Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pierre Bourdieu Philosophe

 | 
Thomas Bolmain

II – Socio-philosophie de la « condition étudiante »

Texte intégral

  • 1 D. Delillo, Mao II, trad. M. Véron, Paris, Le Livre de Poche, 2002, p. 145.

« Le temps devenait étrange, la substance originelle qui perdure. Il s’insinuait dans sa fièvre et son délire, dans la question de savoir qui il était »1.

1Le motif de la « condition étudiante » telle que Bourdieu et Passeron en ébauchent la description dans les années soixante (dans Les héritiers) constitue un point de départ légitime pour un essai de critique sociale du présent. Il semble qu’à condition de faire un détour par un autre livre (Algérie 60) afin d’y étudier, ainsi que dans l’ouvrage précédent, le problème du temps, on tiendrait une prise sûre pour faire retour sur notre propre présent. On pourra alors esquisser une critique socio-philosophique de la condition étudiante dans sa déclinaison contemporaine la plus significative, soit dans sa version sous-prolétarisée.

  • 2 Cf. P. Bourdieu, Esquisse pour une auto-analyse, op. cit., notamment p. 57. Bien que j’aie opté p (...)

2Le choix de prendre pour fil conducteur d’une relecture de la sociologie bourdieusienne de la question étudiante le thème de la temporalité est bien une façon de poursuivre une lecture philosophique de son travail. Cette problématique, si elle est certainement celle qui anime le plus profondément et jusqu’au bout ce travail, s’origine de fait dans un souci de nature philosophique : avant d’opérer sa conversion à l’anthropologie et aux sciences sociales, Bourdieu rédigeait une thèse de doctorat, inachevée, consacrée aux structures temporelles de la vie affective – à partir, notamment, de Husserl2.

L’être de l’étudiant et le temps : lecture des Héritiers

  • 3 P. Bourdieu et J.-C. Passeron, Les héritiers, op. cit., p. 12.

3Dans cet ouvrage daté de 1964, l’école et l’université sont d’abord décrites comme les lieux privilégiés d’une sélection sociale opérant sur un mode singulier : ces institutions encouragent, créent ou brisent les aspirations des étudiants, et c’est ainsi qu’elles déterminent leur avenir. Par leurs références nécessaires, implicites ou explicites, à l’horizon réel des chances objectives propres à chaque étudiant (champ déterminé par son origine et sa trajectoire sociales), les institutions scolaires, qui ouvrent cet horizon, contribuent aussi, tendanciellement, à le refermer. Il apparaît rapidement que cette opération repose elle-même sur une pré-sélection qui n’est pas directement le fait de l’institution. Le choix que pose un étudiant quant à sa scolarité future, avant d’être sanctionné positivement ou négativement par l’école, est lui-même conditionné par toute « une expérience de l’avenir scolaire »3, par la représentation qu’il se forge subjectivement de cet avenir : par exemple, ce choix dépend du fait que les études lui paraissent être un futur tracé par avance ou au contraire impossible à penser, ou encore quelque chose qui reste à ouvrir par un coup de force, etc.

  • 4 Ibid., p. 12, 17. Bourdieu, à plus de trente ans de distance, l’affirme nettement : « L’expérienc (...)
  • 5 P. Bourdieu et J.-C. Passeron, La reproduction, op. cit., p. 190.

4En sous-main, c’est déjà le couple conceptuel au fondement de la pensée bourdieusienne de la temporalité que nous rencontrons : le rapport entre espérances subjectives et chances objectives4. Avant d’aller plus loin, j’en donne la définition en me reportant à La reproduction et tente d’isoler son principal ressort. L’espérance subjective est dans ce livre décrite comme « le produit de l’intériorisation des conditions objectives » – entendons les chances objectives – ; et cette intériorisation s’opère « selon un processus commandé par tout le système de relations objectives dans lesquelles elle s’effectue »5. On le pressent, avec ce jeu d’une « intériorisation de l’extérieur » qui ne pourra valoir, selon la logique bourdieusienne, que comme « produit reproducteur de ce qui le produit », nous voici au plus près de la notion d’habitus ; elle est ici décrite dans sa dimension temporelle, soit, sans doute, selon sa détermination essentielle. On prévoit en tout cas, à analyser le mécanisme selon lequel opèrent socialement les espérances subjectives, comment celles-ci peuvent servir de relais à la reproduction. Pour un étudiant issu d’un milieu modeste, les espérances subjectives risquent davantage de se situer en deçà même des chances objectives. Cela a pour conséquence d’empêcher un « forçage » de l’avenir objectivement prescrit par et dans l’espace social : on y restera d’autant plus à sa place, on réagira très ou trop adéquatement, mais toujours à côté, aux incitations de champs institutionnels dans lesquels on ne pourra désormais plus accéder à une position dominante que par miracle.

  • 6 P. Bourdieu et J.-C. Passeron, Les héritiers, op. cit., p. 19.

5L’école, en tant qu’instance de sélection, apparaît ainsi comme un lieu inégalitaire, un espace privilégié de reconduction des inégalités. Ici se loge la question centrale des Héritiers : comment rendre sociologiquement compte d’une inégalité quasiment structurale ? C’est là que passe la ligne de rupture des auteurs avec un marxisme caricatural (celui qui, « en dernière instance », rapporterait tout phénomène à l’« infrastructure » économique). Les obstacles économiques semblant insuffisants à rendre compte du problème, on tentera plutôt d’analyser la manière dont le facteur culturel – le rapport que les uns et les autres, en fonction de leur origine sociale, nouent à la culture dite « légitime » – s’avère déterminant pour la reproduction de l’inégalité6.

  • 7 Ibid., p. 65.

6Ce mécanisme inégalitaire fondé sur le rapport à la culture affleure spécialement lorsqu’on essaie de déterminer ce qui est transmis par l’institution scolaire, et ce qu’elle cherche à transmettre. La thèse centrale des Héritiers est que la « mission » de l’école est de propager la reconnaissance des valeurs culturelles légitimes, c’est-à-dire celles de la classe dominante. Quoique par la bande, l’école et l’université tendent surtout à produire des « consommateurs [culturels] particulièrement conformes »7. Cette adhésion obligée aux valeurs culturelles dominantes, condition de la réussite scolaire, est aussi à la base de la reproduction d’un rapport entre classes dont l’université est décidément le levier privilégié :

  • 8 P. Bourdieu et J.-C. Passeron, La reproduction, op. cit., p. 25.

« Dans une formation sociale déterminée, les différentes A[utorités] P[édagogiques] (…) tendent à reproduire le système des arbitraires culturels caractéristique de cette formation sociale, i. e. la domination de l’arbitraire culturel dominant, contribuant par là à la reproduction des rapports de force qui mettent cet arbitraire culturel en position dominante »8.

  • 9 P. Bourdieu et J.-C. Passeron, Les héritiers, op. cit., p. 34-35.

7Plutôt que de favoriser une logique de l’égalité ou de l’émancipation, cela va conforter les étudiants héritant de l’arbitraire culturel en vigueur. Mieux encore : l’institution, fidèle à sa logique implicite de reproduction, loin d’encourager et de reconnaître de façon privilégiée la culture scolaire, c’est-à-dire celle qu’elle transmet, va au contraire consacrer les comportements témoignant d’une familiarité avec la culture dominante acquise hors de l’école et portant la marque d’un héritage lié à l’origine sociale (par exemple cette « distance au rôle », selon l’expression de Erving Goffman, faite de « désinvolture ironique » et d’« élégance précieuse »). Comment l’institution ne consacrerait-elle pas ces comportements « jusqu’à dévaloriser la culture qu’elle transmet au profit de la culture héritée », si sa mission structurale est bien, par l’imposition de la culture légitime, de renforcer la fraction dominante de l’espace social9 ?

*

  • 10 Ces différentes attitudes apparaissent avec plus ou moins de probabilités selon l’origine sociale (...)

8Quel rôle joue et quelle utilité revêt, dans ce contexte général, la notion de « condition étudiante » ? Cette expression est placée entre guillemets parce que Bourdieu et Passeron, la jugeant trop simplificatrice, la refuse. Il n’existe pas, selon eux, d’expérience identique et collective des étudiants, tout au plus un ensemble de pratiques partagées par les uns et les autres : et cela ne suffit pas à justifier le recours à une notion de « condition étudiante ». Au vrai, nous sommes toujours en présence d’une multiplicité d’attitudes qui, loin de se recouper, s’opposent ou se contredisent régulièrement : le dilettante s’oppose au besogneux, comme le familier des valeurs scolaires et du langage d’idée à celui qui s’en effraie, tout comme celui qui fait sienne l’idéologie du « don » et celui qui la refuse10.

  • 11 Ibid., p. 47-48.
  • 12 Ibid., p. 56.

9Comment alors penser une unité de la condition étudiante ? Les auteurs avancent que celle-ci, pour autant qu’elle existe, ne pourra être objective mais seulement symbolique ou, si l’on veut, vécue subjectivement. En somme, ce principe d’unité, on aura plus de chances de le découvrir dans « la signification et la fonction symbolique qu’il [le groupe étudiant] confère, presque unanimement, à sa pratique » que dans cette pratique réelle elle-même11. Certes, la « condition étudiante » ne connaît au sens strict aucune dimension collective : elle est d’abord un « agrégat sans consistance12 » dont le principe d’unité réside dans la signification subjective que ses membres projettent sur des pratiques éclatées. Mais il faut encore se demander ce qu’il en est de cette « fonction symbolique », ce à quoi elle se réfère, ou ce sur quoi elle repose. C’est par ce biais qu’on abordera le problème d’une temporalité spécifique à la « condition étudiante ».

*

  • 13 P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 28, 29.
  • 14 Sur tout ceci, cf. P. Bourdieu et J.-C. Passeron, Les héritiers, op. cit., p. 48, 50.

10L’idée de skholè – qui désignait « un lieu et un moment d’apesanteur sociale » relatif au fait « d’être plus ou moins à l’abri de toutes les expériences négatives associées (…) à l’incertitude du lendemain »13 – semble déjà enveloppée dans le soin apporté dans Les héritiers à l’analyse de « l’autonomie du temps universitaire » et du rapport libre, léger, voire insouciant au temps, enfin à la description d’une condition qui pourrait difficilement plus inciter à « briser les cadres temporels de la vie sociale ». Là où la skholè participait de tout un point de vue et, finalement, d’une condition d’existence (celle de l’intellectuel), l’étudiant, pour sa part, vivant en quelque sorte ce point de vue par anticipation ou par procuration, va développer un « art de vivre » calqué sur de prestigieux modèles intellectuels, ses pairs supposés ou fantasmés14.

  • 15 Ibid., p. 58.

11Les auteurs vont à partir de là s’essayer à un exercice inattendu. Plutôt que d’étudier les formules multiples suivant lesquelles les différents groupes d’étudiants, selon leur origine sociale, suivant leurs positions et leurs dispositions, actualisent, empiriquement, cet « art de vivre » encore abstrait, Bourdieu et Passeron en passent par une sorte de phénoménologie imaginaire de l’étudiant « idéaltypique » : il s’agira de décrire l’étudiant en tant qu’il a à se conformer à son « essence historique »15 – l’idéaltype, c’est alors un jeune homme, parisien, à tout le moins issu de la classe moyenne, étudiant les lettres ou, mieux encore, la philosophie. Ce détour par l’intelligible, cette attention à un idéal historiquement déterminé de l’étudiant, permettra de mieux rejoindre ses différentes déclinaisons empiriques.

  • 16 Ibid., p. 59. On voit que Bourdieu et Passeron articulent ici une perspective épistémologique cen (...)
  • 17 G. Debord, « Le commencement d’une époque », in Œuvres, Paris, Gallimard, Quarto, 2006, p. 927.
  • 18 P. Bourdieu et J.-C. Passeron, Les héritiers, op. cit., p. 74.

12Reste que l’étudiant est en quelque sorte un être pour qui il y va en son être de cet être même. Si l’étudiant est toujours inquiet à propos de ce qui le constitue essentiellement et qu’il se pose sans cesse la question de son être propre, c’est précisément parce qu’il n’est guère autre chose que « pur projet d’être ». Sa condition d’existence est effectivement « transitoire et préparatoire » : au fond, tout ce qui lui est demandé, c’est de n’être, ici et maintenant, que « ce qu’il projette d’être »16. L’élément central pour appréhender l’être de cet étudiant idéaltypique est donc lié à un certain rapport au temps – on mesure combien certains avaient raison de soutenir que « le devenir de l’étudiant est la vérité de son être »17. Mais il faut ajouter que l’autonomisation du temps universitaire – le fait que privilège soit accordé à un présent indéfiniment et artificiellement étiré plutôt qu’au passé et à l’avenir – renvoie plus profondément au fait que la situation temporelle de l’étudiant lui impose de se rapporter au futur sur le mode de l’angoisse. Tout se passe finalement comme si, dans une « anxiété fondamentale »18, la conscience angoissée et malheureuse de l’étudiant tendait, par mauvaise foi, à nier la dimension de sa vérité (le projet, l’avenir), au profit d’un présent qui, pour être vécu sur un mode éternitaire, ne tend cependant objectivement qu’à son abolition.

  • 19 Ibid., p. 89, 69, 71, 58. Où l’on voit que « l’état d’indistinction entre le loisir et le travail (...)

13D’où un ensemble de poses caractéristiques. Les petits jeux idéologiques ; les prises de position politiques radicales inventées de la veille ; les tristes stratégies de distinction typiques du « conformisme de l’anticonformisme » qu’elles recouvrent ; les discussions qui s’ensuivent et où l’on est certain de « ne jamais discuter sur l’essentiel parce qu’il faut être d’accord sur l’essentiel pour discuter » : autant de vains remèdes à une angoisse indéniable, et de tentatives pour oblitérer la perspective d’un avenir « incertain et informulable » – or leur effet est d’entraîner une relation toute particulière au monde social, évidemment placée sous le signe de la déréalisation. Bourdieu et Passeron visent ici une tendance bien connue « à substituer à la critique réaliste du réel le terrorisme conceptuel de revendications verbales qui se satisfont pour une bonne part dans le seul fait de se formuler »19. Disposant de cette première compréhension de l’être de l’étudiant dans son rapport au temps et au monde, nous sommes maintenant en mesure de voir sur quel point prend appui l’institution scolaire en tant qu’instance de reproduction des rapports de classe.

  • 20 Ibid., p. 66, 87.

14En fait, il semble que ce rôle ne trouve pas de meilleurs relais que les étudiants eux-mêmes, ou plus exactement leur art de vivre et la conscience qu’ils s’en font. Ce sur quoi s’appuie prioritairement l’institution, c’est l’« expérience fictive et ludique de la condition intellectuelle », passage obligé pour tout étudiant, s’il souhaite être reconnu comme tel. Cette fiction, comme toutes les fictions, suppose de faire usage d’un « comme si » : on attend de l’étudiant qu’il fasse « comme si » il participait déjà à une condition intellectuelle à laquelle il a pourtant beaucoup de chance de n’avoir jamais accès20. Et de fait, l’étudiant (idéaltypique) est bien celui qui ne cesse de jouer à faire semblant que les études sont une fin en soi, et qu’elles ne doivent jamais finir. C’est à cela que l’on parvient en suivant la logique, caractéristique de la cour de récréation, du « on disait que… » :

  • 21 Ibid., p. 85.

« à se nier magiquement en tant qu’étudiant en niant le professeur comme professeur par l’utopie de la participation à la création de la culture, c’est-à-dire en croyant s’abolir en tant qu’étudiant quand on ne fait que se refuser à être étudiant sans s’imposer la patience et le travail de la négation »21.

  • 22 Sur tout ceci, ibid., p. 83, 86-87, 70.

15Telle est la logique sur laquelle repose le « rapport irréel ou mystifié aux études ou à l’avenir », et c’est bien sur cette même logique que prend appui l’institution scolaire. La marque la plus claire de ce processus apparaît dans le rapport au temps qui en est le corrélat. On peut penser que le but des études, objectivement, est de préparer l’étudiant à un avenir professionnel : en ce sens, l’avenir est le point de référence d’un présent qui n’existe que pour lui laisser place. Il conviendrait alors de travailler en fonction de ce futur, donc d’expliciter au mieux les attendus à remplir pour l’atteindre, en un mot de rationaliser l’enseignement (« vendre la mèche »). Mais les choses ne se passent pas ainsi. Tout encourage l’étudiant, au contraire, « à se masquer la vérité de [son] travail, en séparant [son] présent de [son] avenir ». Mieux encore, il semblerait que les modèles types auxquels l’étudiant puisse s’identifier (de la « bête à concours » au « dilettante ») ont au moins en commun cet « effort pour immobiliser fictivement, en l’éternisant ou en l’autonomisant, un présent qui appelle objectivement sa propre disparition ». Privilège exorbitant accordé au présent, donc, sur un avenir et un passé purement et simplement niés, selon « le jeu typiquement intellectuel de la prise de distance par rapport à toutes les limitations, qu’il s’agisse de l’origine sociale ou de l’avenir professionnel et des études qui le préparent ». Dans ces conditions, dans cette éternité présentement fantasmée, on voit mal qui aurait intérêt à procéder à l’explicitation des attendus scolaires : ni l’étudiant, puisque cela l’obligerait à se confronter au futur inquiétant qu’il préfère conjurer en le déniant ; ni le maître, dont le succès repose souvent sur un charisme auquel participe un flou généralisé (flou des attentes, mais aussi flou des références, etc.) ; ni enfin l’institution, instance de reproduction, qui ne pourrait expliciter ces attendus sans entrer en conflit avec elle-même22.

  • 23 Ibid., p. 88.

16Car si l’institution peut pareillement s’appuyer sur les expériences vécues de l’étudiant, c’est aussi « parce qu’elles sont produites et encouragées par tout le système universitaire »23. Au sein du champ scolaire, tout concourt à ce que l’étudiant ne puisse jamais réellement reconnaître ce qu’il est (un futur travailleur), ni ne puisse se rapporter à l’avenir, ou même de façon rationnelle au présent (comme moment transitoire), pas plus, évidemment, qu’au monde social. Autant dire que tout conspire à ce que l’université assume parfaitement sa fonction implicite. Car

  • 24 Ibid., p. 75.

« les idéologies et les images que suscite le rapport traditionnel à la culture condamnent la pratique universitaire, professorale ou étudiante, à n’appréhender le réel qu’indirectement et symboliquement, c’est-à-dire à travers le voile de l’illusion rhétorique »24.

  • 25 Selon l’importante expression de P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 322.
  • 26 Sur tout ceci, P. Bourdieu et J.-C. Passeron, Les héritiers, op. cit., p. 94, 89, 78-79.

17C’est à ce point – où l’on retrouverait l’analyse du « langage magistral » – qu’il faut quitter le domaine de l’intelligible, de l’idéaltypique. Dans les faits, il y a bien sûr plusieurs façons de concrétiser l’essence historiquement déterminée de l’étudiant. Ces différentes actualisations dépendront de son origine sociale. En fait, le rapport au monde et à l’avenir des étudiants s’effectue chaque fois sur le mode de la négation magique : il s’agira toujours, peu ou prou, de « se dissimuler l’irréalité de leur présent en déréalisant leur avenir ». Cependant, les motivations et les modalités de la dénégation varieront : « L’avenir n’est pas pour tous également irréel, indéterminé ou désenchanteur ». Cette prise en compte des « différentes manières de se temporaliser »25 amène Bourdieu et Passeron à distinguer « deux façons de vivre la condition étudiante ». Pour rendre compte à la fois du fait que la « condition étudiante », dans sa généralité, implique une dénégation de l’avenir et de la réalité, mais aussi que, empiriquement, cette dénégation se donne sous différentes modalités, il faut enfin différencier « irréalité » et « irréalisme ». L’irréalité est intrinsèque à l’expérience étudiante : celle-ci ne peut effectivement se vivre que sur le mode du semblant, de la fiction et du comme si parce que, ayant quitté l’école sans avoir encore rejoint le monde professionnel, l’étudiant est renvoyé à un espace intermédiaire et incommode, celui d’un métier « par analogie ». Au contraire, l’irréalisme, inégalement réparti, serait favorisé par une origine sociale plus bourgeoise et des conditions de vie plus confortables. En ce sens, il serait possible de dire que le fait, pour les étudiants les plus aisés, de disposer d’une conscience plus ou moins vive de l’irréalité de leur condition est aussi solidaire d’une tendance à développer un grand irréalisme au sujet de l’avenir. A l’inverse, l’étudiant d’origine populaire risque de vivre d’autant plus douloureusement l’irréalité de sa condition que sa conscience s’en accroît à mesure qu’il forme une idée plus ou moins réaliste de son avenir (se rendant ainsi compte que cette irréalité est le moins bon allié de son réalisme relatif26).

*

18J’abandonne les Héritiers sur ce constat. S’il est acquis que le fonctionnement de l’institution universitaire implique et s’appuie sur une déréalisation du rapport à soi, au monde, et au temps menée par l’étudiant suivant la logique de la dénégation, on voit que ce processus va empiriquement s’accomplir dans deux directions – deux manières de vivre la condition d’étudiant et de la temporaliser –, renvoyant elle-même à deux grandes figures de l’étudiant. D’une part celui pour qui ce détachement est vécu de façon relativement insouciante (mais peut-il l’être vraiment ?), puisqu’il n’est pas référé à l’avenir professionnel : tout se passe comme s’il anticipait un point de vue scolastique, « temps libre et libéré des urgences du monde », qu’il a somme toute assez peu de chances d’adopter définitivement – c’est alors l’alternative de la carrière académique ou de la sanction du marché du travail qui s’ouvre à lui. D’un autre côté, l’étudiant pour qui la conscience de l’irréalité de son « art de vivre » est le lieu d’un conflit réel : le rapport à l’avenir ne peut ici être occulté, pas plus que la référence à un marché du travail seul juge, en définitive, de la légitimité des aspirations subjectives eu égard aux chances objectives ; et qui l’orientera soit vers une profession, soit vers le chômage. C’est cette dernière piste qu’il faut explorer maintenant.

Le temps du sous-prolétaire : lecture de Algérie 60

19Avant de faire retour sur cette distinction entre deux ethos estudiantins, et afin de progressivement complexifier et actualiser ce modèle, je propose d’effectuer un détour par Algérie 60, un ouvrage publié en 1977 et synthétisant une série de recherches effectuées en Algérie durant les années soixante. Ce détour est pluriel : il est disciplinaire (de la sociologie à l’ethnologie), géographique (de la métropole à sa colonie) et enfin social (de l’analyse des classes bourgeoises et populaires à celle, misérable, des sous-prolétaires). Quel est le propos de ce livre relativement méconnu en dépit de son actualité évidente ?

20Le problème de départ est la rencontre conflictuelle entre les dispositions économiques qu’importe et impose l’économie coloniale capitaliste et les dispositions économiques héritées du système traditionnel. Le but est de mettre en évidence la genèse des dispositions économiques conditionnant nécessairement l’insertion dans un nouveau système économique, dispositions qui sont aussi, paradoxalement, les conditions de possibilité de la révolte contre ce système. Tout se passe comme s’il fallait déjà disposer d’un schéma dispositionnel propice au développement du capitalisme pour accéder à ce système économique, mais également pour s’y opposer. On voit poindre le cercle vicieux. Je préviens que Bourdieu, au terme de son analyse, ne le résoudra pas.

*

  • 27 Sur tout ceci, P. Bourdieu, Algérie 60. Structures économiques et structures temporelles, Paris, (...)

21Afin de dévoiler les « conditions économiques de l’adoption d’un comportement économique "rationnel" », Bourdieu va déployer sa perspective habituelle de travail. L’idée est de rompre aussi bien avec les présupposés d’un déterminisme mécanique qu’avec l’illusion du sujet libre ici identifié à homo economicus. S’écartant d’une perspective qu’on dira idéaliste, on prendra pour point de départ le véritable « sujet des actes économiques », c’est-à-dire « l’homme réel » : on tentera une « sociologie des dispositions temporelles », étant entendu que celles-ci varient suivant la position de classe du sujet envisagé. Autant dire que selon la place occupée dans l’espace social, le système économique colonial obtiendra pour répondant des comportements et des représentations divers : c’est que « la condition de classe peut structurer toute l’expérience des sujets sociaux, à commencer par leur expérience économique ». De plus – et bien qu’il agisse souvent comme dans l’ignorance de cette donnée manifeste –, ce système ne s’impose pas dans un espace vierge mais déjà structuré économiquement. La présence simultanée de différentes structures économiques, tant au sein d’un individu que dans la société elle-même, produit des phénomènes d’interférence – de « discordance » dit Bourdieu. Or, la « discordance », l’accroc, le raté, ne se laissent nulle part aussi bien lire que dans le rapport au temps. C’est pourquoi le sous-prolétaire algérien, lui qui, à la lettre, « n’a pas d’avenir », fonctionnera ici comme opérateur privilégié de l’analyse27.

  • 28 Ibid., p. 16-18, 42.

22Parce qu’il est d’abord « un champ d’attentes objectives », « tout système économique est lié à l’existence d’un système déterminé de dispositions à l’égard du monde, et plus précisément à l’égard du temps ». Ainsi l’économie capitaliste, et la « rationalisation » de l’existence qu’elle implique et suppose, se caractérisent par la prévision, la calculabilité : tout comportement économique prend pour référence un point futur imaginaire, non donné, et pourtant déterminant. Sans être an-économique, l’organisation traditionnelle s’oppose point par point à cette vision des choses (et du monde). Aussi la « pré-voyance » ne se confond-elle pas avec la prévision : dans ce cas, l’avenir est entièrement cristallisé dans un présent immédiatement perçu ; le futur n’est pas un champ de possibles maîtrisables par le calcul, et la richesse n’est pas la fin explicitement posée à l’activité. Tout est subordonné à un régime de « reproduction simple » (Marx) où la production des biens tend d’abord à la reproduction du groupe, des liens sociaux, de ses croyances et de ses valeurs. En un mot, « l’ethos précapitaliste s’efforce de s’assurer de l’avenir, mais par des voies tout opposées (…). [Il] ne forme pas l’ambition de prendre prise sur le futur »28.

  • 29 Ibid., p. 46, 48, 86.

23C’est dans ce contexte qu’il faut insérer la figure du « sous-prolétaire ». Celle-ci émerge avec le passage de la société paysanne au monde urbain : les sous-prolétaires sont les laissés-pour-compte de ce bouleversement. Ce passage, souvent brutal et précipité, correspond à la découverte de la nécessité d’un revenu monétaire régulier, nécessité que voilait un système économique essentiellement fondé sur le don plutôt que sur le crédit, sur l’entraide solidaire plutôt que sur le contrat. Or, découvrir « la signification moderne du travail [comme perception d’un salaire et accumulation de richesses] (…) c’est en découvrir la rareté ». Le passage en question est en effet corrélé à une situation de chômage structurel, à un marché de l’emploi placé sous le signe de ce que l’on appelle volontiers aujourd’hui la précarité. On peut prendre l’exemple de ce manœuvre sans qualification, entièrement soumis aux aléas quotidiens de l’embauche et du débauchage, qui compare sa vie à un jeu absurde et incompréhensible, un « qmar » (jeu de hasard). On devine qu’il sera facile de mener plus avant le parallèle avec notre actualité : Bourdieu ne souligne-t-il pas que dans cette situation « tout porte la marque de la précarité (…) toute la vie se passe sous le signe du provisoire (…) toute la vie est laissée à l’incohérence »29 ?

  • 30 Ibid., p. 65.
  • 31 P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 318. Les pages 318-322 de cet ouvrage sont co (...)

24D’où une série d’attitudes bien connues, spécialement au sein du champ scolaire, et au-delà : une certaine ambivalence du comportement, où le « refus généralisé d’adhérer à un univers globalement détesté » cède volontiers la place à un « fatalisme » ne débouchant jamais vraiment sur l’esprit de révolte, ni a fortiori sur une attitude ou une pensée révolutionnaire. Mais – il faut y insister contre un certain sens commun (néo)libéral – il serait faux d’interpréter cette « désorganisation de la conduite » dans les termes d’« une innovation fondée sur une conversion de l’attitude »30 en phase avec les métamorphoses incessantes du monde du travail, une transformation de soi bien faite pour soutenir l’évolution « obligée » (ou « naturelle ») de l’espace socio-économique (« la modernisation »). Etant donné que cette « désorganisation généralisée et durable de la conduite et de la pensée » n’est pas liée à autre chose qu’« à l’effondrement de toute visée cohérente de l’avenir »31, il importe bien plutôt d’interroger en profondeur le rapport au temps qui lui est propre, spécialement dans ses conséquences politiques.

*

  • 32 P. Bourdieu, Algérie 60, op. cit., p. 67, 70.
  • 33 P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 321 : « L’expérience limite de ceux qui, comm (...)
  • 34 P. Bourdieu, Algérie 60, op. cit., p. 68, 71, 88, 67, 88.
  • 35 P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 319.

25Pour un agent donné, on sait que « le champ des possibles a les mêmes limites que le champ des possibilités objectives », ou encore que « la visée de l’avenir dépend des potentialités objectives pour chaque individu, elles-mêmes définies par sa position dans l’espace social »32. En clair, à chaque position dans l’espace social sont attachées certaines chances objectives qui déterminent les aspirations subjectives de l’individu occupant cette place. La catégorie de sous-prolétaire représente en quelque sorte le cas limite33 de cette loi. Ici en effet le champ des possibles ou des chances objectives est nul : les aspirations subjectives sont du même coup réduites à néant, ou peu s’en faut. La position d’extrême précarité du sous-prolétaire empêche qu’il se rapporte à de quelconques potentialités objectives : elle ne renfermera donc aucune visée de l’avenir. A ce compte, les possibles envisagés sont tels qu’impossibles à réaliser : « Le champ de l’avenir réel est extrêmement réduit pour le sous-prolétaire, condamné à projeter des possibles impossibles ». On formera donc les projets les plus improbables, car tout paraît se passer « comme si rien ne semblait vraiment impossible tant que rien n’était réellement possible » (à l’inverse, plus le champ des chances objectives s’élargit, plus les aspirations subjectives deviennent réalistes). La seule dimension temporelle où le sous-prolétaire trouve à s’inscrire est ainsi celle du présent, un présent qui apparaît comme indépendant du passé et surtout de l’avenir, un présent vécu sur un mode éternitaire et qui se referme comme un piège : « Le jour présent est vécu sans référence aucune, ni intuitive ni rationnelle, au jour suivant ». C’est pourquoi nul possible ne s’ouvre au sous-prolétaire : si « la position de possibles latéraux » suppose précisément « la mise en suspens de l’adhésion fascinée au donné actuel », le sous-prolétaire, « enfermé dans le présent », ne peut guère envisager autre chose « que le futur sans amarres de la rêverie ». Ainsi que le résume un chômeur de Constantine, « quand tu n’es pas sûr d’aujourd’hui, comment seras-tu sûr de demain ? »34. L’idée de « vivre au jour le jour » prend là son sens, en le perdant, quand « le lien entre le présent et le futur semble rompu »35.

  • 36 P. Bourdieu, Algérie 60, op. cit., p. 75-77.

26C’est à partir de ce rapport chances objectives/aspirations subjectives, parce qu’il est l’expression d’une structure temporelle singulière (en l’occurrence out of joint), que l’on devra envisager les comportements économiques, et surtout politiques, des sous-prolétaires. Selon Bourdieu, cette position de classe ne permettrait jamais de développer une conscience autre que partielle de la situation vécue. Aussi rendra-t-on compte de cette situation par des stéréotypes ou des récits éclatés culminant dans une systématisation fragmentaire et affective : le monde colonial paraît ainsi dominé par « une volonté maligne », « une sorte de Dieu méchant et caché »36. C’est que la totalité articulée du système colonial ne peut qu’échapper à des agents trop absorbés par les difficultés de la vie quotidienne, ou enferrés dans un quotidien synonyme de succession de moments présents toujours différents, évidemment, mais aussi chaque fois identiques. Cette conscience partielle, cependant, bien qu’elle entraîne souvent une révolte vague dirigée contre des personnes, n’est pas contradictoire avec la conscience du caractère systématique des brimades, des refus, des expériences douloureuses : chaque jour est autre, mais c’est tous les jours qu’est refusé le travail.

  • 37 Autant dire que « tout se passe donc comme si, en deçà d’un certain seuil, les attentes raisonnable (...)
  • 38 P. Bourdieu, Algérie 60, op. cit., p. 78, 91, 80-81.
  • 39 Cf. P. Bourdieu, « La rue des jonquilles », in La misère du monde, op. cit., p. 28, qui souligne «  (...)

27Il s’ensuit, dans le registre politique, un « fatalisme pessimiste », une « révolte du ressentiment qui s’en prend moins au système qu’à ses manifestations ». Aucun moyen de sortir du registre de l’affect et du sentiment, nulle possibilité de concevoir une transformation du système économico-politique telle qu’elle transformerait les conditions d’existence elles-mêmes, puisque, à la limite, la misère de ces conditions n’est pas rapportée à l’action d’un système global. C’est pourquoi, en l’absence de toutes chances objectives, « le futur sans amarres de la rêverie » prendra la forme du « millénarisme révolutionnaire » et de « l’utopie magique » : une forme qui n’est guère à même de transformer le donné social, et qui au fond n’escompte guère pareil renversement37. En la personne du sous-prolétaire, il appert que la souffrance se fait trop forte, le présent trop écrasant, pour que la « révolte du sentiment », caractéristique de cette condition, soit dépassée vers le « radicalisme révolutionnaire », connu du prolétaire38. Notons qu’en définitive ce sera toujours ce rapport au temps et à l’avenir qui permettra à Bourdieu de tenir la distinction du prolétaire et du sous-prolétaire, ceci jusque dans La misère du monde39 :

  • 40 P. Bourdieu, Algérie 60, op. cit., p. 8.

« C’est dans le rapport à l’avenir objectivement inscrit dans les conditions matérielles d’existence que réside le principe de la distinction entre le sous-prolétariat et le prolétariat, entre la disposition à la révolte des masses déracinées et démoralisées et les dispositions révolutionnaires des travailleurs organisés qui ont une maîtrise suffisante de leur présent pour entreprendre de se réapproprier l’avenir »40.

  • 41 P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 319.
  • 42 P. Bourdieu, Algérie 60, op. cit., p. 79, 80-81.

28Il semblerait donc que toute tentative « de se réapproprier l’avenir » suppose la conscience de l’aliénation ; mais le cercle réside en ceci que cette conscience suppose que « l’urgence du monde se relâche » quelque peu, que la souffrance, l’incohérence et l’insécurité s’amenuisent : car il est bien possible que « l’aliénation absolue anéanti[sse] la conscience même de l’aliénation ». On peut encore le dire différemment : la « visée réaliste de l’avenir n’est accessible qu’à ceux qui ont les moyens d’affronter le présent », non pas à « ceux qui sont trop écrasés par » lui. C’est dire que « l’ambition effective de maîtriser pratiquement l’avenir (…) se proportionne en fait au pouvoir effectif de maîtriser cet avenir, c’est-à-dire d’abord le présent lui-même »41. Tout compte fait, ce ne serait donc que dans des conditions d’existence relativement sûres, avec l’accession, notamment, à un « emploi permanent » et à un « salaire régulier », qu’apparaîtrait « une conscience temporelle ouverte et rationnelle » et, avec elle, une « attitude révolutionnaire » qui s’imposerait en lieu et « place de l’évasion dans le rêve ou de la résignation fataliste »42.

*

29Tel est le cercle ou le paradoxe de cette analyse. On ne peut désirer la suppression ou la modification du système économique colonial que si l’on est capable de se rapporter rationnellement à un avenir conçu comme porteur d’autres possibles ; mais cette capacité – qui est à la fois la condition de l’accès à ce système et à l’idée de sa transformation – est aussi garantie, en définitive, par ce même système, en tant qu’il dispense un minimum de sécurité quant à l’avenir. En menant cette analyse à sa limite, on tiendra qu’une conception révolutionnaire à l’égard du système capitaliste ne sera jamais formée que par des individus qui, de l’une ou l’autre façon, sont intéressés à sa conservation. Ou qui du moins ont directement partie liée avec lui : ce n’est qu’en tant qu’ils possèdent les dispositions économiques et temporelles adaptées qu’ils peuvent jouer ce jeu économique jusqu’à le mettre en question :

  • 43 Ibid., p. 93, 95. Voir, en un sens identique, P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 3 (...)

« seuls des individus pourvus d’un système cohérent d’aspirations et de revendications, capables de se situer dans la logique du calcul et de la prévision (…) peuvent appréhender leur existence de façon systématique et réaliste par référence à un futur collectif (…) [c’est-à-dire] dépasser vers une fin encore absente le présent (…) – [en un mot :] seuls ceux qui ont, comme on dit, de l’avenir, peuvent entreprendre de le maîtriser »43.

30Sans exactement espérer rompre ce cercle, on peut toutefois remarquer qu’il peut se formuler d’une autre façon, légèrement plus optimiste, à condition d’être envisagé non plus dans la perspective, subjective, de l’agent, mais bien plutôt dans celle, objective, du système. C’est sur cette formule que se termine le livre et, tout en gardant à la mémoire la figure qui le soutient, celle du sous-prolétaire, c’est aussi sur elle que j’achève son analyse :

  • 44 Ibid., p. 119. On peut ici penser à certaines formulations de Marx dans le Manifeste : on se souvie (...)

« La révolte contre la situation présente ne peut s’orienter vers des fins rationnelles et explicites que lorsque sont données les conditions économiques de la constitution d’une conscience rationnelle de ces fins, c’est-à-dire lorsque l’ordre actuel renferme la virtualité de sa propre disparition et produit de ce fait des agents capables de la projeter »44.

Vers un sous-prolétariat estudiantin ?

31Il s’agit maintenant d’interroger notre actualité dans le sens philosophique d’une critique sociale. Dans ce dessein, et afin de les compliquer, je ferai retour sur les deux figures de l’étudiant qui se dégageaient de la lecture des Héritiers. Au fil de son itinéraire intellectuel, Bourdieu reviendra à plusieurs reprises sur la question du champ scolaire et prendra en compte la transformation que celui-ci subit au fil du temps. En somme, les deux figures en question, appréhendées synchroniquement, restent bien trop « idéaltypiques » : il faut encore apprécier à quelles modifications le passage du temps va les soumettre.

*

  • 45 Cf. P. Bourdieu, « La "jeunesse" n’est qu’un mot », in Questions de sociologie, op. cit., p. 143-15 (...)
  • 46 Ibid., p. 145.

32Dans un entretien précédant de peu la parution de La distinction, en 1979, Bourdieu, selon un modèle qui recoupe, en l’élargissant, la mise en évidence des « deux façons de vivre la condition étudiante », différencie ce qu’il nomme « les deux jeunesses »45 : les jeunes au travail, d’un côté, les jeunes aux études, de l’autre. Le principe de la différenciation, c’est à nouveau le rapport au réel et à ses urgences. Ce n’est que par un jeu de langage qui a tout d’une manipulation que l’on rassemblera sous une même étiquette (« la jeunesse ») des conditions d’existence aussi différentes que celles immédiatement contraintes par « l’univers économique réel » et celles bénéficiant des « facilités d’une économie quasi ludique d’assistés » procurant le confortable statut d’une « irresponsabilité provisoire ». Bourdieu, par rapport aux Héritiers, fait un pas de plus. En soulignant que ces deux jeunesses ne sont que « deux pôles, les deux extrêmes d’un système de possibilités », il renvoie ce concept à sa fonction réelle, jusqu’alors implicite : les deux jeunesses, en tant qu’idéaltypes, sont moins des réalités que des catégories conceptuelles permettant d’orienter sur ce point la réflexion46.

33Reste que le champ scolaire, en une quinzaine d’années, s’est profondément modifié : les différences entre classes n’y apparaissent plus aussi nettement. C’est ainsi la transformation objective du système scolaire qui oblige Bourdieu à complexifier son analyse, à prendre en compte la façon dont le temps a travaillé ses modèles idéaltypiques. Il faut donc commencer par décrire cette métamorphose du champ scolaire elle-même.

  • 47 Ibid., p. 146-148.

34Le point, c’est l’apparition de l’enseignement de masse. Un nombre accru de ces jeunes qui, pour une bonne part, étaient très éloignés de la condition d’étudiant, sera désormais confronté à deux expériences caractéristiques de celle-ci. La première est un rapport direct à cette sorte d’« existence séparée qui met hors-jeu socialement » (on reconnaît la disposition scolastique). Pour ceux qui, jusqu’alors, (s’)étaient tenus à l’écart de l’ethos estudiantin, cette expérience a comme conséquence « une rupture plus ou moins profonde avec le "cela va de soi" » : après avoir participé à ce point de vue, même superficiellement, il devient difficile de reprendre la route préalablement tracée, à savoir la profession à laquelle on (s’)était destiné. La deuxième expérience est celle de l’école comme lieu privilégié de « la manipulation des aspirations ». Si l’on souhaite s’y retrouver et poser un choix efficient, le réseau compliqué des études – par opposition à la claire hiérarchie entre filières qui prévalait jusque là – suppose un sens pratique développé et un bon sens du placement ; mais souvent, à l’inverse, « les gens ont des aspirations mal ajustées à leurs chances réelles ». Pour le dire autrement, l’opération de pré-selection que mettait en évidence Les héritiers, basée sur toute « une expérience de l’avenir scolaire » et relayée par la sélection institutionnelle proprement dite, tend désormais à s’estomper : si « l’ancien état du système scolaire faisait intérioriser très fortement les limites », un accès plus libre à des filières plus diversifiées tend à augmenter les espérances subjectives des uns des autres, y compris lorsque celles-ci ne rencontrent d’aucune manière leurs chances objectives47.

35Bourdieu, évidemment, ne regrette pas un bouleversement interne au champ scolaire gros de diverses possibilités, et il convient de ne pas confondre – comme il arrive – l’analyse descriptive du sociologue et les visées prescriptives qu’on lui prête. Le problème, puisqu’il existe, est ailleurs. L’apparition dans le champ scolaire d’un nombre considérable de jeunes issus des classes populaires tend en fait à dévaloriser les titres décernés par celui-ci. C’est en cela que consiste la manipulation des aspirations : les étudiants accédant pour la première fois à l’université, par exemple, forment légitimement des aspirations correspondant à l’état du champ qui précède leur accession. Cependant, « quand les enfants des classes populaires n’étaient pas dans le système, le système n’était pas le même. (…) il y a dévalorisation par simple effet d’inflation et aussi du fait du changement de la "qualité sociale" des détenteurs de titre ».

  • 48 Ibid., p. 148-149.

36Bourdieu montre, en conclusion, que ce triple état de fait – participation plus nombreuse à la mise hors jeu symbolique, manipulation des aspirations, dévaluation des titres –, implique une double conséquence à dimension politique. D’une part, ce brusque décrochage entre aspirations subjectives et chances objectives paraît « au principe de la déception et du refus collectif » d’adhérer comme si cela allait de soi à une forme de reproduction sociale nécessaire au bon fonctionnement du système (à l’usine, ou à la mine, de père en fils…) : c’est ce que Bourdieu nomme « l’arrachement au cercle ». D’autre part, le passage par l’école, même s’il se solde par un échec, est aussi ce qui permet que celle-ci apparaisse enfin comme ce qu’elle est : un lieu qui, pour l’essentiel, « contribue à reproduire des privilèges »48 – le secret est maintenant éventé.

*

  • 49 On se reportera à l’analyse de l’inflation et de la dévaluation des titres scolaires, cf. P. Bourdi (...)
  • 50 L’article précédent ne disait rien d’autre, cf. P. Bourdieu, « La "jeunesse" n’est qu’un mot », art (...)

37Sismographie d’envergure, La distinction, au même moment, enregistre les secousses ayant récemment affecté le système scolaire et creuse un sillon identique49. Elle élargit toutefois le constat à l’échelle d’une génération (la section dans laquelle Bourdieu mène l’analyse est suggestivement intitulée « Une génération abusée »). L’étude du passage d’un état du champ scolaire à l’autre met spécialement en évidence cette discordance entre les espérances ouvertes par l’accès à l’école, et les chances de les réaliser qu’elle offre objectivement. Ce « décalage » implique rien moins qu’une « déqualification structurale de la génération »50. L’intérêt est que Bourdieu va décrire longuement la Stimmung, la tonalité affective, notamment politique, qu’implique cette expérience.

  • 51 P. Bourdieu, La distinction, op. cit., p. 174.
  • 52 Ibid., p. 161, 164.

38Autorisés à errer toujours plus longtemps au sein d’un système offrant des perspectives qu’il balaiera un peu plus tard, nombre d’étudiants forment « des aspirations elles-mêmes floues et brouillées »51. Bourdieu qualifie cet état de fait d’une formule : le « refus de la finitude sociale » (c’est, par exemple, nier que l’on ne sera pas « philosophe » et refuser d’opérer une reconversion en « professeur de philosophie »). Or ce refus est producteur d’un sentiment, d’ailleurs commun à une génération : un désenchantement apparemment inévitable, doublé d’une « humeur anti-institutionnelle » menant à la « dénonciation des présupposés tacitement assumés de l’ordre social, à une mise en suspens pratique de l’adhésion doxique aux enjeux qu’il propose »52. Un des objets et des lieux privilégiés de cette « mise en suspens de l’adhésion doxique » ne peut qu’être l’institution scolaire, elle qui ne peut guère dans ces conditions masquer plus longtemps son rôle implicite :

  • 53 Ibid., p. 161.

« Profondément mis en question, dans leur identité sociale, dans leur image d’eux-mêmes, par un système scolaire et un système social qui les ont payés en monnaie de singe, ils ne peuvent restaurer leur intégrité personnelle et sociale qu’en opposant à ces verdicts un refus global. Tout se passe comme s’ils sentaient que ce qui est en jeu, ce n’est plus (…) un échec individuel (…) mais la logique même de l’institution scolaire »53.

  • 54 Ibid., p. 176.
  • 55 P. Bourdieu, « La "jeunesse" n’est qu’un mot », art. cit., p. 150.

39Les potentialités subversives d’un pareil sentiment sont difficiles à évaluer, mais il est certain qu’il ne faut pas les exagérer. Ici comme ailleurs, Bourdieu évoque « un révolutionnarisme ambigu »54, une « révolte confuse », des « formes plus ou moins anomiques, anarchiques de révolte ». Loin de former des attitudes ou une pensée révolutionnaires, les agents ainsi déterminés par leur passage dans l’institution sont proches d’une révolte du sentiment ou du ressentiment dirigée contre un déclassement dont ils font les frais. Naturellement, on se trouve ici au plus près de la figure du sous-prolétaire, que Bourdieu lui-même ne manque pas d’évoquer : « … une espèce de gauchisme spontané qui évoque par plus d’un trait le discours des sous-prolétaires »55.

*

  • 56 P. Bourdieu, « Les exclus de l’intérieur », in La misère du monde, op. cit., p. 914-915.

40La misère du monde réserve toute une section à ce qui est désormais nommé « L’école des sous-prolétaires ». Telle serait l’évolution historique de ce segment du monde social : dans le champ scolaire, l’étudiant issu des classes populaires qui, durant les années cinquante et soixante, quoique pris dans une situation marquée du sceau de l’irréalité, formait encore une visée relativement réaliste de son avenir, a dorénavant laissé place à un tout autre ethos estudiantin, caractéristique d’une frange de la jeunesse issue des « grands ensembles urbains », laquelle mène à sa limite une scolarité ne débouchant sur rien d’autre qu’elle-même. L’analyse menée au début des années quatre-vingt-dix va en effet confirmer et approfondir ce que montrait déjà La distinction : passage d’une école « fondée sur l’élimination précoce et brutale » des plus populaires à l’apparition massive de ceux-ci, concurrence accrue pour des titres scolaires dévalués, mise au jour « des fonctions conservatrices de l’École »56. L’originalité de l’analyse réside en ceci que Bourdieu va réellement expliciter le parallèle entre ces étudiants et les sous-prolétaires :

« Ces adolescents ont, dans leurs conduites et surtout dans leur rapport à l’avenir, tous les traits caractéristiques des sous-prolétaires, mais affectés, de manière profonde et durable, par les effets d’un séjour prolongé à l’École. »

  • 57 P. Bourdieu, « La démission de l’État », in La misère du monde, op. cit., p. 344-345 : « L’École (...)

41L’apport spécifique du passage par l’institution, on le connaît : c’est la manipulation des aspirations, la rupture du « cercle » habituel de la reproduction du travail, et plus largement l’apparition de possibles qui ne semblent s’ouvrir que pour mieux être oblitérés par la suite. La fréquentation du champ scolaire, même brève, permet de forger certaines aspirations, relativement élevées, que l’école elle-même, par les chances qu’elle offre objectivement, ne permettra pas de réaliser57. Mais le point commun de ces deux expériences, ce qui autorise leur comparaison, c’est un rapport analogue au temps et à l’avenir. L’élément central, c’est bien une

  • 58 Ibid., p. 345.

« expérience temporelle, caractéristique des sous-prolétaires, voués par leur défaut de pouvoir sur le présent à la démission devant l’avenir ou à l’inconstance des aspirations, [qui] s’enracine dans des conditions d’existence marquées par l’incertitude la plus totale à propos de l’avenir et la discordance intérieure d’aspirations à la fois ouvertes et fermées par l’École »58.

  • 59 P. Bourdieu, « Oh ! les beaux jours », in La misère du monde, op. cit., p. 929.

42Comme Algérie 60 l’a montré, une telle expérience de la temporalité déploie ses conséquences dans deux directions indissociables, politiques et économiques. On ne reviendra pas sur le « révolutionnarisme ambigu » – tramé de défaitisme et de « l’utopisme le plus aventureux » – typiques de ceux qui, « dépourvus de prise sur le présent, (…) ne [peuvent] qu’essayer de durer dans cet état d’incertitude qui (…) interdit précisément de maîtriser la durée »59. Il reste en revanche à interroger la façon dont ces structures temporelles particulières in-forment les dispositions économiques de ces agents, et comment elles s’insèrent plus ou moins bien dans l’état actuel du marché du travail.

  • 60 Cf. P. Bourdieu, Algérie 60, op. cit., p. 49, 55.
  • 61 r. castel, Les métamorphoses de la question sociale, op. cit., p. 661. On sait bien que la mise e (...)
  • 62 Ibid., p. 665.

43En Algérie déjà, la figure du sous-prolétaire était indissociable d’une situation socio-économique particulière : le chômage structurel. La multiplication de ces vies tout entières laissées à l’arbitraire était synonyme d’une précarisation du marché du travail : au point de départ de ces existences se logeait « l’expérience du décret arbitraire qui fait de l’un un chômeur et de l’autre un travailleur. Dans la grande majorité des cas, ce n’est pas le travailleur qui choisit son travail, mais le travail qui choisit le travailleur ». Il est difficile de ne pas lire entre ces lignes, ou encore dans l’évocation d’une « privation économique [qui] se double d’une mutilation sociale »60, la préfiguration d’une situation profondément actuelle, et dont le cas de l’écolier ou de l’étudiant en voie de sous-prolétarisation est un symptôme. Pour le dire d’une formule, s’il est vrai que l’acquisition d’un comportement économique donné est déterminée par la possession de certaines structures temporelles, il semble que le type de temporalité façonnant l’identité de l’étudiant d’aujourd’hui soit comme magiquement adaptée à la précarité qui s’offre à lui comme avenir le plus probable. A ce propos, on peut rappeler que Robert Castel – lui qui, dès 1995, montrait bien que « la précarisation du travail est un processus central, commandé par (…) l’évolution du capitalisme moderne »61 – faisait du rapport au temps un des traits définitoires de la situation de précarité. Ceux qu’il nomme les « surnuméraires », les individus installés, pour ainsi dire, dans la précarité, sont aussi ceux qui se voient contraints d’inventer « des stratégies de survie fondées sur le présent » : et c’est « ainsi [que] fait retour (…) une très ancienne obligation imposée à ce que l’on appelait alors le peuple : "vivre au jour la journée" »62.

  • 63 P. Bourdieu, « La démission de l’État », art. cit., p. 346.

44L’autonomisation du présent, la difficulté de le maîtriser et, a fortiori, l’impossibilité de se rapporter au futur comme à une dimension qu’il est possible de modifier, semblent correspondre presque miraculeusement à ces vies de travailleurs dont on n’attend pas autre chose, au mieux, qu’une succession de jobs à durée déterminée, « petits boulots » généreusement distribués par une agence intérimaire selon les besoins de telle boîte de pub, de telle entreprise, de tel call-center. Lorsqu’il n’y a que le présent et que celui-ci fuit de tous côtés, quel rapport à l’avenir est-il encore loisible de créer ? Bourdieu le savait bien, lui qui relevait que les « facteurs structuraux » énumérés dans l’analyse du champ scolaire et qui « façonnent notamment les dispositions à l’égard du temps et, par là, le rapport au travail, expliquent l’affinité entre ces jeunes aux dispositions instables et les emplois temporaires »63.

45D’où un constat relativement pessimiste : les structures temporelles du sous-prolétaire à « vocation » précaire, favorisées par son passage dans l’institution scolaire, sont celles-là même qui lui permettront d’adopter sans trop de mal le comportement économique requis par l’état actuel du marché du travail ; et, aussi bien, elles sont toujours ce qui risque de l’empêcher de s’opposer activement, et collectivement notamment, à ce système économique. Dans l’un des textes à visée militante que Bourdieu, à la fin de son parcours, a multipliés, on voit bien à l’œuvre ce raisonnement :

  • 64 P. Bourdieu, « La précarité est aujourd’hui partout », in Contre-feux. Propos pour servir à la rési (...)

« la précarité (…) produit des effets toujours à peu près identiques (…) : la déstructuration de l’existence, privée entre autres choses de ses structures temporelles, et la dégradation de tout le rapport au monde, au temps et à l’espace qui s’ensuit (…) ; en rendant tout l’avenir incertain, elle interdit toute anticipation rationnelle et, en particulier, ce minimum de croyance et d’espérance en l’avenir qu’il faut avoir pour se révolter, surtout collectivement, contre le présent, même le plus intolérable »64.

46Résumons-nous. Il appert qu’aujourd’hui, à la différence de ce qui pouvait être dit de l’économie coloniale capitaliste, l’entrée dans le jeu économique ne suppose plus la prévision, l’anticipation rationnelle de l’avenir – au contraire. On pourrait dire qu’auparavant, intégrer des acteurs dans ce jeu, c’était aussi risquer d’introduire le ver dans la pomme (l’adoption de certaines dispositions économiques supposait l’acquisition d’une temporalité tournée vers l’avenir, avenir où ces dispositions pouvaient en droit être radicalement remises en question). Peut-être ce risque est-il aujourd’hui conjuré : on peut désormais être un acteur économique conforme et en rester, au niveau des représentations politiques, à celui de l’utopisme flou des sous-prolétaires. Bourdieu attire l’attention sur l’idée que l’école pourrait être le lieu privilégié où se distribue cette vision du monde et du temps. La reproduction du rapport de forces actuel entre classes passerait de nos jours moins par la transmission d’une culture dite « légitime » que par la communication d’un certain rapport au temps où le présent, indéfiniment éternisé, règne en maître. Si, instruit de ce qui précède, on fait alors retour aux deux figures idéaltypiques qui se dégageaient de la lecture des Héritiers, on pourrait à la limite soutenir que l’apprentissage, au sein de l’école, d’une temporalité très spécifique s’effectue tendanciellement selon deux voies : d’un côté, pour quelques uns, par l’anticipation vécue de la disposition scolastique ; et, de l’autre, par la sous-prolétarisation progressive d’une large partie du public scolaire. Mais, dans les deux cas, privilège n’est-il pas accordé au présent, le passé comme le futur, quoique de deux façons différentes et complémentaires, étant quant à eux niés, déniés ? Qu’est-ce que cela signifie ?

  • 65 P. Bourdieu, La distinction, op. cit., p. 175.
  • 66 P. Bourdieu, « Oh ! les beaux jours », art. cit., p. 928.
  • 67 P. Bourdieu, « La précarité est aujourd’hui partout », art. cit., p. 97.

47La disposition scolastique, on l’a vu, se caractérise par la suspension de l’urgence liée à la pratique et la neutralisation de l’angoisse liée au lendemain. L’étudiant connaissant la possibilité de vivre ce point de vue par procuration ou anticipation ne bénéficie cependant pas de pareilles facilités : l’avenir ne peut lui apparaître autrement que comme profondément incertain (ou, à tout le moins, « informulable »). C’est pourquoi il escamotera magiquement ce futur, en jouant à faire comme s’il était un de ses pairs pour qui l’avenir ne pose effectivement plus problème ; d’où ces tentatives toujours renouvelées de « faire du présent une sorte de sursis sans cesse renouvelé »65, de gonfler ce présent, de se le donner, chaque fois à nouveau, comme la seule fin de son activité et de sa condition. A l’autre extrême, on trouverait l’« incertitude profonde sur le présent et l’avenir »66 d’un sous-prolétariat estudiantin pour qui la vie, jeu hasardeux, ne se vit qu’au jour le jour. Ces deux figures profondément actuelles, situées en position symétriques et inverses (ce qui soulève le problème de leur rencontre éventuelle), posent aussi, in fine, un problème identique. Si le rapport à l’urgence du présent et de l’avenir sont vécus sur des modes opposés, un poids démesuré est pourtant chaque fois accordé à la dimension du présent. Il y va donc dans les deux cas d’agents à qui la rationalité économique classique risque bien de faire défaut, mais dont les dispositions temporelles, formatrices d’ethos et d’habitus particuliers, sont quant à elles en affinité avec une tendance à la précarisation bien ajustée à l’époque, manifeste dans le monde du travail. De même, si une forme d’organisation collective et raisonnée de la révolte risque bien de ne jamais apparaître dans ce contexte, le champ est en revanche libre pour le désenchantement ou le millénarisme utopique, voire pour les brefs embrasements et les feux de paille mélancoliques, qu’ils soient théoriquement fantasmés ou directement vécus. On sait bien que « pour concevoir un projet révolutionnaire, c’est-à-dire une ambition raisonnée de transformer le présent en référence à un avenir projeté, il faut avoir un minimum de prise sur le présent »67.

  • 68 P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 336.
  • 69 Ibid., p. 299.
  • 70 M. Foucault, « Qu’est-ce que les Lumières ? », art. cit., p. 1394.

48Les deux voies décrites ci-dessus, dans le sillage des « deux façons de vivre la condition étudiante » et des « deux jeunesses », ne se donnent pas pour autre chose que ces dernières : de simples idéaltypes, des tendances, des « pôles » situés aux extrêmes d’un spectre de possibles. En tant que tels, elles permettent d’orienter la réflexion et, quitte à le forcer quelque peu, à comprendre la spécificité de notre présent à l’égard du problème qui nous occupe. Sans doute est-il vrai que « le manque d’avenir (…) est une expérience de plus en plus répandue, sinon modale »68. Mais nous avons vu que cette donnée – et, d’une façon générale, les dispositions temporelles – se décline de façons diverses, plurielles, variant selon la position de l’agent considéré dans l’espace social et géographique, d’une part, dans le temps historique, de l’autre : la temporalité est chaque fois éclatée et l’expérience du temps toujours plurielle. On saisit mieux, sur cette base, la conception de la temporalité proprement bourdieusienne – on peut ainsi faire retour à la première partie de ce texte. Avec Bourdieu le temps ne peut plus s’entendre comme une forme a priori de l’expérience. Les conditions de possibilité de la temporalisation apparaissent dans leurs dimensions sociales et historiques : il y a bien, selon la position occupée dans l’espace ou dans le temps, « différentes manières de se temporaliser ». Mieux : la temporalisation est une dimension de la pratique, un espace ouvert par et dans les pratiques, évidemment multiples, des agents : « La pratique n’est pas dans le temps mais (…) elle fait le temps »69. C’est donc bien dans la perspective d’une historicisation radicale du transcendantal kantien qu’il faut comprendre l’effort de Bourdieu : s’il fait certainement du temps le point central de l’expérience humaine, comme en témoigne la dernière partie de ses Méditations, et si le temps résulte effectivement « d’un acte de construction », il faudrait encore ajouter que cette construction est essentiellement, selon le mot de Foucault, « historico-pratique »70. Cette philosophie du temps implique dès lors moins une interrogation sur les conditions de possibilité de l’expérience en général qu’une description des conditions d’effectivité du sens pratique lié à un état donné d’un champ singulier.

49Par ailleurs, tenir une telle conception (historique, pratique et pluraliste) de la temporalité, c’est peut-être aussi indiquer qu’il y a toujours moyen de se temporaliser autrement, de créer un rapport autre au(x) temps, rapport auquel devrait correspondre, en toute rigueur, des dispositions et des pratiques économiques et politiques originales. Même s’il faut redire que tout essai de temporalisation ne s’effectue que sous des conditions historiques et sociales précises dessinant les limites de cette tentative (ce serait en quelque sorte la finitude du temps), il est aussi vrai qu’une telle expérience, entreprise à même ces limites, reste en droit toujours possible, y compris en des moments semble-t-il peu propices. Comme l’écrit Bourdieu,

  • 71 P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 336.

« il y a aussi l’autonomie relative de l’ordre symbolique qui, en toutes circonstances et surtout dans les périodes où les espérances et les chances se désajustent, peut laisser une marge de liberté à une action politique visant à rouvrir l’espace des possibles »71.

  • 72 M. Foucault, « Qu’est-ce que les Lumières », art. cit., p. 1393.

50Dans son domaine (théorique) et selon ses moyens propres (philosophiques) c’est bien un tel « espace des possibles » que souhaite investir le travail de « l’empirie », la critique sociale du présent, décrite et mise en œuvre ici même. Peut-être comprend-on maintenant en quoi peut consister l’essai d’activation d’une expérience de la pensée comme « réflexivité réflexe », et peut-être voit-on l’intérêt d’une pensée de la temporalité historique comme réflexion en acte du passé pointant d’autres devenirs historico-politiques, une pensée cherchant à dépasser « vers une fin encore absente le présent » ? Et pourquoi ne pas suggérer que ce procès précaire d’un travail « pur » de la pensée, en tant qu’il crée, par des exercices sur soi, le lieu de son application sur ces points du discours et des corps « où le changement est possible et souhaitable »72, peut bien être désigné comme un essai pour enchanter le(s) temps ? Travail en son essence collectif, cette expérience demeure l’affaire de tous, à commencer par ceux qui en ont le temps.

Notes

1 D. Delillo, Mao II, trad. M. Véron, Paris, Le Livre de Poche, 2002, p. 145.

2 Cf. P. Bourdieu, Esquisse pour une auto-analyse, op. cit., notamment p. 57. Bien que j’aie opté pour une tout autre voie d’interprétation dans le chapitre précédent, il y aurait beaucoup à dire d’un certain ancrage phénoménologique de la sociologie de Bourdieu (c’est par exemple le point de départ et le thème souterrain de S. Haber, « La sociologie française contemporaine devant le concept bourdieusien d’habitus », in Alter, 12/2004, p. 191-215). Ainsi, la pensée du corps à la racine du concept d’habitus doit beaucoup au « corps propre » merleau-pontyen. Du reste, l’habitus est une notion empruntée à Husserl (thématisée spécialement au § 29 des Ideen II et au § 32 des Méditations cartésiennes). On sait que Husserl, lorsqu’il tente de résoudre le problème de l’unité de l’ego, applique la notion d’habitude (Habitualität) à l’ego réal, empirique, tandis qu’il réserve celle d’habitus à l’ego pur, transcendantal. L’habitus, comme propriété constante, désigne alors le pôle d’identité du Je pur, fondé sur « les "visées" persistantes », les « prises de position » constamment assumées comme valides et siennes par un même sujet. Il désigne l’aptitude de l’ego pur à la synthèse passive du souvenir, la sédimentation de celui-ci et la constitution d’une réserve d’expériences passées et, comme tel, il fait signe vers l’auto-constitution de la temporalité par l’ego, comme vers sa constitution intersubjective en tant que personne. Citant Ideen II, Bourdieu renvient naturellement sur la distinction husserlienne, selon lui « désespérée », du transcendantal et de l’empirique : le concept phénoménologique d’habitus serait le lieu d’une « tension » occasionnée par la vaine tentative de « sauver le sujet "pur" de la réduction à l’"empirique", c’est-à-dire au génétique et à l’historique » (P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 364). Peut-être faudrait-il enfin rapprocher la notion d’« attentes subjectives », au fondement de la pensée bourdieusienne de la temporalité, de celle, husserlienne, d’Erwartung.

3 P. Bourdieu et J.-C. Passeron, Les héritiers, op. cit., p. 12.

4 Ibid., p. 12, 17. Bourdieu, à plus de trente ans de distance, l’affirme nettement : « L’expérience du temps (…) s’instaure (…) dans le rapport entre les attentes ou les espérances pratiques (…) et les tendances immanentes à ce jeu [social], les probabilités de remplissement » (P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 301-302). « Remplissement », comme « attente », est un concept d’origine phénoménologique.

5 P. Bourdieu et J.-C. Passeron, La reproduction, op. cit., p. 190.

6 P. Bourdieu et J.-C. Passeron, Les héritiers, op. cit., p. 19.

7 Ibid., p. 65.

8 P. Bourdieu et J.-C. Passeron, La reproduction, op. cit., p. 25.

9 P. Bourdieu et J.-C. Passeron, Les héritiers, op. cit., p. 34-35.

10 Ces différentes attitudes apparaissent avec plus ou moins de probabilités selon l’origine sociale de l’agent considéré. Bourdieu et Passeron insistent cependant sur le fait que cette influence ne s’exerce pas mécaniquement, pas plus, bien sûr, qu’elles ne résultent d’un choix rationnel, posé librement. Avec cet effort qui traverse le livre de dépasser et l’idéologie du « déterminisme mécanique » et l’illusion d’un positionnement libre face à des déterminismes « consciemment perçus » (ibid., p. 41, 43), on retrouve l’impulsion qui présidera à l’élaboration du concept d’habitus.

11 Ibid., p. 47-48.

12 Ibid., p. 56.

13 P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 28, 29.

14 Sur tout ceci, cf. P. Bourdieu et J.-C. Passeron, Les héritiers, op. cit., p. 48, 50.

15 Ibid., p. 58.

16 Ibid., p. 59. On voit que Bourdieu et Passeron articulent ici une perspective épistémologique centrée sur le concept wéberien d’idéaltype à une description de type phénoménologique, indexée sur la notion, d’obédience sartro-heideggerienne, de « projet d’être ».

17 G. Debord, « Le commencement d’une époque », in Œuvres, Paris, Gallimard, Quarto, 2006, p. 927.

18 P. Bourdieu et J.-C. Passeron, Les héritiers, op. cit., p. 74.

19 Ibid., p. 89, 69, 71, 58. Où l’on voit que « l’état d’indistinction entre le loisir et le travail », typique de la skholé, recoupe un état similaire, cette fois entre « le militantisme et le dilettantisme » ; cf. P. Bourdieu, La distinction, op. cit., p. 157.

20 Ibid., p. 66, 87.

21 Ibid., p. 85.

22 Sur tout ceci, ibid., p. 83, 86-87, 70.

23 Ibid., p. 88.

24 Ibid., p. 75.

25 Selon l’importante expression de P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 322.

26 Sur tout ceci, P. Bourdieu et J.-C. Passeron, Les héritiers, op. cit., p. 94, 89, 78-79.

27 Sur tout ceci, P. Bourdieu, Algérie 60. Structures économiques et structures temporelles, Paris, Minuit, 2007, p. 11, 12, 8.

28 Ibid., p. 16-18, 42.

29 Ibid., p. 46, 48, 86.

30 Ibid., p. 65.

31 P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 318. Les pages 318-322 de cet ouvrage sont consacrées à l’analyse de ces « hommes sans avenir ». De même, on renverra à l’article « Les sous-prolétaires algériens », in Les Temps Modernes, n. 199, novembre 1962, p. 1030-1051. Les éléments centraux de la pensée de Bourdieu à ce sujet y sont développés dans une optique plus explicitement teintée de philosophie sartrienne (notamment p. 1043). On voit au demeurant comment la conception bourdieusienne du temps, aussi bien dans Les héritiers que dans Algérie 60, évoque Questions de méthode. Ainsi, sans poser l’hypothèse, phénoménologique, d’une « temporalisation originelle », Bourdieu, d’une certaine façon, prend acte du fait que « tant qu’on n’aura pas étudié les structures d’avenir dans une société déterminée, on s’exposera nécessairement à ne rien comprendre au social ». Prenant pour point de départ « la nécessité conjointe de "l’intériorisation de l’extérieur" et de "l’extériorisation de l’intérieur" », on l’a vu, Bourdieu vide certes de sa substance égologique et ontologique la notion de projet, mais sa conception de la temporalité, balançant entre aspirations subjectives et chances objectives, retrouve bien, quoique pour en corriger l’optimisme, une intuition de Sartre : « Les conditions matérielles de son existence circonscrivent le champ de ses possibilités (…) le champ des possibles est le but vers lequel l’agent dépasse sa situation objective. Et ce champ (…) nous ne devons pas l’imaginer comme une zone d’indétermination, mais au contraire comme une région fortement structurée ». Au surplus, des cas-limites tels que celui du sous-prolétaire, par exemple, trouve aisément à se loger dans ces hypothèses sartriennes : » Tout homme se définit négativement par l’ensemble des possibles qui lui sont impossibles, c’est-à-dire par un avenir plus ou moins bouché. Pour les classes défavorisées (…) l’avenir est presque tout entier barré » (sur tout ceci, cf. J.-P. Sartre, Questions de méthode, op. cit., p. 129, 135, 130-131, 133). Même s’il est évident que la sociologie de Bourdieu s’est partiellement érigée contre une certaine lecture de la liberté sartrienne, il y aurait beaucoup à dire, plus généralement, sur « l’anthropologie concrète » décrite par Sartre dans ce livre, et l’« anthropologie réaliste » à laquelle Bourdieu entend œuvrer, par exemple dans les Méditations pascaliennes.

32 P. Bourdieu, Algérie 60, op. cit., p. 67, 70.

33 P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 321 : « L’expérience limite de ceux qui, comme les sous-prolétaires, sont exclus du monde (économique) (…) oblige à poser la question des conditions économiques et sociales qui rendent possible l’accès à l’expérience du temps comme allant de soi ».

34 P. Bourdieu, Algérie 60, op. cit., p. 68, 71, 88, 67, 88.

35 P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 319.

36 P. Bourdieu, Algérie 60, op. cit., p. 75-77.

37 Autant dire que « tout se passe donc comme si, en deçà d’un certain seuil, les attentes raisonnables, trop manifestement démenties et dénoncées par la réalité, devaient céder la place à la résignation dans le malaise ou à l’utopie millénariste » (P. Bourdieu et J.-C. Passeron, Les héritiers, op. cit., p. 57).

38 P. Bourdieu, Algérie 60, op. cit., p. 78, 91, 80-81.

39 Cf. P. Bourdieu, « La rue des jonquilles », in La misère du monde, op. cit., p. 28, qui souligne « la distance qui sépare le prolétaire – même déchu ou en déclin, avec ses revenus réduits, mais réguliers, ses comptes en règles, son avenir malgré tout relativement assuré – de l’ancien ouvrier que la chute dans le chômage, sans protections ni garanties, renvoie à la condition de sous-prolétaire, démuni, désorganisé, hanté par le souci de survivre, tant bien que mal, au jour le jour, entre les loyers impayés et les dettes impayables ».

40 P. Bourdieu, Algérie 60, op. cit., p. 8.

41 P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 319.

42 P. Bourdieu, Algérie 60, op. cit., p. 79, 80-81.

43 Ibid., p. 93, 95. Voir, en un sens identique, P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 324 : « Cet ensemble d’assurances, de cautions, de garanties (…) sont la condition de la constitution de ce rapport stable et ordonné à l’avenir qui est au principe de toutes les conduites dites « raisonnables », y compris celles qui visent à la transformation, plus ou moins radicale, de l’ordre établi. La possession des assurances minimales concernant le présent et l’avenir (…) confère aux agents ainsi pourvus les dispositions nécessaires pour affronter activement l’avenir (…) même en tentant de le maîtriser (…) à l’échelle collective, par un projet réformiste ou révolutionnaire, foncièrement différent d’une flambée de révolte millénariste ».

44 Ibid., p. 119. On peut ici penser à certaines formulations de Marx dans le Manifeste : on se souvient en effet que « la bourgeoisie n’a pas seulement forgé les armes qui lui donneront la mort ; elle a aussi engendré les hommes qui manieront ces armes », en la personne du prolétariat et de son avant-garde communiste, ces hommes dont les théories « ne sont que l’expression générale des rapports effectifs d’une lutte de classe qui existe, d’un mouvement historique qui s’opère » effectivement (K. Marx, Manifeste du parti communiste, trad. C. Lyotard, Paris, Le livre de Poche, 1973, p. 14, 24). Eu égard à la place prépondérante qu’occupe, dans le prolongement d’un certain marxisme, le thème de la « prise de conscience » dans Algérie 60 (comme celui de l’aliénation), et si l’on se souvient d’autre part de l’insistance de motifs phénoménologiques dans Les héritiers, on peut penser que les deux livres détaillés dans ce chapitre, quoiqu’ils déploient un certain nombre de problématiques typiquement bourdieusiennes, continuent de se mouvoir, pour une part, au sein de l’horizon théorique dont Bourdieu s’est peu à peu défait.

45 Cf. P. Bourdieu, « La "jeunesse" n’est qu’un mot », in Questions de sociologie, op. cit., p. 143-154 (spécialement p. 145-148).

46 Ibid., p. 145.

47 Ibid., p. 146-148.

48 Ibid., p. 148-149.

49 On se reportera à l’analyse de l’inflation et de la dévaluation des titres scolaires, cf. P. Bourdieu, La distinction, op. cit., p. 147-150 : « L’entrée dans la course et dans la concurrence pour le titre scolaire de fractions jusque-là faibles utilisatrices de l’école a eu pour effet de contraindre les fractions de classe dont la reproduction était assurée principalement ou exclusivement par l’école à intensifier leurs investissements (…) le titre scolaire et le système qui le décerne devenait ainsi un des enjeux privilégiés des luttes entre les classes qui engendre (…) une inflation des titres scolaires » (p. 147). Voir également l’étude détaillée du passage de « l’état le plus ancien » du système scolaire, basé « sur des coupures tranchées, des frontières nettes », et « l’état actuel », où l’exclusion des étudiants populaires ne s’opère plus d’emblée, mais insensiblement, par le « retard », la « relégation », enfin l’« octroi de titres dévalués » (ibid., p. 172-173). Ce dernier point annonce l’analyse, menée dans La misère du monde, des « exclus de l’intérieur ».

50 L’article précédent ne disait rien d’autre, cf. P. Bourdieu, « La "jeunesse" n’est qu’un mot », art. cit., p. 153.

51 P. Bourdieu, La distinction, op. cit., p. 174.

52 Ibid., p. 161, 164.

53 Ibid., p. 161.

54 Ibid., p. 176.

55 P. Bourdieu, « La "jeunesse" n’est qu’un mot », art. cit., p. 150.

56 P. Bourdieu, « Les exclus de l’intérieur », in La misère du monde, op. cit., p. 914-915.

57 P. Bourdieu, « La démission de l’État », in La misère du monde, op. cit., p. 344-345 : « L’École rompt le cycle "naturel" de la reproduction ouvrière (…) ; elle les incline à refuser le seul avenir qui leur soit accessible sans leur garantir en rien l’avenir qu’elle semble promettre et auquel elle leur apprend à renoncer, définitivement, par l’effet de destin de ses verdicts ».

58 Ibid., p. 345.

59 P. Bourdieu, « Oh ! les beaux jours », in La misère du monde, op. cit., p. 929.

60 Cf. P. Bourdieu, Algérie 60, op. cit., p. 49, 55.

61 r. castel, Les métamorphoses de la question sociale, op. cit., p. 661. On sait bien que la mise en évidence de la précarisation comme tendance massive et centrale du marché de l’emploi actuel se heurte aux réticences doxiques habituelles : « cela s’est toujours fait ainsi, rien de nouveau sous le soleil… ». Une critique sociale du présent tente cependant de mettre en évidence quelle différence aujourd’hui introduit à l’égard d’hier. L’ouvrage de Castel, et la « dialectique du même et du différent » (p. 21) qu’il met en œuvre, permettent ainsi une approche rationnelle du problème, soulignant les continuités aussi bien que les différences, de la paupérisation à la précarité, par exemple (sur ce point précis, voir spécialement p. 661-675). On complètera la lecture de ce livre par des recherches récentes et plus directement philosophiques, telles que celles de G. Le Blanc, Vies ordinaires, vies précaires, Paris, Seuil, 2007 ou de J. Revel, « De la vie en milieu précaire. Comment en finir avec la vie nue ? », Multitudes 2006/4, 27, p. 157-171.

62 Ibid., p. 665.

63 P. Bourdieu, « La démission de l’État », art. cit., p. 346.

64 P. Bourdieu, « La précarité est aujourd’hui partout », in Contre-feux. Propos pour servir à la résistance contre l’invasion néo-libérale, Paris, Liber-Raisons d’agir, 1998, p. 95-96.

65 P. Bourdieu, La distinction, op. cit., p. 175.

66 P. Bourdieu, « Oh ! les beaux jours », art. cit., p. 928.

67 P. Bourdieu, « La précarité est aujourd’hui partout », art. cit., p. 97.

68 P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 336.

69 Ibid., p. 299.

70 M. Foucault, « Qu’est-ce que les Lumières ? », art. cit., p. 1394.

71 P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 336.

72 M. Foucault, « Qu’est-ce que les Lumières », art. cit., p. 1393.

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter