Version classiqueVersion mobile

Fichte und Schelling: Der Idealismus in der Diskussion. Volume II

 | 
Till Grohmann
, 
Lukas Held
, 
Jean-Christophe Lemaitre

Vernunft und Erkenntnis / Raison et connaissance

La distinction entre jugements analytiques et jugements synthétiques selon Fichte et Schelling

Teresa Pedro

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le problème soulevé par la question kantienne portant sur la possibilité des jugements synthétiques a priori1 ne peut être saisi que si l’on suppose la distinction effectuée par Kant entre jugements synthétiques et jugements analytiques. Ce fait, apparemment banal, recèle pourtant une implication cruciale : pour pouvoir reconnaître dans cette question le problème posé par Kant, il faut accepter le critère de classification des jugements dont se sert Kant pour distinguer les jugements synthétiques des jugements analytiques. Ce critère consiste, comme on le sait, dans une certaine appartenance ou extériorité du prédicat au sujet du jugement2 : le jugement synthétique est, d'après la définition kantienne, un jugement où l'entendement adjoint un prédicat qui n'est pas contenu analytiquement dans le concept du sujet et, partant, il s'agit d'un jugement qui étend notre connaissance, au contraire du jugement analytique.

Or, la question kantienne, dont héritent à la fois Fichte et Schelling...

Auteur

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search