Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pierre Bourdieu Philosophe

 | 
Thomas Bolmain

Conclusion : faut-il penser ce qu’est penser ?

Texte intégral

1On pourra toujours se demander pourquoi il est si urgent d’interroger ce qu’est penser, de réactiver la question, d’inspiration kantienne, en tout cas critique : « Qu’appelle-t-on aujourd’hui penser ? ».

2Il est raisonnable de soutenir que cette réactivation constitue un préalable indispensable à la création d’une théorie philosophique de critique sociale (elle constituerait le cœur d’une critique sociale de l’actualité) mais également à la production d’une pratique sociale critique. On le sait, le philosophe peut longtemps s’interroger, en toute quiétude, seul ou en compagnie de quelques semblables élus par ses soins, dans le Ciel des Concepts : mais rien ne bouge dans le seul ordre conceptuel, si ce n’est des concepts communiquant avec d’autres concepts, dans une infinie litanie réductible, dans le pire des cas, à une immense tautologie. Inversement, une pratique sociale critique qui n’a pas trouvé à se loger dans un concept – ou, plus simplement, à se penser – est vouée à rester inaudible (par exemple, des pratiques telles que celles des squatters ou des militants anti-OGM s’exposeront toujours à tomber sous le coup de la loi si elle ne peut se faire entendre dans un langage audible par elle). Il ne s’agit pas de dire que le travail qu’entreprend le philosophe sur l’histoire de sa discipline est inutile, ni qu’une pratique militante est incapable de se penser par elle-même ; il s’agit simplement de tenter de poser justement la question de l’interaction de la théorie et de la pratique.

3Je ramasse ce qui précède : le rôle primordial d’une critique sociale philosophique apparaît comme la mise en évidence des limites de l’exercice de la pensée dans un espace/temps socio-historique donné en tant que cet effort, par et dans le rapport réflexif de la pensée qui l’autorise, est ce qui permet l’élaboration d’un cadre conceptuel dans lequel le précepte « penser autrement » trouve à s’incarner : prioritairement, l’élaboration d’autres modalités de temporalisation y trouvent leur site. La possibilité de propositions politiques alternatives est ainsi indexée sur une mise en question du cadre de pensée caractéristique d’un espace/temps donné qui, en tant que telle, met à distance ce cadre et déjà, ce faisant, contribue à le modifier. Or, comme le montre toute l’œuvre de Bourdieu, le point de départ de ce travail théorique est la pratique concrète d’agents dans un espace/temps donné, et sa fin est un changement tout aussi concret dans la pratique des agents objectivement (si ce n’est subjectivement) intéressés – dans leur pensée, leurs corps, leurs langages – au démantèlement relatif des mécanismes de domination.

4La critique, comme effort théorique, conceptuel, autour des conditions de possibilité sociales et historiques de l’exercice de la pensée et condition d’une expérience libre (bien qu’elle-même limitée) de la pensée, s’ancre donc en un point de départ pratique, et se résout dans un changement également pratique : la théorie suppose et implique la pratique et, par suite, la théorie de la pratique suppose et implique la pratique de la théorie.

*

  • 1 L’impensé est dans ce cas la violence symbolique au fondement de l’institution scolaire, comme repr (...)

5Le travail de Bourdieu consacré au système d’enseignement et au motif de la « condition étudiante » témoigne excellemment de son appartenance à ce registre de pensée. Pour le dire encore une fois, et autrement, on voit sur ce cas précis qu’un travail empirique, ancré dans la pratique, les affects et les discours des agents participant d’un champ, celui de l’école ou de l’université, permet une déconstruction socio-logique, la mise à nu théorique, conceptuelle, des mécanismes de violence symbolique structurant ce champ – mécanismes implicites de sélection, d’élection, d’exclusion – ; puis qu’il permet, en retour, de mettre en perspective les affects, les pratiques et les discours que ces mécanismes produisent chez ces agents. On observe ainsi, au sein du champ scolaire, que le travail théorique mené par la pensée sociologique quant au cadre de pensée, implicite et impensé, déterminant les manières de dire (ordre du discours) et de faire (gestion des corps), rejoint finalement la pratique réelle des agents composant ce champ. Dans ce mouvement, par ce simple travail, sans doute a-t-elle déjà contribué, rien qu’en le mettant à distance, à faire bouger ce cadre de pensée. En effet, la mise en question par la pensée des conditions d’une pratique et d’une pensée spécifiques correspond à un travail mené à la limite de celles-ci, limite habituellement impensée ici mise en lumière, et dont le statut se voit par là modifié1. C’est que, par le fait, le travail de la pensée a dès lors montré qu’il est toujours possible d’ouvrir, dans n’importe quel champ, un cadre sensiblement différent, comme situé à sa bordure extérieure quoiqu’il participe bien de ce champ. Un cadre où entamer ou poursuivre ce travail sur soi par lequel la pensée et les habitus minimisent la reconduction des structures de la domination, intensifient les processus d’émancipation auxquels ils sont intéressés, et où l’exercice libérateur de la pensée trouve à se spécifier dans un travail original sur les corps et dans les discours.

  • 2 P. Bourdieu, Leçon sur la leçon, op. cit., p. 23, 29.
  • 3 Cf. J. Rancière, La mésentente. Politique et philosophie, Paris, Galilée, 1995.
  • 4 J.-P. Sartre, Baudelaire, Paris, Gallimard, 1972, p. 29.

6On voit finalement que la large extension donnée dans ces pages à la notion de réflexivité a paradoxalement pour effet de pointer les bornes et les limites du rapport à soi réflexif de la pensée, tout en refusant de faire de ce travail la propriété exclusive d’une catégorie donnée d’agents (sociologues ou philosophes, ou les deux à la fois). Il y a certainement chez Bourdieu une tension : ainsi reconnaît-il, d’une part, « que l’on ne doit pas attendre de la pensée des limites [ainsi désigne-t-il, dans une veine typiquement critique, sa sociologie] qu’elle donne accès à la pensée sans limites » ; mais cette pensée critique, un peu plus loin, il l’accapare : « A travers le sociologue, agent historiquement situé, sujet social socialement déterminé, l’histoire (…) se retourne un moment sur soi, se réfléchit »2. En limitant au sociologue cette aptitude au retour sur soi quoiqu’en ne cessant de mettre en évidence les bornes de la réflexivité sociologique, Bourdieu prêtait sans doute le flanc à des critiques telles que celles de Rancière – une critique dont le présupposé essentiel est que, en dépit des manières diverses de partager l’espace social et d’en distribuer les parts, les objets de pensée qui le traversent et le constituent appartiennent bien à tous de façon égale, puisque chacun est également apte à les réfléchir3. En prolongeant dans une certaine mesure, mais à partir de la pensée de Bourdieu, l’esprit de cette critique, j’ai voulu proposer un concept de la réflexivité tel que celle-ci, toujours bornée par son appartenance à un champ socio-historique donné, ne risque plus d’appartenir à qui que ce soit, puisque, pour le dire vite, ses limites s’étendent désormais à l’historicité du champ lui-même. Si la pensée est ce qui ordonne systématiquement les pratiques du dire et du faire dans un champ, la réflexivité de cette pensée désigne simplement ces instants où un état antérieur du champ est l’objet de la pensée. Ces moments dont les habitus, comme corps tissés de langage, ne sont que les lieux matériels, sont ceux où se modifient, micro- ou macroscopiquement, la structure des champs. D’autre part, ce retour de la pensée sur elle-même est potentiellement l’occasion d’un travail de lucidité critique, comme tel réellement émancipateur – mais la réflexivité, comme « réflexe » de la pensée et, en cela, en tant que condition de son renouvellement, se joue en deçà de toute confiscation possible. On voit que la réflexivité réflexe, toujours comprise dans les limites d’un champ, a en droit et pour n’importe qui valeur de prétexte en vue d’une transformation, plus ou moins durable, des habitus et des langages (que l’on pense à la description de la genèse et de la structure du champ littéraire). Ainsi compris, et du sein même de la conceptualité bourdieusienne, en en prolongeant certaines formulations, le concept de réflexivité pourrait échapper à la critique de Rancière – et, du même coup, à une juste mise en garde sartrienne selon laquelle « la trop grande clarté réflexive équivaut à la cécité »4.

*

  • 5 M. Foucault, « Qu’est-ce que les Lumières ? », art. cit., p. 1393.
  • 6 Certainement une idée qui – à l’instar des idées esthétiques donnant, selon Kant, « beaucoup à pens (...)
  • 7 Ce motif est le fil conducteur du livre d’A. Badiou, Le siècle, Paris, Seuil, 2005.
  • 8 Selon une expression apparaissant sur le quart de couverture de P. Bourdieu, La distinction, op. ci (...)

7Une question reste pendante : que peuvent légitimement viser les transformations des habitus et des langages, et comment s’articulent-elles à des changements plus globaux ? Il faut toujours à nouveau repérer ces lieux où s’actualise une réflexivité vraiment émancipatrice et intensifier « les points où le changement est possible ». Mais pour d’aucuns, ce travail de repérage n’est pas à lui-même sa propre fin : il importerait encore de « déterminer la forme à donner à ce changement »5. Suggérons, pour finir, que cette détermination, pour autant qu’elle soit nécessaire, s’effectuera de préférence sur un mode fictionnel (sur le mode du « comme si »). Donner forme à l’« utopisme rationnel » évoqué par Bourdieu, et qu’il reliait à l’émergence du possible, c’est bien jouer et rejouer, pour l’intensifier dans le sens de virtualités historico-politiques subversives, une « réflexivité réflexe ». Ce travail historico-pratique de la pensée sur elle-même, pour être à même de nier « la dénégation sous toutes ses formes », devrait peut-être aussi contribuer à la création d’une fiction raisonnée de notre devenir historico-politique – une fiction ou une idée qui ne peut-être que partielle, locale et provisoire : en un mot, limitée6. Au demeurant, cette expérience imaginaire pétrie de « passion du réel »7, si elle donnait corps à un « utopisme rationnel », ne pourrait être précisée que dans l’épreuve critique de la réalité et du présent elle-même, en un corps, un langage, une pensée. Définir les contours d’une telle idée est ce que Bourdieu ne prétend pas faire. Son effort, à titre d’« hygiène critique »8, est un travail de la pensée mené aux limites sociales et historiques de son propre déploiement, limites qu’il contribue déjà par là même à déplacer, prouvant et ouvrant ainsi la possibilité d’autres déplacements, heureusement encore indéterminés.

Notes

1 L’impensé est dans ce cas la violence symbolique au fondement de l’institution scolaire, comme reproduction d’un arbitraire culturel qui est d’abord reconduction d’un certain rapport de force social entre classes également arbitraire.

2 P. Bourdieu, Leçon sur la leçon, op. cit., p. 23, 29.

3 Cf. J. Rancière, La mésentente. Politique et philosophie, Paris, Galilée, 1995.

4 J.-P. Sartre, Baudelaire, Paris, Gallimard, 1972, p. 29.

5 M. Foucault, « Qu’est-ce que les Lumières ? », art. cit., p. 1393.

6 Certainement une idée qui – à l’instar des idées esthétiques donnant, selon Kant, « beaucoup à penser » (cf. Critique de la faculté de juger, § 49) –, bien que simplement « sentimentale », n’en serait pas moins, en droit, universellement communicable.

7 Ce motif est le fil conducteur du livre d’A. Badiou, Le siècle, Paris, Seuil, 2005.

8 Selon une expression apparaissant sur le quart de couverture de P. Bourdieu, La distinction, op. cit.

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter