Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le travail social entre résistance et innovation / Soziale Arbeit zwieschen Widerstand und Innovation

 | 
Sabine Voélin
, 
Miryam Eser Davolio
, 
Mathias Lindenau

Troisième partie. Le travail social face aux risques de précarisation / Dritter Teil. Soziale Arbeit und die Risiken der Prekarisierung

Travail social et chômage de longue durée

L’exemple de Genève1

Sophie Rodari

Résumé

Die letzte Änderung des Genfer Sozialhilfegesetzes, falls angenommen, wird die Verteilung der Unterstützung für ausgesteuerte Arbeitslose nach ihrer Vermittlungsfähigkeit durch zwei verschiedene Gremien von Fachleuten durchsetzen. Die Personen, welche als arbeitsfähig gelten, werden von Integrationsfachleuten begleitet werden und von kantonalen Massnahmen profitieren; die anderen werden in ihrer sozialen Integration von Sozialarbeitern/innen begleitet werden. Unserer Meinung nach wird diese neue Gesetzesänderung die Wiedereingliederung vieler Personen in den Arbeitsmarkt stärker dem Zufall überlassen, dies aufgrund der Verhärtung des Systems. Ausserdem wird sie die Ausübung von Sozialarbeit bei Wiedereingliederung von ausweglosen Fällen einschränken, dies hinterfragt den Stellenwert, den die Sozialarbeit in der Politik im Kampf gegen die Arbeitslosigkeit innehält.

Texte intégral

  • 1 L’article rédigé est le fruit d’une contribution orale donnée le 23 mars 2010 par Nicole Lavanchy e (...)
  • 2 Commandité par le Crédit Suisse, ce sondage annuel mené depuis 1976 par l’Institut de recherches gf (...)

1Le chômage est l’une des préoccupations majeures des Suisses2. En effet, le chômage est une épreuve sociale et psychologique pour les personnes qui y sont confrontées, comme le montrent la plupart des études suisses et européennes récentes (pour une recension des principales études, on pourra consulter Demazière, La sociologie du chômage (2006) et, en particulier, un classique, Les épreuves du chômage de Dominique Schnapper [1994]). A la perte de revenus associée à la perte d’emploi, s’ajoute la perte de rôles sociaux qui contribuent de manière significative à l’estime personnelle et à la reconnaissance sociale des chômeur-euse-s auprès de leurs proches et de la société (Herman 2007 ; Tabin 1998 : 209-236). Une longue période de chômage stigmatise les personnes et rend difficile leur réintégration sur le marché de l’emploi.

2En comparaison internationale, la Suisse est depuis peu confrontée au chômage de longue durée et ce dans une très faible proportion. Par le passé, la Suisse a résorbé son chômage conjoncturel et structurel en recourant aux dispositions de renvoi prévues par les législations successives sur l’établissement et le séjour des étranger-ère-s. En 1999, la signature des accords de libre-circulation des personnes entre la Confédération helvétique et la Communauté européenne a mis progressivement un terme à cette pratique pour les ressortissant-e-s européen-ne-s.

3Comme dans tous les autres Etats occidentaux, le sort des populations les plus fragiles questionne notre capacité à préserver la cohésion sociale. Les plus vulnérables sont des personnes sans qualifications, des jeunes qui terminent leur formation et des travailleur-euse-s âgé-e-s dont la protection sociale coûte cher aux employeur-euse-s (Aeppli 2005). Parmi eux, dans leur grande majorité, des femmes (pour la Suisse, voir Coenen-Huther 2004). Elles sont les plus touchées en raison des lacunes de la politique familiale et de la politique de formation conjuguées à la ségrégation persistante du marché du travail suisse (Dellsperger 1995).

La réinsertion économique : le credo de la lutte contre le chômage de longue durée en Suisse

4Pour répondre à l’exclusion du marché du travail des personnes sans emploi, des dispositifs spécifiques ont été mis en place au cours de la dernière décennie : au niveau fédéral, au moyen des différentes révisions de la Loi sur l’assurance chômage et l’indemnité en cas d’insolvabilité (LACI) et au niveau cantonal, par le biais de mesures devant répondre aux besoins des personnes concernées. Les dispositifs qui s’adressent donc aux chômeur-euse-s de longue durée relèvent en Suisse de la responsabilité des Cantons. Ils sont a priori fort différents, à la lecture des lois, d’un canton à l’autre, dans la définition des publics-cibles et des contenus de prestations (Lavanchy & Rodari 2009). On y trouve, entre autres, des programmes d’emplois temporaires soumis aux cotisations sociales dans les cantons de Fribourg, de Genève, du Jura, de Neuchâtel du Valais et de Vaud, des allocations de retour à l’emploi dans les cantons de Genève, du Jura, de Neuchâtel, du Valais et de Vaud, et des emplois de solidarité créés dès 2008 dans le canton de Genève. Une analyse sociologique plus fine permet toutefois de mettre en évidence une caractéristique commune à tous ces dispositifs : la réinsertion par l’économique est l’instrument central de ces politiques (Moachon 2007). Rendue obligatoire dans les contre-prestations qui sont au cœur de ces dispositifs d’aide, la réinsertion vise une mise à niveau des compétences et une remise rapide au travail, selon les exigences perçues du marché du travail, par les acteur-trice-s de la réinsertion. Elle témoigne d’une évolution de l’expression de la solidarité. Celle-ci ne repose plus entièrement sur un pacte social de redistribution, mais est subordonnée aux comportements des individus.

Une nouvelle répartition des tâches

  • 3 Nous rappelons que, tout au long des dispositifs fédéraux et cantonaux prévus, les aptitudes à l’em (...)

5Depuis vingt ans, les révisions législatives en matière de chômage et d’aide sociale poursuivent les mêmes buts : réduire les coûts globaux des budgets cantonaux affectés au social et cibler les mesures, privilégiant ainsi l’accompagnement individualisé des plus démuni-e-s. La dernière modification prévue dans le cadre de la Loi cantonale d’aide sociale genevoise s’inscrit dans cette perspective, en répartissant l’accompagnement des personnes à l’aide sociale entre les professionnel-le-s du social et les autres professionnel-le-s de la réinsertion, sur la base du critère de l’employabilité potentielle des bénéficiaires. A l’entrée des personnes arrivant dans le dispositif d’aide sociale, leurs compétences seront réévaluées3 pendant quatre semaines par des entreprises privées d’évaluation choisies par l’Etat. Elles prendront leur décision sur la base de critères prédéfinis, si ces personnes vont pouvoir bénéficier d’un contrat d’aide sociale individualisé (CASI) « professionnel » ou d’un contrat d’aide sociale individualisé « social ». L’obtention d’un CASI professionnel permettra aux élu-e-s de rejoindre les mesures cantonales pour chômeur-euse-s en fin de droit ; les autres rejoignant les mesures d’insertion strictement sociale.

6Le 27 novembre 2011, la population genevoise a accepté de modifier la Loi sur l’aide sociale individuelle (LASI) dans ce sens. La nouvelle Loi d’insertion et d’aide sociale (LIASI) est entrée en vigueur le 1er janvier 2012.

7Les travailleur-euse-s sociaux/ales étaient auparavant engagé-e-s de trois façons au moins dans les processus de prise en charge des chômeur-euse-s en fin de droit : assurer un revenu de substitution et les droits à la protection sociale conformément à la législation en vigueur, servir de médiateur-trice-s entre les personnes au chômage et les différents acteur-trice-s du marché de l’emploi dans la réalisation d’objectifs de réinsertion répondant aux besoins des personnes concernées, accompagner celles et ceux dont la réinsertion professionnelle au marché du travail représente un « problème » et qui sont rejetés, faute d’encadrement adéquat. La nouvelle répartition du suivi des personnes distingue un peu plus les activités des différent-e-s professionnel-le-s engagé-e-s dans la résolution de ces situations et risque de stigmatiser davantage les personnes qui ne peuvent se réinsérer rapidement sur le marché de l’emploi pour toutes sortes de raisons indépendantes de leur employabilité présumée. Insidieusement, les professionnel-le-s du social verront leurs possibilités d’action limitées dans le domaine de la réinsertion à la seule réinsertion dite sociale, tandis que les bénéficiaires verront leur prise en charge plus morcelée, ce qui rendra à terme leur retour à l’emploi plus aléatoire. A ces inquiétudes, les promoteur-trice-s de ces nouvelles dispositions répondent que leurs réformes sont mues par un souci de rationalisation du dispositif, dont les améliorations devraient profiter aux personnes concernées.

8L’évolution de la législation sociale à Genève démontre que la prégnance des critères économiques dans l’action sociale, qui n’est du reste pas nouvelle, se renforce. Les modalités d’intervention privilégiées visent un retour rapide à n’importe quelle forme d’emploi, au détriment d’une approche globale permettant aux chômeur-euse-s en fin de droit de valoriser leurs compétences, de se requalifier et de s’insérer durablement dans un emploi à durée indéterminée. Pour les acteur-trice-s du domaine social, un constat s’impose : les travailleur-euse-s sociaux et sociales sont de moins en moins impliqué-e-s ou consulté-e-s dans l’élaboration et la mise en œuvre de nouveaux dispositifs ; par conséquent, le travail social se limite au suivi des situations « désespérées ». A terme, sera-t-il exclu de toute politique sociale mise en œuvre dans le champ de la réinsertion ?

Une marge de manœuvre plus étroite

9Extraire la question de la réinsertion professionnelle de la prise en charge globale des chômeur-euse-s en fin de droit sans prendre en considération toutes les dimensions du suivi des bénéficiaires mène, à notre avis, à une impasse pour les personnes au chômage et pour leur entourage. L’activité des travailleur-euse-s sociaux et sociales témoigne que l’insertion dans notre société repose sur plusieurs piliers articulés entre eux dont l’emploi constitue le pivot ; l’emploi garantit, lui, l’autonomie financière et l’accès à l’ensemble des prestations de la sécurité sociale. Privilégier l’emboîtement des dispositifs et le respect des procédures au détriment de l’accompagnement transforme les finalités des mesures de politique sociale. Celles-ci deviennent des instruments de contrôle des actes effectués par les chômeur-euse-s pour se réinsérer et de gestion de l’efficacité des mesures en regard de l’évolution du nombre de chômeur-euse-s. Elles sont de moins en moins conçues comme un ensemble d’actions et de prestations de lutte contre les effets économiques et sociaux du chômage. La marge de manœuvre des professionnel-le-s pour développer leur intervention est réduite au minimum : recevoir les plaintes des personnes, les orienter dans les méandres des dispositifs et leur assurer le minimum vital. Le rôle ainsi dévolu au travail social dans la résolution des situations de chômage s’apparente davantage aux actions charitables menées avant la Révolution industrielle.

10Confronté-e-s plus durement encore aux injonctions paradoxales entre savoirs professionnels, déontologie, attentes des bénéficiaires et objectifs institutionnels, les travailleur-euse-s sociaux et sociales adopteront diverses stratégies pour redonner du sens à leur activité et une dignité aux bénéficiaires : soutenir moralement les personnes, entreprendre des démarches qui dépassent le cadre prescrit de l’intervention, profiter des vides juridiques, etc. Celles-ci leurs permettront, à court terme, d’accompagner globalement les bénéficiaires, même si ces modalités d’intervention ne sont pas reconnues institutionnellement, voire sont répréhensibles. Mais à long terme, elles ne suffiront pas à infléchir les effets discriminatoires des politiques actuelles, le sentiment d’exclusion des chômeur-euse-s en fin de droit, tout comme l’apparente inutilité du travail social.

Légitimer le rôle du travail social

11Le travail social peut répondre aux besoins des chômeur-euse-s en fin de droit par des interventions pragmatiques et diversifiées dans le but de requalifier les personnes en vue de leur retour sur le marché du travail. L’objectif poursuivi par l’action sociale publique est d’essayer de contrebalancer les effets néfastes, et même destructeurs, du « tout au marché » (Lacoste 2009), en mettant au centre les besoins des individus et à travers eux les principes de justice sociale des Etats démocratiques. Le travail social qui se voit aujourd’hui réduit à la prise en charge administrative des plus démuni-e-s ne peut plus servir l’intégration ; or, il en va de la cohésion sociale dont chacun-e bénéficie. Les causes du chômage sont multifactorielles, individuelles et structurelles et les moyens de lutte forcément pluriels. Pour dépasser le traitement individuel procédural des situations les plus criantes, le morcellement des prestations et des prises en charge, une autre vision de l’insertion est de mise. L’insertion doit redevenir un moyen parmi d’autres au service des personnes concernées et pouvoir prendre des formes et des contenus multiples en fonction du parcours de vie antérieur des personnes, de leur âge et de leurs perspectives. Il faudrait aussi replacer la question de l’insertion dans un contexte, celui de la mondialisation des marchés et de ses effets dont le chômage structurel n’est pas le moindre. Ce type d’insertion postule une collaboration organisée entre le social et l’économique dans la prise en charge des personnes au chômage de longue durée, qui doit être encouragée politiquement. Il serait donc préférable de développer des pratiques de collaboration avec le marché de l’emploi à travers les entreprises, pour favoriser également l’insertion de celles et ceux qui, faute d’accompagnement spécifique, de mesures de requalification adéquates et de temps, ne peuvent se réinsérer durablement sur le marché du travail. Quelques collaborations existent déjà à l’état embryonnaire : elles sont encore à étendre. Par ailleurs, aucune étude en Suisse, selon nous, ne montre que les entreprises seraient à priori réfractaires à de telles collaborations. A juste titre, les travailleur-euse-s sociaux et sociales réclament la reconnaissance de leur activité dans toute sa complexité, car elle contribue, associée à d’autres et non isolée, à la réduction des inégalités sociales face à l’emploi.

Bibliographie

Aeppli, D.C. (2006). La situation des chômeurs en fin de droit en Suisse : quatrième étude (2005). La Vie économique, 10.

Coenen-Huther, J. (2004) Femmes au travail, femmes au chômage. Paris : L’Harmattan.

Dellsperger, C. (1995). Travail atypique des femmes en Suisse, travail féminin et formes d’emploi (Rapport de recherche pour le FNS, PNR 35). Berne : FNS.

Demazière, D. (2006 [1995]) Sociologie des chômeurs. Paris : La Découverte.

Herman, G. (Ed.) (2007). Travail, chômage et stigmatisation. Bruxelles : De Boeck.

Lacoste, T. (2009). Interview filmée de Robert Castel, la société du précariat. Récupéré de www.labandepassante.org. Paris : La bande passante et Mouvements.

Lavanchy, N. & Rodari, S. (2009). Tableaux comparatifs des dispositifs romands d’aide aux chômeur-euse-s en fin droit fédérale (document de recherche non publié, disponible auprès des auteures). Genève : Hets.

Schnapper, D. (1994). Les épreuves du chômage. Paris : Gallimard.

Moachon, E. (2007). La mise en œuvre de la lutte contre les abus : le cas du chômage. Carnets de bord en sciences humaines, 13, 16-23.

Tabin, J.-P. (1998). Chômeur ancien, chômeur moderne : persistance des représentations ? Revue suisse de sociologie, 24 (2), 209-236.

Notes

1 L’article rédigé est le fruit d’une contribution orale donnée le 23 mars 2010 par Nicole Lavanchy et Sophie Rodari au deuxième Congrès international de la Société suisse de travail social (STSS) à Genève.

2 Commandité par le Crédit Suisse, ce sondage annuel mené depuis 1976 par l’Institut de recherches gfs. berne auprès de 1’000 personnes en âge de voter, questionne celles-ci sur leurs principales préoccupations du moment. Les données les plus récentes concernent l’année 2010. La préoccupation première des Suisses est toujours le chômage.

3 Nous rappelons que, tout au long des dispositifs fédéraux et cantonaux prévus, les aptitudes à l’emploi des chômeur-euse-s sont régulièrement évaluées.

© Éditions ies, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site