Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le travail social entre résistance et innovation / Soziale Arbeit zwieschen Widerstand und Innovation

 | 
Sabine Voélin
, 
Miryam Eser Davolio
, 
Mathias Lindenau

Cinquième partie. Penser la recherche contemporaine dans le champ du travail social / Fünfter Teil. Zur gegenwärtigen Forschung im Feld der Sozialen Arbeit

Jalons épistémologiques de la recherche en travail social

Jean-Pierre Tabin

Résumé

Angewandte Forschung muss sich der Erwartungen der Verwaltung im Sozialbereich bewusst sein, welche den Forschenden auf einen Expertenstatus reduzieren können, um zur Effizienzsteigerung sozialer Dienstleistungen beizutragen. Diesbezüglich kritisiert der Autor die Empfehlungen der Fachhochschulen für angewandte Forschung, welche die notwendige Unabhängigkeit von Forschung zu wenig beachten.

Der Artikel schliesst mit der Folgerung, dass Forschung in der Sozialen Arbeit vielmehr Grundlagenforschung als ihre Anwendung darstelle, weil sie ausgehend von empirischen Befunden zur Entwicklung Sozialer Theorie beiträgt, welche in der breiten wissenschaftlichen Diskussion auf ihre Plausibilität hin geprüft werden.

Texte intégral

  • 1 En 2004, la CTI s’est retirée, et DORE est devenu un instrument d’encouragement à part entière du F (...)

1L’intégration de la formation en travail social dans le paysage universitaire suisse s’est accompagnée d’un développement important de la recherche en ce domaine. Cette évolution est liée aux exigences fédérales sur la reconnaissance et l’accréditation des filières, qui requièrent qu’une part substantielle de l’activité soit consacrée à la recherche, et à la politique active menée par les autorités pour promouvoir et soutenir la recherche sur cette matière. Ainsi, les différentes Hautes écoles spécialisées (HES) suisses ont encouragé la recherche en travail social, chacune avec des moyens spécifiques. Un programme ciblé a également été mis en place entre 2000 et 20111 par la Commission pour la technologie et l’innovation (CTI) et le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) pour soutenir la recherche dans les HES, notamment dans le domaine du travail social (le programme DORE, www.snf.ch). Au final, plus d’une centaine de projets de recherche dans le domaine du travail social ont été financés au cours de la dernière décennie.

2Ce contexte a amené différentes instances à produire des directives et des recommandations sur ce que devrait être la recherche en travail social, par exemple la Conférence des recteurs des Hautes écoles spécialisées suisses (HES, www.cshes.ch), ou à exiger des plans stratégiques de développement de la recherche dans ce domaine, comme celui de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES.SO) en 2011. Des débats ont également eu lieu sur cette question, entre autres au sein de la Société suisse de travail social (SSTS, www.sgsa-ssts.ch) ou d’Avenir social (www.avenirsocial.ch). Enfin, plusieurs rapports ont été rédigés sur l’état de la recherche en travail social, le dernier en date étant celui du Conseil suisse de la science et de la technologie (2010), et plusieurs analyses ont été publiées sur cette question dans des ouvrages ou des revues scientifiques (notamment Fragnière 1997 ; Tabin 2006).

3Un constat émerge de l’inventaire de ce qui a été produit et continue de s’écrire sur la recherche en travail social : il s’agit d’un champ en constitution, nourri de débats sur l’éventuelle spécificité de la recherche en travail social, sur son utilité pratique (pour les professionnel-le-s du travail social ou pour les autorités), sur ses ambitions théoriques, sur sa place par rapport à la recherche dans les disciplines classiques des sciences sociales comme la sociologie, l’anthropologie, la science politique, la pédagogie ou la psychologie.

4C’est dans le cadre de ces débats que s’inscrit cet article qui a pour ambition de proposer quelques jalons autour d’une réflexion épistémologique sur la recherche en travail social. Il est organisé en trois brèves parties, la première portant sur le statut du raisonnement en sciences sociales (et donc en travail social), la seconde sur la place de la théorie et la troisième sur la plausibilité des résultats de recherche dans ce domaine. En conclusion, nous proposons une brève réflexion sur les exigences liées à la recherche en travail social.

Un espace non poppérien de raisonnement

5Relevons d’abord que la recherche en travail social s’inscrit dans un espace de raisonnement qui est commun à toutes les sciences sociales et qui possède un certain nombre de particularités (Passeron 2006 ; Olivier de Sardan 2008). D’abord, les théories en sciences sociales ne sont pas réfutables, par exemple par le biais d’une expérimentation, ce qui signifie qu’elles ne se déploient pas dans un espace logique basé sur la falsification des résultats correspondant à celui décrit par le philosophe des sciences Karl Popper (1902-1994). On ne réfute ni la théorie psychanalytique de Sigmund Freud, ni la théorie sociologique génétique de Pierre Bourdieu, ni, pour le propos qui nous concerne ici, la théorie du travail social proposée par Christian Bachmann et Jacky Simonin (1981, 1982) ou par Saül Karsz (2004), ce qui ne signifie évidemment pas qu’on ne les discute pas. Elles sont l’objet de débats et suscitent des controverses, mais ne peuvent pas être démontées via une expérience de laboratoire. Même l’usage de formules mathématiques ou statistiques en sciences sociales ne fournit jamais une connaissance désocialisée. Si l’énonciation de récurrences statistiques, d’indices de régression ou de coefficients plus ou moins savants peut s’opérer en oubliant la structure de la population de référence, l’interprétation ne peut en effet s’effectuer qu’en restituant les sens différents qu’elles prennent dans le contexte social de référence (Coenen-Huther 2003).

6Cela signifie que les sciences sociales énoncent des théories sur la société qui ne peuvent se vérifier par l’expérimentation et qui ne se réfèrent pas aux formes d’argumentation reposant sur ce modèle. Cela s’explique par le fait que le raisonnement sur la société est toujours en lien avec un contexte social et socio-historique précis. Autrement dit : les assertions des sciences sociales ne peuvent être vraies de manière universelle et atemporelle ; elles ne permettent pas d’énoncer des lois et ne relèvent dès lors pas de la nomologie, mais de la plausibilité (Olivier de Sardan 2008).

7Si les sciences sociales ne produisent pas de la vérité, elles ne sont pas pour autant libérées des exigences méthodiques et scientifiques liées à la production de savoir. Fondées sur l’idée que le monde peut être l’objet d’une connaissance raisonnée, partagée et communicable (Olivier de Sardan 2008), elles doivent en effet produire des assertions sur la société qui soient construites de manière logique et raisonnée. Les descriptions de la société qu’elles proposent doivent se fonder sur « des conventions ayant socialement cours » (Passeron 2006 : 616), reposant sur une théorie implicite ou explicite de la société ou visant la production d’une connaissance explicitement théorique de la société.

L’importance de la théorie

8La recherche empirique en sciences sociales peut en effet, soit servir à la vérification d’une théorie, soit viser la production de théorie. Comme ce qu’on nomme souvent « réalité sociale » est socialement construit (Berger & Luckmann 2006) et ne se livre que par et dans l’interprétation, un cadre théorique est indispensable.

9Les manuels classiques de méthodologie de recherche indiquent que « l’organisation d’une recherche autour d’hypothèses de travail constitue le meilleur moyen de la mener avec ordre et rigueur » (Quivy & Campenhoudt 2006 : 113). Cette manière d’appréhender la société repose donc sur l’idée qu’une théorie doit d’abord être élaborée, puis vérifiée de manière empirique, en sorte de la rendre plausible. Par exemple, on pourrait partir des théories foucaldiennes sur le contrôle social ou de celles d’Armatya Sen sur les « capabilités » pour construire des hypothèses concernant le travail social découlant de ces théories, puis les vérifier de manière empirique. Cette démarche a l’avantage d’inscrire clairement la recherche dans un champ théorique.

10Une autre manière de constituer la théorie repose sur une démarche différente qui consiste à produire, à partir de données empiriques systématiquement récoltées, une théorie. C’est ce qu’on appelle la grounded theory ou « théorie ancrée » (Glaser & Strauss 1967). Cette démarche ne signifie pas qu’il y ait absence de construction d’un objet et d’une problématique le concernant, mais que les données récoltées vont explicitement servir à construire un raisonnement théorique. Comme l’écrit Anselm Strauss, la théorie ancrée « is a style of doing qualitative analysis that includes a number of distinct features, such as theoretical sampling, and certain methodological guidelines, such as the making of constant comparisons and the use of a coding paradigm, to ensure conceptual development and density » (1987 : 5). L’un des postulats à la base de cette méthode est qu’il faut ménager un espace dans les recherches permettant la « sérendipité », autrement dit qu’il faut se donner les moyens méthodologiques de réaliser des découvertes inattendues, ce qu’une démarche de type hypothéticodéductive ne permet pas forcément. Plusieurs projets récemment déposés auprès du Fonds national suisse de la recherche scientifique se réclament d’ailleurs de cette méthodologie (www.snf.ch), mais sans toujours prendre suffisamment en compte les conséquences de cette posture en terme de production de théorie.

11Mais pourquoi donner une importance pareille à la théorie ? Max Weber (1921) a fait remarquer que la recherche empirique est toujours une interprétation, ce qui signifie que les objets d’études n’existent pas en soi, mais en fonction de la perspective avec laquelle ont les étudie. Mais en même temps, ces objets de recherche constituent, pour les acteurs sociaux, une réalité que l’on doit prendre en compte en tant que telle, comme le relève Jean-Pierre Olivier de Sardan : « La réalité des autres […] doit être considérée comme existant per se, non réductible à la subjectivité de celui qui en parle, et pouvant être l’objet d’intelligibilités partageables, soumises à des débats scientifiques, qui portent entre autres sur l’adéquation empirique des énoncés, c’est-à-dire sur l’adéquation entre le réel de référence pris comme objet et les interprétations et théorisations qu’en propose le chercheur » (2008 : 9). Il s’agit donc d’une double exigence méthodologique qui exige que les interprétations soient discutées en fonction de leur vraisemblance, par rapport au terrain et par rapport à leur valeur sur le plan scientifique.

12Dans cette optique, la définition d’un cadre de référence théorique est nécessaire. Il permet d’inscrire la recherche dans un contexte scientifique et de socialiser les discussions sur les interprétations proposées. Il aide en outre à préciser le statut des données récoltées lors d’une recherche (Coenen-Huther 2003), pour savoir, par exemple, si elles seront utilisées à titre informatif, pour documenter l’objet de recherche, ou serviront de base à un autre type d’interprétation. Une recherche par entretiens qualitatifs de personnes actives dans le travail social peut ainsi documenter de manière factuelle tel ou tel aspect du travail social et/ou donner la base empirique qui aidera à comprendre ce travail, indépendamment du cadre théorique mobilisé.

13Cette remarque est valable quel que soit le type d’enquête qualitative, par insertion sur le terrain, par entretiens, par observations, par procédés de recension, par travail à partir de sources écrites ou de données audiovisuelles, et vaut bien évidemment également pour la recherche en travail social, qui devrait toujours avoir explicitement des ambitions théoriques.

La question de la plausibilité des connaissances produites

14Les théories élaborées à partir des données empiriques ou vérifiées par elles doivent être communiquées, non seulement pour rendre compte aux organes de financement du travail de recherche effectué, mais aussi parce que c’est au niveau du lectorat externe que se joue, pour l’essentiel, la plausibilité d’une recherche (Olivier de Sardan 2008).

15Or, cette restitution n’est pas chose aisée. La familiarité du lectorat avec l’univers social décrit par la recherche en sciences sociales est en effet un obstacle épistémologique majeur (Bourdieu, Chamboredon & Passeron 1968), d’une part à cause du rapport entre sens savant et sens commun, d’autre part à cause des outils langagiers utilisés pour rendre compte des résultats de recherche et des théories sociales qui leur sont liées.

16La notion de rupture épistémologique a été classiquement utilisée pour affirmer la plus-value des théories produites par les sciences sociales par rapport aux interprétations qui circulent dans la société. Si cette notion permet de donner de la valeur au fait que la production de connaissances obéit à des règles strictes et systématiques et confère aux assertions issues de recherches une valeur différente de celle qui sont élaborées à partir d’informations récoltées de manière non systématique, elle exprime mal les rapports complexes entre sens commun et sens savant, notamment parce que les outils cognitifs et langagiers sont communs (Olivier de Sardan 2008). Les sciences sociales se trouvent en outre face à un objet apprenant des résultats de recherche qui sont produits. Le caractère transformateur de l’analyse vient en effet modifier l’objet étudié, car « toute réflexion (la théorisation et les observations afférentes) sur des procès sociaux pénètre dans l’univers de ces procès sociaux, s’en dégage, et y re-pénètre sans arrêt » (Giddens 1987 : 43). Ce processus, qu’Anthony Giddens nomme double réflexivité ou double herméneutique, intervient dans le processus de recherche et influence le cadre théorique et méthodologique de la recherche.

17Comme il n’existe pas de langage particulier de description et d’interprétation qui serait celui des sciences sociales et permettrait de démarquer les résultats de recherche du sens commun, seule une méthode rigoureuse de récolte de données le réalise. L’accusation de subjectivité, toujours latente, peut réduire la crédibilité des résultats de recherche et des théories qui y sont liées. On sait bien à quel point il existe, dans le travail social, des directions d’organismes et d’institutions ayant des attentes qui ne correspondent pas toujours aux résultats de recherche engrangés, qui les amènent à remettre en question les résultats de recherche sur la base d’une critique des techniques de récolte de données, et non d’une discussion théorique ou méthodologique. Ces divergences quant aux résultats de recherche, malgré la neutralité axiologique qui prévaut en principe durant toute recherche (Weber 1919) s’expliquent par le statut donné à la recherche en sciences sociales (et donc en travail social), dont l’extériorité par rapport à son objet n’est pas toujours reconnue.

Conclusion

Les exigences de la recherche en travail social

18Comme le relève Jean-Pierre Olivier de Sardan (2008), les sciences sociales reposent sur un pari : « malgré tout », la société pourrait être l’objet d’une certaine connaissance raisonnée, partagée et communicable. Mais pour que ce soit le cas, il faut que certaines conditions soient réunies : indépendance de la recherche, moyens suffisants donnés à sa réalisation, reconnaissance de la multiplicité des méthodes et des théories, espaces permettant de mettre en discussion les résultats de recherche, etc.

19Mais il faut également, comme l’écrit Luc Boltanski (2009), qu’une extériorité de la recherche par rapport à son objet soit possible, une extériorité dont la nécessité n’est pas toujours comprise par les commanditaires de recherche. Il est en effet impossible d’examiner un objet social dans toute sa complexité sans se placer à l’extérieur de cet objet (de son cadre) pour objectiver la réalité et sans préciser la perspective avec laquelle on va réaliser cette opération. « En effet, un cadre n’est pas saisissable de l’intérieur. Depuis une perspective intérieure, le cadre se confond avec la réalité dans son impérieuse nécessité » (Boltanski 2009 : 23).

20Les recommandations des Hautes écoles spécialisées sur la nécessité de développer une recherche appliquée dans le domaine du travail social sont typiques de positions ne prenant pas en compte cette nécessaire extériorité et rencontrent les attentes de l’administration du travail social. Elles tendent à contraindre les chercheur-e-s à une unique fonction d’ingénieur-es ou d’expert-es. Obéir à ces injonctions, c’est, comme le relève Luc Boltanski (2009), se mettre au diapason des responsables et ne considérer comme problèmes sociaux que ce qu’ils ou elles considèrent comme tels. Cette attitude permet de rester ouverts et attentifs aux problèmes de terrain ; les résultats des expertises fournies sont en mesure d’aider, par ailleurs, à accroître la rationalité des organisations et à augmenter leur efficience. La recherche ainsi définie peut être mise à contribution pour tenter de dessiner les contours de politiques sociales, pour fournir des justifications à celles et à ceux qui les mettent en œuvre sur le terrain – le personnel du travail social – et soutenir leur action. Elle correspond à de la recherche orientée ou à des prestations de service.

21Mais on ne peut subordonner toute la recherche en travail social aux impératifs du management. Le problème est en effet que ce type d’expertise se réalise sans que soit problématisé le cadre général dont dépendent les variables prises en compte. Les sciences sociales – et la recherche en travail social en fait partie – devraient donc pouvoir également s’affranchir des contraintes de l’expertise, afin de lui permettre dépouiller la réalité de son caractère évident et de réaliser le travail théorique indispensable à toute recherche de type scientifique. C’est pour cette raison que cette recherche n’est pas appliquée, mais fondamentale, puisqu’elle s’intéresse à produire de la théorie sociale à partir de données empiriques.

Bibliographie

Bachmann, Ch. & Simonin, J. (1982). Changer au quotidien. une introduction au travail social (Vol. 2). Paris : Etudes vivantes.

Bachmann, Ch. & Simonin, J. (1981). Changer au quotidien : une introduction au travail social (Vol. 1). Paris : Etudes vivantes.

Berger, P. & Luckmann, T. (2006). La construction sociale de la réalité. Paris : Armand Colin.

Boltanski, L. (2009). De la critique : précis de sociologie de l’émancipation. Paris : Gallimard.

Bourdieu, P., Chamboredon, J.-Cl. & Passeron, J.-Cl. (1968). Le métier de sociologue. Paris : Bordas.

Coenen-Huther, J. (2003). Le problème de la preuve en recherche sociologique qualitative. Revue européenne des sciences sociales, XLI (128), 63-74.

Conseil suisse de la Science et de la Technologie. (2010). La recherche dans les hautes écoles spécialisées de suisse : coups de projecteurs sur son état de développement (Recommandations du Conseil suisse de la science et de la technologie). Berne : Documents CSST 2.

Fragnière, J.-P. (1997). Développements de la recherche dans les hautes écoles spécialisées. Perspectives pour un service public. In F. Hochstrasser, H.-K. von Matt, S. Grossenbacher & H. Oetiker (Eds.), Die Fachhochschule für soziale Arbeit. Bildungspolitische Antwort auf sociale Entwicklungen (pp. 206-236). Bern : Paul Haupt.

Giddens, A. (1987). La constitution de la société : éléments de la théorie de la structuration. Paris : PUF.

Glaser, B. G., & Strauss, A. A. (éd.) (2010). La découverte de la théorie ancrée. Stratégies pour la recherche qualitative. Paris : Armand Colin.

Karsz, S. (2004). Pourquoi le travail social ? Définition, figures, cliniques. Paris : Dunod.

Olivier de Sardan, J.-P. (2008). La rigueur du qualitatif : les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique. Louvain-la-Neuve : Academia-Bruylant.

Passeron, J.-Cl. (2006). Le raisonnement sociologique. Paris : Albin Michel.

Quivy, R. & Campenhoudt, L. van. (2006). Manuel de recherche en sciences sociales. Paris : Dunod.

Strauss, A. L. (2003). Qualitative analysis for social scientists. Cambridge : New York : Cambridge University Press.

Tabin, J.-P. (2006). La recherche en travail social. Revue de la Société suisse de travail social, 1, 47-57.

Weber, M. (2003). Le Savant et le Politique. Paris : La Découverte.

Weber, M. (1971). Economie et société. Paris : Plon.

Notes

1 En 2004, la CTI s’est retirée, et DORE est devenu un instrument d’encouragement à part entière du Fonds national suisse de la recherche scientifique.

Auteur

HES.SO, Haute école de travail social et de la santé, Vaud (éésp, Lausanne) – Professeur, jeanpierre.tabin@eesp.ch, www.eesp.ch

© Éditions ies, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site