Version classiqueVersion mobile

Idéologies de l'enfance et éducation dans l'œuvre de Fernand Deligny

 | 
Patricia Verdeau
, 
Antoine Janvier

Seconde partie - Conditions, circonstances et herméneutique de l'agir dans "Les Vagabonds efficaces" et "Le Croire et le craindre"

L’agir commun des enfants autistes

Une approche delignienne

Oleg Bernaz

Entrées d'index

Mots clés :

agir, autisme, enfant

Texte intégral

  • 1 F. Deligny, Les Détours de l’agir ou le Moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, édition établie et pr (...)

Il me semble avoir lu dans quelque ecrit […] que l’humain doit s’ordonner dans l’univers symbolique qui est celui de l’homme et qui est d’ailleurs sans issue. Doit ? Sous peine de quoi ? Et qu’en est-il de ce desordonne qui en resulte lorsque le don a rate son oblige ? Apparaissent les harmonies de l’agir.1

  • 2 Il s’agit de Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, p. 1087-1225 et Les Détours de l’agir (...)

1Ce sont quelques difficultés inhérentes au rapport qu’entretiennent l’action des enfants autistes et le milieu dans lequel celle-ci se déploie que nous nous proposons de réfléchir dans cette analyse centrée sur deux ouvrages de Fernand Deligny2. Elles consistent, plus spécifiquement, dans une impossibilité à distinguer entre la chose et l’agir que cette même chose permet. En refusant, tour à tour, le langage et l’institution en tant que topos du déploiement de l’action des individus mutiques, nous décrirons 1) les apories que rencontre Fernand Deligny lorsqu’il décrit les motions des gestes des enfants autistes et 2) leur possible dépassement à travers une lecture du concept de dispositif tel qu’il a été forgé par Giorgio Agamben dans son opuscule intitulé Qu’est-ce qu’un dispositif ?

  • 3 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1145.

2À la faveur de ses expériences avec les enfants autistes, Fernand Deligny établit le constat d’un clivage entre le voir et le dire, le visible et l’énonçable. Se situant dans le champ de ce qui se donne à voir, les individus mutiques vivent « la rupture du langage » et, ainsi, échappent à toute structuration d’ordre symbolique. En ce sens, le binôme conceptuel signifiant/signifié, en tant qu’il est constituant de toute énonciation possible, ne représente pas un cadre adéquat à partir duquel on pourrait « interpréter » l’agir des enfants mutiques. Ce qu’y advient ne passe pas par le milieu des signes, mais il ne s’agit pas non plus d’identifier, au niveau de l’action des enfants mutiques, la manifestation d’une volonté invisible qu’il faudrait ensuite décrypter tout en employant des techniques herméneutiques spécifiques. Double impossibilité donc : ni milieu de communication, ni surface d’inscription d’une intentionnalité subjective, le langage est véritablement le dehors de l’action des enfants autistes. C’est pourquoi la démarche de Deligny se positionne en flagrante opposition avec la conception de l’idéologie en tant qu’interpellation : le vide qui creuse l’espace entre l’individu autiste et le tissu de toute formation symbolique met à mal les actes d’interpellation qui caractérisent le fonctionnement de l’idéologie3.

  • 4 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1095 ; et aussi p. 1098, (...)
  • 5 Les individus autistes « guettent, quêtent, quémandent ‘quelque chose’… c’est ça qui (leur) arrive  (...)

3Le caractère inopérant de l’ordre symbolique chez les enfants autistes, amène Deligny à critiquer les institutions dans la mesure où elles induisent, selon lui, un épinglage des individus dans des rôles précis. « C’est dedans que le sujet s’élabore, dans toutes les formes d’institutions possibles »4. Il s’agit, contrairement à ce processus d’assujettissement, d’esquiver les places que le dedans des institutions nous assigne et c’est là une des tentatives qui caractérise la démarche clinique propre aux travaux de Fernand Deligny5.

  • 6 Deligny ne fait pas une distinction entre ces deux notions ; voir, par exemple, Le croire et le cra (...)

4L’action des enfants autistes se caractérise, comme nous l’avons remarqué, par la double négation de l’ordre symbolique et de tout quadrillage de l’espace au sein des institutions. Ce double refus ouvre une action que Deligny nomme « tentative » ou « esquive » et qu’il définit comme une recherche sans cesse renouvelée des « espaces autres ». À cet égard, les notions récurrentes de « repère » et de « choses-là »6 peuvent nous aider à comprendre la « nature » de ces « espaces autres » dépourvus de toute structuration symbolique.

  • 7 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1148.

Si nous prenons le signe pour ce qu’il est, c’est-à-dire de nature conventionnelle, on comprend qu’il puisse être lettre ou geste morts pour l’individu absent de cette convention. Cette inaptitude à percevoir ce qui fait ce que nous sommes ne doit pas nous masquer l’aptitude alors aiguisée à percevoir des repères qui, n’étant pas de même nature que le signe, permettent à l’individu des initiatives remarquables7.

  • 8 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1171.
  • 9 « Que chaque espèce, de par sa nature, soit pourvue d’un ‘appareil à repérer’, qui est, pour ainsi (...)
  • 10 « …le langage existe, matériau de la pensée qui fonctionne avec et de par ce matériau-là, alors que (...)

5Quels sont les traits distinctifs de ces « repères » ou ces « choses-là » ? Tout d’abord, et contrairement à la fixité des rôles inscrits dans un espace clos tel qu’une institution, les « choses-là » se démarquent par la mobilité des actions qu’elles permettent et semblent dépourvues, comme nous le montrerons plus loin, d’une finalité donnée au préalable. Par ailleurs, les « choses-là » se rapportent à une activité fondamentale de l’être vivant, le voir. C’est le terme d’« appareil à repérer »8 que Deligny emploie pour décrire cette activité qu’il faut, d’un côté, distinguer de « l’appareil à langage » et que l’on doit, de l’autre côté, inscrire dans une dimension somatique de l’être vivant9. « L’appareil à langage » et « l’appareil à repérer » sont deux fonctions qui tracent les limites de deux régions d’action hétérogènes. Si le signe est déjà donné dans l’appareil à langage, les repères, quitte à être rapportés à un appareil à repérer ou à un voir préalable, sont à trouver10 (nous avons là un troisième trait distinctif d’un « repère » ou d’une « chose-là »). C’est pourquoi il faut créer les circonstances nécessaires pour que l’agir des enfants mutiques puisse se déployer :

  • 11 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1165.

Les individus vibrent d’un émoi commun de par un événement tout à fait insignifiant qui ‘frappe’ […] Or le milieu d’où émane ce qui frappe et résonne en accord, il faut le créer, le re-créer, épuisé qu’il est par les créances qui se jouent en soy et préparent cette identification de par laquelle l’enfant n’est plus que ce grâce à quoi une société se reproduit. C’est, si vous voulez, le thème même de notre démarche : aider le milieu d’origine des enfants mutiques qui viendront en séjour parmi nous à recréer un milieu qui leur permette d’exister. La recherche est accentuée de par le fait de la vacance du langage, mais ce qui peut s’y découvrir nous concerne tous11.

  • 12 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1151.
  • 13 Sur ce point, voir F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, p. 1109, p. 1145-11 (...)

6Si l’ordre symbolique préexiste à l’émergence du sujet, les conditions d’existence des repères ou des choses-là restent encore à créer. Cependant, il importe d’observer que même si les « repères » ou les « choses-là » « persistent à préluder »12 à la fonction symbolique du sujet, ils ne sont pas, pour autant, dépourvus de tout fondement. Mais cette fondation n’est pas d’ordre symbolique : sa spécificité, comme nous l’avons souligné plus haut, réside dans sa capacité à attirer et susciter les motions des gestes d’individus autistes 13.

  • 14 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1145.
  • 15 Le lecteur des travaux de Fernand Deligny pourrait être interpellé par la spécificité de la nature (...)

7Les exemples donnés par Fernand Deligny pour décrire les conditions matérielles d’existence de ces « repères » ou « choses-là » ne doivent pas être sous-estimés. De quoi s’agit-il en effet ? De choses quasi insignifiantes : « d’un caillou, d’un bout de bois, d’un morceau de ficelle… dont l’absence provoque le désarroi »14, et au contact desquelles l’enfant autiste semble être « éperdument content »15. Ainsi, Deligny observe une force d’attraction irrésistible qui caractérise le rapport à ces choses-là et autour desquelles l’action des individus mutiques s’enchevêtre. Mais sous quelle perspective d’analyse est-il possible de thématiser cette motion qui pousse l’enfant autiste à prendre des initiatives d’action ? Afin de mieux comprendre cette puissance d’attraction, il importe de saisir dans la description faite par Deligny de la spécificité du rapport qu’entretient l’enfant avec les repères l’indistinction ou la fusion entre, d’un côté, les gestes des individus autistes et, de l’autre côté, la chose qui provoque ces mêmes gestes :

  • 16 F. Deligny, Les Détours de l’agir ou le Moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1300.

Il faut savoir que ce faire-là – la vaisselle – attire l’agir, et qu’il est assez rare qu’un enfant autiste résiste à l’attrait de ces gestes où rincer prend des envergures surprenantes, l’eau n’y étant pas pour rien, l’eau ayant une gravité dont il est bien difficile d’apprécier si elle vient de l’élément ou du verser, transvaser, répandre, remplir, etc., qu’il permet. Impossible de trancher entre la chose et le geste qu’elle permet/exige/provoque16.

8Le pôle de gravité de l’intérêt d’un enfant autiste, comme l’eau, un caillou ou un bout de ficelle, représente un point d’indétermination grâce auquel la nature de l’élément et les gestes qu’elle rend possibles tendent à coïncider. La difficulté consiste donc, si l’on en croit Fernand Deligny, dans l’impossibilité de distinguer ordre ontologique et ordre pratique : est-ce l’eau dans sa constitution propre qui détermine la configuration du champ pratique des enfants mutiques ou bien est-ce le mouvement des gestes liés à cet élément (l’eau) qui les attire ? Comment trancher entre être et praxis ? Avant de répondre, il convient d’observer que l’attrait des enfants autistes pour une « chose-là » se produit toujours dans un contexte particulier. Prenons comme exemple une autre situation racontée par Deligny et que l’on trouve quelques dizaines de pages plus loin dans le même livre cité plus haut, Les détours de l’agir ou le moindre geste. Il y est décrit l’attrait que l’on ressent lorsqu’on attend à la fontaine que le seau se remplisse. Mais :

  • 17 F. Deligny, Les Détours de l’agir ou le Moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1332.

Alors que cette attente, et le bruit de l’eau dans le seau, avaient pour nous des résonances ethniques, à vrai dire fort touchantes, et nous consacraient quelque peu obsolètes par rapport aux mœurs de notre temps, il était flagrant que le jet de l’eau et le transport des seaux avaient le don de provoquer, chez Janmari, un exulter dont l’exubérance ne pouvait que nous toucher et provoquer en nous un émoi où ne se retrouverait pas une once d’ethnique17.

  • 18 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1146.

9À la suite de ce passage Fernand Deligny se demande s’il y a « de la part de Janmari, un amour de l’eau » ou une identification à cette dernière. La question peut surprendre, dans la mesure où elle fait l’économie du contexte au sein duquel, sinon grâce auquel, Janmari exulte. À l’inverse, dans les citations que nous avons données plus haut, l’eau par rapport à laquelle Janmari ressent une attraction irrépressible est décrite dans son contexte (en l’occurrence, rincer la vaisselle ou attendre à la fontaine que les seaux se remplissent) et non pas dans sa constitution ontologique ou abstraction faite du réseau d’éléments auquel elle appartient. Cette observation n’est certainement pas étrangère à la démarche théorique qui retrace avec précision l’expérience clinique que Deligny avait eue avec les enfants autistes. Dans Le croire et le craindre, Fernand Deligny affirme que « pour nous, il y a l’objet, et il y a le ‘là’ de l’objet, sa place. Or, pour un enfant autiste il arrive que la chose et le ‘là’ de la chose soient la même chose, météorite, la chose là »18. Inscrire la chose dans la condition matérielle à laquelle elle appartient, articuler la chose et le « là » de la chose peut nous aider à déplacer la question posée par Deligny. Ainsi, pour déterminer le point de gravitation des actions de l’enfant mutique, il n’y aura plus à trancher entre l’élément (par exemple l’eau) ou les mouvements qu’il permet (comme rincer la vaisselle). Il s’agira plutôt de décrire le circuit auquel est connectée une « chose là » qui suscite tels gestes articulés sur tels autres gestes exigés par une autre chose-là se trouvant dans son voisinage immédiat. Le présupposé fondamental d’une telle description consiste à affirmer le primat du rapport sur la singularité des éléments que ce même rapport sous-tend, principe que nous pouvons retrouver dans ce passage court et éclairant :

  • 19 F. Deligny, Les Détours de l’agir ou le Moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1291.

Tous ces engins qui tournent et travaillent tout seuls ont, pour Janmari, beaucoup d’attrait. Le voilà aux prises avec ce moudre, Jacques en présence proche. Dès que le moulin est vide et que le moteur se met à crier, z’yeuter vers Jacques. Geste. Janmari débranche la prise. Z’yeuter. Geste : moulin rempli. Z’yeuter. Geste. Prise rebranchée, et ainsi de suite19.

10Force est de constater, à partir de cette citation, que l’agir pratique de Janmari est connecté à un réseau plus large de gestes, de la sorte nous pouvons affirmer que l’attirance ressentie par rapport aux « choses-là » doit être comprise chaque fois dans une conjoncture spécifique et non pas dans le cadre d’une détermination dans laquelle les éléments qui composent un contexte sont pris séparément. À l’aune de cette analyse, la question n’est plus de savoir si c’est la chose ou les gestes qu’elle permet qui attirent l’enfant autiste, mais de pouvoir distinguer l’agir de l’individu mutique de la disposition d’éléments dans laquelle cet agir s’insère. Comment trancher entre l’action d’un individu et le réseau d’éléments dans laquelle cette action se déploie ? Nous pouvons nous tourner cette fois-ci vers Giorgio Agamben, en nous concentrant plus particulièrement sur sa définition du dispositif, pour saisir la particularité du statut de ces choses-là qui ne forment pas un réseau de signes, mais qui exigent l’articulation des gestes des enfants mutiques dans une succession temporelle particulière des rythmes.

11Dans Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Giorgio Agamben propose la définition suivante :

  • 20 G. Agamben, Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Payot & Rivages, Paris, 2006, p. 31.

J’appelle dispositif tout ce qui a, d’une manière ou d’une autre, la capacité de capturer, d’orienter, de déterminer, d’intercepter, de modeler, de contrôler et d’assurer les gestes, les conduites, les opinions et les discours des êtres vivants. Pas seulement les prisons donc, le panoptikon, les écoles, la confession, les usines, les disciplines, les mesures juridiques […] mais aussi le stylo, l’écriture, la littérature, la philosophie, l’agriculture, la cigarette, la navigation…20

12En suivant cette définition, on peut pertinemment affirmer que les « choses-là » sont des dispositifs dans la mesure où, elles aussi, déterminent les gestes et, plus généralement, l’action des enfants mutiques. En quoi un tel rapprochement peut nous permettre d’avancer dans la compréhension du statut de ce que Deligny appelle les « choses-là » et leur rapport à l’agir des individus autistes ? Il ne s’agit évidemment pas de reprendre, ici, la généalogie des formes du gouvernement telle que la présente Giorgio Agamben dans le sillage des travaux de Michel Foucault, mais d’insister sur un certain nombre de traits essentiels du statut du dispositif, afin de mieux cerner l’identité de l’action des individus autistes.

  • 21 G. Agamben, Qu’est-ce qu’un dispositif ?, p. 26-27.

13L’une des idées centrales pour pouvoir saisir la spécificité du statut du dispositif réside dans la distinction fondamentale entre être et action, ontologie et pratique. Le terme de dispositif désigne les actions des individus qui ne se fondent pas dans l’être. C’est la raison pour laquelle le dispositif doit produire le sujet dont il a besoin pour pouvoir fonctionner : « le terme dispositif nomme ce en quoi et ce par quoi se réalise une pure activité de gouvernement sans le moindre fonctionnement dans l’être. C’est pourquoi les dispositifs doivent toujours impliquer un processus de subjectivation. Ils doivent produire leur sujet »21. Il convient de mettre en évidence, à la lumière de cette brève description du dispositif, une distinction entre deux types d’action qui se déploient, paradoxalement, de manière circulaire. Tout d’abord, il faut saisir l’action primaire du dispositif, à savoir l’acte de production du sujet (c’est ce qu’Agamben appelle subjectivation). Un dispositif ne fonctionne qu’en tant qu’il produit son propre sujet. Cet acte de productivité doit être distingué de l’action du sujet qui résulte quant à elle du mode de fonctionnement propre au dispositif. Ainsi, on peut affirmer que le sujet n’agit qu’en tant qu’il est déjà agi par la productivité du dispositif. La circularité de ces deux types d’actions induit donc une forme de codépendance : autrement dit, le premier acte (de production) n’est possible que parce qu’il est soutenu par le deuxième acte (de l’action du sujet). Inversement, le deuxième acte ne peut se déployer que par l’entremise du mode de production d’un dispositif. Plusieurs éléments sont à retenir, selon cette brève lecture du dispositif, afin de mieux comprendre la singularité de l’action des enfants autistes.

  • 22 F. Deligny, Les Détours de l’agir ou le Moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1271.
  • 23 « Que l’agir soit dépourvu d’intention, c’est bien ce que je veux dire » (F. Deligny, Les Détours d (...)
  • 24 Comment nous l’avons d’ailleurs fait jusqu’à présent, en définissant les choses-là par leur capacit (...)
  • 25 « Le détour est forme d’agir » (F. Deligny, Les Détours de l’agir ou le Moindre geste, in F. Delign (...)
  • 26 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1165.

14De prime abord, il faut observer que les enfants autistes n’agissent qu’en tant qu’ils sont déjà agis par les choses-là. C’est dans ce sens que nous lisons la phrase de Fernand Deligny : « Or voilà des enfants qui ne prennent des initiatives que s’ils sont pris par elles, c’est-à-dire qu’elles précèdent l’agir, tout comme l’assentiment précède le ressenti »22. S’il est possible de rapporter l’initiative aux choses-là (et non pas à l’intention des individus autistes23), nous dirons qu’elles précèdent l’agir des enfants mutiques de sorte que celui-ci n’est possible qu’en tant qu’il est déjà provoqué ou exigé par une « chose-là »24. Ainsi, pour influer l’action des enfants autistes, on ne peut pas la travailler directement, mais nécessairement pas des détours, ce qui correspond à un principe fondamental du travail de Deligny25. Pour pouvoir construire une action collective avec les enfants autistes, l’important est de créer des conditions dans lesquelles leur action soit possible et non pas la présupposer comme étant déjà donnée. Comme nous l’avons vu plus haut, l’une des tâches de Fernand Deligny est d’aider « le milieu d’origine des enfants mutiques qui viendront en séjour parmi nous à recréer un milieu qui leur permette d’exister »26.

  • 27 Sous une perspective psychiatrique, la « pauvreté » de ces choses-là par rapport auxquelles est att (...)
  • 28 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, p. 1165. A la suite de ce passage, l’a (...)

15Si les « choses-là », à la manière du dispositif, relèvent d’un processus de production du sujet, il est important d’observer non seulement que le sujet n’est pas extérieur à un dispositif, mais que, de surcroît et de par ce même fait, il faut interroger la spécificité de celui-ci pour comprendre l’identité du sujet. De ce point de vue, des « choses-là » qui se démarquent par leur insignifiance, comme par exemple un caillou, un bout de bois ou un morceau de ficelle, sont autant de dispositifs précaires producteurs des sujets précaires ou marginaux27. Il n’est pas anodin d’observer, en ce sens, que c’est précisément le terme de « racaille » que Fernand Deligny utilise pour décrire l’action des individus autistes : « Vaste plèbe… Le dictionnaire nous dit qu’il y va d’un second ordre du peuple romain et/ou de bas peuple, populace et racaille. Quel joli mot que ce mot de racaille. Ecoutez-le, rien qu’au son »28. Sous cette perspective d’analyse, l’agir des enfants mutiques se situe non seulement aux limites du langage, mais aussi à la frontière d’une société donnée, car le statut d’« objet » auquel se rattache leur identité est dépouillé de toute valeur sociale. Les choses-là, en tant qu’elles sont des dispositifs, peuvent donc fonctionner comme analyseur de la spécificité de l’action sociale.

16Mais qu’on ne s’y trompe : il ne s’agit pas de fixer l’identité des enfants autistes dans des dispositifs précaires ou précarisés, car ceux-ci n’ont aucun fondement dans l’être. Ce que le dispositif permet de comprendre, c’est bien plutôt la contingence ou l’événementialité des identités des individus autistes que leur « nature » immuable. En ce sens, il convient de rappeler que l’agir des enfants autistes advient là où on l’attendait le moins, comme par hasard et par inadvertance :

  • 29 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1148. Dans le même sens, (...)

Alors que, d’une part, nous nous efforçons que l’individu […] vive selon ce coutumier notre […] il nous faut, d’autre part, accepter que ce qui est repéré du point de voir, c’est d’abord ce qui nous advient par inadvertance. Il faudrait même pouvoir parler de ‘pure inadvertance’, comme si l’aloi pouvait en être estimé.29

  • 30 Fernand Deligny formule cette idée ainsi : « Nous avons su freiner notre propension à lui [à Janmar (...)

17Cette observation loin d’affirmer le relativisme de l’agir des enfants mutiques implique au contraire un principe éthique, dont l’application permet d’articuler deux régions d’action hétérogènes, celle des enfants autistes et la nôtre. On peut le formuler de la manière suivante : c’est un espacement de soi qui est exigé pour que l’identité « errante » de l’action des individus autistes puisse advenir30. Ainsi, bien que les conditions matérielles de l’agir des enfants autistes semblent être, du moins à première vue, située dans un régime aléatoire (ce qui nous permettrait de parler, selon une formule althussérienne, d’un « matérialisme aléatoire » propre à l’action des individus mutiques), le rapport à cet agir mutique est structuré par un principe éthique consistant dans une auto-limitation du soi.

  • 31 F. Deligny, Les Détours de l’agir ou le Moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1300.
  • 32 « Ce tracer pour ainsi dire immuable équivaut pour moi à ce que serait, pour d’autres, un certifica (...)

18Pourtant, il convient de souligner que la création du milieu dans lequel l’agir « errant » des enfants autistes peut advenir n’est pas structuré uniquement par des principes éthiques, car le topos de l’action des individus mutiques est en même temps le lieu où « l’agir raisonne dans l’art »31. En effet, Fernand Deligny compare simultanément les « lignes d’erre » ou le tracer des enfants mutiques aux certificats de « bonne conduite » et aux tableaux qui ornent la maison32. Ainsi, les « choses-là » en tant que dispositifs modelant l’agir des enfants autistes sont en même temps les conditions matérielles aléatoires au moyen desquelles une œuvre d’art se déploie. L’individu autiste est, en ce sens, à la fois l’auteur de l’œuvre qu’il est en train de produire et le résultat de cette même œuvre se produisant par l’action des dispositifs. On pourrait dire, alors, que la spécificité de l’action des enfants autistes est un événement d’ordre esthétique. Est-il possible, dès lors, d’affirmer que les dispositifs propres à l’action des enfants mutiques ont un fondement dans une région esthétique ? Comment affirmer, sous cette perspective, que le dispositif désigne les actions des individus qui ne sont pas fondés dans l’être et que, simultanément, ils trouvent un fondement dans un registre esthétique ? Ce serait là l’occasion de tout un travail à faire.

Notes

1 F. Deligny, Les Détours de l’agir ou le Moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, édition établie et présentée par S. Alvarez de Toledo, Paris, L'Arachnéen, 2007, p. 1303.

2 Il s’agit de Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, p. 1087-1225 et Les Détours de l’agir ou le Moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1247-1349.

3 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1145.

4 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1095 ; et aussi p. 1098, 1118.

5 Les individus autistes « guettent, quêtent, quémandent ‘quelque chose’… c’est ça qui (leur) arrive : ils esquivent » (F. Deligny, Le croire et le craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1122.).

6 Deligny ne fait pas une distinction entre ces deux notions ; voir, par exemple, Le croire et le craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1145-1146, où l’auteur utilise indifféremment les termes « chose-là » et « repère ».

7 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1148.

8 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1171.

9 « Que chaque espèce, de par sa nature, soit pourvue d’un ‘appareil à repérer’, qui est, pour ainsi dire, le bien propre à chaque espèce, au point le plus vivace de son existence, me paraît être une évidence. […] C’est bien là ce que je pense être l’illusoire de l’acquis qui se débarrasse de l’inné comme d’une gangue glébeuse, ces ‘origines’ dont il n’est pas opportun de parler pour qui ne veut pas passer pour un naïf illuminé. Que l’œil soit l’œil depuis longtemps, et, pour tout dire, depuis toujours, me permet de penser que l’appareil à repérer est l’appareil à repérer depuis longtemps, et même depuis toujours, immuable. Voilà un mot qui va de pair avec la nature, et par là même, fort mal réputé » (F. Deligny, Le croire et le craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1172.).

10 « …le langage existe, matériau de la pensée qui fonctionne avec et de par ce matériau-là, alors que les repères n’existent pas » (F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1172.).

11 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1165.

12 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1151.

13 Sur ce point, voir F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, p. 1109, p. 1145-1146, p. 1148 ; ou encore F. Deligny, Les Détours de l’agir ou le Moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1288, p. 1291, p.1300.

14 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1145.

15 Le lecteur des travaux de Fernand Deligny pourrait être interpellé par la spécificité de la nature de ces « choses-là » qui relèvent, quasi universellement, de l’inorganique (caillou, bout de ficelle, eau). Comment comprendre l’attraction de l’action des enfants autistes envers des choses inorganiques ? Nous pouvons nous tourner vers Sigmund Freud et mobiliser, plus précisément, la notion de « pulsion de mort » afin de pouvoir avancer dans la compréhension du rapport qui s’établit entre les « choses-là » et l’individu autiste. Il y a surtout deux éléments à retenir, pour notre propos, dans la notion de pulsion de mort : 1) tout d’abord, c’est la force irrépressible de poussée ; 2) ensuite, c’est l’inorganique en tant qu’état vers lequel tend tout être vivant. Ainsi, l’attraction des enfants autistes pour les « choses-là » pourrait être interprétée en tant que « poussée inhérente à l’organisme vivant vers le rétablissement d’un état antérieur que cet être vivant a dû abandonner sous l’influence perturbatrice de forces extérieures » (S. Freud, Au-delà du principe de plaisir, Payot & Rivages, Paris, 2010, § 5, p. 96.). Cependant, cette tentative d’interprétation se heurte à un principe fondamental qui distingue l’action des enfants autistes : Fernand Deligny insiste, à plusieurs reprises, sur l’aspect inachevé des actes ou de l’agir des individus mutiques, dont les actions sont dépourvues de toute finalité (l’auteur distingue, en ce sens, entre faire et agir, le premier acte étant orienté vers une finalité quelconque, le deuxième se caractérisant par une action sans fin : voir F. Deligny, Les Détours de l’agir ou le Moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, pp. 1250, 1252, 1254, 1259). S’il n’est pas faux de dire que l’action des gestes des enfants autistes est structurée par un ensemble de rapports spécifiques, il faut toutefois préciser que cette structuration n’est pas orientée téléologiquement (Sur ce point, voir la distinction entre « entendement » et « raison » que Deligny propose dans Les détours de l’agir ou le moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1269.).

16 F. Deligny, Les Détours de l’agir ou le Moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1300.

17 F. Deligny, Les Détours de l’agir ou le Moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1332.

18 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1146.

19 F. Deligny, Les Détours de l’agir ou le Moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1291.

20 G. Agamben, Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Payot & Rivages, Paris, 2006, p. 31.

21 G. Agamben, Qu’est-ce qu’un dispositif ?, p. 26-27.

22 F. Deligny, Les Détours de l’agir ou le Moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1271.

23 « Que l’agir soit dépourvu d’intention, c’est bien ce que je veux dire » (F. Deligny, Les Détours de l’agir ou le Moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1250.).

24 Comment nous l’avons d’ailleurs fait jusqu’à présent, en définissant les choses-là par leur capacité de provoquer et de modeler l’action des enfants autistes, autrement dit en les situant du côté de ce qu’Agamben appelle un dispositif.

25 « Le détour est forme d’agir » (F. Deligny, Les Détours de l’agir ou le Moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1279.).

26 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1165.

27 Sous une perspective psychiatrique, la « pauvreté » de ces choses-là par rapport auxquelles est attirée l’action des enfants autistes peut être aussi comprise comme trouble de l’imagination se manifestant dans des jeux simples et solitaires ; sur ce point, voir Y. Marukami, Hyperbole. Pour une psychopatologie lévinassienne, Association pour la promotion de la phénoménologie, 2008, note 1, p. 14.

28 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, p. 1165. A la suite de ce passage, l’auteur compare les tentatives qui caractérisent l’action des enfants autistes avec un « coup de racaille ». C’est dans le même sens que nous lisons la phrase de Fernand Deligny qui affirme que « chaque fois qu’il s’agit d’une tentative, les conditions le sont, précaires » (F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1192.).

29 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1148. Dans le même sens, nous lirons les pages 1149 et 1151 du même ouvrage ainsi que F. Deligny, Les détours de l’agir ou le moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1259.

30 Fernand Deligny formule cette idée ainsi : « Nous avons su freiner notre propension à lui [à Janmari] faire acquérir ce qui est pour nous la nécessité de représenter ; autrement dit, nous avons su limiter notre rôle, ce rôle nous étant donnée par n’importe on – ce qui est plus clair que n’importe qui » (F. Deligny, Les Détours de l’agir ou le Moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, p. 1264.).

31 F. Deligny, Les Détours de l’agir ou le Moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1300.

32 « Ce tracer pour ainsi dire immuable équivaut pour moi à ce que serait, pour d’autres, un certificat de bonne conduite ou un extrait de tableau d’honneur, ou même encore si l’on veut chef-d’œuvre qui ornent la maison de qui a pu se les payer. Ceux-là sont rares ; les autres se contentent de reproductions » (F. Deligny, Les Détours de l’agir ou le Moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1264.).

Auteur

Oleg Bernaz, doctorant en philosophie de l'université catholique de Louvain. Intérêts de recherche : l’épistémologie de l’histoire chez Michel Foucault et le rapport qu’entretiennent la linguistique et l’idéologie à l’époque de la constitution de l’Union Soviétique.

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search