Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le travail social entre résistance et innovation / Soziale Arbeit zwieschen Widerstand und Innovation

 | 
Sabine Voélin
, 
Miryam Eser Davolio
, 
Mathias Lindenau

Troisième partie. Le travail social face aux risques de précarisation / Dritter Teil. Soziale Arbeit und die Risiken der Prekarisierung

La reconnaissance sociale des jeunes de la rue

Annamaria Colombo

Résumé

Ausgehend von den Resultaten einer Forschung über obdachlose Jugendliche in Montreal, empfiehlt dieser Artikel, laut Axel Honneth, eine Verschiebung des soziologischen Blickwinkels auf die Problematiken der sozialen Ausgrenzung. Der Artikel rät stärker auf die Subjektivität der Individuen zu achten und eher Lösungen der Identitätsanerkennung als solche der sozioökonomische Umverteilung einzubeziehen. Er zielt darauf ab, die Bedeutung der Mittel der Sozialarbeit hervorzuheben, welche es Personen ermöglichen ihren Platz in der Gesellschaft einzunehmen. Dies soll dazu führen, dass Bedingungen der Anerkennung, welche im Kampf gegen soziale Ausgrenzung als Grundlage dienen, besser eingeschätzt werden können.

Texte intégral

1Lorsqu’il est question de lutte contre la pauvreté et l’exclusion, particulièrement en temps de crise – c’était là le thème du colloque dont cet ouvrage est issu – la tendance est souvent de privilégier une lecture exclusivement socioéconomique des problèmes qui affectent notre société ainsi que notre système social. Or, les travaux d’Axel Honneth (2000), ainsi que d’autres à sa suite, incitent plutôt à un déplacement du regard sociologique porté sur ces problématiques, en proposant de l’ancrer dans les subjectivités des individus, et à envisager des solutions davantage en termes de reconnaissance identitaire que de redistribution socioéconomique. En effet, dans le contexte actuel d’individualisation croissante du lien social, avec la réalisation de soi placée au centre des projets de vie, tous les individus ne disposent pas des mêmes ressources sociales et personnelles permettant de créer les conditions de leur accomplissement personnel. Selon Honneth, c’est justement parce qu’ils s’inscrivent dans une société qui valorise beaucoup la réalisation personnelle, que les individus qui se sentent lésés aujourd’hui se sentiraient moins victimes d’injustice que privés des conditions permettant cette autoréalisation, devenue une exigence sociale. Ainsi, les institutions de la société, dont celles en charge du travail social, ne peuvent apparaître légitimes aux yeux de leurs membres que si elles sont en mesure de garantir le maintien de rapports de reconnaissance réciproque.

2Les résultats d’une recherche effectuée auprès de jeunes sortis de la rue à Montréal (Colombo 2008) alimentent cette hypothèse en mettant en lumière les moyens que les individus se donnent pour composer avec les contraintes de reconnaissance sociale et leurs aspirations de réalisation identitaire. A partir de l’analyse de trajectoires de jeunes qui ont réussi à sortir de la rue, cet article vise à mettre en lumière l’importance, pour le travail social, de la prise en considération des moyens que les individus se donnent pour occuper une place dans la société ; il va donc être en mesure de cerner les conditions de reconnaissance pouvant servir de base à une lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Une première section montre que l’expérience même de la rue constitue une tentative, bricolée, d’obtenir de la reconnaissance sociale, en faisant un détour par la marge. Les deux autres sections mettent en évidence les dynamiques paradoxales qui caractérisent la « lutte pour la reconnaissance », pour reprendre l’expression d’Honneth, que constitue la sortie de la rue, oscillant entre normalité et marginalité, mais aussi entre performance et créativité.

3Vingt-quatre entrevues individuelles semi-dirigées d’une durée de deux à trois heures auprès de personnes sorties de la rue depuis au moins deux ans constituent le matériel de base de cette recherche qualitative. Ayant vécu entre un et quinze ans dans la rue, la plupart des personnes rencontrées avaient, au moment de l’entrevue, un emploi stable (intervenant social, gérant de bar, entrepreneur, ébéniste, horticulteur, restauration alternative, téléphoniste, etc.), étaient aux études – tout en travaillant pour certains – ou prévoyaient d’y retourner. Les autres se trouvaient une situation professionnelle plus précaire ou étaient en arrêt de travail pour des raisons de santé. Certains avaient fondé une famille, alors que d’autres étaient célibataires. Ces entrevues, entièrement retranscrites, ont fait l’objet d’une analyse de contenu approfondie, à partir d’une grille articulant les manifestations de reconnaissance perçue et les attentes de reconnaissance, selon les contextes relationnels significatifs et les formes de reconnaissance identifiées par Honneth (2000). Cette analyse a été validée par les répondants, à l’occasion de focus-groupes.

Reconnaître le potentiel de socialisation de la rue

  • 1 Sachant que l’expression « jeunes de la rue » ne fait pas l’unanimité dans la littérature (voir not (...)

4L’analyse des trajectoires de ces anciens « jeunes de la rue »1 montre que l’adoption de pratiques marginales ne renvoie pas uniquement à l’échec ou à l’exclusion. Plusieurs recherches mettent en évidence le potentiel socialisateur de la vie de rue (Parazelli 2002 ; Colombo 2008). Bien entendu, l’appropriation de la rue par les jeunes comporte des risques pour la santé ainsi que des risques de rupture, voire d’exclusion sociale. Néanmoins, en mettant l’accent sur le caractère risqué ou dangereux de la vie de rue, comme le veut la tendance politique et scientifique actuelle (Agence de santé publique du Canada 2006), c’est toute une dimension du rapport de ces jeunes à la rue et à la société qui s’en voit occultée. Les trajectoires des jeunes rencontrés dans le cadre de l’enquête montrent que l’appropriation de la rue ne correspond pas automatiquement à un parcours de désinsertion, d’enfermement dans la marge ou même de mort, même si ce peut aussi être le cas. La plupart de ces jeunes finissent par quitter la rue et par s’approprier une position sociale mieux reconnue. Les parcours de sortie sont intimement liés au vécu de rue et la position de jeune de la rue est loin d’être une position par défaut, ou encore une « non-position », révélatrice uniquement d’un décrochage ou d’un processus de désinsertion dans leur trajectoire. Ces jeunes développent des pratiques en marge des institutions traditionnelles de socialisation et ne sont donc pas exclus de tout social. L’appropriation qu’ils font des lieux urbains peut ainsi être comprise comme une tentative de « socialisation par la marge », pour reprendre les termes de Parazelli (2002).

5Une clé de lecture pour comprendre le choix – plus ou moins libre – d’une démarche d’insertion par la marge est celle des transformations actuelles du lien social. A l’instar de plusieurs auteurs (dont Le Breton 2002 ; Parazelli 2002 ; Bajoit 2005), nous pensons que le brouillage des repères normatifs qui caractérise les sociétés occidentales contemporaines affecte les efforts des jeunes pour prendre leur place dans la société et vient s’ajouter aux transformations identitaires liées au passage à l’âge adulte. Dans un contexte d’individualisation croissante du lien social, on assiste aujourd’hui à un effacement des institutions fortes de la modernité, lesquelles transmettaient des repères clairs, balisant le processus d’insertion sociale (Touraine 1989 ; Aubert 2006). La fonction socialisatrice de ces institutions traditionnelles comme la famille, l’école ou encore l’Eglise s’est affaiblie, ainsi que la transmission de leurs valeurs normatives qui s’individualisent en même temps qu’elles se démultiplient. Ce contexte de multiplicité des repères normatifs crée une certaine incertitude. Mais s’il en paralyse certains, sommés de se débrouiller pour s’approprier une place sociale, il laisse à d’autres un plus grand espace pour leur créativité et leurs désirs de réalisation personnels.

6Dans un tel contexte, tous les jeunes ne disposent pas des mêmes moyens pour composer avec l’incertitude, et certains sont fragilisés par des trajectoires qui rendent leur passage à l’âge adulte difficile, voire périlleux. C’est le cas des personnes rencontrées dans le cadre de l’enquête. Abandonnés, rejetés par leurs parents ou ayant vécu dans un contexte familial incohérent, ces jeunes ont développé, au moment de leur socialisation primaire, des modes de relation à eux-mêmes et aux autres de nature paradoxale, oscillant toujours entre la reproduction de schémas destructeurs et le besoin d’une reconnaissance plus satisfaisante.

7Parce qu’elle comporte sa part de contradictions et d’indétermination des règles du jeu, la rue offre à certains de ces jeunes l’opportunité de s’approprier une place sociale, tout en leur offrant d’autres repères que ceux habituellement proposés par la société et les institutions traditionnelles, au travers desquels ils peuvent davantage se reconnaître (Parazelli 2002 ; Colombo 2008). Avant même son engagement dans un processus d’insertion, dont la sortie de la rue est partie prenante, l’appropriation même de l’espace de la rue fait de celle-ci un lieu d’insertion sociale potentiel pour ces jeunes. Même appréhendée par la marge, il s’agit bien d’insertion, puisque ces jeunes y développent des pratiques qui correspondent à leur position identitaire et qu’ils s’investissent dans des contextes relationnels dans lesquels ils se sentent reconnus pour ce qu’ils sont. L’exemple des jeunes de la rue indique que l’insertion peut prendre des formes paradoxales, s’inscrivant dans la marge sans être « hors-social ». Il est vrai que bricolées à partir d’un héritage identitaire fragile, ces formes d’insertion s’avèrent cependant parfois précaires. Mais les lire uniquement en termes d’exclusion ou de désinsertion relève d’une vision dichotomique qui ne tient pas compte de ce qui se trame réellement au sein de cette marge.

8La reconnaissance de la vie de rue comme une forme d’insertion paradoxale est d’autant plus importante que la sortie de la rue se construit sur cette base. En effet, l’appropriation de la rue peut être vue comme un repositionnement identitaire des jeunes, visant à prendre une place autonome en société – dont la rue est partie intégrante – à partir de l’héritage parental (premier positionnement identitaire). Dans cette logique, la sortie de la rue constitue alors un autre repositionnement identitaire, une façon singulière de prendre sa place dans la société et de s’approprier à la fois l’héritage parental et l’expérience de la rue.

9L’analyse des trajectoires de ces jeunes fait ressortir, en outre, l’existence chez eux d’un imaginaire de normalité, qui prend des formes différentes selon leur évolution et qui structure leurs projets de sortie de la rue. Selon le vécu de ces jeunes, être normal, c’est être comme les autres, être comme il faut, être autonome ou encore réussir. Ces représentations de la normalité révèlent la façon dont ces jeunes interprètent les conditions d’insertion dans la société actuelle en fonction, notamment, des pressions que celle-ci exerce sur eux et également selon leurs attentes de reconnaissance. Elles montrent que si l’injonction à s’affirmer comme différent peut constituer la norme pour certains, pour d’autres, l’affirmation de sa différence est davantage associée à l’exclusion, et l’insertion passe par une obligation de se conformer aux règles. C’est à travers cette tension entre marginalité et normalité qu’ils tentent, chacun à leur façon, de négocier une nouvelle position identitaire.

Prendre sa place, entre marginalité et normalité

10Tout en supposant une certaine rupture avec le milieu marginal dans lequel le/la jeune s’inscrit, l’appropriation d’une place sociale considérée davantage comme insérée dans la « normalité » ne peut se situer qu’en continuité avec la position marginale antérieurement occupée. En effet, les jeunes sont encore dans la rue lorsqu’ils décident d’en sortir. En d’autres termes, ils occupent encore la position de jeunes marginaux, mais envisagent une position identitaire et sociale différente. Cette nouvelle position projetée ne peut donc s’imaginer et se construire qu’en continuité avec ce qu’ils vivent dans le présent.

11Pour les jeunes rencontrés dans le cadre de l’enquête, sortir de la rue suppose, d’une part, de rompre avec des pratiques, des liens, des lieux et un positionnement exclusivement associés à la rue. Pour certains jeunes, ce besoin de rupture est plus important que pour d’autres. En effet, certains d’entre eux ont développé un rapport à la rue marqué davantage par la négation de soi et l’autodestruction. Ces jeunes ont tendance à associer la rue à la déchéance et à la destruction, mais elle reste souvent paradoxalement très attractive pour eux. Un jeune rencontré au cours de l’enquête se représente le centre-ville de Montréal comme un « trou noir » où l’on s’enfonce. Cette image témoigne à la fois de sa peur de la déchéance et de l’attractivité que ces lieux exercent encore sur lui, alors qu’il est sorti de la rue. Pour certains de ces jeunes, l’expérience de la rue paraît trop intense pour qu’elle soit compatible avec leur sortie de la rue. C’est pourquoi la sortie de la rue correspond pour eux, en tout cas dans un premier temps, à une coupure avec le milieu marginal, souvent accompagnée d’un éloignement géographique des lieux qui y sont associés.

12Mais il s’agit de se garder d’une généralisation hâtive de cette exigence de rupture physique pour tous les jeunes qui souhaitent sortir de la rue. De fait, certains jeunes conçoivent moins ce processus de sortie de la rue comme une obligation de rupture avec le milieu de la rue, que comme un repositionnement au sein même de celui-ci. Il s’agit surtout de jeunes qui ont fortement investi la rue, notamment les relations affectives avec d’autres jeunes, trouvant dans ces groupes d’amis la possibilité de se créer une famille fictive, à la place de leur famille réelle faisant défaut. La sortie de la rue consiste, plutôt, par conséquent, à redéfinir leurs relations avec les lieux fréquentés et avec leurs amis. De même, sur le plan social et professionnel, ils ne voient pas forcément d’incompatibilité entre l’affirmation de leur marginalité et leur sortie de la rue. Celle-ci peut prendre la forme d’un emploi dans le domaine social, de l’alimentation alternative ou des arts, ou encore dans l’engagement militant. Il s’agit là d’autant de moyens de combiner, d’une part, leur attachement à la marge, perçue comme un moyen d’affirmer son indépendance et sa différence et d’autre part, leurs valeurs et leur désir d’autonomie et de reconnaissance sociale et professionnelle.

13En effet, bien que la sortie de la rue ne passe pas uniquement par l’acquisition d’un emploi stable, le travail demeure, dans les représentations des jeunes, un élément important de reconnaissance sociale. Ainsi, certains jeunes acceptent des conditions de travail précaires, travailler étant perçu comme le seul moyen de se conformer aux attentes sociales. Néanmoins, pour d’autres, le travail ne revêt un sens que dans la mesure où il peut répondre à leurs attentes de réalisation de soi et de plaisir personnel (Bajoit 2005).

14Quoi qu’il en soit, que la sortie de la rue passe par une voie plus conformiste ou qu’elle s’inscrive dans une continuité plus évidente avec la rue, l’appropriation d’une nouvelle position identitaire s’inscrit inévitablement dans un processus caractérisé à la fois par des ruptures et des continuités avec le vécu marginal ; car c’est à partir de leur position de jeunes de la rue que ces jeunes s’en approprient une nouvelle, qui leur semble mieux reconnue, sur le plan social notamment. C’est là que réside l’enjeu d’un tel processus d’insertion : il s’agit à la fois d’accepter, de faire accepter, de valoriser et de s’appuyer sur les acquis de la vie de rue, tout en étant reconnu comme capable d’occuper une position différente.

L’insertion, entre performance et créativité : discipline ou plaisir ?

15Pour plusieurs jeunes, la rue et la marginalité sont des espaces à même de leur procurer du plaisir, davantage que les institutions traditionnelles de socialisation, comme la famille et l’école, dont les règles trop strictes ou incohérentes les maintiennent captifs. Plusieurs personnes rencontrées au cours de l’enquête, surtout lorsqu’elles ont vécu des relations parentales marquées par le contrôle, associent les lieux urbains qu’elles se sont appropriés durant leur vie de rue à la liberté, à l’absence de règles, qu’elles expriment par le pouvoir de « faire ce qu’on veut », la sensation de respirer librement, de faire la fête, passer des vacances, une pause permettant de se reposer un instant des contraintes et des pressions familiales. La marginalité représente une possibilité d’affirmation de leur spécificité et de leur différence. La rue répond à leur besoin de liberté, de plaisir, de créativité, en d’autres termes, de pouvoir vivre autrement que selon les règles imposées par le contrôle parental.

16Or la (sur)vie dans la rue nécessite une certaine discipline. Avoir accès à suffisamment de ressources pour se nourrir, dormir, pouvoir compter sur l’aide des autres et assurer sa sécurité supposent de s’en tenir à certaines règles de discipline qui varient selon les stratégies adoptées par ces jeunes. Certains s’imposent également une discipline pour éviter de reproduire des comportements destructeurs qu’ils ont pu observer chez leurs proches, se limitant à une consommation de drogues festive et sociale, voire évitant toute consommation. D’autres jeunes reproduisent dans la rue une discipline qui leur était imposée par leurs parents lorsqu’ils étaient enfants. On peut l’illustrer par l’exemple d’un jeune qui a grandi dans un milieu familial valorisant à tout prix l’assiduité à l’école et au travail. Malgré les conditions très difficiles d’une longue trajectoire de rue marquée par une très grande précarité, ainsi que par une consommation intense de drogues dures (héroïne, cocaïne, PCP, etc.), il a reproduit une discipline scolaire stricte qui lui a parfois demandé une énorme persévérance, là où bien d’autres auraient abandonné. Cette discipline lui a tout de même permis, en fin de compte, de sortir de la rue avec un diplôme de travail social en poche.

17Par la liberté et l’indétermination qu’elle permet, la rue peut également représenter un espace à la fois de créativité et de performance, surtout pour des jeunes captifs de relations parentales marquées par l’incohérence, qui ne leur permettent pas l’accès à des repères affectifs et disciplinaires clairs. En effet, l’indétermination des règles qui caractérise la rue renvoie pour certains jeunes à une aventure qui les aide à expérimenter leurs actes sociaux et à laisser libre cours à leur créativité, sans subir la contrainte de règles trop contraignantes et incohérentes. C’est ce qu’exprime cette répondante :

  • 2 Tous les prénoms sont fictifs, afin de respecter l’anonymat des répondantes et répondants.

Mais c’est la peur du non-connu... on dirait que la peur, y a comme une attirance envers ça. Qu’est-ce qui n’est pas à tous les jours. Ce qui est attirant, c’est que tu sais pas ce qui va t’arriver le lendemain. Tandis que rester chez toi, tu vas à l’école à tous les jours, tu sais qu’est-ce qui va arriver. (Camille2, 23 ans, sortie de la rue depuis trois ans)

18D’autres répondants expriment cet imaginaire d’aventure ou d’action en comparant la vie de rue par exemple à un téléroman policier, en la décrivant comme étant « rock’n roll », ou encore en la comparant à une jungle et à un trip. Parfois, ils présentent volontairement leur trajectoire dans la rue comme un combat, métaphore qui fait explicitement référence à la performance et à la réussite personnelle possibles et liées à ce combat. On peut comprendre cette attitude comme un effort pour faire reconnaître leur trajectoire dans la rue en tant que trajectoire de réussite. En outre, on peut associer ces métaphores du combat et de l’aventure à un besoin éprouvé de donner un sens à leur vie en la rendant plus intense.

19En continuité avec le vécu de rue, la sortie de la rue est elle aussi traversée par ces tensions entre discipline et plaisir, performance et créativité. D’une part, ce processus est associé à un nouveau départ et à de nouvelles perspectives de réalisation de soi dans le plaisir, avec tout le potentiel d’affirmation de soi et de créativité que cela suppose pour se créer une nouvelle vie, une nouvelle place sociale. Mais d’autre part, il suppose une grande discipline personnelle pour pouvoir réaliser ce projet. En effet, les trajectoires de sorties de rue racontées mettent en évidence des phases de précarité et de souffrance importantes, qui rendent d’autant plus fragile la résistance aux multiples tentations de s’évader dans la consommation de drogues, d’exprimer ses frustrations par des actes de violence envers les autres ou envers soi-même, par des pratiques d’autodestruction, ou encore des pratiques illégales ou dangereuses pour gagner de l’argent rapidement. Par ailleurs, pour certains jeunes, l’insertion dans la « normalité » est associée à une nécessaire conformité aux règles sociales qui renvoie également à des exigences de discipline.

20Chez d’autres, la sortie de la rue répond davantage à un impératif de réussite sociale et de performance. Mais ils ne sont pas prêts pour autant à renoncer à leur liberté et à leur désir d’épanouissement personnel. La réussite matérielle, professionnelle ou encore familiale constitue à leurs yeux le moyen d’y parvenir, tout en se conformant aux exigences sociales de performance perçues comme garantes de leur insertion sociale. Réussir dans la vie, c’est avoir sa propre maison, son entreprise, des objets de luxe, ou, plus simplement, sa famille, son emploi, son confort et sa tranquillité. Dans ce sens, on constate que leurs aspirations rejoignent celles de plusieurs jeunes de leur âge, tentés par les promesses de la société du confort, de la consommation et de la propriété privée (Bajoit 2005). Comme eux, si certains demandent simplement à la société le minimum (avoir une vie « normale », afin de ne pas être constamment menacés d’exclusion), d’autres s’engagent intensément dans la logique de la performance et de l’ascension sociale. Il s’agit de s’éloigner de l’image de looser (selon l’expression d’un jeune) qui peut être associée à la rue, tout en se prouvant à soi et aux autres que leur trajectoire de rue n’est pas incompatible avec les performances exigées par la société, comme l’exprime cette répondante :

Pis à ce moment-là, peut-être aussi, je voulais prouver à ma famille que tu pouvais réussir dans le monde des affaires sans avoir de diplôme. Pis ça, c’est une satisfaction que j’ai de leur avoir prouvé ça. Parce que dans cette famille-là, je suis un peu un exemple que leur voie, c’est pas nécessairement LA voie (Elise, 27 ans, sortie de la rue depuis cinq ans).

Conclusion

21Les quelques exemples issus d’une enquête auprès de jeunes sortis de la rue montrent que, s’ils ne se rallient pas tous explicitement aux repères traditionnels que sont l’école, le travail et la famille pour définir les conditions d’obtention de la reconnaissance sociale, les jeunes marginaux les contestent finalement beaucoup moins que ce que l’on pourrait penser. Leurs efforts d’insertion révèlent la référence à une « normalité » non moins présente, mais davantage négociée autour de valeurs éminemment individualistes. Participer socialement, pour ces jeunes, être reconnus, c’est être autonomes, différents, créatifs et avoir du plaisir, se lancer dans des performances et réussir, tout en composant avec son héritage familial ainsi que les contraintes sociales. En ce sens, ils confirment l’hypothèse formulée par Caillé (2004), observant que dans le contexte actuel où la norme devient de plus en plus personnelle, les demandes de reconnaissance se recentrent autour de l’individu en soi, à travers son authenticité et sa capacité à se différencier, plutôt que sur ses qualités ou ses compétences, comme c’était le cas auparavant.

22Dans ce contexte, la lutte contre l’exclusion suppose la reconnaissance de différents imaginaires de normalité et de marginalité. S’il peut jouer un rôle d’accompagnement des individus dans leur autonomie, le travail social se doit de reconnaître les moyens auxquels les individus consentent pour s’approprier une place sociale au sein de la « normalité », même si ce sont des moyens bricolés et qui leur font prendre parfois des chemins périlleux.

Bibliographie

Agence de santé publique du Canada (2006). Les jeunes de la rue au Canada. Constatations découlant de la surveillance accrue des jeunes de la rue au Canada, 1999-2003. Ottawa : ASPC.

Aubert, N. (2006). L’individu hypermoderne. Ramonville-Saint-Agne : Eres.

Bajoit, G. (2005). Les jeunes en quête de sens dans un monde incertain. Conseil de développement de la recherche sur la famille du Québec, hiver 2005, numéro spécial, 2-3.

Caillé, A. (2004). Présentation du dossier : de la reconnaissance. Don, identité et estime de soi. Revue du MAUSS, 23, 5-28.

Colombo, A. (2008). La reconnaissance : un enjeu pour la sortie de la rue des jeunes à Montréal (Thèse de doctorat en Etudes urbaines). Montréal : Université du Québec à Montréal.

Honneth, A. (2000). La lutte pour la reconnaissance. Paris : Le Cerf.

Le Breton, D. (dir.) (2002). L’adolescence à risque. Paris : Hachette littératures.

Parazelli, M. (2002). La rue attractive : parcours et pratiques identitaires des jeunes de la rue. Sainte-Foy : PUQ.

Touraine, A. (1989). La crise de la modernité. Interface, mars-avril, 30-34.

Notes

1 Sachant que l’expression « jeunes de la rue » ne fait pas l’unanimité dans la littérature (voir notamment Parazelli et Colombo 2004), ils sont définis ici comme étant âgés d’environ 14 à 25 ans, principalement originaires du Québec. Ils occupent collectivement et de façon constante les espaces urbains, adoptent des styles culturels divers et développent des activités associées au milieu de la rue : la mendicité, la vente de drogue, la prostitution, le vol, le squeegee (pratique consistant à nettoyer les pare-brises des voitures arrêtées au feu rouge en échange d’une rémunération). A Montréal, leur nombre est estimé entre 4’000 et 10’000 (Levac 2006).

2 Tous les prénoms sont fictifs, afin de respecter l’anonymat des répondantes et répondants.

Auteur

HES.SO, Haute école fribourgeoise de travail social – Professeure, annamaria.colombo@hef-ts.ch,annamari.colombow.home.hefr.ch/

© Éditions ies, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site