Version classiqueVersion mobile

L'école mutuelle au-delà de Foucault

 | 
Julien Pallotta

Introduction

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Mentionnons néanmoins une exception dans le commentarisme foucaldien : l’article de Bertrand Geay « (...)

1L’appareil scolaire n’est pas connu pour être l’une des préoccupations majeures de Foucault ; aussi n’a-t-il que très peu appelé l’attention des commentateurs1. Ce n’est guère qu’une des institutions dont Foucault retrace par esquisses la « disciplinarisation » dans Surveiller et punir.

  • 2 Louis Althusser, Philosophie et philosophie spontanée des savants (1967), Paris, Maspero, collectio (...)

2En réalité, le choix de cet objet d’étude n’est pas directement dicté par un problème intra-foucaldien. Il est justifié par son insertion dans une recherche en cours portant sur une confrontation entre Foucault et le marxisme, et tout particulièrement l’althussérisme. D’une certaine manière, il s’agirait de lire Foucault au miroir d’Althusser, ou du moins, d’essayer d’inventer un dialogue entre les deux auteurs. Pour ce qui est de l’appareil scolaire, il est incontestable que les althussériens y ont accordé la plus grande importance, et ce dès avant la contestation étudiante de Mai 68. Il n’a pas fallu attendre le célèbre article d’Althusser « Idéologie et appareils idéologiques d’État » pour que l’école soit une question déjà décisive pour les althussériens. Ainsi, dans le « Cours de philosophie pour scientifiques » qu’il prononce durant le dernier trimestre de 1967, Althusser identifie dans le front de l’éducation l’un des fronts essentiels de la lutte des classes, peut-être sous l’influence de la toute récente Révolution Culturelle chinoise2. Et c’est en 1972 que Christian Baudelot et Roger Establet font paraître leur résultat personnel de ce qu’ont été les recherches du petit groupe althussérien qui a éclaté à cause de divergences politiques : leur ouvrage L’École capitaliste en France.

  • 3 Séminaire codirigé par Luca Paltrinieri, Ferhat Taylan, et Benjamin Faure, dans le cadre de l’École (...)

3Ainsi, pourrait-on être tenté d’althussériser Foucault dans cette intervention. Ce n’est pourtant pas la voie qui sera empruntée ici. Plutôt qu’une confrontation systématique entre Althusser et Foucault, sera proposé un prolongement critique de certains passages de Surveiller et punir à partir de l’ouvrage d’Anne Querrien sur l’école mutuelle. On partira de l’hypothèse selon laquelle cet ouvrage, qui n’est en fait que la republication d’articles publiés à l’origine en 1976, peut et doit se lire dans les marges de Surveiller et punir ; et sans jamais contredire Foucault ni engager la moindre polémique avec lui, Anne Querrien offre une vision radicalement différente de l’expérience originale de l’école mutuelle sous la France de la Restauration. Cet exposé va donc développer ce qui dans Surveiller et punir n’apparaît que comme un point de détail, en tentant de reprendre à son compte l’inquiétude qu’a émise Benjamin Faure lors de la séance introductive du séminaire « Usages de Foucault (2) »3 : la philosophie de Foucault ne risque-t-elle pas, à force de n’étudier que des dispositifs de pouvoir, de basculer dans une théorie de la toute-puissance du pouvoir ? Cette critique, on s’en souvient, a été portée par Jacques Rancière et ses camarades de la revue Révoltes logiques. Plutôt qu’une analyse minutieuse et fascinée des méticuleux mécanismes disciplinaires, Rancière nous inviterait à l’examen de la « pensée de l’ailleurs », d’une pensée hétérogène ou d’un discours « hétérologique ». Il s’agira de garder ce projet à l’esprit, à tel point que sera proposée, en dernier ressort, une confrontation entre l’analyse de l’école mutuelle menée à partir du livre d’Anne Querrien et celle menée par Rancière via la bouche de Joseph Jacotot dans Le Maître ignorant.

4Cet exposé comportera donc trois moments. Premièrement, seront développées les analyses que Foucault consacre à l’appareil scolaire dans Surveiller et punir, et on montrera alors en quoi l’école mutuelle ne représente aux yeux de Foucault qu’une ultime rationalisation disciplinaire de la « machine à apprendre » qu’est l’école. En second lieu, on s’efforcera de montrer en quoi les analyses d’Anne Querrien peuvent conduire à nuancer ce jugement foucaldien en présentant l’école mutuelle comme une pédagogie alternative au sein de l’institution disciplinaire, avant de confronter enfin cette analyse à la radicalité anti-pédagogique de Joseph Jacotot reconstituée par son fervent zélateur, Jacques Rancière.

Notes

1 Mentionnons néanmoins une exception dans le commentarisme foucaldien : l’article de Bertrand Geay « La production de l’ordre scolaire : dispositifs disciplinaires et modes de socialisation », in J.-C. Bourdin, F. Chauvaud, V. Estellon, B. Geay et J.-M. Passerault (dir.), Michel Foucault. Savoirs, domination et sujet, PUR, Rennes, 2008, p. 111-121. Pour ce qui est de l’école mutuelle analysée par Foucault, on peut se reporter également à l’article de deux chercheurs anglais, John Hassard et Michael Rowlinson, « Researching Foucault’s Research : organization and control in Joseph Lancaster’s Monitorial Schools », téléchargeable à l’adresse suivante : http://org.sagepub.com/content/9/4/615.abstract. Les auteurs partent du reproche souvent fait à Foucault de ne pas faire d’histoire, de ne pas livrer d’analyses empiriques suffisamment approfondies : ils se proposent de combler cette lacune à propos du cas de l’école mutuelle anglaise de Joseph Lancaster. Aussi leur analyse doit-elle se lire comme un complément empirique de Surveiller et punir portant sur l’émergence de l’école mutuelle ou du « système monitorial » [monitorial system] dans la Grande-Bretagne de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle. Notre propre étude concerne, quant à elle, l’expérience française de l’enseignement mutuel.

2 Louis Althusser, Philosophie et philosophie spontanée des savants (1967), Paris, Maspero, collection « Théorie », 1974, p. 42-43 : « l’enseignement est directement en rapport avec l’idéologie dominante, et [...] sa conception, son orientation et son contrôle sont un enjeu important de la lutte des classes. Exemple : la réforme de l’enseignement de la Convention, la réforme de l’enseignement de Jules Ferry, la réforme de l’enseignement qui préoccupait tant Lénine et Kroupskaïa, la réforme de l’enseignement sous la Révolution culturelle, etc. »

3 Séminaire codirigé par Luca Paltrinieri, Ferhat Taylan, et Benjamin Faure, dans le cadre de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Paris.

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search