Version classiqueVersion mobile

Le travail social entre résistance et innovation / Soziale Arbeit zwieschen Widerstand und Innovation

 | 
Sabine Voélin
, 
Miryam Eser Davolio
, 
Mathias Lindenau

Première partie. Place et rôle du travail social dans la société démocratique / Erster Teil. Stellenwert und Rolle der Sozialen Arbeit in einer demokratischen Gesellschaft

L’assistance publique s’est-elle démocratisée ?

Véréna Keller

Résumé

«Jedermann und jede Frau kann eines Tages auf Sozialhilfe angewiesen sein». Dieser Diskurs wird von Verantwortlichen der Sozialhilfe und von der Statistik gleichermaßen befördert und entspricht einem individualistischen Verständnis von Armut, die durch biografische Brüche und Defizite erklärt wird. Die Autorin zeigt auf, dass Sozialhilfe auf Unterschichten konzentriert bleibt. Geschlecht, nationale Herkunft und Klasse führen zu Ungleichheiten am Arbeitsplatz und in der Familie und bestimmen den Zugang zu Einkommen, Bildung und Gesundheit. Es sind diese gesellschaftlichen Verhältnisse, die zu Armut und damit in die Sozialhilfe führen.

Texte intégral

1« Tout un chacun peut un jour avoir besoin de l’aide sociale ». Des autorités de l’aide sociale, des travailleurs et travailleuses sociales, des statisticien-ne-s ainsi que la presse déclinent cette affirmation sous de multiples formes. Le recours à l’aide sociale serait affaire d’accidents biographiques – chômage, divorce, maladie – et de déficits – manque de qualifications, difficultés d’adaptation – dus à l’individu dans sa situation singulière. De tels événements et particularités peuvent toucher Monsieur et Madame Tout-le-monde. L’assistance se serait « démocratisée ».

2Dans cette contribution, je me propose d’interroger cette affirmation au travers de trois questions : que dit-on des bénéficiaires de l’aide sociale ? Quelles réalités invisibilisent ces discours ? Quel est le type d’aide sociale pratiqué sous la rhétorique de l’assistance démocratisée ?

3Pour ce faire, je me réfère à une analyse en termes de rapports sociaux créateurs d’inégalités de classe et de genre. Le matériel empirique est constitué notamment d’une étude du Fonds national publiée sous le titre « Temps d’assistance » (Tabin et al. 2010) et de publications de l’Office fédéral de la statistique.

Que dit-on des bénéficiaires de l’aide sociale ?

Le discours statistique

4Commençons par analyser le discours statistique. Depuis 2006, l’Office fédéral de la statistique (OFS) publie des résultats d’études statistiques en matière d’aide sociale (Sostat). Comme toutes les statistiques, ces publications construisent des catégories et produisent un discours. Dans les huit communiqués de presse consacrés à l’aide sociale publiés en 2009 et 2010, nous pouvons par exemple lire : « Le travail ne protège pas du recours à l’aide sociale » (OFS 2009, 20 avril) ; « Le manque de formation augmente le risque de dépendre de l’aide sociale (OFS 2009, 16 juin) ; « Les personnes divorcées et les familles monoparentales sont les plus touchées » (Ibid.) ; « La formation, l’entrée dans le monde du travail et la charge d’enfants tôt dans la vie sont les principales raisons de la précarité des jeunes adultes à l’aide sociale » (OFS 2009, 5 juin).

5Dans ces huit communiqués, deux facteurs sont présentés systématiquement comme causes du besoin d’assistance qui constituent autant de « groupes à risque » : l’âge (les enfants, les jeunes adultes et les personnes proches de la retraite) et la situation de ménage (familles monoparentales, familles nombreuses). L’absence de formation professionnelle est, quant à elle, soulignée dans la moitié des communiqués comme un facteur majeur de recours à l’aide sociale.

6Notons encore cette particularité du langage employé par la statistique : d’une part, l’expression « dépendre de l’aide sociale » s’est très largement installée dans les publications de l’OFS pour désigner les personnes qui font pourtant usage d’un droit constitutionnel. Ce langage médical réservé précédemment aux personnes toxicodépendantes se trouve exacerbé quand l’OFS distingue quatre types de trajectoires : les bénéficiaires « durablement dépendants », « de courte durée », « de longue durée » et les « rechutes » (OFS 2009, 5 juin : 4) ! Ce langage est désormais largement utilisé par les responsables de l’aide sociale. D’autre part, le terme de pauvreté est totalement absent du vocabulaire statistique. Les statistiques désignent des personnes et non un fait social. Elles individualisent le besoin d’assistance.

Le discours de responsables de l’aide sociale

7Dans notre étude « Temps d’assistance » (Tabin et al. 2010), nous avons récolté des discours sur les bénéficiaires de l’aide sociale auprès de responsables politiques et administratifs. Leurs discours sont proches de ceux des statisticien-ne-s. Pour un responsable administratif du canton de Vaud, « toute personne, de toute catégorie socioprofessionnelle, peut un jour devoir s’adresser à l’aide sociale ; cela va du toxicomane au directeur de banque ». Une assistante sociale du canton de Neuchâtel précise que les personnes vivant de l’assistance « proviennent de tous les milieux confondus ». Et selon une élue communiste du POP Vaud, « l’aide sociale s’adresse à tous les groupes sociaux ».

8Si le faible niveau de formation est reconnu par presque toutes les personnes interrogées comme un élément caractérisant une grande partie de personnes vivant de l’assistance, le lien entre insuffisance scolaire et milieu social est absent des discours. Ainsi, un responsable administratif neuchâtelois remarque que « les raisons qui conduisent les gens à l’aide sociale sont nombreuses et diverses », tout en précisant que « le groupe des personnes sans formation » est une catégorie importante de l’assistance. Les assistantes sociales observent prudemment que « ce sont souvent des gens qui n’avaient pas de qualifications […], [des] personnes non qualifiées, en attente de rente d’invalidité, […] qui sont allées travailler dans des métiers relativement difficiles et durs physiquement, et qui ont ensuite connu des difficultés au niveau physique ».

9On retrouve par ailleurs, dans le discours des personnes interrogées, le récit convenu de l’exclusion touchant les classes moyennes. Par exemple, une assistante sociale vaudoise raconte : « C’est la dégringolade : ils ont un bon travail, un bon salaire, après, c’est le chômage, le RMR et ensuite, l’aide sociale ». Selon une autre assistante sociale vaudoise, « l’arrivée à l’aide sociale de personnes avec un bon niveau de formation est un phénomène qui s’est accentué ces dernières années. Avant, la majorité des personnes en fin de droit étaient peu formées et avaient une intégration sommaire. Maintenant, nous sommes confrontées à des personnes de différentes professions. Tout se dégrade pour elles : la situation financière, la santé, la vie familiale, etc. »

10Pour ces responsables, la description de la population à l’assistance n’intègre ni dimension de classe, ni dimension de genre. La présence à l’assistance est perçue bien davantage comme un accident biographique, des problématiques individuelles, voire un parcours de déchéance, que comme le résultat de rapports sociaux inégalitaires.

Quelles réalités ces discours invisibilisent-ils ?

11Désormais, le recours à l’assistance pourrait donc concerner M. et Mme Tout-le-monde. Cette lecture nourrit un discours sur la responsabilité individuelle, en conformité avec une société de type néolibérale. Les bénéficiaires de l’aide sociale sont pourtant marqués par des inégalités de classe et de genre, ce que je vais montrer maintenant en renouant avec une approche en termes de rapports sociaux. Cette analyse, courante dans les années 1960 et 1970, semble regagner de l’intérêt depuis quelques années (par exemple, Levy, Joye et al. 1997 ; Delphy 1998 et 2001 ; Pfefferkorn 2007 ; Benn Michaels 2009 ; Schultheis, Frauenfelder et al. 2009). Je passerai en revue quelques caractéristiques sociodémographiques des bénéficiaires de l’aide sociale, afin de les articuler dans un second temps.

La formation

12Les statistiques montrent que les personnes assistées ont un niveau de formation clairement inférieur à celui de la population résidante (voir tableau). Or, le niveau de formation dépend de l’origine sociale, comme l’ont démontré de nombreuses études (par exemple, Hutmacher 1993/2010, Eckmann-Saillant et al. 1994, Perrenoud 1995, ODM 2006, Bihr & Pfefferkorn 2008). Dans les milieux aisés, les jeunes se forment plus longtemps. Plus tard dans la vie adulte, plus on est diplômé, plus on continue à se former. Le niveau de formation dépend par ailleurs du genre et de la nationalité. Si les jeunes femmes de nationalité suisse sont en train de rattraper le retard, elles se qualifient nettement moins que les jeunes hommes, alors que le groupe le moins qualifié est constitué des jeunes femmes de nationalité étrangère (Bühler et al. 2005 : 17).

Bénéficiaires de l’aide sociale

Population résidante

Formation achevée

100 %

100 %

Sans formation professionnelle

57 %

26 %

Avec formation professionnelle

37 %

54 %

Diplôme d’une Haute école

6 %

20 %

Situation d’emploi

100 %

100 %

Personnes actives occupées (en emploi), total

32 %

77 %

Emploi à plein temps

12 %

57 %

Emploi à temps partiel

20 %

20 %

Personnes sans emploi (en recherche d’emploi)

34 %

3 %

Personnes non actives

34 %

20 %

Situation de ménage

100 %

100 %

Ménages « monoparentaux »

16 %

4 %

Autres ménages

84 %

96 %

Nationalité

100 %

100 %

Suisse

56 %

79 %

Nationalité étrangère, total

44 %

21 %

Ressortissant-e-s UE27 et pays de l’AELE

15 %

14 %

Etats tiers

29 %

9 %

Tableau : Composition de la population recevant des prestations d’aide sociale en comparaison avec la population résidante, personnes de 18 à 65 ans, 2008 En pourcentage de la population respective
Source : OFS 2010a

13Exemple de lecture : 57 % des bénéficiaires de l’aide sociale et 26 % de la population résidante sont sans formation professionnelle.

L’emploi et les salaires

14Un tiers des bénéficiaires de l’aide sociale a un emploi et un-e bénéficiaire sur huit a même un emploi à plein temps (voir tableau). Les notions de « bas salaire » ou de « working poor » sont pourtant absentes du vocabulaire des statistiques de l’aide sociale et des discours des responsables. Où et dans quelles conditions travaillent ces salarié-e-s assisté-e-s ?

15Ils et elles travaillent dans les secteurs connus pour leurs conditions d’emploi défavorables : les services personnels, l’hôtellerie et la restauration et le commerce de détail, notamment. Certains statuts de l’emploi sont assortis de bas salaires, en particulier les contrats à durée déterminée, le travail sur appel, les temps partiels ainsi qu’une brève ancienneté dans l’entreprise. Enfin, les bas salaires concernent certains groupes sociaux : les personnes peu qualifiées, les femmes, les étrangers titulaires d’autorisations de courte durée, les jeunes. Le cumul de ces caractéristiques produit les salaires les plus bas versés dans les conditions les plus précaires. En 2008, en Suisse, une personne sur huit gagne moins de 2000 francs nets par mois et une sur cinq moins de 3000 (OFS 2010b : 34).

16Les femmes sont particulièrement concernées par les bas salaires. Elles travaillent majoritairement dans des secteurs à bas salaires, souvent à temps partiel, rarement dans des postes à responsabilités, ont peu d’ancienneté dans l’entreprise, et sont souvent moins qualifiées pour les plus âgées d’entre elles ; mais ce n’est pas tout : les salaires des femmes restent inférieurs à ceux des hommes d’un quart en moyenne. Divers facteurs aggravent encore cette inégalité : l’âge, le statut de femme mariée, un poste à responsabilité (Bühler et al. 2005 : 24 ; 33 ; 75).

Le non emploi

17Un deuxième tiers des bénéficiaires est constitué de personnes sans emploi (en recherche d’emploi), taux dix fois supérieur comparé à la population active (voir tableau). Quelles en sont les explications ?

18Le chômage ne touche pas tout le monde de la même manière. Les femmes, les étrangers d’Etats hors de l’Union européenne, les jeunes de 15-24 ans et les personnes sans formation professionnelle sont fortement surreprésentées parmi les chômeurs et chômeuses (OFS 2010, 23 décembre : 9). De plus, un parcours d’emplois précaires précédant ou durant le recours à l’aide sociale, réduit la protection par l’assurance chômage.

19Le fait d’être mère d’un enfant de moins de 6 ans augmente singulièrement le risque de chômage : presque une femme sur 10 dans cette situation est sans emploi, contre 2 % des hommes. Etre mère est donc un handicap sur le marché de l’emploi, alors qu’être père est un avantage (BFEG/OFS 2009). Cette discrimination est sans doute aggravée par la pratique constante de l’assurance chômage consistant à exiger des seules mères d’apporter la preuve d’une solution de garde pour l’enfant.

20Un dernier tiers des adultes assistés est constitué de personnes dites non actives, c’est-à-dire qu’elles ne cherchent pas d’emploi. Il s’agit notamment de personnes malades et ayant charge d’enfants, situations que nous allons examiner ci-dessous.

La santé

21Une partie des bénéficiaires de l’aide sociale est sans emploi pour des raisons de santé. Il n’existe à ma connaissance pas d’étude générale sur l’état de santé des bénéficiaires. Le passage entre l’aide sociale et l’assurance invalidité livre cependant une indication. En effet, environ 8 % des personnes qui quittent l’aide sociale ont obtenu une rente AI (OFS 2010a : 18). Leur état de santé est donc reconnu comme durablement compromis.

  • 1 Une étude sur le cancer de la prostate, menée par Christine Bouchardy et al. et publiée par Institu (...)

22L’état de santé et l’espérance de vie dépendent des conditions de vie : les pauvres meurent plus tôt que les riches. Moins de la moitié des ouvriers du bâtiment arrivent à la retraite en bonne santé (Unia 2002). Les maladies sont moins souvent dépistées chez les pauvres que chez les riches, ce qui aboutit à une inégalité devant la mort1. Un rapport de Médecins du Monde (2009) montre que les migrantes et les migrants sans papiers sont victimes de discrimination sociale et sanitaire, puisque leur accès aux soins n’est pas assuré. Caritas, de son côté, note que la pauvreté rend malade (Villiger et al. 2009) et propose d’améliorer les conditions de vie plutôt que d’en appeler aux comportements individuels.

La monoparentalité

23Les « familles monoparentales » sont très présentes à l’aide sociale. En 2008, un ménage monoparental en Suisse sur huit est bénéficiaire de l’aide sociale (voir tableau).

  • 2 95 % des familles monoparentales assistées sont des femmes avec enfant(s) (OFS 2010c).

24La notion de « monoparentalité », neutre en termes de genre, cache le fait que la quasi-totalité des familles monoparentales sont des femmes seules avec enfant(s)2. Les termes de mères cheffes de famille ou mères seules ne sont jamais utilisés, ni par la statistique, ni par les responsables de l’aide sociale. Cette neutralisation cache le fait que les séparations et divorces touchent les femmes bien plus que les hommes, d’une part, en raison d’inégalités financières précédant la séparation, d’autre part, en raison de la garde des enfants attribuée aux mères dans la très grande majorité des situations. De surcroît, c’est en raison d’une discrimination des femmes lors du calcul de la pension alimentaire : en effet, selon la jurisprudence actuelle, lorsque le revenu du débiteur (de l’ex-mari, en règle générale) est insuffisant pour couvrir les besoins des deux ménages, le « déficit » n’est pas partagé entre les deux parties, mais mis exclusivement à la charge de celle qui a droit à une contribution d’entretien (la femme en règle général). En d’autres termes, le revenu de Monsieur est protégé, tandis que Madame est obligée de s’adresser à l’assistance. Une récente étude conclut à ce propos à une nette discrimination des femmes et, partant, à une atteinte à l’égalité des droits (Freivogel 2007).

25La pauvreté suite à une séparation est donc conséquence d’inégalités de genre. Elle est aussi conséquence d’inégalités de classe. Les effets matériels d’une séparation ne touchent pas toutes les femmes de la même manière. Les femmes de milieu aisé ne tombent pas dans la pauvreté suite à une séparation.

La parentalité précoce

26Près d’un-e jeune adulte assisté-e sur cinq assume une charge d’enfants. Près de la moitié d’entre eux-elles les élève seul-e ; il s’agit donc très majoritairement des femmes (OFS 2009, 5 juin). L’âge auquel les femmes ont leur premier enfant est fonction du milieu d’origine. Dans les couches populaires, les femmes se marient plus jeunes et ont leur premier enfant plus jeune (Schultheis et al. 2009). De même, les femmes originaires d’Amérique latine et d’Afrique ont le premier enfant plus tôt que les Suissesses (OFS 2009 : 18).

Les jeunes adultes

27Le groupe des jeunes adultes attire fortement l’attention dans les statistiques et la presse ainsi que parmi les responsables. Ce groupe présente effectivement un taux d’aide supérieur à la moyenne. Cependant, ce n’est pas le groupe le plus important à l’assistance (ce « record » revient aux enfants), et ce n’est pas un groupe qui augmenterait – au contraire, le taux d’aide des jeunes adultes a régulièrement baissé entre 2005 et 2008. De plus, la durée de l’aide pour les jeunes adultes est la plus courte de tous les groupes d’âge (OFS 2010a : 9).

28L’âge, catégorie objective, n’explique donc pas l’attention considérable portée aux jeunes adultes. Elle semble moins tenir à des faits objectifs qu’à l’illégitimité de leur demande d’aide. Les jeunes, en effet, réunissent sur eux tous les aspects du « mauvais pauvre » (Tabin et al. 2010 ; Keller 2007). La présence des jeunes à l’aide sociale est souvent pensée en termes d’« assistance en héritage ». Environ un tiers des jeunes assistés est issue de familles qui touchaient déjà l’aide sociale (Initiative des Villes 2005). Cette « culture de l’assistance », qui serait affaire d’attitude individuelle, voire de choix personnel, une attitude passive, un comportement appris d’assisté dépendant, est exprimée par exemple par ce responsable administratif qui remarque qu’« on a aujourd’hui, bien plus tardivement qu’en France, les premiers jeunes dont les parents n’ont jamais travaillé : des « dynasties d’assistés ». Des jeunes, donc, qui ne parviennent pas à s’insérer dans la vie professionnelle et qui restent à l’aide sociale ». Même constat chez une responsable administrative vaudoise qui affirme qu’« on atteint aujourd’hui une nouvelle génération qui vient demander l’assistance, composée des enfants d’assistés » (Tabin et al. 2010). Ou encore, le Conseil d’Etat neuchâtelois qui précise qu’« il y a urgence d’agir aussi rapidement que possible afin de casser la chaîne diabolique de la précarisation des jeunes et de la péjoration des finances des collectivités publiques » (Conseil d’Etat, 2006 : 15).

29La catégorie âge n’explique cependant pas le recours à l’aide sociale. Les jeunes adultes assistés ne sont pas issus de n’importe quelles familles. Appartenant aux couches populaires, elles disposent de moindres ressources pour soutenir leurs jeunes, tant sur les plans matériels que du réseau de relations sociales facilitant l’accès à la formation et à l’emploi.

La nationalité

30Les personnes de nationalité étrangère sont deux fois plus présentes à l’aide sociale que dans la population résidante. Cette surreprésentation concerne toutefois les ressortissant-e-s d’Etats tiers, alors que les Européenne-s ne sont guère plus nombreux que les Suisses à recourir à l’aide sociale (voir tableau).

31Dans ce domaine, et contrairement aux autres caractéristiques sociodémographiques évoquées, les statistiques soulignent des données structurelles. Pour l’OFS, la surreprésentation est due « au niveau moyen relativement faible de leurs qualifications professionnelles et dans les difficultés qu’ont les mieux qualifiés d’entre eux à trouver un travail correspondant à leur formation. Les ressortissants étrangers travaillent ainsi plus souvent dans des secteurs à bas salaires […]. Par ailleurs, ils vivent plus souvent dans des familles nombreuses » (OFS 2010a : 10).

32Ce ne sont donc pas « les étrangers » qui sont surreprésentés à l’aide sociale, mais des personnes sans passeport européen, un groupe social qui cumule plusieurs facteurs de pauvreté.

La fortune

33Les bénéficiaires de l’aide sociale ne disposent d’aucune fortune. Telle est l’une des conditions d’accès aux prestations de l’aide sociale. Leur situation précaire avant et pendant le recours à l’aide sociale explique aisément l’impossibilité de constituer une réserve. En matière de fortune, les bénéficiaires de l’aide sociale se distinguent fortement de la population résidante qui dispose, en moyenne, d’une fortune de près de 230’000 francs (selon les données fiscales 2003, Jeitziner 2007).

Conclusion

Quel est le type d’aide sociale pratiqué sous la rhétorique de la pauvreté démocratisée ?

34Les quelques caractéristiques sociodémographiques présentées ont permis de démontrer que les bénéficiaires de l’aide sociale ne sont pas Monsieur et Madame Tout-le-Monde. Ce n’est pas la malchance ni un déficit individuel qui conduisent à l’aide sociale, mais l’appartenance à des groupes sociaux pauvres caractérisés par un accès réduit aux ressources. Ces groupes – certaines femmes et mères seules, certains jeunes, certains étrangers, certains malades, certains chômeurs, les personnes peu formées, les working poors, etc. – sont marqués par des inégalités de genre, de classe et d’origine nationale. Si les frontières de ces groupes sont floues, les groupes se superposent : les effets des rapports sociaux inégalitaires se cumulent et font système. Ces groupes s’inscrivent dans une société à la fois «« segmentée, hiérarchisée et conflictuelle, dont les divisions, inégalités et conflits qui la traversent opposent, non pas des individus en tant que tels, mais des groupements d’individus partageant précisément une commune position (à la fois objective et subjective) dans la société. Cette position commande leurs possibilités (inégales) de s’approprier ou non avoir, pouvoir et savoir, conduisant à une accumulation d’avantages à un pôle et une accumulation de handicaps à l’autre pôle » (Pfefferkorn 2007 : 161).

35Ignorer les rapports sociaux risque de rendre l’aide sociale peu efficace au niveau des objectifs annoncés : aider les personnes à retrouver leur indépendance financière ; pour ce faire, les cadres de compréhension et d’action sont insuffisants. Par contre, l’aide sociale risque d’être terriblement puissante en termes de normalisation et de domination, puisqu’elle rend responsables de leur situation des pauvres qui subissent les effets d’une société très inégalitaire ; elle aura contribué, par conséquent, à rendre cette situation invisible et à la reproduire.

Bibliographie

Benn Michaels, W. (2009). La diversité contre l’égalité. Paris : Raisons d’agir.

Bihr, A., Pfefferkorn, R. (2008). Le système des inégalités. Paris : La Découverte.

Bühler, E., Heye, C. (2005). Fortschritte und Stagnation in der Gleichstellung der Geschlechter 1970-2000. Neuchâtel : OFS.

Bureau fédéral de l’égalité entre femmes et hommes et Office fédéral de la statistique (2009). Vers l’égalité des salaires ! Faits et tendances. Informations aux entreprises, aux salariées et aux salariés. Berne : BFEG/OFS Conseil d’Etat, République et canton de Neuchâtel (2006, 18.10.). Projet de loi sur le fonds pour l’insertion professionnelle des personnes de moins de 30 ans, 06.046.

Delphy, Ch. (1998 et 2001). L’ennemi principal. Tome I et II. Paris : Syllepse.

Duc, Y., (2009, 29 septembre). Pauvres et riches sont inégaux face au cancer de la prostate. Le Courrier, p. 4

Eckmann-Saillant, M., Bolzmann, C., de Rham, G. (1994). Jeunes sans qualification : trajectoires, situations et stratégies. Genève : éditions ies.

Freivogel, E. (2007). Contribution d’entretien après le divorce, soutien financier pas des proches parents, aide sociale. Frauenfragen, 1, 25-38.

Hutmacher, W. (1993/2010). Quand la réalité résiste à la lutte contre l’échec scolaire : analyse du redoublement dans l’enseignement primaire genevois. Cahier, 36. Genève : Sred.

Initiative des villes (2005). Jeunes adultes en difficulté : pas de délégation à l’aide sociale ! Récupéré de www.initiative-villes.ch, le 05 février 2011.

Jeitziner, B., Peters, R. (2007). Regionale Einkommens-und Vermögensverteilung in der Schweiz. Die Volkswirtschaft, 12.

Keller, V. (2007). Gouverner les pauvres : les jeunes d’abord. Dossier de l’Artias. Récupéré de www.artias.ch, le 28 janvier 2011.

Levy, R., Joye D., Kaufmann, V. (1997). Tous égaux ? De la stratification aux représentations. Zurich : Seismo.

Médecins du monde (2009). L’accès aux soins des personnes sans autorisation de séjour dans onze pays d’Europe. Récupéré de www.medecinsdumonde.org/fr/presse/communiques_de_presse, le 12 janvier 2011.

Office fédéral des migrations (2006). Problèmes d’intégration des ressortissants étrangers en Suisse : identification des faits, des causes, des groupes à risque, des mesures existantes ainsi que des mesures à prendre en matière de politique d’intégration. Berne : ODM.

Office fédéral de la Statistique (2010a). La statistique suisse de l’aide sociale 2008. Résultats nationaux. Neuchâtel : OFS.

OFS (2010b). L’enquête suisse sur la structure des salaires 2008. Neuchâtel : OFS.

OFS (2010c). La statistique suisse de l’aide sociale 2009. Struktur der Unterstützungseinheiten, Schweiz, 2009. T4.1. Neuchâtel : OFS.

Office fédéral des statistiques (2010, 23 décembre). Enquête suisse sur la population active et statistiques dérivées. L’offre de travail au 3e trimestre 2010 (Communiqué de presse). Berne : OFS.

OFS (2009). Les comportements démographiques des familles en Suisse de 1970 à 2008. Neuchâtel : OFS.

OFS (2009, 16 juin). La statistique de l’aide sociale 2007 dans le canton du Valais (Communiqué de presse. Neuchâtel) : OFS.

OFS (2009, 5 juin). Les jeunes adultes à l’aide sociale (Communiqué de presse). Neuchâtel : OFS.

OFS (2009, 20 avril). La statistique de l’aide sociale 2007 dans le canton de Fribourg (Communiqué de presse). Neuchâtel : OFS.

Perrenoud, Ph. (1996). La pédagogie à l’école des différences : fragments d’une sociologie de l’échec. Paris : ESF.

Pfefferkorn, R. (2007). Inégalités et rapports sociaux : rapports de classes, rapports de sexes. Paris : La Dispute.

Schultheis, F, Frauenfelder, A., Delay, C., Pigot, N. (2009). Les classes populaires aujourd’hui : portraits de familles, cadres sociologiques. Paris : L’Harmattan.

Tabin, J.-P., Frauenfelder, A., Togni, C. & Keller, V. (2010). Temps d’assistance : le gouvernement des pauvres en Suisse romande depuis la fin du XIXe siècle. Lausanne : Antipodes.

Villiger, S., Knöpfel, C. (2009). La pauvreté rend malade : pourquoi les conditions sociales influent sur la santé. Papier de discussion 24. Lucerne : Caritas.

Notes

1 Une étude sur le cancer de la prostate, menée par Christine Bouchardy et al. et publiée par Institut de médecine sociale et préventive de l’Université de Genève en 2009, montre que les pauvres ont deux fois plus de risque de mourir du cancer de la prostate que les riches (Duc 2009, 29 septembre).

2 95 % des familles monoparentales assistées sont des femmes avec enfant(s) (OFS 2010c).

© Éditions ies, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search