Version classiqueVersion mobile

Fichte und Schelling: Der Idealismus in der Diskussion. Volume I

 | 
Lukas Held
, 
Jean-Christophe Lemaitre
, 
Till Grohmann

I. Idealismus und Subjektivität

L’interprétation schellingienne du « Je suis » dans le Vom Ich

Laurent Guyot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la treizième conférence de la Doctrine de la science de 1804, Fichte fait une déclaration capitale : « J’ajouterai que la WL a constamment affirmé qu’elle ne reconnaît le Moi pur qu’autant qu’il est produit, et que, si elle le pose au sommet de sa déduction, ce n’est assurément pas d’elle-même comme science, puisque la production y résidera nécessairement plus haut que le produit. »1 Cette déclaration, qui remet en cause bien des interprétations traditionnelles de Fichte, distingue le principe de la déduction de la doctrine de la science et le principe de la doctrine de la science elle-même. Le fondement de la déduction entreprise par la science n’est pas le fondement de la science : celui-là, moins élevé que celui-ci, en découle comme son « produit ». C’est-à-dire que le Moi pur, comme fondement de la déduction, n’est pas le plus haut principe auquel on puisse parvenir, mais seulement l’effet de ce dernier. Par le principe le plus élevé, le principe de la science ou de la phil...

Auteur

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search