Version classiqueVersion mobile

Travail social hors murs

 | 
Joëlle Libois
, 
Laurent Wicht

Avertissements aux lecteurs et lectrices

Texte intégral

  • Dans le souci de maintenir la fluidité du texte et d’en faciliter la lecture, les auteur-e-s ont choisi d’utiliser systématiquement la forme masculine.
  • A propos du brouillage des images

1Notre démarche fait largement appel à l’image, celle-ci est renvoyée au lecteur comme source de compréhension fine de l’activité des TSHM.

2Sur demande des TSHM, pour des raisons de strict respect de l’anonymat, le visage des différents acteurs, et notamment des jeunes en interaction avec les TSHM, est brouillé.

3Cet état de fait appelle cependant un commentaire. En effet, comme le rappelle Vulbeau (2004), la télévision nous habitue malheureusement aujourd’hui à la diffusion de reportages dont l’objet apparent est une pseudo ethnographie de « quartiers d’exils » et dont l’objet réel est le renforcement de l’équation jeunesse et menace, jeunesse comme nouvelle classe dangereuse. Vulbeau souligne que le brouillage des visages des jeunes dans ce type d’émission, moins que de protéger les jeunes, participe à un effet de déréalisation et de déshumanisation contribuant à la diffusion d’un idéal-type de jeune potentiellement dangereux.

4Notre démarche est évidemment toute autre puisqu’elle tente de contribuer à une meilleure compréhension de l’action de TSHM dont les valeurs exprimées dans leur charte professionnelle trouvent leurs fondements dans :

  • Les situations réellement vécues par les personnes concernées
  • Le respect de l’autre en tant que sujet
  • Une action émancipatrice incluant la participation active des personnes concernées
  • Le souci de ne porter aucun jugement moral sur les situations rencontrées.

5(Charte des TSHM romands, 2002).

© Éditions ies, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search