Version classiqueVersion mobile

Fichte und Schelling: Der Idealismus in der Diskussion. Volume III

 | 
Till Grohmann
, 
Lukas Held
, 
Jean-Christophe Lemaitre

Recht, Freiheit und Heteronomität / Droit, liberté et hétéronomité

Droit, liberté et hétéronomie.

Fichte et Schelling en 1796-1797

Délia Popa

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À côté des trois premiers écrits philosophiques schellingiens1, la Neue Deduktion des Naturrechts de 1796-1797 occupe une place qui n’a pas encore été suffisamment déterminée par la critique, à cause de son caractère inachevé et aporétique, de la position juridique et politique ambivalente qui s’en dégage et de l’apparente incongruité qu’elle semble manifester avec la position schellingienne ultérieure, notamment celle de la période de la philosophie de l’identité2. C’est dans cette ambiguïté du traité schellingien que nous voudrions ancrer la problématique de notre propos, afin de souligner la spécificité de la position de Schelling par rapport à celle que Fichte a développée au même moment, eu égard à une réflexion sur les actions collectives qui prend en compte aussi bien leur mode de réalisation que leurs éventuels blocages. Ainsi, plutôt que d’insister sur les nombreux points communs des deux traités du droit de 1797 – la critique du droit naturel, la défense de l’autonomie du ...

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search