Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le travail social entre résistance et innovation / Soziale Arbeit zwieschen Widerstand und Innovation

 | 
Sabine Voélin
, 
Miryam Eser Davolio
, 
Mathias Lindenau

Cinquième partie. Penser la recherche contemporaine dans le champ du travail social / Fünfter Teil. Zur gegenwärtigen Forschung im Feld der Sozialen Arbeit

Articuler recherche et travail social

L’exemple de la migration

Claudio Bolzman

Résumé

Theorie und Forschung stellen eine wichtige Bereicherung für die Praxis der Sozialen Arbeit dar. Migrationsforschung stellt dabei ein spezielles Thema dar, weil sie gewisse Fragen ausserhalb des «Denkbaren» diskutieren kann, und umgekehrt können viele Problematiken, welche sich in Zusammenhang mit Migration stellen, wahrgenommen werden, welche ausserhalb des engen staatlichen und sozialpolitischen Rahmens liegen. Dadurch werden Fachleute mit neuen Erkenntnissen unterstützt, die mitunter auch zu neuen Interventionsansätzen führen können. So wird hier das Beispiel der Situation betagter Migrantinnen und Migranten, welche ein über weite Strecken vernachlässigtes Forschungsgebiet darstellt, genauer betrachtet, da dieses Thema ganz neue Fragen für die Praxis aufwirft

Texte intégral

1L’anecdote suivante circulait dans les milieux de la psychologie à propos de Jean Piaget : il aurait dit plus d’une fois à ses collègues nord-américains : « Vous avez fait des centaines d’expériences, moi j’ai une théorie ». Par là, il voulait indiquer que l’on peut collecter toutes sortes de données empiriques sur la réalité, mais que si l’on n’a pas de questions pertinentes à poser à cette réalité on n’aboutira qu’à une accumulation erratique de données, ce que le sociologue Wright Mills (1967) définissait comme de l’« empirisme abstrait ». Si cet auteur critiquait tout autant les « grandes théories », les truismes sans base empirique, il considérait, à l’instar de Piaget, que le but de la recherche était de produire de nouvelles connaissances qui nous permettent de questionner notre regard habituel sur le monde.

2Disposer de nouvelles clés de compréhension, accéder à une plus grande complexité (Morin 1999) est aussi central pour la recherche en travail social, car on en trouve des éléments pertinents pour des interventions plus fines, plus appropriées et mieux informées. En ce sens, on peut affirmer que l’enrichissement de la théorie constitue un apport important pour la pratique. Cela ne veut pas dire qu’il y ait une modalité unique de production de connaissances. Le travail de recherche peut prendre des formes assez variées, comme nous tenterons de l’illustrer à travers ces lignes.

3Cet article s’intéresse plus particulièrement aux articulations entre recherche et travail social dans le domaine des migrations. Ce domaine est important à plus d’un titre. Comme l’a signalé Sayad (1991), les migrations constituent, non seulement un itinéraire géographique, mais également un itinéraire épistémologique. Elles obligent à revoir nos schémas habituels de pensée et d’analyse. Elles posent en particulier la question du cadre et de la démarche pertinents pour comprendre les problèmes sociaux, à condition de s’en donner les moyens.

4Dans cet article, nous tenterons de montrer que l’existence d’une recherche capable de s’interroger sur le sens commun, les évidences, est particulièrement importante dans ce domaine qui en est truffé. Les sciences sociales, et aussi le travail social, ont en effet souvent tendance à confondre la société et l’Etat. C’est ce que Wimmer et Glick-Schiller (2002) définissent comme un « nationalisme méthodologique ». Cela signifie que le plus souvent, les phénomènes sociaux qui échappent au cadre de l’Etat ne peuvent pas être saisis dans leur complexité et sont réduits à la manière dont l’Etat les pense. Comme l’écrit Sayad : « Nous pensons tous l’immigration (…), comme l’Etat nous demande de la penser et, en fin de compte, comme il la pense lui-même » (1999 : 399).

5Le travail social, dont le développement est étroitement lié à celui de l’Etat social, ne peut guère échapper à ce constat. Comme le signale Jovelin (2008 : 7), « le travail social a évolué au même rythme que la transformation sociale et politique qui a affecté un certain nombre d’Etats européens ». Le travail social s’est ainsi développé comme une activité professionnelle liée à des réalités nationales bien précises. Il s’appuie sur des législations sociales nationales pensées pour s’appliquer à des situations concernant principalement des populations ayant vécu la plupart de leur vie sur le territoire d’un même Etat. Or, dans un monde caractérisé par une mobilité internationale croissante, les travailleurs sociaux sont amenés à rencontrer, dans le cadre de leur activité professionnelle, de plus en plus de populations dont les parcours de vie ne correspondent pas aux cas de figure imaginés par le législateur. Il peut donc se produire un décalage entre les instruments pensés et prévus pour l’action sociale et les réalités rencontrées sur le terrain par les professionnels de l’intervention.

6Comme l’observe Righard (2008 : 3), « il y a une divergence croissante entre l’organisation du territoire et des gens en tant qu’Etats et citoyens, et dans la manière dont les gens organisent leur vie. Alors que les Etats en général, et les Etats sociaux en particulier, sont organisés en fonction des frontières et des limites significatives pour chaque Etat, les acteurs ont tendance à organiser davantage leur vie quotidienne à travers ces frontières et ces limites » (traduction de l’auteur de l’article).

7Ce hiatus est particulièrement intéressant à explorer, car il peut soulever un certain nombre d’enjeux pour l’intervention sociale : par exemple, il peut rendre plus difficile la visualisation de certains problèmes, puisqu’il n’appartient pas au champ du « pensable » ; il peut aussi, a contrario, amener à percevoir de nombreuses questions relatives aux migrations comme problématiques, car n’entrant pas dans les catégories habituelles définies par l’Etat et les politiques sociales. Dans cet article, il s’agira, par le biais de quelques recherches que j’ai pu mener ou qui ont été conduites par d’autres collègues, en particulier en Suisse romande, de mettre en lumière ces enjeux, qui placent souvent les travailleurs sociaux et leurs usagers face à des situations où les règles ne sont pas claires et les contraintes souvent multiples.

8Parfois, la recherche dite fondamentale est à même de faire avancer la réflexion sur le travail social avec les migrants : elle permet de découvrir des problématiques ignorées par l’intervention, ou de penser autrement certains problèmes. Parfois, en revanche, c’est la collaboration étroite entre chercheurs et professionnels qui permet de produire des connaissances nouvelles et d’élaborer des méthodes d’intervention plus adaptées. Nous fournirons ci-après plusieurs illustrations de ces deux perspectives que nous percevons comme complémentaires.

Recherche et découverte de problèmes ignorés par le travail social : les immigrés âgés

9La recherche sur les migrations peut être d’une grande utilité pour attirer l’attention du travail social sur l’émergence de problèmes sociaux peu visibles et peu thématisés par les pratiques professionnelles. C’est le cas, par exemple, de la problématique des conditions de vie des migrants âgés. Ce sont des chercheurs de notre école de travail social qui ont rendu attentifs les professionnels et les institutions à l’existence d’une population qui, contrairement aux idées habituelles, ne rentre pas dans son pays d’origine au moment de la retraite et qui se trouve en situation précaire par rapport aux personnes âgées « nationales » du point de vue économique et de son état de santé (Bolzman, Fibbi & Vial 1996 ; 1999). Il s’agit donc d’une population qui a davantage que d’autres besoin du soutien des services sociaux et qui, pourtant, les sous-utilise (Bolzman et al. 2004).

10Ainsi, il est parfois nécessaire de s’interroger sur des questions qui a priori peuvent paraître éloignées des préoccupations immédiates du travail social et qui demeurent plus largement sous-estimées dans l’imaginaire social. Notre recherche a pu montrer l’influence de la politique d’immigration sur cet impensé social à propos des immigrés âgés. En effet, les populations venues dans les années 1950 et 1960 furent recrutées dans le cadre d’une politique dont l’objectif premier était de disposer d’une main-d’œuvre temporaire, utile à court ou à moyen terme pour l’économie. Nul ne songeait alors à une immigration permanente. Dans ce contexte, le regroupement familial fut accepté avec beaucoup de retard et, en Suisse comme dans d’autres Etats européens, aucune politique d’intégration ne fut mise en place au bénéfice de la « première génération » d’immigrés. Cette tâche fut abandonnée au hasard des trajectoires personnelles, sans que des mesures concrètes ne viennent encourager la participation des migrants à la vie sociale et culturelle du pays de résidence. Cette situation ne préoccupait pas outre mesure les autorités, puisque celles-ci n’avaient pas envisagé sérieusement que ces « travailleurs » demeureraient à long terme dans la société de résidence.

11La mise en lumière, par notre recherche, de cette invisibilité d’une problématique sociale a fait l’effet d’une bombe dans les milieux concernés par le travail social auprès des personnes âgées, mais aussi auprès des immigrés. Nous avons été mandatés dans un deuxième temps par Pro Senectute suisse et la Commission fédérale des étrangers pour donner suite à notre première étude et faire une recherche, bien plus appliquée, sur les pratiques de soutien existantes dans certains pays européens, à l’égard des immigrés âgés (Fibbi, Bolzman & Vial 1999), dans le but de trouver des sources d’inspiration pour la Suisse.

12Nos divers travaux et la diffusion que nous leur avons donnée, notamment à travers la formation de base ou continue, ont attiré l’attention des professionnels qui ont choisi de consacrer leur mémoire de fin d’études à des questions relatives aux personnes âgées immigrées (Jäggi 2004 ; Lopes 2006). Ils ont aussi développé des initiatives spécifiques destinées à améliorer la situation de ce public dans leurs institutions respectives.

13Ainsi, la spécificité de la recherche en travail social dans le domaine des migrations ne se situe pas dans le type de questions posées, ni dans les méthodologies utilisées. Elle apparaît dans un souci d’articulation entre politiques sociales et pratique professionnelle. Ce souci ne doit cependant pas être évalué dans l’espace d’une recherche particulière, mais dans le cadre d’un processus qui peut s’étaler sur une période de plusieurs années.

Recherche sur les migrations et déconstruction des idées reçues

14La recherche sur les migrations peut également avoir pour fonction d’aider à déconstruire la manière de poser les problèmes par le travail social et proposer de nouvelles lunettes pour observer la réalité. Car les professionnels tendent parfois à généraliser leurs constats sur le terrain, souvent plus problématiques du fait de leur mission, à l’ensemble d’une population, ce qui peut avoir comme effet de sous-estimer les ressources de celle-ci. C’est ce que nous avons pu observer lors d’une enquête sur les jeunes issus de l’immigration espagnole et italienne en Suisse. Nos résultats montrent que ces jeunes font aussi bien au niveau de la formation et de l’emploi que les jeunes nés Suisses et issus d’un milieu social semblable (Bolzman, Fibbi & Vial 2003). Ces résultats ont beaucoup surpris, en ce qu’ils donnaient une image beaucoup plus positive de ces jeunes, mais aussi de la perméabilité sociale de la société suisse, et allaient à l’encontre de la vision dominante jusqu’à alors de ces jeunes comme « population à problèmes » tendant au mieux à reproduire la position sociale de leurs parents, au pire à faire partie d’un sous-prolétariat marginalisé (Hoffmann-Nowotny 1980). Bien entendu, il ne s’agit pas de nier les problèmes, bien réels, qui peuvent surgir au sein de la population étudiée, mais d’éviter les généralisations hâtives risquant de contribuer à renforcer les stigmates à l’égard des catégories de population dont on veut plutôt favoriser l’insertion.

15Dans le même sens, les professionnels ont parfois tendance à attribuer à la culture des immigrés, perçue comme une quasi seconde nature, une grande partie des problèmes que ceux-ci rencontrent dans la société de résidence. Cette culture serait essentiellement déficitaire. Il faudrait donc apprendre aux populations immigrées à se soigner, à s’éduquer, (Vatz Laaroussi 2001), bref à s’assimiler.

16Or, une recherche de Chaudet et al. (2000), basée sur l’étude des dossiers des usagers de certains services sociaux, met en évidence que beaucoup de problèmes sociaux rencontrés par les personnes étrangères en Suisse n’ont pas de lien direct avec leur culture, mais plutôt avec leur statut juridique précaire dans la société de résidence. Il apparaît que c’est la fragilité de leur permis de séjour qui bloque toute une série de possibilités dans des vies qui semblent « normales » pour les autres catégories de la population.

17D’autres recherches ont mis en évidence le fait que ce sont parfois les préjugés qui font obstacle à l’insertion professionnelle en Suisse, y compris à celle des personnes qualifiées, les conduisant parfois à des situations de précarité sociale. En fait, les obstacles les plus grands à la transférabilité des qualifications acquises ailleurs concernent les personnes qui n’entrent pas en Suisse avec un contrat de travail ; elles sont autorisées à y résider en raison d’un mariage, du regroupement familial ou de l’obtention du statut de réfugié, en particulier si elles sont originaires d’un pays du « Sud ». Ainsi, une recherche qualitative de Riaño et Baghdadi (2006) portant sur cinquante-six femmes qualifiées provenant d’Amérique latine, du Moyen-Orient et d’Europe du sud-est (arrivées en majorité par le biais d’un mariage ou du regroupement familial) et résidant en Suisse alémanique montre que, malgré leur maîtrise de la langue allemande, de bonnes compétences ainsi que de l’expérience professionnelle, la majorité des femmes ne réussit pas à utiliser son capital social et culturel pour obtenir des postes exigeant des qualifications. Un tiers n’a pas de travail, un quart occupe des postes au-dessous de ses qualifications et un autre tiers travaille à son niveau de qualification, mais irrégulièrement. Les motifs pour entrer en Suisse, le genre et l’origine nationale apparaissent ainsi comme des facteurs importants dans la légitimation des qualifications acquises à l’étranger.

18Une étude de Fibbi, Piguet et Kaya (2003), basée sur la méthode dite du testing élaborée par le BIT, c’est-à-dire des réponses fictives à des offres d’emploi réelles, montre qu’un des problèmes majeurs auxquels sont confrontés les jeunes issus de l’immigration du Kosovo et de la Turquie est la discrimination sur le marché de l’emploi. En effet, les chercheurs ont envoyé des CV en tout point semblables, tant du point de vue du type de diplômes (de surcroît obtenus en Suisse) que de l’expérience professionnelle aux employeurs potentiels. Or, les jeunes « suisses » ont été beaucoup plus souvent convoqués à un entretien d’embauche que les jeunes « kosovars » ou « turcs » ; ce sont leur nom et la couleur de leur passeport qui ont fait la différence. Cette recherche met en évidence que le problème de la discrimination ne concerne pas uniquement la transférabilité des diplômes obtenus à l’étranger : certains employeurs n’accordent pas la même valeur aux diplômes obtenus en Suisse, lorsque les porteurs de ces diplômes sont originaires de certains types de pays.

19On pourrait multiplier les exemples. En tout cas, même si la grande majorité de ces recherches ne sont pas issues d’une demande directe des milieux sociaux, elles peuvent contribuer à développer une perspective plus complexe sur les réalités des usagers potentiels. Elles fournissent des indications précieuses au travail social, en montrant d’autres directions possibles d’intervention, qui n’ont pas exclusivement pour cibles les populations immigrées elles-mêmes.

Recherche et mise en évidence des épreuves institutionnelles

20La recherche peut aussi être suscitée directement par des questions de travailleurs sociaux en lien avec la grande complexité qui caractérise certaines situations rencontrées par les populations de nationalité étrangère ; en lien aussi avec des dilemmes éthiques concernant les effets de leurs interventions sur la vie des personnes. Les chercheurs sont sollicités pour clarifier certaines interrogations par rapport à ce que l’on pourrait définir comme des épreuves institutionnelles spécifiques à certaines catégories des populations immigrées. Nous entendons par épreuves institutionnelles, des situations que les institutions imposent à ces populations, souvent en relation avec leur droit au séjour ou leurs droits sociaux, et qui viennent s’ajouter aux épreuves que tout individu peut rencontrer dans son parcours de vie. Un nombre important de mes recherches concernent cette problématique. Dans ce cadre limité, je ne pourrai citer que deux exemples.

21Ainsi, les professionnels des services sociaux savent que la législation fédérale en cours sur les étrangers précise qu’un étranger peut être expulsé si lui-même, ou une personne aux besoins de laquelle il est tenu de pourvoir, tombe « d’une manière continue » et « dans une large mesure » à charge de l’assistance publique. Mais ils ignorent comment cette disposition est appliquée. Ils sont partagés entre le principe défini par la Constitution suisse sur le droit à l’aide sociale en cas de difficulté économique (art. 12) et le risque que l’application de ce principe n’entraîne l’expulsion de ceux qui y ont recours. Nous avons été sollicités pour tenter de clarifier cette problématique dans les cantons de Genève et Vaud. La recherche montre que les expulsions sont rares, mais que d’autres épreuves, telles que le blocage du permis de séjour, la non transformation de celui-ci ou encore l’empêchement du regroupement familial sont en lien avec cet article de loi. Les professionnels doivent faire preuve de créativité pour adapter leurs pratiques d’aide à ces contraintes. Il s’agit en tout cas d’éviter le cumul de la précarité sociale et de la précarité juridique, tout en évitant la privatisation de la pauvreté (Bolzman et al. 2002).

22Une professionnelle travaillant dans un service social pour personnes âgées constate que son institution reçoit un nombre croissant de familles ayant fait venir une mère âgée en Suisse et qui n’arrivent plus à faire face toutes seules aux problèmes engendrés par cette nouvelle situation. Les professionnels ne savent pas très bien quelle est leur marge de manœuvre pour venir en aide à ces familles. Les chercheurs sont sollicités pour clarifier la situation. Les résultats mettent en évidence que la figure de l’ascendant âgé venu rejoindre ses enfants est inexistante dans la Loi sur les étrangers et dans les statistiques sur le regroupement familial. Ce qui reflète un décalage entre les réalités transnationales que ces familles ont vécues pendant des années (puisque leurs membres ont pratiqué la solidarité et l’intimité « à distance ») et les réponses institutionnelles basées sur un concept de famille bien plus restreint et sur des politiques sociales étroitement liées à la notion de solidarité nationale. A nouveau, cette épreuve, qui concerne de nombreuses familles, revêt un caractère particulier et plus complexe pour les familles dont un membre est étranger (Bolzman et al. 2008).

23Les recherches ont ici un double enjeu : d’une part, aider à définir le cadre dans lequel les professionnels interviennent et clarifier leur marge de manœuvre ; d’autre part, contribuer à penser autrement ces questions et soulever un débat sociétal plus large sur la manière habituelle de traiter ces problèmes qui placent souvent les individus et les familles dans des situations particulièrement difficiles.

Remarques finales

24Par ces lignes, nous avons tenté de montrer que la recherche sur les migrations peut avoir plusieurs fonctions en lien avec le travail social. Sans prétendre à l’exhaustivité, nous en avons distingué trois.

25La première fonction est d’attirer l’attention des professionnels sur des problématiques délaissées par les institutions car n’entrant pas dans le cadre de leur champ d’action habituel. Le rôle de la recherche est ici de sortir des sentiers battus et de faire preuve d’imagination, afin de rendre visible ce que les modes habituels de construction des problèmes sociaux empêchent de voir.

26La deuxième fonction est d’aider à élargir l’horizon sur la manière de poser certains problèmes sociaux. En particulier dans le domaine des migrations, il n’est jamais de trop de rappeler que certaines problématiques vécues par les usagers ne sont pas exclusivement imputables à leur culture ou à leur absence de ressources, mais bien aux obstacles juridiques qu’ils rencontrent sur leur chemin ou aux préjugés et discriminations dont ils sont l’objet de la part de certains acteurs sociaux importants. Le travail social peut être à même d’élargir son champ d’intervention, lorsqu’il tient compte de la complexité des facteurs qui pèsent sur les usagers.

27La troisième fonction est de rendre attentif aux dilemmes auxquels sont confrontés les professionnels qui cherchent à soutenir leurs usagers de la manière la plus pertinente possible. Ces dilemmes sont suscités par l’opacité de certaines dispositions légales ou administratives, ou encore par les contradictions entre la législation sur les étrangers et l’éthique du travail social. La recherche peut fournir des éléments importants pour éclairer la pratique, tout en mettant en lumière certaines contradictions entre différents types de dispositions légales ou administratives.

28Quelles que soient les fonctions de la recherche en travail social dans le domaine des migrations, sa spécificité ne se situe pas dans le type des questions posées, ni dans les méthodologies utilisées. Elle apparaît dans le souci d’articulation avec les pratiques professionnelles. Il ne faut cependant pas évaluer ce souci dans l’espace d’une recherche particulière, mais dans le cadre d’un processus qui peut s’étaler sur une période bien plus longue.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bolzman C., Hirsch-Durrett E., Anderfuhren S., Vuille, M., Jäggi, M. (2008). Migration of parents under family reunification policies : a national approach to a transnational problem. The case of Switzerland. Retraite et société, sélection 2008, 93-121.

Bolzman C., Poncioni R., Vial M. & Fibbi R. (2004). Older labour migrants’wellbeing in Europe : the case of Switzerland. Ageing and Society, 24(3), 411-429.

Bolzman C., Fibbi R., Vial M. (2003). Secondas-Secondos : le processus d’intégration des jeunes adultes issus de la migration espagnole et italienne en Suisse. Zurich : Seismo.

Bolzman C., Poncioni R., Rodari S., Tabin, J.-P. (2002). La précarité contagieuse : Les conséquences de l’aide sociale sur le statut de séjour des personnes de nationalité étrangère. Genève & Lausanne : Editions ies & Cahiers de l’eesp.

Bolzman C., Fibbi R. & Vial M. (1999). Les Italiens et les Espagnols proches de la retraite en Suisse : situation et projets d’avenir. Gérontologie et société, 91, 137-151.

Bolzman C., Fibbi R. & Vial M. (1996). La population âgée immigrée face à la retraite : problème social et problématique de recherche. In H. R. Wicker et al. (Eds.), Das Fremde in der Gesellschaft : Migration, Ethnizität und Staat (pp. 123-142). Zurich : Seismo.

Chaudet, I., Regamey, C., Rosende, B., Tabin, J.-P. (2000) Migrations et travail social. Lausanne : Réalités sociales.

Fibbi R., Bolzman C. & Vial M. (1999). Age et Migration. Expériences européennes pour et par les migrants âgés. Zürich : Pro Senectute Fibbi, R., Kaya, B., Piguet, E. (2003). Le passeport ou le diplôme ? Etude des discriminations à l’embauche des jeunes issus de la migration. Neuchâtel : Forum suisse pour l’étude des migrations.

Hoffmann-Nowotny, H. J. (1980). Sociological, legal and political aspects of the situation of immigrants in Switzerland. Research in Race and Ethnic Relations, 2, 73-95.

Jäggi, M. (2004). Perceptions des directeurs des organisations cantonales et des assistants sociaux de Pro Senectute, face à la diversité culturelle de leurs clients et implications sur les pratiques professionnelles (Travail de diplôme). Genève/Lausanne : HETS/EESP, Université de Lausanne.

Jovelin, E. (dir.) (2008). Histoire du travail social en Europe. Paris : Vuibert.

Lopes F. (2006). Le voyage inachevé : la prise en charge des personnes âgées immigrées en EMS (Travail de diplôme). Genève : HETS.

Mills, W. (1967). L’imagination sociologique. Paris : Maspero.

Morin, E. (1999). La tête bien faite. Paris : Le Seuil.

Riaño, Y. & Baghdadi, N. (2006). Integration und Ausschluss von qualifizierten Migrantinnen aus Ländern ausserhalb der Europäischen Union in der Schweiz. InterDialogos, 2, 7-11.

Righard, E. (2008). The welfare mobility dilemma : transnational strategies and national structuring at crossroads. Lund : Media Tryck.

Sayad, A. (1999). La double absence. Paris : Le Seuil.

Sayad, A. (1991). L’immigration ou les paradoxes de l’altérité. Bruxelles : De Boeck.

Vatz Laaroussi, M. (2001). Le familial au cœur de l’immigration. Paris : L’Harmattan.

Wimmer, A. & Glick-Schiller, N. (2002) Methodological nationalism and beyond : nation-state building, migration and the social sciences. Global Networks, 2(4), 301-334.

© Éditions ies, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site