Version classiqueVersion mobile

Le travail social entre résistance et innovation / Soziale Arbeit zwieschen Widerstand und Innovation

 | 
Sabine Voélin
, 
Miryam Eser Davolio
, 
Mathias Lindenau

Troisième partie. Le travail social face aux risques de précarisation / Dritter Teil. Soziale Arbeit und die Risiken der Prekarisierung

Le rôle du placement dans l’intégration professionnelle de personnes handicapées1

Véronique Antonin-Tattini et Marie-Danièle Bruttin Troutot

Résumé

Ausgehend von der Untersuchung in einer Einrichtung, die eine von der Invaliditätsversicherung unterstützte, spezialisierte Ausbildung und Umschulung für Menschen mit Behinderung anbietet, zeigen wir verschiedene Vermittlungsmöglichkeiten auf, die die zuständigen Verantwortlichen in der Praxis anwenden, um Menschen mit Behinderung in die alltägliche Arbeit zu integrieren. Wir schlagen vor, die Durchführung der Vermittlung in dem Sinne ernst zu nehmen, dass Antragsteller und mögliche Arbeitgeber in Kontakt kommen können, ansonsten laufen die Verantwortlichen Gefahr, sich zu sehr auf die ersteren zu konzentrieren und ihnen einseitig eine Anpassung an die Erwartungen und Normen der Arbeitgeber zu empfehlen, wie es in den meisten Fällen auch tatsächlich geschieht.

Texte intégral

  • 1 Le présent texte est issu d’une recherche financée par le Fonds national suisse de recherche scient (...)
  • 2 Entendues dans le présent texte comme des personnes dont la santé est atteinte.
  • 3 Les études de sociologie économique ont montré que l’accès à un emploi se faisait souvent par des c (...)

1Obtenir un emploi et le garder sont des processus qui se heurtent à divers obstacles, d’autant plus, par conséquent, pour des personnes handicapées (OCDE 2006)2. Comment peuvent-elles néanmoins accéder à l’emploi ? Il existe plusieurs manières d’agir : pour certaines, ce sera par elles-mêmes, par exemple, au moyen de candidatures spontanées ou par le biais de réseaux de proximité (Blanc 2009 : 161)3. Pour d’autres, retrouver un emploi se fera au travers d’organismes de placement publics ou privés (qualifiés d’intermédiaires de l’emploi) et, parmi elles, certaines vont dépendre de l’Etat pour obtenir un revenu (d’ailleurs souvent soumis à une activation du bénéficiaire).

2Ces intermédiaires institutionnels de l’emploi sont de natures diverses, en Suisse comme dans d’autres pays (Gendron 2009 : 39). Il en est de droit commun accessibles à tout demandeur d’emploi, comme les Offices régionaux de placement et les agences commerciales. Il en existe d’autres qui sont exclusivement destinés à un public spécifique, les travailleurs handicapés, comme les Offices d’assurance-invalidité ou les Services de placement d’institutions privées pour ce public. Le renforcement des Services de placement à l’intention de demandeurs d’emploi handicapés est d’ailleurs un mouvement qui se généralise dans les pays occidentaux et vise à promouvoir leurs possibilités d’emploi sur le marché du travail ordinaire (Murray & Heron 2007 : 1).

3Bien que ces intermédiaires exercent la même fonction de placement, leurs logiques d’action en la matière ne sont pas nécessairement similaires, comme le montre notamment l’analyse d’entretiens que nous avons menés avec une dizaine de professionnels des Services de placement d’une institution de formation spécialisée pour des personnes relevant de l’assurance-invalidité.

4Avant d’aborder ces logiques d’action, nous ferons un détour par une analyse du terme placement sur le marché du travail, son inscription et sa signification dans quelques littératures scientifiques, puis nous nous pencherons sur les dispositions légales helvétiques dans lesquelles ce terme est inscrit.

La notion de placement sur le marché du travail

  • 4 Le marché du travail s’organise progressivement comme un lieu de placement des sans-emploi, du ress (...)
  • 5 On trouve principalement la Loi fédérale sur le service de l’emploi et la location de services et s (...)
  • 6 A savoir les dispositions sur le service de l’emploi et la location de services pour le placement p (...)

5Quoique le placement d’individus soit une activité économique aussi ancienne que le commerce des marchandises (De Larquier 2000)4, à notre connaissance, peu d’écrits scientifiques en Suisse et ailleurs l’abordent directement et tentent de le définir, le confondant le plus souvent avec d’autres termes comme ceux d’insertion ou d’intégration professionnelle (pouvant en être le résultat). Les quelques rares définitions repérées (datant souvent de plusieurs années) entendent le placement sur le marché du travail comme une mise en relation entre le « demandeur d’emploi » et « l’employeur », sans précisions supplémentaires (De Larquier 2000 ; Caire & Garchevsky 2000). Du point de vue de l’analyse des bases légales régissant le placement public et privé en Suisse5, celui-ci est surtout appréhendé comme une tâche parmi d’autres ou comme un type de mesure de réadaptation professionnelle mise en œuvre par les organes d’exécution désignés en matière d’insertion. On trouve une seule base légale6 qui définit ce terme comme l’ensemble des activités consistant à mettre en contact employeurs et demandeurs d’emploi afin de conclure un contrat de travail (considéré comme le moment heureux du processus de rencontre). Toutefois, la notion de mise en contact se comprend dans un sens très large. Elle peut s’étendre à l’organisation de la rencontre interpersonnelle entre l’offre et la demande d’emploi, mais également se limiter à transmettre, par exemple, des adresses ou des annonces à l’une ou l’autre partie.

6En définitive, cette acception large du terme de placement, qui semble faire l’objet d’un consensus dans ces écrits, ne prescrit pas comment mettre en œuvre cette activité dans des organismes dont c’est la fonction. De telles dispositions légales ne nous informent pas non plus sur les pratiques institutionnelles et professionnelles en la matière, qui ont toujours une marge d’action, aussi précis que soit un règlement.

Logiques d’action de professionnels dans des Services de placement

  • 7 Nous n’avons pas examiné le Centre de Genève au moment de notre étude, qui venait d’être crée.
  • 8 La mise en place d’un tel dispositif de placement a été jugée nécessaire par les responsables de ce (...)

7Nous avons analysé la pratique du placement en nous focalisant sur une institution privée multi-sites de formation spécialisée pour personnes relevant de l’assurance-invalidité. Celle-ci a mis en place divers Services de placement dans ses principaux Centres (Sion, Morges, Pomy, Delémont, Vernier7), notamment pour des raisons de proximité avec les prescripteurs que sont les Offices de l’assurance-invalidité et les employeurs. Les services de cette institution privée ont pour objectif d’aider les assurés à retrouver un travail, une fois les mesures de réadaptation professionnelle terminées8.

Le Service de placement du site valaisan

8Ce site accueille des adolescents ayant des déficiences intellectuelles et/ou comportementales en mesure de formation professionnelle initiale de l’assurance-invalidité.

9A l’analyse des discours des professionnels de ce service de placement, la logique d’action dominante envers leur public juvénile peut être qualifiée de psychosociale. Cette logique est orientée vers des pratiques d’intervention mobilisant une relation d’aide de type psychologique, envisagée dans une approche globale de l’insertion. L’action sociale est alors ramenée à ce que le professionnel du travail social a appris traditionnellement dans sa formation, à savoir la relation d’aide. Logiquement (on pourrait dire), les agents de ces Services de placement sont formés, en majeure partie, aux métiers du travail social.

10Il ressort que ce mode d’intervention professionnel présente un aspect paternaliste, voire moralisateur, dans la manière d’aider et d’équiper le jeune, afin qu’il puisse s’adapter aux attentes et normes sociales, dont celles des employeurs. Parfois, ces professionnels vont jusqu’à agir à la place du jeune, en particulier lors de situations de recherche de stages et d’emploi. Un professionnel justifie cette substitution comme suit : « Il y a des jeunes qui ne savent pas vouvoyer les gens, qui ne savent pas écrire un CV, qui sont souvent incapables de parler ». Ce sont de telles raisons qui poussent les agents du Service de placement à accompagner les jeunes à des entretiens de recrutement pour répondre aux questions de l’employeur, mais aussi pour diminuer les risques de stigmatisation possibles.

Les Services de placement des sites vaudois et jurassien

11Les sites vaudois et jurassien travaillent majoritairement avec des adultes en mesure de reclassement professionnel de l’assurance-invalidité ayant un handicap physique (en majorité des troubles musculo-squelettiques) et/ou avec une atteinte psychique notoire.

12Les professionnels des Services de placement suivent davantage une logique de placement entrepreneuriale, c’est-à-dire orientée vers des pratiques d’intervention proches de l’aide à la relation (et non pas de la relation d’aide), selon laquelle le bénéficiaire doit être « reconfiguré » en un chasseur d’emploi capable de se vendre (Divay & Domingo 2007 ; Astier 2007). Celui-ci se voit proposer une aide pour être compétent dans sa recherche de travail, en apprenant à ne compter que sur lui-même et en s’adaptant de façon unilatérale aux exigences du marché du travail. La rhétorique des professionnels interrogés s’apparente d’ailleurs à un vocabulaire commercial : démarcher, se vendre, les clients, les besoins, etc. La plupart de ces agents sont d’anciens conseillers d’Offices régionaux de placement.

  • 9 La Cinquième révision a clairement rendu à l’assurance-invalidité sa vocation première : être une a (...)

13Cette logique de type entrepreneuriale se retrouve dans d’autres organismes de placement, comme l’a montré une littérature consacrée aux services publics de l’emploi (Bonvin & Moachon 2010 : 2). Plus récemment, elle est également de plus en plus relevée dans des organismes spécialisés s’occupant de personnes handicapées. Selon Ebersold (2009 : 139), « la rationalité entrepreneuriale voit dans l’efficacité le moyen de re-légitimer l’action sociale auprès des milieux économiques et, dans la logique de projet, la possibilité d’opérer une nouvelle mise en scène de la déficience et de consacrer des représentations différentes du handicap et de la personne handicapée ». Suivant ce type d’argumentation dans le contexte helvétique, on peut dire que, si la philosophie activiste prônée par la Cinquième révision de l’assurance-invalidité (entrée en vigueur début 2008) s’est imposée, ce n’est pas sans un travail préalable qui consiste à transformer les représentations sociales de l’invalide (Ferreira 2009 : 35)9. Les rapports et audits élaborés à l’occasion de la Cinquième révision de cette assurance ont été largement influencés par les recommandations de l’OCDE (Ferreira 2009 : 35). Dans un rapport publié en 2003 – Transformer le handicap en capacité. Promouvoir le travail et la sécurité des revenus des personnes handicapées –, la devise de l’OCDE est from disability to ability (Ferreira 2009 : 35).

Réflexions sur la fonction du placement sur le marché du travail

14A partir de cette analyse, il nous semble important, dans le domaine de l’insertion, d’aborder ce qu’implique concrètement la prise au sérieux du terme de placement sur le marché du travail, à savoir une mise en relation entre « demandeur d’emploi » et « employeur » ; sans cela, on court le risque de trop se focaliser sur le demandeur d’emploi et trop peu sur l’employeur et leur mise en contact. Plusieurs actions semblent nécessaires pour améliorer le pouvoir intégrateur des politiques et les pratiques d’insertion de personnes handicapées.

Une action centrée sur le demandeur d’emploi et sur l’employeur

  • 10 On peut aussi questionner la prise en compte des préférences et attentes des personnes dans les pol (...)
  • 11 Pensons notamment à la Cinquième révision de l’assurance-invalidité, qui a renforcé ses mesures d’a (...)

15Dans la fonction de placement, il s’agit d’abord de mener une action sur les demandeurs d’emploi, qui puisse s’étendre au-delà de l’engagement en entreprise pour certaines personnes handicapées particulièrement vulnérables10. Ensuite, une double prise en compte, non seulement celle des demandeurs d’emploi, mais aussi celle des employeurs, est certainement féconde, même si elle ne coule pas de source dans les organismes de placement, publics notamment (Baumgartner, Greiwe & Schwarb 2004). Pourtant, des efforts récents (législatifs11 et à l’initiative d’organismes de placement publics) vont dans le sens d’une stratégie plus active envers les employeurs (Guggisberg & Egger 2008 ; Berclaz 2010 : 13). Néanmoins, cette participation des employeurs est loin d’être acquise, car leurs priorités sont autres que l’engagement de personnes à employabilité restreinte (Berclaz 2010 : 5), d’autant plus qu’ils ne sont pas soumis dans notre pays à des obligations légales d’embauche de personnel handicapé et qu’il y a une préférence pour la flexibilité du marché du travail.

Une action sur cette mise en relation

16Bien qu’une prise en compte, tant du demandeur d’emploi que de l’employeur, soit nécessaire en matière de placement, l’intervention peut se dérouler de façon séparée, c’est-à-dire sur l’une et/ou l’autre, sans accent sur leur mise en relation et, plus particulièrement, leur rencontre interpersonnelle. Intervenir sur la rencontre face à face entre les parties relève davantage de l’exception que de la règle dans les organismes de placement de notre pays (publics en particulier). Leurs démarches d’insertion s’arrêtent souvent trop tôt, laissant le demandeur d’emploi à la porte de l’entreprise, comme si le processus de rencontre allait se faire spontanément, après avoir, si nécessaire, adapté la force de travail aux exigences économiques.

17Ce processus de rencontre entre le demandeur d’emploi et l’employeur peut cependant être problématique. Tous les individus n’ont pas les mêmes capacités à se vendre sur le marché du travail, et certains instruments de recherche d’emploi ne sont que peu appropriés à des publics vulnérables. C’est le cas de l’entretien d’embauche, épreuve stressante, codifiée par des normes implicites, par exemple langagières, que le candidat en situation de handicap maîtrise souvent mal, et qui lui laisse peu de chances de réussite (Castra 2006).

18Partant de ce constat, certains auteurs défendent des évaluations en situation réelle de travail et non lors d’entretiens d’embauche classiques (Castra 2006). C’est dans la situation naturelle en entreprise, sur le lieu de travail, que les individus font le mieux valoir leurs capacités, et le contact direct avec l’employeur peut contribuer à diminuer la discrimination statistique à laquelle sont confrontés de tels publics (Bonoli 2008). En outre, de tels modes d’entrée directs en entreprise facilitent la rencontre interpersonnelle entre le demandeur d’emploi et l’employeur potentiel, mais aussi avec les collaborateurs de l’entreprise.

Une mise en relation, selon quelle logique d’action ?

19Dans maints services de placement publics et privés que nous avons questionnés, la logique d’action professionnelle prépondérante en matière de placement consiste à agir sur le demandeur d’emploi, pour le façonner unilatéralement en fonction des attentes et des normes des employeurs. Dans ce cas de figure, les pratiques des entreprises sont en quelque sorte considérées comme des procédures immuables établies par des acteurs économiques rationnels, rationalité à ne pas déranger (Castra & Valls 2007 : 31) !

20Pourtant, il paraît possible de pratiquer autrement, c’est-à-dire en négociant des alternatives aux pratiques et habitudes de l’employeur. Le marché du travail est ainsi perçu comme un système social complexe d’interactions qui laisse du jeu entre les acteurs dans leurs prises de décision concernant le demandeur d’emploi (Castra & Valls 2007 : 18).

Conclusion

  • 12 Même si cette évolution ne s’est pas faite de façon similaire selon les contextes.

21La logique dominante d’une grande partie des Services de placement consistant à se focaliser sur le demandeur d’emploi, pour le modeler unilatéralement en fonction des structures intangibles de l’économie, semble être liée au constat précité selon lequel peu d’écrits scientifiques (et souvent anciens) abordent la notion de placement sur le marché du travail. Cette observation ne serait pas tant un hasard que le fruit d’une évolution du vocabulaire et des actes d’insertion qui ont changé de sens (Divay & Domingo 2007). Ce changement s’explique en partie par le remplacement, dans les années 90, du terme placement par la sémantique d’accompagnement12. Ce n’est pas anodin en termes de conception de l’insertion, où il s’agit moins de mettre en relation le demandeur d’emploi et l’employeur (comme le veut la notion de placement) que de rendre les chercheurs d’emploi compétents. En définitive, tout se passe comme si chaque nouvelle dénomination donnait à l’intervention des professionnels de l’insertion un caractère de plus en plus abstrait, immatériel : par exemple, de l’acte de la transmission concrète d’une offre d’emploi, on arrive aujourd’hui à une offre relationnelle de présence et de conseils (Divay & Domingo 2007).

  • 13 Supported employment, en anglais.

22Selon notre analyse, néanmoins, d’autres pratiques de placement sur le marché du travail régulier sont possibles. Reste encore la question du moment où l’aide au placement intervient dans le processus de réinsertion professionnelle de tels publics. A cet égard, l’approche « former d’abord, placer en suite », usuelle dans notre pays et reposant sur une réinsertion en plusieurs étapes (Rüst & Debrunner 2005) se différencie de l’approche « placer d’abord, former ensuite », incarnée par les programmes d’emploi soutenu13. Dans l’emploi soutenu, l’activité de placement du demandeur d’emploi sur le lieu de travail prime, même si le job coach peut lui proposer d’autres mesures par la suite.

23De surcroît, l’insertion professionnelle des personnes handicapées ne se limite pas à la seule tâche de placement sur le marché du travail, d’autant qu’elle est porteuse de certaines limites (comme le risque de se focaliser sur les publics considérés comme les plus employables, favorisé par l’injonction d’un retour rapide à l’emploi). D’autres actions d’insertion, au niveau du demandeur d’emploi comme à celui des opportunités économiques et sociales, sont nécessaires à une intégration professionnelle durable des personnes handicapées.

Bibliographie

Astier, I. (2007). Les nouvelles règles du social. Paris : PUF.

Badan, Ph., Bonvin, J.-M. & Moachon, E. (2007). Les politiques actives de l’emploi au service de la réduction des inégalités ? In Ph. Batifoulier, A. Chirardello, G. De Larquier & D. Rémillon (Eds.), Approches institutionnalistes des inégalités en économie sociale. Tome 1 : Politiques (pp. 335-348). Paris : L ‘ Harmattan.

Baumgartner, E., Greiwe, S. & Schwarb, T. (2004). Die berufliche Integration von behinderten Personen in der Schweiz : Studie zur Beschäftigungssituation zur Eingliederungsbemühungen (Rapport de recherche). Berne : OFAS.

Berclaz (2010, octobre). Pour une meilleure prise en compte du rôle des employeurs dans le processus de réinsertion professionnelle. Yverdon-les-Bains : Les dossiers du mois de l’ARTIAS.

Blanc, A. (2009). Le placement des travailleurs handicapés. In, A. Blanc (Ed.), L’insertion professionnelle des travailleurs handicapés : en France de 1987 à nos jours (pp. 161-185). Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

Bonoli, G. (2008). Réorienter les régimes sociaux vers la réinsertion professionnelle (Working paper). Lausanne : IDHEAP.

Bonvin, J-M. & Moachon, E. (2010). Les dilemmes des conseillers des agences publiques pour l’emploi en Suisse. SociologieS. Récupéré de http://sociologies.revues. org/index3063.html.

Caire, G. & Garchevsky, A. (2000). Les agences privées de placement et le marché du travail. Paris : L’Harmattan. Coll. « Logiques sociales ».

Castra, D. (2006). Comment insérer les bas niveaux de qualification dans les entreprises ? In C. Lévy-Leboyer, C. Louche & J.-P. Rolland (Eds.), RH, les apports de la psychologie du travail. 2. Management des organisations (pp. 107-124). Paris : Eyrolles.

Castra, D. & Valls, F. (2007). L’insertion malgré tout. L’intervention sur l’offre et la demande. Vingt-cinq ans d’expérience. Toulouse : Octarès.

De Larquier, G. (2000) Emergence des services publics de placement et marchés du travail en France et en Grande-Bretagne au XXe siècle. Travail et Emploi, 84, 33-45.

Divay, S. & Domingo, P. (2007). L’accompagnement des chômeurs : quelle sécurisation des parcours ? In J.-F. Giret, Y. Girelet, Ch. Lavialle, J. Timoteo & P. Wergin (Eds.), Ruptures et irréversibilités dans les trajectoires. Comment sécuriser les parcours professionnels. XIVe Journée d’études sur les données longitudinales dans l’analyse du marché du travail (pp. 251-259). Marseille : Céréq.

Ebersold, S. (2009). Entrepreneuriat d’insertion et managérialisation des problèmes sociaux. A. In Blanc (Ed.), L’insertion professionnelle des travailleurs handicapés. En France de 1987 à nos jours (pp. 139-159). Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

Ferreira, C. (2009). L’expertise médicale de l’invalidité psychique dans le domaine de l’AI : enjeux institutionnels et tensions professionnelles (Rapport de recherche). Genève : Résar.

Gendron, B. (2009). Emploi des personnes handicapées : une réflexion théorique à partir de la pluralité des acteurs de l’insertion. In A. Blanc (Ed.), L’insertion professionnelle des travailleurs handicapés en France, de 1987 à nos jours (pp. 37-47). Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

Guggisberg, J. & Egger, T. (2008). Evaluation du placement dans l’assurance-invalidité. Sécurité sociale, 3, 157-161.

Murray, B. & Heron, R. (2007). Le placement des demandeurs d’emploi handicapés : éléments pour un service efficace. Genève : Bureau international du travail.

Organisation de coopération et de développement économiques (2006). Maladie, invalidité et travail : surmonter les obstacles, Norvège, Pologne et Suisse. Paris : OCDE.

Rüst, Th. & A. Debrunner (2005). Supported Employment : Modelle unterstützter Beschäftigung bei psychischer Beeinträchtigung. Glaris/Coire : Rüegger.

Notes

1 Le présent texte est issu d’une recherche financée par le Fonds national suisse de recherche scientifique, Fonds DORE, n° 120137.

2 Entendues dans le présent texte comme des personnes dont la santé est atteinte.

3 Les études de sociologie économique ont montré que l’accès à un emploi se faisait souvent par des contacts au sein de son cercle de connaissances (Bonoli 2008 : 9).

4 Le marché du travail s’organise progressivement comme un lieu de placement des sans-emploi, du ressort d’agents privés tout d’abord, pour devenir ensuite une mission d’ordre public, suivie de façon plus ou moins monopolistique selon les pays (De Larquier 2000).

5 On trouve principalement la Loi fédérale sur le service de l’emploi et la location de services et son ordonnance (RS 823.11 et RS 823.111), ainsi que les dispositions de la Loi fédérale sur l’assurance-chômage et l’indemnité en cas d’insolvabilité (RS 837.0) et encore celles de l’assurance-invalidité (RS 831.20).

6 A savoir les dispositions sur le service de l’emploi et la location de services pour le placement privé.

7 Nous n’avons pas examiné le Centre de Genève au moment de notre étude, qui venait d’être crée.

8 La mise en place d’un tel dispositif de placement a été jugée nécessaire par les responsables de cette institution, d’une part, parce que le passage vers le marché du travail ne va pas de soi pour certaines personnes, et d’autre part, parce que les professionnels des Services de placement connaissent les assurés (ce qui va aider à leur réinsertion), puisqu’ils ont l’occasion de les côtoyer pendant leur formation, ce qui est moins le cas des conseillers en placement des Offices de l’assurance-invalidité.

9 La Cinquième révision a clairement rendu à l’assurance-invalidité sa vocation première : être une assurance de réadaptation dont le but essentiel est de rétablir la capacité des personnes à participer à la vie sociale. Plus que jamais, il s’agit d’empêcher la sortie du marché du travail avec l’instauration de nouveaux instruments, comme la détection et l’intervention précoce.

10 On peut aussi questionner la prise en compte des préférences et attentes des personnes dans les politiques et pratiques d’insertion. Des études montrent que les dispositifs d’insertion de notre pays traitent les personnes en situation d’exclusion davantage comme des bénéficiaires à discipliner par des programmes visant à développer leur employabilité, que comme des participants actifs du processus d’insertion (Badan, Bonvin & Moachon 2007 : 336).

11 Pensons notamment à la Cinquième révision de l’assurance-invalidité, qui a renforcé ses mesures d’aide au placement avec des incitations offertes aux employeurs en vue de favoriser l’engagement (ou le maintien en emploi) de personnes handicapées, comme l’allocation d’initiation au travail.

12 Même si cette évolution ne s’est pas faite de façon similaire selon les contextes.

13 Supported employment, en anglais.

Auteurs

HES.SO, Haute école de travail social Valais, Institut santé-social – Professeure, veronique.tattini@hevs.ch

Politologue, bruttin.troutot@logiserve.eu

© Éditions ies, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search