Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le travail social entre résistance et innovation / Soziale Arbeit zwieschen Widerstand und Innovation

 | 
Sabine Voélin
, 
Miryam Eser Davolio
, 
Mathias Lindenau

Première partie. Place et rôle du travail social dans la société démocratique / Erster Teil. Stellenwert und Rolle der Sozialen Arbeit in einer demokratischen Gesellschaft

Entre terrain et monde universitaire: les défis du partenariat

Shirley Roy

Résumé

Dieser Text befasst sich mit der Forschungspartnerschaft zwischen den Universitäten und den Kreisen, die konkret im Bereich der Sozialen Arbeit tätig sind. Das Ziel besteht nicht darin, eine «neue Art der Forschung» vorzuschlagen, sondern auf gewisse Herausforderungen dieser Partnerschaft einzugehen: Aufprall verschiedener institutioneller Kulturen, Erschütterung der Machtverhältnisse, Beziehung zwischen wissenschaftlichem und praktischem Sachverstand. Das Aufeinandertreffen von Forschern und Praktikern eröffnet neue Perspektiven und ermöglicht die Ausarbeitung origineller Vorschläge, die die Wissenschaftler nicht ohne die Praktiker (und umgekehrt) finden könnten. Die Forschungspartnerschaft stellt einen Weg der Innovation dar, der ständig neu geebnet werden muss. Sie fördert die ständige Diskussion mit ihren Möglichkeiten und Grenzen, Hoffnungen und Enttäuschungen.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Il y a une littérature importante sur la question partenariale au Québec. Nous citons ici quelques- (...)
  • 2 Au Québec, les expressions itinérant et itinérance renvoient à la question des SDF, des sans-domici (...)
  • 3 Pour des informations supplémentaires sur le CRI, voir : Roy & Hurtubise 2007, texte introductif ; (...)
  • 4 Pour des informations plus détaillées sur la programmation, les publications et les activités du CR (...)

1Depuis quelques décennies déjà, des pratiques partenariales ont cours dans une diversité de secteurs du social, et cela suscite des débats passionnants. L’une d’entre elles, qui sera l’objet de ce texte, est le partenariat de recherche entre monde universitaire et milieux de pratique et d’intervention (Roy & Hurtubise 2007 ; Roy 2008 ; Rhéaume 2010)1. Les réflexions livrées ici s’appuient sur une expérience concrète de partenariat de recherche à laquelle j’ai participé pendant plus de quinze ans, au Québec ; j’y ai joué, avec d’autres, un rôle significatif, entre autres en codirigeant le Collectif de recherche sur l’itinérance, (SDF)2 la pauvreté et l’exclusion sociale (le CRI). Il s’agit d’une équipe composée de chercheurs académiques provenant de diverses universités et de diverses disciplines et de représentants des milieux institutionnels et/ou communautaires3. Nous y avons développé une programmation de recherches sur des objets larges et mené des projets spécifiques sur des questions précises4.

2Je discuterai ici de quelques-uns des défis que pose la recherche partenariale et qui dépassent largement le CRI. Tout travail partenarial de cette nature est traversé par un ensemble de questions et de difficultés qui renvoient à des enjeux communs, mais les solutions retenues sont variées et variables. L’objectif de ce texte n’est évidemment pas de proposer la manière de faire ni la recette à suivre. Au contraire, le projet partenarial, à l’instar d’une histoire d’amour, constitue un moment unique, singulier. Or, réfléchir à partir d’une histoire singulière permet de saisir des mécanismes à l’œuvre, des manières d’être, des désirs et des finalités, des points tournants, des ratés, etc. Cela aide aussi à poser les bases d’une compréhension fine des enjeux visibles mais aussi des enjeux sous-jacents, voire cachés. Je propose davantage une réflexion qui cherche, d’une part, à mettre en garde contre l’idéalisation d’une nouvelle manière de faire de la recherche que serait le partenariat et, d’autre part, à empêcher sa simple répudiation en s’appuyant sur les critiques classiques de ce qu’est la recherche scientifique. Compte tenu des inévitables contraintes imposées à ce texte, je survolerai quelques-uns des défis rencontrés au cours de notre démarche et de notre réflexion : ceux qui sont apparus comme incontournables, mais qui sont loin d’être les seuls.

Une pratique ancrée dans un lieu précis : le Québec

  • 5 Dans son document intitulé La politique de la santé et du bien-être publié par le Ministère de la s (...)

3Comprendre les défis de la pratique partenariale ne peut se faire hors de son contexte d’apparition. Cela nécessite un petit détour par le Québec et l’expérience du CRI. Le Québec n’a évidemment pas le monopole du développement de pratiques partenariales. Loin s’en faut. Au milieu des années 1980, comme dans l’ensemble des pays industrialisés, le partenariat s’y installe et surtout. il s’étend à différentes sphères du social, de l’économie et du politique. Il va particulièrement s’imposer dans le secteur du social et de l’organisation des services de santé et services sociaux (René & Gervais 2001). Des réformes organisationnelles inscrites dans les politiques gouvernementales vont structurer ce champ. Les milieux politiques, institutionnels et communautaires s’assoient autour d’une même table, pour réfléchir à l’orientation et la réorganisation des services. En 1992, l’Etat dévoile son énoncé de Politique sur les questions de santé et de bien-être (PSBE 1992), qui identifie les questions auxquelles la société québécoise doit accorder la priorité5 pour amener des transformations et tendre vers une plus grande justice sociale. Parallèlement, un programme de recherche supervisé par un Conseil de recherche indépendant (Conseil québécois de la recherche sociale) est instauré. Il a pour mandat de développer et de financer des programmations de recherche correspondant aux grandes priorités identifiées dans la PSBE. Elles doivent être le fruit d’équipes obligatoirement mixtes (universités et milieux de pratique) et soumises à des comités d’experts autonomes qui feront l’évaluation de leur pertinence et de leur originalité.

4La compréhension de ce cadre et les conditions qui y sont associées sont essentielles pour bien saisir comment le partenariat de recherche a pu prendre racine au Québec. Car, au-delà de la volonté des uns et des autres de faire autrement et de travailler avec les milieux engagés dans la lutte contre les inégalités, et tout en prenant en compte le milieu fertile qu’a constitué le mouvement communautaire qui, depuis les années 1950, est un acteur important des rapports sociaux, la recherche partenariale a pu se développer et faire école en raison, également, des conditions objectives qui ont permis son développement. Concrètement, cela requérait, en effet, des moyens matériels et financiers importants, un intérêt avéré de la part des universités et des centres sociaux de travailler dans un tel cadre, une reconnaissance institutionnelle de ce type de travail et sa valorisation. Les principes au fondement de ces partenariats sont la reconnaissance de la pratique sociale comme forme de connaissance et d’expertise non suffisamment mobilisée dans la compréhension du social ; il faut de même y voir la volonté de recourir au savoir savant produit dans les universités, et qui y demeure trop souvent confiné. Les conditions objectives de départ et de support, la tradition communautaire des milieux de pratiques, la proximité entre chercheurs et intervenants dans un Québec en transformation ont constitué la base du déploiement de ce qui deviendra la recherche partenariale au Québec (Lamoureux 1994).

Un débat sans fin sur les définitions

5Un large débat sur ce qu’est ou n’est pas la recherche partenariale a cours. Une panoplie de définitions coexistent et renvoient, chacune à leur manière, à des dimensions plus concrètes, plus politiques, plus épistémologiques ; des écoles de pensée s’opposent ou cherchent des articulations. Entre les termes de partenariat, de collaboration, de concertation, de recherche-action, d’inter-sectorialité (Roy et al. 2006 ; Fournier et al. 2001) etc., des différences parfois majeures, parfois mineures apparaissent ; chacun de ces termes renvoyant à des pratiques, des modalités de fonctionnement plus ou moins claires, ils sont l’expression de traditions politiques ou rattachés à des milieux (institutionnels, étatiques ou communautaires) spécifiques. Le partenariat de recherche étant avant tout une catégorie de la pratique, il peut prendre des formes et des sens différents. Il représente surtout une manière collective de penser le savoir et une reconnaissance de la coexistence de différents types de savoirs dans la société. Le travail de recherche partenarial se doit d’avoir une définition large tout en identifiant des principes qui le fondent et qui s’imposent à chacun au moment de leur actualisation. Il serait possible de définir le travail partenarial comme un « rapport complémentaire et équitable entre deux parties, différentes par leur nature, leur mission, leurs activités, leurs ressources et leur mode de fonctionnement, fondé sur un respect et une reconnaissance mutuels des contributions et des parties impliquées dans un rapport d’interdépendance (Panet-Raymond & Bourque 1991 : 64 in René & Gervais 2001). L’essentiel, au-delà du vain débat sur une définition précise, réside dans la clarification de ses principes et de ses pratiques, de ses procédures et de ses limites.

Des cultures différentes se rencontrent

  • 6 Il s’agit du Centre local des services communautaires, CLSC, une structure intégrée au Ministère de (...)

6Le partenariat de recherche met en scène des acteurs qui appartiennent à différentes cultures organisationnelles, intellectuelles et politiques. Les liens de coopération construits se déclinent de diverses manières : entre praticiens et chercheurs académiques, entre militants et scientifiques, entre institutions universitaires et institutions provenant du domaine de la santé6 ou des organismes communautaires. Ainsi se pose la question de l’arrimage entre ces mondes : la temporalité à laquelle sont soumis les acteurs n’est pas la même (rationalité de l’action à mener ou rationalité de l’enquête à réaliser), les modes de décisions diffèrent (relative autonomie des chercheurs académiques, organisation hiérarchique des institutions de santé, modes de décisions collectifs des organismes communautaires), les formations académiques se distinguent (plus théoriques ou plus pratiques), les objectifs de production de la connaissance se confrontent (utilisables ou transférables), les rapports à l’action sanitaire et sociale s’opposent (proximité versus distance), etc. Non seulement des arrimages sont nécessaires au point de départ, mais encore la renégociation continuelle de ceux-ci s’avère essentielle, afin d’assurer la cohérence du projet de connaissances. Ici apparaît l’importance de la stabilité et de la détermination des participants, tant individuels qu’institutionnels à un travail de recherche partenarial, sinon les arrimages ne peuvent se matérialiser et le partenariat en sera fragilisé.

Les rapports de pouvoirs bousculés

7Si le partenariat est, comme on le définit plus haut, un rapport complémentaire et équitable entre acteurs aux formations et aux statuts différents, cela oblige à une nouvelle interrogation et à un retour sur les inévitables enjeux de pouvoirs qui existent entre recherche et pratique, ainsi que sur le rôle de chacun. Dans un monde où la connaissance est valorisée par rapport à l’action, une certaine hiérarchie entre ces mondes existe a priori. On le sait, la production de savoir scientifique ou pratique, le statut de chercheur et celui d’intervenant ne sont pas équivalents, dans les représentations sociales non plus que dans la pratique, et voilà créées les conditions d’affrontement de rapports inégaux ! Il ne faut en aucun cas nier ces rapports au nom d’une vision idéalisée de la collaboration ou du refus de tous rapports hiérarchisés ; ils doivent, au contraire, être débattus et traqués à travers toutes et chacune des petites et grandes décisions. Souvent, la préséance du milieu académique sur les milieux de pratiques se profile au détour de ces choix ; les praticiens comme les chercheurs ont intériorisé la vision hiérarchique de ces univers, et elle va bien au-delà de rapports autoritaires, eux-mêmes identifiables, et sur lesquels on peut plus facilement travailler.

Reconnaître la place de chacun

8Dans le cadre du travail de recherche partenarial, chacun des protagonistes est confronté aux enjeux inhérents à sa position : importance pour le chercheur de réaliser ses recherches et de les faire connaître et importance pour le praticien d’innover dans sa pratique. Pour un chercheur académique, la publication de ses recherches (seul ou en collaboration) est un élément essentiel à la construction de sa légitimité, à la reconnaissance de son expertise et au déroulement de sa propre carrière en ce qui concerne sa trajectoire professionnelle. C’est à partir de cette reconnaissance qu’il pourra obtenir des fonds de recherche, condition fondamentale au développement de la recherche individuelle et de la recherche partenariale. Pour le praticien, les enjeux sont d’une autre nature : la participation à la recherche lui permet de s’approprier un savoir nouveau qui amènera le renouvellement de ses connaissances et de sa pratique. Cela permettra souvent à ces praticiens de jouer un rôle de leader dans leur milieu et de changer de statut. Le savoir ainsi acquis pourra être mobilisé dans l’animation du milieu ou renforcera le rôle de militant de certains d’entre eux, en leur permettant d’approfondir l’argumentaire nécessaire au développement de revendications visant un changement social. Dans le cadre d’un travail partenarial, le rôle et la place de chacun bougeront, se redéfiniront, s’affronteront. Aucun ne devra faire l’impasse sur une reconnaissance des véritables enjeux au nom d’un projet idéal, mais il restera à trouver un espace et une forme pour leur articulation.

Le savoir savant, le savoir pratique : deux faces d’une même médaille ?

9L’articulation entre savoir savant et savoir pratique réapparaît avec une grande acuité dans le cadre de la recherche partenariale. On le sait, ces savoirs ne sont pas du même ordre, ils ne sont ni équivalents ni interchangeables, mais complémentaires. La spécificité du savoir savant repose sur une connaissance livresque et vise à éclairer les choix en termes d’action ; une connaissance des instruments de cueillette de données et une utilisation des concepts qui permettent de saisir transversalement des discours et de dépasser la réalité située des acteurs, de décortiquer les données, de proposer des interprétations qui dépassent la réalité de l’action et du sens commun. Le savoir savant se caractérise également par un rapport à l’écriture développé au cours de la formation et qui diffère de la connaissance spontanée. Par contre, la spécificité du savoir pratique lié à l’expérience du terrain émane de la pratique et de l’expérience vécue. Ce savoir est expérimenté ou construit comme tel. C’est un savoir qui a l’expertise des solutions testées, avec un rapport à la parole développée qui dépasse les connaissances livresques. La recherche partenariale est la conjugaison de ces différents types de savoirs qui, interdépendants, produisent une connaissance nouvelle. Par ailleurs, le savoir savant et le savoir pratique ont les mêmes travers : ils sont autocentrés, visent leur propre reproduction et ne permettent pas de dépasser leurs propres limites. La recherche partenariale crée les conditions du dépassement de ces limites, chacun devant sortir de son monde pour être compris par l’autre. Cela dit, les mécanismes d’articulation de ces différents savoirs sont chaque fois à rediscuter et à renégocier.

A qui est destiné le savoir ?

  • 7 Un exemple permettra d’illustrer cette position. Le Réseau solidarité itinérance Québec (RSIQ) a co (...)

10La propriété du savoir produit, question en apparence banale, peut devenir l’objet de grandes tensions. La question n’est pas tant de s’interroger sur le propriétaire du savoir (lequel, on en conviendra, est collectif) que sur le destinataire et sur les modes d’appropriation, d’utilisation et de circulation. Une diversité de réponses existe, et celles-ci sont variables dans le temps et selon les contextes. Sont concernées aussi la conception du rôle de chacun dont nous parlions plus haut et la conception du collectif en tant que tel. L’une des réponses possibles est celle qu’a privilégiée le CRI, en raison de son histoire, de sa composition et de la problématique qui était la sienne (Roy & Hurtubise 2007 ; Roy 2009). Le Cri, en tant qu’équipe partenariale, s’est construit comme un relais, un passeur, un trait d’union entre la recherche et l’action. Le contenu de la recherche a été pensé comme un bien disponible pour tous : praticiens, milieux de l’intervention, fonctionnaires de l’Etat, groupements, chercheurs, etc. La connaissance produite a ainsi été mise au service du changement social, mobilisée par des acteurs de première ligne (les regroupements communautaires, les institutions de santé), les politiques (municipalités, ministères) et, rarement, les personnes concernées. Elle a débordé du seul milieu de sa production7. A travers le processus d’appropriation, dans un espace ouvert, les acteurs se permettent une certaine traduction qui, parfois, s’éloigne des objectifs originaux de la recherche. C’est inévitable ; c’est même, en réalité, souhaitable. Si le travail de recherche est collectif et les résultats discutés et coproduits, leur utilisation n’est pas synonyme de parole unique et surtout pas le fait de porte-parole unique. Le partenariat doit laisser de l’espace aux paroles multiples et éviter la délégation de celles-ci à une figure qui, le plus souvent, est celle de l’intellectuel capable de manier les mots et les discours et qui peut davantage correspondre aux créneaux des médias. Faire circuler la parole, c’est multiplier ses porteurs.

La bonne distance

11Après avoir évoqué différentes dimensions du partenariat de recherche, qui donnent une prise sur certains enjeux théoriques, politiques et épistémologiques, soulevons maintenant la question qui concerne toute recherche, à savoir le rapport du chercheur à son objet. Cette question renvoie au statut de la connaissance produite et à la nécessaire distance entre objet/sujet étudié et sujets étudiants. Ce débat dépasse largement le cadre de ce texte. Nous nous concentrerons donc sur une question qui apparaît systématiquement lorsqu’il est question de recherche partenariale. Reprenons ici l’interrogation, non sans fondement, formulée par Saillant (2005) : si les praticiens initient le questionnement, participent à la récolte des données, collaborent à l’écriture, discutent les conclusions, alors la recherche partenariale ne promeut-elle pas une sorte de tautologie, où une définition sous-jacente du problème (présupposé) non explicité au départ serait restituée à l’identique dans les explications et interprétations proposées ? Poursuivons la réflexion en formulant une autre question : pourquoi le fait que les praticiens soient codéfinisseurs de la question et coproducteurs des résultats rendrait-il la scientificité de la recherche plus problématique qu’elle ne le serait dans un autre cadre ? Si le partenariat de recherche constitue un véritable projet commun et si, comme nous l’avons évoqué, il est affaire de rencontre, de reconnaissance et de complémentarité dans les compétences, les expertises et les intérêts, ne peut-on pas penser que les mécanismes de discussion, d’échange et de négociation constituent un rempart contre cette tautologie ? Le projet partenarial de recherche implique que les acteurs mobilisés adoptent une posture de recherche sans que celle-ci ne soit donnée au départ. Le travail conjoint sera précisément de réfléchir à cette connaissance nouvelle et à la manière de la produire. Entre la situation « tautologique » où le pouvoir de la définition serait remis dans les seules mains des praticiens et l’attitude classique de distance qui serait, elle, le fait du chercheur, la recherche partenariale crée les conditions d’un renouvellement de cette réflexion. Selon notre expérience, la rencontre et la mise en présence des chercheurs académiques et des praticiens ouvrent un nouvel espace et autorisent l’élaboration de propositions originales que les scientifiques n’auraient pu élaborer sans la collaboration des praticiens, et que les praticiens n’auraient pu produire sans la collaboration des chercheurs. Si produire de la connaissance scientifique, c’est s’éloigner du sens commun et que cela passe par des étapes de déconstruction/éloignement et de reconstruction de l’objet, le cadre de travail partenarial est alors propice à un tel exercice, même si les processus par lesquels cette connaissance produite seront à définir, voire à inventer. Le fait de travailler dans le cadre de mécanismes collectifs d’une discussion permanente n’offre-t-il pas, néanmoins, un lieu qui favorise, à la différence de celui du chercheur seul dans son antre universitaire, un constant requestionnement ? C’est du moins le pari de la recherche partenariale.

Conclusion

12Les quelques éléments que nous avons soumis dans ce court texte, bien qu’ils n’épuisent nullement la réflexion sur la recherche partenariale, cherchaient à mettre l’accent sur les potentialités et les difficultés de travailler autrement la production du savoir. Collectiviser le processus de la recherche en mobilisant praticiens et chercheurs académiques oblige à des déplacements sensibles de chacun et surtout des chercheurs souvent formés à en être le centre. Dans une recherche partenariale, le savoir produit est non seulement élargi et complexifié, il se démocratise. Faire de la recherche partenariale, c’est faire le pari de dépasser ses propres compétences et aussi ses limites, c’est accepter de travailler avec des difficultés nouvelles, c’est reconnaître que l’action est productrice de sens et de connaissances. Faire de la recherche partenariale, c’est décidément se situer dans le cadre d’une sociologie pragmatiste de tradition nord-américaine.

Bibliographie

Fournier, D., René, J.-F., Duval, M., Garon, S., Fontaine, A., Chénard, J. & Lefebvre, C. (2001). La dynamique partenariale sur les pratiques des organismes communautaires dans le contexte de la réorganisation du réseau de la santé et des services sociaux. Nouvelles pratiques sociales, 14(1), 111-131.

Lamoureux, J. (1994). Le partenariat à l’épreuve. Montréal : Editions Saint-Martin.

Ministère de la santé et des services sociaux (1992). La Politique de la santé et du bien-être. Québec : Ministère de la santé et des services sociaux.

René. J.F. & Gervais, L. (2001). Les enjeux du partenariat aujourd’hui. Nouvelles pratiques sociales, 14(1), 20-30.

Rhéaume, J. (2009). La sociologie clinique, comme pratique de recherche en institution : le cas d’un centre de santé et services sociaux. Sociologie et Société, XLI(1), 195-216.

Roy, S., (2009). L’expérience québécoise : le partenariat, une approche innovante. In P. Pichon et al. Oser la comparaison : la question SDF en France, en Belgique et au Québec. Louvain : Presses de l’Université de Louvain.

Roy, S. & Hurtubise, R. (Eds.) (2007). L’itinérance en questions. Québec : PUQ.

Saillant, F. & Clément, M. (2004). Identités, vulnérabilités, communautés. Québec : Nota Bene.

Notes

1 Il y a une littérature importante sur la question partenariale au Québec. Nous citons ici quelques-uns des écrits sur la recherche partenariale entre milieux universitaires et milieux de pratique.

2 Au Québec, les expressions itinérant et itinérance renvoient à la question des SDF, des sans-domicile-fixe en Europe et en France.

3 Pour des informations supplémentaires sur le CRI, voir : Roy & Hurtubise 2007, texte introductif ; Roy 2008.

4 Pour des informations plus détaillées sur la programmation, les publications et les activités du CRI, voir : www.cri.uqam.ca

5 Dans son document intitulé La politique de la santé et du bien-être publié par le Ministère de la santé et des services sociaux en 1992, celui-ci identifie un ensemble de priorités parmi lesquelles on trouve : L’adaptation sociale dont font partie les abus sexuels, la négligence et la violence à l’endroit des enfants ; les troubles du comportement des enfants et des adolescents ; la délinquance ; la violence faite aux femmes ; l’itinérance ; l’alcoolisme et l’usage abusif de psychotropes ; le suicide et la santé mentale. A cette rubrique s’ajoutent aussi les problèmes liés à la santé physique dont le VIH/sida et l’intégration sociale des personnes âgées et des personnes handicapées (Ministère de la santé et des services sociaux 1992).

6 Il s’agit du Centre local des services communautaires, CLSC, une structure intégrée au Ministère de la santé et des services sociaux, devenu aujourd’hui CSSS, Centre de services de santé et services sociaux.

7 Un exemple permettra d’illustrer cette position. Le Réseau solidarité itinérance Québec (RSIQ) a consolidé sa plate-forme de revendications en s’appuyant sur diverses recherches faites dans le cadre du CRI (2006), aussi bien sur la question du logement social, de la judiciarisation des personnes itinérantes, que des questions liées aux soins et à la santé, aux revenus ou à la citoyenneté, etc.

© Éditions ies, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site