Version classiqueVersion mobile

Nouvelles vulnérabilités, nouvelles formes d’engagement

 | 
Laurence Blésin
, 
Alain Loute

II. Apports du pragmatisme

Texte intégral

  • 1 La partie de cet article consacrée à une lecture pragmatiste des nouvelles formes d’engagement a (...)
  • 2 On verra en particulier J. Dewey, Le Public et ses problèmes [1927], trad. fr. et introduction pa (...)
  • 3 M. Callon, P. Lascoumes, Y Barthe, Agir dans un monde incertain, Essai sur la démocratie techniqu (...)

1L’hypothèse que nous formons ici est que certaines de ces pistes de réflexion pouvant nourrir une critique sociale en prise avec les nouvelles vulnérabilités peuvent être trouvées dans une lecture pragmatiste de ce que nous nommons la dynamique de nouvelles formes d’action participative dans l’espace social1. Il s’agit de ces différentes formes d’action – paroles, comportements, pratiques, formes d’expérimentation ou d’action collective – que les acteurs en prise avec les nouvelles souffrances ou avec des situations inédites mettent en œuvre pour faire émerger ces nouvelles vulnérabilités dans l’espace public, leur donner une figure, une représentation, et tenter d’interpeller, d’agir. Cette lecture pragmatiste que nous voulons proposer ici s’inspire pour une très large part des réflexions de John Dewey2, mais aussi, de manière plus latérale, des travaux développés par Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthe dans leur ouvrage de 2001 – Agir dans un monde incertain3 –, lorsqu’ils se penchent sur ce qui se joue dans les « forum hybrides » et de manière plus générale dans une organisation de l’action en « réseaux ». Ce qui va ici retenir notre attention, c’est le déplacement que permettent ces approches, déplacement que nous identifierons à un retour aux acteurs en situation, c’est-à-dire appréhendés dans leur capacité à transformer une situation, à participer à la donne sociale.

2Renault, on l’a vu, a bien mis en évidence la nécessité de partir d’une expérience de l’injustice sociale. Cependant, nous allons voir que cette expérience ou épreuve servant comme choc ou point de départ à la déstabilisation et à la mise en action peut être traitée de différentes manières. Il s’agit bien de se laisser déstabiliser par les souffrances telles qu’elles sont vécues par les premiers concernés, déstabilisation qui doit ouvrir la critique sociale à l’exigence d’une transformation des cadres – cognitifs et normatifs, mais, nous allons le voir aussi pragmatiques – c’est-à-dire à leur extension afin qu’ils puissent avoir prise sur cette souffrance, sur cet affect, sur ce vécu. Alors que chez Emmanuel Renault, il reste nécessaire de mobiliser un acteur extérieur pour que se produise ce schéma de réelle déstabilisation, il n’en va selon nous pas de même lorsque celle-ci est associée à un processus d’enquête sociale comme chez un Dewey, où c’est bien le groupe partageant un trouble, le collectif, qui se met au travail, c’est-à-dire où ce sont les acteurs eux-mêmes qui font retour sur leurs affects. L’affect n’est alors pas seulement déstabilisant mais il devient potentialisant pour le groupe.

  • 4 E. Renault, L’expérience de l’injustice, op. cit., p. 70..
  • 5 P. Rosanvallon, La contre-démocratie, La politique à l’âge de la défiance, Paris, Seuil 2006 (ici (...)

3Pour Emmanuel Renault, on l’a vu, les victimes d’injustices sociales, les dépositaires de nouvelles souffrances ont parfois « le sentiment que les questions politiques n’ont plus rien à voir avec les problèmes qui affectent l’existence »4. Un tel décalage du politique peut alors être interprété comme du mépris et générer chez les acteurs une désaffection de l’action sociale et politique, un désintérêt. On l’a vu en introduction, les acteurs peuvent aussi investir le jeu social par des actions de défiance et de dénonciation du politique. C’est ce que nous avions nommé avec Rosanvallon : des expressions de la contre-démocratie5.

  • 6 M. Hansotte, « Par où passe le devenir ? Mouvements émergents et nouvelles modalités de L’engagem (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid. La citation complète est la suivante : « Par collectifs d’énonciation, il faut entendre tou (...)

4Mais les arènes publiques ne sont pas seulement des vecteurs de telles manifestations de dénonciations ; dans les « résistances citoyennes » peut aussi se construire un réel pouvoir d’énonciation. Pour reprendre l’expression de la sociologue belge Majo Hansotte, nous assistons à l’émergence de nombreux « collectifs d’énonciation », des « collectifs porteurs d’une énonciation inédite »6 qui expriment différentes « modalités » et « formes d’émergence collective d’une position politique »7 face à des questions aussi diverses que rapports plus égalitaires entre les sexes, famille, école, région, pays, santé, logement, environnement, revenus justes, mobilité des humains, ville, cohabitation des cultures, etc. « L’enjeu est de construire et d’affirmer des subjectivités collectives (…) »8.

5L’espace public voit ainsi se construire en son sein des expérimentations de prises de parole et d’actions collectives autour d’enjeux par des citoyens qui en sont les « riverains », des personnes qui rencontrent l’action sociale parce que qu’elles sont touchées par un enjeu particulier ou un problème qui les concernent directement ou indirectement, et qui se sentent poussées à s’engager dans la résolution de ces questions qui les touchent. Il ne s’agit pas tant au départ de se mobiliser autour de grands principes ou d’idéaux que de s’inscrire dans l’espace social en un lieu tout d’abord limité, par le biais d’un intérêt particulier, riverain. Nous faisons ici référence à des collectifs qui, à côté de ce que l’on a coutume d’appeler la société civile organisée, émergent dans la société civile non organisée. Comme nous le mentionnions, il s’agit de collectifs ou de groupes aussi divers qu’un comité de soutien aux sans-papiers, un comité contre la « chasse aux chômeurs », une occupation de squats, mais aussi une association de riverains ou encore un groupe d’entraide…

6Nous tenterons de montrer comment ce qui peut se lire comme une certaine « effervescence » de ces nouvelles mobilisations collectives peut éclairer la question des conditions de participation dans l’espace public, faisant de celui-ci le lieu d’expérimentation de nouveaux possibles, et permettant ainsi de mettre en lumière une dimensionnalité plus actantielle et moins institutionnelle face au défi de trouver de nouvelles solutions. Notre hypothèse est qu’au sein de ces nouvelles formes d’engagement, différentes d’un engagement idéologique, se dessine une forme de citoyenneté qui, à partir d’un vécu, d’un affect, s’approprie un pouvoir de prendre une parole collectivement et d’expérimenter de nouvelles pratiques coopératives.

7Selon nous, une lecture pragmatiste de ces mobilisations permet d’interroger ce moment au sein duquel des individus en viennent à se doter de la capacité de reconnaître les nouvelles souffrances sociales qui les touchent, à passer du ressenti à l’identification et à l’énonciation, et à s’engager pour porter cela au débat social et à l’agenda politique. Il s’agit de souligner ces moments d’appropriation collective. Ils nous disent quelque chose d’important quant à la possibilité d’engagement dans une société où, bien souvent, les individus ont tellement intériorisé le discours dominant de la responsabilisation individuelle qu’ils vont plutôt développer des attitudes de culpabilisation par rapport à leur situation de souffrance, à ce qui sera interprété comme des situations d’échec personnel.

8À partir de ces expérimentations collectives qui sont radicalement différentes des formes d’engagement qui relevaient des grands mouvements sociaux des XIXe et XXe siècles, il s’agira donc d’interroger le type d’expérience collective générée par une telle capacitation des individus, que nous entendons ici au sens d’une prise de confiance dans leur pouvoir de prendre la parole et d’agir, c’est-à-dire de passer d’un statut de citoyen-victime à un statut de citoyen-critique-participatif.

  • 9 M. Gauchet, « Les tâches de la philosophie politique », op. cit., p. 298.

9Il s’agit bien de déplacer les réponses que l’on peut apporter à certaines des questions que nous posions au modèle de critique sociale développé par Renault. Chez Renault, nous l’avons souligné, on présuppose que la production sémantique par le critique théorique ouvrira la voie à une transformation pragmatique des acteurs. Ici, il s’agira plutôt d’interroger la transformation des acteurs dans leur possibilité de se connecter à une capacité d’implication en lien avec l’expérience du groupe autour d’un enjeu. Dans ces mobilisations se joue quelque chose de la démocratie. Outre une ouverture attentionnelle à de nouvelles micro-fractures sociales qui renvoient à un enjeu d’identification, ces mobilisations mettent aussi en lumière quelque chose qui tient plus du processus que du résultat. Quelque chose qui pourrait se dire en termes d’expériences de vie ; il s’y expérimente en effet des dynamiques d’action collective, de participation au groupe, de vie associative ou encore de construction d’une communauté d’action. Et ce pour toute une série de personnes qui ne seraient peut-être pas rentrées dans ces dynamiques par la voie de l’organisation ou du mouvement, ni par celle d’une convocation institutionnelle au débat, mais qui s’y inscrivent en raison d’un intérêt spécifique lié à un problème qui les concerne comme « riverains », ou à une problématique qui, pour une raison ou une autre, les touche plus particulièrement. Ceci est, selon nous, porteur d’enjeux pour une démocratie d’appropriation dans une société qui ne cesse de renvoyer aux individus. On peut ici à nouveau faire référence au même texte de Marcel Gauchet qui parle de la démocratie comme d’un « pouvoir appropriable par la communauté politique, (…) un pouvoir en lequel la communauté peut se projeter et se reconnaître »9.

  • 10 M. Benasayag et D. Sztulwark, Du contre-pouvoir, op. cit., p. 87.

10À côté des formes associatives et de participation qui se vivent dans la société civile organisée, il y a donc aussi d’autres formes de vie associative qui nourrissent l’espace collectif, d’autres modalités d’émergence collective d’une position « politique » face à des questions très diverses qui touchent le quotidien. On rejoint dès lors une conception que nous dirions plus « généreuse » du rôle de l’action collective et du mouvement social dans l’espace public. Il ne s’agit plus seulement d’un rôle réactif ou de sonnette d’alarme comme chez Renault. Dans une conception plus en phase avec la générabilité du social, l’espace public de nos sociétés contemporaines voit s’installer un nouvel équilibre entre, d’une part, la logique traditionnelle des grands acteurs collectifs articulant négociation des intérêts et revendication de protections collectives – cette logique s’actualisant face aux nouveaux défis qui lui sont posés –, et, d’autre part, une logique que nous dirons beaucoup plus expérimentale, révélée par de multiples initiatives émergeant du « terrain ». Cette conception articulée à l’action locale insiste sur une dimension profondément situationnelle, contextuelle. Loin de vouloir rejoindre de grands modèles, d’implémenter des programmes, il s’agit plutôt ici d’accueillir ce qui survient et de se rendre compte que collectivement nous habitons une situation qui nous questionne et qui, au-delà de ce sentiment personnel et interpersonnel, interroge aussi le collectif comme vivre-ensemble, et nous requiert à l’action. C’est à ce même type d’expérimentations que fait référence un auteur comme Benasayag dans son ouvrage Du Contre-pouvoir : « L’étape qui s’ouvre aujourd’hui pour les luttes populaires trouve son originalité dans la perception que le "manque de modèles" n’est plus un frein, une faille ou un obstacle, mais précisément une ouverture, une nouvelle possibilité de s’organiser selon des "projets axiomatiques" qui ne sont pas guidés par une idée du "devoir être" du futur, mais qui partent de l’assomption de l’exigence situationnelle »10. Face à des vulnérabilités qui nous concernent et qui, affectivement, nous touchent, nous troublent, nous bousculent, face à des problématiques que nous côtoyons, nous sommes capables de nous impliquer. À partir de ce malaise ressenti, de ce trouble, il s’agit de mettre un collectif au travail : formuler des questions, identifier et catégoriser des problèmes, travailler collectivement à l’énonciation de possibles réponses, etc. Ces initiatives nous invitent à penser le changement depuis là où nous sommes, comme une réappropriation de ce sur quoi on peut encore avoir prise aujourd’hui. Elles sont porteuses de pratiques infiniment diverses tant dans leur mode d’organisation que d’action.

  • 11 Cf. Libération, 14 -15 mars 2009.

11Pour donner un exemple de ce type d’embryon ou de départ de construction d’un collectif, on peut faire référence à un article récent de Libération : « Appel boule de neige sur l’hôpital psychiatrique »11. Suite à un fait divers tragique (la mort d’un jeune homme assassiné par un malade qui s’était échappé d’un centre psychiatrique), Nicolas Sarkozy annonce, le 2 décembre 2008, un plan de sécurisation des hôpitaux. On y parle de chambres d’isolement, de vidéosurveillance. Ce qui ressort d’un tel discours, c’est une vision très stéréotypée du malade mental comme individu dangereux. Ce discours prévoit une réforme, annonce un projet de loi, dans un moment de crise et de confusion. Ce discours provoque un choc dans les professions qui côtoient la maladie mentale au quotidien. Un médecin psychiatre décide de réagir et active d’abord son réseau de proximité. Autour du Dr. H. Bokobza se constitue alors un groupe de 39 personnes qui répondent à son appel et publient, dans une première initiative conjointe, un texte commun qui sera diffusé dans les médias. Ce groupe poursuit l’initiative en ouvrant une pétition qui récolte très vite un nombre impressionnant de signatures et en organisant des États Généraux auxquels participeront plus de 2000 personnes. Dans le collectif de départ, le groupe des 39, on ne trouve pas seulement des médecins psychiatres mais aussi des infirmiers, des psychologues, des étudiants. Ils se réunissent de manière hebdomadaire, restent ouverts à tous. Ce qui me paraît particulièrement intéressant dans l’article, c’est qu’un médecin interrogé en parle en termes de « groupe désirant ». La mobilisation part bien d’un affect, d’une colère, d’un choc qui impulse un désir de s’impliquer. L’enjeu est riverain, il me préoccupe directement. Ce qui est intéressant aussi, c’est la conscience qu’ont ces médecins de devoir faire groupe avec tous les concernés, c’est-à-dire aussi avec les malades et leur famille, et ce, pour que cette mobilisation soit entendue. Il faut pouvoir faire groupe autour des malades, avec eux, dans cette société-ci, avec son discours sécuritaire. La question du malade doit pouvoir être réactualisée par rapport à ce nouveau contexte sécuritaire, elle doit être remise en travail et c’est en faisant groupe, en articulant les différentes compétences, en permettant aux différentes représentations des enjeux de se confronter que l’on va permettre à cette question d’émerger dans le débat, de s’y inscrire comme un enjeu public.

12Face à telle ou telle situation d’injustice, de souffrance, des personnes se sentent directement impliquées, d’abord comme « je » et puis comme « nous », un nous qui n’est pas donné d’avance, mais qui se construit à partir de leurs interactions.

  • 12 M. Callon, P. Lascoumes, Y Barthe, Agir dans un monde incertain, op. cit. On verra aussi A. Loute(...)
  • 13 On verra en particulier J. Dewey, Le Public et ses problèmes [1927], op.cit.

13Deux types d’outils théoriques peuvent être convoqués afin de nous donner des clés pour comprendre ces nouvelles formes d’engagement : une analyse en termes de réseaux dont nous reprenons les éléments essentiels à Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthe12 ; et une analyse pragmatiste que nous reprenons à John Dewey13 lorsqu’il interroge la possibilité de constitution de ce qu’il nomme des « publics ».

Une logique en réseaux

14Nous ne nous étendrons pas de manière exhaustive ou approfondie sur le réseau, mais il s’agira simplement de pointer quelques éléments significatifs de ces nouvelles formes d’engagement. Pour resituer rapidement le point d’ancrage des travaux de Callon et consorts, disons que ces auteurs montrent comment, sur des dossiers sensibles – empreints d’incertitude technique et scientifique – comme les maladies rares, le sida, les déchets nucléaires, les effets des champs électromagnétiques émis par les lignes haute tension, la gestion de la chasse, les transports publics, etc., l’intervention des « profanes » contribue à remettre en cause le grand partage entre recherche confinée des experts et savoir des profanes. C’est dans le cadre de ces nombreuses controverses que se sont créés les « forums hybrides », ces lieux de débats, de délibération et d’enquête qui réunissent tant des experts, que des hommes politiques, des techniciens et des profanes, ces citoyens ordinaires riverains qui s’estiment concernés.

15Que retenir de leur approche du collectif ? Ces auteurs nous montrent tout d’abord clairement le caractère volontaire de ces engagements : il existe chez nombre de citoyens – les profanes par rapport aux experts – une volonté de se mettre eux-mêmes en recherche, au sens où ils veulent participer à la définition des problèmes, faire profiter les experts et les élus de leurs connaissances de proximité sur des questions qui les touchent. Ils veulent intéresser le plus d’acteurs possibles à la délibération. Le principe même du réseau, c’est d’être ouvert, de rester ouvert et d’étendre la liste des concernés, d’essayer de toucher toutes les « parties prenantes » (les stakeholders).

  • 14 Et rien ne prédit que le réseau pourra perdurer une fois l’objectif atteint.

16Ensuite, ce que les travaux de Callon et ses collègues permettent de bien mettre en lumière, c’est que ce qui relie les individus, c’est avant tout un objectif commun – un objectif qui peut donc être limité, ponctuel14. L’appartenance au réseau n’est pas une adhésion idéologique. On se réunit autour d’enjeux concrets. Les individus qui s’inscrivent dans le réseau ne doivent donc pas partager des propriétés ou une identité commune (ex. être sans-papiers), ni d’accord convictionnel ou idéologique. De plus, les individus s’associent à partir d’intérêts et de motivations différents, avec des ancrages différents, des méthodes d’action différentes, des perceptions des enjeux différentes.

17Les auteurs mettent aussi en évidence le type d’intérêts que peuvent trouver les acteurs dans ces formes d’engagement : proximité des enjeux, culture de la pluralité des points de vue, qualité participative, etc. Du point de vue des bénéfices, on peut noter des avantages directement en lien avec le problème qui a suscité l’engagement : production de connaissances, de savoirs inédits par le croisement de perceptions, d’informations et de compétences ; exploration de davantage d’options, de propositions, etc ; mais d’autres bénéfices peuvent aussi être mis en avant, comme la sortie de l’isolement de certains acteurs qui s’inscrivent pour la première fois dans un espace de parole.

18Notre hypothèse est que la dynamique du collectif ne se réduit donc pas à chercher des réponses à un problème. Nous allons à présent tenter de mieux cerner ce qu’il s’y passe en termes d’action collective. Il s’agira ici d’évaluer tout à la fois comment cet espace d’action produit de la « définition », au sens où il y a construction collective de nouveaux intérêts communs, de nouveaux enjeux sociaux, de nouvelles représentations, et comment s’y transforment ou y naissent des identités d’acteurs. Soulignons d’emblée que quand on parle d’une telle transformation des acteurs, on vise non seulement l’acquisition de nouvelles compétences (liée à l’échange des savoirs par exemple) mais aussi l’acquisition d’une certaine disposition à l’engagement que nous dirons en termes de confiance : la confiance dans sa capacité de citoyen qui s’acquiert par une participation active à un groupe, la confiance qui renforce la croyance dans le fait que le jeu social mérite d’être investi et joué. Ce n’est pas tant l’approche proposée par Callon et consorts qui nous sera ici utile que les travaux du pragmatiste américain John Dewey qui nous semblent d’un apport capital.

Construction du public et confiance sociale. À partir de Dewey15

  • 15 Nous avons analysé cette problématique de manière plus approfondie dans L. Blésin, « L’expériment (...)
  • 16 Cette problématique est au cœur d’un autre ouvrage fondamental de J. Dewey. Cf. Logique, La théor (...)
  • 17 J. Dewey, Le Public et ses problèmes [1927], op.cit, p. 69.
  • 18 J. Dewey, Le public et ses problèmes [1927], op.cit, p. 140. Notons bien qu’il ne s’agit évidemme (...)

19Pour Dewey, il est nécessaire d’appliquer aux problématiques émergeant dans le champ social des méthodes d’investigation expérimentales proches de celles qui opèrent dans les sciences physiques et qui impliquent une logique d’enquête visant à engager les participants dans une recherche collaborative et coopérative afin de chercher les enjeux collectifs d’une situation et ce qu’elle requiert16. À la différence d’Arendt, ce qu’il entend par « public » ne sera dès lors pas conçu par Dewey comme quelque chose de déjà constitué, comme un espace où apparaître. Il s’agit au contraire de comprendre comment des publics, multiples, peuvent se construire à partir des interactions des individus dans le social. Les hommes s’associent pour toutes sortes de raisons, s’engageant dans différents groupes. C’est la condition même de la vie sociale. Et, pour Dewey, processus de participation au groupe et individuation comme autoréalisation sont intimement liés : « L’homme n’est donc pas associé de facto, mais il devient un animal social dans la composition de ses idées, de ses sentiments et de son comportement réfléchi. Ce qu’il croit, espère et vise est le résultat de l’association et de l’échange »17. De ces associations, et des décisions qu’elles prennent, de leurs actions, naissent dès lors des conséquences – positives ou négatives – qui peuvent s’étendre non seulement aux membres de la communauté restreinte que forme l’association – conséquences directes –, mais aussi à des personnes non concernées au départ – conséquences indirectes. Ces dernières sont d’abord perçues, ressenties, subies. Peut ensuite naître une sorte de choc ou de déstabilisation qui bouscule les individus, les tire de leur indifférence et les pousse à exprimer le besoin d’un contrôle conjoint, public, de ces conséquences, et à s’engager dans une résolution collective du problème. C’est à partir de là que pourra se constituer ce que Dewey nomme un « public ». Cependant pour qu’un public puisse se définir, s’organiser, c’est-à-dire se construire et se capaciter politiquement, il est nécessaire de dépasser le simple ressenti. Il s’agit de faire de l’« objet » qui pose problème et de ses conséquences un véritable problème public. Il faut que les conséquences indirectes ne soient pas seulement ressenties de manière diffuse, mais qu’elles soient perçues précisément, connues, afin qu’un jugement pratique puisse être posé et s’exercer au cœur de la situation. Pour Dewey, la situation conflictuelle requiert d’être traitée comme un problème de connaissance et d’expérimentation, elle doit être soumise à l’enquête. Et c’est par un tel processus de recherche conjointe dans l’élaboration de la connaissance du problème qu’un public va pouvoir se construire : « Le problème d’un public démocratiquement organisé, écrit Dewey, est avant tout un problème intellectuel »18. Cela se fera par le biais de l’expérimentation politique et à travers l’enquête sociale. La façon dont un public va pouvoir se définir et s’organiser est donc fonction d’une enquête de la situation à des fins sociopolitiques.

20Cette démarche d’enquête sociale expérimentale est importante pour Dewey. Elle doit engager les participants dans une recherche collaborative, coopérative et devra déboucher sur la création de « commun », c’est-à-dire sur un « objet » doté d’une signification partageable dont l’élargissement des dimensions prend en compte les enjeux sociétaux de toutes les parties concernées. Il s’agit bien de définir un intérêt partagé, et ce par la participation active de tous les concernés – experts et profanes – au processus collaboratif, par le croisement de leurs savoirs, de leurs expertises, de leurs compétences, mais aussi de leurs besoins, de leurs intérêts et de leurs désirs. Il s’agit de partir d’une situation partagée à des degrés divers par un certain nombre de personnes, pour en faire une situation partagée parce que cet ensemble de personnes va la constituer ensemble comme situation commune, va la définir de manière conjointe. Le trouble devient l’enjeu d’un travail collectif d’identification et de catégorisation qui va permettre une construction riche de la représentation de nouveaux problèmes publics. Au lieu de se borner à accepter la représentation stéréotypée du malade mental comme individu dangereux, du chômeur comme paresseux et profitant du système, le collectif veut doter la représentation d’une complexité, la rendre plus juste, plus riche, moins unilatérale, en la co-construisant à partir des perceptions des différents acteurs concernés. C’est collectivement que se construit l’identité sociale du malade mental, une identité porteuse d’un enjeu pour le vivre-ensemble. Et c’est la même chose pour les sans-papiers, les enfants battus, ou encore le secteur non-marchand par exemple. Ces entités se construisent une identité repérable, lisible, qui est le résultat toujours provisoire d’un travail commun. L’action collective est donc productrice de commun, elle conduit à l’espace public, au débat social et à l’agenda politique de nouvelles entités, de nouvelles fractures sociales. Et ce à partir des souffrances telles qu’elles sont vécues, ressenties, affectantes par les premiers concernés.

21Dans cette enquête conjointe, ce qui se met en place, ce n’est pas seulement de l’activité associée pour trouver des solutions, c’est aussi certaines formes de participation qui conduisent à faire groupe et à se positionner comme tel dans la société – porteur d’un enjeu, d’une parole et producteur de savoirs et d’intelligence collective, c’est-à-dire à faire « nous ».

22L’action collective conduit donc aussi à une possible transformation des acteurs qui y participent, non seulement en termes d’acquisition de compétences (par l’échange des savoirs par exemple), mais aussi, et de manière plus fondamentale, par l’acquisition d’une confiance essentielle à l’expression de l’engagement. En effet, si le public n’existe pas hors sa construction, les individus n’existent pas non plus comme des parties déjà préexistantes au public, mais se construisent, se transforment et se capacitent dans ce processus même. L’apport de ce type d’expérience de la participation au sein de la vie d’un groupe nous paraît devoir être souligné, dans une société qui se dit en termes d’égalité des droits et des devoirs individuels mais qui parle peu de la capacitation de ces individus. Ce qui se met en place dans cette recherche de commun, c’est une dynamique qui amène les acteurs dans des processus d’engagement qui les conduit à créer du « nous » autour d’enjeux :

  • 19 J. Dewey, Le Public et ses problèmes [1927], op.cit, p. 157.

« Lorsque les conséquences d’une activité conjointe sont jugées bonnes par toutes les personnes singulières qui y prennent part, et lorsque la réalisation du bien est telle qu’elle provoque un désir et un effort énergiques pour le conserver uniquement parce qu’il s’agit d’un bien partagé par tous, alors il y a communauté »19.

23Dans cette expérience de participation au sein de l’association, l’individu fait l’expérience de la communauté au sens démocratique que Dewey donne à cette notion capitale de sa pensée. Cette communauté lie réflexivement processus de participation au groupe et processus d’individuation et d’autoréalisation. Par sa contribution personnelle, en fonction de ses compétences et de ses intérêts propres, à la recherche d’un intérêt partagé, l’individu libère ses potentialités personnelles, tout en faisant partie d’un groupe et en poursuivant un effort collectif :

  • 20 J. Dewey, Le Public et ses problèmes [1927], op.cit, pp. 157-158.

« La liberté est cette libération et cet accomplissement assurés des potentialités personnelles, qui ne peuvent se produire que par une association riche et variée avec les autres »20.

Réfléchir sur les conditions sociales de la citoyenneté active ou actrice, c’est donc aussi réfléchir sur les conditions qui permettront la libération des potentialités individuelles, l’autoréalisation de l’individu dans et par le groupe. La vie associative est l’un des espaces sociaux où une telle exigence peut se réaliser. Se représentant comme partie prenante d’un « nous », et expérimentant des processus de reconnaissance à travers des mécanismes d’engagement, l’individu peut se réaliser comme personne et prendre confiance dans sa capacité à être acteur de la société.

24À partir d’une telle analyse pragmatiste, on peut identifier une des conditions d’une critique sociale qui puisse se construire en lien avec les nouvelles vulnérabilités. Il s’agit d’une condition pragmatique qui viserait à renforcer la participation au sens très précis de tenter de ramener les acteurs dans un processus dans lequel ils s’engagent dans la définition des enjeux et dans la recherche de solutions ; c’est faire en sorte que des mécontentements puissent s’élaborer collectivement et devenir des enjeux porteurs d’une signification collective, partagée par l’ensemble des membres du groupe.

Notes

1 La partie de cet article consacrée à une lecture pragmatiste des nouvelles formes d’engagement a déjà été publiée dans une version modifiée. Cf. L. Blésin, « Nouvelles formes d’engagement », in Politique, Revue de débat, Hors-série n° 12 : « Crises et sortie de crises », Bruxelles, septembre 2009, pp. 51-63.

2 On verra en particulier J. Dewey, Le Public et ses problèmes [1927], trad. fr. et introduction par J. Zask, Tours / Pau / Paris, Farrago / Publications de l’Université de Pau/Editions Léo Scheer, 2003 [cité par la suite PP] ; ID., Reconstruction en philosophie [1920], trad. par P. Di Mascio, Tours / Pau / Paris, Farrago / Publications de l’Université de Pau / Editions Léo Scheer, 2003

3 M. Callon, P. Lascoumes, Y Barthe, Agir dans un monde incertain, Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil, 2001.

4 E. Renault, L’expérience de l’injustice, op. cit., p. 70..

5 P. Rosanvallon, La contre-démocratie, La politique à l’âge de la défiance, Paris, Seuil 2006 (ici collection « Points Essais).

6 M. Hansotte, « Par où passe le devenir ? Mouvements émergents et nouvelles modalités de L’engagement Politique », Document de Travail, Etopia, Février 2007, p. 8.

7 Ibid.

8 Ibid. La citation complète est la suivante : « Par collectifs d’énonciation, il faut entendre toutes les modalités et toutes les formes d’émergence collective d’une position politique, créant un agencement inédit entre des secteurs de la vie, pour formuler des points de jonction originaux ou inventifs, porteurs de futur. Ces agencements d’énonciation n’ont pas un énonciateur particulier mais sont le fait de collectifs qui touchent à tout : aux rapports entre les sexes, à la famille, à l’école, au voisinage, à la région, au pays, à la santé, à la nourriture, au logement, à l’eau, à l’environnement, aux revenus justes, à la mobilité des humains, à la culture et au savoir, aux médias, au vivre-ensemble, à la ville. L’enjeu est de construire et d’affirmer des subjectivités collectives (…) ».

9 M. Gauchet, « Les tâches de la philosophie politique », op. cit., p. 298.

10 M. Benasayag et D. Sztulwark, Du contre-pouvoir, op. cit., p. 87.

11 Cf. Libération, 14 -15 mars 2009.

12 M. Callon, P. Lascoumes, Y Barthe, Agir dans un monde incertain, op. cit. On verra aussi A. Loute, « L'organisation de la vigilance collective comme forme d'engagement du sociologue », in Recherches sociologiques et anthropologiques, vol. XXXVII, n° 1, 2006, pp. 65-83.

13 On verra en particulier J. Dewey, Le Public et ses problèmes [1927], op.cit.

14 Et rien ne prédit que le réseau pourra perdurer une fois l’objectif atteint.

15 Nous avons analysé cette problématique de manière plus approfondie dans L. Blésin, « L’expérimentation citoyenne comme voie d’appropriation du politique. Lecture deweyenne », in M. Maesschalck (dir.), Ethique et gouvernance. Les enjeux actuels d’une philosophie des normes, Hildesheim, Olms, 2009, pp. 63-75.

16 Cette problématique est au cœur d’un autre ouvrage fondamental de J. Dewey. Cf. Logique, La théorie de l’enquête [1938], trad. par G. Deledalle, Paris, PUF, 1967.

17 J. Dewey, Le Public et ses problèmes [1927], op.cit, p. 69.

18 J. Dewey, Le public et ses problèmes [1927], op.cit, p. 140. Notons bien qu’il ne s’agit évidemment pas de consacrer un régime d’expertise intellectuelle. Cette dimension intellectuelle interne à l’enquête sociale doit mobiliser toutes les parties concernées, en particulier les acteurs de première ligne. Voir par exemple, J. Dewey, Le Public et ses problèmes [1927], op.cit, p. 197 : « Il est impossible aux intellectuels de monopoliser le type de connaissance devant être utilisé pour la régulation des affaires communes. Plus ils en viennent à former une classe spécialisée, plus ils se coupent de la connaissance des besoins qu’ils sont censés servir ».

19 J. Dewey, Le Public et ses problèmes [1927], op.cit, p. 157.

20 J. Dewey, Le Public et ses problèmes [1927], op.cit, pp. 157-158.

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search