Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le travail social entre résistance et innovation / Soziale Arbeit zwieschen Widerstand und Innovation

 | 
Sabine Voélin
, 
Miryam Eser Davolio
, 
Mathias Lindenau

Quatrième partie. Approches et démarches de la pratique professionnelle / Vierter Teil. Ansätze und Vorgehensweisen professioneller Praxis

La politique drogues en Suisse, entre solidarité et ostracisme

Réflexions sur les mesures d’aide aux personnes toxicomanes

Jean-Félix Savary

Résumé

Die Sozialpolitiken stehen oft im Spannungsfeld emanzipatorischer und normalisierender Kräfte (Autonomie versus Kontrolle). Die Drogenpolitik in der Schweiz ist hierfür ein gutes Beispiel. Sie wird häufig als «success story» bezeichnet, ist jedoch auch ein bedeutender Faktor der Normalisierung. Der menschliche Faktor dieser Arbeit, der auf die Integration abzielt, stösst auf politischen Druck zugunsten der «Kontrolle» und Überwachung der Drogenkonsumenten.

Dieser Druck zugunsten eines sicherheitsbetonteren «Umgangs» mit den marginalisierten Gruppen ist nicht neu, auch wenn er heute stärker zu sein scheint. Angesichts dieser Evolution haben die Fachleute keine andere Wahl, als sich weiterhin auf politischer Ebene zu mobilisieren, um eine Vision der Eingliederung aller sozialen Gruppen zu verteidigen und eine Segregation der «Risikobevölkerungen» zu bekämpfen.

Texte intégral

Introduction

  • 1 La politique de réduction des risques vise à permettre aux personnes toxicomanes de traverser et de (...)

1La Suisse fait figure de pays pionnier en matière de politique drogues. Elle a en effet été l’un des premiers pays à reconnaître officiellement la politique de réduction des risques1 comme une composante essentielle et légitime du dispositif de gestion des problèmes liés aux drogues illégales. Dans un système de prohibition, les conditions socio-sanitaires des consommateurs de drogues se dégradent rapidement. Pour les plus fragiles, la première des mesures à prendre s’impose tout simplement : leur permettre de rester en vie. Cette approche, d’autant plus logique que l’épidémie du sida se révélait dans toute sa force, présupposait cependant un changement majeur dans la manière de concevoir les problèmes liés aux drogues. On y faisait une place au consommateur dont les besoins sont pris en compte, bien qu’il pratique une activité illégale. Cette nouvelle conception des politiques drogues ouvre ainsi le chemin à une compréhension plus nuancée et plus fine de la consommation de drogue et de ses conséquences pour les individus et la société.

2Cette évolution vers une prise en compte des besoins des personnes, avant d’exiger d’elles qu’elles se soumettent à un traitement, fait son chemin dans la majorité des pays confrontés à des problèmes importants de consommation. Les Nations Unies elles-mêmes en sont venues à reconnaître implicitement le principe de harm reduction. Nous devons nous en réjouir, car c’est là une avancée majeure en termes de reconnaissance des droits des consommateurs de drogues, qui restent avant tout des citoyens égaux en droits aux autres membres de la communauté.

3Il est toutefois légitime de réfléchir aux conditions d’émergence de ces politiques, souvent soutenues par des coalitions qui transcendent les clivages politiques traditionnels. Cette nouvelle approche des politiques drogues correspond-elle bien à une reconnaissance citoyenne des usagers de drogues ? Après des décennies de criminalisation des comportements de consommation, les sociétés seraient-elles en train de changer leur regard sur les scènes de la drogue ? Ou s’agit-il d’une politique de « neutralisation » des comportements déviants ? Ou encore, ces mesures viseraient-elles avant tout une médicalisation de la prise en charge des personnes toxicomanes ? La présente contribution tente d’éclairer cette question par une réflexion critique sur le modèle suisse.

L’émergence en Suisse de la politique des quatre piliers

4Comme l’ensemble des pays occidentaux, la Suisse a d’abord connu un modèle strictement répressif qui conçoit avant tout l’usager de drogue comme un criminel. Peu à peu, une ouverture se fait jour, selon l’idée que l’addiction peut aussi être considérée comme une maladie. Il n’est bien sûr pas encore question de reconnaître la consommation de drogue comme une réalité qui fait partie de nos sociétés, mais plutôt d’admettre qu’elle échappe en partie à la volonté des consommateurs, via le concept de dépendance. Si des alternatives aux peines privatives de liberté sont alors proposées sous la forme de traitements, le « redressement » de comportements « déviants » reste la perspective cardinale de la politique drogues.

5Dès le début des années 80, la perspective va radicalement changer avec l’apparition de la problématique du sida. Les chiffres s’affolent, et les décès augmentent à une vitesse vertigineuse. Les scènes ouvertes de la drogue à Zurich ou à Berne choquent l’opinion publique, et les images de détresse humaine qui leur sont associées font le tour du monde. La violence des scènes qui se déroulent en pleine lumière va provoquer un électrochoc chez la majorité des acteurs.

6Premiers engagés sur le terrain, les travailleurs de rue vont tenter de répondre à l’urgence, en favorisant l’approche communautaire. Du côté de l’offre thérapeutique, un changement s’impose. Comme le note Annie Mino, alors responsable du Service d’abus de substances à Genève, la position « classique » ne devient plus tenable : « Les souffrances que nous imposions à nos patients en les réduisant au choix impossible entre des traitements douloureux et peu efficaces et le renvoi à la marginalité et à l’illégalité n’avaient rien de choquant dans ce contexte sacralisé […]. C’était notre perspective, et nous nous souciions peu de savoir si c’était celle de nos patients. Nous avons bel et bien renoncé à être des médecins, puisque nous renoncions à soulager la souffrance. Il y avait bel et bien une question éthique, mais elle n’était pas là où nous la voyions. Le sida allait m’ouvrir les yeux » (Mino, Arsever 1996).

7Face à l’insuffisance répétée des offres disponibles, il faut donc changer de regard. L’offre de traitement n’est pas abandonnée, mais elle se voit complétée par d’autres types de mesures, capables de faire le lien entre une situation individuelle et une injonction sociale de ne pas consommer de drogues. La réduction des risques s’impose alors comme une politique qui redonne un espace aux personnes toxicomanes. Elle vise à préserver la santé et l’insertion des personnes, afin d’augmenter d’autant les chances de réhabilitation et de sortie de la drogue.

Des pouvoirs publics à la recherche d’alternatives à la répression

  • 2 Baromètre des préoccupations publié par le Crédit Suisse, 1990-2010.

8Les effets de la répression restent nuls sur la consommation, et la population s’inquiète. Entre 1990 et 1995, la drogue fait partie des trois premières préoccupations des Suisses2. Confrontés à une demande de la population pour « régler le problème drogue », les responsables politiques doivent faire preuve d’inventivité. La demande de la société est, au demeurant, très simple : la drogue doit disparaître de nos rues. C’est ce que fait la ville de Zurich en parquant les usagers de drogues au Platzpitz, puis au Letten. Mais cela ne résout rien et ne fait qu’exacerber les problèmes. Il faut donc agir.

9Dans ce contexte de crise et de forte pression populaire, une coalition hétéroclite va se former, entre travailleurs de proximité, professionnels de la santé et pouvoirs publics, qui font le choix de soutenir la nouvelle politique de réduction des risques. La gestion pragmatique des enjeux de terrain prend le pas sur la morale, réfractaire à toute approche d’aide à une personne consommatrice de drogues. D’abord effective sur le plan local, en particulier dans les villes, cette alliance va progressivement s’étendre aux Cantons et à la Confédération. En 1994, la politique des quatre piliers (prévention, traitement, répression et réduction des risques) devient la politique officielle de la Suisse. Quinze ans après, le peuple suisse dit finalement oui à 68 % à ce modèle en votation populaire (référendum). Les anciens clivages entre régions linguistiques sont abolis, et les régions les plus conservatrices du pays votent avec les villes, pour une politique drogues humaniste et efficace (Savary, Hallam & Bewley-Taylor 2009).

10Les revendications pour une autre politique drogues des années 80 mettaient la personne au centre. Celle-ci devait être respectée dans ses choix et reconnue comme membre de la communauté, avec ses droits inaliénables et ses devoirs. C’est pourtant une logique avant tout sécuritaire et sanitaire qui fait consensus ; les résultats sont ici impressionnants : les programmes de prescription d’héroïne, notamment, démontrent une efficacité impressionnante dans la réduction de la délinquance liée aux drogues (Aebi, Rebeaud & Killias 1999). L’amélioration des conditions sociales des consommateurs reste toutefois un sujet éthiquement controversé.

Une politique structurellement en tension

11Les succès initiaux de la politique suisse sont probablement à chercher dans la volonté de poursuivre un double objectif : protéger les usagers et protéger la population des conséquences négatives. Cette balance subtile est le fruit de tensions, parfois violentes, entre logiques d’action souvent opposées. S’il reste prédominant, l’objectif de protection de la société peut nuire à celui de l’aide aux personnes, et inversement (Boggio, Cattacin, Cesoni & Lucas 1997). Par contre, combinés de manière intelligente, ils peuvent se renforcer ; mais cela suppose un équilibre et la persistance d’une tension entre ces différentes logiques (Maurer 2006). Le plan d’action de la Confédération maintient d’ailleurs cette parfaite symétrie entre « Diminution des conséquences négatives pour la société » et « Diminution des conséquences négatives pour les consommateurs » (Office fédéral de la santé publique 2006).

12La drogue continue à faire peur. Les dealers de rue dérangent, et la misère sociale vécue par certains usagers ne laisse personne indifférent ; dès lors, la société cherche à s’en protéger : c’est bien souvent là le moteur de toute politique drogues, avant la réponse à la souffrance individuelle. Ce souci peut être légitime, dans la mesure où il fait écho à un sentiment partagé par la majorité. Néanmoins, une pondération doit intervenir avec d’autres logiques. Il faut intégrer la rationalité de tous les acteurs, y compris celle des consommateurs. C’est là l’essence du modèle des quatre piliers (Cseste 2010).

Un consensus fragile

13Sur le terrain, la situation évolue. Au temps de la crise et des solutions d’urgence a succédé celui de la gestion et de la rigueur financière. Les coûts élevés d’une politique drogues efficace deviennent plus difficiles à défendre, au moment où les problèmes sont moins visibles (et donc qu’elle est efficace). L’opinion publique délaisse cette thématique. Une tentation s’installe alors au sein de pouvoirs publics sous pression : privilégier la gestion de la visibilité de la drogue, le court terme, par conséquent. Devons-nous investir dans le rétablissement des personnes dépendantes ou pouvons-nous nous contenter de gérer une population ? La nature ambivalente du modèle des quatre piliers se révèle, et les prestations gestionnaires semblent prendre le dessus. Face à l’absence de débouchés dans une société qui peine à intégrer ses jeunes bardés de diplômes, quelle place reste-t-il à un usager de drogue, qui se rétablit après vingt ans de consommation ? L’objectif de rétablissement et d’insertion est difficile à maintenir, et les craintes se font alors jour d’une involution de la politique suisse en matière de drogue. L’approche intégrée qui a fait son succès est menacée d’un retour à la case départ : nettoyer les rues.

14L’élan solidaire et humaniste qui participe à la mise en place de solutions innovantes résiste difficilement au temps. Un consensus social sur les questions de drogue est par définition fragile. Son renouvellement n’est jamais acquis. Avec la médicalisation de la gestion des usagers de drogues, on parvient à réduire de manière significative les problèmes socio-sanitaires induits par la consommation de produits. Ce faisant, on réduit également la visibilité publique des problèmes de drogues. Non seulement l’état de santé des personnes s’améliore, réduisant l’urgence sanitaire, mais les drogues injectables changent de statut et deviennent moins attractives. L’analyse de la consommation d’héroïne à Zurich montre bien cette tendance (Nordt & Stholer 2006). La visibilité décroît et la complexité n’est plus perçue de la même manière.

Ostracisme et sanitarisation de la réponse à l’usage de drogues

15On peut dès lors se demander quelle logique est à l’œuvre. La politique de la Suisse du début du XXIe siècle est plutôt dominée par les idées populistes. Au niveau social, des changements majeurs sont intervenus, avec des resserrements significatifs des politiques sociales, en matière de chômage, d’invalidité et de santé. Est-ce bien une politique humaniste sur les drogues que les Suisses ont plébiscité ou, bien plutôt, une nouvelle forme de contrôle ?

  • 3 Voir à ce sujet les débats liés à l’installation d’un local d’injection à Lausanne en 2006.

16Les récents débats sur l’implantation d’espaces de consommation dans plusieurs villes suisses prouvent cette volonté de supprimer la présence de personnes toxicomanes des centres villes3. Aujourd’hui, c’est la présence même dans l’espace public qui pose problème, ce qui remet sérieusement en cause l’objectif initial d’intégration sociale et de reconnaissance citoyenne du consommateur de substances, malade de sa dépendance. On est alors en droit de se demander quels intérêts sert la politique de réduction des risques : ceux de citoyens en mal de propreté dans leurs centres urbains ou les besoins d’intégration et de reconnaissance des personnes toxicomanes ? Structurellement, en tant que politique de consensus, elle répond un peu aux deux ; mais cet équilibre est précaire et tributaire des changements politiques et économiques.

Neutralisation et réduction des risques

17Les politiques d’assistance ne peuvent être considérées a priori comme bonnes pour leurs bénéficiaires. La société ne promeut en effet pas toujours la réhabilitation et lui préfère une gestion qui peut déboucher sur une forme d’ostracisme des populations concernées. Aujourd’hui, les préoccupations sécuritaires et financières aggravent le risque de voir privilégiée la neutralisation de comportements « à risque ». Comme le note Quiron, dans un article prémonitoire : « La solidarité ne repose plus tant sur le projet d’intégration sociale du plus grand nombre, mais plutôt sur le souci d’assurer la sécurité collective en neutralisant les individus qui sont considérés comme porteurs de risques en regard du reste de la communauté » (Quiron 2002).

18Probablement que l’action dans le domaine social et sanitaire ne peut jamais être séparée des considérations d’ordre plus général qui la fondent, notamment au niveau politique. Ce constat semble d’une acuité particulière dans le domaine des politiques drogues. Sans une réflexion globale concernant le travail effectué sur le terrain et une remise en cause des principes généraux des dispositifs d’aide aux personnes toxicomanes, on risque de manquer l’essentiel et de se rendre complice de l’exclusion d’une fraction de la communauté.

Conclusion

19A l’image d’autres domaines du travail social, le travail dans le champ des addictions a toujours comporté une part politique non négligeable ; car sans élaborer des passerelles vers la société, le sens de l’action menée sur le terrain peut changer, et les dispositifs d’aide se transforment en dispositifs de contrainte. Bien que faisant peut-être partie du mandat de base, la dimension du contrôle et de la neutralisation des populations vulnérables doit, elle aussi, rester sous contrôle. Le fragile équilibre avec le mandat d’intégration sociale n’est jamais acquis, et il convient de continuer à se mobiliser pour le défendre.

20Cet impératif semble d’autant plus indispensable dans les politiques drogues, où les tentations de neutralisation des usagers de drogues sont pour ainsi dire consubstantielles d’une demande sociale de « régler le problème ». L’ostracisme qui en découle ne peut que faire empirer la situation des consommateurs et éloigner d’autant les perspectives de rétablissement.

21La dimension sécuritaire, acceptée de manière plus implicite qu’explicite, gagnerait à être intégrée davantage dans les discours pour mieux en préciser les limites. C’est également en acceptant le mandat social qui nous est confié dans ce domaine que nous pourrons mieux faire valoir nos revendications d’autonomie et de soutien aux populations en difficultés.

Bibliographie

Aebi, M. F., Ribeaud, D. & Killias, M. (1999). Prescription médicale de stupéfiants et délinquance. Résultats des essais suisses. Criminologie, 32 (2).

Boggio, Y. (2005). La vérité est sous le tapis. Dépendances, ISPA/GREA, 25.

Boggio, Y., avec Cattacin, S., Cesoni, M. & Lucas, B. (1997). Apprendre à gérer : politique suisse en matière de drogue. Genève : Georg.

Cseste, J. (2010). From the mountain tops : what the world can learn from drug policy change in Switzerland. New York, Open Society Foundations.

Eidgenössische Kommission für Drogenfragen (1989). Aspekte der Drogensituation und Drogenpolitik in der Schweiz. Bern : OFS.

Killias, M., Uchtenhagen, A. (1995) Méthodologie de l’évaluation des essais suisses avec prescription médicale d’opiacés sous l’angle de la délinquance : l’accès sous contrôle médical à l’héroïne réduit-il la délinquance des toxicomanes ? Bulletin de criminologie, 21.

Maurer, E. (2006). La collaboration entre les quatre piliers est le b. a. ba de la politique en matière de drogue. SPECTRA, 59.

Mino, A., Arsever. S. (1996). J’accuse : les mensonges qui tuent les drogués. Paris : Calmann-Lévy.

Nordt, C., Stholer, R. (2006). Incidence of heroin use in Zurich, Switzerland : Treatment cases register analysis. The Lancet, 367.

Office fédéral de la santé publique (2006). Troisième programme de mesures de la Confédération en vue de réduire les problèmes de drogue (ProMerdo III). Berne : OFSP.

Quiron, B. (2002). Réduction des méfaits et gestion des risques : les frontières normatives entre les différents registres de régulation de la pratique psychotrope. Déviance et société, 26.

Savary, J.-F., Hallam Ch. & Bewley-Taylor D. (2009). The Swiss four pillars policy : an evolution from local experimentation to Federal Law. Beckley Foundation, Briefing Paper, 18.

Notes

1 La politique de réduction des risques vise à permettre aux personnes toxicomanes de traverser et de survivre à la phase de consommation avec un minimum d’atteintes sur les plans physique, psychique et social. Elle ne vise pas directement le traitement de l’addiction.

2 Baromètre des préoccupations publié par le Crédit Suisse, 1990-2010.

3 Voir à ce sujet les débats liés à l’installation d’un local d’injection à Lausanne en 2006.

Auteur

GREA (Groupement romand d’études des addictions) – Secrétaire général, jf.savary@grea.ch, www.grea.ch

© Éditions ies, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site