Version classiqueVersion mobile

Fichte : la philosophie de la maturité. Tome III

 | 
Jean-Christophe Goddard
, 
Marc Maesschalck

Moi absolu et réflexivité récursive. Fichte saisi par la théorie de l’auto-organisation

Jean-Christophe Goddard

Texte intégral

  • 1 P. Livet, « Intersubjectivité, réflexivité et récursivité chez Fichte », Archives de philosophie, (...)
  • 2 Cf. Ibid., p. 585 (note 6), p. 589 et 598. Marc Maesschalck a remarquablement analysé l’influence (...)

1Dans un article paru en 1987 dans les Archives de philosophie sous le titre « Intersubjectivité, réflexivité et récursivité chez Fichte »1, Pierre Livet a défendu une interprétation de la doctrine fichtéenne du « moi » explicitement inspirée par la philosophie naturelle du biologiste chilien Francisco Varela2. Afin de bien mesurer la portée de cette interprétation, et avant d’en aborder le détail, on nous permettra de rappeler quelques aspects de la pensée du biologiste qui a contribué à introduire en France le concept d’auto-organisation caractéristique de la seconde cybernétique.

  • 3 Cf. in J. Brockman, The Third Culture : Beyond the Scientific Revolution, Simon & Schuster, 1995, (...)
  • 4 Ibid.
  • 5 F. Varela, P. Vermersch, N. Depraz, « The Gesture of Awareness An account of its structural dynam (...)
  • 6 F. Varela, « Neurophenomenology : A Methodical Remedy for the Hard Problem », in Journal of Consc (...)

2Notre identité biologique se comprend pour Varela, comme un réseau ou un maillage (mesh) de soi(s) virtuels (virtual selves), d’identités dé-localisées (delocalized), variées, cellulaire, immunologique, cognitive, qui manifestent chacune un mode d’interaction interne3 – un « moi » pluriel, instable, non substantiel, non polaire, dé-subjectivé, émergent du chaos pour former une cohérence de surface, passagère et vivante. La vocation de la biologie comme science étant alors pour Varela de plonger dans ce chaos pour en explorer les ressources morphologiques, les interactions locales à partir desquelles se forment les propriétés globales de l’organisme – de parvenir à identifier enfin le processus de la connaissance avec le processus même de la vie par lequel émergent des organisations autonomes et identitaires. Comme telle, sa perspective est de bout en bout génétique. Elle associe une conception génétique du savoir (comme connaissance « non-représentationaliste »4 « co-évoluant » avec son auteur) à une constitution génétique de son objet (comme « autonomie », comme système « auto-organisé »). Cet idéal de conjonction, d’identification du processus même de la connaissance avec le processus d’émergence de la vie à partir du non-vivant (nonlife), voilà précisément ce qui motive l’intérêt de Varela pour la « réduction phénoménologique » ou « l’épochè » husserlienne. Car sous son double aspect de suspension de l’habitualité et de laisser-venir (letting-come), d’attente réceptive (receptive waiting)5, elle paraît au biologiste la méthode même de la science, le moyen de défaire les identités molaires et substantielles de la conscience subjective pour permettre l’émergence libre des identités dynamiques. Le moyen d’accéder à une réflexivité 6 d’un certain type (a special type of reflection), qui n’est pas conscience de soi, mais « conversion » à un « soi sans soi » (selfless self). 

  • 7 Ibid.

3Ce « soi » non-égologique émergent vers lequel la réduction oriente notre intérêt en le détournant de ses objets naturels, et qu’elle transforme en contenu d’une expérience originaire, vivante et spirituelle, c’est ce que, dans la langue de Husserl, Varela appelle le « transcendantal ». Or ce transcendantal, curieusement, il le désigne, non pas dans la langue de Husserl, mais bien dans celle de l’idéalisme allemand, comme « vie au-delà de la dualité de l’objectif et du subjectif »7. La réduction phénoménologique, écrit-il, « ne maintient (sustain) pas la dualité basique (fondamentale) du sujet et de l’objet, mais libère l’accès à un champ de phénomènes en lequel la distinction entre le sujet et l’objet devient de moins en moins évidente ».

  • 8 J. Hyppolite, « L’idée fichtéenne de la Doctrine de la science et le projet husserlien », in Figu (...)

4La réduction est ainsi comprise proprement comme « é-fondement » de la conscience naturelle (privation de son soutien) et accès à une vie in-fondée, non-substantielle, libérée, pour parler comme Gilles Deleuze, des apories du sujet et de l’objet. Or, on remarquera que cette conception de la réduction phénoménologique comme dépassement de la dualité sujet/objet sur quoi repose la conscience naturelle vers un champ transcendantal a-subjectif appréhendé dans une expérience originaire obligeant à la transformation de la conscience en conscience absolue, a été précisément celle de Jean Hyppolite lors de son intervention au Congrès Husserl de 1959 – publiée par la suite sous le titre : L’idée fichtéenne de la doctrine de la science et le projet husserlien 8.

  • 9 Ibid., p. 27.
  • 10 Ibid., p. 26.

5Rapprochant Fichte et Husserl, Hyppolite (qui fut le maître de Deleuze) suggérait qu’on comprenne le transcendantal auquel reconduit la réduction comme « champ » sans sujet ou « milieu » (en lui-même neutre) de la production du sens, comme « immanence intégrale posée au fondement »9. Commentant la question fichtéenne de la possibilité de l’expérience comme celle de la possibilité d’une « rencontre sans transcendance absolue », Hyppolite attribuait à Fichte le mérite d’avoir établi au principe de l’expérience une stricte réciprocité de la compréhension et de la rencontre (« nous ne rencontrons que ce que nous comprenons, mais nous ne comprenons que ce que nous rencontrons »)10. Cette réciprocité, qu’il interprétait comme immanence absolue, il en faisait le contenu d’une « expérience originaire », c’est-à-dire d’une expérience de l’originaire à partir duquel s’ouvre le champ entier de « la production absolue qui est source de toute vie ».

  • 11 WL 1804 (II), p. 160.

6Assumant, avant Husserl – et plus radicalement que lui – le projet transcendantaliste véritable, qui est de fonder une logique du sens à partir d’une expérience originaire de l’immanence, le fichtéanisme se distinguait moins par sa puissance de construction que par la radicalité de sa réduction à l’originaire moyennant un acte de retrait total du philosophe hors de la vie, c’est-à-dire de « l’expérience dans laquelle il s’oubliait lui-même, hypnotisé qu’il était par le devenir de son existence ». Seule une pareille réduction pouvait conduire à l’expérience d’une activité pure, en soi, a-subjective, donnée dans une intuition intellectuelle – c’est-à-dire qui ne porte pas sur un être, n’est pas corrélée à un être, n’est pas elle-même conscience-de, mais position infinie de soi par soi dans l’indistinction du sujet et de l’objet. Et l’on relèvera que dans la WL de 1804, après avoir pratiqué un geste de suspension de la valeur du témoignage de la conscience naturelle analogue à celui de l’épochè husserlienne, Fichte aboutissait bien à une compréhension du transcendantal comme « vie », au-delà de la distinction de l’intérieur et de l’extérieur, du subjectif et de l’objectif, de l’actif et du passif. Cette vie, il la comprenait encore comme auto-affirmation, comme la réflexivité d’« un singulum achevé et clos en soi (...) qui ne peut nullement sortir hors de soi »11 n’ayant rien hors de soi – c’est-à-dire d’un ego, qui est aussi un nous : indistinction du soi et du non-soi dans une conscience universelle et empathique.

  • 12 Cf. F. Varela, « L’auto-organisation : de l’apparence au mécanisme », in L’auto-organisation : de (...)

7Rien n’indique que Francisco Varela ait fréquenté l’idéalisme allemand. Il n’en demeure pas moins que son geste interprétatif à l’égard de la réduction husserlienne est étroitement apparenté à celui de Jean Hyppolite. Son egologie biologique, qui, en passant par la réduction, passe par la réfutation du monde extérieur12, est, en effet, toute entière habitée par la question de l’entrée en relation. La question fondamentale qui aura orienté Varela vers la phénoménologie, et qui est au point de départ de sa critique du computationalisme, est bien celle de la rencontre sans transcendance absolue.

  • 13 F. Varela, M. Rogin Anspach, « Le système immunitaire : un ‘soi’ cognitif autonome », in Introduc (...)

8L’introduction du concept de réseau immunitaire autonome avancée contre la vision hétéronome du système immunitaire comme algorithme défensif est à cet égard exemplaire. Elle aboutit tout bonnement à dénoncer le problème de la discrimination soi/non-soi comme un faux-problème. Le réseau immunitaire ne pouvant être perturbé et modulé que par ce qu’il contient déjà, tout antigène qui perturbe le réseau immunitaire est « par définition un ‘antigène de l’intérieur’ »13. Ce qui ne serait pas capable de cela, c’est-à-dire de moduler de l’intérieur la dynamique du réseau est, du point de vue du système, c’est-à-dire du « soi cognitif » en quoi il consiste, non pas un non-soi, mais une chose « dépourvue de sens (nonsensical) ». A l’ancienne distinction soi/non-soi, il convient, d’après Varela, de substituer la distinction soi/non-sens.

  • 14 F. Varela, « L’auto-organisation : de l’apparence au mécanisme », op. cit., p. 150.
  • 15 Cf. T. Dedeurwaerdere, Action et contexte. Du tournant cognitiviste à la phénoménologie transcend (...)
  • 16 F. Varela, M.R. Anspach, op. cit., p. 505.

9Car la notion de perturbation, si caractéristique de sa pensée de l’autonomie, ne signifie en réalité aucun contact avec l’extériorité comme telle. Peu importe, en effet, l’agent d’une perturbation, qui du point de vue du système n’est pas spécifié et se comprend comme « n’importe quoi qui conduise à une transformation d’état et/ou de dynamique »14. Seule importe la plasticité structurelle du système opérationnellement clos ; et la détermination des modulations du système en terme de perturbations ne signifie rien d’autre que la capacité du système, en vertu de sa cohérence interne, à engendrer une diversité de comportements auto-organisés. Le rapport entre le système et son environnement n’est nullement compréhensible en termes d’information, d’adaptation, ou de contextualisation15 : le soi cognitif autonome varélien, comme le champ transcendantal d’Hyppolite ou le moi pur fichtéen, est sans dehors – ou, plus précisément, c’est de l’intérieur que se définit et s’esquisse pour lui un environnement, un monde, comme une possibilité de son dynamisme propre, comme ce qui a sens pour lui, c’est-à-dire comme « soi ». Les idées de perturbation et d’auto-régulation permettent ainsi de « donner un sens précis à l’idée de reconnaissance comme propriété globale du système »16 – c’est-à-dire, non pas comme reconnaissance d’une altérité spécifiée dans une inter-action, mais dans le cadre d’une théorie de la rencontre sans transcendance absolue.

  • 17 P. Livet, op. cit., p. 616.

10C’est cette proximité apparente des problématiques fichtéenne et varélienne qu’a exploité Pierre Livet dans son article de 1987. Or, il est remarquable que d’un bout à l’autre de cet article l’insistance porte (contre la lecture proposée par A. Philonenko et alii) sur le fait que le fichtéanisme n’a que « de lointains rapports avec une philosophie de l’altérité et de l’intersubjectivité »17.

  • 18 F. Varela, « L’auto-organisation : de l’apparence au mécanisme », op. cit., p. 150.
  • 19 P. Livet, op. cit., p. 590.

11Par « système autonome » Francisco Varela entend un entrelacement de comportements récursifs (procédant par réitération d’une opération à son propre produit) susceptibles de résister à une histoire (c’est-à-dire une suite) de perturbations18. Ce qui revient à définir l’unité du système autonome par son endomorphisme, c’est-à-dire par l’isomorphisme de sa structure avec sa réapplication sur elle-même. Or, en cet endomorphisme Livet veut voir un concept de la réflexivité qui « excède la subjectivité et la conscience de soi »19 vers un « sujet anonyme », et définit une « structure plus générale » permettant par ailleurs de penser l’Absolu (comme clôture de la réflexion sur soi, identité structurelle entre la réflexion en acte et la réflexion comme objet : ce que Fichte entend par « sujet/objet »). Pour Livet, cette réflexivité récursive est précisément celle du « moi originaire » fichtéen.

  • 20 Cf. F. Varela, in John Brockman, op. cit.

12Il n’y a pas lieu d’entrer ici dans le détail de l’interprétation (originale et en elle-même extrêmement cohérente) de l’ensemble de l’œuvre philosophique de Fichte que propose Livet sur cette base. On relèvera simplement combien cette lecture oblige à récuser toute altérité spécifiée – c’est-à-dire réelle, ou externe – en vidant le concept de réciprocité (du moi et du non-moi, des moi(s) entre eux) de sa signification d’inter-activité ou d’échange. Par là sera particulièrement illustré ce que peut signifier « penser en termes de boucles (loops) »20.

13Le concept d’une réflexivité récursive présente certes l’avantage de donner un contenu (savoir, la récursivité, i.e. la série des réapplications) à la réflexivité qui perd son statut de conscience de soi vide et formelle ; mais le traitement récursif de la réflexivité pose aussi un problème : celui de la base donnée à la réflexivité récursive, ou de son « ancrage » externe, puisque la récursivité doit pouvoir s’appuyer sur une base pré-donnée, une valeur initiale, de même que le pas s’appuie sur un sol ferme. Comme la réflexivité fichtéenne/varélienne est récursive, ce problème est aussi celui de « l’entrée » dans la réflexivité. Or, la solution apportée par Fichte à cette difficulté – solution qui définit complètement le concept de réflexivité récursive – est, d’après Livet, de donner comme entrée à la réflexivité (et comme base à la récursivité qui en constitue le contenu) la réflexivité récursive elle-même.

14La caractéristique majeure de cette lecture du moi fichtéen tient alors dans l’obligation de minorer tout ancrage de la réflexivité autre que la réflexivité elle-même. Ce qui est particulièrement sensible sur deux points : 1) le statut du non-moi, 2) celui de l’autre réflexivité, c’est-à-dire d’autrui.

15Le concept fichtéen de non-moi est, selon Livet, uniquement censé répondre au problème de l’entrée récursive dans la réflexivité ; c’est-à-dire d’une entrée telle que le moi ne soit pas institué du dehors – d’une entrée telle que, malgré la nécessité d’un ancrage, l’autonomie du moi ou si l’on préfère son caractère auto-poïétique demeure inentamé. C’est pourquoi Livet interprète comme seulement « provisoire » l’ancrage (pourtant explicitement défendu par Fichte) de la réflexivité dans un « Anstoss », c’est-à-dire dans un « choc » ou un « heurt » externe par quoi l’activité du moi rencontrant effectivement l’empêchement que constitue pour elle le non-moi, revient sur soi pour se déployer contre l’obstacle. Lier la réflexivité à un ancrage, à une entrée de ce type reviendrait, en effet, à « n’admettre qu’une philosophie de la finitude ». Ce que n’est pas, pour Livet, la doctrine fichtéenne de la science.

16Le point mérite d’être un peu développé. La découverte de Fichte serait, nous l’avons vu, celle de la réciprocité ou si l’on veut du cercle de la rencontre (qui est rencontre d’un non-moi hors du moi – ancrage récursif) et de la compréhension (qui est compréhension par le moi et en lui-même – réflexivité) : pas de rencontre sans compréhension, pas de compréhension sans rencontre.

  • 21 J.G Fichte, Assise fondamentale de la Doctrine de la science, SW, I, p. 281 ; traduction par A. P (...)

17Or ce cercle, qui oblige le moi à « poser quelque chose d’absolu hors de soi » et à « reconnaître par ailleurs que ce quelque chose d’absolu n’existe que pour lui » – ce cercle, Fichte le présente comme « le cercle que l’esprit fini peut élargir jusqu’à l’infini, mais dont il ne peut s’affranchir »21. Il est précisément « ce qui fait de nous des êtres finis », le rapport sur lequel se fonde « le mécanisme entier de l’esprit humain », de telle sorte que « vouloir modifier ce rapport signifierait nier toute conscience et avec celle-ci toute existence ». L’attachement de Fichte à ce cercle, et en conséquence au projet de faire une philosophie de la finitude, est tel, notons-le, qu’il présente sa doctrine de la science comme se situant précisément « entre » les deux systèmes opposés (réaliste et idéaliste) qui se constituent séparément dès lors qu’on néglige ou que l’on s’affranchit du cercle en lequel s’enchaînent dans une alternance incessante l’affirmation (réaliste) de l’existence en soi du non-moi et sa négation (idéaliste).

  • 22 P. Livet, op. cit., p. 591.

18Mais seule importe ici la question de savoir comment ce « cercle de l’esprit fini » a pu être interprété dans le sens d’un dépassement de la finitude – c’est-à-dire, pour reprendre l’expression de Fichte, d’une négation de la conscience. L’intention explicite de Livet étant, rappelons-le, d’un côté de lier en un même cercle (le cercle réflexif) le récursif (la rencontre) et le réflexif (la compréhension), et de l’autre côté de « stabiliser la réflexivité »22 en échappant à « l’oscillation » du moi entre son caractère limité (la rencontre) et illimité (la compréhension) – c’est-à-dire d’échapper à la finitude.

19L’homologie (déjà soulignée) des gestes interprétatifs de Livet et d’Hyppolite peut être, ici encore, éclairante.

  • 23 Assise fondamentale, SW, I, p. 215 ; traduction citée, p. 100.

20La question est de savoir ce que l’on entend par « circularité ». Pour Fichte, et du point de vue de la philosophie de la finitude, la circularité est alternance, allers et retours successifs et incessants entre deux vérités contraires. La forme « pas de x sans y » sonne comme un rappel à l’ordre : la clôture réflexive est certes fondée, mais on n’est pas moins fondé à ancrer la conscience dans l’existence nécessaire d’un non-moi indépendant ; l’ancrage dans une donnée externe, et la nécessité d’admettre un non-moi indépendant, sont donc fondés, mais l’autonomie du moi ne l’est pas moins, etc. ; et la conscience ne peut qu’aller ainsi de la réflexion à l’ancrage et de l’ancrage à la réflexion sans jamais pouvoir les composer dans un même « maintenant »23. Ces allers et retours alternent deux mouvements qu’il est tout à fait impossible d’unir dans un même acte : un mouvement centripète, qui ramène du non-moi au moi (en défaisant l’indépendance du non-moi), et un mouvement centrifuge qui conduit du moi au non-moi (en défaisant l’autonomie du moi).

21Or, c’est cette alternance que conteste Hyppolite. La circularité n’est pas pour lui renvoi infini entre deux vérités contraires et incomposables, l’une qui affirme le primat du moi, l’autre celui du non-moi. Le cercle de la rencontre et de la compréhension oblige plutôt à supprimer l’alternative. La signification du cercle est que la réflexion (le mouvement centripète) n’est possible que comme ouverture (centrifuge) à la rencontre, et la rencontre uniquement comme réflexion. Il n’y a plus deux vérités antinomiques, deux mouvements inverses, mais une seule vérité et un seul mouvement réalisant en soi sans contradiction les mouvements contradictoires centripète et centrifuge. De même, les sens respectifs du moi et du non-moi se trouvent redéfinis et fondus dans une unique réalité en laquelle s’entrelacent indistinctement le subjectif et l’objectif : le moi n’est plus intériorité, présence à soi sans contenu, mais intentionnalité ; le non-moi n’est plus présence extérieure, objective et indépendante, mais le dehors sur lequel ouvre l’intentionnalité ; l’un et l’autre ne sont plus que deux points de vue sur une seule et même réalité, celle de l’ego absolu comme champ transcendantal et immanence absolue.

22Cette métamorphose du cercle de l’esprit fini en cercle réflexif de l’ego absolu est exemplaire. Tandis que le cercle de la finitude, à proprement parler, ne se « boucle » pas, mais s’élargit en spirale par le renvoi incessant (c’est-à-dire dans le temps) d’une vérité à la vérité adverse, le cercle réflexif de l’ego absolu, se ferme sur soi, authentiquement « boucle la boucle ».

23La fermeture du cercle de la compréhension et de la rencontre dans la réflexivité du moi absolu est également caractéristique de la lecture de la doctrine fichtéenne du moi proposée par Livet.

  • 24 P. Livet, op. cit., p. 595.

24Si l’on veut comprendre cette doctrine, il faut en effet, selon Livet, toujours garder à l’esprit le primat du réflexif (du moi absolu) sur le donné – qu’entre la réflexivité et l’ancrage indépendant, « c’est la réflexivité qui mène le jeu »24. Or, cette réflexivité prépondérante, ce moi absolu, c’est ce que Livet, nous l’avons vu, appelle « réflexivité récursive », et qu’il définit – en empruntant au concept varélien d’autonomie – comme ré-application à elle-même de la forme réflexive.

25Dès lors, deux points de vue sont bien possibles sur cette ré-application (qui est aussi réplication infinie de soi). Soit on considère la ré-application en elle-même, et l’on insiste sur l’auto-position que signifie cette ré-application ; soit on la considère comme ré-application à soi de la forme réflexive, et l’on insiste cette fois sur la réentrée de l’opération sous elle-même comme donnée et sur le choc que constitue cette réentrée. Dans le premier cas on se représente la ré-application du point de vue de sa forme réflexive (c’est-à-dire de la compréhension), dans le second, du point de vue de son ancrage récursif (c’est à dire de la rencontre).

26C’est selon Livet, de cette alternative que naissent, chez Fichte, les catégories opposées de la substance et de la causalité (qui, rapportées à leur origine, seraient donc toutes deux des catégories de la réflexivité). La première exprime le point de vue de l’auto-position du moi (ou de la ré-application prise en elle-même) ; la seconde celui de la détermination ou limitation du moi par la ré-application de la forme réflexive comme donnée, i.e. comme non-moi. Or, ces deux perspectives ne sont nullement concurrentes et conduisent, s’agissant du statut ontologique du non-moi, nous allons le voir, strictement au même résultat.

27Notons tout d’abord qu’elles définissent pour Livet deux « entrées » dans le cercle de la réflexivité – deux « entrées » paradoxales puisqu’on ne saurait entrer de l’extérieur dans un tel cercle, et donc proprement y « entrer ». Ou plutôt : puisqu’il doit être indifférent d’entrer par tel ou tel point dans un cercle essentiellement défini par sa clôture, la détermination d’une quelconque entrée dans le cercle doit être telle que par cette entrée on est immédiatement conduit au point d’entrée opposé – qu’en entrant par un point on entre aussi bien par le point opposé, qu’on est déjà entré par l’autre, de sorte que la polarité elle-même se trouve annulée. Si bien que la seule solution qui puisse être apportée au problème de l’entrée dans un tel cercle est de purement et simplement dissoudre le problème de l’entrée comme tel. C’est à cette dissolution que concourt, pour Livet, la distinction et le jeu des « entrées » substantialiste et causaliste dans la réflexivité.

28Nous avons ici à faire, sous l’égide des catégories de substance et de cause, à deux interprétations opposées mais parfaitement équivalentes (c’est-à-dire indifférentes) d’un seul et même processus – celui de l’auto-référentialité a-subjective, réflexive-récursive, du moi pur. La substantialité (la compréhension du non-moi par le moi) et la causalité (la rencontre du non-moi par le moi) ne s’excluent pas ici mutuellement, comme elles le font dans le cercle de l’esprit fini (et à vrai dire dans le texte fichtéen). Elles envisagent seulement la réflexivité sous deux angles différents : considérée en elle-même, en sa pure autonomie (comme substance), la réflexivité exclut (entaüssert) le non-moi de son processus, en se posant ne le pose pas ; considérée comme ré-application à soi, comme causalité (sur soi), la réflexivité transfère (übertragt) sa propre activité dans le non-moi, pose un non-moi en ne se posant pas elle-même.

29Mais peu importe que le moi exclue ou qu’il transfère ; dans les deux cas il se réplique infiniment lui-même. Le philosophe du moi absolu – ou de l’autonomie (au sens varélien) –, contrairement au philosophe de la finitude (pour qui cette question est essentielle), n’a donc pas à choisir entre la substance et la causalité, entre l’autonomie et le déterminisme, entre l’indépendance du moi et celle non-moi ; il n’y a qu’une seule et même réalité en laquelle la substance et la causalité, l’autonomie et le déterminisme, forment un cercle parfait et s’équivalent : le moi absolu (l’identité auto-référentielle de la vie). Parcourons ce cercle.

30Le moi se pose lui-même absolument (« il se pose parce qu’il se pose », dit Fichte). En s’auto-posant il exclut de soi, projette (éjecte) hors de soi le non-moi comme un x indéterminé, c’est-à-dire comme ce qui n’étant pas posé dans cette auto-position, n’est rien – est un non-posé. Mais pour s’auto-poser (se répliquer) – et si cette auto-position ne doit pas être seulement formelle – le moi réflexif et exclusif doit se ré-appliquer à soi sa propre forme réflexive (qui est le point fixe du processus récursif de ré-application). Or, dans la mesure où il se ré-applique à soi sa propre forme, il ne se pose pas, mais est déterminé (comme moi passif) par sa propre forme dans un choc : l’autonomie suppose donc la détermination, l’auto-position du moi sa non-position. Dans la mesure, à présent, où il ne se pose pas, le moi pose le non-moi, c’est-à-dire donne forme à l’x indéterminé par le transfert de sa propre forme réflexive. La forme réflexive ne peut donc être ré-appliquée à elle-même qu’à condition d’être transférée à un x indéterminé (le non-moi), mais, pour ce faire, il faut d’abord qu’un x indéterminé ait été exclu (par le processus même de la ré-application) du processus de ré-application, et donc que le moi se soit auto-posé : la détermination suppose l’autonomie, la non-position du moi son auto-position… qui, nous venons de le voir, suppose sa non-position, etc.

  • 25 P. Livet, « La fascination de l’auto-organisation », in L’auto-organisation : de la physique au p (...)

31A vrai dire, comme nous l’annoncions précédemment, et comme le soulignait Livet dans un article antérieur, où il dénonçait la fascination exercée par le modèle varélien25, il n’y a à proprement parler pas plus d’entrée que de sorties dans un tel bouclage.

  • 26 J.G Fichte, Assise fondamentale, SW, I, p. 189 ; trad. citée, p. 83.
  • 27 P. Livet, « Intersubjectivité, réflexivité… », op. cit., p. 596.

32Cette circularité éclaire définitivement le statut du non-moi fichtéen pour Livet : il n’est rien sinon la non-position du moi, un x indéterminé (informe), qui ne peut prendre forme qu’en renvoyant à la réflexivité (qu’en étant la forme même de la réflexivité que celle-ci se ré-applique à elle-même) – nulle extériorité pour une conscience finie et représentativiste. Il est ainsi remarquable que Livet reproche à Fichte d’avoir voulu exemplifier cette réciprocité entre la forme réflexive et l’x auquel elle s’applique en écrivant : « pas de Toi, pas de Moi ; pas de Moi, pas de Toi »26. Car « en parlant du Toi, il a outrageusement accentué l’extériorité de cet x à la réflexivité du Moi »27.

  • 28 P. Livet, « La fascination de l’auto-organisation », op. cit., p. 166.
  • 29 J.G Fichte, WL 1804-II, p. 154.

33Si parler du non-moi comme d’un Toi revient à en accentuer outrageusement l’extériorité, quelle chance un tel modèle de l’identité du Soi laisse t-elle à la pensée de l’intersubjectivité ? Le modèle varélien exclut, pour Livet28, que la communication soit comprise comme transmission : elle est un couplage circulaire en lequel les compensations induites en moi par le choc de la causalité externe sont pour l’autre des perturbations, qui derechef les compense, de telle sorte que ces compensations sont à leur tour pour moi des perturbations, etc. On le voit : le bouclage de la réflexivité, en liant indissolublement substantialité et causalité, autorise à penser le moi pur, ainsi que le dira Fichte explicitement en 180429, comme un « nous » non-relationnel. De même que ce bouclage dissout purement et simplement le problème de l’entrée ou de la sortie dans la réflexivité, il dissout le problème même de l’intersubjectivité (c’est-à-dire de l’entrée dans l’échange) : le « nous » est un « moi » (qu’on ne saurait même plus dire commun) en lequel la rencontre de l’autre et sa compréhension forment un cercle si parfait que l’échange a toujours déjà commencé. L’autre n’est à mon égard nullement source, et n’existe pour moi que rapporté au système de corrélation purement interne qui définit mon identité auto-posée. Autrement dit : s’il faut se garder de tutoyer le non-moi, c’est parce que le « Toi » est d’abord un non-moi – ce qu’en son acte d’auto-position itératif la réflexivité à la fois exclut de soi et s’applique à soi.

  • 30 P. Livet, « Intersubjectivité, réflexivité… », op. cit., p. 608.
  • 31 Ibid.

34Dans la philosophie fichtéenne du moi absolu, « autrui » définit, pour Livet, uniquement un « besoin »30 du sujet. Le problème soulevé par la réflexivité récursive est celui de sa base ou de son « entrée », qui, nous l’avons dit, ne peut être que la ré-entrée de la réflexivité elle-même comme donnée ré-appliquée à soi. C’est ce besoin de réentrée que satisfait autrui. Il est l’entrée réflexive dans la réflexivité. Non pas l’ancrage externe de la réflexivité, la cause institutrice de l’autonomie, mais l’effet du dédoublement de la réflexivité nécessaire à sa propre opération de réitération. Livet est on ne peut plus clair : la déduction de l’intersubjectivité dans le Fondement du droit naturel de Fichte « ne permet pas de prouver l’existence d’autrui »31 ; elle ne permet pas non plus « de démontrer la pluralité des consciences » ; elle n’a « même pas pour fonction essentielle de préciser le statut d’un autrui possible » ; elle « nous indique seulement la seule façon possible de comprendre l’autodétermination du sujet ».

35La déduction de l’intersubjectivité est un moment de l’explicitation de l’autonomie du moi pur entendu comme clôture sur soi. La causalité spécifique à l’intersubjectivité, être un appel (une détermination) à l’autodétermination (à la substantialité) du moi, ne fait que reformuler la circularité de la causalité et de la substance constitutive, nous l’avons vu, de la réflexivité récursive, c’est-à-dire de la réflexivité qui n’a pas d’autre entrée qu’elle-même – qui est, à proprement parler, sans entrée. La pensée de l’autonomie a absorbé autrui, qui n’est plus que le nom de la ré-application à soi, par le moi, de sa propre forme réflexive.

36Il est vrai que le besoin d’autrui propre à l’ego pur engage une certaine conception du rapport aux autres qui peut être séduisante ; celle d’un entrelacement des récursions : autrui suppose ma réflexivité qui fournit ainsi une entrée (une base) à sa propre réflexivité ; la réflexivité d’autrui n’étant plus vide (ayant une base), je puis à mon tour la prendre pour base de ma réflexivité – qui était déjà à la base de celle d’autrui. Les réflexivités entrelacées se soutiennent mutuellement par un jeu d’anticipations et de confirmations croisées.

37Il convient toutefois de faire au moins trois remarques :

  • L’entrée par autrui n’est pas une entrée indépendante du cercle de la réflexivité, mais interne à la réflexivité dont elle alimente la circularité. De même, par cet entrelacement des récursions, l’entrée dans le cercle de l’intersubjectivité est interne à l’intersubjectivité même : autrui et moi sommes en effet déjà toujours entrés dans le cercle des récursions.

  • En répondant à la sollicitation d’autrui à l’auto-détermination, ce que le moi réplique « ce n’est pas », note Livet, « une sollicitation particulière d’autrui », mais « la sollicitation comme telle, c’est-à-dire la demande de reconnaissance de la réflexivité par elle-même ». Le rapport à autrui n’est jamais que rapport à soi-même.

    • 32 Ibid., p. 609.

    Les deux réflexivités ne s’appuient donc l’une sur l’autre que dans leur forme et abstraction réflexive. Or, comme le relève également Livet, cet appui réciproque par anticipation des réflexivités peut tout aussi bien « conduire à une méfiance et un soupçon général »32.

38Le dernier point mérite d’être approfondi. L’entrelacement circulaire des récursions, en gageant mes intentions sur celles d’autrui et celles d’autrui sur les miennes, nous entraîne à vrai dire plutôt tous deux dans le cercle infini de la méfiance réciproque. La confiance (avec laquelle on pourrait superficiellement confondre l’intersubjectivité circulaire fondée dans la réflexivité récursive du moi pur) n’est en réalité possible qu’à condition de sortir du cercle négatif et vicieux de la méfiance pour entrer dans le cercle positif et vertueux de l’échange – c’est-à-dire de la transmission mutuelle. Or, comme le note Livet, qui de ce point de vue est totalement fidèle à l’intention de Fichte, pour sortir d’un tel cercle (en lequel on est déjà toujours entré – c’est-à-dire jamais proprement entré) et entrer dans le cercle de la confiance (qui ne s’alimente pas de la simple réciprocité des réflexivités et en lequel il faut donc proprement entrer), « il faut la contrainte étatique », « l’instauration d’un Etat contraignant ».

  • 33 Ibid., p. 594.
  • 34 M. Rogin Anspach, A charge de revanche. Figures élémentaires de la réciprocité, Seuil, 2002. Sur (...)
  • 35 F. Varela, M.R. Anspach, op. cit.

39L’œuvre entière de Fichte, du Fondement du droit naturel (1796) à la Doctrine de l’Etat (1813), en passant par L’Etat commercial fermé (1800), l’atteste : l’intersubjectivité concrète et vertueuse exige l’intervention d’un Tiers. La position de ce Tiers marque la limite de l’auto-référentialité, la limite du modèle épistémologique qu’elle constitue. Il est ainsi très significatif que, pour construire son interprétation varélienne de Fichte, Livet soit contraint d’affirmer que « la position du Tiers n’existe pas chez Fichte » et que sa philosophie est « une philosophie à deux » et non « une philosophie à trois »33. Admettons-le : la philosophie de l’autonomie n’est pas une philosophie à trois mais à deux. Or, la réflexion actuelle de l’anthropologue Mark Rogin Anspach34 (qui fut avec Varela l’auteur d’un article sur le système immunitaire35) le montre : le couplage circulaire avec l’autre dans un système dynamique auto-régulé de relations aurait pour unique effet une méfiance réciproque et pathologique s’il n’était observé du dehors par un Tiers et si ce Tiers n’intervenait pas pour lui indiquer sa destination positive. Chacun le sait, il ne suffit pas d’être deux pour être un couple ; il faut être trois : l’un, l’autre, et l’absolu de la relation, qui ne se laisse apercevoir que du point de vue du Tiers.

40Car la position du Tiers est d’abord celle de l’observateur. Elle est la position du philosophe, dont la série des actes doit être, pour Fichte, on le sait, rigoureusement distinguée de celle des actes du moi qu’il observe – c’est-à-dire du processus réflexif par lequel, excluant de soi un non-moi, lui transférant sa propre forme réflexive, le moi se dédouble et se réplique infiniment. A ce processus, le philosophe, le Tiers, n’a nullement part, pas plus qu’au cercle des récursions intersubjectives. Son autonomie (Selbstständigkeit) propre consiste précisément dans cette position d’extériorité à l’égard du jeu circulaire du moi et du non-moi, comme du moi et d’autrui. Elle n’est pas, comme l’autonomie du moi pur, du système varélien, auto-position infinie, mais bien l’autonomie de la conscience moderne : réflexion sur et prise de position, certitude subjective, vouloir et engagement dans l’action.

41C’est parce qu’il réfléchit sur la réflexivité récursive et dénonce la fascination qu’elle ne manque pas d’exercer sur l’esprit de celui qui la conçoit que le Tiers-philosophe peut assigner à l’existence humaine une destination qu’aucun système auto-régulé ne pourra atteindre, et qu’il peut exercer une influence sur ses contemporains.

  • 36 P. Livet, « La fascination de l’auto-organisation », in op. cit.

42L’interprétation de Fichte par Livet prend toute sa signification – être une expérimentation critique des présupposés épistémologiques de Varela –, si l’on considère ce que Livet, avant de s’intéresser à Fichte, dénonçait comme l’illusion possible du varélisme36 : le couplage entre l’observateur et le système observé, l’illusion de pouvoir fonder dans l’organisation de l’objet observé (et construit) – dans sa logique auto-référentielle – les modes d’accès de l’observateur à cet objet – de « greffer « la connaissance que nous avons de l’objet sur la connaissance qu’il aurait de lui-même. Par là s’explique la métamorphose du cercle de l’esprit fini en bouclage réflexif ; les deux entrées dans le cercle que sont l’indépendance et la dépendance du moi ne peuvent être, pour qui est victime de cette illusion, deux approximations concurrentes d’une même réalité qu’elles manquent à tour de rôle témoignant ainsi de l’incapacité de l’esprit à la saisir (de sa finitude), mais bien deux façons d’alimenter le cercle de l’intérieur, c’est-à-dire de confondre sa propre connaissance avec celle que le cercle aurait de lui-même.

  • 37 Pour une analyse développée de ce processus réflexif, cf. J.-C. Goddard, Fichte (1801-1813). L’ém (...)

43Il est remarquable que parvenu dans la WL de 1804 à la compréhension génétique de l’être comme vie, c’est-à-dire comme clôture en soi et moi absolu, Fichte considère n’être pas encore parvenu au terme de sa recherche. Car l’exigence propre à la WL d’être une théorie critique du savoir, elle-même un savoir epistémologiquement conscient, commande de soumettre à l’épreuve de la réflexion le savoir non représentationnel de l’être comme vie obtenu moyennant la mise en suspens du témoignage objectiviste de la conscience immédiate. Si la philosophie est compréhension de l’être comme moi absolu et comme vie, la Doctrine de la science est philosophie de la philosophie, réflexion critique sur la possibilité de comprendre l’être comme moi. Or, en réfléchissant son savoir de l’être comme vie, le philosophe ne peut manquer de le décrire comme un savoir construit (c’est-à-dire comme dépendant d’une démarche de la pensée). Cette construction il lui faudra alors l’interner à l’être, et la comprendre comme une auto-construction de l’être, comme son phénomène, s’il veut continuer de penser son savoir comme un savoir génétique (non représentationnel) de l’être comme vie (et non comme une simple construction subjective)37.

  • 38 On relèvera que c’est cette même condition d’un vouloir contingent (sous la forme d’un vouloir ré (...)
  • 39 WL 1804-II, p. 177.
  • 40 Ibid., p. 168.
  • 41 Ibid., p. 179.

44De tout cela le Tiers-philosophe est conscient ; il sait que le concept phénoménologique – celui d’une auto-manifestation de l’être dans le savoir – dépend toujours de la décision, en elle-même contingente, de penser et de continuer de penser l’être comme vie. Et donc d’un vouloir 38, d’une position aussi problématique qu’absolue. Le moi conscient (celui du Tiers philosophe) n’est pas pour Fichte le moi absolu ; il est le moi qui se sait comme n’étant pas le moi absolu, comme n’étant pas autonomie, mais qui se veut comme autonomie et moi absolu en voulant se comprendre soi-même comme phénomène du moi absolu. Son indépendance n’est pas celle de la réflexivité récursive, de la clôture sur soi au-delà de la distinction du soi et du non-soi ; elle est indépendance d’un projet, d’une projection, d’un projeté – de ce qui est jeté dans l’existence sans fondement (Grundlos) simplement parce que cela doit être (soll sein)39. Cette autonomie du moi en tant qu’il n’est pas moi absolu, c’est-à-dire en tant qu’il n’est pas proprement autonome, voilà la liberté. Il y a bien en elle en tant qu’elle prend la forme d’une décision contingente absolue, une catégoricité, qui lui fait porter « tous les signes distinctifs de l’être » : ceux d’un « moi pur, intérieur, vivant, de soi, par soi, en soi, se créant et se soutenant soi-même »40. Mais il n’y a là précisément qu’une « haute analogie »41 avec le moi absolu.

45Le projet philosophique de Fichte n’est donc pas prioritairement de constituer l’être en autonomie, au sens varélien du terme, mais bien d’éveiller le moi à la conscience de soi comme liberté. Car le moi conscient fini n’est pas la négation du moi absolu, il en est l’image (l’analogon) ; l’image dont dépend la possibilité même pour le moi absolu d’être pensé.

Notes

1 P. Livet, « Intersubjectivité, réflexivité et récursivité chez Fichte », Archives de philosophie, tome 50, cahier 4, octobre-décembre 1987.

2 Cf. Ibid., p. 585 (note 6), p. 589 et 598. Marc Maesschalck a remarquablement analysé l’influence de cette interprétation de l’intersubjectivité fichtéenne en terme de récursivité sur le projet de Pierre Livet en matière de théorie de la communication. Cf. M. Maesschalck, Normes et contextes. Les fondements d’une pragmatique contextuelle (Olms, 2001, p. 209 sq.), où il se livre en retour à une critique fichtéenne serrée des thèses de Livet.

3 Cf. in J. Brockman, The Third Culture : Beyond the Scientific Revolution, Simon & Schuster, 1995, l’entretien accordé par Varela.

4 Ibid.

5 F. Varela, P. Vermersch, N. Depraz, « The Gesture of Awareness An account of its structural dynamics », in Investigating Phenomenal Consciousness, M. Velmans (Ed.), Benjamin Publishers, Amsterdam, 1999.

6 F. Varela, « Neurophenomenology : A Methodical Remedy for the Hard Problem », in Journal of Consciousness Studies, Special Issues on the Hard Problems, J. Shear (Ed.), June 1996.

7 Ibid.

8 J. Hyppolite, « L’idée fichtéenne de la Doctrine de la science et le projet husserlien », in Figures de la pensée philosophique I, PUF, 1971.

9 Ibid., p. 27.

10 Ibid., p. 26.

11 WL 1804 (II), p. 160.

12 Cf. F. Varela, « L’auto-organisation : de l’apparence au mécanisme », in L’auto-organisation : de la physique au politique, P. Dumouchel et J.P. Dupuy (ed.), Seuil, 1983.

13 F. Varela, M. Rogin Anspach, « Le système immunitaire : un ‘soi’ cognitif autonome », in Introduction aux sciences cognitives, D. Andler (dir.), Gallimard, 1992, p. 503.

14 F. Varela, « L’auto-organisation : de l’apparence au mécanisme », op. cit., p. 150.

15 Cf. T. Dedeurwaerdere, Action et contexte. Du tournant cognitiviste à la phénoménologie transcendantale, Olms, 2002, p. 143 sq.

16 F. Varela, M.R. Anspach, op. cit., p. 505.

17 P. Livet, op. cit., p. 616.

18 F. Varela, « L’auto-organisation : de l’apparence au mécanisme », op. cit., p. 150.

19 P. Livet, op. cit., p. 590.

20 Cf. F. Varela, in John Brockman, op. cit.

21 J.G Fichte, Assise fondamentale de la Doctrine de la science, SW, I, p. 281 ; traduction par A. Philonenko, in Œuvres choisies de philosophie première (1794-1797), 1972, p. 146.

22 P. Livet, op. cit., p. 591.

23 Assise fondamentale, SW, I, p. 215 ; traduction citée, p. 100.

24 P. Livet, op. cit., p. 595.

25 P. Livet, « La fascination de l’auto-organisation », in L’auto-organisation : de la physique au politique, P. Dumouchel et J.P. Dupuy (ed.), Seuil, 1983.

26 J.G Fichte, Assise fondamentale, SW, I, p. 189 ; trad. citée, p. 83.

27 P. Livet, « Intersubjectivité, réflexivité… », op. cit., p. 596.

28 P. Livet, « La fascination de l’auto-organisation », op. cit., p. 166.

29 J.G Fichte, WL 1804-II, p. 154.

30 P. Livet, « Intersubjectivité, réflexivité… », op. cit., p. 608.

31 Ibid.

32 Ibid., p. 609.

33 Ibid., p. 594.

34 M. Rogin Anspach, A charge de revanche. Figures élémentaires de la réciprocité, Seuil, 2002. Sur la reprise critique du modèle immunitaire, cf. p. 121 sq.

35 F. Varela, M.R. Anspach, op. cit.

36 P. Livet, « La fascination de l’auto-organisation », in op. cit.

37 Pour une analyse développée de ce processus réflexif, cf. J.-C. Goddard, Fichte (1801-1813). L’émancipation philosophique, « L’essence du philosopher selon la ‘Doctrine de la science’ de 1804 », PUF, 2003.

38 On relèvera que c’est cette même condition d’un vouloir contingent (sous la forme d’un vouloir réciproque) que M. Maesschalck (op. cit., p. 223) oppose à la clôture récursive de l’activité communicationnelle chez Livet.

39 WL 1804-II, p. 177.

40 Ibid., p. 168.

41 Ibid., p. 179.

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search