Version classiqueVersion mobile

Le travail social entre résistance et innovation / Soziale Arbeit zwieschen Widerstand und Innovation

 | 
Sabine Voélin
, 
Miryam Eser Davolio
, 
Mathias Lindenau

Troisième partie. Le travail social face aux risques de précarisation / Dritter Teil. Soziale Arbeit und die Risiken der Prekarisierung

Jeu et métaphore dans la construction de la distance

Jean Foucart

Résumé

Diese Analyse beruht auf der Hypothese, dass im Bereich der Sozialen Arbeit der Leidensdruck der Fachleute mit der Schwierigkeit zusammenhängt, eine «richtige Distanz» im Verhältnis zum Nutzer aufzubauen. Mehrere Autoren, vor allem die Chicagoer Schule zeigen jedoch, dass diese «richtige Distanz» zu den Nutzern ein Zeichen für Professionalität darstellt. Im heutigen Kontext, der durch fliessende Übergänge und Individualisierung gekennzeichnet ist, kann es für die Sozialarbeiter/innen durchaus schwierig sein, diesen Kompromiss zu bewerkstelligen. Ein wesentliches Mittel hierzu besteht im «kollektiven Basteln» einer gemeinsamen Kultur. Die Konzepte der sozialen Transaktion und des Übergangsraums sind entscheidend im Rahmen der Herbeiführung dieses Kompromisses.

Texte intégral

  • 1 Par la notion de champ, nous désignons l’ensemble des institutions, des professionnels, des organis (...)

1Nous formulerons l’hypothèse que, dans le champ1 du travail social, l’expression de la souffrance des professionnels est liée à la difficulté de construire une « bonne distance » par rapport à l’usager. Cette « bonne distance » est le produit d’un compromis entre une logique de gestion, de management, de service et la mise en œuvre d’une dimension affective faite de proximité, de don, de compassion.

2La préoccupation de saisir simultanément les compétences et la subjectivité des professionnels de contact a été problématisée en sociologie à travers la notion de distance. Les travaux sociologiques de l’Ecole de Chicago montrent comment le réglage de la « bonne distance » avec le public constitue la marque du professionnel. C’est pourquoi il fait l’objet d’un apprentissage et de normes précises. Mais que se passe-t-il quand tout est à inventer, soit parce que ces normes collectives n’existent pas encore, soit parce qu’elles rencontrent quelques difficultés pour s’imposer ?

  • 2 Par la concept de fluidité, nous désignons un contexte de connectivité et de mobilité généralisées (...)

3Dans le contexte actuel de fluidité2 et d’individualisation, les travailleurs sociaux peuvent éprouver de réelles difficultés à construire ce compromis. L’une de leur ressources essentielles est le « bricolage collectif » d’une culture commune, « un début de régulation peut, par exemple, consister à doter les agents d’une jurisprudence locale, permettant de mettre en commun leurs interprétations des situations des usagers » (Weller 2002). Le bricolage collectif s’avère d’autant plus nécessaire si le travail est peu défini, le geste professionnel incertain.

4Les concepts de transaction et d’espace transitionnel seront essentiels dans cette analyse. La notion de transaction, comprise comme paradigme méthodologique à fonction heuristique, peut aider à rendre compte de la construction des compromis pratiques. Elle aide à saisir les situations complexes et peu structurées où les partenaires produisent, progressivement et de façon tâtonnante, les normes de leur interaction dont l’évolution implique incertitude et risque (Remy 2004). La transaction a à voir avec le jeu, compris comme interstice et espace d’investissement, ou au sein duquel on se met en relation avec les autres de manière satisfaisante.

5Pour expliquer cette hypothèse, nous aborderons le travail social comme un entre-deux, un espace intermédiaire entre la société et ses marginaux. Le travail social est une construction de « compromis pratiques » entre ces deux pôles, ce qui suppose un jeu proximité/distance. Ce jeu s’avère tout à fait différent selon que l’on se situe dans le cadre de l’extension de l’Etat-providence et du modèle sociétal ou selon que l’on se situe dans un régime de fluidité sociale, caractéristique des vingt ou trente dernières années. Ce qui n’est pas sans conséquence sur le mandat social et la transaction avec l’usager. Nous insisterons ensuite sur l’importance de la culture locale comme espace de jeu.

Un entre-deux pour une pratique double

6L’ambiguïté a toujours caractérisé le travail social. Il sert au marginal à voir la société et à se voir lui-même (à percevoir sa propre marginalité), de même qu’il sert à la société à voir le marginal et à se voir elle-même ; il est l’un des fabricants de la marginalité. En outre, le travailleur social cherche à émettre une image de ce qu’il est lui-même, aussi bien en direction des marginaux qu’en direction des mandants sociaux.

7La tension interne du travail social vient de ce que la pratique doit à la fois porter sur un objet précis et poursuivre l’objectif de fabriquer du tissu social. Notre proposition consiste à dire que le travail social joue ces deux stratégies en même temps. Le travail social occupe donc une position d’entre-deux, d’espace intermédiaire. La pratique du travailleur social est une transaction sociale et le travailleur social un passeur entre les gestionnaires du social et les exclus, entre les magistrats et les exclus, entre le scolaire et l’éducatif. Le métier de passeur commence lorsqu’on est capable de sortir du manichéisme, de construire de la pratique sociale et du sens dans l’entre-deux. Cette position incertaine prend un aspect différent selon que l’on se situe dans une période de développement de l’Etat-providence ou de l’Etat social actif. Dans la première période, le travail social s’inscrit dans un projet d’éducation et d’intégration. La définition des objectifs du travail social dans la période actuelle prend place dans un contexte de fluidité sociale et d’individualisation, beaucoup plus incertaine.

Effets des transformations du contexte macrosocial sur la pratique des intervenants sociaux

8L’idéal éducatif est sans doute ce qui exprime le mieux la pratique du travail social des années de croissance. Il est ce qui fait que le professionnel, même confronté à un individu ou à un groupe en situation d’urgence, entend cependant se saisir de cette situation pour transformer durablement les conduites de cet individu ou de ce groupe. L’émancipation de la relation instaurée dans le travail social est toujours l’objectif final.

9Le travail social s’inspire, en arrière-plan, d’un modèle d’intégration sociale que l’on pourrait qualifier de durkheimien. Dans ce contexte, le travailleur social réalise son mandat social et politique : promouvoir l’intégration sociale de ses bénéficiaires ; mais il réalise ce mandat en le transposant sous la forme d’un problème porté par des individus et en travaillant sur leur économie personnelle. Aujourd’hui, on valorise l’individu mobile, adaptable, créateur de ses propres liens, dans la sphère professionnelle comme dans la sphère civique, d’ailleurs. Il en résulte des risques élevés de déliaison pour ceux qui sont dépouvus des ressources adéquates.

10Le social n’est plus le grand intégrateur. C’est tout au contraire un social qui se manifeste par son absence, ses défaillances, en un mot et d’emblée, par la négativité de ses liens ; il a besoin d’un soutien incessant, du même coup, un soutien aménagé ; il ne se mesure pas, finalement, à partir des inégalités que révèle le handicap, mais à partir des charges émotionnelles que donnent à voir les multiples souffrances psychiques.

11Il en résulte une recomposition du travail social. Le registre de l’insertion devient central. L’insertion se veut un passage ou une transition, une forme originale d’accompagnement des nouveaux publics en déficit d’intégration : elle est censée déboucher sur le retour au travail et la résolution des problèmes de la vie quotidienne. Mais on s’est progressivement rendu compte qu’il s’agit très souvent d’une transition durable, d’une bouffée d’oxygène qui améliore à la marge les conditions de vie des bénéficiaires sans pouvoir les transformer.

12Par ailleurs, une question surgit dans le face à face du travailleur social avec l’usager : « A qui ai-je affaire ? ». Très souvent, l’intervenant, même s’il est le solliciteur, n’a pas grand-chose à proposer, hormis uniquement sa personne, dans bien des cas. La promesse de l’intégration était hier la condition de la relation. Quand s’évanouit une telle possibilité, la relation devient d’autant plus problématique.

13Ce dont il s’agit bien souvent, c’est de conforter ce qu’Anthony Giddens appelle « la sécurité ontologique », expression qu’il applique « à la confiance de la plupart des êtres humains dans la continuité de leur propre identité et dans la constance des environnements d’action sociaux et matériels » (1987 : 137).

Transaction précaire entre l’usager et le travailleur social

14On peut se demander si la généralisation de l’échange sans offre véritable ne constitue pas le terreau spécifique dans lequel s’enracine et se développe une précarité de la transaction entre l’usager et le travailleur social. Au moment où l’obligation de résultats s’efface devant l’obligation de moyens, quand il s’agit moins de résoudre une demande que d’entretenir une relation, on peut penser que l’attention se porte sur la mise en œuvre de cette relation, faute de pouvoir se focaliser sur sa finalité. Lorsque la confiance dans la relation de face à face n’est plus contrôlée par les codes normatifs, elle doit être gagnée, travaillée (Giddens 1994).

15Les usagers du travail social sont de moins en moins pré-définissables. La définition de l’usager deviendrait un enjeu de la pratique professionnelle. Les institutions psychiatriques, par exemple, se voient de plus en plus confrontées à un public dont les troubles psychiques dérivent directement de la précarité et mettent en avant la notion de souffrance sociale. Par conséquence, le caractère douloureux de l’exercice professionnel du travailleur social est lié à ce que l’on pourrait appeler sa propre impuissance.

Le jeu et la métaphore

16Le stress relationnel est l’objet de deux interprétations dont nous nous distancierons. Selon l’une, la souffrance des intervenants sociaux prendrait la forme du burn out. Le burn out désigne un sentiment d’épuisement professionnel touchant simultanément le physique et le mental. Il concerne au premier chef les personnels travaillant au contact de publics particulièrement démunis et résulterait d’une insuffisante professionnalisation dans la gestion du rapport au client.

17Une théorie alternative existe cependant. Elle conduit à rapporter les difficultés de la relation de service aux conditions de travail dans lesquelles les professionnels exercent leur métier. Dans ce cas, les difficultés relationnelles renvoient davantage à l’organisation : manque d’effectifs, problème de temps, charge physique et mentale en augmentation, déficit de reconnaissance lié à des salaires trop faibles, etc.

18Cet antagonisme n’est cependant pas sans limites. L’analyse connaît d’autres traditions de recherche dont la spécificité est précisément le refus d’une coupure entre individu et organisation. Yves Clot (1999) souligne que la capacité des travailleurs à conjurer l’insupportable ne dépend pas que de ressources individuelles, mais d’un réseau de pratiques collectives.

19Le concept de jeu est important. Il a deux significations non indépendantes. En premier lieu, dans la langue française, il signifie, en mécanique, la liberté de mouvement entre deux pièces. On rejoint, dans l’analyse sociologique, la notion d’interstice. En second lieu, dans la vie sociale, le jeu désigne ce qui, ne se fixant pas d’objectifs fonctionnels tout en pouvant rester sérieux, procure du plaisir aux acteurs. Loin d’écarter tous les rapports de domination, les conflits ou les contradictions sociales, l’introduction du concept de jeu social dans les pores des contraintes sociales et économiques (et ici des contraintes régissant l’activité de travail) renverse la problématique et tente d’expliquer comment des situations impossibles à tenir deviennent acceptables, grâce à l’introduction du jeu auquel participent la grande majorité des dominés ou des exécutants.

20Selon la sociologie du travail (Durand 2004), le jeu social instauré par les exécutants dans l’interprétation des règles formelles se déroule dans les interstices de celles-ci, dans le respect obligé du rapport salarial, mais à l’intérieur des espaces d’autonomie créés par les exécutants. Le jeu social opère comme agent de médiation entre les contraintes structurelles du métier et les conditions concrètes de l’activité dans lesquelles s’expriment à la fois les besoins ludiques et la nécessité de participer et de se faire reconnaître dans et par la communauté. Il s’agit, en définitive, d’un véritable mode de reconstruction symbolique de l’univers du travail, qui aboutit à une représentation de celui-ci et de ses contraintes différente de celle qu’en livrerait une analyse extérieure et objectivante des rapports de travail. En d’autres termes, on se trouve dans une pratique fictionnelle qui relève de la métaphore.

21Les linguistes Lakoff et Johnson précisent que « l’essence d’une métaphore est qu’elle permet de comprendre quelque chose (et d’en faire l’expérience) en termes de quelque chose d’autre » (1985 : 15). Le processus métaphorique induit une pratique fictionnelle qui se superpose à la pratique réelle. Ils s’agit d’un processus d’expressivité sociale dans lequel fiction et réalité se mêlent inexorablement ; c’est un « art de l’esquive », qui va exprimer une réalité tout en l’évitant frontalement. Il faut esquiver la « cruauté du réel » (Rosset 1977).

22L’opération métaphorique, dans ses diverses modalités, a bien pour objectif de mettre à distance l’inacceptable du réel, elle le « civilise » en quelque sorte. Cette fiction permet de sauvegarder l’épaisseur et la singularité du réel. Selon Rosset, la cruauté du réel réside dans son univocité singulière, d’où la tentation d’en créer un double. Le « double » remplit, selon cet auteur, une triple fonction de mise à l’écart et de récusation d’un réel douloureux, de dotation de sens à la réalité « idiote » et de production fantasmatique de l’objet manquant du désir. Le « double » prend une importance particulière dans le champ du travail social. Il est un récit d’une pratique. Parler de sa pratique, fait partie de la pratique. Il en résulte la possibilité d’un écart.

23Le travail social se narre. La pratique des travailleurs sociaux est une pratique symbolique, et son efficacité est de nature symbolique : elle inclut une dimension éthique et une dimension expérientielle, étant avant tout une expérience inscrite dans l’événement, dans l’ici et maintenant (Autès 1999). Le domaine d’élection de l’oralité est souvent le microsocial, parce qu’elle n’a pas de support physique durable (ce peut être une parole, un geste, une expression faciale) et parce qu’elle a une vocation de spécificité : elle est censée être affaire de circonstances, répondre au besoin du moment, ne pas avoir de sens et de portée au-delà de ce moment. Les difficultés inhérentes à la position des travailleurs sociaux trouvent leur mode de résolution dans une survalorisation de ce qu’Yves Barel (1982) désigne par la métaphore de l’oralité, d’une part, et d’autre part, par la valorisation de l’éthique. Par le truchement de cette double procédure, le travailleur social donne sens à ce qui fait problème et le transfigure.

Conclusion

24Le produit du travail social se caractérise par une grande incertitude. Il ne vise pas, comme dans le champ économique, la production de biens ou, comme dans le champ scientifique, la production d’énoncés scientifiques. Il vise à « insérer », « construire du lien », « restaurer de la dignité »… Or, pour un acteur social donné, l’écart entre ce qu’il dit qu’il fait (et qui vise à produire des effets sur les représentations de son destinataire) et ce qu’il fait réellement est relativement proportionnel à l’incertitude qui règne sur le produit de son acte.

25L’entre-deux est donc le lieu de la construction d’un savoir social (Pharo 1992). Celui-ci présente trois grandes caractéristiques : c’est une façon à la fois individuelle et collective de faire face aux pressions et oppressions de l’univers du travail, social en particulier ; c’est un moyen de repérer et de rendre intelligible les différents constituants de l’activité (son histoire, les divers groupes qui le composent, les itinéraires sociaux des individus, etc.) ; c’est, enfin, une manière de prolonger un certain nombre de schèmes de pensée et de pratiques acquis au cours de la socialisation et de leur donner un sens nouveau.

Bibliographie

Barel, Y. (1982). La marginalité sociale. Paris : PUF.

Clot, Y. (1999). La fonction psychologique du travail. Paris : PUF.

Durand, J-P. (2004). La chaîne invisible. Paris : Le Seuil.

Foucart, J. (2009). Fluidité sociale et souffrance. Paris : L’Harmattan.

Giddens, A. (1994). Les conséquences de la modernité. Paris : L’Harmattan.

Gramsci, A. (2012). Guerre de mouvement et guerre de position. Paris : La Fabrique.

Lakoff, G. & Johnson, M. (1985). Les métaphores dans la vie quotidienne. Paris : Minuit.

Rémy, J. (2004). Prendre au sérieux la complexité : nouvelles bases pour une critique sociale. Education et société, 13, 11-42.

Rosset, C. (1977). Le réel : traité de l’idiotie. Paris : Minuit.

Weller, J-M., (2002). Stress relationnel et distance au public. De la relation de service à la relation d’aide. Sociologie du travail, 44(1).

Notes

1 Par la notion de champ, nous désignons l’ensemble des institutions, des professionnels, des organisations, des « intellectuels organiques ». Gramsci (2012) définit ces intellectuels par la place et la position qu’ils occupent au sein de la structure sociale.

2 Par la concept de fluidité, nous désignons un contexte de connectivité et de mobilité généralisées (Foucart 2009).

Auteur

Haute école de Louvain en Hainaut – chargé de cours, chercheur, foucart.jean@skynet.be, www.helha.be

© Éditions ies, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search