Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le travail social entre résistance et innovation / Soziale Arbeit zwieschen Widerstand und Innovation

 | 
Sabine Voélin
, 
Miryam Eser Davolio
, 
Mathias Lindenau

Première partie. Place et rôle du travail social dans la société démocratique / Erster Teil. Stellenwert und Rolle der Sozialen Arbeit in einer demokratischen Gesellschaft

Transnationalité et insertion locale, des ancrages incompatibles ?

L’exemple de migrant-e-s d’origine somalienne

Joëlle Moret

Résumé

Gewisse Migrantlnnen sind sozial, ökonomisch oder politisch im transnationalen Raum tätig. Ihre Strategien sind insbesondere mit einer erhöhten Mobilität verbunden. Dieser Artikel stützt sich auf qualitative Interviews mit in der Schweiz lebenden Personen somalischer Herkunft. Er beschreibt diese Mobilitätspraktiken und wie die Transnationalität durch gewisse Personen als Ressource mobilisiert werden kann. Zudem wird die Vorstellung hinterfragt, dass transnationale Vernetzung und lokale Einbindung unvereinbar sind. Anstelle ihrer Gegensätzlichkeit wird die Komplementarität der beiden Aspekte hervorgehoben.

Texte intégral

Introduction

1Si le terme « mobilité » se réfère, dans le langage quotidien et scientifique, à toutes sortes de phénomènes, elle prend dans la bouche de certaine-s migrant-e-s un sens bien concret. Cet homme d’origine somalienne, installé en Suisse depuis une vingtaine d’années et naturalisé, raconte ainsi : « Les Somaliens sont des gens qui ne cherchent pas de l’argent, mais des papiers. Des papiers pour voyager ». La liberté de mouvement, en particulier celle de traverser librement les frontières nationales, n’est pas donnée à tout le monde. Nombre de migrant-e-s sont contraints dans leur mobilité par leur passeport d’origine, qui ne leur ouvre que peu de portes, et par un statut de séjour dans le pays d’accueil, qui limite également leurs possibilités de voyager.

  • 1 Cet article se base sur 60 entretiens qualitatifs menés en 2005, dans le cadre d’une étude sur les (...)

2Les entretiens, menés au cours de deux recherches avec des hommes et des femmes d’origine somalienne résidant en Suisse, montrent la force de ce désir de pouvoir traverser les frontières1. Ce constat soulève la question des raisons de cette aspiration à la liberté de mouvement – qu’il faut d’ailleurs se garder d’attribuer uniquement aux personnes d’origine somalienne. Ces raisons ne peuvent être comprises qu’en prenant en considération les réseaux transnationaux dans lesquels certain-e-s migrant-e-s sont inséré-e-s et les stratégies de mobilité mises en œuvre par ces dernier-ère-s. Cet article s’intéresse à la manière dont ces stratégies transnationales constituent, dans certains cas, une ressource, en particulier économique et sociale, pour les personnes qui sont à même de les activer. Il questionne également la supposition selon laquelle un engagement transnational se ferait nécessairement au détriment d’une insertion réussie dans le pays d’accueil, en déconstruisant l’opposition, inhérente à certains discours, entre ces deux types d’ancrage.

3Environ 8000 personnes d’origine somalienne résident actuellement en Suisse, dont un bon millier a obtenu la citoyenneté suisse (Eyer and Schweizer 2010). Elles font partie des un à deux millions de personnes somaliennes qui ont quitté leur pays largement dévasté par des violences continues depuis le début des années 1990. La continuité de l’émigration et le nombre limité de retours ont contribué à la constitution de vastes réseaux transnationaux, notamment en raison de la dispersion des familles en différents endroits du globe.

Pratiques de mobilité et transnationalisme

4Dans le domaine des études sur les migrations, les notions de mobilité et de transnationalisme ont permis de rendre compte de la complexification et de la diversification des formes migratoires. La mobilité, dans ce contexte, fait référence aux mouvements de personnes traversant régulièrement des frontières nationales, mais qui ne sont pas suivis d’une installation durable (voir par exemple Hily 2009 pour l’école française) : c’est le cas en particulier des formes de migration circulaire, pendulaire ou encore « en étoile » qui sont décrites plus loin. Ces types de mouvements sont souvent étudiés comme une alternative à une migration sédentaire plus classique. Dans cet article, ils constituent plutôt des stratégies qui suivent une migration initiale, les personnes dont il est question ayant quitté la Somalie et s’étant installées en Europe depuis plusieurs années.

5Les personnes en mobilité sont ainsi actives dans un espace transnational au sens où elles créent et maintiennent des espaces territoriaux, sociaux, économiques et politiques fluides qui transcendent les frontières des Etat-Nations (Glick Schiller et al. 1995 ; Vertovec 2009). De même, elles mobilisent des réseaux sociaux et exploitent des ressources qui, elles aussi, se déploient dans un espace transnational.

6La migration ne conduit donc pas exclusivement à un ancrage localisé dans un pays de destination, mais donne lieu à des pratiques diverses dans un espace de référence qui ne se limite pas nécessairement au pays d’accueil. Quelles sont ces pratiques, quels types de mobilité les sous-tendent, et à quelles ressources donnent-elles accès dans le cas des personnes somaliennes établies en Europe ?

Motivations et configurations spatiales de la mobilité

7Les motivations des personnes rencontrées sont de différents types : raisons familiales, professionnelles, commerciales ou politiques se combinent souvent entre elles pour constituer les motifs principaux de traverser les frontières de manière régulière. Depuis qu’elle est naturalisée, Aman, la quarantaine, rend régulièrement visite aux membres de sa famille dispersés en différents endroits du monde (Dubaï, Etats-Unis, Pays-Bas, par exemple). Elle en profite pour ramener certains produits prisés de certaines Somaliennes mais qu’on trouve difficilement en Suisse : vêtements, parfums, bijoux, ou encore articles de décoration. La vente de ces objets à son entourage, hors de tout marché formel, permet à Aman de financer ses voyages et d’agrémenter les revenus du couple. Abukar, un journaliste également naturalisé suisse, voyage régulièrement en Somalie et aux Etats-Unis, notamment dans le cadre de projets humanitaires et médiatiques en lien avec la diaspora somalienne. Ces deux exemples parmi d’autres montrent que la mobilité des personnes est étroitement liée à la circulation de biens, d’argent, d’idées et d’informations. En ce qui concerne les types de mouvements, c’est leur fréquence et la durée des séjours dans les lieux qu’ils relient qui les différencient. On observe deux configurations spatiales principales. Ce que j’appelle « mobilité en étoile », d’abord, concerne les femmes plus souvent que les hommes : ces personnes quittent leur lieu de résidence principal sur une base régulière, mais uniquement pour de courts séjours, reviennent, repartent (éventuellement vers une autre destination), etc. Aman dont il est question plus haut pratique ce type de mobilité qui lui permet de concilier ses activités économiques et la réactivation de liens familiaux au plan transnational avec ses responsabilités domestiques (elle est mariée et mère de plusieurs enfants) et professionnelles (elle travaille comme interprète interculturelle sur mandat) en Suisse. Le deuxième type de mobilité est pendulaire : plus souvent le fait d’hommes, il est constitué de mouvements réguliers entre deux lieux, séparés par des séjours plus ou moins longs dans l’un et l’autre. Farhan, par exemple, a vécu en Suisse pendant huit ans, y travaillant et y terminant ses études, alors que sa femme et ses enfants étaient, eux, à Londres. Quelques jours par mois et ses vacances étaient consacrés à des séjours auprès de sa famille, qu’il a aujourd’hui rejointe en Angleterre. La mobilité pendulaire est également une stratégie adoptée par certaines personnes âgées, qui partagent alors leur temps entre leur pays d’origine et l’Europe où vit leur famille.

La mobilité transnationale ou l’élargissement de l’espace du possible

8Pour certaines personnes somaliennes, la mobilité devient partie intégrante de stratégies bien plus vastes qui ne pourraient être mises en œuvre sans ce pouvoir de voyager. Car il s’agit bien d’un pouvoir, d’une forme de capital : on ne voyage pas si intensément pour le simple plaisir d’être sur la route, mais parce que ces stratégies ouvrent la voie à toute une série de ressources qui ne sont pas nécessairement à disposition sans ce passage des frontières.

9L’élément le plus évident est économique. Des activités commerciales transnationales extrêmement diverses sont mises en place par les hommes et les femmes d’origine somalienne résidant en Europe (comme ailleurs), dont la créativité peut être sans limite : de l’importation plus ou moins déclarée de meubles venus d’Asie par conteneurs à la vente informelle de quelques biens rapportés de voyage à son entourage (comme le fait Aman) ; de l’exportation de vêtements de deuxième main européens en Afrique à l’organisation de visites médicales par des médecins somaliens (que ceux-ci ou les patient-e-s soient l’élément mobile) entre les différents pays européens. Outre leur caractère transnational, ces stratégies commerciales ont pour point commun de répondre à des demandes émanant essentiellement d’une population somalienne (en Europe ou ailleurs) plutôt que de la population autochtone du pays de résidence principale.

10Etre mobile offre aussi un accès à d’autres types d’opportunités professionnelles : souvent, elles sont aussi liées d’une manière ou d’une autre à la population ou à la région d’origine de ces personnes. Plusieurs répondante-s ont ainsi pris part à divers projets sociaux, culturels, humanitaires ou de développement, se rendant en Somalie, au Somaliland ou dans un pays voisin pour leur mise en œuvre ou leur suivi. Si elles sont parfois recrutées par certaines agences, ces personnes sont aussi souvent à l’origine d’associations grâce auxquelles elles rendent visibles et financent leurs propres projets. L’espace transnational contribue ainsi à diversifier les opportunités d’insertion professionnelle de ces migrant-e-s qui ne trouvent pas toujours leur place sur le marché local de l’emploi.

11Les activités menées dans l’espace transnational n’ont pas qu’une dimension économique ; autour d’elles se jouent un certain nombre d’enjeux sociaux, voire « politiques », au sens large comme au sens plus restrictif. La migration ayant souvent été caractérisée par l’urgence et les opportunités à disposition, les familles se sont dispersées, et leurs membres vivent aujourd’hui dans différents pays. Des contacts étroits sont maintenus, et certaines décisions importantes concernant la famille élargie se prennent dans cet espace transnational. Ces décisions ont notamment trait aux processus de solidarité au sein du groupe : destinataires de l’aide (soutien financier, aide à la migration), partage des responsabilités (accueil d’un-e nouvel-le arrivé-e en Europe, organisation de son passage vers un autre lieu en Europe). Elles peuvent également concerner une nouvelle union : les mariages transnationaux entre personnes d’origine somalienne, souvent de deuxième génération, ne sont pas rares. Toutes ces décisions, loin d’être anodines, relèvent de rapports de pouvoir dans lesquels le fait d’être en contact direct (et non seulement virtuel) avec les autres – par le biais d’une mobilité active – donne du poids. Les négociations ont lieu de manière formelle (par exemple lors de conseils de famille), mais aussi lors de rencontres informelles.

12La reconstruction politique de la Somalie (comme du Somaliland, auto-déclaré indépendant, et du Puntland, réclamant l’autonomie) fait émerger des ambitions parmi certain-e-s Somalien-ne-s établi-e-s à l’étranger qui s’engagent politiquement, souvent en restant basé-e-s en Europe. Là encore, c’est grâce à des stratégies spécifiques de mobilité, souvent pendulaire, que ces personnes concilient différents types d’activités ayant lieu dans des lieux distants, soit dans un espace constitué comme transnational. La possibilité de traverser les frontières ouvre l’accès à un réseau transnational partiellement préexistant, constitué, entre autres, de liens familiaux ou claniques. L’espace géographique s’agrandissant, c’est le potentiel d’opportunités qui s’élargit. La mobilité permet l’accès à un espace du possible, transnational, plus vaste, que certaines personnes sont à même de mobiliser et de transformer en ressources diverses. Elle devient ainsi un élément de différenciation sociale au sein du groupe : un capital dont certains disposent et d’autres pas, une ressource qui participe à la production des relations de pouvoir (Cresswell 2010). Le fait de circuler soi-même, mais de faire circuler, de surcroît, des biens matériels et immatériels influence le positionnement social d’une personne dans son réseau local, mais aussi dans un réseau plus large qui s’étend au-delà des frontières, par exemple au sein du groupe familial ou clanique. En ce sens, la mobilité dépasse le simple fait de bouger : elle prend une dimension politique et sociale (Kaufmann et al. 2004).

Mobilité, transnationalisme et intégration, des ancrages incompatibles ?

13La mobilité et l’ancrage dans un espace transnational sont, dans cet article, considérés plutôt positivement, comme une ressource que certaines personnes sont à même de mobiliser pour maximiser leur potentiel économique, social ou politique. Pourtant, la transnationalité des acteurs sociaux que la recherche a mise en lumière pose des questions très concrètes sur le terrain : décideurs politiques et organismes travaillant avec les migrante-s dans les pays de résidence principale doivent composer avec ces populations partiellement mobiles. L’interrogation principalement suscitée est la suivante : ce positionnement transnational se fait-il au détriment d’une insertion locale ? En effet, une telle « transnationalité » observée empiriquement se confronte, dans la pratique, à la « territorialité » limitée des politiques, en particulier des politiques de migration, d’intégration et de naturalisation. En Suisse comme en Europe en général, les discours politiques et les débats publics en la matière marquent une forte pression à l’égard des migrants de démontrer une loyauté et un engagement quasi-exclusifs à l’égard du territoire national d’accueil, marquant un retour vers une vision assimilationniste de l’incorporation des migrant-e-s (Brubaker 2001 ; Dahinden 2009).

  • 2 En Suisse, les conditions d’accès à la naturalisation étant particulièrement restrictives et soumis (...)

14Plutôt qu’à une logique de confrontation entre ces deux pôles (transnationalité vs. ancrage localisé), l’analyse des données pousse à s’engager dans une logique de complémentarité. Les personnes les plus mobiles, les plus actives dans un espace transnational sont dans de nombreux cas très bien intégrées au plan local2. Un jeune homme particulièrement mobile a, par exemple, souhaité faire son service militaire (qu’il aurait pu éviter relativement facilement), montrant que les droits (à la mobilité notamment) que lui donne son passeport suisse ne sont pas incompatibles, pour lui, avec ses devoirs à l’égard du territoire national. Aman, mentionnée plus haut, est active dans l’espace transnational et joue par ailleurs un rôle important dans sa ville et son canton en tant qu’interprète et médiatrice interculturelle. D’autres encore sont impliqué-e-s dans la vie locale par le biais d’un engagement politique ou associatif.

15La mobilité est déterminée par l’accès à certaines ressources financières et sociales et à des compétences spécifiques. Cela fait écho à la littérature sur le transnationalisme qui a montré que dans certains cas, les personnes les mieux intégrées au plan social ou structurel étaient aussi les mieux à même de développer des pratiques transnationales (voir Itzigsohn & Giorguli-Saucedo 2005 ; Snel et al. 2006), notamment dans le domaine économique (Portes et al. 2002) ou politique (Guarnizo et al. 2003). La transnationalité est donc, pour certain-e-s migrant-e-s, un choix lié à la possession d’un capital suffisant pour mobiliser des ressources qui dépassent les frontières d’un unique Etat-Nation.

16Toutefois, la mobilité et le transnationalisme ne sont pas nécessairement et uniquement des histoires de succès. Ils peuvent aussi constituer une forme d’alternative à une situation locale limitée en termes d’opportunités. Ce « transnationalisme réactif » (Itzigsohn & Giorguli-Saucedo 2005 : 899) fait référence à une stratégie mise en œuvre pour faire face à des expériences négatives de discrimination et d’exclusion au plan local. Plusieurs personnes rencontrées ont des compétences en matière de commerce : or, l’accès limité au statut professionnel d’indépendant-e en Suisse les empêche de déployer ces capacités et peut contribuer à la mise sur pied de stratégies économiques, souvent informelles, qui s’appuient sur des réseaux transnationaux. L’élargissement de l’espace des opportunités s’apparente ainsi parfois plutôt à une stratégie de compensation face à la marginalisation sociale et économique rencontrée dans le pays principal de résidence.

Conclusion

17Les discours publics et politiques dominants portent peu à contester une vision de l’intégration qui serait exclusivement liée au territoire national et nécessairement menacée par un ancrage transnational trop marqué. Toutefois, l’analyse de la réalité sociale pousse à sortir de cette pensée dichotomique entre territorialité nationale et ancrage transnational. Le recours à des réseaux transnationaux et l’élargissement de l’espace de référence constituent, pour les personnes concernées, des stratégies souvent créatives visant à diversifier les opportunités qu’elles sont à même de mobiliser. Les pratiques transnationales décrites ici, fondées sur la mobilité et la flexibilité, cadrent au final parfaitement avec les valeurs du contexte actuel de globalisation. Elles nous invitent ainsi à remettre en question la notion d’intégration telle qu’elle est le plus souvent pensée, en termes de localité uniquement, et à voir les pratiques de mobilité et de transnationalité comme de nouvelles formes sociales créatrices, parfois compensatrices, qui ne composent pas exclusivement avec les logiques de l’Etat (Tarrius 1993). Au final, la transnationalité ne s’oppose pas à la localité : elle l’inclut plutôt qu’elle ne l’exclut. L’intérêt des stratégies analysées se trouve dans les liens qu’elles créent : loin de remplacer le local par le transnational, elles le lient à d’autres lieux hors des frontières de l’Etat-Nation, créant un nouvel espace de référence diversifié en termes d’opportunités sociales, économiques et politiques.

Bibliographie

Brubaker, R. (2001). The return of assimilation? Changing perspectives on immigration and its sequels in France, Germany, and the United States. Ethnic and racial studies, 24(4), 531-548.

Cresswell, T. (2010). Towards a politics of mobility. Environment and Planning D: Society and Space, 28, 17-31.

Dahinden, J. (2009). Migration and Mobility: Universality and Resulting Tensions. In B. Sitter-Liver (Ed.) Universality – From Theory to Practice (pp. 359-376). Fribourg: Academic Press Fribourg.

Eyer, P. & Schweizer, R. (2010). Les diasporas somalienne et erythréenne en Suisse. Berne : Office fédéral des migrations.

Glick Schiller, N., Basch, L. & Blanc-Szanton, C. (1995). From immigrant to transmigrant: theorizing transnational migration. Anthropological quarterly, 68(1), 48-63.

Guarnizo, L. E., Portes A. & Haller W. (2003). Assimilation and transnationalism: determinants of transnational political action among contemporary migrants. American Journal of Sociology, 108(6), 1211-48.

Hily, M.-A. (2009). L’usage de la notion de « circulation migratoire ». In G. Cortes & L. Faret (Eds.) Les circulations transnationales. Lire les turbulences migratoires contemporaines. Paris : Armand Colin.

Itzigsohn, J. & Giorguli-Saucedo, S. (2005). Incorporation, transnationalism, and gender: immigrant incorporation and transnational participation as gendered processes. International migration review, 39(4), 895-920.

Kaufmann, V., Bergman M. M. & Joye D. (2004). Motility: Mobility as Capital. International Journal of Urban and Regional Research, 28(4), 745-756.

Moret, J. (2006). Somali refugees in Switzerland: strategies of exile and policy responses. Neuchâtel : Swiss Forum for Migration and Population Studies.

Moret, J., Baglioni, S. & Efionayi-Mäder, D. (2006). The path of somali refugees into exile: a comparative analysis of secondary movements and policy responses. Neuchâtel: Swiss Forum for Migration and Population Studies.

Portes, A., Haller W.J. & Guarnizo L.E. (2002). Transnational entrepreneurs: an alternative form of immigration economic adaptation. American Sociological Review, 67, 278-298.

Snel, E., Engbersen G. & Leerkes, A. (2006). Transnational involvement and social integration. Global Networks, 6(3), 285-308.

Tarrius, A. (1993). Territoires circulatoires et espaces urbains : différenciation des groupes migrants. Annales de la recherche urbaine, 59-60, 51-60.

Vertovec, S. (2009). Transnationalism. London : Routledge.

Notes

1 Cet article se base sur 60 entretiens qualitatifs menés en 2005, dans le cadre d’une étude sur les trajectoires migratoires des migrant-e-s somalien-ne-s vivant en Suisse (Moret 2006 ; Moret et al. 2006), ainsi que sur une série d’entretiens plus récents menés en Suisse (19) mais aussi en Grande-Bretagne (19) dans le cadre d’une recherche de doctorat en cours sur les pratiques de mobilité des personnes d’origine somalienne établies en Europe depuis plus de dix ans.

2 En Suisse, les conditions d’accès à la naturalisation étant particulièrement restrictives et soumises à une intégration considérée comme réussie, il n’est pas étonnant que les personnes mobiles, presque nécessairement naturalisées, soient bien intégrées (selon certains critères). Il ne s’agit toutefois pas de l’unique raison de ce lien.

Auteur

Université de Neuchâtel, Maison d’analyse des processus sociaux (MAPS) - Doctorante, joelle.moret@unine.ch, www2.unine.ch/maps-chaire/page-10772.html

© Éditions ies, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site