Version classiqueVersion mobile

La part sensible de l’acte

 | 
Joëlle Libois

Bibliographie

Texte intégral

AEBY, G. (2010). Catégoriser pour éduquer ? Les adolescents-e-s en foyer d’éducation spécialisée. Dans C. CARPENTIER & E.-H. RIARD (Eds), Vivre ensemble et éducation dans les sociétés multiculturelles (pp. 51-62). Paris : L’Harmattan.

AMADIO, N. (2008). Construction sociale de la prégnance de l’équipe à travers le phénomène émotionnel : l’exemple du travail social. Dans M. CHARMILLOT, C. DAYER, F. FARRUGIA & M.-N. SCHURMANS, (Eds), Emotions et sentiments : une construction sociale. Approches théoriques et rapports aux terrains (pp. 131-144). Paris : L’Harmattan.

ARDOINO, J. & BERGER, G. (1993). D’une évaluation en miettes à une évaluation en actes. Paris : Andsha.

ARENDT, H. (1989). Penser l’événement. Paris : Belin.

ASTIER, I. (2005). Qu’est-ce qu’un travail public ? Le cas des métiers de la ville et de l’insertion. Dans J. ION (Ed.), Le travail social en débat(s) (pp. 170-185). Paris : La Découverte.

AUTÈS, M. (2005). Travail social et principes de justice. Dans J. ION (Ed.), Le travail social en débat(s) (pp. 50-70). Paris : La Découverte.

AUTÈS, M. (2000). Les métamorphoses du travail social. Dans J.-N. CHOPART, Les mutations du travail social : dynamiques d’un champ croisé (pp. 249-265). Paris : Dunod.

AUTÈS, M. (1999). Les paradoxes du travail social. Paris : Dunod.

AUTÈS, M. (1998). La relation de service identitaire, ou la relation de service sans services. Lien social et Politiques, 40, 47-54.

AYMARD, A. (2006). De l’emprise à l’étayage, un site clinique. Dans M. CIFALI & F. GIUST-DESPRAIRIES (Eds), De la clinique. Un engagement pour la formation et la recherche (pp. 11-28). Bruxelles : De Boeck & Larcier.

BARBIER, J.-M. (Ed.). (1996). Savoirs théoriques et savoirs d’action. Paris : Presses universitaires de France.

BERTHOZ, A. (2004). Esquisse d’une théorie de l’empathie. Dans A. BERTHOZ & G. JORLAND (Eds), L’Empathie (pp. 251-276). Paris : O. Jacob.

BERTHOZ, A. & JORLAND, G. (Eds). (2004). L’Empathie. Paris : O. Jacob.

BESSIN, M. (2005). Le travail social est-il féminin ? Dans J. ION (Ed.), Le travail social en débat(s) (pp. 152-169). Paris : La Découverte.

BOLZMAN, C., FRAUENFELDER, A. & LIBOIS, J. (2010). Social work in Switzerland today : Dynamics and Challenges. Dans P. ERATH & B. LITTLECHILD (Eds), Social Work across Europe. University of Ostrava : Publisher Albert.

BOUCHER, M. (Ed.). (2010). Penser les questions sociales et culturelles contemporaines : quels enjeux pour l’intervention sociale ? Paris : L’Harmattan.

BOUNAFAA, N. et al. (2009). L’accompagnement en éducation spécialisée : c’est quoi ?, c’est pour quoi ? L’observatoire, 63, 55-63.

BOUQUET, B. (2003). Ethique et travail social. Une recherche de sens. Paris : Dunod.

BOUTET, J. (Ed.). (1995). Paroles au travail. Paris : L’Harmattan.

BOUTET, J. & GARDIN, B. (2001). Une linguistique du travail. Dans A. BORZEIX & B. FRAENKEL (Eds), Langage au travail. Communication, cognition, action (pp. 89-112). Paris : CNRS Editions.

BOUTINET, J.-P. (2006). L’individu-sujet dans la société postmoderne, quel rapport à l’événement ? Pensée plurielle, 3(13), 37-47.

BOUVIER, N. (1992) [1963]. L’usage du monde. Paris : Payot.

BOUVIER, N. (1992). Routes et déroutes. Genève : Métropolis.

BREVIEGLIERI, M. (2005). Bienfaits et méfaits de la proximité dans le travail social. Dans J. ION (Ed.), Le travail social en débat(s) (pp. 219-234). Paris : La Découverte.

BRICHAUX, J. (2001). L’éducateur spécialisé en question(s). La professionnalisation de l’activité socio-éducative. Toulouse : Erès.

BRICHAUX, J. (2001). L’éducation spécialisée entre une inévitable obligation de reddition de comptes et une impossible obligation de résultats. Sauvegarde de l’enfance, 56(5), 267-274.

BRONCKART, J.-P. (2001). L’approche des émotions/sentiments chez Spinoza, James et Vygotski. Dans M. CHARMILLOT, C. DAYER, F. FARRUGIA & M.-N. SCHURMANS (Eds), Emotions et sentiments : une construction sociale. Approches théoriques et rapports aux terrains (pp. 25-40). Paris : L’Harmattan.

CAMBON, L. (2008). Les mots du quotidien des éducateurs spécialisés, une question d’identité. Les cahiers de l’Actif, 386/387, 41-51.

CASTEL, R. (2009). La montée des incertitudes. Travail, protection, statut de l’individu. Paris : Seuil.

CATTIN, D. & BOLZMAN, C. (2008). Histoire du travail social en Suisse : le cas de la professionnalisation à Genève. Dans E. JOVELIN (Ed.), Histoire du travail social en Europe (pp. 76-89). Paris : Vuibert.

CERF, M. & FALZON, P. (Eds). (2005). Situations de service : travailler dans l’interaction. Paris : Presses universitaires de France.

CERTEAU, M. de (1990). L’invention du quotidien. 1. Arts de faire. Paris : Gallimard.

CHARMILLOT, M., DAYER, C., FARRUGIA, F. & SCHURMANS, M.-N. (Eds). (2008). Emotions et sentiments : une construction sociale. Approches théoriques et rapports aux terrains. Paris : L’Harmattan.

CHAUVIÈRE, M. (2005). Compétences ou qualifications ? Dans J. ION (Ed.), Le travail social en débat(s) (pp. 119-134). Paris : La Découverte.

CHAUVIÈRE, M. (2004). Le travail social dans l’action publique. Sociologie d’une qualification controversée. Paris : Dunod

CHOPARD, J.-N. (Ed.). (2000). Les mutations du travail social. Dynamique d’un champ professionnel. Paris : Dunod.

CIFALI, M. (2006). Parti pris entre théories et pratiques cliniques. Dans M. CIFALI & F. GIUST-DESPRAIRIES (Eds), De la clinique. Un engagement pour la formation et la recherche (pp. 127-144). Bruxelles : De Boeck & Larcier.

CIFALI, M. (1999). Métier impossible ? Une boutade inépuisable. Le Portique, 4. Récupéré le 21.01.2011 de : http://www.leportique.revues.org.

CIFALI, M. (1986). L’infini éducatif : mise en perspectives. Dans M. FAIN, M. CIFALI, E. ENRIQUEZ & J. COURNUT (Eds), Les trois métiers impossibles. Paris : Les Belles Lettres.

CIFALI, M. & GIUST-DESPRAIRIES, F. (Eds). (2006). De la clinique. Un engagement pour la formation et la recherche. Bruxelles : De Boeck & Larcier.

CIFALI, M., THÉBERGE, M. & BOURASSA, M. (2010). Cliniques actuelles de l’accompagnement. Paris : L’Harmattan.

CLOT, Y. (2010a). Pourquoi l’activité dans la clinique du travail ? Dans Y. CLOT & D. LHUILIER (Eds), Agir en clinique du travail (pp. 13-25). Toulouse : Erès.

CLOT, Y. (2010b.). Le travail à cœur. Pour en finir avec les risques psychosociaux. Paris : La découverte.

CLOT, Y. (2008) [1999]. Le travail sans l’homme ? Pour une psychologie des milieux de travail et de vie. Paris : La Découverte.

CLOT, Y. (2008). Travail et pouvoir d’agir. Paris : Presses universitaires de France.

CLOT, Y. (2006). Clinique du travail et clinique de l’activité. Nouvelle Revue de psychosociologie, 1, 165-177.

CLOT, Y. (2006) [1999]. La fonction psychologique du travail. Paris : Presses universitaires de France.

CLOT, Y. (2005). L’autoconfrontation en analyse du travail : l’apport de la théorie bakhtinienne du dialogue. Dans L. FILLIETTAZ & J.-P. BRONCKART (Eds), L’analyse des actions et des discours en situation de travail. Concepts, méthodes et applications. Louvain : Peeters, BCILL.

CLOT, Y. (2004). Action et connaissance en clinique de l’activité. @ctivités, 1(1). Récupéré en mars 2010 de http://www.activites.org/v1n1/clot.pdf.

CLOT, Y. (2002). L’échange avec un « sosie » pour penser l’expérience. Un essai. Société française, 3(53), 51-55.

CLOT, Y. (2001a). Clinique du travail et action sur soi. Théories de l’action et éducation. Bruxelles : De Boeck Université.

CLOT, Y. (2001b). Psychopathologie au travail et clinique de l’activité. Education permanente, 146, 35-49.

CLOT, Y. (2000). La formation par l’analyse du travail. Dans B. MAGGI (Ed.), Manières de penser, manières d’agir en éducation et en formation (pp. 133-156). Paris : Presses universitaires de France.

CLOT, Y. & FAÏTA, D. (2000). Genres et styles en analyse du travail. Concepts et méthodes. Travailler, 4, 7-42.

CLOT, Y., FAÏTA, D., FERNANDEZ, G. & SCHELLER, L. (2001). Entretiens en autoconfrontation croisée : une méthode en clinique de l’activité. Education permanente, 146, 17-25.

CLOT, Y., FERNANDEZ, G. & SCHELLER, L. (2007). Le geste de métier : problème de la transmission. Dans Y. CLOT & K. KOSTULSKI (Eds), Dialogue, activité, développement (pp. 109-138). Paris : L’Harmattan.

CLOT, Y. & LEPLAT, J. (2005). La méthode clinique en ergonomie et en psychologie du travail. Le travail humain, 68(4), 289-316.

CLOT, Y. & LHUILIER, D. (2010). Agir en clinique du travail. Toulouse : Erès.

CLOT, Y. & LHUILIER, D. (Eds). (2006). Perspectives en clinique du travail. Nouvelle Revue de psychosociologie, 1.

Conseil supérieur du travail social (2001). Ethique des pratiques sociales et déontologie des travailleurs sociaux : la nécessaire question du sens et des interventions sociales. Rennes : ENSP.

COQUOZ, J. & KNÜSEL, R. (2004). L’insaisissable pratique. Travail éducatif auprès de personnes souffrant de handicap. Lausanne : Les cahiers de l’EESP.

COUTURIER, Y. & CHOUINARD, I. (2008). La relation est-elle soluble dans la didactique ? La rationalité dans les métiers relationnels comme objet d’une didactique des savoirs professionnels. Dans Y. LENOIR & P. PASTRE (Eds), Didactique professionnelle et didactiques disciplinaires en débat. Toulouse : Octarès.

DAMASIO, A. R. (2002). Le sentiment même de soi. Corps, émotions, conscience. Paris : O. Jacob.

DANVERS, F. (2006). Regards croisés sur l’événement. Pensée plurielle, 3(13), 13-21.

DARNAUD, T. & HARDY, G. (2006). Petit lexique pour l’usage du travailleur social. Lyon : Chronique sociale.

DAVEZIES, P. (1999). Eléments de psychodynamique du travail. Education permanente, 116(3), 33-46.

DEJOURS, Ch. (2003). Le corps d’abord. Corps biologique, corps érotique et sens moral. Paris : Payot.

DEJOURS, Ch. (2000) [1993]. Travail, usure mentale : essai de psychopathologie du travail. Paris : Bayard.

DEJOURS, Ch. (1998). Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale. Paris : Seuil.

DEJOURS, Ch. (1993). Intelligence pratique et sagesse pratique : deux dimensions méconnues du travail réel. Education permanente, 116(3), 47-69.

DELEUZE, G. (1988). Le pli. Leibniz et le baroque. Paris : Minuit.

DELEUZE, G. & GUATTARI, F. (1980). Mille plateaux. Paris : Minuit.

DELHASSE, G. (2009). Eduquer est mon métier. L’observatoire, 63, 17-20.

DELIGNY, F. (2010). Une vie en marge. 30 ans de dialogue avec des irrécupérables. L’Express-Méditerranée. Récupéré le 15.10.2010 de http://www.cip-idf.org/IMG/doc/deligny_une_vie-2-doc-France

DELIGNY, F. (2007). Œuvres. Paris : L’Arachnéen.

DELIGNY, F. (1980). Les enfants et le silence. Paris : Galilée / Spirali.

DELIGNY, F. (1978). Le Croire et le Craindre. Paris : Stock.

DELIGNY, F. (1976). Les Cahiers de l’immuable / 3. Au défaut du langage. Recherches, 24.

DELIGNY, F. (1975). Pavillon III, suivi de Les vagabonds efficaces. Paris : Maspero.

DELIGNY, F. (1975a). Les Cahiers de l’immuable / 1. Voix et voir. Recherches, 18.

DELIGNY, F. (1975b). Les Cahiers de l’immuable / 2. Dérives. Recherches, 20.

DELIGNY, F. (1947). Les vagabonds efficaces. Paris : V. Michon.

DELLA CROCE, C. & LIBOIS, J. (2010). La place des référentiels théoriques dans l’action. Revue suisse de travail social, 8/9, 69-84.

DELOURME, A. (1997). La distance intime. Tendresse et relation d’aide. Paris : Desclée de Brouwer.

DELOURME, A. (1996). De la tendresse. Dans G. TONELLA, L’amour et la sexualité (pp. 25-38). Paris : Morisset.

DESPRET, V. (2001). Ces émotions qui nous fabriquent. Ethnopsychologie des émotions. Paris : Seuil

DETIENNE, M. & VERNANT, J.-P. (1989) [1974]. Les ruses de l’intelligence – La « mètis » des Grecs. Paris : Champs Flammarion.

DONZELOT, J. (1996). L’avenir du social. Esprit, 241, 58-81.

DONZELOT, J. & Roman, J. (Eds). (1998). 1972-1998 : Les nouvelles donnes du social. Esprit, 219, 7-27.

DUBATH, M. (2006). Langage du corps et émotions. Réflexions d’éducateurs sociaux sur la prise en compte de leur langage du corps et de leurs émotions, à partir d’images de leur pratique professionnelle quotidienne. [Travail de Bachelor] Genève : Haute école de travail social.

DUBET, F. (2002). Le déclin de l’institution. Paris : Seuil.

FARRUGIA, F. & SCHURMANS, M.-N. (2008). Avant-propos. Dans M. CHARMILLOT, C. DAYER, F. FARRUGIA & M.-N. SCHURMANS (Eds), Emotions et sentiments : une construction sociale. Approches théoriques et rapports aux terrains. Paris : L’Harmattan.

FAVRET-SAADA, J. (1990). Etre affecté. Gradhiva, 8, 3-10.

FAVRET-SAADA, J. (1977). Les mots, la mort, les sorts. Paris : Gallimard.

FILLIETTAZ, L. & SCHUBAUER-LEONI, M.-L. (Eds). (2009). Processus interactionnels et situations éducatives. Bruxelles : De Boeck.

FOUCAULT, M. (1984). Histoire de la sexualité II. L’usage des plaisirs. Paris : Gallimard.

FOUCAULT, M. (1976). Histoire de la sexualité I. La volonté de savoir. Paris : Gallimard.

FOUCAULT, M. (1975). Surveiller et punir. Naissance de la prison. Paris : Gallimard.

FREIRE, P. (1974). Pédagogie des opprimés, suivi de Conscientisation et révolution. Paris : Maspero.

FREIRE, P. (1971). L’éducation : pratique de la liberté. Paris : Cerf.

FUSTIER, P. (2008). Les corridors du quotidien. Paris : Dunod.

FUSTIER, P. (2000). Le lien d’accompagnement. Entre don et contrat salarial. Paris : Dunod.

FUSTIER, P. (1999). Le travail d’équipe en institution. Clinique de l’institution médico-sociale et psychiatrique. Paris : Dunod.

GILLET, J.-C. (1995). Animation et animateurs. Le sens de l’action. Paris : L’Harmattan.

GIUST-DESPRAIRIES, F. (2006). La clinique : enjeux d’une position épistémologique. Dans M. CIFALI & F. GIUST-DESPRAIRIES (Eds), De la clinique. Un engagement pour la formation et la recherche (pp. 165-186). Bruxelles : De Boeck.

GOFFMAN, E. (1992). Les rites d’interaction. Paris : Minuit.

GOFFMAN, E. (1991). Les cadres de l’expérience. Paris : Minuit.

GOFFMAN, E. (1988). Les moments et leurs hommes. Paris : Seuil/ Minuit.

GOFFMAN, E. (1973). La mise en scène de la vie quotidienne. 2. Les relations en public. Paris : Minuit.

GUTTON, P. (2008). Séduction et haine en adolescence. Dans A. BRACONNIER & B. GOLSE (Eds), Bébé-ados : crises et chuchotements (pp. 101-110). Toulouse : Erès.

HABERMAS, J. (1987). L’agir communicationnel. Paris : Fayard.

ION, J. (Ed.). (2005). Le travail social en débat(s). Paris : La Découverte.

ION, J. (1998). Une fonction sociale généralisée. Esprit, 3.

ION, J. & RAVON, B. (2000). Les travailleurs sociaux. Paris : La Découverte.

ION, J. & TRICART, J.-P. (1998) [1984]. Les travailleurs sociaux. Paris : La Découverte.

JAEGER, M. (2009). Un positionnement professionnel difficile à construire. Le cas des éducateurs spécialisés. Education permanente, 179, 91-100.

JAEGER, M. (2009a). Nouveaux questionnements sur la formation des travailleurs sociaux. Ville, école, intégration diversité, 158, 61-66.

JAMES, W. (2006). Introduction à la philosophie. Paris : Les Empêcheurs de penser en rond.

JEAMMET, P. (2008). Du bébé à l’adolescent : les chemins de la destructivité. Dans A. BRACONNIER & B. GOLSE (Eds). Bébé-ados : crises et chuchotements. Toulouse : Erès.

JOAS, H. (2001). La créativité de l’agir. Dans J.-M. BAUDOIN & J. FRIEDRICH (Eds), Théories de l’action et éducation (pp. 27-43). Bruxelles : De Boeck.

JOAS, H. (1999). La créativité de l’agir. Paris : Cerf.

JOBERT, G. (1999). L’intelligence au travail. Dans P. CARRÉ, & P. CASPAR (Eds), Traité des sciences et des techniques de la formation (pp. 205-221). Paris : Dunod.

JOBERT, G. (2007). Le travail, obscur objet de l’intervention. Education permanente, 170, 25-34.

JOBERT, G. (2006). Entre savoirs et surprise, une analyse clinique du travail. Dans M. CIFALI & F. GIUST-DESPRAIRIES (Eds), De la clinique. Un engagement pour la formation et la recherche (pp. 29-41). Bruxelles : De Boeck & Larcier.

JOBERT, G. (2003). Préface. Dans J. LIBOIS & F. LOSER, Travailler en réseau (pp. 5-9). Genève : Editions ies.

JOBERT, G. (1992). Position sociale et travail du consultant. Education permanente, 113, 157-178.

JOBERT, G. (1987). L’analyse sociologique des groupes professionnels. Dans Les formateurs d’adultes, matériaux pour l’étude sociologique d’un groupe professionnel [Etude] (pp. 89-133). Paris : Ministère du Travail et de l’emploi, Délégation à la Formation professionnelle.

JOBERT, G. (1985). Processus de professionnalisation et production du savoir. Education permanente, 80, 125-145.

JONCKHEERE DE, C. (2008). Les émotions : des aventures collectives. De James à Whitehead. Dans M. CHARMILLOT, C. DAYER, F. FARRUGIA & M.-N. SCHURMANS (Eds), Emotions et sentiments : une construction sociale. Approches théoriques et rapports aux terrains (pp. 41-52). Paris : L’Harmattan.

JONCKHEERE DE, C. (2001). Agir envers autrui. Lonay, Paris : Delachaux & Niestlé.

JOSEPH, I. (1978). Correspondre. Dans F. DELIGNY, Le Croire et le Craindre. Paris : Stock.

JOSEPH, I. (1975). Préface. Dans F. DELIGNY, Les Cahiers de l’immuable / 2. Dérives. Recherches, 20.

JOSEPH, I. & JEANNOT, G. (1995). Métiers publics. Les compétences de l’agent et l’espace de l’usager. Paris : CNRS Editions.

KARSZ, S. (2004). Pourquoi le travail social ? Paris : Dunod.

LACHEB, M. (2008). Le corps matrice d’une expérience émotive dans la relation pédagogique en éducation physique. Dans M. CHARMILLOT, C. DAYER, F. FARRUGIA & M.-N. SCHURMANS (Eds), Emotions et sentiments : une construction sociale. Approches théoriques et rapports aux terrains (pp. 193-202). Paris : L’Harmattan.

LAVAL, Ch. & RAVON, B. (2005). Relation d’aide ou aide à la relation ? Dans J. ION (Ed.), Le travail social en débat(s) (pp. 235-250). Paris : La Découverte.

LE BLANC, G. (2007). Vies ordinaires, vies précaires. Paris : Seuil.

LE GUILLANT, L. (1950). La Grande Cordée (Préface). Vers l’éducation nouvelle, 39.

LE GUILLANT, L. (1950a). Les maisons d’enfants. Paris : Presses universitaires de France.

LEPLAT, J. (2000). L’analyse psychologique de l’activité en ergonomie. Aperçu sur son évolution, ses modèles et ses méthodes. Paris : Octarès.

LEPLAT, J. (1997). Regards sur l’activité en situation de travail. Contribution à la psychologie ergonomique. Paris : Presses universitaires de France.

LHUILIER, D. (2010). Développement de la clinique du travail. Dans Y, CLOT, Y. & D. LHUILIER, Agir en clinique du travail (pp. 205-223). Toulouse : Erès.

LHUILIER, D. (2009). Travail du négatif – travail sur le négatif. Education permanente, 179, 39-57.

LHUILIER, D. (2007) [2006]. Cliniques du travail. Toulouse : Erès.

LIBOIS, J. (2011). La part sensible de l’acte. Approche clinique de l’éducation sociale [thèse de doctorat]. Paris : Conservatoire National des Arts et Métiers. Récupéré de www.theses.fr/052667979.

LIBOIS, J. (2007a). Le bachelor en travail social : quelle expertise pour quelle pratique ? [Conférence plénière du congrès de l’AIFRIS à Namur]. Récupéré de http://www.aifris.org/spip. php?article4

LIBOIS, J. & HEIMGARTNER, P. (2008). L’Accueil libre, une pratique fondamentale en travail social, peu définie, peu nommée et peu reconnue. Récupéré le 22.03.2009 de http://www.anim.ch.

LIBOIS, J. & LOSER, F. (2010) [2003]. Travailler en réseau. Genève : Editions ies.

LIBOIS, J. & MEZZENA, S. (2009). L’analyse de l’activité comme espace démocratique de développement : approche clinique d’une situation professionnelle en travail social. Nouvelles pratiques sociales, 22(1), 125-138.

LIBOIS, J. & MEZZENA, S. (2009a). L’analyse de l’activité en travail social comme espace de visibilité et de développement des compétences professionnelles. Revue de la FESET, Journal européen d’éducation sociale, 16-17, 85-102.

LIBOIS, J. & MEZZENA, S. (2008). Retrouver un pouvoir d’agir par l’investissement subjectif au travail. Actualité sociale, 3, 2-3.

LIBOIS, J. & MEZZENA, S. (2007). Accéder aux savoirs d’action dans la formation des travailleurs sociaux. L’exemple de la présence à l’autre. Revue suisse de travail social, 3, 27-42.

LIBOIS, J. & STROUMZA, K. (Eds). (2007). Analyse de l’activité en travail social. Actions professionnelles et situations de formation. Genève : Editions ies.

LIBOIS, J. & WICHT, L. (2004). Travail social hors murs. Créativité et paradoxes dans l’action. Genève : Editions ies.

LURIN, J., PECORINI, M. & WASSNER, A. (2008). Accueil et placements d’enfants et adolescents : Evaluation du dispositif de l’éducation spécialisée à Genève. Genève : Service de la recherche en éducation.

MAGGI, B. (Ed.). (2000). Manières de penser, manières d’agir en éducation et en formation. Paris : Presses universitaires de France.

MAUSS, M. (1968). Essais de sociologie. Paris : Minuit.

MELCHIOR, J.-Ph. (2008). L’intensification du travail : une atteinte à l’éthique professionnelle des travailleurs sociaux. Dans D. LINHART (Ed.), Pourquoi travaillons-nous ? Une approche sociologique de la subjectivité au travail (pp. 159-182). Toulouse : Erès.

MENDEL, G. (2002). Une histoire de l’autorité. Paris : La Découverte.

MENDEL, G. (1998). L’acte est une aventure. Paris : La Découverte.

MERLEAU-PONTY, M. (1996). Phénoménologie de la perception. Paris : Gallimard.

MEYER, C. (1981). Social Work Purpose : Status by Choice or Coercion ? Social Work, 26, 69-75.

MOLINIER, P. (2003). Editorial. Travailler, 1(9), 5-8.

MOLINIER, P. (1997). Un éclairage psychodynamique de la notion de compétence. Education permanente, 3(132), 149-158.

MONTMOLLIN, M. de (1986). L’intelligence de la tâche. Eléments d’ergonomie cognitive. Berne : Peter Lang.

NIEWIADOMSKI, Ch. (2009). Evolutions des pratiques d’accompagnement éducatives : vers la construction de savoirs de résistance ? Contradictions, 127-128, 27-46.

NIEWIADOMSKI, Ch. (2006). L’événement : entre intra-psychique et socio-psychique. « Evénements catastrophe », effets de résonances et interprétation dans les groupes. Pensée plurielle, 3(13), 49-58.

OGIEN, A. & QUÉRÉ, L. (Eds). (2006). Les moments de la confiance. Connaissance, affects et engagements. Paris : Economica.

OROFIAMMA, R. (2006). Avec la folie, le jour, la nuit. Education permanente, 5.

OSSIPOW, L. (2011). La citoyenneté à l’épreuve des rites : l’exemple des réunions de foyer dans un dispositif d’éducation spécialisée. Pensée plurielle, 26, 66-80.

OSSIPOW, L. & AEBY, G. (2009). S’essayer. Transitions vers la vie adulte et définitions de l’autonomie en foyers d’éducation. [Communication, 4e rencontres : Jeunes et Sociétés en Europe et autour de la Méditerranée, Forli]. Récupéré de http://www.giovaniesocieta.unibo.it/paperws.html

PACHERIE, E. (2004). L’empathie et ses degrés. Dans A. BERTHOZ & G. JORLAND (Eds), L’empathie (pp. 149-182). Paris : O. Jacob.

PAPERMAN, P. (1995). L’absence d’émotion comme offense. Dans P. PAPERMAN & R. OGIEN (Eds), La couleur des pensées. Sentiments, émotions, intentions (pp. 175-197). Paris : EHESS.

PASTRÉ, P. (2006). Apprendre à faire. Dans E. BOURGEOIS & G. CHAPELLE (Eds), Apprendre et faire apprendre (pp. 109-121). Paris : Presses universitaires de France.

PETRESCU, D. (2006). Tracer là ce qui nous échappe. Multitudes, 24. Récupéré le 15.10.2010 de http://multitudes.samizdat.net/Tracer-la-ce-qui-nous-echappe

PEZÉ, M. (2009). Corps et souffrance au travail. Corps / revue interdisplinaire, 6.

PEZÉ, M. (2002). Le deuxième corps. Paris : La Dispute.

PIETTE, A. (2009). L’acte d’exister. Charleroi : Socrate Editions Promarex.

PIETTE, A. (1996). Ethnographie de l’action. L’observation des détails. Paris : Métailié.

PLANTIN, Ch., DOURY, M. & TRAVERSO, V. (Eds). (2000). Les émotions dans les interactions. Lyon : Presses universitaires de Lyon.

POLLI, M.-L. (2008). Diversification des qualifications en travail social en Suisse. Journal européen d’éducation sociale, 14/15, 103-112.

PORRET, Ph. (2009). Fernand Deligny, L’arachnéen et autres textes. Essaim – Revue de psychanalyse, 22, 133-136.

PRESTINI, M. (Ed.). (2006a). La notion d’événement dans différents champs disciplinaires. Pensée plurielle, 3(13), 21-29.

PRESTINI, M. (2006b). La décision d’entrée en formation chez les adultes : un rapport à l’événement. Pensée plurielle, 3(13), 59-68.

PRESTINI, M. (2006c). Une nouvelle grille de lecture : l’événement. Pensée plurielle, 3(13), 81-90.

QUÉRÉ, L. (2006). Confiance et engagement. Dans A. OGIEN & L. QUÉRÉ (Eds), Les moments de la confiance. Connaissance, affects et engagements. Paris : Economica.

RIBORDY-TSCHOPP, F. (1989). Fernand Deligny, éducateur « sans qualités ». Genève : Editions ies.

RICŒUR, P. (1991). Evénement et sens. Dans J.-L. PETIT (Ed.), L’événement en perspective (pp. 41-56). Paris : EHESS.

RICŒUR, P. (1983). Temps et récit. Paris : Seuil.

ROBERGE, M. (2002). A propos du métier d’accompagnateur et de l’accompagnement dans différents métiers. Education permanente, 153, 101-108.

ROBINSON, B. (2009). Le quotidien, un outil social spécifique. L’observatoire, 63, 49-53.

ROGERS, C. R. (1967). Le développement de la personne. Paris : Dunod.

ROUZEL, J. (2010) [2004]. Le quotidien en éducation spécialisée. Paris : Dunod.

ROUZEL, J. (2007) [1997]. Le travail de l’éducateur spécialisé. Ethique et pratique. Paris : Dunod.

ROUZEL, J. (2000). Educateur : un métier impossible. L’énonciation, la limite et le jugement. Le sociographe, 1, 107-118.

SEFERDJELI, L. (2008). Vers une reformulation du statut de la notion d’empathie dans la professionnalisation des infirmières. Dans M. CHARMILLOT, C. DAYER, F. FARRUGIA & M.-N. SCHURMANS (Eds), Emotions et sentiments : une construction sociale. Approches théoriques et rapports aux terrains. Paris : L’Harmattan.

SEN, A. (2008). Une politique de la liberté. Paris : Michalon.

SEN, A. (2000). Un nouveau modèle économique. Développement, justice, liberté. Paris : O. Jacob.

SIBONY, D. (1995). Evénements I. Psychopathologie du quotidien. Paris : Seuil.

SIBONY, D. (1995a). Evénements II. Psychopathologie du quotidien. Paris : Seuil.

SIBONY, D. (1991). Entre-deux. L’origine en partage. Paris : Seuil.

SOARES, A. (2003). Les émotions dans le travail. Travailler 1(9), 9-132.

SOULET, M.-H. (1997). Petit précis de grammaire indigène du travail social. Règles, principes et paradoxes de l’intervention sociale au quotidien. Fribourg : Editions Universitaires.

SOULET, M.-H. (2005). Confiance et capacité d’action. Agir en contexte d’incertitude. Dans C. BALSA, Confiance et lien social (pp. 341-351). Fribourg : Academic Press.

SOULET, M.-H. (2005a). Une solidarité de responsabilisation ? Dans J. ION (Ed.), Le travail social en débat[s] (pp. 86-103). Paris : La Découverte.

SOULET, M.-H. (2001). Le social en mal de contrôle. Dans Informations sociales. Les métiers du social, 94, 26-41.

SOULET, M.-H. (2001a). Les mutations du travail social : formes et enjeux. Dans E. JOVELIN & E. PRIEUR (Eds), Quel social pour quelle société au XXIesiècle ? Paris : L’Harmattan.

THÉVENET, A. & DÉSIGNAUX, J. (2002) [1985]. Les travailleurs sociaux. Paris : Presses universitaires de France.

VALLÉRY, G., BOUCHEIX, J.-M., LEDUC, S. & CERF, M. (2005). Analyser les situations de service : questions de méthodes. Dans M. CERF & P. FALZON (Eds), Situations de service : travailler dans l’interaction (pp. 21-40). Paris : Presses universitaires de France.

VILLATTE, R., TEIGER, C. & CAROLY-FLAGEUL, S. (2005). Les activités des travailleurs sociaux : du « travail social » à la « médiation et l’intervention sociale ». Dans M. CERF & P. FALZON (Eds), Situations de service : travailler dans l’interaction. Paris : Presses universitaires de France.

VILBROD, A. (Ed.). (2003). L’identité incertaine des travailleurs sociaux. Paris : L’Harmattan.

VUILLE, M. (2009). Essai d’interprétation. Dans GRUNDER H.-U. (Ed.), Dynamiques de l’intégration et de l’exclusion en Suisse. Genève/Zurich : Seismo.

VUILLE, M. & SCHULTHEIS, F. (Eds). (2007). Entre flexibilité et précarité. Regards croisés sur la jeunesse. Paris : L’Harmattan.

VUILLE, M. & WICHT, L. (2007). Des jeunes dans le périmètre de la prévention et du contrôle social. Dans M. VUILLE & F. SCHULTHEIS, (Eds), Entre flexibilité et précarité. Regards croisés sur la jeunesse (pp. 215-238). Paris : L’Harmattan.

VYGOTSKI, L. (1998). Théorie des émotions. Etude historico-psychologique. Paris : L’Harmattan.

VYGOTSKI, L. (1997). Pensée et langage. Paris : La Dispute.

VYGOTSKI, L. (1994) [1925]. Le problème de la conscience dans la psychologie du comportement. Société française, 50, 35-47.

WINNICOTT, D. W. (1994). Déprivation et délinquance. Paris : Payot.

ZARIFIAN, Ph. (2003). A quoi sert le travail ? Paris : La Dispute.

ZARIFIAN, Ph. (1995). Le travail et l’événement. Paris : L’Harmattan.

© Éditions ies, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search