Version classiqueVersion mobile

Nihilisme et technique

 | 
Édouard Jolly

Conclusion

Texte intégral

1L’homme découvre sa contingence d’être non libre en actualisant sa liberté. La catégorie de l’origine est une caractéristique de l’humain de l’homme. Temporalité et conscience de celle-ci le différencient fondamentalement des machines qui l’entourent. L’homme a la possibilité d’éprouver la honte qui n’est offerte qu’aux êtres disposant d’une morale. Mais vivant parmi bon nombre d’appareils techniques et d’objets machiniques, il se met à ressentir peu à peu une déshumanisation. Il lui arrive de s’expérimenter comme étranger à lui-même, comme ayant perdu une part ou la totalité de son humanité. Le cas de la honte prométhéenne diffère de la honte classique au sens où l’homme n’a pas honte de la déshumanisation ressentie. Au contraire, il cherche à se débarrasser de son origine imparfaite d’être-né, à oublier qu’il est tributaire d’un « faux moulage ». La honte prométhéenne a pour effet particulier de provoquer le désir d’être fabriqué. Elle puise sa source également dans le malaise de la singularité périssable, paralysie face à l’effroyable de la mort et ses terreurs. Le rêve d’être vitrifié à jamais dans un assemblage de pixels, virtualité transmissible ad vitam eternam offre un exutoire moderne au pourrissement du cadavre. À l’alternative entre foi et angoisse, le honteux prométhéen préfère l’inquiétude éprouvée face à la contingence du monde. Alors il s’ouvre au possible et à l’inconnu, puis cherche à s’y intégrer.

2La sensation de maîtrise du monde et le dépassement toujours renouvelé de ses instruments de contrôle lui donnent l’impression d’être le centre du monde. De ce statut il ne devrait avoir honte. Mais une expression lancinante le perturbe : « à quoi bon ? ». Il aimerait se débarrasser du coram dont il est forcé de se détourner. Il ne peut se séparer de son legs ontique. L’homme tente d’assumer ses instincts régulateurs inconscients. La difficulté est intense. Un autre ça, né de l’activité mécanique de l’homme au travail, est présent. Lorsque ce ça mécanique rencontre le résidu gênant qu’est le moi, il en a honte et essaie de le cacher. Dans l’impossibilité de supprimer sa vénération machinique, il peut tenter de se supprimer lui-même ou sombre dans la profonde dépression. Tout ceci n’est que la conséquence de sa situation.

3Le travailleur est séparé de son monde. On lui a dérobé son essence d’homo faber. L’homme se trouve sacrifié sur l’autel de l’animal laborans. Il doit faire face à un concurrent capable d’effectuer ses tâches lorsque lui doit se reposer. Ses collègues sont faits de tôles et de boulons. Il dialogue avec eux en appuyant sur des boutons. Comme ses camarades laborieux, il est privé de la satisfaction du produit fini comme de son effectuation indépendante. Il n’a même plus besoin de fournir un effort physique. L’exécution vigilante a remplacé la production épuisante. Baisser un levier déclenche un processus inimaginable pour un seul exécutant : l’effet transcende sa cause. Cette étrange condition est à relativiser : il vaut mieux gagner trois fois rien en perdant son temps que ne gagner rien du tout en étant sans temps. Le chômeur envie le travailleur. Ce dernier a la chance d’être un « berger des objets ». Il est à espérer que la contradiction entre progrès technique et recherche du plein emploi finisse par se résoudre. L’homme devenu chômeur parmi tant d’autres pourrait voir à nouveau sortir de terre les camps de suppression des « gens en trop ». Il pourrait toujours être embauché en logistique, dans les calmes bureaux des agences de voyages vers la mort. Adolf Eichmann serait un modèle à suivre de monstrueuse vertu : concentration sur l’efficacité par peur de ses propres affects, soumission à la hiérarchie, association indéfectible de la légitimité à la légalité, etc. Le diable a troqué sa fourche de tentateur contre un costume de législateur. Il délivre l’homme de la tentation du bien.

4Au travail consciencieux répond la consommation tranquille. Si la réinstallation de personnes dans d’autres pays est une tâche trop ingrate, l’homme peut rester chez lui et travailler à se transformer en ermite de masse. Télévision et radio distillent en continu le doux confort de l’occupation. La quantité d’images consommées finit par former la matrice des expériences de l’homme. Lorsqu’il s’imagine en train de boire de l’eau, il déguste le contenu d’une bouteille dont il ne sait distinguer s’il l’a déjà goûtée ou si l’homme dans la télévision semblait l’apprécier. Quoi qu’il en soit, l’homme sait si cette eau est bonne ou non. Il pourrait même en débattre avec ses amis. Le dernier bulletin d’information diffusé à la radio lui a fourni les termes adéquats pour en vanter les mérites avant de lui apprendre que des comptables avaient détourné des fonds d’une entreprise à une autre.

5La machine judiciaire devrait rétablir une situation stable. Elle doit vérifier si les fausses factures versées pour que la grande entreprise assure sa perpétuation étaient légales ou non, puis sciemment voulues ou erreurs malheureuses de procédures comptables suivies scrupuleusement. Les réseaux, les articulations d’interdépendance, les motivations des participants à la technostructure de l’entreprise sont peu à peu évaluées et mis à jour par un lent processus d’inspection effectué par des personnes soumises, elles-aussi, à des motivations. Étonnamment l’homme auditeur des informations diffusées à la radio apprendra des années plus tard que les malversations financières n’avaient même pas été motivées ni par volonté d’enrichissement personnel, ni par une contrainte autre que l’effet de groupe ou émulation collective. Face à tant de complexité et à une telle technicité des problèmes, il est difficile de voir à partir de quoi se révolter. Les règles du monde technique deviennent peu à peu celles du sol sur lequel se construisent les édifices d’aujourd’hui et de demain, contre lesquels se révolter semble toujours vain.

6L’homme est-il condamné à rester sans monde, donc sans morale ? Le nihiliste s’ignore tristement et se perd à regarder la planète en perdition, vue du ciel. Elle serait peut-être mieux sans « nous », si fragiles et si facilement anéantissables. S’il ne ressent plus rien à aucun moment de ses journées, l’homme est pourtant confronté à des événements. Mais ceux-ci sont soit trop ridicules, infraliminaires, soit trop énormes, supraliminaires, pour qu’il en ait une quelconque conscience maintenant ou jamais. La bombe nucléaire, c’est pour plus tard ou pour hier, pour là-bas mais pas ici. Rien n’empêche l’homme de jouer à l’apprenti sorcier avec sa baguette technologique. Il s’arme de ses têtes au plutonium ou à l’uranium enrichis au cas où son voisin voudrait l’attaquer. Il oublie que la possibilité de ne tuer que son voisin est révolue. « On crèvera tous ensemble » lui apprend un autre voisin possesseur de bombes. Alors il songe à ce pilote trop innocent pour être coupable d’avoir à lui seul causé la mort des habitants, civils comme militaires, d’Hiroshima. Il se sent comme lui et commence à se révolter contre sa condition. Il se reconnaît aussi en cet arpenteur dénommé K., exclu du monde qui ne veut pas de lui sans lui dire pourquoi. Mais l’homme ne parvient pas à admirer sa terrible beauté, chose pourtant naturelle pour d’autres. À la soif erostratique de certains de ses contemporains, il préfère la destruction théorique des sujets, à la fois nus et vêtus, dans les peintures de Grosz, seules à même de lui offrir une possibilité de révision de ses jugements. Il y voit l’essence sacrifiée de l’homme et se met à lire de la poésie pour enfin trouver les mots adéquats aux pensées qui débordent ses concepts. Il éprouve des sentiments qu’il ne pensait plus possibles : amour, joie, envie, colère et même de la haine. Confronté à la froide placidité de ses contemporains qui rient de sa conscience, il risque toutefois de chercher à se fabriquer lui-même des sentiments de fortune pour éviter d’affronter sa peur de la solitude.

  • 1 OH 1, p. 360 ; AM 1, p. 323.
  • 2 G. Anders, « La mort du monde devant les yeux », Conférence, n° 17, art. cit., p. 279.
  • 3 Anders semble reproduire la critique que Nietzsche avait fait de Schopenhauer dans la troisième d (...)

7Ce sentiment fatal, dû à l’absence de tout maître et de tout dieu en surplomb, ne semble pas avoir été mentionné par Anders dans ses essais. Ses écrits témoignent d’un nihilisme théorique assumé, celui du penseur seul avec sa machine à écrire, dans son petit appartement à Vienne entouré de ses manuscrits. Selon lui, vouloir réfuter le nihilisme est insensé. « Les attitudes désespérées peuvent seulement être dépassées : elles ne sont pas réfutables »1. Son nihilisme est toutefois d’un genre spécial : « Mon prétendu nihilisme n’est autre que la mise à jour de l’annihilation. La seule chose qui doit nous occuper, c’est de veiller (sorgen) à ce que nous ayons tort, qu’un lendemain existe donc tout de même et que demain, nous puissions également dire "demain" à nouveau »2. Anders réfute l’idée de sauter joyeusement dans le « grand midi », court-circuit opéré par Nietzsche : être par delà bien et mal est devenu un devoir3. Il remplace également la recherche des conditions de possibilité de transformation du monde par celle des conditions de possibilité de sa préservation. La Weltlosigkeit est le seuil qui précède l’extinction de l’humanité.

  • 4 G. Anders, « La mort du monde devant les yeux », Conférence, n° 17, art. cit., p. 279.

8Anders utilise diverses formes d’écritures pour tenter de transmettre sa volonté de perpétuation du monde et de l’homme. Il invite à remettre en question la forme sous laquelle la philosophie vit et se rend effective : « La question de savoir s’il existe quelque chose comme la philosophie et si ce que je fais est de la philosophie ou je ne sais quoi, je m’en balance complètement »4. Un exemple possible répondant aux critères d’écriture d’Anders, est cette description de la solitude lors du deuil. La fable intitulée Le caillou, de 1947, exprime de manière significative les différentes thèses de l’auteur sur les sentiments :

  • 5 G. Anders, Der Blick von Turm, Fabeln von Günther Anders, Verlag C.H. Beck, München, 1988, pp. 8- (...)

« Comme vous avez tenu bon ! » lui dis-je admiratif. « Ce long chemin vers le cimetière ! Et sans la moindre larme ! »
« Je ne m’étais pas fié à ma force », répondit-il, modeste. « Et puisque je n’aime pas pleurer en public, je m’étais préparé. »
« Préparé ? »
Il inclina la tête, comme s’il eut avoué une faiblesse. « Avant que nous ne partions, je me suis mis en effet un caillou dans la chaussure. »
« Un caillou ? » m’écriai-je. « Et vous avez marché deux heures durant, avec le caillou dans la chaussure ? »
« Dieu soit loué », dit-il. « C’était vraiment un grand soulagement. » Et comme je le regardai d’un air soupçonneux : « Oui, croyez-vous donc que vous pourriez ressentir la perte de quelqu’un, lorsqu’à chaque pas vous avancez avec une petite pierre dans les semelles ? La contrariété masque l’effroyable. »
« Mais plus tard », lançai-je, « lors du repas en l’honneur du défunt, vous étiez par moments presque enjoué. »
« Exact », dit-il en s’excusant. « Je m’y étais également préparé. »
« À cela également ? »
Il inclina la tête, se sentant coupable. « Avant de nous asseoir à table, j’ai secrètement enlevé le caillou. » Et devançant ma question : « Oui, croyez-vous donc que vous pourriez ressentir la perte de quelqu’un, quand vos pieds jouissent de se reposer ? Car la douceur masque l’effroyable. »
Maintenant je le comprenais. À dire vrai, que je doive le rejeter comme cynique ou l’admirer comme sage, je ne pouvais en juger. Irrésolu, je l’accompagnai jusqu’à sa porte d’entrée.
« Mais maintenant », me signifia-t-il avec une voix, qui soudainement était enrouée. Il fit un mouvement, qui me signalait de partir, « Mais maintenant, je crains que ce ne soit loin. » Il plia le bras devant le visage et marcha en pleurant dans l’entrée de la maison5.

Notes

1 OH 1, p. 360 ; AM 1, p. 323.

2 G. Anders, « La mort du monde devant les yeux », Conférence, n° 17, art. cit., p. 279.

3 Anders semble reproduire la critique que Nietzsche avait fait de Schopenhauer dans la troisième dissertation de la Généalogie de la morale : là où Schopenhauer faisait du vouloir une volonté de néant pour Nietzsche, celui-ci fait du devoir, pour Anders, un devoir d’assumer l’absurde de l’Éternel retour. Dans cette perspective, là où Schopenhauer croyait être libre en tant que volonté, Nietzsche croyait être libre en tant que nature, avec les dérives interprétatives que cela suppose.

4 G. Anders, « La mort du monde devant les yeux », Conférence, n° 17, art. cit., p. 279.

5 G. Anders, Der Blick von Turm, Fabeln von Günther Anders, Verlag C.H. Beck, München, 1988, pp. 8-9. Traduction personnelle.

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search