Version classiqueVersion mobile

Travail social hors murs

 | 
Joëlle Libois
, 
Laurent Wicht

Préface

Michel Vuille

Texte intégral

Trois mots (de passe) pour une terre inconnue

1Consacrée à la profession émergente du Travail social hors murs (TSHM), la présente publication est intéressante à plus d’un titre. D’abord parce qu’elle contient un grand nombre de données factuelles et d’informations vérifiées issues de la profession elle-même, ensuite parce qu’elle pose quelques questions majeures sur la manière dont les chercheur/euse appréhendent les contours - parfois encore incertains - d’un très jeune métier de l’humain qui, à Genève, a moins de 12 ans d’âge.

2Le titre choisi annonce que la démarche de recherche – dans sa partie inédite branchée sur l’action réelle des TSHM – ne s’avance pas dans le sillage de la répétition et de la simplicité. Au contraire, l’accent est placé sur les idées de créativité et de paradoxe. D’une part, l’analyse classique du travail mise en œuvre ici est complexe dès lors qu’elle différencie le travail prescrit et le travail réel. D’autre part, la dualité de la mission des TSHM est soulignée. Elle est doublement paradoxale :

  • elle repose sur un axe de prévention et sur un axe de contrôle social,

  • elle implique une intervention ponctuelle au niveau de « points chauds » et la mise en place de projets à plus long terme pour « refaire société » avec des jeunes en rupture ou marginalisés.

3Pour résumer le processus dans lequel s’engage le TSHM, on parle d’immersion – immersion qui comprend l’accroche, l’établissement d’une relation de confiance et l’élaboration d’un projet.

4En vue d’explorer cette contrée inconnue qu’est la pratique professionnelle réelle des TSHM, le/la chercheur/euse ont retenu trois mots de passe qui balisent l’espace de leur réflexion : l’indétermination relative des textes finalisant le travail hors murs, l’imprévisibilité des chemins d’accroche (où le corps, la posture corporelle et le regard jouent un grand rôle), enfin l’invisibilité des émotions qui, comme des supports rivés à l’inconscient, guident l’action dans les situations où celle-ci requiert invention et créativité.

5Comprendre l’action comme non rationnelle demande de tenir compte de l’importance du contexte dans un double sens. Toute action est située, a lieu dans une situation donnée. Cela présuppose un sujet agissant qui n’est pas seul impliqué dans l’action et que l’enchaînement des actions reste imprévisible. De plus, il s’agit d’introduire les dimensions émotionnelles et spontanées comme source de production d’actions non maîtrisable (introduction, je souligne).

L’indétermination

6Selon J. Libois et L. Wicht, les TSHM agissent « dans un champ prescriptif particulièrement flou », ce qui signifie qu’à la source, les finalités de leur action restent pour une part indéterminées. Dans le premier chapitre intitulé L’activité de recherche, un ou deux passages montrent cependant que le flou n’est pas total et qu’il n’y a pas absence de textes prescriptifs : « L’analyse de ces textes a permis de faire apparaître peu de prescriptions formelles, mais des influences indéniables des écrits sur le cours de l’action ». A ce propos, je note que l’analyse du TSHM est ici très bien conduite et qu’elle rejoint l’étude classique de toute forme de travail en distinguant le travail prescrit et le travail réel : cf. « La préfiguration du TSHM en ville de Genève », chapitre 2 - avec à la clef de multiples textes, par exemple référentiel, loi, charte, programme, pétition, demande d’une association.

7Au sujet du rapport entre travail prescrit et travail réel, je ne peux renoncer au plaisir d’oser un petit jeu de rapprochement entre les TSHM qui travaillent souvent dans la rue et Don Quichotte, le chevalier errant qui trouve sa vérité dans les livres de chevalerie – un aventurier dont Foucault parle magnifiquement dans Les mots et les choses (1966) :

En ressemblant aux textes dont il est le témoin, le représentant, le réel analogue, Don Quichotte doit fournir la démonstration et apporter la marque indubitable qu’ils disent vrai, qu’ils sont bien la langue du monde. Il lui incombe de remplir la promesse des livres (…) Son aventure sera un déchiffrement du monde : un parcours minutieux pour relever sur toute la surface de la terre les figures qui montrent que les livres disent vrai. L’exploit doit être preuve : il consiste non pas à triompher réellement – c’est pourquoi la victoire n’importe pas au fond –, mais à transformer la réalité en signe. En signe que les signes du langage sont bien conformes aux choses elles-mêmes. Don Quichotte lit le monde pour démontrer les livres (p. 61).

8En étant « le héros du Même », c’est-à-dire à la ressemblance des textes, Don Quichotte ne fait pas la distinction entre les mots et les choses. Sans cesse, il consulte le livre afin de savoir que faire et que dire sur les chemins et aux carrefours. Mais la ressemblance entre le langage des livres et la réalité est pure illusion ; autrement dit, la ressemblance est toujours déçue « elle qui transforme la preuve cherchée en dérision et laisse indéfiniment creuse la parole des livres ». Et les mots à leur tour errent à l’aventure… On voit ainsi que Cervantès fait de son chevalier errant un héros problématique, mais il propose en même temps une théorie de l’action dans laquelle Don Quichotte (l’acteur) règle totalement sa conduite sur les prescriptions contenues dans les livres.

9Pour ce qui concerne le TSHM, on se trouve dans un cas de figure opposé à celui qu’a élaboré Cervantès pour son personnage Don Quichotte. La vérité du travail hors murs est alors à chercher hors des référentiels prescriptifs, en écoutant la parole des TSHM qui s’exprime soit sur le plan individuel (style), soit sur le plan collectif (genre).

L’imprévisibilité

10L’analyse du TSHM révèle une « immersion aventureuse », celle-ci étant liée à l’établissement d’une accroche qui comporte précisément une part d’imprévisibilité et de risque – puisque le terrain est étranger et qu’il ne va de soi que le travailleur soit accepté, reconnu, légitimé dans sa fonction ; puisque, de surcroît, la relation de confiance est fragile. On n’est pas étonné dès lors que l’intelligence au travail soit définie par les chercheur/euse comme l’intelligence à déployer pour répondre à un réel qui résiste, pour affronter ce qui n’a pas été maîtrisé. Dans les trois projets de la DEJ retenus pour appréhender le travail réel (1. locaux en gestion accompagnée, 2. basket et 3. café-conseil), on met bien en évidence que le travailleur hors murs doit payer de sa personne pour accrocher, que sa posture corporelle, son feeling et son intuition jouent un rôle important dans la réussite de cette accroche.

11Mais, J. Libois et L. Wicht montrent aussi que dans les trois projets dont il s’agit « le projet est d’abord un support à l’immersion ». Pour le dire autrement, l’accroche plus ou moins imprévisible s’inscrit dans un cadre prévisible. J’admets volontiers que l’immersion n’est pas l’équivalent d’un voyage organisé dans les moindres détails par l’agence DEJ (cf. infra l’invisibilité), mais le TSHM n’est pas pour autant un nomade du vide, un errant sans orientation ni points de repère préalables. L’immersion dont on parle ici est donc moins une plongée dans l’invisible des émotions et de la « loi du corps » que le balisage d’une action professionnelle qui comporte - à des degrés divers - des aspects prévisibles et imprévisibles.

  • 1 Entre 1904 et 1918, Max Weber rédige divers textes qui portent sur l’esprit, l’objet et les méthode (...)

12Cela dit, ce qui me pose problème, ce n’est pas que le prévisible et l’imprévisible se côtoient dans l’action du TSHM, c’est d’en dégager cette option méthodologique qu’il faut comprendre cette action comme non rationnelle. En me référant aux quatre types d’action distingués par l’un des pères fondateurs de la sociologie Max Weber1, il m’apparaît en effet que le TSHM ne développe pas une action rationnelle par rapport à un but, ni une action de type traditionnel. En revanche, on peut émettre l’hypothèse que le travailleur hors murs agit rationnellement par rapport à une valeur et que les valeurs partagées par l’ensemble des professionnels constituent des orientations préalables (prévisibles) à l’action de chacun d’entre eux.

13Partant ainsi de Weber, il serait intéressant d’aborder et de creuser la question suivante : quelles valeurs fixent d’entrée de jeu l’action du TSHM ? Une action qui ne serait plus alors considérée comme non rationnelle, elle serait appréhendée comme rationnelle par rapport à une valeur. Cette vision complémentaire (prescription, valeur) réduirait peut-être la part d’action située du côté de l’imprévisible, elle n’annulerait cependant pas l’imprévisibilité. Cette vision complémentaire peut aussi être saisie comme une nouvelle dualité, J. Libois et L. Wicht l’expriment au moins une fois sous cette forme : « Lorsque les prescriptions sont peu significatives, le professionnel se trouve pris dans des conflits de loyauté entre la normalisation de l’action souhaitée ou pensée être souhaitée et ses propres valeurs » (chap. 1).

L’invisibilité

14Une théorie de l’action est actualisée ici via un champ sémantique qui contient les expressions « émotion », « subjectivité », « affects » et « corps » :

Pour les TSHM, nous avons émis l’hypothèse que l’absence de cadre rigide renforce ou peut-être même exacerbe cet engagement des affects. Nous nous intéresserons donc à la mobilisation de la subjectivité du sujet et à l’émotionnel engagé dans son activité professionnelle (introduction et chap. 1). Dans l’agir professionnel, le corps non seulement agit, mais il réagit ! Cet espace de réaction est intimement lié à la dimension émotive. Ainsi, travailler avec l’être humain demande une gestion de l’expression des émotions, les siennes et celles des autres (chap. 3, je souligne).

15L’originalité de l’analyse conduite ici au sujet du travail réel des TSHM, c’est d’avoir utilisé la vidéo comme outil de recherche et d’avoir mis des plans-séquences, des images et des mots dans ce qui reste habituellement une black box !

Par le visionnement de leur activité, il devient possible de revenir sur des actions concrètes et d’en tenter une explication fine (…) Ces moments de visionnement des cassettes vidéo a nourri chez les professionnels des sentiments de valorisation et de reconnaissance de leur activité. Celle-ci s’offrait à leur regard étonné, les incitant non pas à chercher ce qui pose problème, mais à poursuivre leur cheminement professionnel dans la finesse et la subtilité de leur engagement subjectif, ce qui en règle générale, ne se donne ni à voir, ni à dire (chap. 1).

16Quelle que soit la technique de récolte de données – la moins programmée et la moins formalisée – utilisée par les sociologues, les psychosociologues ou les anthropologues (discussion informelle, observation-participante, photographie, vidéo, caméra ou témoin cachés) à un moment donné, leur démarche se prend nécessairement les pieds dans la chaîne du langage oral et écrit. C’est aussi ce qui se passe lorsque les TSHM visionnent les plans-séquences portant sur leur pratique professionnelle et qu’ils commentent avec leurs mots ce que les images visibilisent de leur « agir en situation » : le regard (les yeux dans les yeux), le toucher (l’attention portée à autrui dans un geste), la posture corporelle (la position donnée par les épaules), le plaisir à communiquer, l’attente immobile. Pour les professionnels, les images constituent un point de départ et une prise de distance pour dialoguer ensemble au sujet de ce qu’ils voient, sentent et vivent dans leur activité quotidienne hors murs. On a donc bien affaire à une visibilisation et à une socialisation de ce qui d’ordinaire reste caché.

17Pour les chercheur/euse, la situation est quelque peu différente, en effet, le matériau récolté se dédouble. L’analyse sémiotique peut désormais porter sur les images vidéo et sur les paroles que les TSHM livrent en visionnant les séquences qui les concernent personnellement ou qui concernent leurs collègues. La question qui se pose alors est de savoir si l’analyse porte sur les images aussi bien que sur le langage des professionnels ? En lisant attentivement le chapitre 3, le lecteur se rend compte que le décodage du travail réel est effectué à partir des deux registres de l’image et de la parole. Malheureusement, les chercheur/euse ne précisent pas dans quelle proportion ils se réfèrent à l’un et à l’autre, pas plus qu’ils ne nous renseignent sur la méthode utilisée pour associer dans leur approche complexe une sémiotique de l’image et une sémiotique du texte (transcription de l’oral en écrit).

18L’immersion dont on parle ici est moins à mes yeux une plongée dans l’invisible des émotions que le balisage du travail hors murs qui comporte, comme je l’ai déjà mentionné, des aspects prévisibles et imprévisibles. L’analyse des émotions fondamentales (joie, dégoût, surprise, tristesse, colère, peur) n’est en effet pas suffisamment approfondie dans ce rapport pour qu’il soit possible d’indiquer celles qui facilitent ou qui freinent l’adaptation du professionnel à la situation dans laquelle il agit et qui lui permettent de rester créatif dans l’instauration d’une fin à son action professionnelle ? Cela dit, même si elle reste balbutiante dans l’étude de la corporéité, du langage du corps, de l’habitus corporel, la présente étude annonce une piste de réflexion fondamentale, celle de l’intelligence émotionnelle, finalement peu abordée jusqu’ici dans l’analyse du travail dans les professions de l’humain.

19Il existe cependant une autre vision des choses du corps et de la « loi du corps » qu’il me paraît légitime de présenter maintenant. Dans son « Essai de psychologie contemporaine » publié dans La démocratie contre elle-même (2002), Gauchet analyse magistralement les liens qui unissent la vérité à une source invisible. Il propose de loger sa réflexion dans une structure anthropologique à trois termes : l’invisible, le corps et la vérité.

20Dans une société religieuse (dans laquelle la religion est dominante), la vérité théologique vient d’une divinité invisible, d’un pouvoir surnaturel. Certes, la loi d’ordre divin qui commande au monde humain est révélée par des textes sacrés, mais la source qui inspire ses auteurs reste invisible. Ainsi, l’ordre social est inclus dans l’ordre général des choses et la loi qui commande à la communauté humaine vient du dehors. Dans cette situation, le dédoublement du sujet prend la forme d’un corps saisi par les puissances de l’invisible (possession) et le rapt de l’esprit par l’invisible qui lui donne accès à des vérités normalement cachées (révélation, prophétie, sagesse). Gauchet résume parfaitement cette dualité en une phrase – dualité qui est aussi celle de Don Quichotte : « Là où il y a religion (…), il y a cette double expérience de l’invisible, dans l’étrangeté d’un corps qui cesse de vous appartenir, et dans l’effacement de soi au profit d’une vérité qui parle à votre place ».

21Dans une société comme la nôtre aujourd’hui, l’ordre général des choses fonctionne hors de la religion. Notre système social – sujet de lui-même – tend à s’organiser tout entier en vue de sa propre production et reproduction dans le temps : « un temps dominant qui n’est plus le passé de l’origine, ni le présent de la transcendance, mais l’avenir ». La loi politique (constitutionnelle et juridique) vient du dedans de la société, comme le mot « démocratie » l’indique clairement. Mais, ce qui est au moins aussi important, c’est que « la loi humaine » est liée à un pouvoir invisible que Freud a découvert et qu’il a nommé « inconscient ». La « nature humaine » est ainsi à nouveau dédoublée : « le sujet ne peut situer l’autre auquel il continue d’avoir affaire qu’en lui-même… l’autre en soi devenant de plus en plus un autre de soi-même ». Peut-être a-t-on de la peine à mesurer toutes les conséquences de cette révolution qui, pour le meilleur et pour le pire, a remplacé la loi qui vient du dehors par la loi qui vient du dedans. Le corps - réceptacle de l’inconscient – devient ainsi la nouvelle source invisible de la vérité :

L’inconscient, c’est le visage que prend l’altérité à soi lorsque se défait l’altérité instituée des religions, lorsque se dissout la prévalence sociale de l’invisible. Il en résulte une altérité de soi où il n’est question que de soi ; c’est cela qui change tout (p. 285).

22Si nous prenons au sérieux la « révolution freudienne » qui énonce que l’inconscient est désormais l’invisible qui dit la vérité sur l’agir de l’humain et la « révolution reichienne » qui affirme que le corps lui-même parle (via une autre psychanalyse), alors la recherche de cette vérité-là peut sans aucun doute faire l’objet de nouvelles recherches et investigations.

23Il me semble en effet que la piste portant sur l’intelligence émotionnelle est d’autant plus prometteuse et importante à suivre que nous vivons une époque d’individualisation (une société d’individus) et de désinstitutionnalisation (de la famille, de l’école, de l’Etat). S’il est vrai que tout un chacun devient « entrepreneur de sa propre vie », alors l’analyse fine du travail réel des TSHM peut amener des informations et des réflexions qui dépassent de loin la professison elle-même.

Notes

1 Entre 1904 et 1918, Max Weber rédige divers textes qui portent sur l’esprit, l’objet et les méthodes des sciences humaines. Dans la publication de ses réflexions en langue française (Essais sur la théorie de la science, 1965), on trouve sa classification des types d’action : 1) l’action rationnelle par rapport à un but (zweckrational), 2) l’action rationnelle par rapport à une valeur (wertrational), 3) l’action affective ou émotionnelle, 4) l’action traditionnelle.

© Éditions ies, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search