Version classiqueVersion mobile

Fichte und Schelling: Der Idealismus in der Diskussion. Volume II

 | 
Till Grohmann
, 
Lukas Held
, 
Jean-Christophe Lemaitre

Ästhetik un Einbildungskraft / Esthétique et imagination

L’art de la philosophie et la philosophie de l’art. À propos du langage chez Fichte et Schelling

Guillaume Lejeune

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Fichte et l’art de la philosophie1

La révolution copernicienne de Kant a défini un nouveau sens de l’exigence scientifique : fonder la science sur la raison elle-même. Il reste que pour Fichte, il manque un langage approprié à ce nouvel esprit. Kant doit être systématisé en une nouvelle présentation. Le philosophe doit reconstruire dans sa propre langue l’expérience de la philosophie transcendantale. Il doit libérer l’esprit de la lettre morte du kantisme.

Une première voie dans cette direction peut sans conteste être retrouvée chez Reinhold, lequel donne à Fichte l’impulsion pour établir un fondement de l’unité du kantisme. Ce fondement, le philosophe originaire de Ramenau le cherche dès sa Recension de l’Aenesidème non pas dans un fait mais dans une action (Thathandlung) de la conscience. Il écrit ainsi à Reinhold : « l’âme de mon système est la proposition : le Moi se pose absolument lui-même »2.

De ce nouveau principe accessible au moyen d’une intuition intellectuelle, les déter...

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search