Version classiqueVersion mobile

Idéologies de l'enfance et éducation dans l'œuvre de Fernand Deligny

 | 
Patricia Verdeau
, 
Antoine Janvier

Avant-propos

Texte intégral

1Nous rassemblons ici les textes des communications prononcées lors de la journée d'études « Idéologies de l’enfance et éducation dans le travail de Fernand Deligny. Anthropologie, pédagogie, politique », organisée le samedi 7 juillet 2012 dans le cadre du 4ème Forum international de philosophie politique et sociale à Toulouse (5-15 juillet 2012). Cette journée prenait place dans un contexte de recherches sur l'éducation, menées en partenariat avec l'Université de Liège notamment.

2Les questionnements à l'œuvre au cours de cette journée ont trouvé leur origine dans le fait de prendre au mot le titre de l'ouvrage de Pierre-François Moreau, Fernand Deligny et les idéologies de l’enfance. Il en allait d'une appréhension spécifique de l'enfance, telle que l'appréhendent les premiers textes de Deligny, et de l'ensemble des idéologies qui s'inscrivent dans des processus d'éducation. Personnage inclassable du 20ème siècle, depuis les classes de perfectionnement avant-guerre  jusqu’à la tentative des Cévennes avec les enfants autistes dans les années 1970-1990, en passant par l’Institut médico-pédagogique d’Armentières, le Centre d’observation et de triage des enfants « inadaptés » à Lille, le réseau de La Grande Cordée et la clinique de La Borde, Deligny n’a en effet pas cessé d’interroger ce que voulait dire « enfance » dans sa pratique même comme dans ses textes et ses films.

  • 1 P.-F. Moreau, Fernand Deligny et les idéologies de l’enfance, Paris, Retz, « Divergences », 1978.
  • 2 Ibid., p. 183.

3Dans Fernand Deligny et les idéologies de l’enfance1, Pierre-François Moreau proposait de rapporter l’ensemble des tentatives expérimentales de Deligny à la contestation, et en même temps à l’éclairage d’un ensemble d’idéologies constitutives de l’enfance, c’est-à-dire un ensemble de représentations ou d’images, de discours, de pratiques et d’institutions au travers desquels « des enfants » existent et par lesquels l’enfance est perçue et conçue. En conclusion de sou ouvrage, Moreau montrait que ce pas d’écart vers l’enfance inadaptée fait apparaître le schème structurant des idéologies de l’enfance : le schème éducatif du sujet « déficient » qui envisage l’enfant « sur le mode du pas encore », comme être à réaliser « par le biais d’un processus pédagogique »2.

4La journée du samedi 7 juillet du 4ème Forum international de philosophie sociale et politique de Toulouse proposait de reprendre à nouveaux frais cette perspective esquissée par Moreau. Notre hypothèse était que le travail de Deligny interroge l’idée de l’enfant comme être à éduquer et se prolonge en une interrogation d’ordre anthropologique de l’homme comme être prématuré. Occupant le point de vue de la mise en échec du rapport éducatif, Deligny cherche à mettre en évidence d’autres types de procès de constitution subjective et d’institution du commun (« l’humaine nature ») permettant une double problématisation des modalités d’apprentissage et de la construction de rapports sociaux et d’une collectivité humaine. On peut se demander si une telle interrogation peut encore s’inscrire sous le signe d’une quelconque « pédagogie » ou « anthropologie », dans la mesure où elle remet en question l’idée même d’éducation comme celle d’être humain, comme peut en témoigner par ailleurs le film de Renaud Victor, Ce gamin-là.

5C’est à cette question majeure que cet ensemble de contributions tente de répondre, en portant un regard attentif aux deux lieux d’inscription du travail de Deligny : le champ des pratiques pédagogiques interrogeant la norme éducative depuis ce qui s’en écarte (de Makarenko et Freinet à l’école de Bonneuil de Maud Mannoni) ; le champ de problématisation de l’idée d’humanité par l’anthropologie philosophique et ethnologique (de La Boétie à Lévi-Strauss et Clastres).

6Dans un premier moment, un ensemble de communications interroge le commun, la norme, les idéologies et surtout la façon dont ces concepts entrent en résonance dans l'approche de Deligny. Cendrine Caillau étudie ainsi la manière dont l'humain peut être objet d'idéologie. F. Deligny souligne la nécessité de ne pas nier cet inné qu'est l'humain en nous, comme peut l'indiquer l'autiste qui n'a conscience, la plupart du temps, ni de sa finitude ni de sa famille ni d'un quelconque projet. En excluant l'autiste, nous excluons cette partie de nous-mêmes qui nous effraie, cet humain tellement recouvert d'idéologie, d'un langage « aliéné » et normatif. Dans notre étude sur la norme et le commun dans les premiers textes de Deligny, nous montrons que ce que le normatif renvoie d’un commun ne convient pas, même quand il s’agit de penser un social réconciliateur, puisque dans la genèse inavouée de cette entreprise, on lira toujours la sortie par le normatif d’une anormalité. Comment échapper aux formes d’intégration normative ? Les personnages de Deligny sont un index du problème même du commun et conduisent Deligny à inventer un commun, alors que le concept même d'éducation est empreint de normes et d'idéologies. Peut-être une relation littéraire et une pédagogie poétique permettent-elles alors d’échapper au normatif tout en inventant un commun.

7Thomas Bolmain dans sa contribution part d'une dimension « politique » quelquefois attribuée, en philosophie, à la « pensée-pratique » de Deligny, pour en interroger la pertinence, la légitimité. Comment une telle pensée, qui refuse explicitement le langage autant que l’histoire, le devenir du sujet et sa transformation réflexive, l’aptitude à se proposer en général des fins et à formuler des projets, peut-elle comporter des enjeux politiques, en lien avec les expériences-limites à partir desquels se fissurent, sont mis en question, sont inquiétés et éventuellement transformés les régimes normatifs structurant l’être-en-commun ?

  • 3 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, (édition établie et présentée par S. A (...)

8D'autres contributions, qui avaient donné lieu, lors de notre journée d'études, à une table ronde, explorent les conditions, les circonstances, une herméneutique de l'agir notamment dans ces deux textes de Deligny que sont Les Vagabonds efficaces et Le Croire et le Craindre. Oleg Bernaz, à partir d'un clivage entre le voir et le dire, le visible et l’énonçable, analyse ce qu'il advient dans et par l'agir des enfants autistes, jusqu'à poser des résonances entre agir, éthique et art. Les dispositifs modelant l’agir des enfants autistes seraient à mettre en lien in fine avec les conditions matérielles aléatoires au moyen desquelles une œuvre d’art se déploie. Fabio Bruschi interroge le rapport entre dispositions et circonstances des Vagabonds efficaces à cette espèce d'autobiographie qu'est Le Croire et le Craindre. L'éducateur ne vise pas une transformation des circonstances, mais les met en tension avec elles-mêmes. Le point de départ est toujours l’action : « Tenter de passer "par ailleurs" suppose de se mettre en position de guetter des "initiatives" agies par l’individu, seul biais par lequel nous pouvons nous apercevoir de ce qui est repéré de nous-mêmes et du reste d’un point de voir tout à fait distinct de notre point de vue »3. Gábor Tverdota, en partant de la critique d'un partage moderne de la nature et de la culture, montre comment Deligny s’y prend pour le subvertir par des voies anthropologiques. Ce chemin le mène dans un premier temps à comprendre les efforts de l’auteur du Croire et le Craindre à partir du concept d’« hybride » de Bruno Latour. « Ce qui sauve » est cette « part des choses » que Deligny découvre chez les autistes, et qu'un certain type bien spécifique d'herméneutique peut éventuellement cultiver.

9Enfin, nous avons souhaité donner place – eu égard à la proximité qu'elle entretenait avec les autres textes – à une contribution provenant d'une autre journée d'études, « L’enfance et ses marges : autour de Fernand Deligny », organisée quelques mois avant à Liège, le 27 avril 2012. Façon pour nous aussi, à travers l'intéressante analyse de Délia Popa, de laisser le dernier mot à une irréductible appréhension delignyenne de l'étranger :

  • 4 F. Deligny, Les Détours de l'agir ou le Moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1248.

Contrairement à la socialité qui nous rassemble autour d’un centre, unifiant les volontés et développant des formes dans lesquelles elles peuvent être contenues, dirigées et orchestrées, le commun des aires de séjour délignyennes se gagne toujours à partir des lisières de ce qui réunit. Là où la convergence des intentions ou le jeu des affinités échouent à créer des partages qui durent, les formes de vie qui s’ébauchent en marge des intentions et indépendamment du ressenti subjectif accueillent des communautés insoupçonnées par la conscience d’être. Le sens du commun se gagne dès lors indépendamment du sens commun4 qui cherche à réunir et à unifier, en assurant le sujet dans la conscience de son être. Car il n’y est pas question d’unité, ni d’être ensemble, mais plutôt d’une disponibilité d’aller rejoindre l’étrange, seule figure de l’altérité qui ne procède pas par identification, face à laquelle nous ne devons pas nous prouver ni nous éprouver, auprès de laquelle nous apprenons le voisinage qui devient possible lorsqu’« étranger » s’obstine.

Notes

1 P.-F. Moreau, Fernand Deligny et les idéologies de l’enfance, Paris, Retz, « Divergences », 1978.

2 Ibid., p. 183.

3 F. Deligny, Le Croire et le Craindre, in F. Deligny, Œuvres, (édition établie et présentée par S. Alvarez de Toledo), Paris, L'Arachnéen, 2007, p. 1148.

4 F. Deligny, Les Détours de l'agir ou le Moindre geste, in F. Deligny, Œuvres, op. cit., p. 1248.

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search