Version classiqueVersion mobile

Subjectivités, pouvoir, image

 | 
Anne Creissels
, 
Giovanna Zapperi

L’invocation à la Vierge de Guadalupe et les paradoxes de la Révolution mexicaine

Ana Cecilia Hornedo Marin

Entrées d'index

Texte intégral

Je remercie Anne Creissels et Jean-Loup Korzilius du groupe de recherche ACEGAMI pour leurs commentaires. Grace à Anne Creissels je m’interroge sur un sujet important pour ma recherche : la construction du mythe par l’image.

— Je crois qu’en Espagne et en Amérique latine même les athées sont catholiques. En plus, je ne veux pas quitter le Mexique sans avoir compris pourquoi la Vierge est le symbole de l’unité nationale mexicaine. Sais-tu que les troupes royalistes espagnoles tiraient sur l’image de la Vierge de Guadalupe pendant la guerre d’Indépendance ? […]

Ils étaient agenouillés l’un à côté de l’autre dans la première rangée de bancs de la basilique, en face de l’autel de la Vierge, dont l’image, encadrée et protégée par un verre, expliqua Laura à Jorge, était restée gravée, disait la légende populaire, sur la blouse d’un pauvre Indien, Juan Diego, un tameme, c’est-dire porteur, à qui la Mère de Dieu était apparue un jour de décembre 1531, peu après la fin de la Conquête espagnole, sur la colline de Tepeyac, lieu où l’on rendait avant un culte à une déesse aztèque [Tonantzin].

— Ils étaient malins ces Espagnols du XVI siècle, fit remarquer Maura avec un sourire. Ils ont à peine terminé la conquête militaire qu’ils se consacrent à la conquête spirituelle. Ils détruisent – soit, nous détruisons – une culture et sa religion, mais nous offrons en retour aux vaincus notre propre culture mêlée de symboles indiens – à moins qu’on puisse dire que nous leur rendons leur propre culture mêlée de symboles européens.

— Oui, ici nous l’appelons la Vierge brune. Voilà la différence. Elle n’est pas blanche. C’est la mère dont les Indiens orphelins avaient besoin.

— Elle est tout à la fois, tu te rends compte, c’est extraordinaire ! C’est une vierge chrétienne et indigène, mais elle est aussi la Vierge d’Israël, la mère juive du Messie attendu, et elle a un nom arabe, Guadalupe, la rivière aux loups. Combien de cultures pour le prix d’une gravure !

  • 1 Carlos Fuentes, Les années avec Laura Diaz, traduit par Céline Zins avec la collaboration de José M (...)

Leur dialogue fut interrompu par l’hymne assourdi qui venait de derrière eux et avançait depuis la porte de la Basilique comme un écho très ancien qui ne sortant pas de la gorge des pèlerins, mais les accompagnait ou peut-être les accueillait depuis de siècles. La procession venait....1

  • 2 Carlos Monsivais, Los rituales del caos, México, Era, 2000 [première édition 1995], p. 41.

Que dire de la Guadalupana ? Elle est l’élément pacificateur pendant la christianisation des indigènes et la “mexicanisation” de la foi (1531 Étant la date officielle du début du syncrétisme) ; elle est le grand dépositaire de la vénération des Mexicains émigrés, et elle occupe la place d'honneur dans les chambres à coucher, les syndicats, les tavernes, les lupanars et les camions... A la fin du XXème siècle, c'est vers la Guadalupana que convergent l'expérience de la marginalité et celle de la souffrance, dans des milieux où ce qui est mexicain est synonyme de fierté cachée ou d'innocence vulnérable (sans défense)... Présente dans l’enfance de tout Mexicain (qu’il soit ou non catholique), elle est le décor des convictions tutélaires, le signe de la normalité dans la pauvreté, le formidable prétexte pour l’exercice de l’intolérance.2

  • 3 Francisco de la Maza, El Guadalupanismo Mexicano, México, Porrúa y Obrego, 1953, p. 9.

1Deux citations littéraires nous offrent une synthèse du mythe de la Vierge de Guadalupe. Tous les Mexicains, qu’ils soient croyants ou athées, connaissent le récit selon lequel la Vierge de Guadalupe a fait quatre apparitions, du 9 au 12 décembre 1531, devant l’indien Juan Diego sur la montagne de Tepeyac, en s’adressant à lui en langue nahuatl et en lui demandant d’ériger une chapelle à cet endroit. L’évêque de Mexico, Juan de Zumarraga, doutant de cette histoire, a demandé un signe miraculeux à l’indien messager. Celui-ci a reçu de la vierge Marie en personne la consigne de couper des roses et d’autres fleurs sur le lieu de l’apparition et de les apporter au prélat. Lorsque l’indien a ouvert la cape dans laquelle il les avait emballées, les deux hommes ont vu avec émerveillement l’image peinte de celle que le Mexique vénère aujourd’hui sous le nom de Nuestra Señora de Guadalupe3. Elle est nommé aussi de façon plus prosaïque La Guadalupana et avec affection la Lupita, un diminutif.
Ces citations nous suggèrent de multiples interprétations littéraires, anthropologiques, sociales, économiques et même scientifiques concernant la Vierge. Il existe toute une mythologie contemporaine qui fait de la Vierge un « signe de la normalité dans la pauvreté », ou un « formidable prétexte pour l’exercice de l’intolérance », comme l’écrit l’essayiste Carlos Monsiváis.

  • 4  Serge Gruzinski, La colonisation de l'imaginaire, Sociétés indigènes et occidentalisation dans le (...)

2La Vierge de Guadalupe participe d’un mythe fondateur du Mexique comme pays catholique et comme nouvelle patrie. Dans un travail plus ambitieux il faudrait analyser la Guadalupana en tant que mythe à partir du récit, mais je me limiterai ici à l’image visuelle de ce mythe : l’image d’une vierge à la peau mate, incarnation visuelle du Royaume de la Nouvelle Espagne. La création de ce symbole criollo – c’est-à-dire espagnol né en Amérique latine, au nouveau monde – va de pair avec le processus d’indigénisation de la Guadalupana. Cette création ou recréation relève d’une « colonisation de l’imaginaire », selon l’historien Serge Gruzinski qui désigne ainsi le processus d’occidentalisation des sociétés indigènes dans le Mexique sous l’empire espagnol4. Ce processus se fonde surtout sur l’image ; la transmission orale et la pictographie étaient les formes traditionnelles d’expression des indigènes. C’est par la pictographie, le support originel, que les indigènes ont réinterprété leur civilisation en termes espagnols.

  • 5  Paul Ricoeur, « Mythe. L’interprétation philosophique », Encyclopédie Universalis, Paris, 1989, p. (...)
  • 6  Jacques Lafaye, Quetzalcóatl et Guadalupe : la formation de la conscience nationale au Mexique (15 (...)

3« Si au sens strict du mot, tout mythe est mythe de création » (P. Ricoeur5), nous ne comprenons la création que par la recréation. Le rapport profond au sacré se déplace vers la nouvelle création. Nous pouvons parler d’une sorte de transposition de la Vierge de Guadalupe sur les grandes divinités aztèques, comme le soutient Jacques Lafaye dans son livre, devenu un classique, Quetzalcoatl et Guadalupe6.
Notre problématique se définit en fonction des questions suivantes : en quoi consiste l’hypostase ou la permutation de la Virgen de Guadalupe après la révolution mexicaine ? Qu’y a-t-il à la base de ce mythe ? Quel rapport existe-il entre mythe et révolution ? Comment explorer le mythe de la Guadalupana en tant qu’image politique dans le contexte de la Révolution et de la période post-révolutionnaire ? Je tenterai de relever deux défis : 

  1. Relater dans ses grandes lignes le mythe de la Vierge de Guadalupe comme image politique et image de culte qui structure le social, pour ainsi examiner ses mutations pendant la période révolutionnaire proprement dite (1910-1920).

  2. Ensuite, je m’efforcerai de répondre à la question suivante : quels sont les paradoxes de la Vierge de Guadalupe pendant le régime postrévolutionnaire après 1920 ? Si la Guadalupana est une recréation, si les divinités aztèques ont été son hypostase, nous pourrions penser qu’après la révolution c’est l’image picturale de la Vierge qui se convertit à son tour en hypostase de l’idéologie post-révolutionnaire. Cette nouvelle création s’opère moyennant une inversion qui fait que la Vierge est dépeinte en son contraire : soit en femme violée, soit en homme. Nous allons chercher à comprendre ces interprétations en nous interrogeant sur la manière dont la Vierge a été représentée dans l’art mural de la première partie du XXe siècle. S’agit-il d’une peinture révolutionnaire ou d’une peinture mythique – et dans ce dernier cas, de quelle sorte de mythe ?

La Vierge de Guadalupe et l’image politique

Image de culte et image politique

Fig. 1 : Vierge de Guadalupe. Toile 1.75 cm 1.05 cm. Image vénérée depuis le XVIIIe siècle, jusqu’à nos jours.

Fig. 1 : Vierge de Guadalupe. Toile 1.75 cm 1.05 cm. Image vénérée depuis le XVIIIe siècle, jusqu’à nos jours.

Basílica de la Virgen de Guadalupe, Mexico.

  • 7  Serge Gruzinski, La guerre des images de Christophe Colomb à « Blade Runner » (1492-2019), Paris, (...)
  • 8  Marcel Gauchet, Le désenchantement du Monde, Paris, Gallimard, 1985.

4Après le récit des apparitions de la Guadalupana, son mythe s’est incarné dans des images visuelles. Tout indique que l’image primitive de la Vierge que vénéraient les indigènes – à supposer qu’elle n’ait jamais existé – n’était pas l’image que nous connaissons aujourd’hui (fig. 1).
Serge Gruzinski, en étudiant l’image baroque au Mexique, souligne que la Vierge n’est pas seulement une effigie miraculeuse ou un objet de culte, car elle recouvre aussi tout une gamme d’autres représentations minoritaires qui mêlent le politique, l’allégorique et le mythologique. Gruzinski souligne la complexité que représente le fait de séparer l’image de culte et l’image politique7. Mais, plutôt que d’une séparation, nous parlerons d’une coexistence qui durera jusqu’à la consolidation du Mexique indépendant au XIXe siècle.
Nous pouvons comprendre le rôle des idées théologico-religieuses dans l’émergence de la modernité à partir de ce que Marcel Gauchet appelle « la sortie de la religion »,8 c’est-à-dire le processus par lequel la religion cesse d’être la force qui détermine la structuration et l’organisation politique de la société, pour se restreindre à la sphère privée. Jusqu’à la deuxième moitié du XIXe siècle, on ne pouvait pas voir la Vierge de Guadalupe comme partie prenante du processus de sortie de religion puisque l’image de culte et l’image politique cohabitaient encore en elle.

Fig. 2 : Vierge avec aigle bicéphale et bouclier Vatican

Fig. 2 : Vierge avec aigle bicéphale et bouclier Vatican

in Miguel Sánchez, première histoire publiée de la Guadalupana, 1648.

  • 9  Enrique Florescano, Imágenes de la patria, México, Taurus, 2005 pp. 74-78.

L’historien Enrique Florescano démontre comment l’identification entre l’ancien territoire indigène et les nouveaux symboles religieux chrétiens a été atteinte, en unifiant le blason de Tenochtitlán, l’aigle et le cactus, avec l’image de la Guadalupana (fig. 2)9.
L’apparition au milieu du XVIIIe siècle des célèbres « Peintures de castas », genre artistique qui marque des distinctions entre « races », constitue un autre refus explicite de l’allégorie de l’Amérique forgée par les Européens et une recherche d’expressions plastiques capables de refléter la diversité de la composition de la vice-royauté en lui donnant une unité par la religion (fig. 3).

Fig. 3 : Luis de Mena, Peintures de castes, toile, 1750

Fig. 3 : Luis de Mena, Peintures de castes, toile, 1750

Museo de América, Madrid.

5Lors du processus de lutte pour l’indépendance, des sentiments patriotiques s’expriment avec force. Lorsque le prêtre criollo Miguel Hidalgo a arboré l’image de la Vierge de Guadalupe comme étendard de l’armée des insurgés, il s’est exclamé : « Viva la Virgen de Guadalupe » : c’était le Grito d’appel à l’indépendance du 16 septembre 1810 (fig. 4).

Fig. 4 : Etendard de l’armée des insurgés, 1810.

Fig. 4 : Etendard de l’armée des insurgés, 1810.
  • 10 David Brading, Los orígenes del nacionalismo mexicano, México, Era, 1973.

David Brading signale les traits distinctifs du patriotisme qui surgit au sein de la Nouvelle Espagne aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le sentiment anti-gachupines (anti-espagnols) est accompagné du culte de la Vierge de Guadalupe, et de néo-aztéquisme10. Ces thèmes du patriotisme criollo alimenteront le nationalisme mexicain : une indépendance sans décolonisation.
L’indépendance ne sera pas une complète décolonisation puisque le nouvel ordre national laissera en place les hiérarchies sociales et ethno-raciales établies sous le colonialisme. Le XIXe siècle est marqué par la lutte constante entre conservateurs et libéraux. Dans cette lutte l’Eglise, représentée par les conservateurs, jouera un rôle central. Le président libéral Benito Juárez réalisera la séparation tardive de l’Eglise et de l’Etat avec les Lois de Réforme de 1857. En dépit de la loi de désamortisation de l’église, celle-ci n’a jamais réalisé un processus de laïcisation comme dans le cas très particulier de la France. Les images de la patrie commencent à se dissocier de la Vierge. Dans les emblèmes, les blasons et les étendards, les allégories sont remplacées par des symboles du territoire et de l’Etat.

Fig. 5 : Estampe qui célèbre le Centenaire de l’Indépendance (avec Miguel Hidalgo et poème de Juan de Dios Peza), 1910

Fig. 5 : Estampe qui célèbre le Centenaire de l’Indépendance (avec Miguel Hidalgo et poème de Juan de Dios Peza), 1910

Mexico, col. Carlos Monsivais.

6Pendant la dictature de Porfirio Díaz (1876-1810), il y a des manifestations significatives d’une revalorisation du passé, de la culture et des héros indigènes. La Vierge de Guadalupe jouera un rôle dans la réconciliation entre libéraux et conservateurs et dans la commémoration du centenaire de l’indépendance du Mexique (1910) (fig. 5).
En suivant la présence historique de la Vierge de Guadalupe comme image qui structure le politique, nous assistons au lent processus de la sortie de la religion au Mexique. La Vierge témoigne d’un système d’hétéronomie au Mexique jusqu’au XIXe siècle qui laissera peu de place à l’autonomie d’une citoyenneté en formation.

Image de Culte à l’époque de la Révolution

  • 11 John Womack, Emiliano Zapata et la révolution mexicaine,[trad.] Paris, La Découverte, 2008 [1969].

7Nous nous interrogeons sur le rôle concret de la Guadalupana pendant la Révolution de 1910-1920, au moment où les révolutionnaires affirment leur pouvoir et se battent pour leur liberté ? Pourrions-nous dire qu’ils ont eu recours à elle et à son mythe pour faire la révolution comme l’avaient fait les criollos pour l’indépendance un siècle auparavant ? Non, car la révolution est action. C’est le moment de la quête d’émancipation sociale, du nord du pays avec les révolutionnaires Francisco (Pancho) Villa, Pascual Orozco, Venustiano Carranza, Alvaro Obregón et d’autres, jusqu’au sud avec les partisans d’Emiliano Zapata. Ce dernier avait un projet de gouvernement par assemblées locales. Sa vision représentait une remise en cause radicale des hiérarchies sociales héritées du colonialisme ainsi qu’un appel au retour à des formes collectives de propriété de la terre11.

  • 12 Eric R. Wolf, « The Virgin of Guadalupe: A Mexican National Symbol» in The Journal of American Folk (...)

8L’image de la vierge n’est plus un élément structurant du politique mais une image de culte et de vénération. Cependant, certains comme l’historien Eric Wolf font l’amalgame en affirmant que Zapata et ses rebelles se battaient « sous l’emblème [de la Vierge de Guadalupe] »12. Pour ma part je n’ai pas rencontré un seul témoignage visuel de Emiliano Zapata avec la Vierge de Guadalupe. En revanche, il existe des photos de troupes zapatistes qui arborent l’étendard de la Vierge. L’une d’elles, prise dans la région de Morelos d’où venait Zapata, est celle qui circule dans de nombreuses publications sur les zapatistes. Elle a été empruntée à un court document filmique de l’époque (fig. 6).

Fig. 6 : Zapatistes dans une rue de la ville de Mexico, Anonyme, photo, 1915

Fig. 6 : Zapatistes dans une rue de la ville de Mexico, Anonyme, photo, 1915

Fototeca Nacional du Mexique.

  • 13  Arnaldo Córdova, «La mitología de la Revolución mexicana», in Enrique Florescano, Mitos mexicanos, (...)
  • 14 Alan Knight, «Los intelectuales en la revolución mexicana», in Revista Mexicana de la Sociología, a (...)
  • 15 Ibid. p. 54

9À partir de là se construit toute une légende de la Vierge comme étendard des révolutionnaires, qui va jusqu’à considérer la révolution comme un mythe, au sens de fausse explication. En citant l’économiste Jesús Silva Herzog, A. Córdova écrit : « Nous les Mexicains, nous avons deux déités : Notre Dame la Vierge de Guadalupe et Notre Dame la Révolution mexicaine »13. Comment s’est construite cette légende ? Pour l’historien anglais Alan Knight14 il importe de comprendre la différence entre la ville anticléricale et la campagne qui adhère à un libéralisme traditionnel. Il faut noter que les luttes révolutionnaires se sont produites en dehors de la ville de Mexico, qui est restée largement spectatrice des événements. À la différence des citadins anticléricaux qui mobilisaient pourtant l’oratoire catholique quand cela les arrangeait, les Zapatistes, selon Knight, se référaient aux symboles religieux « avec révérence et de façon naturelle ». C’était une chose commune, écrit-il, étant donné la multiplicité des représentations de la Vierge de Guadalupe dans la rébellion populaire paysanne. Cette religiosité simple coexistait tranquillement avec une forme traditionnelle et campagnarde de libéralisme15.

  • 16  Jacques Rancière, Aux bords du politique, Paris, La Fabrique, 1998, pp. 171-174.

10Avec Alan Knight nous pouvons apprécier à leur juste valeur les idéologies et les croyances religieuses au moment révolutionnaire. Pour cet historien, les questions de classe l’emportent sur l’idéologie. C’est un moment privilégié de la « sortie de la religion », sans que la religion ne cesse nécessairement d’être présente, mais elle est cantonnée dans la sphère privée.
Nous voyons ainsi comment le fait de réunir la Vierge de la Guadalupe et la Révolution mexicaine peut mener à une vision déformée du moment révolutionnaire. Le mythe travaille ici contre les faits historiques. Ainsi s’ouvre le chemin de la construction de ce qu’il faudrait plutôt appeler la légende de Zapata – légende qui s’appuie peut-être sur le prototype initié par Hidalgo qui invoque la Vierge comme symbole de l’indépendance –, mais à la différence d’Hidalgo, Zapata incarnait une option libertaire, une option d’émancipation du peuple, des sans-parts comme le dirait Jacques Rancière16.

La Vierge de Guadalupe et la peinture murale

  • 17 Marcel Gauchet. “Croyances religieuses, croyances politiques“ in La démocratie contre elle-même, Pa (...)

11Si, pendant la Révolution, la Vierge de Guadalupe est surtout devenue une image de culte, a-t-elle cessé d’être présente en tant qu’image politique ?
Comme nous l’avons vu, la révolution mexicaine s’inscrit dans le processus de la « sortie de la religion » mais comme nous le précise M. Gauchet, « la croyance religieuse » (la croyance dans l’autorité du passé), ne disparaît pas subitement, mais elle recouvre le passage vers la croyance dans l’autorité du futur, qu’il nomme « croyance politique », ou idéologie17.
Avec le muralisme mexicain, peinture commandée par l’Etat post-révolutionnaire, on est face à un mouvement artistique assez surprenant dont la représentation de la Vierge de Guadalupe témoignerait d’un passage de la croyance religieuse à l’idéologie. En contraste complet avec les figurations de la Vierge avant le XXe siècle, le muralisme ouvre la voie à une relecture et représentation nationaliste du mythe de la Guadalupana.
Dans les très nombreux mètres carrés de peinture murale réalisée par les artistes consacrés du muralisme, nous avons pu localiser seulement quatre références directes à la Vierge. Comment la Vierge est-elle représentée dans ces fresques ?

  • 18 Bien qu’on sait que dans l’original est l’Angel San Michel (dû au prête Miguel Sanchez qui a publié (...)

12D’abord on voit par la mandorle que la vierge originelle est ‘au-delà’ du monde matériel, donc elle se prête bien déjà à une citation dans l’art moderne sur un plan plastique, elle est formellement très simple (fig. 1).
On retrouve cette volonté de stylisation dans “La alegoría de la Virgen de Guadalupe” de Jose Revueltas (la seule fresque dédiée à la Vierge, 1922). Les détails montrent bien comment l’artiste veut insister sur la « simplicité » naïve et pieuse des personnages par leurs corps et visages tout en rondeurs ; la vierge est ici réellement présente (la mandorle a disparu) et toute la composition lui est subordonnée (système pyramidal assez complexe) ; le désir de l’intégrer réellement est peut-être aussi perceptible dans le choix de la couleur de sa robe qui est rouge comme les vêtements des autres personnages, (alors que dans l’image de la Cathédrale de Guadalupe elle est claire). Signalons que l’ange18 qui porte la Vierge est un homme métis, l’homme nouveau mexicain, indien par ses traits phénotypiques et espagnol par sa barbe (fig. 7).

Fig.7 Allégorie de la Vierge de Guadalupe, Fermín Revueltas, 1922-1923

Fig.7 Allégorie de la Vierge de Guadalupe, Fermín Revueltas, 1922-1923

Fresque, Antiguo Colegio de San Ildefonso, Mexico.

13Dans « La fiesta de la Santa Cruz » de Roberto Montenegro, il y a un grand changement : la vierge n’est présente qu’en tant qu’objet, dans sa réalité physique de tableau peint. Mais elle est située presque au centre géométrique de la composition : du point de vue visuel, elle se perd un peu dans ces échafaudages, mais en fait elle ‘agit’ comme un pôle optique à partir duquel ou vers lequel glissent le regard et les lignes de composition : en fait elle ‘flotte’ presque au-devant de la composition, car comme elle se trouve sur un mur, donc sur une surface plane. Le fond tranche avec les effets de perspective saisissants du reste de la composition plus petit, mais central du point de vue global : une ‘icône’ au sens propre et figuré (fig. 8).

Fig. 8 : La fête de la Sainte-Croix. Fresque, Roberto Montenegro, 1923-1924

Fig. 8 : La fête de la Sainte-Croix. Fresque, Roberto Montenegro, 1923-1924

Claustro de San Pedro y San Pablo, Mexico.

14Chez Diego Rivera, où est-elle, cachée entre les êtres qui fourmillent dans cette plus grande représentation historique de l’art mural ? On la trouve décalée sur la partie gauche, et un peu plus enfouie dans le détail du drapeau. Ce n’est que la proximité du personnage d’Hidalgo qui permet d’y faire réellement attention. C’est lui qui est central, elle agit plutôt comme une ‘inspiratrice’, une référence sûre, comme sur les étendards au Moyen-Age où on montrait les blasons des familles nobles qui se combattaient ; elle est donc au sens propre ‘intégrée’ dans la légende nationale mexicaine. J’insiste sur le mot ‘intégrée’ car le fait qu’elle apparaisse sur un drapeau la dématérialise : elle n’est plus qu’un signe, un symbole pur ; la dimension spirituelle est nettement moins forte que dans les deux premières fresques (fig.9).

Fig. 9 : De la conquête à 1930, Diego Rivera. Fresque, (détail peinture murale centrale avec scène de l’indépendance et de la post-révolution), 1929-1935

Fig. 9 : De la conquête à 1930, Diego Rivera. Fresque, (détail peinture murale centrale avec scène de l’indépendance et de la post-révolution), 1929-1935

Palacio Nacional, Mexico.

On retrouve le principe de l’étendard chez Juan O’Gorman (1960-1961). Il insiste cependant beaucoup plus sur la présence ‘inspiratrice’ de la vierge ; l’étendard est brandi très haut au-dessus de la tête des personnages. Ici on a affaire à une figure tutélaire qui sert la cause nationale, voire la fonde et lui donne sa légitimité spirituelle (fig.10).
Dans la deuxième partie de la fresque de Rivera, appelée « Mexique d’aujourd’hui et de demain », l’image est encore plus petite face à l’immensité de la composition et les innombrables détails. La femme à la jupe troussée incarne la ‘décadence bourgeoise’, son pied déborde sur le retable lui donnant un aspect extrêmement ‘débauchée’, donc condamnable et irrespectueuse de cette « classe » ; de plus on trouve des images féminines côte à côte : l’une obnubilée de plaisirs matériels et charnels, l’autre pure et imperturbable dans son écrin de tableau d’autel, comme ‘icône’ intemporelle qui perdure, en dépit des profonds bouleversements qui se produisent autour d’elle. Ainsi Rivera commence à dépeindre les mutations et la dualité de la Guadalupana dans ces images féminines, tout en circonscrivant la vierge dans la sphère privée. Rivera ironise en plaçant devant la Vierge le drapeau mexicain et celui des États-Unis, comme pour dire que la religion et les nationalismes, quels qu’ils soient, sont des formes d’« opium du peuple ». Une autre image de la Vierge est très petite, elle figure comme détail du chapeau d’un agresseur du peuple, un « chemise dorée » anticommuniste, comme si un effet de « perspective historique » la diminuait dans la sphère publique (fig. 11).

15Si la Vierge de Guadalupe est a priori une recréation, on peut penser qu’après la Révolution ce sera l’image picturale de la Vierge qui se convertira en hypostase de recréation. Elle est au fond une substitution d’une catégorie à une autre : elle est tantôt la Malinche, la mère violée par le conquistador Cortés, tantôt la mère indienne d’homme mexicain, mais par la représentation visuelle elle pourrait même évoquer Emiliano Zapata qui par l’image s’est vu assigné à une identité indienne plutôt qu’à l’abstraction du peuple mexicain en révolution.

Fig. 10 : Retable de l’Indépendance, Juan O’Gorman. Fresque (détail), 1960-1961

Fig. 10 : Retable de l’Indépendance, Juan O’Gorman. Fresque (détail), 1960-1961

Museo Nacional de Historia, Mexico.

Fig. 11 : Le Mexique d’aujourd’hui et de demain, Diego Rivera. Fresque, 1934-1935

Fig. 11 : Le Mexique d’aujourd’hui et de demain, Diego Rivera. Fresque, 1934-1935

Palacio Nacional, Mexico.

La Vierge de Guadalupe et la Malinche, La chingada

  • 19 Roger Bartra, La jaula de la melancolía, identidad y metamorfosis del mexicano, México, Grijalbo, 1 (...)

16En suivant les interprétations à propos de la dualité de la Vierge de Guadalupe (en tant que Tonantzin, La Malinche interprète et amante indigène d’Hernan Cortés, ou la Chingada d’Octavio Paz), Roger Bartra dans son essai La jaula de la melancolía19 (La cage de la mélancolie) analyse le mythe de la Vierge Marie. La plupart du temps, les interprétations diverses dont la vierge-mère a fait l’objet, notamment par rapport à la fertilité et à l’érotisme, ont été censurées, réprimées. L’histoire du culte de la mère du Christ nous projette l’image que chaque époque élabore de la femme occidentale.
La Guadalupana, représentée comme une femme enceinte, nous dit R. Bartra, est l’Eve mexicaine. Guadalupe et Malinche sont la même figure, elle est la femme que méritent les Mexicains selon la culture nationale. Elle est la recréation qui accompagne le Mexicain expulsé du paradis.
Nous pouvons trouver la source de cette interprétation à partir du nationalisme métis propre à la période post-révolutionnaire. L’anthropologue Claudio Lomnitz, analyse comment l’image du métis a été élaborée :

  • 20 Claudio Lomnitz, Modernidad Indiana, México, Planeta, 1999, p. 54

Le métis était imaginé comme le produit d’un père espagnol et d’une mère indigène. Cette formule sublime la relation entre race et genre. Elle définit la conquête espagnole comme le point d’origine de la “race” et de la culture nationale, et permet ainsi que se développe ou se renforce toute une mythologie nationale à partir de ce fait (d’où les œuvres nationalistes les plus importantes du XXe siècle, telles que les peintures murales de Diego Rivera, [José Clemente Orozco] et les interprétations entre autres d’Octavio Paz). D’autre part – le plus important – l’identification de l’européen avec le masculin (lo macho) et la féminisation de l’indigène ont permis la formulation d’un nationalisme à la fois modernisant et “protectionniste”. Modernisant à cause du père européen enclin à l’action, protectionniste parce que le métis cherchait à protéger son héritage maternel de l’exploitation européenne […] C’est ainsi que le nationalisme métis a résolu les problèmes d’identification avec le “peuple” qu’avaient les criollos au siècle passé.20

Ainsi, la Malinche se joint à l’image de la femme propre à la création et aux représentations de l’Homme nouveau des années 1930, comme la procréatrice soumise, par opposition au conquistador Cortés qui représente toujours la force, dans l’immense majorité des fresques (fig. 12).

Fig.12 Cortés et la Malinche, José Clemente Orozco. Fresque, 1926

Fig.12 Cortés et la Malinche, José Clemente Orozco. Fresque, 1926

Antiguo Colegio de San Idelfonso, Mexico.

  • 21 Margo Glantz, La Malinche, sus padres y sus hijos, México, Taurus, 2008, p. 30

17Autre paradoxe : le plus significatif politiquement des représentations, aussi bien de la Guadalupana que de la Malinche, est leur dépossession de la parole puisque le signe caractéristique des deux était qu’elles possédaient la langue de l’autre. La Vierge espagnole s’adressait à l’indien en nahuatl et la Malinche a été la première à apprendre l’espagnol. Les premiers codex représentaient ainsi la Malinche. Nous savons historiquement que, puisque Cortés ne possédait pas la langue nahuatl, les indiens l’appelait « Malinzi »21. Ce processus de dépossession s’opère à l’intérieur de la peinture murale, où l’homme espagnol est représenté comme le porteur de la langue et de la civilisation.

La Vierge de Guadalupe et Zapata

Fig. 13 : Zapata, Fermín Revueltas, projet de vitrail pour la Casa del Pueblo de Sonora, 1934. Crayons de couleur sur papier

Fig. 13 : Zapata, Fermín Revueltas, projet de vitrail pour la Casa del Pueblo de Sonora, 1934. Crayons de couleur sur papier

col. Silvestre Revueltas.

  • 22 Une hypothèse similaire est proposée par Samuel Brunk dans l’article « El culto popular », Zapata d (...)

18Lorsque, après la révolution, les mouvements de paysans révolutionnaires ont été apprivoisés par l’Etat post-révolutionnaire, l’image a été une partie intégrante de ce processus. Il fallait neutraliser les zapatistes en mettant en évidence la mort de Zapata et en l’associant au monde indigène, identification qui ne l’a jamais préoccupé en tant que représentant d’un peuple abstrait. Nous pouvons voir comment l’apaisement de Zapata s’accompagne de sa représentation paisible et harmonieuse sur les murs de la cité : Zapata comme indien, comme saint, Zapata et son cheval blanc, et même, Zapata comme femme, comme Vierge de Guadalupe (fig. 13)22.

  • 23 Roland Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1957, p. 234.
  • 24 Adriana Zavala, « De Santa a india bonita. Género, raza y modernidad en la ciudad de México, 1921 i (...)

19Nous retrouvons, pour terminer, la question du départ : mythe et/ou révolution ? D’après Roland Barthes dans Mythologies, la révolution n’est pas un processus mythique puisqu’elle est caractérisée par l’action, par le mouvement : le mythe ne peut pas s’y construire parce que le mythe ne s’élabore qu’une fois que le processus se fige23. Nous savons que pendant les années 1910, les sans-part se sont occupés des affaires de la communauté : les Zapatistes, en luttant pour le droit à la terre et pour l’émancipation par rapport à la hiérarchie issues du colonialisme ; les femmes, en se joignant aux différentes factions révolutionnaires, bourgeoises ou populaires, en tant que soldates – les célèbres Adelitas – quand elles se trouvaient du côté populaire. Bien que les deux aient été reconnus et soient désormais visibles (les femmes auront le droit de vote en 1945), ils seront intégrés dans un système de contrôle par le haut, comme le suggèrent les images de la peinture murale (fig. 14). Selon Adriana Zavala, historienne de l’art, ces images, en dépit de leur « révolutionnarisme » nous laissent voir dans leur immanence la politique post-révolutionnaire « sexuelle, patriarcale et colonialiste »24.

Fig. 14 : Les soldates, José Clemente Orozco. Huile sur toile, 1926.

Fig. 14 : Les soldates, José Clemente Orozco. Huile sur toile, 1926.

Fig. 15 : La mère de toutes les manifestations. [Pour le recomptage] « vote par vote ». Tract dénonçant la fraude électorale, 2006, Mexico.

Fig. 15 : La mère de toutes les manifestations. [Pour le recomptage] « vote par vote ». Tract dénonçant la fraude électorale, 2006, Mexico.
  • 25 Paul Ricoeur, op.cit, p. 1045.
  • 26  Bien que les recréations de la Vierge de Guadalupe ne soient pas à proprement parler interdites, d (...)

20Le mythe apparaît ainsi dans sa valeur « indicible », selon le mot de Paul Ricœur25. L’indicible est ce qui ne peut pas être énoncé en discours rationnel sur ce qu’est le mythe colonisateur de la Guadalupana. Nous soulignons ainsi l’importance de la démystification de la révolution dans notre société, qui n’est plus religieuse mais rationaliste. Il s’agit de libérer la révolution du mythe pour la penser en tant que moment privilégié du politique. Ainsi, l’art pourrait ouvrir la voie à une démystification moderne, mais celle-ci pourrait en même temps véhiculer le mythe comme fausse explication, comme l’a fait le muralisme à propos de Zapata et la Révolution mexicaine.
Nous pouvons voir cette démystification contemporaine26 presque un siècle plus tard sous la forme de la Vierge qui a acquis le suffrage universel, même si elle est une Vierge des conservateurs. Aujourd’hui aussi elle est même libre de voter pour la gauche et de veiller à ce que son vote soit respecté (fig. 15).
Enfin, sur la scène publique une vierge libre (fig.16).

Fig. 16 : Portrait de l’artiste en Vierge de Guadalupe, Yolanda López. Huile sur toile, 1978.

Fig. 16 : Portrait de l’artiste en Vierge de Guadalupe, Yolanda López. Huile sur toile, 1978.

Notes

1 Carlos Fuentes, Les années avec Laura Diaz, traduit par Céline Zins avec la collaboration de José M. Ruiz-Funes. Paris, Gallimard-Folio, 2003, p. 365-367.

2 Carlos Monsivais, Los rituales del caos, México, Era, 2000 [première édition 1995], p. 41.

3 Francisco de la Maza, El Guadalupanismo Mexicano, México, Porrúa y Obrego, 1953, p. 9.

4  Serge Gruzinski, La colonisation de l'imaginaire, Sociétés indigènes et occidentalisation dans le Mexique espagnol, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Gallimard, Bibliothèque des Histoires, 1988.

5  Paul Ricoeur, « Mythe. L’interprétation philosophique », Encyclopédie Universalis, Paris, 1989, p. 1045.

6  Jacques Lafaye, Quetzalcóatl et Guadalupe : la formation de la conscience nationale au Mexique (1531-1813), Paris, Gallimard « Bibliothèque des histoires », 1974.

7  Serge Gruzinski, La guerre des images de Christophe Colomb à « Blade Runner » (1492-2019), Paris, Fayard, 1990, p. 225.

8  Marcel Gauchet, Le désenchantement du Monde, Paris, Gallimard, 1985.

9  Enrique Florescano, Imágenes de la patria, México, Taurus, 2005 pp. 74-78.

10 David Brading, Los orígenes del nacionalismo mexicano, México, Era, 1973.

11 John Womack, Emiliano Zapata et la révolution mexicaine,[trad.] Paris, La Découverte, 2008 [1969].

12 Eric R. Wolf, « The Virgin of Guadalupe: A Mexican National Symbol» in The Journal of American Folklore, Vol. 71, No. 279, janvier-mars 1958, p. 34.

13  Arnaldo Córdova, «La mitología de la Revolución mexicana», in Enrique Florescano, Mitos mexicanos, México, Aguilar, 1995, p. 21.

14 Alan Knight, «Los intelectuales en la revolución mexicana», in Revista Mexicana de la Sociología, avril-june, 1989, México, UNAM, p. 25-66.

15 Ibid. p. 54

16  Jacques Rancière, Aux bords du politique, Paris, La Fabrique, 1998, pp. 171-174.

17 Marcel Gauchet. “Croyances religieuses, croyances politiques“ in La démocratie contre elle-même, Paris, Gallimard, 2002, pp. 91-93.

18 Bien qu’on sait que dans l’original est l’Angel San Michel (dû au prête Miguel Sanchez qui a publié la première histoire de la Guadalupana) la représentation a été asexuelle.

19 Roger Bartra, La jaula de la melancolía, identidad y metamorfosis del mexicano, México, Grijalbo, 1987, pp. 171-185.

20 Claudio Lomnitz, Modernidad Indiana, México, Planeta, 1999, p. 54

21 Margo Glantz, La Malinche, sus padres y sus hijos, México, Taurus, 2008, p. 30

22 Une hypothèse similaire est proposée par Samuel Brunk dans l’article « El culto popular », Zapata de la A a la Z, México, Proceso, coleccion Bi-Centenario n° 2, mai 2009, p. 33. Cet auteur parle de l’élaboration par le pouvoir politique d’une image indigène de Zapata visant à associer le monde indien à la passivité et à la féminité.

23 Roland Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1957, p. 234.

24 Adriana Zavala, « De Santa a india bonita. Género, raza y modernidad en la ciudad de México, 1921 in Fernández Aceves, Ramos Escandón et Porter (coord.), Orden social e identidad de género, México, siglos XIX y XX, Guadalajara, UdeG -Ciesa, 2006.

25 Paul Ricoeur, op.cit, p. 1045.

26  Bien que les recréations de la Vierge de Guadalupe ne soient pas à proprement parler interdites, des polémiques et même des actes de censure continuent. Par exemple, en 1988 un veto a été opposé à l’exposition au Musée d’art moderne de la ville de Mexico d’une installation de l’artiste Rolando de la Rosa où la vierge était dépeinte en Marilyn Monroe.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Vierge de Guadalupe. Toile 1.75 cm 1.05 cm. Image vénérée depuis le XVIIIe siècle, jusqu’à nos jours.
Crédits Basílica de la Virgen de Guadalupe, Mexico.
URL http://books.openedition.org/europhilosophie/docannexe/image/201/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 2 : Vierge avec aigle bicéphale et bouclier Vatican
Crédits in Miguel Sánchez, première histoire publiée de la Guadalupana, 1648.
URL http://books.openedition.org/europhilosophie/docannexe/image/201/img-2.png
Fichier image/png, 22k
Titre Fig. 3 : Luis de Mena, Peintures de castes, toile, 1750
Crédits Museo de América, Madrid.
URL http://books.openedition.org/europhilosophie/docannexe/image/201/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 4 : Etendard de l’armée des insurgés, 1810.
URL http://books.openedition.org/europhilosophie/docannexe/image/201/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 5 : Estampe qui célèbre le Centenaire de l’Indépendance (avec Miguel Hidalgo et poème de Juan de Dios Peza), 1910
Crédits Mexico, col. Carlos Monsivais.
URL http://books.openedition.org/europhilosophie/docannexe/image/201/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 6 : Zapatistes dans une rue de la ville de Mexico, Anonyme, photo, 1915
Crédits Fototeca Nacional du Mexique.
URL http://books.openedition.org/europhilosophie/docannexe/image/201/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig.7 Allégorie de la Vierge de Guadalupe, Fermín Revueltas, 1922-1923
Crédits Fresque, Antiguo Colegio de San Ildefonso, Mexico.
URL http://books.openedition.org/europhilosophie/docannexe/image/201/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 8 : La fête de la Sainte-Croix. Fresque, Roberto Montenegro, 1923-1924
Crédits Claustro de San Pedro y San Pablo, Mexico.
URL http://books.openedition.org/europhilosophie/docannexe/image/201/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 9 : De la conquête à 1930, Diego Rivera. Fresque, (détail peinture murale centrale avec scène de l’indépendance et de la post-révolution), 1929-1935
Crédits Palacio Nacional, Mexico.
URL http://books.openedition.org/europhilosophie/docannexe/image/201/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 10 : Retable de l’Indépendance, Juan O’Gorman. Fresque (détail), 1960-1961
Crédits Museo Nacional de Historia, Mexico.
URL http://books.openedition.org/europhilosophie/docannexe/image/201/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 11 : Le Mexique d’aujourd’hui et de demain, Diego Rivera. Fresque, 1934-1935
Crédits Palacio Nacional, Mexico.
URL http://books.openedition.org/europhilosophie/docannexe/image/201/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig.12 Cortés et la Malinche, José Clemente Orozco. Fresque, 1926
Crédits Antiguo Colegio de San Idelfonso, Mexico.
URL http://books.openedition.org/europhilosophie/docannexe/image/201/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Titre Fig. 13 : Zapata, Fermín Revueltas, projet de vitrail pour la Casa del Pueblo de Sonora, 1934. Crayons de couleur sur papier
Crédits col. Silvestre Revueltas.
URL http://books.openedition.org/europhilosophie/docannexe/image/201/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 14 : Les soldates, José Clemente Orozco. Huile sur toile, 1926.
URL http://books.openedition.org/europhilosophie/docannexe/image/201/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 15 : La mère de toutes les manifestations. [Pour le recomptage] « vote par vote ». Tract dénonçant la fraude électorale, 2006, Mexico.
URL http://books.openedition.org/europhilosophie/docannexe/image/201/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 16 : Portrait de l’artiste en Vierge de Guadalupe, Yolanda López. Huile sur toile, 1978.
URL http://books.openedition.org/europhilosophie/docannexe/image/201/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search