Version classiqueVersion mobile

Nihilisme et technique

 | 
Édouard Jolly

II. Le décalage prométhéen

Texte intégral

Autrefois ils voyaient sans voir, écoutaient
sans entendre et, semblables aux formes des songes,
ils brouillaient tout au hasard tout le long de leur vie ;
ils ne connaissaient pas les maisons de briques ensoleillées ;
ils ne savaient point travailler le bois ; ils vivaient enfouis
comme les fourmis agiles au fond d’antres sans soleil
ESCHYLE

2.1. L’homme producteur

2.1.1. L’activité du travailleur

  • 1 La question de la classification de l’œuvre de Günther Anders est résolue par lui-même lors d’un (...)
  • 2 OH 1, p. 31 ; AM 1, p. 16
  • 3 AM 2, pp. 59-78. Une traduction de ce chapitre est disponible dans la revue Conférence, n° 14, pr (...)

1La situation du travail offre la possibilité d’éprouver la honte prométhéenne, trouble de l’identité. Ce trouble provient de la non-synchronisation des facultés humaines, provoquée par le monde des appareils au sein duquel vit l’homme contemporain : il s’agit de ce que nomme Anders « décalage prométhéen » ou Diskrepanzphilosophie1. L’auteur définit synthétiquement ce concept comme étant « l’a-synchronicité chaque jour croissante entre l’homme et le monde qu’il a produit »2. Dans la manière même de produire est contenue cette séparation troublante du travailleur et de son monde. Cette thèse traverse l’œuvre d’Anders et se trouve explicitée dans le chapitre intitulé Die Antiquiertheit der Menschenwelt du second tome de Die Antiquiertheit des Menschen3.

2Le travailleur contemporain se distingue de ses prédécesseurs en ceci qu’il est frustré de sa production. Pourtant celui-ci a une espérance de vie plus élevée, sa productivité est plus forte et il jouit d’un salaire plus important que ses grands-parents. Sa frustration provient de la condition particulière de sa vie elle-même en tant que travailleur :

  • 4 AM 2, p. 65 ; G. Anders, « L’humanité dépassée », tr. fr. P. Bouteiller, C. Fallet, P. Peigné, in (...)

« Ce qu’il doit faire et fait pour vivre aujourd’hui, c’est-à-dire son travail, ne consiste plus à « faire » (machen) véritablement. Si l’on prend au sérieux la définition de l’essence de l’être humain en tant qu’ « homo faber », cela signifie, là encore, qu’on lui dérobe ce qui constitue précisément son être »4.

  • 5 Günther Anders et Hannah Arendt ont été mariés de 1929 à 1937. Ils ont signés ensemble en 1930 un (...)

3Anders fait certainement référence à la conception d’Hannah Arendt de l’homme en tant qu’homo faber dans le premier chapitre de La condition de l’homme moderne5. Pour Arendt, la distinction entre le travail et l’œuvre provient du rapport au temps qu’ils présupposent. Le travail est l’activité au service de la reproduction de la vie dans un mouvement indéfini. Il ne comporte ni commencement, ni fin, c’est un processus qui doit toujours se renouveler. Les objets produits par le travail sont consommés, ils n’existent pas en tant qu’objet au sens de réalité qui se pose et s’oppose au sujet. Il n’y a pas non plus d’objectivité dans les objets du travail. Ceux-ci n’ont pas un caractère de permanence qui pourrait les écarter du processus vital. L’activité de l’œuvre, productrice également, est différente du travail : sa finalité est celle d’édifier un objet qui ait une durabilité et une stabilité. La temporalité du monde de l’œuvre excède la durée de vie humaine et lie les générations entre elles. L’œuvre érige un monde commun. Elle est le monde reçu en héritage à chaque nouvelle génération. Elle représente la lutte contre la destruction du temps. Le monde de l’œuvre est ce que nous avons en commun avec nos contemporains mais également avec les hommes passés et avec ceux qui viendront après nous. Ces objets sont apparents et leur apparence, perçue par autrui comme par nous-mêmes, doit être pensée par rapport à la catégorie du public.

4Élève de Heidegger, Arendt refuse également sa conception de « l’être-pour-la-mort ». Elle organise ses réflexions autour de la natalité, catégorie qui intervient dans le domaine de l’action. Dans l’action, la praxis, il n’y a pas d’objet mettant un terme à la production. L’action lie les hommes dans la sphère politique et publique. Arendt est soucieuse de penser la possibilité du nouveau et de l’imprévisible en prenant pour exemple le commencement absolu de la natalité. Cette possibilité de la natalité n’existe que par le monde de l’œuvre, le monde construit par les œuvres avant nous : le monde de l’œuvre nous accueille en fonction de sa dimension d’être commun, de sa temporalité propre. Arendt pense le caractère de fabrication du monde. La technique est une notion centrale chez elle. Mais la dimension publique définit l’œuvre. Il n’y a pas de conception instrumentale de la technique. Elle refuse de penser la question de l’utilité, des moyens et des fins, omniprésente chez Anders. La disparition du monde de l’œuvre, qui devient la définition de l’activité du travail, est due à la production d’objets qui vont être consommés. Arendt montre une opposition entre l’animal laborans et l’homo faber. Selon elle, les idées de l’homo faber, celles des fabricants du monde, à savoir la permanence, la stabilité, la durée, ont été sacrifiées à l’abondance idéale de l’animal laborans. L’œuvre a été changée en travail, l’homo faber en animal laborans : l’homme a perdu l’avantage qu’il avait pris sur l’animal.

  • 6 Cette conception du travail implique qu’il ne soit possible que sur fondement d’une existence lib (...)
  • 7 AM 2, p. 71 ; G. Anders, « L’humanité dépassée », Conférence, n° 14, op. cit., p. 265.

5L’émergence de l’automatisme fait partie des raisons à la source de la disparition du monde de l’œuvre. Arendt conçoit le travail comme mouvement de renouvellement de la vie6. Les moyens de production et la technique en sont exclus, point sur lequel elle s’oppose à la conception d’Anders. Selon lui lorsqu’un producteur se sert de travailleurs, il s’en sert afin de s’assurer que les machines fonctionnent correctement, que les processus se déroulent convenablement. L’objectif à atteindre pour un travailleur dans ce type de configuration n’est pas un produit fini mais le fonctionnement idéal de la machine dont il est tenu responsable. Le rapport de maîtrise n’est pas celui, traditionnel, de l’outil, conçu comme prolongement d’un organe : le producteur « ne pourvoit pas les travailleurs de machines, il pourvoit surtout les machines de travailleurs pour pouvoir s’en servir »7.

6Anders établit trois spécificités concernant la production du travailleur. La première consiste en l’absence de finalité du travail. L’origine de cette disparition de la finalité (telos-los) est la division du travail. Celle-ci confère au travail une capacité infinie de production : en elle-même est contenu un principe de dépassement. La division du travail est également le moyen efficace pour l’utilisation convenable des forces de chacun, afin d’accroître la richesse sociale. La répartition des tâches, la spécialisation, assure la qualité du produit. L’idée se trouve déjà présente chez Platon :

  • 8 Platon, La République, tr. fr. R. Baccou, Paris, GF, 2002, livre 2, 370c, p. 139.

« Le résultat est que des biens seront produits en plus grande quantité, qu’ils seront de meilleure qualité et produits plus facilement, si chacun ne s’occupe que d’une chose selon ses dispositions naturelles et au moment opportun, et qu’il lui soit loisible de ne pas s’occuper des travaux des autres »8.

  • 9 K. Marx, Manuscrits de 1844, tr. fr. J.-P. Gougeon, Paris, GF, 1996, Troisième manuscrit, p. 205.
  • 10 NE, p. 90 ; WE, p. 48.

7Lors de la montée en puissance de la grande industrie, les économistes comme Smith, Ricardo et Mill ont essentiellement remarqué que la division du travail permettait d’augmenter la quantité de produits et d’améliorer le rendement du travailleur en l’isolant dans sa tâche particulière. La perspective antique semblait plutôt privilégier le gain en termes de qualité : la finalité du produit restait maîtrisée par le travailleur lui-même. Dès la première révolution industrielle, l’activité humaine est réduite à un mouvement mécanique isolé. Division du travail et utilisation des machines améliorent la productivité des grandes manufactures. La fonction de chaque homme est identique à celle d’une machine. Lui sont confiées le minimum d’opérations techniques, l’ouvrier est spécialisé. Ces conditions permettent la production de richesses en masse. Le diagnostic de Marx au sujet de la division du travail est qu’il est « l’expression visiblement aliénée de l’activité et de la force essentielle de l’homme en tant qu’activité et force essentielle génériques »9. Anders reprend cette perspective en insistant sur la relation entre l’homme et la machine : le processus de production est décomposé en activités partielles, chacun possède la sienne, homme et machine sont sur un pied d’égalité. La division du travail, tendance à la spécialisation, s’accentue peu à peu jusqu’à enfermer chaque homme dans une seule phase de travail, au même titre qu’à chaque détenu correspond une cellule de prison. L’homme est un « détenu (Häftlinge) »10, pris au piège de l’image de son travail spécialisé, exclu de la représentation de l’appareil dans son ensemble, auquel pourtant il appartient. La masse salariale est une propriété du producteur au même titre que les machines sur lesquelles ils travaillent.

8La réification de l’homme tient au traitement factuel qui lui est imposé : il est considéré au même titre que l’inerte, exclu du monde de la vie en tant que partie constituante de celui-ci. Il se résume à son utilité de chose, à sa capacité à remplir une fonction déterminée séparée des préoccupations de la vie ou de la survie. L’homme n’est plus seulement devenu un joueur de piano mécanique qui, par son activité, parviendrait toujours à produire une mélodie :

  • 11 AM 2, p. 72 ; G. Anders, « L’humanité dépassée », Conférence, n° 14, op. cit., p. 266.

« Alors que la lecture ou le jeu du piano sont, au sens d’Aristote, entelechiai et portent en eux-mêmes leur telos et ainsi leur propre satisfaction, le travail à la machine est en quelque sorte "an-ergeia", car il est exclu de l’ergon, c’est-à-dire de l’intérêt pris à celui-ci, de sa connaissance. Un cheval de mine ne devient pas un promeneur, parce qu’il fait son travail aveuglé. La finalité de la production disparaît dans ces activités, la production est pour ainsi dire décapitée. Et le travail relève désormais de la simple exécution à cause de cette mutilation »11.

  • 12 H. Arendt, Le système totalitaire, tr. fr. J.-L. Bourget, R. Davreu et P. Lévy, Paris, Seuil, 197 (...)

9Dans cette situation, l’homme est privé de deux satisfactions pourtant fondamentales : d’une part celle de la réalisation concrète du produit fini, d’autre part celle apportée par une effectuation indépendante, contenant en elle-même sa propre finalité. Si l’isolement du travailleur ne rompt pas le contact du travailleur avec le monde en tant qu’œuvre humaine et laisse sa productivité intacte, il reste que « lorsque la forme la plus élémentaire de la créativité humaine – c’est-à-dire le pouvoir d’ajouter quelque chose de soi au monde commun – est détruite, l’isolement devient absolument insupportable »12. Pour Arendt, un monde, où toutes les activités seraient conçues à partir du modèle et avec les valeurs du travail, ne laisserait au travailleur que la possibilité de l’effort pour se maintenir en vie. La privation de la première satisfaction, celle de la réalisation du produit fini, semble être une vue commune à Anders et Arendt. Mais la question de l’effort, comme dernier résidu rappelant au travailleur la portée de son activité, est traitée différemment par les deux auteurs. Pour Arendt, l’effort maintient la présence d’une finalité dans le travail alors que pour Anders cette possibilité a disparu : le travailleur ne possède absolument plus rien.

  • 13 AM 2, p. 72 ; G. Anders, « L’humanité dépassée », Conférence, n° 14, op. cit., p. 266. L’expressi (...)
  • 14 Ibid., p. 74 ; p. 268.
  • 15 Voir 1.1.4.
  • 16 Voir 1.3.3.
  • 17 Il est difficile de rendre probant le raisonnement d’Anders à partir des verbes français. En angl (...)

10Il s’agit de la seconde spécificité du travail : la disparition de l’effort. L’homme est dépossédé de l’épreuve de la réalité du travail. L’exécution a remplacé la production. Elle est devenue un pseudo-loisir où son énergie est utilisée pour entretenir une vigilance ininterrompue13. « Le travail ne consiste plus qu’à être payé pour une concentration que l’on fournit accompagnée d’un acte d’immobilité physique »14. L’attente est devenue la fonction principale du travailleur automate devant sa machine. La troisième spécificité est déjà mentionnée par Anders lorsqu’il détaille dans le chapitre sur la honte prométhéenne (AM 1), ce qu’est l’homme conforme, imitant les instruments15. Pour chaque travail, quel qu’il soit, le travailleur doit se conformer à des conditions a priori. En imitant ses instruments, les machines qu’il « utilise », le travailleur s’approprie leur structure : il effectue une assimilation catégorielle par l’identification avec la chose inhumaine, la machine, qui le déshumanise en ça mécanique16. La fonction du travailleur est de maintenir son imitation de la machine pour que son exécution soit parfaite : les proportions d’économique et de comportemental sont inversées au sens où plus il existe de choses produites sur le modèle de la division du travail et de l’action mécanique, plus leur quantité est grande, moins la part des œuvres produites, au sens de « créées », sera importante17. Exécuter revient à produire. Anders inverse la formule classique, règle générale logique, « causa aequat effectum » qui veut qu’un effet corresponde à sa cause. Selon lui, dans la relation homme-machine, « effectus transcendit causam », ce qui signifie la chose suivante :

  • 18 AM 2, p. 66 ; G. Anders, « L’humanité dépassée », Conférence, n° 14, op. cit., p. 259.

« L’effet (le produit fabriqué par le travail ou son rendement) dépasse la prétendue "causa" (le travail du travailleur), non seulement par son échelle de grandeur, mais aussi par sa nature. "L’écart" entre causa et effectus est si important, que (d’un point de vue cette fois psychologique) celui qui en est la cause (c’est-à-dire celui qui travaille) ne reconnaît quasiment plus l’effet de son activité comme le sien, et ne s’identifie donc plus à "son" produit »18.

  • 19 Ibid., p. 67 ; p. 260.

Le décalage produit entre cause et effet retire au travailleur la possibilité même de s’identifier à son activité : il ne lui est plus possible de tenter cette identification, ni même d’échouer et avoir honte. Le travailleur n’a plus besoin de s’identifier à son produit pour être efficace : « on ne l’a pas simplement privé de l’envie et de la capacité, mais aussi du droit de réaliser l’identification »19. La tentative d’identification au produit nuirait à l’efficacité de la production. Le travailleur ne doit plus avoir aucun intérêt pour ce qu’il produit, il travaille sans finalité et considère qu’il s’agit de son « droit ».

2.1.2. Anthropologie des chômeurs

  • 20 La seconde partie de ce texte, « Anthropologie des chômeurs », a été traduite et publiée dans la (...)
  • 21 G. Anders, « Anthropologie des chômeurs », in Tumultes, n° 28-29, 2007, p. 400.
  • 22 Deux chapitres de cet ouvrage, celui sur Georg Grosz et celui sur John Heartfield, ont été tradui (...)

11Lors de sa première semaine d’émigration, en 1933, Anders a écrit un texte intitulé Versuch einer Selbstverständlichung (tentative d’autocompréhension)20. Il y définit le chômage comme étant « cet état dans lequel on est rien, on n’appartient à aucun lieu, on n’est plus une chose utilisable [et qui] n’est pas la mort »21. L’homme sans travail ne dispose plus que de son existence physique. Il ne parvient même plus à vendre sa force de travail et se heurte violemment à la contingence absolue de sa présence. Dans le contexte de la montée en puissance du national-socialisme, Anders explique que la condition misérable du chômeur s’est transformée en rage sans objet déterminé. Celui-ci n’était déjà plus en mesure de savoir qui précisément l’avait mis dans cette situation insupportable. Sans qu’il ne soit formulé, cet écrit semble contenir en prémices la description de « l’homme sans monde », de l’homme pris dans un tel décalage au sein du rapport entretenu avec son environnement qu’il ne dispose tout juste encore que de son corps. Ainsi dans l’introduction de l’ouvrage Mensch ohne Welt. Schriften zur Kunst und Literatur, affirme-t-il22 :

  • 23 Günther Anders s’inspire ici de Christian Morgenstern (1871-1914), poète allemand. Dans un entret (...)
  • 24 G. Anders, « L’homme sans monde », tr. fr. M. Colombo, in Conférence, n° 12, printemps 2001, p. 3 (...)

« Étaient et sont des "hommes sans monde" tous ceux qui sont contraints de vivre à l’intérieur d’un monde qui n’est pas le leur, d’un monde qui, bien qu’ils le produisent et le fassent fonctionner par leur labeur quotidien, "n’est pas construit pour eux" (Morgenstern)23, n’est pas là pour eux, un monde pour lequel ils sont prévus, utilisés et "là", mais dont les normes, les visées, le langage et le goût ne sont pas les leurs, ne leur sont pas autorisés »24.

  • 25 Entrer dans les détails de la conception du prolétariat chez Marx et ses interprètes ne semble pa (...)
  • 26 G. Anders, « L’homme sans monde », Conférence, n° 12, art. cit., p. 313.

12Sans contredire la thèse de Marx sur le prolétariat qui ne possède pas les moyens de production, Anders la généralise pour viser ce qu’il nomme de « négativement ontologique », à savoir qu’au-delà des moyens de productions, le produit lui-même, le monde qu’il fabrique, n’est pas celui du travailleur et a fortiori encore moins celui du chômeur25. Sur ce point la définition heideggerienne de l’existence humaine comme « être-dans-le-monde » n’est patente que pour la « classe dominante ». Le travailleur n’a malgré tout que ce monde à l’intérieur duquel il vit : il ne peut en concevoir un autre, ce pourquoi il lutte pour avoir un travail, il défend le peu d’accroches qui le lient à « son » monde. Cette condition rend possible la production d’objets absurdes ou évidemment dangereux pour lui-même dont l’exemple le plus probant n’est autre que la fabrication de bombes nucléaires. C’est un travail auquel le travailleur affirme « avoir un droit, un droit sacré même, [qui] prouve combien il vit peu dans son monde, combien il est, sans en avoir conscience, "privé de monde" »26. Le chômeur dépossédé de son travail est privé de monde à un degré supérieur : même si ce monde n’était pas le sien, il représentait une appartenance minimale à quelque chose.

13Anders renomme le travail, somme de mouvements dictés par la machine lors de son effectuation, sous l’appellation de « gymnastique », composée « d’exercices non libres » en lei et place des actes autotéliques. Son désarroi provient de la situation de ceux qui, privés de la possibilité d’effectuer cette tâche répétitive, sont désormais en concurrence avec ceux qui en sont pourvus :

  • 27 AM 2, p. 92 ; G. Anders, « Obsolescence du travail », tr. fr. V. Deroche, in Conférence, n° 17, a (...)

« Ils proclament mordicus droit politique fondamental le droit à cette gymnastique, en fait ils sont contraints de le proclamer, parce que sans cette gymnastique du néant ils se retrouveraient dans le néant, ou assis devant l’écran – mais ce "faire" ("Tun") n’est qu’un déguisement du rien-faire –, et parce qu’ils seraient alors contraints d’avaler quotidiennement la pâtée du temps libre surgissant toujours de nouveau devant eux »27.

  • 28 Sur l’évolution du prolétaire en « ermite de masse », voir également en 2.2.1.
  • 29 AM 2, p. 93 ; G. Anders, « Obsolescence du travail », Conférence, n° 17, art. cit., p. 84.

14Du fait de cette concurrence entre travailleurs et chômeurs, les « prolétaires »28 seraient actuellement plus nombreux que jamais, mais sous une nouvelle forme déguisée et masquée par l’évolution des contraintes : d’une part, l’immense majorité des travailleurs est vouée à la répétition quotidienne d’exercices non libres et d’autre part, ceux qui sont exclus de la catégorie des travailleurs sont condamnés à réclamer cette « chance de travailler sans liberté (Chance, unfrei zu arbeiten) »29. Selon Anders, l’augmentation progressive du chômage n’est que l’inéluctable conséquence du principe d’automatisation à l’œuvre dans l’amélioration de la productivité, tendance au dépassement illimité des performances. Si certains ont encore la possibilité de travailler, d’effectuer une « gymnastique », alors cela ne devrait plus durer : la proportion d’attente, avec la concentration qu’elle présuppose, doit prendre le pas sur les exercices non libres.

15Trois aspects négatifs relèvent de cette situation de vigilance :

    • 30 Ibid., p. 95 ; p. 86.

    Le premier aspect négatif provient de la transformation progressive du statut du travailleur en un « attendant ». Le travailleur devient peu à peu le « berger des objets (Objekthirte) »30. Il n’effectue rien au sens où sa tâche n’est plus qu’une surveillance avec concentration, dans l’attente des potentielles erreurs de la machine. Contrairement au travailleur à la chaîne, qui malgré sa condition est toujours en mouvement, le travailleur au sein de l’automatisation des processus de production est privé de cette apparence d’action.

  • La deuxième négativité nait de cette attente : l’attendant attend que rien ne se passe. Contrairement au travailleur à la chaîne confronté à une répétition d’événements, l’attendant n’est confronté qu’à une absence d’événement, dans l’espoir qu’une avarie ait lieu. Son attention est privée à la fois d’objet, il faut que rien n’arrive, et de sens : une fois la journée de « travail » terminée, l’attendant est confronté à la sensation d’avoir été vigilent « pour rien ».

    • 31 Ibid., p. 96 ; p. 88.

    Le troisième aspect négatif de la situation d’attente est l’isolement qu’elle présuppose, « l’érémitisme des travailleurs contemporains »31. N’ayant plus de voisin de travail, à la manière de ces cloisonnements de bureaux identiques dans les grandes entreprises, l’attendant ne dispose plus que d’une seule possibilité d’orientation : être tourné en permanence vers le processus à surveiller, vers la chose elle-même, ultime étape de la division du travail. En résulte une asocialité perceptible jusque dans la terminologie utilisée pour désigner l’attendant : le terme « travailleur » (Arbeiter) passe pour être réservé, à juste titre, aux nostalgiques de la « lutte des classes », remplacé par le terme « demandeur d’emploi » (Arbeitnehmer).

  • 32 Le taylorisme est cité à titre d’exemple, c’est pourquoi la double division du travail (verticale (...)
  • 33 AM 2, p. 98 ; G. Anders, « Obsolescence du travail », Conférence, n° 17, art. cit., p. 90.
  • 34 Ibid., p. 99 ; p. 92.

16Dès lors que division du travail et rationalisation technique régissent la production de l’homme s’en suit une évolution de sa situation d’actif, en trois étapes. Dans un premier temps, l’homme se fait machine : l’analyse des techniques de production, comme dans le taylorisme, a permis l’augmentation de la productivité de l’homme lorsqu’il travaille à la chaîne32. Le travailleur vit dans une temporalité cyclique où la répétition efface le flux du temps au même titre que l’homme n’est pas conscient en continu de chacune de ses respirations. Malgré sa situation, il possède encore une conscience de classe, ses camarades effectuent les mêmes gestes à côté de lui. Dans un second temps, l’homme devient l’outil de surveillance de la machine : il a pour fonction de s’assurer du bon déroulement du processus de production. Il est isolé dans sa fonction de vigile et confronté au caractère interminable du temps devenu éternelle attente sans objet. La dernière étape est celle où il n’y a plus besoin ni de travailleur à la chaîne, ni de vigile ou « attendant » : l’homme est sans travail. La vocation des améliorations techniques, de l’automatisation toujours croissante, est de faire fonctionner le processus de production sans l’homme. Le troisième stade de l’homme sans travail a pour finalité de se répandre parallèlement à l’accroissement de la part d’automatisation dans les processus de production. « La question n’est plus de répartir équitablement les fruits du travail, mais de rendre supportables les conséquences de l’absence de travail »33. La rationalisation du travail finit par rendre obsolète la présence de l’homme au sein de la production, jusqu’à provoquer une inversion des moyens et des fins : alors que le travail était le moyen d’obtenir la satisfaction des besoins, il est devenu lui-même un besoin, une finalité à acquérir pour elle-même. Le travail est devenu un produit à fournir pour répondre à sa demande croissante émanant des « demandeurs d’emploi » chaque jour un peu plus nombreux. Dans son texte de 1977, Anders dénonce une contradiction économique, toujours d’actualité, entre rationalisation et plein-emploi : progrès technique et automatisation diminuent le nombre de travailleurs qu’il était autrefois nécessaire d’employer pour effectuer une même tâche. « Le postulat du plein-emploi sera donc d’autant moins réalisable que le niveau technologique d’une société est élevée »34.

  • 35 Günther (Stern) Anders était le fils de Clara et William Stern, inventeur du concept de quotient (...)

17À partir d’une analogie avec le QI (intellect quotient), Anders introduit l’idée d’un WQ (workers quotient)35. Cet indice exprime le pourcentage de travailleurs nécessaires au maintien en vie de cent personnes. L’idéal d’une société sans chômage est celui d’un WQ chiffré à 100 : chacun disposerait d’un travail, utile et indispensable au bien commun. Mais selon lui, trois raisons, propres au système capitaliste, excluent la possibilité de réalisation de cet idéal :

« En premier lieu parce que c’est le maintien de la production d’un certain nombre de chômeurs qui fait de tout poste de travail un objet de désir et qui affaiblit l’ensemble des travailleurs.

En second lieu parce que la rationalisation, donc la réduction des postes de travail, est recherchée en vue de l’accroissement du profit.

  • 36 AM 2, p. 100 ; G. Anders, « Obsolescence du travail », Conférence, n° 17, art. cit., p. 93.

En troisième lieu parce qu’il est plus souhaitable que 10 % suffisent à en entretenir "100 %" – ou encore : toute entreprise vise à ce que son avoir (Haben) dépasse son devoir (Soll) »36.

  • 37 Ibid.

18Le maintien d’une partie de la population de travailleurs à l’état de chômage fait de la possession d’un travail une fin en soi : le chômeur a et doit avoir honte face au poids qu’il représente pour la société en marche. Réduire les coûts engendrés par la main d’œuvre est toujours une priorité en soi pour qui veut augmenter son profit. Remplacer un travailleur par une machine pour effectuer la même tâche permet d’augmenter la productivité. S’assurer qu’il y a plus de consommateurs que de producteurs permet également de garantir la supériorité de la demande sur l’offre et de la réguler plus facilement si besoin est. La règle énoncée par Anders se résume en une seule phrase : « n personnes ne sont jamais nécessaires pour entretenir n personnes »37. Celle-ci est valable aussi bien pour les économies capitalistes que pour les économies socialistes de l’époque : le choix du marché libre ou de la planification n’a aucun effet majeur sur les avancées techniques, si ce n’est une différence de vitesse, comme la « course » aux armements ou la « conquête » de l’espace l’ont démontré par le passé. Cette règle, qui veut qu’une société n’ait pas nécessairement besoin de tous ses membres pour fonctionner et que la proportion de chômeurs est destinée à s’amplifier, peut se formuler différemment une fois replacée dans une perspective historique :

  • 38 Ibid. p. 99 ; p. 91. Le ton parfois prophétique de Günther Anders est le sujet, entre autres, de (...)

« Le chômage qui prédomine maintenant fera apparaître relativement inoffensif celui qui a régné il y a cinquante ans. Si l’on songe que ce dernier a été une des causes essentielles du nazisme, le courage peut vous manquer pour vous représenter ce que produira celui d’aujourd’hui. Il n’est pas du tout exclu que les fours d’Auschwitz (alors absurdes économiquement) servent de modèles pour "maîtriser" (Bewältigung) le fait que, par rapport à la demande de travail, "il y a trop de gens" »38.

  • 39 G. Anders, Besuch im Hades, Auschwitz und Breslau 1966, Nach « Holocaust » 1979, Verlag C.H. Beck (...)
  • 40 Sur cette question voir l’article de Diane Cohen, « Tous fils d’Eichmann ? » publié dans la revue (...)
  • 41 H. Arendt, Eichmann à Jérusalem, tr. fr. Anne Guérin, Paris, Gallimard, 2002, p. 282.

19Puisqu’il est impossible de vérifier à l’avance quelle évolution suivra le « marché de l’emploi », l’examen de la situation d’un travailleur à l’époque de la Shoah peut en donner un exemple. Anders décrit la Shoah, dans son ouvrage Besuch im Hades, sous la forme d’un journal, à travers ses yeux d’homme qui était « destiné à être assassiné et transformé en déchet »39. Son propos y reste centré sur la question de l’efficacité technique dans la production de cadavres, envisagée du côté de la machinerie mortelle. Il applique le concept de décalage prométhéen aussi bien aux exterminations des camps qu’à celles des bombes atomiques40. Dans le prolongement des examens du travailleur et du chômeur, l’exemple d’Adolf Eichmann, SS Obersturmbannführer, responsable de la section IV-B-4 du RSHA (Reichssicherheitshauptamt, Office central de la sécurité du Reich), « courroie de transmission la plus importante de l’ensemble de l’opération [de déportation] »41 cristallise le décalage prométhéen au niveau individuel.

2.1.3. Exécuter et faire : l’exemple Eichmann

  • 42 À noter que la première édition en allemand est datée de 1964, soit une année seulement après la (...)

20Tout comme dans la plupart des ouvrages d’Anders, le décalage prométhéen est explicité dans l’ouvrage Nous, fils d’Eichmann, composé de deux lettres adressées au fils d’Adolf Eichmann, restées sans réponse42. Anders y analyse à nouveau l’écart entre deux capacités de l’homme, à savoir ses possibilités de fabrication (Herstellung) dépassant de très loin ses possibilités de représentation (Vorstellung) :

  • 43 Günther Anders semble perpétuer l’habitude qui consiste à concevoir l’imagination sur le modèle d (...)
  • 44 NE, p. 52 ; WE, pp. 24-25.

« Tout d’abord, ce que nous pouvons faire désormais (et ce que nous faisons donc effectivement) est plus grand que ce dont nous pouvons nous faire une image43 ; qu’entre notre capacité de fabrication et notre capacité de représentation un fossé s’est ouvert, qui va s’élargissant de jour en jour ; que notre capacité de fabrication – aucune limite n’étant imposée à l’accroissement des performances techniques – est sans bornes, que notre capacité de représentation est limitée de par sa nature »44.

Cette thèse implique l’idée que le monde technique s’obscurcisse à mesure que les possibilités de fabrication s’accroissent. L’obscurcissement officie en remplacement de « l’aliénation » entendu au sens classique du terme. Selon Anders, les représentants de la doctrine de l’aliénation s’en prennent exclusivement aux questions de propriété des moyens de production et espèrent que leur transformation aidera à la libération définitive de l’homme. Or, l’essentiel n’est pas le mode de production mais le résultat de celle-ci : Anders invite à une critique des produits et non plus simplement de leur mode de production. Le produit lui-même est en cause. Sous cette appellation sont réunis aussi bien les bombes atomiques, les marchandises industrielles de masse que les hommes contemporains eux-mêmes.

21Adolf Eichmann est choisi par Anders comme archétype du monstrueux né de la technique. Il se distingue particulièrement par son absence de sentiment de responsabilité quant aux actes qui lui étaient reprochés et pour lesquels il fut condamné, lors de son procès à Jérusalem en 1962. La thèse d’Anders concernant le sentiment de responsabilité est résumée par la phrase suivante :

  • 45 NE, p. 59 ; WE, p. 29. La question du seuil maximum ou « supraliminaire » est traitée spécifiquem (...)

« Si infernal que cela puisse paraître, on peut pourtant dire de ce dernier exactement la même chose que de la représentation et de la perception : qu’il devient d’autant plus impuissant que l’effet visé ou déjà atteint augmente ; qu’il devient égal à zéro – et cela veut dire que notre mécanisme de freinage aboutit à l’arrêt total – dès qu’un certain maximum est dépassé. Et parce que cette règle infernale fonctionne, la voie est libre pour le "monstrueux" »45.

  • 46 H. Arendt, Eichmann à Jérusalem, op. cit., p. 74.

Le fossé entre effet de l’action et responsabilité de celle-ci laisse le champ libre au monstrueux. Mais comment cet écart se génère-t-il ? Quelles étaient les conditions et les motifs des actions entreprises par Eichmann si tant est qu’il soit adéquat d’utiliser le terme d’action ? Le procès d’Adolf Eichmann était un procès en bonne et due forme : il devait répondre de ses actes et non des souffrances de Juifs. Ce n’était pas non plus le procès du peuple allemand dont il aurait formé le représentant, ni celui de l’antisémitisme dont il a cautionné sinon propagé les thèses. Toute l’ambiguïté de la situation d’Eichmann se résume dans la phrase de son avocat, cité par Hannah Arendt : « Eichmann se sent coupable devant Dieu et non devant la loi »46, propos qui n’a jamais été confirmé par l’accusé. Dans le cadre juridique nazi en vigueur à l’époque des faits qui lui étaient reprochés, Eichmann a agi de manière strictement légale : il n’a donc été jugé que sur la base de sa contribution à la Shoah.

  • 47 Ibid., p. 117

22Son incapacité à considérer quoi que ce soit du point de vue d’autrui forme un trait significatif de sa personnalité révélée lors du procès. À plusieurs reprises Arendt décrit Eichmann comme un homme d’un niveau intellectuel relativement médiocre à la mémoire confuse. Il s’exprimait essentiellement par slogans (Schlagworte) et expressions toutes faites (Redensarten) tout en pensant faire usage de « mots ailés » (geflügelte Worte). Eichmann l’avoue lui-même : « Le langage administratif (Amtssprache) est mon seul langage »47. Pour Arendt, ce type de langage était le sien simplement parce qu’il était dans l’incapacité de prononcer une phrase qui ne soit pas un cliché, répétée à plusieurs reprises à l’identique au fil des interrogatoires et contre-interrogatoires, malgré sa piètre mémoire. Cette incapacité a fait d’Eichmann un sujet tout à fait réceptif au discours des ingénieurs de la propagande nazie :

  • 48 Ibid., p. 123

« Pendant la guerre, le mensonge qui eut le plus d’efficacité sur l’ensemble du peuple allemand, est le slogan de la "bataille du destin pour le peuple allemand" (der Schicksalskampf des deutschen Volkes) ; lancé par Hitler ou Goebbels, il suggérait premièrement, que cette guerre n’était pas une guerre ; deuxièmement que c’était le destin, et non l’Allemagne, qui l’avait commencée ; et, troisièmement, que c’était une question de vie ou de mort pour les Allemands qui devaient anéantir leurs ennemis ou être anéantis eux-mêmes »48.

  • 49 Ibid., p. 126. Concernant le rôle particulier du gouvernement de Vichy, voir le chapitre X de l’o (...)

23Le mensonge, érigé en système, a eu un effet d’automystification, de protection, condition morale de la survie, véritable palliatif. Sous le régime nazi, la propagande politique avait pour fonction de produire de telles formes de langage. En témoigne le terme de « réinstallation » utilisé pour qualifier les déportations dans les camps d’extermination. L’usage de ces automystifications garantissait la bonne conscience des antisémites notoires du gouvernement de Vichy lors des phases les plus zélées de collaboration française. Dans le cas particulier d’Eichmann, son journal rédigé pendant sa période d’exil en Argentine témoigne d’invraisemblances et de contradictions mêlées aux slogans de propagande. « Chaque ligne de ses gribouillages montre sa totale ignorance de tout ce qui n’était pas lié directement, techniquement et bureaucratiquement, à son travail »49. Eichmann revendiquait son attitude « objective » et méticuleuse dans le cadre du travail, symbolisée par la réutilisation du langage des SS. Les camps de concentration relevaient de problèmes « administratifs » alors que les camps d’extermination relevaient de problèmes « économiques ». Ce décalage entre l’énormité de l’acte et tout type d’affect pouvant lui correspondre est encore plus significatif lorsqu’Eichmann témoigne de sa réelle sensibilité à la vue du sang :

  • 50 Ibid., p. 180. Hannah Arendt reprend ici mot à mot les propos d’Eichmann.

« Encore aujourd’hui, je suis absolument incapable de regarder une blessure béante. C’est comme ça que je suis et on m’a très souvent dit que je n’aurais jamais pu devenir médecin. Je me souviens encore que je me suis représenté tout ça [les chambres à gaz en fonctionnement], et que j’ai eu un malaise, comme si je venais d’être en proie à une grande agitation. Ce genre de chose arrive à tout le monde et ça vous laisse un certain tremblement à l’intérieur »50.

Afin d’éviter ce malaise et le combat d’un affect désagréable, le retranchement dans la concentration et le zèle au travail de déportation apparaît d’un certain confort moral. Tortionnaires comme victimes de l’époque témoignent d’un véritable effondrement moral sciemment provoqué par les nazis. La question de la responsabilité, en tant que conscience d’acte, chez Eichmann était épineuse : comment juger un homme qui s’est « simplement » occupé de transport ? Le fait qu’il ait vu de lui-même les chambres à gaz et les camps de concentration, qu’il ait témoigné du malaise ressenti ensuite, forment paradoxalement les rares accroches affectives ayant permis à la cour d’établir sa responsabilité juridique.

  • 51 Ibid., p. 257. Hannah Arendt cite « l’impératif catégorique dans le IIIe Reich » de Hans Frank da (...)
  • 52 Ibid., p. 275
  • 53 Günther Anders fait mention de la « Banalität des Bösen » pour qualifier la figure d’Eichmann en (...)

24Il n’a cessé durant ses interrogatoires de déclarer qu’il n’avait fait que son devoir, qu’il obéissait aux ordres et à la loi. Eichmann avait même lu la Critique de la Raison pratique. Mais face à la légalisation du meurtre par l’État, l’application de l’impératif catégorique n’était plus possible en tant que telle. Pour faire usage de sa raison pratique, Eichmann avait pour maxime : « Agis de telle manière que le Führer, s’il avait connaissance de ton action, l’approuverait »51. La conduite d’Eichmann ne lui était pas dictée par son fanatisme ou par sadisme mais bien par sa conscience : « les paroles du Führer avaient force de loi (Führerworte haben Gesetzeskraft) »52. Là où la parole d’Hitler était un ordre pour les militaires, soumis à l’impératif hiérarchique, elle faisait loi pour le personnel administratif tel qu’Eichmann. Celui-ci n’avait de cesse d’admirer ce petit caporal devenu par sa seule force le dirigeant autoritaire d’une grande nation. Il semblait aller jusqu’à s’identifier à lui en terme de réussite professionnelle. La formule « banalité du mal »53 lui sied parfaitement au sens où dans un régime où le mal est légal, le diable n’est plus un tentateur mais un législateur. La conscience d’Eichmann a donc eu pour fonction de lui éviter la tentation de ne pas laisser les Juifs être déportés.

2.2. L’homme consommateur54

2.2.1. L’activité du consommateur

25À la temporalité du travail, régie par les impératifs de rationalisation et d’automatisation, correspond la temporalité du repos, temps du retour à soi, « temps libre » de la jouissance et du plaisir possibles. Or, pour Anders, en conséquence du déplacement du sujet du travail a lieu un déplacement du sujet du besoin. Le principal moteur de l’économie étant la technologie, la production de la demande précède désormais la production de l’offre. Cette possibilité de perversion de la loi de l’offre et de la demande est déjà contenue en prémices dans la description de la consommation donnée par Marx :

  • 55 K. Marx, « Introduction générale à la critique de l’économie politique » (1857), in Philosophie, (...)

« C’est la consommation qui accomplit l’acte de la production en achevant le produit en tant que tel, en le dissolvant, en consommant sa forme autonome et matérielle ; en élevant à l’habileté, par le besoin de la répétition, l’aptitude développée dans le premier acte de la production. Elle n’est donc pas seulement l’acte final grâce à quoi le produit devient produit, mais encore celui grâce à quoi le producteur devient producteur »55.

  • 56 Ibid., p. 365.
  • 57 OH 1, p. 121 ; AM 1, p. 102.

26La production détermine la consommation en créant le besoin sinon l’instinct de consommer. Production et consommation apparaissent comme les deux moments d’un seul acte de reproduction de soi-même. La distribution assure un rôle de liaison entre production et consommation : les moyens techniques déployés pour l’effectuer renvoient à la question de la médiation en jeu entre le sujet et lui-même dans son acte de reproduction. En partant du principe que la spoliation du fruit du travail n’est pas seulement l’adage du capitalisme mais également de la rationalisation, de la division du travail et de l’automatisation, issus du progrès technique, Anders étend les thèses de Marx. Si le travail renvoyait à la production, le loisir renvoie à la consommation. En conservant l’examen parallèle des deux moments de l’acte de reproduction de soi-même, Anders étend la problématique de la distribution à une problématique de médiation : l’économie n’est plus qu’une catégorie de la technique. La portée de ce qui pourrait être dénommé « aliénation technique » est plus vaste et commence en amont des diagnostics établis par Marx : si le « machinisme »56 avait déjà massifié les processus de distribution à son époque, la technique a désormais investi jusqu’au métabolisme de l’homme avec la nature. La coïncidence entre production et consommation a pour conséquence la transformation de l’homme en « ermite de masse »57, alter ego du travailleur surveillant soliste de sa machine. La production ne fournit pas seulement la matière au besoin, mais elle fournit également un besoin à la matière :

  • 58 Ibid., p. 121 ; p. 103.

« L’homme "est ce qu’il mange" (ist was er ißt) et par conséquent l’on produit les hommes de masse en leur faisant consommer des marchandises de masse ; ce qui signifie en même temps que le consommateur de marchandises de masse collabore, en consommant, à la production des hommes de masse (ou à sa propre transformation en homme de masse) »58.

  • 59 Le choix de ce type de distribution technique simultanée d’un unique produit en de multiples exem (...)

27Le consommateur de marchandises de masse, en se transformant en homme de masse, n’est plus qu’un travailleur à domicile (Heimarbeiter). Sa seule activité consiste en sa transformation par le biais de ses loisirs (Muße), isolé chez lui. Le modèle de consommation et de loisir choisi par Anders est celui de la télévision et de la radio. Le travailleur à domicile consomme des images et du langage par le biais des productions des entreprises de médias59. Ce type de distribution technique est révélateur du fait qu’il n’est plus besoin d’opérer un rassemblement de masse pour fabriquer des hommes de masse. Il reste nécessaire, en amont des analyses de la conscience d’image et de la communication médiatique, de préciser les autres prolongements des thèses de Marx effectués par Anders. Ce dernier continue de s’opposer à Fichte et à la conséquence idéaliste de l’auto-position du moi qui fait du monde un objet produit par sa Tathandlung. Anders actualise la dialectique entre matérialisme et idéalisme :

  • 60 OH 1, p. 133 ; AM 1, p. 113.

« L’hypothèse commune à tous les idéalismes, au sens le plus large, est que le monde est là pour l’homme, soit comme un don, soit comme le produit de sa liberté, si bien que l’homme lui-même n’appartient pas au monde : il n’est pas un fragment du monde mais son pôle opposé. Expliquer ce don, cette "donnée", comme "donnée" sensible (dieses "Datums", als "Sinnesdatums") n’est qu’une variété d’idéalisme parmi d’autres, et pas la plus importante »60.

  • 61 Günther Anders semble accuser ici Husserl de sensualisme sans toutefois le nommer, propos qui sem (...)

Considérer le monde tel un don, comme dans la Genèse où il s’agit d’un royaume, comme image de la perception (Wahrnehmungsbild) dans le « sensualisme »61 ou comme objet de consommation chez Hegel, le réduit au statut d’attribut ou de possession. En refusant ce postulat, Anders s’oppose au préjugé de l’appropriation de l’environnement comme étant une tendance inhérente à la nature humaine. La distribution technique du monde comme un objet de consommation est une caractéristique de la télévision, moyen technique de représentation de ce qui est absent, appareil de transformation du monde en images à vendre.

  • 62 M. Heidegger, Essais et conférences, op. cit., pp. 18-19. Heidegger refuse de décrire la techniqu (...)

28Dans la continuité de ce raisonnement la question de l’origine ou de l’authentique devient également celle d’une stratégie de vente, à soumettre à une critique économique et non à une herméneutique de la présence dissimulée à la manière de Heidegger dans sa conférence sur la technique62. La perversion de la loi de l’offre et de la demande devient réelle stratégie lorsqu’il s’agit de produire le besoin d’une marchandise correspondant à chaque organe, à chaque fonction possible de l’homme. Anders qualifie de « faim » le besoin d’être approvisionné sans cesse de marchandises :

  • 63 OH 1, p. 162 ; AM 1, p. 140. Traduction modifiée.

« Tout organe croit souffrir de faim dans ces instants où, au lieu d’être approvisionné, il est exposé au vide et donc libre. Pour lui, toute non-consommation momentanée constitue déjà une détresse (Not) ; le meilleur exemple est celui du gros fumeur. Pour lui, horribili dictu, la liberté ( = temps libre = ne rien faire (Nichtstun) = ne pas consommer (Nichtkonsum)) équivaut à la détresse (mit Not identisch) »63.

La télévision allumée en permanence n’est qu’un exemple parmi d’autres de l’exercice de l’attente analogue à celui effectué lors du travail. Au-delà de la critique purement économique du produit de masse livré par les médias, proche de la critique platonicienne de l’image trompeuse, la transformation en homme de masse et l’uniformisation de l’imagination et du langage potentiellement déclenchées par la consommation des images marchandises est à confirmer.

2.2.2. Critique de la télévision : imagination et conscience d’image

  • 64 La question de l’image et de sa reproduction technique est thématisée dans une conférence prononc (...)

29En complément des thèses andersiennes sur la télévision, il est besoin d’analyser la conscience d’image en jeu dans la consommation des images64. L’idée est de situer le point de croisement entre conscience d’image et imagination, lequel permettrait d’entrevoir l’influence potentielle de l’une sur l’autre. L’image en tant que telle est définie par Anders, dans une conférence de 1960, comme étant la catégorie principale du Dasein actuel :

  • 65 AM 2, p. 250 ; G. Anders, « Obsolescence de la réalité », tr. fr. T. Simonelli, in Conférence, n° (...)

« Par "image", j’entends toute représentation du monde ou de parties du monde, qu’elle consiste en photos, affiches, images télévisées ou en films. "L’image" est la catégorie principale, parce qu’aujourd’hui, les images ne représentent plus des exceptions qui existent également au sein de notre monde, mais parce que nous sommes plutôt encerclés par les images, parce que nous sommes exposés à une pluie permanente d’images »65.

  • 66 E. Husserl, Phantasie, Bildbewusstsein, Erinnerung : Zur Phänomenologie der Anschaulichen Vergegenw (...)

30Il importe, en complément de cette constatation sociologique, de décrire phénoménologiquement la conscience d’image, en la différenciant de l’imagination pure, même si Anders le fait de manière intuitive. Dans l’objectif d’une critique de la technique en jeu dans les médias de masse, il paraît nécessaire d’analyser les composants du produit fourni par la télévision. Les recherches de Husserl, en partant du neuvième paragraphe de la première section du volume XXIII des Husserliana, permettent d’abord de faire une distinction entre les trois niveaux qui constituent l’objet intentionnel de la conscience d’image66 :

    • 67 Hua XXIII, p. 18.

    Le premier est celui de l’image physique (das Bild als physisches Ding)67 : il s’agit de la strate perceptive, celle des pigments de couleur d’une photographie, de la chose-image.

    • 68 Ibid. p. 19.
    • 69 Les termes Begründung et Fundierung sont utilisés par Husserl lorsqu’il est question de la fondat (...)

    Le second est celui de l’image-objet (das Bildobjekt)68 : il s’agit du lieu de figuration d’un objet, c’est l’image représentante, la photographie en tant qu’elle est la photographie de quelque chose. L’image-objet est fondée sur l’image physique69. Sans elle il n’y pas de conscience d’image. C’est « l’image de Pierre ».

  • Le troisième est celui de l’image-sujet (das Bildsubjekt) : il s’agit du représenté par l’image représentante, ce dont l’image est l’image, le paysage ou la personne sur la photographie. C’est « Pierre en image ».

  • 70 Hua XXIII, p. 21. La traduction française propose « image spirituelle ». Husserl met l’expression (...)

31Husserl distingue la conscience d’image de l’imagination pure par l’absence du premier niveau dans celle-ci : il n’y aurait qu’un dualisme entre image-objet et image-sujet. Dans l’imagination pure, l’image-objet se produirait en absence de tout lien avec une chose physique. Dans la conscience d’image, l’image-objet a pour fonction d’éveiller une image mentale (ein « geistiges Bild » zu wecken)70. L’image-objet n’a absolument aucune existence, que ce soit dans ou hors la conscience : elle n’est ni réelle comme l’image physique, ni idéale comme l’image-sujet. Le lion du documentaire animalier apparaît mais n’existe pas, il ne peut, au mieux, que rendre apparent un lion qui existe, dans une savane en Afrique, mais qui est absent. Il faut donc bien distinguer la capacité de représentation en image ou caractère d’image (Bildlichkeit) des caractéristiques d’une photographie en tant que chose physique.

  • 71 Ibid. p. 405. Cité par le traducteur dans la version anglaise en page XLV.
  • 72 Ibid. p. 24. Husserl parle de « eine pointierende Funktion » lorsqu’il distingue le viser de l’ap (...)

32Husserl détermine le statut de l’image-sujet dans l’acte d’imagination pure, dénuée d’image physique. Dans la perception d’un objet, « véritablement la plus simple des expériences »71, un seul objet est appréhendé : l’objet visé, pointé parmi une pluralité d’objets appréhendés72. Dans l’imagination pure, Husserl précise qu’il est besoin de distinguer deux actes intentionnels, deux appréhensions différentes, liées par un rapport de fondation de l’une sur l’autre. L’appréhension de l’image-sujet est fondée sur l’acte par lequel l’image-objet est visée. Si dans le cadre de la conscience d’image le rapport de fondation s’entretenait entre image physique et image-objet, il semblerait que dans le cadre de l’imagination pure, ce rapport s’entretienne entre image-objet et image-sujet, sans que cela soit évident.

  • 73 Marbach E., « Imagination, conscience d'image, souvenir [Extrait de R. Bernet – I. Kern – E. Marb (...)
  • 74 Ibid.
  • 75 La « synthèse de la ressemblance » signifie que ce qui apparaît est le référentiel analogue à ce (...)

33Dans le cadre de l’imagination pure comme de la conscience d’image, le sujet, le visé, n’est pas présent. L’appréhension de l’image-sujet ne renvoie pas à une apparition correspondante. « Je vois le sujet de manière immanente dans l’image-objet qui apparaît, l’ami dans l’image photographique »73. Que ce soit dans un acte intuitif d’imagination pure comme dans la conscience d’image avec support perceptif, comme l’image à la télévision, l’image-sujet ne peut apparaître que dans et par le biais de l’apparition de l’image-objet : elle n’a pas de valeur pour elle-même. « La conscience de la relation au sujet est la conscience de la présentification de quelque chose qui n’apparaît pas dans ce qui apparaît sur le fondement de la ressemblance »74. Ce qui produit la conscience d’image, qui fait que je sais que c’est une image, provient de cette conscience de la différence entre image-sujet et image-objet, de cette synthèse de la ressemblance, à opposer à la synthèse de l’identité dans la perception75.

  • 76 Hua XXIII, § 14, p. 32 et § 19, p. 40.
  • 77 Ibid. p. 41.
  • 78 Ibid. p. 42.

34Il peut y avoir une telle coïncidence entre image-objet et image-sujet que l’imagination, conscience d’image ou imagination pure, soit prise pour une perception, comme lors de l’appréhension d’un personnage de cire ou lors de l’appréhension d’une hallucination ou d’une vision76. Dans les deux cas, l’écart entre les appréhensions de l’objet-image et du sujet-image est comblé par la suppression de la différence entre image et réalité : le personnage de cire est pris pour un homme réel, prouvant que « sans image, pas d’art »77 ; un salon d’appartement est pris pour une dense forêt vierge d’Amazonie, prouvant que « pour le visionnaire en état de transe, le monde de l’imagination pure est son monde réel »78. Le point commun entre imagination pure et conscience d’image semble bien être la synthèse de ressemblance.

  • 79 Ibid. p. 44.

35À partir de sa propre expérience perceptive de la Théologie de Raphaël accrochée au dessus de son bureau, Husserl pose la question suivante : l’apparition de l’image-objet est-elle fondée sur l’apparition de l’image physique ? « Lorsque nous nous imaginons le sujet, nous avons sous les yeux l’image comme chose présente dans l’espace (räumlich) et l’image comme fiction (Fiktum), support (Träger) de l’imagination »79. L’image physique comme l’image-objet ont les mêmes contenus d’appréhension. Mais les sensations visuelles sont porteuses de deux appréhensions, deux sens différents : d’une part, comme points et lignes sur du papier, et d’autre part, comme forme donnant à apparaître quelque chose. Dans les deux cas un même contenu de sensation est appréhendé mais sous deux appréhensions différentes. La seconde appréhension est celle de l’image-objet, laquelle éveille la conscience de sujet : c’est elle qui l’emporte sur la première appréhension. Si je regarde un tableau impressionniste le nez contre la toile, je ne vois qu’un ensemble de tâches de couleurs éparses. Si je regarde ensuite le même tableau d’un peu plus loin, avec plus de recul, alors m’apparaissent les formes. Mais les tâches de couleurs n’ont pas pour autant disparu : elles m’apparaissent maintenant comme dominées par l’appréhension de l’image-objet. Pour Husserl, il y a conflit (Widerstreit) entre les deux appréhensions.

  • 80 Ibid. p. 46.
  • 81 AM 2, pp. 252-253 ; G. Anders, « Obsolescence de la réalité », Conférence, n° 21, art. cit., p. 3 (...)

36Dans l’exemple du tableau de Raphaël, support perceptif au-dessus du bureau de Husserl, le papier et les lignes de crayon font partie de l’environnement réel, au même titre que l’écran plasma ou le tube cathodique de la télévision : « L’environnement est un environnement réel, le papier est aussi une présence réelle. L’image apparaît mais en conflit avec celle-ci, elle est donc une pure "image", et malgré son apparaître, un rien80 ». L’image-objet n’est rien en ce qu’elle ne consiste qu’en une configuration précise ne servant qu’à faire figurer en elle-même l’apparition du sujet. L’apparition de l’image est caractérisée par Husserl comme apparition d’un non-maintenant dans le maintenant : l’image-objet est qualifiée de rien ou néant car elle n’est qu’opératoire, elle ne sert qu’à rendre possible l’appréhension de l’image-sujet. Elle n’est ni spatiale ni temporelle, tout juste dans un « quasi-temps ». Anders reste assez proche de Husserl lorsqu’il parle d’absence dans la présence. L’omniprésence des images et la quantité qui sont imposées à chaque homme, entre autres par les publicités, a pour conséquence d’affaiblir la distinction entre réalité et représentation, au sens où non pas parce que la représentation prend la place de la réalité, comme pour Platon, mais parce que la réalité est absorbée dans la représentation. L’étape suivante est le passage de la quantité à la qualité, où une image (Bild) omniprésente et à laquelle personne ne peut échapper finit par être idéalisée (Vorbild) et devient un cliché81.

  • 82 Le terme « écart » est préféré ici à « conflit » au sens où le rapport conflictuel entre image ph (...)

37Le conflit porté par l’image-objet doit être compris dans un sens double, dont les deux parties ont été évoquées : d’une part, le conflit entre l’image comme apparition de l’image-objet et l’image comme image physique, comme dans l’exemple du tableau impressionniste, et d’autre part, l’écart entre l’apparition de l’image-objet et la représentation du sujet inhérente à cette apparition, comme par exemple dans le cas des différences de couleurs entre un homme réel et sa photographie82. À ce point précis s’insère la critique économique de l’image au sens où celle-ci est vendue en tant que meilleur produit que ce dont elle est la copie.

  • 83 Dans l’appendice VI au paragraphe 17, Husserl caractérise ce qu’est la conscience esthétique comm (...)
  • 84 Le portrait est un genre d’article ou de reportage au même titre que l’enquête et l’interview. La (...)

38La conscience d’image se définit essentiellement comme étant fondée sur une double appréhension conflictuelle entre une image physique en tant qu’image et une image-objet présentificatrice de l’image-sujet. Le second sens du conflit dont il a été question, l’écart entre image-objet et image-sujet, ne semble pas nécessaire à une définition synthétique de la conscience d’image sauf dans le cas particulier de la conscience esthétique83. Lorsqu’un reportage télévisé, en tant que portrait d’un politique, est dite réussie, la personne est intuitionnée directement : image-objet et image-sujet coïncident parfaitement84. L’image a ici une fonction de reconnaissance plus importante que sa fonction esthétique. Lorsqu’une peinture de la même personne est dite réussie, la personne est intuitionnée indirectement : l’image-objet est plus ou moins prise en compte par la conscience esthétique, comme par exemple le geste du peintre, le jeu de contraste particulier sur la toile ou la manière d’accentuer certains défauts dans une caricature. La fonction esthétique l’emporte sur la fonction de reconnaissance.

  • 85 Hua XXIII, p. 55.

39Dans l’imagination pure, comme il a déjà été dit précédemment, le support perceptif est manquant, il n’y a pas d’image physique. L’image-objet dans l’imagination pure peut-elle être identique à celle en jeu dans la conscience d’image ? « Une image-objet est-elle effectivement constituée dans l’imagination pure, à travers laquelle une image-sujet est intuitionnée ? »85. Husserl, avouant être pris d’un sérieux doute sur cette question, établit de nouvelles différences :

    • 86 Ibid. p. 59.

    Dans la conscience d’image, les apparitions de l’image-objet sont pleines et stables alors que dans l’imagination pure, les apparitions de l’image-objet sont protéiformes (Proteusartige)86 : il y a des différences de contenus, propres à l’imagination pure.

  • Dans la conscience d’image, les différents changements qui se produisent lorsque le regard glisse sur l’image ou lorsque les images s’enchaînent comme à la télévision, une continuité est préservée, alors que dans l’imagination pure, il y a une discontinuité de la représentation de l’objet : l’image flottante dans la conscience peut être plus ou moins riche et son apparition peut être intermittente. C’est une conséquence de l’instabilité de l’imagination pure, même dans le cas où l’intention est maintenue.

40Afin de compléter les thèses de Husserl avec celles d’Anders, il est nécessaire à nouveau d’ajouter l’aspect économique de la production industrielle en masse de l’image. Sa critique serait vaine dans un environnement où l’image resterait le propre de l’art. Ceci permet d’expliquer pourquoi l’art contemporain, en réaction à l’avalanche de représentativité permanente, cherche encore à détruire la Bildlichkeit de l’art. L’époque contemporaine dans les pays industrialisés se caractérise donc par

  • 87 AM 2, p. 250 ; G. Anders, « Obsolescence de la réalité », Conférence, n° 21, art. cit., p. 346.

« le fait que les reproductions qui nous sont livrées à domicile (qu’elles consistent en « œuvres » ou en images présumées du monde ou en "co-images" (Mitbildern) des événements actuels ou en idéaux (Vorbildern) en vue de conformisation) ne sont plus des îles dans la vie quotidienne, mais qu’inversement, le silence et l’absence d’images sont devenus des brèches dans le continuum du monde d’images »87.

  • 88 N. De Warren, « Imagination et incarnation », in Methodos, n° 9, C. Majolino (éd.), « L’autre Hus (...)
  • 89 Hua XXIII, p. 58.
  • 90 Ibid. p. 70.
  • 91 Ibid. p. 79.
  • 92 AM 2, p. 250 ; G. Anders, « Obsolescence de la réalité », Conférence, n° 21, art. cit., p. 346.
  • 93 Hua XXIII, p. 150.

41La confusion initiale entre conscience d’image et imagination pure pourrait provenir du rôle de médiation de l’image-objet, caractérisée comme image fictive (Bildfiktum) par Husserl. « Toute forme de conscience d’image fait appel au travail de l’imagination, mais toutes les formes d’imagination ne sont pas pour autant des formes de conscience d’image »88. Dans le cas possible d’une stabilité et d’une clarté des contenus purement imaginés, la distinction entre imagination pure et perception semble alors disparaître. En absence du rôle de médiation joué par l’image-objet dans l’imagination, rien ne semble indiquer de différence majeure entre le processus intentionnel mis en jeu dans la perception et celui mis en jeu dans l’imagination pure : la saisie de l’objet semble être directe dans les deux cas. Or, Husserl est parvenu à déterminer que « la conscience de ce qui n’est pas présent (Nichtgegenwärtigkeits-Bewusstsein) appartient à l’essence de l’imagination pure »89. Cette non-présence caractérise l’imagination pure en ce qu’elle montre l’existence d’un conflit entre le champ perceptif et le champ de l’imagination pure : à aucun moment ces deux champs ne peuvent être pris « en même temps (zugleich) »90. L’un est présent, en temps réel, l’autre non, en quasi-temps. L’apparaissant dans l’imagination pure l’est seulement à la manière d’un présent. « Dans l’imagination pure nous n’avons pas de « présent » (Gegenwärtiges) et, en ce sens, pas d’image-objet »91. D’un côté, les sensations en jeu dans la perception sont à même de constituer une image-objet, support de la conscience de caractère d’image dans le cadre de la conscience d’image. L’appréhension perceptive appartient aux sensations. De l’autre côté, les contenus sensibles en jeu dans l’imagination pure fondent une conscience modifiée. Ils valent immédiatement pour quelque chose d’autre et résistent à être pris pour présents. La distinction est qualifiée « d’originelle » par Husserl car les contenus sensibles en jeu dans l’imagination pure sont caractérisés primairement comme irréels. Or, lors de l’acte d’imagination pure se pose la question de l’origine de ces contenus sensibles. Sur ce point se situe l’apport particulier de la critique andersienne : lors de l’effectuation de la modification reproductive, les contenus sensibles mobilisés proviennent des expériences vécues de l’individu. L’omniprésence de l’image, le fait que chacun soit « exposé à une pluie permanente d’images »92 fait de l’expérience des images dans le monde une expérience du monde comme image, comme bien de consommation. Lorsque j’imagine purement un objet en absence, comme une bonne bouteille de bon vin, rien ne me permet d’affirmer que le contenu de sensation mobilisé dans la reproduction d’une perception d’une bouteille de vin provient de la bouteille que j’ai effectivement bue par le passé ou du référentiel analogue par le biais duquel je vise la bouteille, à savoir la personne dans la publicité en train de la boire, image vue et entendue quotidiennement. Ainsi, l’apparition dans l’imagination pure ne renvoie pas à un au-delà d’elle-même. « Lorsque, dis-je, je vis dans l’imagination pure, je ne remarque absolument rien d’une conscience représentative, je ne vois pas une apparition devant moi et ne la saisis pas comme représentant d’autre chose, mais je vois la chose, les événements, etc. »93. Dans la conscience d’imagination pure, je suis bien conscient d’un objet, mais comme si j’étais en train de le percevoir : ma conscience reproduit une quasi-perception, un seul objet est visé comme dans la perception.

42L’idée que l’imagination pure comportait une image-objet tout comme dans la conscience d’image est à abandonner :

  • 94 Marbach E., « Imagination, conscience d'image, souvenir », art. cit., p. 467.

« La conscience d’image est présentification mais elle n’est pas une présentification purement reproductive comme l’imagination, elle est une présentification perceptive pénétrant une conscience perceptive qui la fonde »94.

  • 95 Il se peut toutefois que l’imagination pure passe par l’intermédiaire d’une image. Il s’agit du c (...)

Dans le cadre de la présentification purement reproductive, l’objet visé est placé dans le champ de l’imagination pure, champ quasi-perceptif : il y a suspension de la question de la croyance, c’est un acte non-positionnel. C’est une expérience perceptive reproduite et modifiée. Dans le cadre de la présentification perceptive, l’objet visé l’est dans l’au-delà présentifié par l’image-objet, laquelle est initialement apparue à partir de la perception de l’image physique. Il s’agit donc d’un acte non positionnel fondé sur un acte positionnel95.

43Lorsque Husserl détermine l’imagination pure comme étant une présentification reproductive et non plus comme une présentification en image, conçue par analogie avec la structure de la conscience d’image, il insiste sur le fait que l’imagination pure, présentification, s’oppose à la perception, présentation, en ce qu’elle reproduit les impressions :

  • 96 Hua XXIII, p. 190.

« Dans le cas de la perception d’une maison, toute impression est "consciente", dans le cas de l’imagination pure, de la représentation dans l’imagination pure, nous avons une "quasi-conscience" de ces impressions. Cette quasi-conscience est la conscience de présentification au sens de la reproduction. Mais l’objet, [la maison] n’est pas reproduit en tant que tel mais purement imaginé : c’est un objet représenté présentifié »96.

44Lorsque je perçois une bouteille de vin, j’ai des impressions d’elle dans sa totalité comme de chacune de ses parties, ses couleurs, etc. Selon la manière choisie pour l’appréhender, je peux voir certaines configurations, différents moments objectaux. À cet acte de perception correspond un acte d’imagination pure. J’imagine purement la bouteille de vin par une présentification où l’objet est appréhendé en tant qu’objet absent de mon champ de perception, par une modification reproductive des impressions. Je perçois la bouteille de vin et par exemple je l’imagine à moitié pleine. La reproduction n’est pas une copie du vécu d’acte originaire mais bien un nouvel acte en soi, une présentification. Le tout peut être synthétisé par la formule suivante :

R (Wa) = Va

R = Reproduktion (reproduction),

W = Wahrnehmung (perception),

V = Vergegenwärtigung (présentification),

  • 97 Ibid. p. 311.

a = objet externe97.

  • 98 Dans le cadre du souvenir, de la « mémoire du présent » et de l’attente, les conclusions sont bie (...)
  • 99 N’étant jamais allé en Amazonie rien ne m’empêche d’en imaginer sa forêt en la visant comme objet (...)

45Lors de la présentification de la bouteille de vin, je n’ai pas simplement la conscience d’un objet, comme dans la perception, mais une conscience reproductrice de l’impression qui lui correspond. Je reproduis un présent possible, je présentifie une bouteille de vin possible98. J’ai conscience de la bouteille non pas comme d’une image flottante mais au travers d’une conscience reproductive de l’expérience possible constitutive de la possible perception. Lorsque j’imagine purement une forêt vierge d’Amazonie, je la présentifie par le biais d’une modification intentionnelle, reproduction de l’expérience possible, provoquée par ma conscience : c’est une auto-présentification99. À partir de cette redéfinition complète de l’imagination pure, Husserl inverse le rapport initial de sa conception d’après la conscience d’image, dans un texte de 1912. La présentification perceptive est conçue sur le modèle de l’imagination pure à laquelle est ajoutée la fonction imaginale ou iconique. Ce passage, issu de la section n° 15, résume le raisonnement à suivre :

  • 100 Hua XXIII, pp. 384-385.

Comme dans l’imagination pure reproductrice, les représentations, perceptions, jugements, sentiments, etc. figurés dans l’image (rendus en image) se distinguent de ceux, actuels, suscités en moi, le spectateur. La figuration elle-même est actuelle. Autant en vivant la figuration j’accomplis l’imagination pure reproductive, autant j’accomplis l’imagination iconique, la conscience d’image perceptive (perzeptive). Dans la fiction (Fiktum) perceptive un non présent (Nichtgegenwärtiges) (quelque chose qui dans d’autres circonstances serait intuitif et lui-même représenté dans une reproduction ou une autre perception) m’est rendu perceptivement sensible et imagé. La fiction m’occulte la représentation (reproductive) présentifiante. Elle coïncide avec elle. Le présentifié se glisse dans le présenté (das Vergegenwärtigte schlüpft in das Gegenwärtige), lequel devient le figurant. Et dès lors je peux vivre dans l’accomplissement de cette figuration et donc dans l’accomplissement de ce genre étonnant de présentification100.

  • 101 AM 2, p. 251 ; G. Anders, « Obsolescence de la réalité », Conférence, n° 21, art. cit., p. 347.

46Dans la conscience d’image, être conscient du présentifié perceptif s’accomplit sur un mode non positionnel. Si je décris le sujet dans le reportage télévisé, je peux le reconnaître, émettre des jugements, ressentir des sentiments, mais ce ne sont que des vécus modifiés. Seule la conscience de l’image physique s’accomplit sur un mode positionnel : je peux croire ou non en la présence du support perceptif. Quand Anders affirme que « nous sommes dépouillés […] de la faculté de prise de position »101 lors de la présentification perceptive d’un homme politique à la télévision par exemple, cela est dû à ce mode non-positionnel. Toute la tromperie de l’industrie de l’image est contenue dans le fait que l’image télévisée de l’homme politique soit le fruit d’un savant calcul et de jugements effectués en amont auxquels le téléspectateur ne peut rien opposer : il ne peut parler de l’homme politique que tel qu’il apparaît dans l’image qui lui est vendue, souvent accompagnée de la prise de position souhaitée (applaudissements du public, complaisance du journaliste, etc.).

2.2.3. Critique de la radio : communication et langage

  • 102 L’exemple de la nouvelle (Nachricht) est choisi par Günther Anders comme modèle potentiel de priv (...)

47En absence de conscience d’image, la radio semble sortir du cadre de la critique telle que posée par Anders. Or, de manière analogue à l’image, est fabriqué le langage avec pour but d’être vendu. Cette langue fabriquée peut aussi bien accompagner l’image à la télévision comme être autonome en radio102. Le rôle du journaliste est de parler de manière à ce que l’information transmise dans une nouvelle n’oppose aucune résistance à son assimilation. Il fabrique un produit dont la qualité fait en sorte que l’auditeur ou le téléspectateur choisisse son émission plutôt qu’une autre. Au même titre qu’un publicitaire hiérarchise les différents prédicats de son produit pour mieux le vendre, le journaliste hiérarchise l’information selon ses objectifs déontologiques individuels, selon les impératifs économiques de la multinationale auquel il appartient ou encore selon les impératifs politiques de l’appareil d’État pour lequel il travaille. Les intentions à la source de ces choix sont laissées de côté pour mieux s’intéresser aux structures du langage techniquement produit, en tant que marchandise reçue par l’auditeur. Celle-ci est qualifiée de « désamorcée » (entschärft) par Anders :

  • 103 AM 2, p. 255 ; G. Anders, « Obsolescence de la réalité », Conférence, n° 21, art. cit., p. 353.

« Parce que, du fait de la livraison, elles s’intègrent déjà dans la classe du reconnu (Anerkannt), avant même qu’elles n’aient pu être connues (erkannt) par nous, le public, avant même que nous n’ayons pu nous positionner à leur égard »103.

48Contrairement à l’œuvre d’art qui donne à voir un monde en soi, le langage, comme l’image, vendus par les médias de masse occultent l’opposition à la réalité. Ils fournissent des schémas à visée pragmatique :

  • 104 OH 1, p. 194 ; AM 1, p. 170. Traduction modifiée à partir de celle donnée par Thierry Simonelli d (...)

« Les stéréotypes (Schablonen) constituent des formes a priori de conditionnement (apriorische Bedingungs-Formen), mais pas seulement de l’intuition, pas seulement de l’entendement, pas seulement du sentiment (Gefühl), mais également du comportement et de l’agir – c’est-à-dire des matrices d’une étendue d’application et d’une universalité d’efficience (Leistung-Universalität) que même les philosophes les plus spéculatifs n’avaient jamais envisagées »104.

  • 105 R. Jakobson, Essais de linguistique générale, I, tr. fr. N. Ruwet, Paris, Minuit, 2003, « Les fon (...)

La communication médiatique et son langage technicisé, au même titre que son image, déchargent les spectateurs de l’expérience directe de l’objet. Ceci renvoie à la structure de tout acte de communication verbale telle que décrite par Roman Jakobson, schématisée de la manière suivante105 :

  • 106 OH 1, p. 191 ; AM 1, p. 166.

49La fonction référentielle concerne principalement le contexte auquel renvoie le message, l’état du monde dont parle le message. Il s’agit de la fonction informative de tout langage. Elle est particulièrement importante dans le cadre des nouvelles transmises par un bulletin d’information à la radio : en principe, le journaliste est sensé décrire des données factuelles et ne pas émettre de jugement en dehors de l’acte de hiérarchisation de l’information. Cette fonction référentielle dénotante devrait éclipser toutes les autres afin que l’expérience du spectateur soit la plus proche possible de celle du journaliste envoyé en reportage. « Il est du plus grand intérêt pour l’industrie des stéréotypes que ceux-ci soient les plus réalistes possibles »106. L’adéquation entre l’original et la copie garantit la crédibilité du produit transmis.

50La fonction expressive est centrée sur le destinateur, sur l’émetteur, dans l’exemple le journaliste. Elle lui permet d’exprimer son attitude, son émotion, et son affectivité par rapport à ce dont il parle. Les traits suprasegmentaux (intonation, timbre de la voix, etc.) du langage parlé se rattachent à la fonction expressive. Les billets d’humeur, éditoriaux et commentaires sportifs du journaliste sont en général l’occasion pour lui d’user de cette fonction. Elle permet en théorie de donner du style au discours. En pratique ces traits suprasegmentaux ont un effet sur le message réceptionné par l’auditeur : l’objectif de l’accentuation de certains mots est d’orienter l’attention de l’auditeur sur les parties les plus importantes du message. La frontière entre fonction expressive et fonction conative est ici relative.

51Cette dernière est centrée sur le destinataire, le consommateur, dans l’exemple, le spectateur ou auditeur. Il s’agit de reconnaître au langage une visée intentionnelle sur le destinataire et une capacité d’avoir sur ce dernier un effet. Cette fonction confère au langage son caractère pragmatique. En principe l’émetteur de données factuelles dites « objectives » devrait chercher à minimiser cet aspect de la langue. Les formes grammaticales à l’origine de l’instanciation de cette fonction sont par exemple le vocatif et l’impératif. Elles n’ont pas à être employées dans la transmission d’informations, sauf dans la publicité où la consommation est d’emblée l’objectif avoué. Or, provoquer le choc, la peur, déclencher un affect quelconque lors de la communication médiatique permet de s’assurer de l’attention du consommateur. Les pratiques publicitaires font partie intégrante des pratiques de l’information en tant que toute distribution d’information est nécessairement régie par des principes de communication.

  • 107 AM 2, p. 253.

52La fonction phatique sert à établir la communication, à assurer le contact et l’attention entre les interlocuteurs. Il s’agit des phrases de lancement prononcées par le présentateur du journal, de manière analogue au « allo ? » en début de conversation téléphonique, à la différence près que, dans la distribution technique de l’information, le rapport est unilatéral. « Qui ne fait qu’entendre, mais ne parle pas et qui ne sait, par principe, contredire, n’est pas seulement "rendu passif" (passivisiert), mais il est rendu soumis (hörig) et non libre »107.

53La fonction métalinguistique répond au besoin d’expliciter parfois les formes mêmes du langage utilisé. Elle doit être la plus faible possible pour garantir la réception idéale du message. La fonction poétique met l’accent sur le message lui-même et le prend comme objet. Il s’agit de mettre en évidence tout ce qui constitue la matérialité propre des signes, comme dans tous les procédés poétiques tels que l’allitération, les rimes, etc. Dans le cadre de la transmission d’information, cet aspect doit également être minimisé afin que l’attention de l’auditeur reste focalisée sur le contexte, l’information du message. Le rôle de ces trois dernières fonctions est donc relativement mineur au niveau de la production technique du langage sauf pour le cas particulier du slogan et des titres dans les journaux où l’objectif peut être d’attirer l’attention et de faire ruminer au consommateur une formule agréable en bouche.

54En reprenant en compte les caractéristiques de l’économie industrielle de masse et l’omniprésence du discours médiatique, produit et transmis par des techniques d’information, au même titre que les images, la sélection du lexique employé dans ce discours est d’autant plus importante comme le décrivait déjà Roman Jakobson :

  • 108 R. Jakobson, Essais de linguistique générale, I, op. cit., p. 46.

« L’ingénieur des communications approche le plus justement l’essence de l’acte de parole quand il tient que, dans l’échange optimal d’information, le sujet parlant et l’auditeur ont à leur disposition à peu près le même "fichier de représentations préfabriquées" : le destinateur d’un message verbal choisit l’une de ces "possibilités préconçues" et le destinataire est supposé faire un choix identique parmi le même assemblage de "possibilités déjà prévues et préparées" »108.

  • 109 Une remarque possible consisterait à dire que les pays industrialisés, « développés », contrairem (...)
  • 110 Inutile de préciser qu’il n’est pas question ici de nier en bloc l’intérêt potentiellement bénéfi (...)
  • 111 HP, p. 495.

Plusieurs conséquences se déduisent de cette situation particulière de l’homme contemporain confronté d’une part à la communication médiatique et d’autre part à la communication langagière. Dans le premier cas de figure, le rapport est unilatéral et l’auditeur est déchargé du choix des possibilités préconçues. Il consomme ces possibilités, ces choix d’information, de contenus référentiels, produits en amont aussi bien par un journaliste que par un ingénieur en communication. Alors le second cas de figure, celui de la communication langagière non techniquement produite, qui relève elle aussi d’une production de langage, est déterminée par le « fichier de représentations préfabriquées » imposé par les médias de masse109. Le jeu de forces déjà présent entre images du monde et monde en images trouve son corolaire dans le jeu entre langage « naturel » et langage techniquement produit : celui qui ne comprend pas le code institué par les mass médias, machines techniques pour qui plus rien n’est hors image ou hors langage, passe rapidement pour un original ou un inadapté au monde préfabriqué, servi prêt à consommer110, trop conscient de la maxime d’Anders « qui consomme asservi consomme l’asservissement »111.

2.3. Développement du monde-machine

2.3.1. L’essence de la technique et la machine

  • 112 NE, p. 91 ; WE, p. 49

55Il n’est pas question d’affirmer que le rôle dévolu aux machines techniques comme les mass médias est tel que l’indépendance de l’homme serait menacée, thèse fragile à la source de l’apparition de conduites au mieux nostalgiques, au pire réactionnaires. La tendance à la transformation du monde en machine fait suite au principe appliqué transversalement à tous les domaines de savoir et de faire de l’homme : la Maximalleistung ou performance maximale. « Ce que je veux désigner – je sais que cette thèse peut paraître aventureuse – c’est le fait que notre monde actuel, dans son ensemble, se transforme en machine, qu’il est en passe de devenir machine »112. L’erreur d’interprétation consisterait à faire d’Anders un briseur de machine, sur le modèle des ouvriers isolés se révoltant contre leurs instruments de production décrits par Marx dans le Manifeste du parti communiste. Dans un court article de 1987, il réaffirme l’absurdité de cette critique :

  • 113 G. Anders, « Briseur de machines ? », in Das Argument, n° 164, 1987, traduit et publié dans la re (...)

« Mon combat ne vise pas les modes de production, comme au dix-neuvième siècle, mais les produits eux-mêmes. Je n’ai encore jamais proposé que nous produisions des missiles manuellement et dans le cadre d’un travail à domicile au lieu de les produire en usine. Ce que j’ai toujours proposé, c’est qu’on ne produise pas de missiles du tout »113.

  • 114 AM 2, pp. 117-127 ; G. Anders, « Obsolescence des machines », tr. fr. V. Deroche, in Conférence, (...)

56Sa critique de la machine, entendue au sens d’ensemble d’appareils techniques remplissant une fonction déterminée, n’est pas celle d’un réactionnaire. Mais l’expression de « monde se transformant en machine » pourrait sembler métaphorique. Anders définit l’essence de la technique, à partir d’une analyse des principes régissant le fonctionnement d’une machine, dans un chapitre du second tome de Die Antiquiertheit des Menschen114. Le premier de ces principes est celui de l’expansion. Chaque machine tend de façon immanente à se dépasser elle-même, à s’agrandir et à se prolonger. La recherche et l’assimilation de nouveaux processus et appareils est nécessaire à la fiabilité de son fonctionnement et à sa perpétuation dans le temps. Ces processus et appareils externes sont intériorisés par la machine pour former un second ensemble unique et plus vaste. Les exemples fournis par le secteur de l’économie pourraient convenablement illustrer les thèses d’Anders. La fusion entre deux entreprises née d’une « OPA » (Offre Publique d’Achat) témoigne de la propension d’une machine à en absorber une autre pour former un plus grand groupe.

57Cette tendance à la fusion est insatiable : la machine dans son expansion désire l’harmonisation de son monde ambiant (Umwelt). Fiabilité et utilité requièrent automatisation et rationalisation du contexte intégré et fonctionnalisé : l’entreprise X ayant absorbé l’entreprise Y cherche par exemple à harmoniser les conventions sociales des salariés à partir du modèle le plus compétitif. Cette tendance à l’expansion a également pour conséquence une décroissance du nombre des machines existantes. Comme le précise Anders, cette décroissance doit être pensée comme corollaire au principe d’expansion et non de manière indépendante et empirique, sans quoi le constat serait celui d’une multiplication exponentielle des machines (ordinateurs, téléphones portables, etc.). L’expansion se fait par intégration : il y a une diminution des machines englobantes proportionnellement convergente à l’augmentation des machines individuelles.

  • 115 Ibid., p. 120 ; p. 427

« Cela implique que les machines, par le fait même de leur concaténation et de leur collaboration, cessent d’être des machines, qu’elles "chutent ontologiquement" en devenant des composants de systèmes, des éléments de grandes machines »115.

58Les machines individuelles perdent leur autonomie et cessent d’être des machines pour n’être que des rouages du système. Parallèlement à la réification de l’homme, Anders en conclut qu’a lieu une « réification des choses » (Verdinglichung der Dinge) : les machines contre lesquelles se battaient les ouvriers isolés de Marx étaient encore des individualités isolées. Le principe de perte d’autonomie se réitère jusqu’à la convergence terminale vers une machine unique et globale. Le monde s’organise en réseaux et est organisé selon les principes de fonctionnement idéaux de la machine. Cet état final est qualifié de totalitaire :

  • 116 Ibid., n.2 p. 439 ; p. 429. Günther Anders s’oppose clairement à Hannah Arendt et à sa conception (...)

« Je défends ici la thèse que la tendance au totalitaire tient à l’essence de la machine et qu’à l’origine elle provient du domaine de la technique ; que la tendance inhérente à chaque machine en tant que machine – soumettre le monde, exploiter en parasite les parties insoumises, se combiner avec d’autres machines et fonctionner avec elles comme composantes d’une machine totale unique – constitue la tendance fondamentale ; et que le totalitarisme, si effroyable qu’il soit, n’est jamais qu’une conséquence et une variante de ce fait technologique universel »116.

  • 117 NE, p. 96 ; WE, p. 53. Traduction légèrement modifiée.
  • 118 Voir en cette possibilité une « fin de l’homme » peut être interprétée à partir des aphorismes 22 (...)
  • 119 War Games, film de science-fiction réalisé par John Badham et sorti en 1983 est un précurseur dan (...)
  • 120 Les exemples de crises économiques et le cortège de solutions aveugles sinon hypocrites sont tell (...)
  • 121 AM 2, p. 124 ; G. Anders, « Obsolescence des machines », Conférence, n° 20, art. cit., p. 433.

59Deux termes à cette tendance au totalitarisme technique, « la situation (Zustand) technico-totalitaire vers lequel nous nous dirigeons »117, sont possibles : ou bien la fin du monde dans un globocide nucléaire interrompt les fusions de machines entre elles, ou bien ce stade de machine unique est atteint et l’ensemble des processus de production fonctionne en adéquation avec tous ses éléments118. Il n’existerait alors plus rien qui ne soit pas « machinique ». La possibilité de la fin du monde par une guerre nucléaire est significative, à très grande échelle, du fait que plus l’emprise de la machine est étendue, plus le danger et les risques de catastrophes sont importants. Pour illustrer sa thèse, Anders prend l’exemple d’une panne de réseau électrique aux États-Unis en 1965, mais l’exemple économique de la chaîne de production d’automobiles bloquée par une fabrication défectueuse d’une pièce sous-traitée à une petite structure est également significatif. La multiplication d’appareillages ouvertement dangereux comme les armes nucléaires accentue la possibilité de dysfonctionnement général d’autant plus si ces appareillages sont organisés en réseaux119. Puisque le processus d’expansion recèle indubitablement un danger, il ne peut progresser uniformément et régulièrement : son évolution se fait par le biais de crises successives, autant de moments propices pour les fusions entre machines120. C’est pourquoi « malgré l’intégration des parties dans le tout, chaque partie doit se protéger contre le tout et le tout contre chaque partie – la partie contre la défaillance du tout, le tout contre la défaillance des parties »121. Un rouage étant en mesure de paralyser l’ensemble de la machine, il est paradoxalement nécessaire à celle-ci d’avoir une « ration de survie » (eiserne Ration). Une entreprise aux multiples appareils, comme une société de chemins de fer, est poussée à trouver les moyens lui permettant d’éviter qu’une grève de quelques rouages ne grippe l’ensemble de la machine. Le peu d’autonomie des machines individuelles est ainsi fonctionnalisé.

  • 122 Ibid., p. 125 ; pp. 434-435.

« Autant il est difficile de douter que l’interconnexion (qui a sans doute le plus avancé dans le marché de l’énergie) de tous les appareils et installations a entraîné d’immenses avantages, autant il est difficile de douter que la taille du danger croît avec celle de la grande machine. Plus le système est grand, plus grande est la catastrophe si le système défaille »122.

  • 123 Ibid., p. 127 ; p. 437.

60L’organisation et la gestion des machines dépendent de la dimension des machines englobantes, du réseau et des articulations internes d’interdépendance entre les différents appareils ou machines individuelles. Anders conclut son raisonnement en affirmant que ces thèses valent pour les pays les plus industrialisés et qu’elles peuvent permettre aux pays dit « en voie de développement » d’entrevoir plus aisément le moment où les avantages offerts par la technique, en termes de santé et d’autonomie individuelle, par exemple, se retournent en leur contraire. Selon Anders, seuls les naïfs « à courte vue » (kurzsichtig) restent persuadés que l’usage bon ou mauvais de la technique dépend des fins bonnes ou mauvaises visées, donc des techniciens présumés libres de disposer de la technique à leur guise. « L’une des tâches essentielles de la philosophie de la technique sera de découvrir ce point dialectique [entre avantage et menace] et de déterminer où notre acceptation de la technique doit se muer en scepticisme, voire en dénégation farouche »123.

2.3.2. La technostructure, modèle de fonctionnement économique

61L’importance du rôle joué par la technique est révélatrice de la situation particulière de l’entreprise industrielle : celle-ci est devenue le lieu de fabrication en série de l’homme médial. La méticulosité (Gewissenhaftigkeit) y remplace la conscience morale (Gewissen) : le travail, devenu une denrée rare, vaut pour moral en toutes circonstances et son résultat passe pour moralement neutre. Le conformisme est naturel, il fait partie des conditions de fonctionnement idéales d’un travailleur. Marx avait rendu l’appareil et la technique de la société capitaliste responsables de l’aliénation. Mais les impératifs de planification, au principe de bon fonctionnement de la machine, et la transformation spontanée de sociétés capitalistes en sociétés socialistes, dans certains pays du monde, ont démontré qu’était contenu en prémices dans ses écrits le renversement dialectique dans la technique. Les idéaux politiques et économiques sont désormais un seul et même idéal technique : le meilleur État et la meilleure entreprise sont les meilleures machines qui rendent obsolètes toutes les autres, hommes compris :

  • 124 TF, p. 69.

« Dans un certain sens, ces États [totalitaires] sont plus honnêtes que les États non totalitaires. Il est parfaitement vraisemblable, aussi effrayant que cela puisse paraître, que les ères totalitaires des régimes hitlérien et stalinien n’aient pas été des intermezzi mais plutôt la réalisation de ce à quoi l’époque veut vraiment en venir. Dans ces régimes, elle a en tout cas montré son visage technique à nu et sans masque, un visage qui met toute son honnêteté dans l’absence de scrupules, c’est-à-dire un visage qui tient un discours politique qui ne diffère en rien de son mode de pensée technique »124.

  • 125 J. K. Galbraith, Le nouvel état industriel, tr. fr. J.-L. Crémieux-Brilhac et M. Le Nan, Paris, G (...)

62Du point de vue économique, appareil de fabrication de publicités et appareil de fabrication des produits mis en vente et vantés font partie d’un même macro-appareil, de nature technique et sociale. Un principe de concentration de la puissance et de domination oligarchique est inhérent au développement technique. Dans son célèbre ouvrage de 1967 intitulé Le nouvel état industriel, John Kenneth Galbraith dénomme « technostructure » le fonctionnement particulier de l’entreprise à l’époque du progrès technologique. Dans le secteur des grandes sociétés anonymes le pouvoir échappe aux capitalistes pour être concentré entre les mains de l’appareil bureaucratique qu’est la technostructure. Galbraith insiste dès l’introduction de son ouvrage sur « le rôle joué par la théorie classique du marché en tant que stratagème idéologique destiné à masquer commodément l’exercice du pouvoir par la grande société anonyme »125. Il dénonce lui aussi la convergence bureaucratique et culturelle des grandes entreprises capitalistes comme socialistes, ayant pour résultat l’isolement de l’individu dans le travail et les loisirs. À mesure que capacités et tailles des grandes sociétés anonymes s’accroissent, l’économie de marché cède progressivement à la planification. Celles-ci risquent à tout moment de perdre leur stabilité en raison de la nature de la production technologique. Elle nécessite des coûts élevés et de longues périodes de développement avant que de nouveaux produits arrivent sur le marché. Il est donc nécessaire d’assurer la stabilité du marché pour garantir la stabilité de la production en retour.

  • 126 Ibid., p. 45.

« Nous trouvons, en effet, autour de nous, au lieu de [la loi du marché], un système économique qui, quelle que soit sa couverture idéologique formelle, consiste pour une large part en une économie planifiée. […] Ce sont les impératifs de la technologie et de l’organisation et non les conceptions idéologiques qui déterminent la forme de la société économique »126.

63Les impératifs de la technologie obligent l’entreprise à anticiper sur les besoins du consommateur. Se met en place un système planificateur plus complexe que la planification entendue au sens de détermination autoritaire par l’État de ce qui est produit, payé et consommé. La grande entreprise procède d’abord par intégration verticale. En d’autres termes, elle vise l’expansion et la centralisation, telles que décrites par Anders, en cherchant avant tout à contrôler la source de la matière première de sa production, à la manière des compagnies pétrolifères par exemple. Les contrôles des prix et du consommateur permettent de réduire au maximum l’incertitude du marché et d’assurer le bon déroulement de la production technologique. Galbraith va jusqu’à utiliser des termes proches de ceux d’Anders lorsqu’il s’exprime à propos de l’expansion du système planificateur :

  • 127 Ibid., p. 73.

« La grande firme occidentale et l’appareil moderne de la planification socialiste sont deux variantes qui expriment l’adaptation à un même besoin. Un esprit libre peut détester cette évolution. Mais c’est à la cause qu’il doit s’en prendre. Il ne doit pas demander que l’avion à réaction, les centrales nucléaires, ou même l’automobile moderne à son rythme actuel de production, sortent de firmes qui s’accommodent de prix fluctuants et d’une demande non organisée. Il doit demander […] qu’on n’en produise pas »127.

64Le pouvoir économique dans le cadre de la technologie et de la planification modernes s’associe naturellement à l’agent de production le plus poussé et le plus avancé : le modèle de l’entrepreneur ayant la main mise intégrale sur la capital de sa multinationale est incorrect. Le fonctionnement de la grande entreprise industrielle dépend d’une association d’hommes doués de connaissances techniques, d’expériences et de qualités différentes qui répondent à la division du travail en secteurs d’expertise non maîtrisables par un seul individu. Ce collectif n’est autre que la « technostructure » :

  • 128 Ibid., p. 119.

« [C’est] un appareil de prise de décision de groupe – destiné à mettre en commun et à évaluer les informations fournies par de nombreux individus, en vue de parvenir à des décisions qui débordent le cadre des connaissances individuelles de chacun »128.

  • 129 Les doctrines néolibérales de l’école de Chicago dans les années 70, telles que celles de Hayek e (...)

65L’autonomie de la technostructure, insérée dans le cadre général du fonctionnement de la grande entreprise industrielle ou société anonyme, est un objectif à atteindre au sens où la planification de la production technologique réclame l’absence d’influences extérieures : les décisions ne dépendent plus des individus pris séparément mais du groupe qu’ils forment pour les prendre. Dès lors que le processus décisionnel d’une entreprise passe par le biais de la technostructure un décalage se produit : la responsabilité est écartée du choix individuel de chaque membre, pour reposer sur la structure collective. Elle a également disparu des mains des propriétaires, y compris des actionnaires qui ne formulent plus de décisions mais ne font plus qu’effectuer des ratifications positives ou négatives. Ouvriers, ingénieurs techniciens comme propriétaires sont dédouanés de toute responsabilité morale de leurs actions effectuées dans le cadre de leur travail129.

  • 130 Ibid., chapitres XI, XII et XIII.

66Galbraith détermine quatre types de motivations en jeu dans la fonction réalisée par l’individu, quel que soit son niveau dans la hiérarchie de la grande entreprise industrielle130. Ces motivations peuvent être qualifiées d’artificielles au sens où elles sont nécessaires à ce que les « détenus », pour reprendre le terme d’Anders, restent efficaces et performants :

  1. La première d’entre elle est la contrainte : l’employé doit accepter les buts de l’entreprise sous peine de sanction négative, tel que la perte de l’emploi ou tout autre moyen de pression.

  2. Cette acceptation peut également s’acheter. Il s’agit du second type de motivation, dite motivation pécuniaire, sanction positive. Le travail fourni est une marchandise en tant que telle, ayant sa valeur d’usage et sa valeur d’échange qui fait qu’un employé cherchera à vendre sa force de travail au prix le élevé possible.

  3. La troisième forme de motivation décrit le cas de figure où l’homme seul reconnaît la supériorité des objectifs de l’entreprise par rapport aux siens : il s’agit de l’identification. L’employé est fier de travailler pour son entreprise. Par exemple le soldat est heureux de contribuer à la défense des valeurs de liberté et de démocratie pendant ses opérations de pacification.

    • 131 Ibid., p. 175.

    La quatrième forme de motivation décrit le cas de figure où l’homme seul reconnaît la supériorité de ses propres objectifs par rapport à ceux de l’entreprise : il s’agit de l’adaptation. L’employé n’est pas nécessairement fier de travailler pour son entreprise mais pense pouvoir avoir une influence sur elle. « Le haut fonctionnaire qui se soumet et à l’occasion contribue à une action qui lui répugne, dans l’espoir de faire prévaloir des mesures qui lui tiennent à cœur, en est un [exemple] »131.

67Ce « système des motivations » peut motiver un individu à partir d’un seul type ou d’une combinaison de types décrits ci-dessus. Sans rentrer dans les détails finement exposés par Galbraith, la contrainte n’est compatible ni avec l’identification, ni avec l’adaptation. La production effectuée sous la contrainte a pour résultat l’aliénation, au lieu de l’identification, et la fuite ou l’absence de volonté, au lieu de l’adaptation. La contrainte peut toutefois s’acheter et est compatible avec la motivation pécuniaire. Ainsi à mesure que la contrainte s’efface dans la compensation par de hauts revenus, identification et adaptation peuvent s’effectuer et se combiner librement. En reprenant les trois catégories des ouvriers ou employés, ingénieurs techniciens et propriétaires ou actionnaires, il apparaît que les premiers soumis à la contrainte et sans forte rémunération peuvent vivre l’échec de l’identification et se poser la question « que suis-je en train de faire ? ». Les seconds, à la rémunération plus élevée peuvent influer directement par le biais de la technostructure sur les décisions prises par l’entreprise. Le couple adaptation et identification joue pleinement son rôle : l’ingénieur est rarement honteux. Les troisièmes enfin, à la rémunération la plus élevée, n’ont qu’un pouvoir de ratification mais bénéficient du prestige de l’entreprise : l’identification joue un rôle plus important que l’adaptation.

  • 132 Ibid., p. 201.

« On peut conclure raisonnablement que l’identification – c’est-à-dire l’échange volontaire des buts individuels contre les buts reconnus préférables de l’organisation – et l’adaptation – qui est le fait pour un individu d’adhérer à l’organisation dans l’espoir d’infléchir ses objectifs pour qu’ils s’accordent mieux avec les siens propres – sont deux mobiles puissants de la technostructure et jouent un rôle croissant dans les cercles internes de l’organisation »132.

  • 133 Sur la question de l’argent, entre autres, comme produit culturel, de nombreux points communs ent (...)

68Le fonctionnement idéal de la grande entreprise avec sa technostructure repose donc d’une part sur la valeur accordée à la rémunération et d’autre part, sur la valeur accordée aux buts poursuivis en tant que tels133. Or, les ingénieurs techniciens comme les propriétaires actionnaires sont, en tant que producteurs, également les produits de leurs propres produits qu’ils consomment eux aussi : l’identification vise les buts de performance maximale et d’efficacité, l’adaptation vise l’amélioration de cette performance maximale et de cette efficacité, règles et objectifs régissant le monde technicisé produit et consommé en masse. Seul celui soumis à la contrainte, et pour qui ces motivations sont interdites, est autorisé à chuter dans la honte pour rebondir sur le sol de la liberté.

2.3.3. Monde de la vie et monde technique

69Lorsqu’Adolf Eichmann est choisi par Anders comme archétype du monstrueux né de la technique, il est visé comme produit efficace d’une société dont les principes sont pré-politiques.

  • 134 NE, p. 51 ; WE, p. 24.

« Quelles sont les racines qui plongent plus profond que les racines politiques ? Qu’est ce qui a rendu possible le "monstrueux" ? La première réponse à cette question semble banale. Effectivement, elle énonce : c’est le fait que nous sommes devenus, quel que soit le pays industriel dans lequel nous vivons et son étiquette politique, les créatures d’un monde de la technique »134.

70Anders pose la question des conditions de possibilité des décisions, gestes et réflexions à la source des assassinats de masse, des camps d’extermination de l’Allemagne nazie jusqu’à l’utilisation de la bombe atomique. La principale cause de ces actions, annihilatrices de l’homme par lui-même, relèverait d’un nihilisme pratique, rendu possible sinon inévitable par le monde de la technique organisé par des principes tel qu’expliqués précédemment. La tendance nihiliste de la société provient de la situation particulière de l’homme contemporain, encore et toujours « créature » au sens d’être-né au même titre que ses prédécesseurs. La vie individuelle comme collective ne peut échapper au monde de la technique, monde où le processus de donation de sens faisant historiquement intervenir une pluralité de consciences co-existantes et co-constituantes n’est plus possible. La co-présence à soi est rendue difficile sinon impossible par la structure même du monde technique qui médiatise peu à peu chacun des rapports intersubjectifs. Le monde technique innerve progressivement ce que Husserl nommait Lebenswelt. Le monde de la vie est cette structure fondamentale qui détermine nos conditions d’existence dans nos rapports sociaux. La conscience du monde de chacun est en même temps conscience d’un seul et même monde pour tous. Même lorsque nous sommes dans l’abstraction scientifique la plus élaborée il reste que nous sommes toujours dans le monde ambiant de la vie, monde pratique sur lequel s’appuie toute donation de sens et monde vécu de l’agir en commun.

  • 135 E. Husserl, La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale, op. cit., p.  (...)

« Il va de soi que cela ne vaut pas seulement pour moi, l’Ego singulier, et que c’est nous, qui vivons ensemble, qui possédons d’avance ensemble le monde en tant que monde qui vaut-comme-étant pour nous et auquel nous appartenons également ensemble – ce monde en tant que monde-pour-nous-tous, en tant que donné dans un tel sens d’être. Et en tant que nous fonctionnons continuellement dans une vie éveillée, c’est également ensemble que nous fonctionnons, selon les différents modes du traitement commun des objets pré-donnés : penser ensemble, évaluer ensemble, se proposer et agir ensemble »135.

  • 136 Ibid. p. 197.
  • 137 Ibid. p. 286.
  • 138 AM 2, p. 60 ; G. Anders, « L’humanité dépassée », Conférence, n° 14, art. cit., p. 251.
  • 139 OH 1, p. 346 ; AM 1, p. 311.

71Dans le cadre déterminé par Husserl, la synthèse « nous », socialité universelle, est l’espace des sujets egologiques fonctionnant dans l’intersubjectivité. Les relations collectives existent selon certains modes de traitements des objets pré-donnés dont il conviendrait de construire une ontologie à proprement parler, volonté exprimée par Husserl. Or, la question de l’élaboration d’une ontologie du monde de la vie, tout en sachant qu’il est le lieu d’un changement perpétuel des relativités, pourrait sembler contradictoire. Husserl nous invite à en interroger les structures invariantes en tant que le monde de la vie conserve toujours « sa typique de lois d’essence »136. Il faut en dégager l’a priori qui conditionne l’expérience, à savoir sa structure générale à laquelle tout étant relatif est lié nécessairement. Cet a priori est cette relativité même en tant que « chacun de nous a son monde la vie, visé comme monde-pour-tous »137. Le terme de vie ne signifie pas une entité biologique mais la vie humaine comme expérience pratique du monde à la source de l’élaboration des valeurs, des buts et des motivations individuelles. Le monde de la vie s’enracine désormais dans un monde technicisé, celui d’une communauté historique particulière à savoir celle des pays fortement industrialisés. « Le monde de tous les jours est d’abord un monde de choses et d’appareils, dont, certes, les hommes font partie ; mais non pas un monde humain, qui comprendrait aussi des choses et des appareils »138. Le monde de la pure et simple intuition est le monde naturel en tant que monde de la vie partagé par une communauté historique déterminée, visé comme monde pour tous. Or ce monde dit naturel, celui de l’expérience intuitive partagée, est un monde naturel technicisé où se côtoient hommes, choses et appareils. « Se mettre ainsi en mesure (Anmessung) "d’habiter" (Wohnung) ce monde artificiel s’appelle contracter une "habitude" (Gewöhnung). Pour celui qui s’est adapté au monde artificiel, ce dernier prend l’apparence d’une "nature", l’a posteriori prend l’apparence de l’a priori, et le contingent l’apparence du nécessaire »139. Une fois quotidiannisée, l’expérience intuitive du monde technique devient une intuition ayant subi l’influence de l’habitude et ayant assimilé les significations de la vie quotidienne.

  • 140 Voir 3.1.2.
  • 141 AM 2, p. 402 ; G. Anders, « Désuétude de la méchanceté », tr. fr. M. Colombo, in Conférence, n° 9 (...)

« Nous voyons dans l’efficacité autonome ou automatique de nos produits qui avait encore pour Goethe140 un aspect effrayant quelque chose de normal, ou plutôt même de réjouissant, car c’est la garantie que notre propre existence fonctionnera sans encombre, et que nous serons soulagés du poids de notre responsabilité »141.

  • 142 E. Husserl, La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale, op. cit., p.  (...)

72Le caractère préthéorique, et donc pré-politique, du monde de la vie n’est plus seulement la structure sensible de l’appréhension du monde. Elle désigne l’ensemble des croyances, des motivations et des pratiques. Celles-ci précèdent tout acte de théorisation sinon le fondent. À l’opposition entre monde de la vie et monde scientifique, sur le plan subjectif chez Husserl, correspondrait, selon l’interprétation possible donnée ici des dires d’Anders, une opposition entre monde naturel et monde technique, sur le plan intersubjectif. La Lebenswelt de l’homme subirait l’influence du Maschinenwelt des choses et des appareils techniques. Le monde de la vie est recouvert de « vêtements d’idées »142, vérités objectivement scientifiques, développées par la mathématisation galiléenne de la nature, à laquelle a été ajoutée la technique. L’ensemble forme des idéalités non plus seulement mathématiques mais technologiques.

  • 143 HP, p. 331 ; , pp. 224-225. Il suffit de songer à l’exemple trivial du téléphone mobile et de l (...)

« Nous, qui vivons dans un monde composé d’instruments (Gerätewelt), sommes maintenant à la merci de ces instruments. Puisque, par ailleurs, nous sommes ou semblons être les utilisateurs de ces instruments, puisque nous traitons l’humanité par le biais de ces instruments, nous ne traitons pas nos compagnons humains en fonction de principes et motivations propres mais selon le mode de traitement incarné par ces instruments et donc en fonction de leurs maximes et de leur motivations »143.

73La nature et l’homme qu’elle contient n’est plus seulement traitée par le biais de l’activité idéalisante scientifique mais également par le biais de l’activité idéalisante technologique, ajoutant aux vêtements d’idées initiaux l’aspect marchand et économique dont la science était dépourvue. L’homme est-il condamné à suivre les maximes et les motivations des appareils techniques, produits en masse par l’industrie, à savoir les armes et la plus symbolique d’entre elles, la bombe nucléaire ? Ou bien peut-il encore chercher à s’en préserver ?

Notes

1 La question de la classification de l’œuvre de Günther Anders est résolue par lui-même lors d’un entretien où il explique l’importance du décalage prométhéen dans ses écrits : « Au centre de mon anthropologie philosophique se trouve vraisemblablement le fait déterminant de la non-synchronisation des capacités humaines, et même de leur décalage. Le fait que nous pouvons d’avantage produire que représenter. C’est de là que viendra éventuellement la catastrophe. Si l’on veut donc absolument trouver un nom à ma réflexion philosophique, il faut le faire par rapport à ce décalage entre production et représentation, appelons la donc "philosophie du décalage" ». G. Anders, « Brecht ne pouvait pas me sentir », art. cit., p. 15. Voir également HP, p. 37 ; , p. 20 et AM 2, p. 67.

2 OH 1, p. 31 ; AM 1, p. 16

3 AM 2, pp. 59-78. Une traduction de ce chapitre est disponible dans la revue Conférence, n° 14, printemps 2002, pp. 247-276. Christophe David, traducteur de AM 1, juge en note de l’avertissement au lecteur (OH 1, p. 8) que ce second tome présente un caractère disparate et un apport moins décisif que le premier. S’il est vrai que les thèses de Günther Anders sont formulées dans le premier tome, leur thématisation semble être plus systématique et synthétique dans le second où l’enchaînement des chapitres répond à l’impératif de « l’occasionnalisme », causalité justifiant le choix des objets d’études d’Anders (le nucléaire, la guerre, les médias, etc.). Sa particularité est d’en faire une méthode de philosophie pratique avec interdépendance entre les argumentations formulées et les événements socio-politiques.

4 AM 2, p. 65 ; G. Anders, « L’humanité dépassée », tr. fr. P. Bouteiller, C. Fallet, P. Peigné, in Conférence, n° 14, printemps 2002, p. 258.

5 Günther Anders et Hannah Arendt ont été mariés de 1929 à 1937. Ils ont signés ensemble en 1930 un commentaire aux Élégies de Duino de Rainer Maria Rilke, ouvrage traduit en français par Bernard Pautrat et publié en 2007 aux éditions Rivage Poche. La question du nihilisme y était déjà présente, sans sa relation à la technique, aux pages 54-55 : « Tant que la vie humaine était soumise à l’évidente détermination de Dieu, l’homme, en tant que creatum esse, en tant qu’être se tenant devant Dieu, n’était qu’un être sans valeur [ein Nichtigsein]. Quand on nie la possibilité de faire l’expérience de Dieu et jusqu’à son existence, l’absence de valeur cesse de déterminer l’être de l’homme et il trouve dès lors dans le monde son chez-lui naturel. Si l’homme continue malgré tout à se comprendre comme un être sans valeur, ce n’est plus face à Dieu, mais dans l’absolu : sa vie ne se déroule plus sous le signe de l’absence de valeur, mais dans l’absence de sens de son être ; on peut même dire qu’elle se déroule sous le signe du nihilisme dès lors qu’elle reconnaît cette absence de sens ».

6 Cette conception du travail implique qu’il ne soit possible que sur fondement d’une existence libre, alors que paradoxalement le travail est un frein à la liberté, « un facteur anhistorique ». Sur le rapport entre travail et histoire, cf. J. Patocka, Essais hérétiques sur la philosophie de l’histoire, op. cit., pp. 39-43.

7 AM 2, p. 71 ; G. Anders, « L’humanité dépassée », Conférence, n° 14, op. cit., p. 265.

8 Platon, La République, tr. fr. R. Baccou, Paris, GF, 2002, livre 2, 370c, p. 139.

9 K. Marx, Manuscrits de 1844, tr. fr. J.-P. Gougeon, Paris, GF, 1996, Troisième manuscrit, p. 205.

10 NE, p. 90 ; WE, p. 48.

11 AM 2, p. 72 ; G. Anders, « L’humanité dépassée », Conférence, n° 14, op. cit., p. 266.

12 H. Arendt, Le système totalitaire, tr. fr. J.-L. Bourget, R. Davreu et P. Lévy, Paris, Seuil, 1972, p. 306.

13 AM 2, p. 72 ; G. Anders, « L’humanité dépassée », Conférence, n° 14, op. cit., p. 266. L’expression peut paraître inappropriée alors que de nombreux travaux pénibles et physiques forment le quotidien d’une majorité d’hommes dans les pays non industrialisés. Il convient de rappeler que cette exagération est typique du style de Günther Anders : dans le cas présent de la disparition de l’effort, il s’agit de montrer que c’est une tendance. L’objectif est de parvenir à distinguer la pénibilité de son compagnon l’effort, préjugé tenace qui suppose que l’absence d’effort physique justifie l’allongement de la durée du travail.

14 Ibid., p. 74 ; p. 268.

15 Voir 1.1.4.

16 Voir 1.3.3.

17 Il est difficile de rendre probant le raisonnement d’Anders à partir des verbes français. En anglais, il est possible d’utiliser les verbes « to do » et « to make ». En allemand, les verbes « tun » et « machen » permettent eux aussi d’énoncer clairement la distinction voulue. Les verbes « faire », « fabriquer », « créer », « produire » ou encore « exécuter » semblent trop équivoques. Ceci explique certainement la présence d’esprit des trois traducteurs du chapitre publié dans la revue Conférence qui systématiquement précisent les verbes allemands.

18 AM 2, p. 66 ; G. Anders, « L’humanité dépassée », Conférence, n° 14, op. cit., p. 259.

19 Ibid., p. 67 ; p. 260.

20 La seconde partie de ce texte, « Anthropologie des chômeurs », a été traduite et publiée dans la revue Tumultes, n° 28-29, 2007, pp. 399-405. La première partie du texte, « Sieg des Methodenmangels. Zu Sieg des Nationalsozialismus » (« Victoire du manque de méthode. Sur la victoire du national-socialisme ») a paru dans le numéro 480 de décembre 1993 de la revue Forvm.

21 G. Anders, « Anthropologie des chômeurs », in Tumultes, n° 28-29, 2007, p. 400.

22 Deux chapitres de cet ouvrage, celui sur Georg Grosz et celui sur John Heartfield, ont été traduits en français (G. Anders, George Grosz, tr. fr. C. Wermester, Paris, Allia, 2005, d’une part et dans la revue Tumultes, n° 28-29, 2007, pp. 105-123 d’autre part). Le texte mentionné ici est la première partie de l’introduction de Mensch ohne Welt. Schriften zur Kunst und Literatur, München, Verlag C.H. Beck, 1984, pp. XI-XXVII, traduite en français par Michèle Colombo et publiée dans le numéro 12 de la revue Conférence au printemps 2001.

23 Günther Anders s’inspire ici de Christian Morgenstern (1871-1914), poète allemand. Dans un entretien, Günther Anders affirme que « cela nous mènerait trop loin de parler des poésies qui constituent 50 % de ma production », signe de l’importance accordée par l’auteur à la fonction poétique. Cf. G. Anders, « La mort du monde devant les yeux », Conférence, n° 17, art. cit., p. 270.

24 G. Anders, « L’homme sans monde », tr. fr. M. Colombo, in Conférence, n° 12, printemps 2001, p. 312.

25 Entrer dans les détails de la conception du prolétariat chez Marx et ses interprètes ne semble pas nécessaire ici. L’idée à retenir est que le phénomène de la dépossession s’étend chez Anders jusqu’au monde lui-même et que, en conséquence, l’antagonisme prolétariat-bourgeoisie n’existe plus au sens où la classe en tant que telle, avec sa force politique d’identification, disparaît au profit d’une communauté de déshérités et désœuvrés dont le seul espoir ne réside qu’en des objectifs individuels de reconnaissance à court terme (modèle de la réussite économique qualifié « d’ascenseur social » par exemple). La pensée économique d’Anders et ses influences marxistes formeront l’objet d’une future étude à partir de la correspondance entretenue avec des auteurs tels que Marcuse, Bloch, Lukacs ou Adorno, conservée aux archives de la Bibliothèque Nationale d’Autriche, à Vienne.

26 G. Anders, « L’homme sans monde », Conférence, n° 12, art. cit., p. 313.

27 AM 2, p. 92 ; G. Anders, « Obsolescence du travail », tr. fr. V. Deroche, in Conférence, n° 17, automne 2003, p. 83. Une fois encore ce chapitre du second tome de Die Antiquiertheit des Menschen reprend des thèses déjà présentes en partie sous une forme disséminée et non thématisée dans le second chapitre du premier tome intitulé « Le monde comme fantôme et comme matrice ».

28 Sur l’évolution du prolétaire en « ermite de masse », voir également en 2.2.1.

29 AM 2, p. 93 ; G. Anders, « Obsolescence du travail », Conférence, n° 17, art. cit., p. 84.

30 Ibid., p. 95 ; p. 86.

31 Ibid., p. 96 ; p. 88.

32 Le taylorisme est cité à titre d’exemple, c’est pourquoi la double division du travail (verticale et horizontale), comme le caractère de théorie scientifique qu’il implique ne sont pas détaillés.

33 AM 2, p. 98 ; G. Anders, « Obsolescence du travail », Conférence, n° 17, art. cit., p. 90.

34 Ibid., p. 99 ; p. 92.

35 Günther (Stern) Anders était le fils de Clara et William Stern, inventeur du concept de quotient intellectuel et de sa méthode de détermination.

36 AM 2, p. 100 ; G. Anders, « Obsolescence du travail », Conférence, n° 17, art. cit., p. 93.

37 Ibid.

38 Ibid. p. 99 ; p. 91. Le ton parfois prophétique de Günther Anders est le sujet, entre autres, de l’article de Michael Rohrwasser, « Dann war ich anders. Eben ein Ketzer », publié dans la revue Austriaca, Presses Universitaires de Rouen, n° 35, décembre 1992, pp. 125-140. Les exagérations philosophiques de Günther Anders ont plus une fonction hérétique que prophétique, au sens où l’objectif d’une prophétie de malheur est qu’elle ne se réalise pas : donner un résultat pessimiste à l’avance permet essentiellement de révéler les différentes tendances jugées négatives afin de pouvoir les corriger. En d’autres termes, Günther Anders écrit uniquement dans le but d’avoir tort. Il le revendique essentiellement dans son ouvrage Ketzereien. Sur cette posture une comparaison entre lui et Hans Jonas serait à réaliser mais dépasserait le cadre de cette étude.

39 G. Anders, Besuch im Hades, Auschwitz und Breslau 1966, Nach « Holocaust » 1979, Verlag C.H. Beck, München, 1979, p. 30.

40 Sur cette question voir l’article de Diane Cohen, « Tous fils d’Eichmann ? » publié dans la revue Tumultes, n° 28-29, 2007, pp. 89-103. Si l’idée au départ de l’article est judicieuse, la comparaison entre la monstruosité morale de la Shoah et la monstruosité technique d’Hiroshima et Nagasaki peut paraître inappropriée sinon artificielle. L’auteur de l’article voit des contradictions dans les propos de Günther Anders lorsqu’il affirme la monstruosité de l’une supérieure à l’autre et qu’il inverserait ce rapport à quelques pages d’intervalles. Il est pourtant patent que les comparaisons sont effectuées par Günther Anders sur deux plans distincts et clairement séparés, moral et technique, distinction propre à l’application du concept de « décalage prométhéen ».

41 H. Arendt, Eichmann à Jérusalem, tr. fr. Anne Guérin, Paris, Gallimard, 2002, p. 282.

42 À noter que la première édition en allemand est datée de 1964, soit une année seulement après la parution de l’ouvrage Eichmann à Jérusalem d’Hannah Arendt. Sur les proximités et différences entre Arendt et Anders, voir l’article de Karin Parienti-Maire, « Éléments d’un dialogue caché », publié dans la revue Tumultes, n° 28-29, 2007, pp. 273-286. Globalement, Arendt prend pour point de départ de ces analyses un point de vue politique alors qu’Anders opte pour le point de vue technique sous lequel seulement se range la politique. L’ouvrage d’Hannah Arendt permet ici d’illustrer de données factuelles les thèses d’Anders précédemment développées. Il est également remarquable que dans un texte de 1946 intitulé « L’idéologie et la vie dans l’idée », Jan Patočka soulignait déjà le lien potentiel entre technique et dépérissement de la conscience morale à partir de la question de la maîtrise de la force, dans une description qui conviendrait à Adolf Eichmann : « La technique trouve tout moyen bon, pour peu qu’il soit efficace, et l’efficacité dépend de la sûreté de l’empire que nous arrivons à prendre sur les forces disponibles. L’homme est une telle force, maîtrisable aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur. Donnez-lui des garanties économiques, laissez s’affirmer sa conscience de masse, organisez sa pensée par la propagande, ses loisirs et ses récréations par des mesures appropriées, et il vous appartiendra sans réserve, il s’imaginera même qu’il est libre et que tout cela constitue l’authentique réalisation de l’homme. » J. Patocka, Liberté et sacrifice, tr. fr. Erika Abrams, Grenoble, Millon, 1990, p. 46.

43 Günther Anders semble perpétuer l’habitude qui consiste à concevoir l’imagination sur le modèle de la conscience d’image. Il apparaît toutefois au vu de ses thèses sur l’imagination et étant donné qu’Husserl admirait ses analyses phénoménologiques, qu’il ne s’agit que d’un abus de langage. Voir 2.2.2.

44 NE, p. 52 ; WE, pp. 24-25.

45 NE, p. 59 ; WE, p. 29. La question du seuil maximum ou « supraliminaire » est traitée spécifiquement en 3.1.

46 H. Arendt, Eichmann à Jérusalem, op. cit., p. 74.

47 Ibid., p. 117

48 Ibid., p. 123

49 Ibid., p. 126. Concernant le rôle particulier du gouvernement de Vichy, voir le chapitre X de l’ouvrage qui porte sur les déportations d’Europe occidentale. Dès lors que les mensonges contenus dans le langage bureaucratique ont été connus de la population française collaborationniste le zèle à la déportation a disparu.

50 Ibid., p. 180. Hannah Arendt reprend ici mot à mot les propos d’Eichmann.

51 Ibid., p. 257. Hannah Arendt cite « l’impératif catégorique dans le IIIe Reich » de Hans Frank dans son ouvrage Die Technik des Staates, 1942, pp. 15-16.

52 Ibid., p. 275

53 Günther Anders fait mention de la « Banalität des Bösen » pour qualifier la figure d’Eichmann en page 205 de Besuch im Hades. Il y oppose la figure de Claude Eatherly, « Unschuld des Bösen ». Voir 3.1.3.

54 Envisager la consommation après la production est un préjugé. En effet, pour être en accord avec les thèses sur le besoin de Günther Anders, il aurait paru plus judicieux d’inverser l’ordre de présentation des thèses, à la manière de Kropotkine dans son ouvrage La conquête du pain, auteur anarchiste russe cité une fois dans OH 1 et trois fois dans Ketzereien. Or, le préjugé de la production comme préalable à la consommation étant toujours en vigueur dans le fonctionnement actuel de l’économie de marché, il convient de conserver cet ordre pour mieux montrer son artificialité, sinon sa dangerosité.

55 K. Marx, « Introduction générale à la critique de l’économie politique » (1857), in Philosophie, éd. et tr. fr. M. Rubel, Paris, Gallimard, 2003, p. 460.

56 Ibid., p. 365.

57 OH 1, p. 121 ; AM 1, p. 102.

58 Ibid., p. 121 ; p. 103.

59 Le choix de ce type de distribution technique simultanée d’un unique produit en de multiples exemplaires identiques pourrait paraître arbitraire. A priori, Günther Anders aurait très bien pu illustrer ses thèses à partir de la fabrication de marchandises classiques comme par exemple des boîtes de conserve. Or, tout l’intérêt de porter son attention sur la télévision, outre le fait de poser la question de l’image, repose sur le fractionnement en un nombre maximal d’acheteurs qu’elle suppose. Si la présence des téléviseurs dans les foyers était relativement importante dans les États-Unis des années 50, connus de l’auteur, à titre indicatif, le rapport d’activité du CSA de 2007, en France, donne les chiffres suivants :
- 97,4 % des foyers sont équipés d’au moins un poste de télévision, dont 42,6 % multi-équipés. La multiplication des postes de télévision par foyer progresse en moyenne de 1 à 2 % par an.
- Une progression régulière et constante du temps quotidien consacré à la consommation d’images est constatée sur les sept années de l’étude (2000 à 2007). La durée de celle-ci est en moyenne de 3 heures et 27 minutes toutes catégories d’individus confondues. Parallèlement, le temps moyen d’écoute quotidienne de la radio est de 2 heures et 58 minutes.
- 7 groupes financiers possèdent la totalité des chaînes de télévision et radio nationales. La plupart d’entre eux possèdent également des clubs de football, des maisons d’édition, des titres de presse écrite, des entreprises de production cinématographique, etc.
Négliger à l’heure actuelle ne serait-ce que la possibilité d’une influence des « mass médias » sur la société et les hommes qui la composent comme ignorer la nécessité d’un examen proprement philosophique de l’imagerie de masse ne peut être que le résultat de l’extrême spécialisation et de la division du travail à l’œuvre dans le secteur économique de la fabrication de la connaissance. La morale de l’urgence professée par Günther Anders n’est pas un éloge en l’honneur du mythe de l’homme unifié du XIXe siècle. Il s’agit plutôt de combler le décalage prométhéen et l’absence de cohérence inhérente au pluralisme des actions individuelles qu’il présuppose. Eichmann était un bon père de famille.

60 OH 1, p. 133 ; AM 1, p. 113.

61 Günther Anders semble accuser ici Husserl de sensualisme sans toutefois le nommer, propos qui semble sujet à caution si tel est le cas.

62 M. Heidegger, Essais et conférences, op. cit., pp. 18-19. Heidegger refuse de décrire la technique en termes de fabrication et préfère parler de mode de dévoilement.

63 OH 1, p. 162 ; AM 1, p. 140. Traduction modifiée.

64 La question de l’image et de sa reproduction technique est thématisée dans une conférence prononcée sous le titre « Infantilisation machinale » à la Comédie de Berlin le 20 novembre 1960 et reprise dans AM 2 sous le titre « Die Antiquiertheit des Wirklichkeit. Thesen für ein Symposion über Massenmedien », pp. 248-258. Une fois de plus le second volume de l’œuvre majeure d’Anders montre tout son intérêt dans la clarification apportée aux thèses évoquées dans le premier volume.

65 AM 2, p. 250 ; G. Anders, « Obsolescence de la réalité », tr. fr. T. Simonelli, in Conférence, n° 21, automne 2005, pp. 345-346.

66 E. Husserl, Phantasie, Bildbewusstsein, Erinnerung : Zur Phänomenologie der Anschaulichen Vergegenwärtigen, Hua XXIII, La Haye, Nijhoff, 1980, « Phantasie und Bildbewusstsein ». Les références des citations correspondent à cette version du texte. Ce volume constituait initialement la troisième partie des cours du semestre d’hiver 1904/1905 portant sur la phénoménologie et la théorie de la connaissance. L’objectif de ce détour argumentaire par la démonstration husserlienne est la suppression de l’équivoque du terme imagination laissée par Günther Anders qu’il ne définit jamais en tant que telle.

67 Hua XXIII, p. 18.

68 Ibid. p. 19.

69 Les termes Begründung et Fundierung sont utilisés par Husserl lorsqu’il est question de la fondation d’un acte intuitif dans un autre. Ces termes sont traduits malheureusement par « fondation » dans les deux cas pour la version française du volume XXIII (en dehors de quelques « justification » parfois). L’utilisation du terme de « fondation », dans le cadre de cette étude, signifie le terme allemand Fundierung. La fondation indique un rapport de présupposition entre fondé et fondant sans légitimation ou orientation de sens du fondé, contrairement au terme Begründung qui implique cette justification ou légitimation. Détailler cette problématique et les questions d’herméneutique qui en découlent dépasserait le cadre de l’analyse de la conscience d’image en tant que telle. Sur le problème de la Fundirung logique, voir Nenon T., « Deux modèles de fondation dans les Recherches logiques », in Methodos, n° 9, C. Majolino (éd.), « L’autre Husserl », 2009, URL : http://methodos.revues.org.

70 Hua XXIII, p. 21. La traduction française propose « image spirituelle ». Husserl met l’expression entre guillemets certainement pour signifier qu’il ne s’agit pas de réinstaurer un représentationnalisme qu’il combattait déjà dans la cinquième des Recherches Logiques.

71 Ibid. p. 405. Cité par le traducteur dans la version anglaise en page XLV.

72 Ibid. p. 24. Husserl parle de « eine pointierende Funktion » lorsqu’il distingue le viser de l’appréhender.

73 Marbach E., « Imagination, conscience d'image, souvenir [Extrait de R. Bernet – I. Kern – E. Marbach : Edmund Husserl; Darstellung seines Denkens; ch.5, §1] », Alter, 1996, n° 4, « Espace et imagination », p. 465.

74 Ibid.

75 La « synthèse de la ressemblance » signifie que ce qui apparaît est le référentiel analogue à ce que je vise. Elle vaut pour les deux imaginations. La « synthèse de l’identité » signifie que ce qui apparaît est ce que je vise.

76 Hua XXIII, § 14, p. 32 et § 19, p. 40.

77 Ibid. p. 41.

78 Ibid. p. 42.

79 Ibid. p. 44.

80 Ibid. p. 46.

81 AM 2, pp. 252-253 ; G. Anders, « Obsolescence de la réalité », Conférence, n° 21, art. cit., p. 350.

82 Le terme « écart » est préféré ici à « conflit » au sens où le rapport conflictuel entre image physique et image-objet ne doit pas être confondu avec l’écart potentiel entre image-objet et image-sujet. Ce sont certes deux conflits empiriques. Mais comme Husserl le précise dans Hua XXIII, appendice VIII aux paragraphes 22, 24-26 et 32, le premier conflit, dit « conflit par insertion de la fiction dans l’environnement de la réalité », précède le second conflit, dit « conflit empirique ». Le premier est une condition nécessaire à la conscience d’image alors que le second n’est qu’une possibilité au même titre que les couleurs, d’une photographie, peuvent possiblement différer plus ou moins de la réalité copiée. Voir aussi la note de l’appendice IX, p. 157.

83 Dans l’appendice VI au paragraphe 17, Husserl caractérise ce qu’est la conscience esthétique comme « joie de l’apparition » et non joie de la perception. La conscience esthétique me fait préférer une complexité et un maximum de moments sensibles. Une autre caractéristique est un éveil clair de la conscience d’objet qui fait de l’œuvre un objet extra-mondain le plus expressif possible. En d’autres termes, plus le chemin d’accès à l’image-sujet est long, plus la satisfaction esthétique, qui en résulte, est importante.

84 Le portrait est un genre d’article ou de reportage au même titre que l’enquête et l’interview. La manière de réaliser un bon portrait est enseignée dans toute bonne école de journalisme.

85 Hua XXIII, p. 55.

86 Ibid. p. 59.

87 AM 2, p. 250 ; G. Anders, « Obsolescence de la réalité », Conférence, n° 21, art. cit., p. 346.

88 N. De Warren, « Imagination et incarnation », in Methodos, n° 9, C. Majolino (éd.), « L’autre Husserl », 2009, URL : http://methodos.revues.org.

89 Hua XXIII, p. 58.

90 Ibid. p. 70.

91 Ibid. p. 79.

92 AM 2, p. 250 ; G. Anders, « Obsolescence de la réalité », Conférence, n° 21, art. cit., p. 346.

93 Hua XXIII, p. 150.

94 Marbach E., « Imagination, conscience d'image, souvenir », art. cit., p. 467.

95 Il se peut toutefois que l’imagination pure passe par l’intermédiaire d’une image. Il s’agit du cas particulier où j’imagine une photographie, je reconstitue la quasi-perception d’une image physique. En d’autres termes, je reproduis une conscience d’image en la modifiant dans le champ de l’imagination pure. Il y a bien une image-objet mais qui, apparaissant en imagination pure, est non présente.

96 Hua XXIII, p. 190.

97 Ibid. p. 311.

98 Dans le cadre du souvenir, de la « mémoire du présent » et de l’attente, les conclusions sont bien sûr différentes car il s’agit de re-présentification, co-présentification et pro-présentification où l’expérience a été, est, ou sera fait réellement, donc acte positionnel. Dans cadre de l’imagination pure, je n’ai pas bu, je ne bois pas et je ne boirai pas le vin de la bouteille, il s’agit juste de l’évocation d’un possible parmi d’autres, acte non-positionnel. Tout l’objectif de la fabrication du besoin est d’orienter les possibilités multiples vers une seule : celle de la marque de vin qui paie des sommes considérables en marketing et communication pour faire en sorte que la bouteille imaginée soit la sienne. Il peut être inquiétant de voir que le développement accru de ses disciplines, sous le couvert d’être pourvoyeuses d’emplois, ne rencontre que peu voire pas d’opposition de la part des sciences humaines.

99 N’étant jamais allé en Amazonie rien ne m’empêche d’en imaginer sa forêt en la visant comme objet intentionnel. Celle-ci sera détruite par la déforestation ou luxuriante et pleine de vitalité selon la présentification perceptive que j’en aurais eu auparavant. Dans la note 16, en page 53 de HP, Günther Anders admet ainsi « qu’il est tout aussi vrai que par les images nous avons (heureusement) la possibilité d’apprendre à connaître beaucoup de choses que nous n’aurions jamais l’occasion de voir en réalité. C’est ainsi que la majeure partie de la population américaine n’a pu que par la seule télévision faire l’expérience de la pure saleté, encrassée d’aucun slogan, de la véritable saleté de la guerre du Vietnam. » Depuis cette guerre précisément, où un reporter de guerre avait plus de droits qu’un soldat, l’image est contrôlée par l’armée elle-même qui a développé un service d’information et communication en interne. Voir les témoignages du journaliste belge P. Masson, Les guerres d’un grand reporter, Bruxelles, J.M. Collet, 1985.

100 Hua XXIII, pp. 384-385.

101 AM 2, p. 251 ; G. Anders, « Obsolescence de la réalité », Conférence, n° 21, art. cit., p. 347.

102 L’exemple de la nouvelle (Nachricht) est choisi par Günther Anders comme modèle potentiel de privation du jugement dans l’écoute. Voir OH 1, pp. 178-187 ; AM 1, pp. 154-163.

103 AM 2, p. 255 ; G. Anders, « Obsolescence de la réalité », Conférence, n° 21, art. cit., p. 353.

104 OH 1, p. 194 ; AM 1, p. 170. Traduction modifiée à partir de celle donnée par Thierry Simonelli dans son petit livre sur Anders intitulé Günther Anders, de la désuétude de l’homme, Clichy, Jasmin, 2004. Le terme de condition a priori ne doit pas être compris dans le sens purement kantien, ce que précise Günther Anders dans la suite de cet extrait. Il s’agit plutôt de dénoncer le conditionnement des marchandises transmises par les médias, condition a priori de la consommation.

105 R. Jakobson, Essais de linguistique générale, I, tr. fr. N. Ruwet, Paris, Minuit, 2003, « Les fondations du langage », pp. 214-220. Les facteurs sont en style de police normal, les fonctions qui leur correspondent sont en italique.

106 OH 1, p. 191 ; AM 1, p. 166.

107 AM 2, p. 253.

108 R. Jakobson, Essais de linguistique générale, I, op. cit., p. 46.

109 Une remarque possible consisterait à dire que les pays industrialisés, « développés », contrairement aux pays « en voie de développement », n’imposent rien à leurs citoyens : ceux-ci sont déclarés libres de naissance. Or, si « la liberté de remarquer cette perte de liberté » (AM 2, p. 253) dans le rapport unilatéral des médias de masse est encore possible dans les derniers pays totalitaires tels que la Corée du Nord où la radio d’État doit rester allumée en permanence dans les cuisines des foyers, elle a presque disparu des pays « démocratiques » où chacun est « soumis » (hörig) librement à l’écoute divertissante de la radio dans la rue, le métro, les gares, les commerces, etc. En témoigne la durée quotidienne d’écoute de la radio qui peut paraître étonnement élevée de prime abord. Voir note 152.

110 Inutile de préciser qu’il n’est pas question ici de nier en bloc l’intérêt potentiellement bénéfique des médias. L’idée est bien plutôt de dénoncer la tendance à la centralisation et à la concentration de la production des reproductions distribuées « librement » aux masses. En illustration des différentes thèses d’Anders sur l’évolution de l’activité du travailleur et le résultat du chômage peut être cité le documentaire audiovisuel de Patric Jean, Les enfants du borinage, lettre à Henry Stork, tourné en 1999 en Wallonie. Le réalisateur effectue une comparaison entre le documentaire sur la misère du borinage en 1933 réalisé par Stork et le silence des pauvres dans le dénuement le plus total au même endroit soixante-trois ans plus tard. Concernant la presse en elle-même, outre la particularité du bulletin d’information officiel diffusé dans les premiers cinémas, lié à l’apparition des techniques audiovisuelles, celle-ci était à sa naissance une presse d’opinion. Elle est devenue un ordre dans les pays fascistes des années 20 qu’étaient l’Allemagne et l’Italie et a été institutionnalisée à la même époque sous forme d’écoles en France et en Grande-Bretagne. Sur l’état actuel de la presse en France, voir S. Halimi, Les nouveaux chiens de garde, Paris, Raisons d’agir, 2005 et Bénilde Marie, On achète bien les cerveaux, Paris, Raisons d’agir, 2007.

111 HP, p. 495.

112 NE, p. 91 ; WE, p. 49

113 G. Anders, « Briseur de machines ? », in Das Argument, n° 164, 1987, traduit et publié dans la revue Tumultes, n° 28-29, 2007, pp. 363-364.

114 AM 2, pp. 117-127 ; G. Anders, « Obsolescence des machines », tr. fr. V. Deroche, in Conférence, n° 20, printemps 2005, pp. 423-437.

115 Ibid., p. 120 ; p. 427

116 Ibid., n.2 p. 439 ; p. 429. Günther Anders s’oppose clairement à Hannah Arendt et à sa conception du totalitarisme liée à un type de pouvoir politique particulier. Voir H. Arendt, Le système totalitaire, op. cit., pp. 210-212.

117 NE, p. 96 ; WE, p. 53. Traduction légèrement modifiée.

118 Voir en cette possibilité une « fin de l’homme » peut être interprétée à partir des aphorismes 220 et 288 du Voyageur et son ombre de Nietzsche où il était déjà question de la relation entre l’homme et la machine.

119 War Games, film de science-fiction réalisé par John Badham et sorti en 1983 est un précurseur dans le genre de la dénonciation de l’automatisation de la guerre : en pleine guerre froide, un adolescent pirate sans le savoir le système informatique militaire américain. Ce système est géré par une intelligence artificielle appelée WOPR (pour War Operation Plan Response) et manque de déclencher, en faisant passer le niveau de sécurité américain à DEFCON 1, une guerre thermonucléaire globale contre le bloc de l'Est.

120 Les exemples de crises économiques et le cortège de solutions aveugles sinon hypocrites sont tellement nombreux qu’il n’est nul besoin d’en citer pour illustrer cette thèse.

121 AM 2, p. 124 ; G. Anders, « Obsolescence des machines », Conférence, n° 20, art. cit., p. 433.

122 Ibid., p. 125 ; pp. 434-435.

123 Ibid., p. 127 ; p. 437.

124 TF, p. 69.

125 J. K. Galbraith, Le nouvel état industriel, tr. fr. J.-L. Crémieux-Brilhac et M. Le Nan, Paris, Gallimard Tel, 1989, p. IV.

126 Ibid., p. 45.

127 Ibid., p. 73.

128 Ibid., p. 119.

129 Les doctrines néolibérales de l’école de Chicago dans les années 70, telles que celles de Hayek et Friedman n’ont fait que tenter de déplacer le pouvoir de la technostructure aux actionnaires pour maximiser l’accumulation de capitaux. La conséquence logique est qu’en opérant ce déplacement du pouvoir « décisionnel » collectif, la somme des actionnaires s’est mise à fonctionner sur le modèle d’une technostructure, transformant les firmes en « chaos de rapacités compétitives » (Ibid., p. 161). Cette compétitivité interne et autonome a ensuite formé la source idéale des dérives financières (spéculations infondées, absence de bénéfices camouflée par un système d’emprunts à répétition, sans parler des opérations frauduleuses du type d’un système de fausses factures comme dans l’affaire Enron en 2001) et n’a fait que provoquer l’accélération des processus techniques débouchant sur des crises économiques inévitables.

130 Ibid., chapitres XI, XII et XIII.

131 Ibid., p. 175.

132 Ibid., p. 201.

133 Sur la question de l’argent, entre autres, comme produit culturel, de nombreux points communs entre Georg Simmel et Günther Anders pourraient être établis. Une comparaison fouillée des deux auteurs serait souhaitable mais sortirait une fois du plus du cadre de cette étude. À titre informatif toutefois, les quatre phases « objectivation-autonomisation-réification-aliénation » décrites par Simmel (cf. G. Simmel, Philosophie de l’argent, tr. fr. S. Cornille et P. Ivernel, Paris, PUF, 1999, partie analytique, premier chapitre, « Valeur et argent », pp. 21-124) sont les phases du processus dialectique d’extériorisation de la subjectivité dans le monde social et culturel. En s’objectivant, le sujet extériorise son intériorité dans les produits culturels, tels que l’argent dans le cadre précis de la grande entreprise industrielle. Bien que ces produits soient créés par les hommes, ils s’émancipent de leur origine et finissent par suivre leurs propres lois autonomes, comme la machine thématisée par Günther Anders. Lorsque les contenus culturels objectivés deviennent étrangers aux sujets et se retournent contre eux, comme leur propre « ça mécanique » décrit en première partie, l’autonomisation se renverse en réification ou auto-réification et est éprouvée par les sujets comme aliénation (Entfremdung) ou, dans son évolution technique chez Günther Anders, comme distanciation (Verfremdung).

134 NE, p. 51 ; WE, p. 24.

135 E. Husserl, La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale, op. cit., p. 124.

136 Ibid. p. 197.

137 Ibid. p. 286.

138 AM 2, p. 60 ; G. Anders, « L’humanité dépassée », Conférence, n° 14, art. cit., p. 251.

139 OH 1, p. 346 ; AM 1, p. 311.

140 Voir 3.1.2.

141 AM 2, p. 402 ; G. Anders, « Désuétude de la méchanceté », tr. fr. M. Colombo, in Conférence, n° 9, automne 1999, p. 175.

142 E. Husserl, La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale, op. cit., p. 60.

143 HP, p. 331 ; , pp. 224-225. Il suffit de songer à l’exemple trivial du téléphone mobile et de l’alerte permanente que sa possession présuppose, y compris pour ceux qui n’en possèdent pas mais partagent un monde avec ces « possesseurs ». Pour l’anecdote, lors de sa conférence intitulée « le sens de la phénoménologie », aux Archives Husserl de Leuven, le 2 avril 2009, Marc Richir, interrompu par une sonnerie dans l’assemblée, affirma « je ne peux pas lutter contre ça ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/europhilosophie/docannexe/image/249/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search