Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le travail social entre résistance et innovation / Soziale Arbeit zwieschen Widerstand und Innovation

 | 
Sabine Voélin
, 
Miryam Eser Davolio
, 
Mathias Lindenau

Conclusion

Sabine Voélin, Miryam Eser Davolio et Mathias Lindenau

Texte intégral

1Directement interpellé par les effets des crises qui se déploient à l’échelle mondiale, le travail social comme acteur de premier plan se trouve dans une situation paradoxale au sens où les attentes et les besoins des populations en difficulté croissent alors que les prestations de l’Etat social et d’organismes indépendants diminuent. Si la Suisse est moins touchée que d’autres états européens par la crise économique, les services sociaux sont confrontés à différentes mesures : coupes budgétaires, postes non renouvelés voire tout simplement supprimés.

2La trentaine de contributions de cet ouvrage offre une radiographie de l’état dans lequel se trouve actuellement le travail social dans les contextes étatiques et associatifs où il s’exerce et se réfléchit.

3Tout se passe comme si la dimension sociale du travail devait retrouver sa définition-même, comme si en se professionnalisant, le travail social avait perdu une partie de sa substance. Ce constat passe par une redéfinition des termes. Ce n’est probablement pas un hasard si le terme d’action sociale est devenu intervention sociale, si les programmes semblent plus découler de techniques gestionnaires que d’actions véritablement pensées en termes de politique sociale, dont la norme de justice sociale serait la clé de voûte. Des travaux présentés, il ressort une vaste quête de reconnaissance d’un espace d’autonomie pour répondre à la mission du travail social dans sa lutte contre la pauvreté et l’exclusion. Les institutions, qui semblent avoir hérité des logiques propres à l’entreprise, peinent à réaliser des programmes de réinsertion émancipateurs. Cette situation induit des postures de résistance et de lutte. La nécessité de rappeler et de s’inspirer des valeurs fondatrices du travail social apparaît comme urgente, au vu de l’extension du champ, à la fois dans ses missions et ses types d’agent. Dans le rappel des valeurs démocratiques, travailler à réduire les inégalités sociales amène à s’interroger en amont sur la nécessité de prendre une part active dans les jeux de pouvoir au nom de la « justice redistributive ». Deux constats émergent à ce sujet : d’une part, l’action envisagée rencontre maints obstacles, étouffée par la mainmise du politique qui ne considère pas le travail social comme un véritable acteur, mais le confine dans un rapport d’assujettissement. D’autre part, sous prétexte de rationalisation et d’efficience, l’action projetée est en quelque sorte stérilisée par un ensemble de normes et de procédures qui risquent de museler la capacité innovante du champ.

4Un retour sur le passé rappelle qu’au cours des Trente glorieuses, le travail social a gagné en force et légitimité, prenant un rôle actif dans la construction d’un Etat social fort sur la base de valeurs démocratiques, alors qu’il ne serait plus aujourd’hui qu’un instrument de gouvernance et de contrôle. Face à ce constat, des voies se dessinent dans deux directions. L’une d’elles consiste, à partir des évolutions actuelles, à suivre une démarche bottom-up, autrement dit, à développer un travail social au plus près des populations et des associations, là où elles se trouvent, mais aussi en s’inspirant d’expériences et de méthodes utilisées au niveau transnational, en utilisant les moyens technologiques comme ressource. Ce travail en réseaux sécrète une force innovante qui va probablement se développer encore dans les années à venir. Sortir des catégories est nécessaire au moment où, par exemple, les études montrent que l’entrée dans une filière de demandeur d’aide sociale peut concerner tout un chacun, du fait d’un marché du travail saturé et fluctuant, d’accidents biographiques, de problème de santé, etc.

5Une autre voie – qui n’est d’ailleurs pas exclusive de la première – viserait une démarche top-down, en occupant une place sur l’échiquier politique, afin d’agir comme levier de l’action sociale, dimension incontournable pour s’assurer une réelle position d’acteur dans ce champ. Si la mondialisation économique morcelle le monde en plusieurs catégories, selon leur degré de développement, ce qui est souvent décrié (non sans raison), elle a également pour effet de dynamiser – au travers de l’échange – des domaines comme le culturel et le social. Dans cette optique, le travail social devient un travail sociétal. Pour trouver cohésion et légitimité, des groupes se forment, des réseaux s’instaurent dépassant le corporatisme pour résister à l’hégémonie du pouvoir économique et à une dévaluation du social et des acteurs qui travaillent dans ce champ.

6A l’ère des grandes mutations que nous connaissons aujourd’hui, le rôle du travail social comme force innovante, mais aussi résistante, le place dans une tension difficilement surmontable. Entre les tenants du leitmotiv Penser globalement et agir localement et ceux du penser localement et agir globalement, que choisir ? Y a-t-il lieu de le faire ? Au-delà des slogans, les professionnels se posent la question des finalités de leur action, et la formation comme la recherche constituent des moyens essentiels pour alimenter ce débat. Caution scientifique et force de propositions au niveau des instances politiques, la recherche apporte un certain regard par ses analyses, tant sur les phénomènes sociaux qui se déploient à grande échelle, que sur les études de cas focalisées sur les pratiques sociales et les situations. Cette démarche nécessite de ne pas cantonner la recherche à une fonction d’expertise ou d’ingénierie sociale, mais réclame les conditions de prise de distance indispensable à son développement. Comme l’indique les contributions à cet ouvrage, il serait faux et arbitraire de diviser la recherche selon des critères institutionnels : recherche appliquée « réservée » au travail social, recherche fondamentale cantonnée hors de ce champ.

7En-dehors des pôles d’activité que sont le travail de terrain et de recherche, il reste à nommer celui de la formation. S’il s’agit d’unifier un tant soit peu le champ du travail social, de le fédérer autour de valeurs émancipatrices, nul doute que la formation représente ici un enjeu de taille. Ces dernières années ont vu les formations de base et continue se normaliser et se stratifier, épousant en cela les normes européennes : bachelor-master-doctorat d’un côté, CAS-DAS-MAS de l’autre. Parallèlement, se mettent sur pied nombre de certificats en formations plus ponctuelles, pour répondre aux évolutions structurelles et conjoncturelles, allant de formations en méthodologies spécifiques jusqu’aux formations autour de questions de société, en passant par des formations de mise à niveau des connaissances professionnelles, par exemple en relation avec les changements législatifs.

8En bref, les contributions de cet ouvrage dressent un portrait contrasté du travail social dans ses liens et rapports concrets avec la politique sociale, les institutions et les acteurs du terrain. Sans être exhaustives, les questions soulevées touchent aux problèmes de pauvreté/précarité sur fond de crise socio-économique, d’inégalités sociales, d’exclusion versus intégration. Ces questions sont traitées par la recherche et la formation. Si le travail social a désormais conquis sa place dans le monde scientifique des sciences sociales, il n’en est pas de même sur la scène politique où il apparaît nécessaire d’engager une réflexion sur les positions et orientations du travail social à moyen et long terme. Une telle démarche mérite davantage d’investissement afin de porter, sur la scène publique, les problèmes auxquels les travailleurs sociaux se confrontent au quotidien. Ces derniers doivent composer avec le discours neo-libéral des autorités de milice, les coupes budgétaires et les directives toujours plus strictes des assurances sociales et cherchent à faire entendre leur voix, muselés par la crainte de divulguer des informations classées secret professionnel ou de fonction.

9Gageons que le lecteur aura trouvé dans ces pages une richesse de portes d’entrée lui ayant permis d’enrichir son questionnement, d’affiner sa lecture des enjeux spécifiques au travail social, voire de découvrir un point d’ancrage susceptible de lui ouvrir des perspectives – y compris au-delà des frontières strictes de son champ d’action.

© Éditions ies, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site