Version classiqueVersion mobile

Fichte und Schelling: Der Idealismus in der Diskussion. Volume I

 | 
Lukas Held
, 
Jean-Christophe Lemaitre
, 
Till Grohmann

II. Systematische Fragen

L’unité de l’unité et de la non-unité – la critique schellingienne de Fichte dans le Bruno

Charles Théret

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Notre but – modeste – est simplement de présenter la critique que Schelling adresse à Fichte (et par là à Kant) telle qu’il la développe au début de son dialogue de 1802 Bruno, ou Du principe divin et naturel des choses1.

Au cours du dialogue, Anselme a mis au jour l’idée de l’identité en laquelle « tous les opposés trouvent leur unité plutôt que leur union et ne sont point tant supprimés que tout à fait inséparés »2. C’est dire que l’identité absolue est une identité pure en laquelle aucune opposition n’est tolérée, pas même celle que constitue l’opposition entre l’identité et la différence. Si l’on admet cette identité absolue et pure, il n’est alors plus possible de conserver vis-à-vis d’elle un contraire, une différence. La différence n’existe donc pas elle-même ici. Car si l’on fait abstraction de cette identité, on se risque à deux apories qui ne peuvent être levées en définitive que par l’Un, l’identité absolue.

Si l’on fait abstraction [de ce terme premier qui précède tout], c...

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search