation des membres de la famille, les « parents » ayant été socialisés dans leur pays d’origine et les « enfants » en partie ou entièrement dans le pays d’accueil (Piérart, 2008). Cette distinction d’après le lieu de socialisation s’appuie sur la définition des personnes migrantes que propose l’OCDE (Liebig, Kohls & Krause, 2012), une définition désormais adoptée au niveau suisse par l’Office fédéral de la statistique (OFS).

Exosystème : les facteurs communautaires

23L’exosystème regroupe les facteurs communautaires ou les réseaux secondaires, qui sont constitués des personnes réunies autour d’une même fonction dans un cadre institutionnalisé :

  • Le monde du travail : dans le cadre de la migration, la culture du pays d’accueil y est très présente ; l’emploi est souvent un facteur d’intégration, mais la déqualification professionnelle peut y faire obstacle. Les caractéristiques du monde du travail vont également influencer, positivement ou négativement, un projet migratoire d’ascension professionnelle. L’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap fait partie de l’exosystème.

  • Les écoles, garderies, crèches : cette composante de l’exosystème décrit notamment la situation scolaire des enfants, les relations entre l’école et la famille, la formation des adultes. L’intégration scolaire et professionnelle des enfants en situation de handicap relève de l’exosystème.

  • Les lieux de culte : ils sont ici envisagés en tant que source de soutien social, parfois mobilisée par les migrants et les familles de personnes handicapées.

  • Les services sociaux et de santé : le niveau exosystémique permet de prendre en compte leurs caractéristiques en termes de complexité, d’accessibilité, de nombre, etc.

  • Les organismes communautaires : dans le contexte suisse, on parle plutôt de monde associatif. Les associations de migrants, tout comme les associations de personnes handicapées ou de parents, jouent un rôle important de socialisation et d’intégration.

  • Les centres d’activités et de loisirs : comme les organismes communautaires, ils constituent des ressources, dans la mesure où le migrant ou la personne en situation de handicap les mobilise.

  • Le quartier, le logement : les conditions de vie des personnes peuvent varier fortement selon les possibilités de choix qu’elles ont en matière de logement, la qualité de l’environnement physique, la proximité ou non des ressources communautaires.

24L’exosystème décrit également les facteurs communautaires en lien avec le handicap : programmes, ressources et services de soutien, établissements, prestations sociales, associations, accessibilité de l’environnement physique, etc.

Macrosystème : les éléments sociétaux

25Le macrosystème est constitué de l’ensemble des éléments sociétaux qui ont un impact sur la vie quotidienne des personnes migrantes : les attitudes culturelles et les valeurs, le rôle des médias dans les problèmes sociaux, les législations, etc.

26La rencontre entre intervenant et migrant est influencée par ces contextes économiques, sociaux, politiques et culturels. Cette rencontre est souvent caractérisée par des rapports hiérarchiques de majoritaire à minoritaire. Si ces rapports sont vécus de manière inconsciente, des perceptions erronées de l’autre risquent d’entraîner des malentendus (par exemple, l’intervenant peut proposer, de manière implicite, une image d’opposition entre un Occident « moderne » et des pays non occidentaux « traditionnels »).

27La situation des personnes handicapées est également influencée par ces contextes sociétaux, qui façonnent les ressources communautaires et les représentations véhiculées dans les microsystèmes de la personne (par exemple à travers les lois interdisant la discrimination ou autorisant l’euthanasie). Mais la perspective systémique veut que les personnes ne soient pas uniquement en position de « subir » ces contraintes environnementales :

Il faut se prévenir d’un modèle écologique qui envisagerait les familles comme les victimes quasi obligées de forces sociales et économiques. S’il est certain que les familles sont influencées par ces variables, il faut rejeter toute idée de fatalité. Dans la réalité, les familles développent des actions collectives afin d’agir contre ces forces et de les modifier. (Lambert & Lambert-Boite, 1993 : 35)

28La dimension temporelle traverse tous les niveaux de l’écosystème : l’intervention va se situer à un point donné de la trajectoire de migration de la personne englobant l’avant et l’après : « Il faut comprendre que l’immigrant n’existe souvent qu’à partir du moment où il franchit les frontières de son pays d’accueil, alors que ce n’est pas ce seul point de repère qui doit être pris en compte. » (Legault & Rachédi, 2008 : 122). Cette dimension chronologique est également centrale dans le domaine du handicap, les défis posés à la personne et à son entourage évoluant au cours de la vie (Lambert & Lambert-Boite, 1993).

Une perspective interculturelle

29Nous proposons, à l’instar de Legault et Rachédi (2008), d’inscrire cette lecture écosystémique dans une approche interculturelle. Celle-ci, développée par Cohen-Emerique (2011), comprend trois dimensions :

  • Une dimension interactive : les questions et les problèmes émergent des interactions qui s’établissent entre les intervenants et les personnes migrantes.

  • Une dimension situationnelle : ces interactions ont eu lieu dans des situations spécifiques, inscrites au sein d’une relation professionnelle avec ses caractéristiques propres (par exemple, un entretien, une consultation, une activité collective).

  • Une dimension subjective : la situation réunit des personnes porteuses d’une subjectivité propre, façonnée par leurs références culturelles respectives mais également par d’autres aspects liés à leurs trajectoires personnelles.

30Une analyse interculturelle des situations de handicap et de migration implique la prise en compte de ces trois dimensions. Cette perspective interculturelle sera également présente dans les pistes d’intervention proposées tout au long de ce livre, car ces pistes ne prennent du sens que dans le cadre des relations qui s’établissent entre les intervenants et les familles migrantes :

Pour entreprendre un travail pertinent, il faut donc d’abord entrer en communication avec ces familles, questionner leur univers, leur culture, leur histoire, leur savoir-faire. Tenir compte des solutions inventées par les parents étrangers d’un enfant handicapé, c’est reconnaître leur capacité à faire face à toute cette différence […]. » (Fleury, 2008 : 4)

31Comment questionner l’univers des familles ? De quoi est composé cet univers ? Que connaissons-nous de l’histoire des familles migrantes, des solutions inventées par les parents ? C’est à ces questions que tente de répondre le présent ouvrage. Nous parcourrons cette réflexion en compagnie de cinq familles migrantes qui ont un enfant en situation de handicap. Nous les avons rencontrées dans le cadre d’une recherche menée en Suisse romande auprès de cinquante-quatre familles suisses et migrantes d’enfants handicapés en âge de scolarité (voir le chapitre 3). Tout au long des chapitres de ce livre, nous verrons comment les informations et modèles présentés permettent de comprendre la diversité et la complexité de ces situations familiales (Piérart, 2008). Ces réflexions amèneront le lecteur à faire émerger des pistes d’action pour accompagner ces familles, afin de soutenir leur participation sociale.

Comment lire ce livre ?

32Le présent ouvrage est structuré à partir du modèle écosystémique présenté ci-dessus :

  • Le chapitre premier aborde les questions du handicap et de la migration en tant que problématiques sociales, inscrites au niveau du macrosystème (législations, réponses sociopolitiques) et de l’exosystème réponses institutionnelles). La dimension temporelle apparaît ici dans l’évolution historique de ces problématisations et dans l’appartenance des familles migrantes à différents flux migratoires.

    • 3 Le lecteur déjà familiarisé avec ces deux thématiques, l’approche constructiviste des problèmes soc (...)

    Le chapitre 2 traite du handicap en tant que construction culturelle à travers les représentations culturelles des handicaps qui sous-tendent les pratiques d’accompagnement des personnes handicapées. La dimension temporelle est abordée sous l’angle des changements sociaux qui font évoluer ces représentations et sous l’angle des trajectoires familiales, qui remettent également ces représentations en question3.

  • Le chapitre 3 est consacré au microsystème « Famille migrante d’enfant handicapé ». Il expose les résultats de la recherche que nous avons menée auprès de familles suisses et migrantes afin de comprendre comment s’articulent la migration et le handicap (Piérart, 2008). Ce chapitre présente le cadre conceptuel de la recherche, qui propose une approche novatrice et dynamique des familles migrantes (Vatz Laaroussi, 2001 ; 2008), une synthèse des différentes recherches nord-américaines et européennes qui ont exploré cette problématique, ainsi que les conclusions de notre recherche.

  • Le chapitre 4 revient au niveau exosystémique en proposant des ressources qui peuvent être utiles à l’établissement des relations entre les intervenants et les familles migrantes dans un cadre institutionnalisé : l’école, le service social, la structure éducative, le service de soins, les centres d’activités et de loisirs, les lieux d’accueil préscolaires et parascolaires, spécialisés ou non dans la migration ou le handicap.

  • Le chapitre 5 se situe au même niveau exosystémique, mais propose des ressources favorisant l’accompagnement des enfants migrants en situation de handicap. Ces ressources sont principalement issues des champs scolaires et éducatifs, mais nous proposerons des pistes pour qu’elles puissent être adaptées à des interventions thérapeutiques ou d’animation socioculturelle.

33➜ Les chapitres 4 et 5 se situent dans une double perspective :

  • Proposer des ressources favorisant le développement des compétences des familles et des enfants handicapés ;

  • Proposer des ressources favorisant le vivre-ensemble au sein d’une société caractérisée par la multiculturalité.

34Ces deux chapitres s’appuient sur notre expérience de formation des intervenants et futurs intervenants du champ du handicap dans les domaines de l’éducation sociale, du service social et de l’enseignement spécialisé.

35➜ Différents encadrés jalonnent ce livre. Ils contiennent, soit :

  1. des définitions de termes ou de concepts permettant de situer les références théoriques de l’argumentation ;

  2. des éclairages qui proposent un approfondissement sur une approche ou une question spécifique et peuvent être consultés en dehors de la lecture suivie du texte ;

  3. des illustrations de cas, situations d’enfants et de familles tirées soit de la littérature scientifique, soit de témoignages ou de biographies.

36Une table des définitions, des éclairages et des illustrations ainsi qu’une liste des abréviations utilisées dans le texte se trouvent en fin d’ouvrage.

Notes

1 Afin d’expliciter les objectifs de ce livre, plusieurs extraits de vies d’enfants illustreront des éléments de réflexion.

2 Pro Infirmis est la plus grande organisation spécialisée pour les personnes handicapées en Suisse. Elle possède des antennes dans tous les cantons suisses. Elle propose diverses prestations dont les principales sont la consultation sociale, le conseil, l’accompagnement à domicile et la formation continue (www.proinfirmis.ch/).

3 Le lecteur déjà familiarisé avec ces deux thématiques, l’approche constructiviste des problèmes sociaux et la construction culturelle des handicaps, pourra se rendre directement au chapitre 3.

© Éditions ies, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search