Version classiqueVersion mobile

Subjectivités, pouvoir, image

 | 
Anne Creissels
, 
Giovanna Zapperi

Introduction

Anne Creissels et Giovanna Zapperi

Texte intégral

1À l’origine de cette publication, des questions apparemment simples : Qu’entend-on par « histoire de l’art » ? De quel art retrace-t-on l’histoire ? Qui s’en charge ? Dans quel cadre culturel ? Ces questions obligent cependant à interroger les modalités spécifiques de production d’un savoir. Elles mènent à considérer l’histoire de l’art comme discours idéologique, valorisant certaines productions et déniant des subjectivités autres : féminines, noires, homosexuelles… Une histoire de l’art qu’on pourrait qualifier d’occidentale, chrétienne et patriarcale.
Pour autant, peut-on parler d’absence de ces altérités ? Ne serions-nous pas davantage face à des tentatives d’exclusion et des négociations complexes ? Ces subjectivités enfouies ne travaillent-elles pas jusqu’aux œuvres les plus représentatives de la culture dominante ?
C’est pourquoi, au lieu de promouvoir ces altérités dans l’optique d’une héroïsation de l’exclu, cette publication entend pointer des formes de résistance dans l’art. Plutôt que de construire une histoire de l’art parallèle, les contributions proposent une approche critique de la production de sens et d’idéologie inhérente au champ artistique.
Le titre que nous avons choisi indique clairement que l’histoire de l’art est ici envisagée comme un domaine traversé par des rapports de force mais aussi par des subjectivités multiples, lesquelles investissent ces zones de tensions. Nous avons choisi de mettre l’accent sur la notion d’image, pour penser la représentation visuelle dans un champ élargi, et pour remettre en cause les hiérarchies sur lesquelles se fonde la discipline de l’histoire de l’art.

  • 1 Cette journée d’étude, sous la direction scientifique d’Anne Creissels et Giovanna Zapperi, était o (...)

2Les contributions réunies ici sont issues d’une journée d’étude s’étant tenue le 17 octobre 2009 à l’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art) à Paris1. Elles émanent du séminaire de recherche ACEGAMI (Analyse Culturelle et Études de Genre/Art, Mythes et Images), accueilli par le Centre d’Histoire et de Théorie des Arts de l’EHESS. Créé en 2006, ce séminaire fédère des chercheurs travaillant sur des questions qui touchent aux rapports de l’histoire de l’art et de la culture visuelle à la différence des sexes, aux théories féministes et queer, aux rapports entre colonisateurs et colonisés, aux liens complexes entre identité, subjectivité et ethnicité. Les travaux présentés dans ce cadre couvrent des périodes de l’histoire et des aires géographiques ou culturelles très diverses et partagent un type d’approche transdisciplinaire, ainsi qu’une attention portée à l’image et à ses enjeux propres.
Le projet de créer ce séminaire collectif est bien sûr né d’un désir de partage mais aussi d’un sentiment d’insatisfaction face à un certain conservatisme qui domine encore largement la situation de l’histoire de l’art en France. L’absence d’un espace de discussion et d’expérimentation intellectuelle sur ces questions nous semblait d’autant plus criante que, dans le cadre plus général des sciences humaines, les théories féministes anglo-saxonnes, les études culturelles et postcoloniales étaient en train d’attirer de plus en plus l’intérêt en France.
Il nous a paru ainsi nécessaire de pallier à ce manque et de créer un lieu ouvert à une réflexion dans ce sens en histoire de l’art. En introduisant ces outils théoriques, nous avons pris le parti de politiser ce domaine de la production du savoir, obligeant l’art à sortir de sa tour d’ivoire et du mythe de son autoréférentialité. Nous avons, du même coup, interrogé la manière dont ces nouvelles approches mettent en cause les fondements de la discipline.
Nous avons souhaité également intégrer certaines méthodes propres au contexte français, qui nous semblaient susceptibles d’engager un dialogue productif sur la question des images dans une perspective culturelle et politique. On pense ici aux approches anthropologiques (notamment warburgiennes) de l’image (qui ont été particulièrement développées au sein de l’EHESS) ou encore à certains travaux d’hellénistes.
Ces travaux nous semblaient pouvoir ouvrir des perspectives originales sur les questions des différences sexuelles et des rapports coloniaux au sein de l’art, même s’ils ne l’abordent pas directement - quand ils ne les mettent pas clairement de côté. Cette « mise à distance » nous paraît d’ailleurs symptomatique d’une résistance de l’histoire de l’art en France, même dans ses formes les plus innovantes, à prendre en compte ces dimensions, pourtant structurelles, de la production du savoir.

3Cette publication est le reflet des questions ouvertes dans ce cadre et représente l’occasion de faire un bilan : les auteurs des contributions ont tous présenté leur recherche durant les deux premières années de fonctionnement du groupe et ont permis la réussite de cette entreprise par leur implication. Ces articles sont ceux de chercheurs qui se sont depuis longtemps confrontés aux outils théoriques et méthodologiques qui ont concouru, depuis une vingtaine d’années, au renouvellement de la discipline. Il s’agit de propositions qui se signalent par leur originalité, y compris par rapport aux recherches en cours dans les pays anglo-saxons.
Ces travaux, tout en s’inscrivant dans une perspective de genre ou postcoloniale, participent plus largement d’une remise en question des présupposés de la discipline et d’un renouveau dans l’approche des images. Ils se caractérisent par le choix assumé de la transdisciplinarité, ayant recours à la psychanalyse, à l’histoire politique, à la théorie esthétique.
Les questions proprement artistiques y sont analysées à travers le prisme de l’histoire et du discours pour mettre au jour un travail à l’œuvre dans l’image. Cette archéologie des forces qui travaillent l’art n’a de sens que si l’on considère que l’image condense et transforme les discours qu’elle soutient, leur opposant toujours sa plasticité. C’est pourquoi ces approches relèvent tout autant de la critique de l’art et de l’analyse culturelle que d’une pratique renouvelée de l’iconologie.

  • 2 G. Spivak, Les Subalternes peuvent-elles parler ?, tr. fr. J. Vidal, Paris, Amsterdam, 2009, p. 37.

4Nous avons retenu deux axes, les rapports coloniaux et les différences sexuelles, qui tentent de problématiser certaines questions cruciales plutôt que de réduire à des thématiques la pluralité des propositions. Il apparaît en effet nécessaire d’interroger la relation de l’art occidental à son Autre colonisé, à partir de la tension existant entre rapports de force explicites et tactiques souterraines. La différence est ici pensée dans sa dimension plurielle, qui ne saurait se réduire au binarisme masculin/féminin. C’est dans cette perspective que sont analysés les processus de sexuation en jeu dans les théories esthétiques et les pratiques artistiques, et mis en lumière des espaces possibles de déplacement des identités.
Ces deux axes ont en commun de mettre en exergue la tension entre, d’une part, l’art comme produit et véhicule d’idéologie et, d’autre part, des stratégies de résistance à l’œuvre dans la production artistique. Il s’agit de repenser la manière dont l’art est traversé par des rapports de pouvoir, lesquels investissent particulièrement les différences sexuelles et culturelles. Par là se dessine une pratique critique de l’histoire de l’art prenant pour point de départ la singularité que manifestent, sur ces questions sensibles, les œuvres et les images.
Traiter à la fois de la question de la différence sexuelle et des différences relatives à la culture, la race et la sexualité nous semble fondamental. Les études postcoloniales, développées à partir des années 1980, ont en effet obligé à interroger le rapport des disciplines universitaires avec ses autres colonisés par une remise en cause de leur statut et de leur rôle dans la culture. Cette considération est cruciale pour l’histoire de l’art, une discipline qui s’est construite sur la base d’un certain nombre de mythes propres à la culture occidentale.
Aborder les différences dans le contexte élargi du colonialisme produit d’emblée un espace théorique nouveau pour repenser les dispositifs du savoir dans leurs implications avec le pouvoir. Cet espace théorique est fait d’allers-retours entre le passé et le présent, entre les textes de la culture et les images, entre rapports de force et résistance. C’est dans ces allers-retours qu’il est possible de repérer ce que Gayatri Spivak définit comme « la violence épistémique » du colonialisme et de l’impérialisme2.
Cette remise en cause concerne aussi les théories féministes occidentales, qui ont été confrontées à l’éruption d’une altérité critique. Le sujet « femme » n’est plus pensable comme un sujet unitaire, mais doit se décliner au pluriel, avec les hybridations de sexes et de genres, les processus de métissages qui opèrent activement dans cette pluralité. L’étude des différences culturelles, des métissages, des rapports de force issus de la colonisation ne cesse de se mêler avec celle du genre et de la sexualité. Ce recueil de textes se situe ainsi dans un espace intermédiaire, au cœur duquel s’articulent les différences culturelles et des notions d’identité fragmentées et instables.

5De l’ambivalence sexuelle et/ou culturelle de la couleur en peinture, jusqu’aux mutations identitaires de la vierge de Guadalupe, les contributions ici réunies ouvrent des perspectives inédites dans l’interprétation de la tension entre subjectivités et pouvoir à l’œuvre dans l’image. Elles assument une dimension interprétative.
Le positivisme et le formalisme de l’histoire de l’art véhiculent l’idée d’une neutralité et d’un universalisme dont on mesure le caractère excluant et répressif. Face à cette catégorisation systématique, et afin de manifester des subjectivités différentes, il semble crucial de placer au centre la notion d’interprétation, avec ce que cela implique de remise en question de la notion d’auteur. L’interprétation permet ainsi de déjouer les tentatives d’assignation à une catégorie (disciplinaire, esthétique ou (et) sexuée).
Dans cette perspective, l’image tient une place centrale, susceptible tout à la fois de renforcer des schémas d’opposition et de condenser ou de déplacer ces mêmes identités. Elle apparaît ainsi au point d’articulation entre subjectivités et pouvoir. Vecteur privilégié de normes mais aussi de transgressions, l’image, et l’œuvre d’art en particulier, en tant que production sociale et subjective, constitue un objet complexe, irréductible à une spécificité de forme ou de sens. C’est en prenant en compte ces caractéristiques (sans exclusivité de l’une ou l’autre) que nous espérons engager une réflexion théorique et plastique.

Notes

1 Cette journée d’étude, sous la direction scientifique d’Anne Creissels et Giovanna Zapperi, était organisée en collaboration avec l’INHA (programme de recherche : art contemporain dans la mondialisation dirigé par Zahia Rahmani).

2 G. Spivak, Les Subalternes peuvent-elles parler ?, tr. fr. J. Vidal, Paris, Amsterdam, 2009, p. 37.

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search