Version classiqueVersion mobile

Nouvelles vulnérabilités, nouvelles formes d’engagement

 | 
Laurence Blésin
, 
Alain Loute

Introduction

Note de l’éditeur

Ce texte est issu d’une communication prononcée lors du Forum International de Philosophie Sociale et Politique, organisé par le Consortium EuroPhilosophie et l’Université Toulouse-Le Mirail du 4 au 16 juillet 2009.

Texte intégral

1Tant l’incertitude culturelle et politique engendrée par un ordre international en mutation, que l’émergence d’une technosphère complexe régissant de nouvelles possibilités de croissance et de développement, sont sources de mutations de la donne sociale et porteuses de nouvelles fractures pour nos sociétés. D’une part, de nouvelles questions apparaissent qui interrogent nos modes de régulation traditionnels par leur complexité, leur nouveauté, leur non-contrôlabilité et leur non-anticipabilité (crises alimentaires, dioxine, changements climatiques, importance des phénomènes migratoires…). D’autre part, ces phénomènes ouvrent des fractures inédites dans l’espace social, c’est-à-dire qu’ils entraînent à la fois de nouveaux types de fragilisations pour le vivre-ensemble (délitement du lien social, nouvelles cohabitations, etc.) et une reconfiguration de l’espace social (la précarisation prend de nouveaux visages).

2De nouvelles vulnérabilités apparaissent en effet : de nouvelles souffrances sociales, des micro-fractures telles que paupérisation de couches de plus en plus larges de la population, individualisation des risques, montée de l’extrême droite, stigmatisations identitaires (l’étranger) ou sociales (le chômeur), nouvelles pathologies liées au stress du travail, difficultés des aînés, nécessité de combiner deux emplois, problèmes de logement, de scolarité, d’accès aux soins en sont quelques tristes exemples. Ainsi, la société n’est plus seulement structurée par des conflits de classe, et par des questions liées au travail. Ces questions continuent à investir la donne sociale mais se sont largement complexifiées et échappent de ce fait à la représentation d’une seule macro-fracture sociale.

3Les mutations sociales qu’engendre la prolifération de ces micro-fractures ont également pour effet de transformer fondamentalement le jeu démocratique, tant au niveau institutionnel qu’au niveau actantiel. Au niveau institutionnel, force est de constater que nos sociétés sont le théâtre d’une transformation des mécanismes d’action publique. Celle-ci a de plus en plus recours à des dispositifs qui visent à entendre les intéressés, à associer une multiplicité d’acteurs, au-delà de ceux qui sont classiquement habilités à la prise de décision. On cherche, par des processus plus délibératifs et collaboratifs (referendum, consultations de citoyens, contrats de quartier, budgets participatifs), à associer les citoyens à la formation des choix politiques.

  • 1 P. Rosanvallon, La légitimité démocratique, Impartialité, réflexivité, proximité, Paris, Seuil, 2 (...)

4Comme l’a bien montré Pierre Rosanvallon dans son livre de 2008 La légitimité démocratique1, pour les autorités détentrices du pouvoir, une telle invitation à la participation constitue de plus en plus une nécessité, et ce, sur au moins deux plans : l’efficacité et la légitimité. D’une part, ces processus de convocation et de consultation permettent de collecter de l’information utile à la prise de décision. L’enjeu est de proposer une offre de biens et de services ainsi que des dispositifs plus ajustés, qui correspondent mieux aux attentes des citoyens concernés, qui y répondront de manière plus efficiente. D’autre part, ces nouvelles pratiques institutionnelles mettent bien en lumière un fait fondamental de la démocratie d’aujourd’hui, à savoir que la légitimité du pouvoir politique ne se résume certainement plus à son moment électoral. Pour Rosanvallon, cette légitimité passe aujourd’hui aussi par d’autres voies, dont une prescription à la proximité. Pour renforcer sa légitimité, face à une réalité sociale en complexification constante, le politique doit en effet développer des valeurs d’écoute et une attention toute particulière aux particularités et aux intérêts minoritaires.

  • 2 M. Gauchet, « Les tâches de la philosophie politique », in Revue du MAUSS, 19 (2002), pp. 275-303

5Le paradoxe de ces nouvelles pratiques initiées par le politique est selon nous que, bien qu’elles constituent une nouvelle offre de participation, elles ne semblent pas induire pour autant un réel accroissement du pouvoir citoyen dans les décisions collectives. Elles ne semblent pas, pour reprendre une expression de Marcel Gauchet2, rendre appropriable le pouvoir par la communauté politique. On peut à cet égard se demander tout d’abord si ces dispositifs – comme la consultation populaire ou les contrats de quartiers, par exemple – rencontrent bien les acteurs de première ligne, s’ils parviennent à rendre possible la prise de parole des acteurs les plus concernés. De manière toute théorique, les citoyens sont égaux devant ces processus invitant à la participation. Mais, en pratique, force est de constater qu’ils n’interpellent qu’une frange minimale de la population. La fréquence de l’engagement dans de tels dispositifs reste faible. Et, bien souvent, ce sont des acteurs qui ont déjà expérimenté l’engagement, que ce soit par la voie du mouvement social, de l’organisation ou encore du monde associatif, qui répondent présents à ces initiatives. Il s’agit aussi de se demander quelles capacités actrices sont présupposées par ces dispositifs. Les acteurs souffrants ont-ils les capacités requises par de tels mécanismes consultatifs ? Ces capacités ne sont-elles pas conçues de manière à sélectionner l’agora qui convient ? Qui a-t-on en vue d’écouter ? De quelle parole ces dispositifs sont-ils le relais ? Par ailleurs, les mécanismes des politiques visant une plus grande proximité peuvent aussi dépasser ce cadre volontaire ou « invitant » pour aller convoquer plus directement les acteurs concernés par telle ou telle mesure politique, c’est-à-dire cibler des groupes sociaux et tenter de mieux cerner leurs intérêts, leurs croyances, leurs attentes. Le danger est alors celui d’un enrôlement des acteurs à des fins de légitimation stratégique. Dans le même ordre d’idées, ces offres de participation peuvent aussi se voir captées et cadenassées par des groupes d’intérêt. De manière générale, on peut douter du fait qu’ils participeraient à une redistribution autre de l’autorité ou du pouvoir. Enfin, pour en terminer avec ces mesures institutionnelles, il faut aussi souligner que, alors même qu’elles visent à faire participer le citoyen à la vie collective, elles ne travaillent pas sur une remise en question du mouvement d’individualisation des risques. Elles peuvent très bien inviter la parole souffrante mais ne jouer que comme « caisses de résonance » de ces souffrances individuelles, niant de ce fait la dimension sociale et potentiellement créative de ces nouvelles vulnérabilités. Ainsi en va-t-il, par exemple, de l’État social actif en Belgique qui, tout en invitant çà et là à la participation et au débat, ne cesse, dans le même temps, de renvoyer à la responsabilité individuelle des citoyens. Il y a dès lors lieu de se demander si une telle évolution ne contribue pas à saper le pouvoir d’action citoyenne et, paradoxalement, à alimenter le décalage entre le politique et les acteurs ordinaires.

  • 3 E. Renault, L’expérience de l’injustice, Reconnaissance et clinique de l’injustice, Paris, La Déc (...)
  • 4 P. Rosanvallon, La contre-démocratie, La politique à l’âge de la défiance, Paris, Seuil, 2006 (ic (...)

6À côté de cette nouvelle offre politique de participation, on peut aussi souligner que de nouvelles logiques d’action collective ont émergé dans l’espace social. Dans un contexte où un décalage se creuse entre le politique et les besoins et demandes des citoyens, un climat de défiance et de dépolitisation, mais aussi de résistance, s’est propagé. Pour un auteur comme Emmanuel Renault, les victimes d’injustices sociales, les dépositaires de nouvelles souffrances ont bien souvent « le sentiment que les questions politiques n’ont plus rien à voir avec les problèmes qui affectent l’existence »3. Un tel mépris peut alors conduire ces acteurs à se détourner de l’action collective, à ne plus investir le jeu social, ou à l’investir par des actions de défiance. L’espace public peut ainsi devenir le vecteur de dénonciations du politique, de ce que Pierre Rosanvallon nomme une contre-démocratie4. Manifestations, pétitions, occupations de lieux publics, mais aussi mobilisations sur le net, interventions dans des forums médiatiques : les citoyens tirent la sonnette d’alarme sur ces enjeux qu’ils estiment devoir être pris en compte en dénonçant leurs représentants dont ils estiment qu’ils ne répondent pas à leurs engagements ou à ce que l’on attendrait de leur fonction politique.

7Mais les formes de résistance citoyenne face à l’enrôlement social qui donnent figure à cette contre-démocratie, ne se limitent certainement pas à l’exercice d’un pur pouvoir de défiance ou de rejet. L’espace public voit aussi se construire en son sein des expérimentations de prises de parole et d’actions collectives autour de micro-fractures par des citoyens qui en sont les « riverains », des personnes qui rencontrent l’action sociale non pas en rejoignant un mouvement de la société civile organisée qui sera à même de les représenter ou par adhésion « idéologique », mais qui, touchés par un enjeu particulier ou un problème qui les concernent, se sentent en quelque sorte poussés à l’engagement. Nous faisons ici référence à des collectifs tels des comités de soutien aux sans-papiers, comités contre la « chasse aux chômeurs », occupants de squats, mais aussi associations de riverains inquiets par l’installation d’une décharge, groupes d’entraide autour d’une maladie orpheline… Le champ est vaste ! Comme nous tenterons de le montrer ici, ces mouvements sont demandeurs d’une réelle participation et porteurs d’une possible intelligence collective.

8Le diagnostic que nous posons ici, articulant la transformation de la générabilité sociale tant à des évolutions des rationalités institutionnelles qu’à des dynamiques plus actantielles, vise aussi à se dessiner de manière à montrer la non uniformité des mutations en cours, ses paradoxes internes ou à tout le moins certains décalages. On peut par exemple pointer un mouvement qui à la fois motive une ouverture du politique à plus de proximité mais qui, dans le même temps, ne remet pas en cause la perpétuation d’un cadre renvoyant prioritairement à la responsabilisation individuelle ; n’ouvrant dès lors pas au renforcement de la capacité d’action des acteurs de première ligne. On peut aussi attirer l’attention sur le fait que dans ce que nous nommons les résistances citoyennes ou encore les pouvoirs « contre-démocratiques », il y a tout à la fois des formes de rejet, de fermeture, de désaffiliation, prenant parfois même les dangereux traits de l’impolitique, et des formes beaucoup plus projectives qui se veulent productrices d’intelligence collective et de nouveaux apprentissages.

9Face à un tel diagnostic, il nous paraît essentiel d’interroger les conditions d’une critique sociale qui puisse faire prise avec un tel contexte. L’objet de cet article vise, dans cette optique, à tenter d’identifier quelques enjeux et exigences afférents à une critique sociale qui se donnerait pour visées croisées, d’une part, de rejoindre les micro-fractures sociales, c’est-à-dire d’abord les expériences vécues – les paroles, les plaintes, mais aussi les comportements et pratiques – des acteurs de première ligne – les premiers concernés –, et, d’autre part, de réfléchir la question de l’émancipation en corrélation avec l’exigence de sortie de la logique de l’individualistaion des risques et de la responsabilisation individuelle. Et ce, avec l’objectif de retrouver une capacité de représentation des nouvelles souffrances qui sont liées à un tel contexte, c’est-à-dire en se rendant capable de les identifier comme des souffrances proprement « sociales », et en tentant de cerner comment mieux mobiliser les capacités d’action collective face à ces souffrances. Ce faisant, une telle critique devrait poser sa pierre à l’édifice pour lutter contre le décalage qui existe entre le politique et ces nouvelles vulnérabilités, ces micro-fractures.

10Pour ce faire, nous nous tournerons d’abord vers l’éthique de la reconnaissance développée par Emmanuel Renault qui offre une réflexion des plus intéressantes sur les conditions d’une telle critique. Nous adresserons à ce dernier quelques questions et réflexions. À partir de ce que nous identifions comme une sorte de « point aveugle » dans la critique sociale développée par Renault, nous tenterons alors d’avancer quelques pistes puisées dans le pragmatisme, principalement deweyen, permettant selon nous de nourrir une autre voie d’une critique sociale qui se construit en dialogue avec la parole des premiers concernés et avec les capacités d’action collective de ces acteurs souffrants. Nous terminerons par relever ce qui nous semble constituer aussi un point aveugle dans cette version pragmatiste de la critique sociale, à savoir la question de l’apprentissage institutionnel.

Notes

1 P. Rosanvallon, La légitimité démocratique, Impartialité, réflexivité, proximité, Paris, Seuil, 2008.

2 M. Gauchet, « Les tâches de la philosophie politique », in Revue du MAUSS, 19 (2002), pp. 275-303.

3 E. Renault, L’expérience de l’injustice, Reconnaissance et clinique de l’injustice, Paris, La Découverte, 2004, p. 70.

4 P. Rosanvallon, La contre-démocratie, La politique à l’âge de la défiance, Paris, Seuil, 2006 (ici collection « Points Essais).

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search