Version classiqueVersion mobile

Nouvelles vulnérabilités, nouvelles formes d’engagement

 | 
Laurence Blésin
, 
Alain Loute

III. Critique du modèle pragmatiste de critique sociale

Texte intégral

La question de la transformation des institutions

1Nous avons tenté de défendre la thèse qu’un modèle de critique sociale, inspiré par le pragmatisme d’un Dewey, devrait permettre de lutter contre le décalage entre l’espace politique et les micro-fractures sociales. Les nouvelles formes coopératives de mobilisation collective peuvent être l’occasion de l’exercice d’un véritable processus d’enquête sociale, où s’expérimente une intelligence collective de ces micro-fractures.

2En l’état, ce modèle de critique sociale nous semble cependant incomplet. En guise de conclusion, nous voudrions évoquer ici ce qui constitue un des impensés de ce modèle de critique sociale. Il reste, pensons-nous, à réfléchir à la réarticulation de ces expériences collectives avec le pouvoir ou l’autorité politique, autrement dit la recomposition du plan actantiel et du plan institutionnel. Pour que ces actions collectives soient, au-delà de la résolution de problème locaux, l’occasion d’une expérimentation collective de l’espace public voire d’un réel apprentissage social, ne faut-il pas également réfléchir à la manière dont elles peuvent agir sur le pouvoir pour qu’il accepte de se laisser enseigner par ces expériences ?

3Il nous semble que ce modèle pragmatiste de critique sociale, s’il réfléchit bien aux conditions d’apprentissage des acteurs, ne dit rien, ou peu, quant à ce qui pourrait amener les institutions publiques à apprendre également de nouveaux rôles. Si elles doivent prolonger les dynamiques d’expérimentation sociales, ne doivent-elles pas également transformer leur rôle, au risque sinon de bloquer le processus d’innovation sociale ?

  • 1 Pour une analyse critique plus approfondie des travaux de Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yann (...)

4Ces questions ne sont pas réellement abordées par ce modèle de critique sociale. Cet impensé se donne bien à voir dans les travaux de Michel Callon et consorts sur les forums hybrides1. Dans Agir dans un monde incertain, Callon et consorts relèvent l’émergence dans l’espace social de différentes expériences collectives qui ont pour effet d’atténuer la double ligne de partage expert / profane et représentant / citoyen. Pour eux, l’intérêt de ces forums hybrides dans lesquels une pluralité d’acteurs s’engagent n’est pas de supprimer ou remplacer, mais d’enrichir la démocratie représentative, de « démocratiser la démocratie ».

5Ils vont même jusqu’à soutenir qu’un forum hybride, à lui seul, ne peut assurer sa protection face aux opportunistes, de même qu’il ne peut assurer à lui seul la diffusion des bénéfices de l’action coopérative en réseau. Ils écrivent ainsi :

  • 2 M. Callon, P. Lascoumes et Y. Barthe, Agir dans un monde incertain, op. cit., p. 211.

« Le forum hybride n’émerge qu’au prix de conflits souvent violents. Pour imposer un débat, pour être admis à y participer, il faut en effet être capable de mobiliser des ressources, de monter des alliances en vue de retourner les relations de domination qui tendent à réprimer toute remise en cause de la double délégation. Laisser les forums hybrides se développer sans aucune règle du jeu pour organiser le débat, c’est laisser le champ libre à la logique des rapports de force »2.

  • 3 Ibid., p. 252.

6Il faut donc intervenir pour organiser et encadrer le forum. Dans les expériences de forums hybrides qu’ils décrivent, Callon et consorts relèvent trois types d’interventions qui participent à l’organisation des forums : l’intervention du monde associatif, celle des médias et l’intervention des pouvoirs publics. La première fournit, entre autres, des « premiers moyens d’expression »3 aux groupes. La deuxième assure la publicité des débats. Quant aux pouvoirs publics, ils

  • 4 Ibid. Callon et consorts utilisent le terme « dialogique » en opposition à celui de « délégative  (...)

« assurent le bon fonctionnement des procédures dialogiques en même temps qu’ils servent de recours et mettent en place des structures de coordination ; ils allouent des ressources pour que la recherche collaborative se développe et que les coûts de composition du collectif soient pris en charge »4.

  • 5 Ibid., p. 182.

7Parmi ces forces d’appui des réseaux, l’État joue un rôle central. D’abord parce qu’il rend possible les deux autres interventions (législation favorable aux associations, garantie de la liberté de la presse...) et qu’il assure le bon déroulement des débats. Il assure une protection du réseau face aux opportunistes qui cherchent à capter la force d’intéressement du réseau. Le travail d’agrégation du collectif qu’opèrent nos élus reste donc indispensable : « le collectif composé, s’il n’était pas remis en forme selon les procédures de constitution du collectif agrégé, serait incapable de produire le citoyen individuel d’un côté et une volonté générale qui ne soit pas simplement la volonté du plus fort »5.

  • 6 M. Callon, « Ni intellectuel engagé, ni intellectuel dégagé : la double stratégie de l’attachemen (...)

8Il nous semble que, en plus de cela, l’État devrait permettre de généraliser l’expérience des réseaux. Les réseaux ne semblent pas pouvoir compter sur leurs propres ressources pour se généraliser. « Pour que les réseaux s’étendent, et par conséquent pour que les savoirs se généralisent et deviennent utilisables en plusieurs points, il faut des institutions qui organisent ces affrontements et ces transports »6. Callon et ses collègues ne sont pas très explicites quant aux institutions qui permettraient une telle généralisation. Mais au vu de la description qu’ils donnent du rôle de l’État dans l’organisation des forums hybrides, ce dernier pourrait jouer un tel rôle d’« institution » de réseau.

9Une telle proposition, si elle est bien la leur, nous paraît quelque peu problématique. Elle nécessite de postuler que l’État accepte de transformer son rôle, au risque sinon de le voir instrumentaliser les forums hybrides. Il faudrait qu’il apprenne à organiser les réseaux tout en n’imposant pas d’issue autoritaire aux débats, qu’il se rende compte de tout le bénéfice des forums hybrides, en termes de démocratisation. Il faudrait que le travail d’agrégation du collectif qu’opèrent nos élus soit à l’écoute du collectif en continuelle composition par des groupes de citoyens. Pour jouer un rôle dans la coordination et l’extension des réseaux, l’État doit être capable de reconnaître les identités émergentes. Il lui faut renoncer au monopole du travail de constitution du collectif. Qu’est-ce qui garantit qu’il transformera son rôle ? Le risque n’existe-t-il pas que l’État joue également opportuniste en instrumentalisant les forums hybrides comme des outils de légitimation de ses décisions ?

10Une hypothèse serait que les forums hybrides jouent comme un dispositif de prise de conscience pour l’État. En attestant d’un réel enrichissement de la démocratie délégative, ne pourrait-on pas attendre qu’ils fassent prendre conscience à l’État de la nécessité d’ouvrir et de symétriser les débats ? Le problème d’un tel raisonnement repose dans sa circularité. D’une part, il faut que les forums hybrides soient suffisamment développés pour qu’ils permettent à l’État de prendre conscience de l’intérêt de ces expériences. D’autre part, nous avons vu que pour qu’ils prennent de l’ampleur, ils doivent être organisés, en partie, par l’État. Une des conditions pour que s’initie une prise de conscience de l’État serait alors que l’État se soit déjà transformé en acceptant d’organiser les forums !

  • 7 Cf. pour aller plus loin, M. Maesschalck et L. Blésin, « Apprentissage social et participation lo (...)

11Ces différentes questions démontrent, avec force, l’importance d’approfondir cette piste d’une critique sociale pragmatiste par une réflexion qui combine expérimentation collective à travers la résolution locale de problèmes et apprentissage institutionnel7. À nos yeux, l’enjeu d’une telle problématique est essentiel : l’exercice d’une responsabilité collective face aux nouvelles formes de souffrances sociales en dépend.

Notes

1 Pour une analyse critique plus approfondie des travaux de Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthe sur les forums hybrides, cf. A. Loute, « L'organisation de la vigilance collective comme forme d'engagement du sociologue », op.cit.

2 M. Callon, P. Lascoumes et Y. Barthe, Agir dans un monde incertain, op. cit., p. 211.

3 Ibid., p. 252.

4 Ibid. Callon et consorts utilisent le terme « dialogique » en opposition à celui de « délégative ».

5 Ibid., p. 182.

6 M. Callon, « Ni intellectuel engagé, ni intellectuel dégagé : la double stratégie de l’attachement et du détachement », in Sociologie du travail, (1999) 41, pp. 65-78, p. 73.

7 Cf. pour aller plus loin, M. Maesschalck et L. Blésin, « Apprentissage social et participation locale. Les enjeux de l’auto-transformation des pratiques », in Les Cahiers philosophiques de Strasbourg, à paraître. On verra aussi M. Maesschalck, « Théorie des groupes et gouvernance réflexive. Pour une approche génétique de l’action collective », in C. Lobet-Maris, R. Lucas et B. Six (dir.), Variations sur la confiance. Concepts et enjeux au sein des théories de la gouvernance, Bruxelles, Peter Lang, 2009.

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search