Version classiqueVersion mobile

Subjectivités, pouvoir, image

 | 
Anne Creissels
, 
Giovanna Zapperi

William Holman Hunt et l’image du Christ au Moyen-Orient

Shalini Le Gall

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 La citation originale : « draw either what they see, or what they suppose might have been the actua (...)

1William Holman Hunt (1827-1910) est connu en tant que membre fondateur de la Préraphaélite Brotherhood, un groupe de peintres et écrivains constitué en 1848, avec pour ambition de réformer l'art britannique. Bien qu'ils aient été eux-mêmes étudiants à l'académie royale des arts, ces artistes en ont attaqué le caractère conventionnel en critiquant même les peintures de Raphaël et de ses disciples. En revanche, les Préraphaélites aspiraient - pour emprunter les mots de l’écrivain John Ruskin (1819-1900) - « à dessiner ce qu'ils voient, ou ce qu'aurait pu être, selon ce qu’ils imaginent, la scène qu'ils désirent représenter, indépendamment de toutes règles conventionnelles »1. En dépit de cette approche méthodologique, il a été difficile d’identifier un modèle unique de Préraphaélisme car Hunt, John Everett Millais (1829-1896), Dante Gabriel Rossetti (1828-82), et leurs semblables n'ont pas tous partagé la même approche de la pratique de la peinture, et ces artistes ont finalement travaillé ensemble pour très peu de temps.

  • 2 E. Said, Orientalism (New York: Vintage, 1978). H. K. Bhabha, The Location of Culture, London, Rout (...)

2Chacun des peintres principaux du Préraphaélisme se sont retirés de la Préraphaélite Brotherhood peu de temps après sa fondation en 1848. Millais a par la suite été reconnu officiellement et a remporté des succès à l'Académie. Rossetti, lui, a travaillé avec la génération suivante d’artistes Préraphaélites, y compris William Morris (1834-96) et Edouard Burne-Jones (1833-98). Enfin, Hunt a suivi un parcours individuel, favorisant les sujets religieux dans son travail et voyageant fréquemment au Moyen-Orient. Peut-être dissuadés par ces thèmes religieux et certaines de ses idées qui semblaient racistes, peu d’historiens ont encore approché l’œuvre de Hunt pourtant riche en matériel artistique. Cependant, son travail fournit aux historiens de l'art l'occasion non seulement d'appliquer les théories comme le postcolonialisme, mais aussi de développer les modèles sophistiqués construits par Edouard Said, Homi Bhabha, et d'autres qui ont fondamentalement changé la manière dont les universitaires étudient les interactions entre les différentes régions du monde2.

3En examinant les œuvres de Hunt, je veux montrer comment la peinture chrétienne en Grande-Bretagne a été liée à l’impérialisme et à l'orientalisme dans les arts visuels. Son idée de travailler avec la population juive en Palestine met en particulier la lumière sur la position complexe des juifs par rapport à l’histoire du christianisme. Comme beaucoup de ses contemporains, Hunt croyait en l’existence d’un physique typiquement « juif » qu’on pourrait encore trouver en Palestine, et qui n’aurait pas changé depuis l’époque du Christ. Mais cette présomption allait à l’ encontre du projet prosélyte des missionnaires britanniques, envoyés au Moyen-Orient avec l’ambition d’établir une fratrie chrétienne qui saurait estomper les différences religieuses. Ainsi, les tableaux de Hunt démontrent comment le projet de représenter une histoire chrétienne au Moyen-Orient, motivé par une impulsion protestante de s’éloigner de la Rome catholique, s’est opposé aux ambitions d’un projet impérial qui cherchait à dominer la population juive dans la région.

Le Modèle Juif

  • 3 Now on View at Mr. A. Hasse’s Fine Art Galleries, 31 Commercial Street, Leeds, Open Daily from ten (...)
  • 4 Judith Bronkhurst, William Holman Hunt: A Catalogue Raisonné, New Haven, Yale University Press, 200 (...)
  • 5 Journal de Hunt, 31 mars 1855, Eng. MS 1211 ff. 8-9, John Rylands Library, Manchester.
  • 6 Tudor Parfitt, The Jews in Palestine: 1800-1882, Woodbridge, Boydell Press, 1987, pp. 4, 31, 36.
  • 7 La citation originale : « amongst the poor jews in the street might be found a multitude of models (...)
  • 8 Lettre, Hunt à Combe, 4 janvier 1855, MS Eng c. 296 f. 51, Bodleian Library, Oxford. William Holman (...)

4The Finding of the Saviour in the Temple (La découverte du Sauveur au Temple) (fig. 1), a été le premier grand succès de Hunt après son premier voyage au Moyen-Orient entre 1854 et 1856. Un journal contemporain a rapporté qu’il a été vu à l’époque par une centaine de milliers de personnes entre son exposition à Bond Street à Londres, et son exposition itinérante à travers le Royaume-Uni3. Le tableau a été acheté par Ernest Gambart, pour la somme incroyable de 5.500 livres, montant le plus important jamais payé pour un tableau contemporain en Angleterre jusqu’alors4. Pour construire ce tableau, Hunt travaillait à Jérusalem, où il s'était rendu aux synagogues pour observer des juifs5. Bien qu'il n'y ait eu aucun recensement précis des juifs à Jérusalem au milieu du dix-neuvième siècle, les divers chiffrages effectués dans les années 1850 ont estimé leur nombre entre 5.000 et 11.0006. Dans une lettre à Thomas Combe, son ami et mécène, Hunt décrit sa recherche de modèles : « parmi les juifs pauvres dans la rue pourrait être trouvés une multitude de modèles pour les rabbins… »7 Hunt fait peut-être référence ici au grand nombre de juifs vieillissants venus mourir sur la terre sacrée de la ville. Beaucoup d’entre eux étaient sans emploi ou sans abri, et fréquemment sollicités par les missionnaires. Cependant, Hunt se plaignait beaucoup à propos de ses modèles et de leurs retards, leurs superstitions, et leur hygiène, avec une attitude qui dénote clairement son sentiment de supériorité8. Ces sentiments sont certainement perturbants et souvent racistes, mais ils montrent aussi jusqu'à quel point la population juive était un objet de fascination pour les artistes, historiens, théologiens, et anthropologues européens pendant le dix-neuvième siècle.

Fig. 1: The Finding of the Saviour in the Temple, 1854-60

Fig. 1: The Finding of the Saviour in the Temple, 1854-60

Birmingham Museums and Art Gallery, huile sur toile, 85.7 x 141cm.

  • 9 Les citations originales : « unmingled race », « one stock », « their relative state of civilizatio (...)
  • 10 Les citations originales : « opulent and enlightened brethren of Hamburgh and Amsterdam », « the Mu (...)

5Dans Histoire des juifs, de la période ancienne à l'époque actuelle (1829), Rev. Henry Hart Milman (1791-1868) fait référence aux juifs comme une « race pure » qui sont un « stock », mais affirme aussi que « leur état relatif de civilisation a matériellement dépendu des manières des personnes environnantes »9. Milman compare les différences entre les juifs de Perse et Constantinople, et leur « frères opulents et éclairés de Hamburgh [sic] et d'Amsterdam » avec les différences entre « la population musulmane et chrétienne de différents pays.10 » Ainsi, Milman a attribué aux juifs la capacité de s’adapter à leur environnement, mais cette adaptabilité était simultanément un avantage et une menace pour les européens parce qu'elle laissait ouverte la possibilité d'assimilation.

  • 11 Sander Gilman, The Jew’s Body, London, Routledge, 1991, pp. 176-8.
  • 12 Ibid. La citation originale : « jewishness ».

6Comme étudié par Sander Gilman, les écrivains du dix-neuvième siècle ont fréquemment parlé de la particularité de la peau juive, et de sa capacité à changer selon la géographie11. La capacité perçue des juifs à adopter une peau plus foncée dans des climats plus chauds et une peau plus claire dans des climats plus froids a longtemps alimenté la théorie voulant que la « race », définie seulement par la couleur de la peau, soit une construction environnementale. Pourtant cette théorie raciale ne s'appliquait en fait pas aux juifs. En dépit d'un talent apparent pour l'adaptabilité, les juifs étaient toujours censés appartenir à une catégorie raciale distincte, et ne pourraient jamais s’affranchir de toutes traces de « judéité », un terme vague employé pour marquer la différence indélébile entre les juifs et les européens12. De telles conclusions ont été typiquement formulées par l'observation des juifs européens, mais comme les accès vers la Palestine se sont améliorés au dix-neuvième siècle, plusieurs auteurs ont commencé à spéculer sur la composition raciale des juifs palestiniens.

7Charles Warren (1840-1927), qui faisait partie des excursions en Palestine financées par le « Palestine Exploration Fund », a écrit,

  • 13 La citation originale : « Those on whom the Jewish religion sat lightly, are mixed in blood with Je (...)

Ceux qui prenaient la religion juive à la légère, sont mélangés dans le sang aux juifs, Grecs, Romains, Arabes, Croisés, et ont continué au pays, maintenant professant la foi musulmane ou chrétienne, comme les circonstances les y ont incitées, mais maintenant surtout leurs traditions antiques… le pourcentage de n'importe quel “stock” peut être au pays, il serait impossible d’essayer de le calculer, mais il reste la certitude que le peuple actuel de la Palestine est en grande partie ses anciens habitants, bien que diminués et affaiblis.13

Warren attire notre attention sur la mixité raciale des populations en Palestine, et lie cette situation aux conversions religieuses qui ont eu lieu après des invasions successives. Il soutient qu'il serait impossible de déterminer le degré auquel n'importe quel “stock” ou “race” resterait toujours sur cette terre, bien qu'il ait simultanément admis qu'il y ait un lien entre les résidents historiques de la Palestine et ses habitants actuels. De telles analyses de la Palestine ont été fondées sur la fluctuation politique dans la région, mais ont également perpétué le stéréotype de l’adaptabilité juive.

  • 14 La citation originale : « the Jews of the East to this day often have red hair and blue eyes, with (...)
  • 15 La citation originale : « the large nose is there an invariable proof of mixture with a Western fam (...)
  • 16 Ibid.

8En revanche, Un récit populaire des égyptiens anciens de Gardner Wilkinson a présenté un autre point de vue sur les juifs habitant en Palestine moderne. Wilkinson a écrit, « les juifs de l'est à ce jour ont souvent les cheveux rouge et les yeux bleu, avec un nez de forme sensible et presque droit, et sont tout à fait différents de leurs frères en Europe »14. Pendant un séjour à Jérusalem, Wilkinson a également prétendu avoir appris que, « le grand nez est là une preuve invariable de mélange avec une famille occidentale.15 » L'analyse de Wilkinson des dispositifs physiquement distinctifs des juifs palestiniens a porté sur l'étude approfondie du nez, et a même inclus une illustration de la variété possible des nez qu’on pourrait observer16. Le nez était un aspect important de la physionomie juive parce qu'on a pensé que c’était un marqueur fiable d'identité juive même dans les situations où la couleur de la peau s'était adaptée aux changements géographiques. Wilkinson a écrit que le « grand nez » était évidence du mélange racial, et sa remarque que les juifs palestiniens étaient « tout à fait différents de leurs frères en Europe » a souligné le degré auquel les juifs européens étaient sujets aux stéréotypes négatifs.

9Hunt, formé par le texte de Wilkinson qu'il avait lu juste avant son voyage, a souscrit à la théorie de l'égyptologue que les juifs en Palestine étaient racialement purs, et donc exempts du « nez juif » et des autres caractéristiques perçues comme les résultats de la mixité. Pour Hunt, ceci a signifié que des juifs palestiniens pourraient sans risque être employés comme modèles pour le Christ parce qu'ils étaient physiquement distincts des juifs européens. Commençant son travail à Jérusalem, il avait espéré que les missionnaires lui présenteraient des modèles potentiels, mais très vite l'influence chrétienne sur les communautés juives s’est montrée limitée. Il a écrit,

  • 17 La citation originale : « …three weeks since an emissary from Rotschild [sic] arrived here, who is (...)

…depuis trois semaines un émissaire de Rotschild [sic] est arrivé ici, il est Rabbin, possède toute l'autorité pour commencer à reformer l'état des juifs, et a commencé à prêcher dans les synagogues en réprimandant les personnes qui acceptent l'aide et l'emploi de chrétiens ou écoutent les missionnaires anglais…17

  • 18 La citation originale : « only wanted them [Jews] for artistic purposes ». Ibid.

Hunt crut qu'il ne serait pas inclus dans cet acte d'accusation, puisqu'il n'était pas techniquement un missionnaire, et « seulement à la recherche [de juifs] dans un but artistique.18 » Cependant, la réprimande a été étendue aussi aux juifs ayant servis de modèles à Hunt.

10Même si Hunt cherchait seulement des juifs dans un « but artistique, » ses actions participaient clairement d’une impulsion impérialiste à dominer les populations étrangères, et ses écrits démontrent jusqu'à quel point les juifs palestiniens étaient coincés parmi plusieurs pouvoirs politiques. Il a écrit à Combe,

  • 19 La citation originale : « I should tell you of an excuse which a Jew (Russian) made to my request t (...)

Je devrais vous parler d'une excuse qu'un juif (russe) a fait à ma demande de poser pour moi - d'abord bien sûr - que j’allais me servir du portrait pour le convertir au christianisme, et deuxièmement, que quand l'empereur de la Russie prendrait ce pays - son portrait serait vu, et il serait identifié en tant que réfugié et la punition le rattraperait ainsi - vous ne vous imaginez pas combien je perds patience avec de telles personnes…19

Le commentaire de Hunt indique à quel point les juifs palestiniens étaient vulnérables face aux ambitions impérialistes. Les missionnaires britanniques au Moyen-Orient ne pouvaient pas viser la population musulmane en raison d'un accord signé avec l'empire ottoman. En conséquence, les efforts des missionnaires en Palestine se concentraient sur les juifs, avec une certaine attention accordée à persuader des catholiques et des chrétiens orthodoxes de devenir protestants. La crainte du modèle que Hunt « [se serve] du portrait pour le convertir au christianisme, » indique qu'il se rendait bien compte de son importance aux yeux des missionnaires britanniques, même si Hunt a rapporté l'anecdote comme une critique de la naïveté et de la superstition de ses modèles juifs.

  • 20 Parfitt, The Jews in Palestine, pp. 92, 122, 221.

11La deuxième partie du témoignage du modèle fait référence à son souci par rapport à l'invasion russe, démontrant comment la guerre de Crimée (1853-6) a exercé une influence réelle sur le travail de Hunt. La guerre était d'une importance particulière pour les modèles juifs potentiels parce qu’un bon nombre d'entre eux, y compris celui cité dans l’anecdote de Hunt, avaient émigré de Russie20. Cette population se rendait compte des influences impériales concurrentes dans la région, et de l'instabilité des puissances ottomane et britannique. À l’époque, la Grande-Bretagne et la France ont été alliées avec les ottomans, et puisque l'empire ottoman avait sanctionné la présence des missionnaires britanniques dans la région, les juifs palestiniens ont probablement considéré le régime ottoman comme une condition nécessaire pour la présence britannique. La perspective d'une victoire russe signifiait que les juifs d'origine russe ont dû faire attention à leurs rapports avec des voyageurs britanniques, parce qu’elle exposerait leur statut de réfugiés et les laisserait vulnérables aux accusations de trahison et de collaboration.

12On voit avec cet exemple l’inquiétude des certains modèles juifs, et aussi jusqu'à quel point l’impérialisme, qui a en partie motivé le travail de Hunt, était un procès ambivalent. En effet, d’une part Hunt a soutenu les conversions sincères au christianisme, mais d'autre part il a exigé d'une population juive stable qu’elle lui permette de réaliser son projet de peindre des modèles juifs qui ressembleraient à des gens de l’époque du Christ. Hunt a ainsi offert une image des juifs diverse et contradictoire, et démontré la schizophrénie des attitudes britanniques variables envers la population juive. Celles-ci sont visibles dans le tableau, et ont été remarquées comme telles par plusieurs critiques au dix-neuvième siècle.

L’Anthropologie Biblique

13The Finding of the Saviour in the Temple est divisé en deux sections distinctes : les rabbins sont assis du côté gauche et reculés vers le fond de la toile tandis que le Christ, Marie, et Joseph sont au premier plan du côté droit de l'image. Les critiques du dix-neuvième siècle ont remarqué la qualité ethnographique des rabbins et célébré leur authenticité présumée. L'Athenaeum publiait,

  • 21 La citation originale : « …the long study of authorities for costume and accessories, much of which (...)

…la longue étude des autorités sur le costume et les accessoires, dont beaucoup ont été fait dans l'est, où les habitudes et les coutumes demeurent sans changement pour des siècles, a permis à M. Hunt de créer une œuvre, illustrant son propre idéal artistique .21

La revue reflète la perception commune que le Moyen-Orient était un endroit intemporel où l'histoire antique pouvait être apprise en étudiant la culture contemporaine locale.

  • 22 La citation originale : « familiar with the cérémonies prevailing in the Temple at the time of Chri (...)
  • 23 George P. Landow, William Holman Hunt and Typological Symbolism, New Haven, Yale University Press, (...)
  • 24 Stephens, William Holman Hunt and his Works, pp. 96, 98, 115. Cité par Kenneth Bendiner, An Introdu (...)
  • 25 Ibid.

14Dans ses écritures, Hunt a détaillé la recherche littéraire, architecturale, et sociologique qu’il a effectuée au Moyen-Orient. Il a écrit qu'il s'est mis « au courant des cérémonies régnant dans le temple à l'époque du Christ, » a cherché à découvrir « quelle étape la reconstruction du temple de Hérode avait atteinte à cette période, » et est allé aux synagogues pour observer des juifs22. Comme étudié par plusieurs historiens, une large part de ces recherches a été marquée par le symbolisme typologique annonçant les actions du Christ, un des thèmes préféré de Hunt23. La croix sur la ceinture, la référence à l'arrestation du Christ sur le Mont des Olives au loin, et la famille à l'arrière-plan offrant un agneau sacrificiel : tous les éléments de la crucifixion sont déjà là24. Le rôle du Christ comme bâtisseur d'une nouvelle église est signalé dans la citation biblique inscrite sur la porte, mettant en référence l’arrivée du Messie, et la construction du temple en cours, montré à l'arrière-plan25.

  • 26 Lettre, Hunt à Millais, 10 novembre 1854, Add. 41340 f. 156, British Library, Londres.
  • 27 Bendiner, An Introduction to Victorian Painting, p. 68.

15Pourtant, si la peinture a mis en référence la future signification du Christ, elle a également attiré l'attention sur l’aveuglement littéral et métaphorique des juifs incapables d'identifier le Sauveur dans leur milieu. Le rabbin assis le plus près du spectateur est clairement aveugle, et le garçon derrière lui donne des baisers à la couverture de la Torah, montrant l'idolâtrie envers le texte sacré que Hunt pensait courante parmi les juifs26. La colombe entrant dans le temple est une référence au nouveau testament, spécifiquement Dieu sous la forme de l’Esprit Saint, et le personnage à l'arrière-plan chassant les oiseaux hors du temple indique de nouveau l'incapacité des juifs a identifier la présence divine parmi eux27.

  • 28 Ibid., p. 74.
  • 29 Lettre, Hunt à Edward Lear, 31 decembre 1856, Eng. MS 1214/19, John Rylands Library.
  • 30 Joseph Bonomi, Nineveh and its Palaces: The Discoveries of Botta and Layard, Applied to the Elucida (...)

16L'architecture du temple, loin de l’esthétique de simplicité encouragée par les protestants, ajoute également à l'impression que les juifs pratiquaient une religion démodée : le plancher de marbre resplendissant vient des études géologiques exécutées par Hunt autour de Jérusalem, et peut-être également des descriptions scripturales du plancher du temple28. Pourtant les aspects les plus détaillés de la conception architecturale, y compris les colonnes couvertes de motifs végétaux, les ornements suspendus à la charpente, et l'écran sur le mur arrière, sont très probablement venus de l'étude de l'architecture islamique. Bien que Hunt ait exécuté des études architecturales au Moyen-Orient, une grande partie de l’architecture a été tirée réellement des recherches qu'il a effectué au Crystal Palace à Sydenham, après son retour en Angleterre29. C'était ici que Hunt a dessiné la cour d'Alhambra, une partie reconstruite du palais maure du quatorzième siècle près de Grenade en Espagne. En incluant les formes architecturales islamiques dans une peinture religieuse chrétienne, Hunt a espéré que son image refléterait la recherche courante sur l'histoire architecturale au Moyen-Orient. Au dix-neuvième siècle, les auteurs ont fréquemment déclaré que l'architecture islamique était dérivée des bâtiments judaïques et byzantins anciens30.

  • 31 Les citations originales : « actors » et « were painted from Jews in Jerusalem, differ considerably (...)
  • 32 Les citations originales : « evil-looking » et « sensual ». « Fine Art Gossip » Athenaeum, 25 fevri (...)

17Les détails ethnographiques, très appréciés par les critiques, ont ajouté au travail que Hunt a effectué sur les modèles juifs à Jérusalem. F.G. Stephens, critique et ami proche de Hunt, a ainsi écrit une brochure qui était disponible à la German Gallery, où le tableau était exposé. Il y écrit que plusieurs des « acteurs », en particulier ceux qui « ont été peints d’après des juifs de Jérusalem diffèrent considérablement du type commun de caractéristiques connu par nous-mêmes31 ». L’Athenaeum aussi s’est focalisé sur les figures des rabbins, décrits comme « égocentriques », a « d'aspect néfastes », et « sensuels », et considérés comme représentant les caractéristiques des juifs bibliques et contemporains au Moyen-Orient32.

18En fait, l'analyse de Stephens, et la plupart des revues, a radicalement opposé les rabbins du tableau et les européens, et le public britannique aurait été a l’aise avec une telle opinion, car elle liait différence physique et différence spirituelle. En effet, les caractéristiques et l’accoutrement des rabbins, par rapport aux européens, ont pu être expliqués par les différences religieuses entre le judaïsme et le christianisme. Les longues barbes et les robes lourdes ont représenté, pour des Européens, une forme antique et démodée de croyance en contraste avec les formes attribuées au christianisme, en particulier au protestantisme. Ainsi, les figures rabbiniques ont corroboré la doctrine anthropologique et religieuse, liant un « Autre » physiquement variable avec un « Autre » spirituellement variable. Bien que la figure du Christ aussi ait été basée sur un modèle juif, elle a reçu un accueil quelque peu différent, et mis à nu les tensions entre l'anthropologie victorienne et la théologie protestante.

Le corps du Christ

  • 33 Le titre originale : « Art in relation to comparative anthropology ».

19Quand The Finding of the Saviour in the Temple est parti pour une exposition itinérante dans toute l’Angleterre et l’Irlande entre 1863 et 1868, il a été critiqué par la Anthropological Review, le journal officiel de la société anthropologique de Londres. Le journal a intensivement examiné le tableau dans un article de dix-huit pages intitulé « art par rapport à l'anthropologie comparative33. » Le critique a admis l’excellence technique du tableau de Hunt mais a considéré l’œuvre comme un échec en ce qui concerne ses ambitions religieuses.

  • 34 La citation originale : « As a reproduction of ancient Jewish life it is unique. Even racially, the (...)

En tant que reproduction de la vie juive antique, il est unique. Au plan racial, les rabbins sont des modèles ethniques. Ainsi dans tous les accessoires il est parfait ; tandis que dans la composition et l'exécution il n'y a rien à redire. Mais, après tout, cet accomplissement sublime de l'art existant le plus élevé est un échec magnifique. La figure centrale est physiologiquement et phrénologiquement incorrecte. Ce garçon bon, vigoureux, en bonne santé, musculaire, a sans doute les qualités d'un homme splendide en lui, mais pas les éléments qui, dans toutes les circonstances, pourraient jamais mûrir dans le Christ. C'est une peinture merveilleuse, mais le Christ est nulle part évident.34

Le critique a suggéré que bien que la composition de Hunt ait été une représentation précise « de la vie juive, » la peinture est dans son ensemble un échec parce que les caractéristiques du modèle du Christ ne pourraient pas correspondre avec l'anatomie du Christ lui même. Il a continué,

  • 35 La citation originale : « The artist went to Jerusalem, and studied his figures, as he did his mann (...)

L'artiste est allé à Jérusalem, et a étudié ses personnages, leurs habitudes et coutumes, des faits existants et des personnes vivantes ; un procédé le plus excellent en ce qui concerne les rabbins, et les musiciens, et les spectateurs, mais tout à fait inadapté dans la référence au garçon divin, et peut-être même pas tout à fait sûr en ce qui concerne sa mère sainte.35

20Ainsi, l'auteur souligne que si la méthode de Hunt était appropriée pour les figures rabbiniques, qui étaient distinctement « Autres » ethniquement et spirituellement comme discuté ci-dessus, elle ne l’était certainement pas pour le Christ. Dans l'analyse prolongée qui a suivi ces rapports d'introduction, le critique a décrit les caractéristiques nécessaires pour une représentation authentique du Christ, et a identifié les aspects physiques qui signaleraient la sagesse et la compassion du fondateur du christianisme, écrivant par exemple :

  • 36 La citation originale : « His perceptive faculties were large, and the forehead lofty but sloping, (...)

Ses facultés étaient grandes, et le front élevé mais son inclinaison, davantage distinguée par taille que la largeur ; la poésie de ses paraboles résultant plutôt du jeu de la comparaison que l'idéalisation… les développements postérieurs étant dans le domaine des affections plutôt que les passions ; la structure générale étant en cela, comme dans tout autrement, essentiellement féminin.36

  • 37  Les citations originales : « “The large, dreamy, loving eyes, were characterized rather by the ten (...)
  • 38  Les citations originales: « masculine » et « the finest type of eastern manhood ». Ibid., p. 33.

La déclaration frappe non pas par son utilisation des concepts phrénologiques - qui étaient courants à cette époque - mais plutôt par sa description de « la structure générale » d'une représentation idéale du Christ comme « essentiellement féminine ». Au cours de l’analyse, l'auteur a discuté les aspects féminins importants de la représentation du Christ. « Les yeux grands, rêveurs, affectueux, étaient caractérisés plutôt par la tendresse de la femme que la vigueur ardente de l'homme » ; « Le menton était bien marqué, mais non massif, la mâchoire inférieure ayant la délicatesse féminine plutôt que la force masculine » ; et « la poitrine plutôt à plat, le développement thoracique étant quelque peu féminin. Même la gorge a voulu la muscularité masculine…37 » Par rapport à ces caractéristiques idéales, l'image du Christ par Hunt était manquée parce qu'elle était « masculine » et représentait « le type le plus fin de virilité orientale38 ».

  • 39 Bendiner, An Introduction to Victorian Painting, p. 66.
  • 40  « Art in relation to comparative anthropology », p. 30. Macmillan’s Magazine (Mai 1860), dans Step (...)

21La discussion des caractéristiques « masculines » et « féminines » du Christ indique les tensions inhérentes à l’emploi des méthodes anthropologiques dans la peinture religieuse. La représentation de Hunt a été perçue pour sa valeur anthropologique comme représentation véridique des personnes juives, mais n'a pas pu accomplir la représentation féminine prévue du Christ. Théologiquement, le Christ féminin a soutenu la spéculation au sujet de la nature asexuelle du fils de Dieu. Comme adulte, le Christ souvent a été représenté avec une barbe, mais avec des tonalités douces et des configurations fines comme le Christ de Bernardino Luini parmi les médecins (1515-1530), qui était bien connu des anglais puisqu'il était à la National Gallery et a été – à tort -- attribuée à Leonard de Vinci39. En revanche, Hunt a offert une image du Christ que la Anthropological Review a décrit comme un garçon « bon, vigoureux, en bonne santé, musculaire » et d'autres critiques ont vu comme « type physique original »40. La brochure de Stephens a justifié ce type de représentation du Christ.

  • 41 La citation originale: « A moment’s reflection on the fatigue and heavy burthens he endured will at (...)

Un moment de réflexion sur la fatigue et les fardeaux qu'il a supportés auront immédiatement éliminé l'idée d'un sauveur valétudinaire faible ; - ce n'était pas une armature délicate qui a souffert la flagellation et la crucifixion.41

En essayant de lier le corps du Christ avec les événements réels que le corps a pu avoir supportés, le tableau de Hunt rejoint les appels protestants pour des représentations religieuses plus réalistes et plus appropriées.

  • 42 Said, Orientalism, pp. 188, 190.

22Pour la Anthropological Review, le Christ de Hunt était trop masculin parce qu'elle a été basée sur un modèle juif habitant au Moyen-Orient. Pourtant la théorie orientaliste n'explique pas le Christ masculin d’Hunt. Si le travail d'Edouard Said nous guide, les représentations européennes ont plus souvent féminisé l'Orient et ses peuples42. Bien que l'orientalisme de Said puisse jeter la lumière sur l'influence indéniable de certains courants, y compris la représentation péjorative des rabbins, il n'explique pas le lien entre les modèles juifs et les images masculines du Christ. Selon cette revue, Hunt avait insulté les perceptions de la figure idéale du Christ, et la racine de cette offense était le rapport entres les juifs et les européens. Ainsi, le tableau de Hunt a marqué une intervention dans les débats anthropologiques, et ces débats eux-mêmes étaient fondés sur des principes chrétiens.

  • 43  James Cowles Prichard, Researches into the Physical History of Man, ed. George Stocking, 1813; Chi (...)

23Le travail le plus connu dans ce domaine était Recherche dans l'histoire physique de l'humanité (1813) par James Cowles Prichard. Troublé par la théorie du polygénisme, qui explique comment l'humanité pourrait être divisée en plusieurs espèces, Prichard a offert une théorie de monogénisme et plaidé pour l'unité historique de l'humanité43. Au cœur de la discussion entre le monogénisme et le polygénisme : la tension entre l'étude scientifique et la déclaration biblique que Dieu a créé l'homme, seulement une fois. Prichard ne pouvait pas accepter la pluralité de l'homme parce que cette notion allait contre ses vues religieuses.

  • 44  George Stocking, Victorian Anthropology, New York, The Free Press, 1987, p. 63.

24Pourtant la notion de monogénisme a fait face à des obstacles significatifs dans les années 1850 où les événements comme « la Révolte de 1857 » en Inde l'ont rendue difficile à accepter pour les Britanniques car elle signifiait un héritage partagé entre les étrangers et eux-mêmes. Les races des hommes de Robert Knox (1850) étaient un exemple du point de vue anthropologique physique de plus en plus présenté par les hommes médicaux qui ont contesté la base biblique de Prichard. Selon Knox, l'analyse physique de l'humanité a prouvé le polygénisme car les différences observées étaient trop significatives pour être attribuées aux facteurs environnementaux, et pourraient seulement être expliquées par la création d’espèces distinctes d'hommes44. À bien des égards, l'Origine des espèces de Charles Darwin (1859) a démystifié les théories polygéniques en suggérant que des variations pourraient être expliquées par l’évolution, mais a aussi abandonné la base biblique du monogénisme.

  • 45  Lettre, Hunt à John Lucas Tupper, 17 septembre 1872, HM 54587, Huntington Library, Pasadena. Lettr (...)

25La peinture et l'exposition de The Finding of the Saviour in the Temple ont coïncidé avec cette période de discussion tendue en anthropologie ; discussions dont on peut retrouver la trace sur la toile. Bien qu’Hunt n'ait pas été un anthropologue de pratique, il connaissait certaines de ces théories et correspondait avec certains anthropologues plus tard dans sa vie45. Une grande partie de The Finding of the Saviour in the Temple a été conçue dans les années 1850, avant la publication de Darwin, mais ce tableau a été exposé à travers le Royaume-Uni jusqu'en 1869 et, comme document supposé représenter une population étrangère, il a alors fait l’objet de critiques anthropologiques. Ces revues ne pouvaient pas ignorer le fait que le tableau de Hunt, commencé en Palestine mais terminé en Angleterre, avait des implications significatives concernant les discussions au sujet de ce qui a différencié les anglais des personnes d'autres régions du monde.

Fig. 2 : The Finding of the Saviour in the Temple : etudes des têtes d’un jeune juif et d’une femme juive pour Christ et Marie, 1854

Fig. 2 : The Finding of the Saviour in the Temple : etudes des têtes d’un jeune juif et d’une femme juive pour Christ et Marie, 1854

Fitzwilliam Museum, Cambridge, crayon rehaussé de blanc, 16.1 x 25.4 cm.

26Comme je l’ai décrit, la représentation du Christ comme jeune juif mettait les critiques en colère parce qu’il semblait que le Christ était trop juif, trop Autre, et trop masculin. Mais ce que la plupart des critiques ne savaient pas, c’est que Hunt n'avait pas peint son Christ d’après un modèle juif de Jérusalem. En fait, il n’avait pas pu finir le personnage à l'étranger, et avait trouvé un modèle dans une école juive en Angleterre. On voit la différence dans les deux esquisses, l’une faite à Jérusalem (fig. 2), et l’autre à Londres (fig. 3). De plus,

selon F. G. Stephens, Hunt a également travaillé sur des modèles « anglais, » vraisemblablement protestants, pour le corps du Christ. Stephens a écrit,

  • 46 La citation originale: « It is almost needless to say, that in every case it was most important for (...)

Il est presque inutile de dire, qu'il était plus important que l'artiste se rapporte aux modèles anglais ; par exemple, pour les membres de la figure du Christ, car celle-ci ne pourrait pas être trouvée parmi des enfants non exposés à l'air ouvert. Il aurait été en effet presque impossible de découvrir parmi les juifs de ce pays des modèles portants les marques de la vie active avec lesquelles notre Sauveur était né.46

Fig. 3 : The Finding of the Saviour in the Temple : etude pour les têtes de Jesus et Marie, 1858

Fig. 3 : The Finding of the Saviour in the Temple : etude pour les têtes de Jesus et Marie, 1858

National Museums Liverpool (The Walker), fusain, craie noire, et aquarelle, 26.4 x 37 cm.

27En utilisant les modèles juifs en Angleterre, Hunt pensait qu’il y avait des similitudes suffisantes entre les personnes juives en Palestine et en Angleterre pour justifier un mélange anglo-juif pour le Christ. Cependant, comme Stephens le décrit, il était également important de considérer les facteurs environnementaux qui étaient censés avoir mené aux différences physiques entre les enfants anglo-juifs et d'autres enfants anglais. Ainsi, bien qu’il ait été en Palestine pour étudier les caractéristiques uniques des personnes juives vivant là, cette analyse suggère qu’Hunt a suivi une position plutôt monogéniste et a attribué des caractéristiques physiques aux facteurs environnementaux et d’une certaine manière a anticipé le travail de Darwin sur l'humanité en tant qu’espèce unique. Cette position a permis à Hunt de choisir des modèles en Palestine et en Angleterre, et a structuré sa représentation du Christ. Une telle représentation du Christ a reconnu l'importance du judaïsme dans l'histoire du christianisme.

28En dépit de cette déclaration d’unité Chrétienne-Juive, la réalité était que les juifs occupaient une position instable, renvoyant les britanniques a la gloire judéo-chrétienne du passé, et tout le travail qu’il restait toujours à faire avant le jour de la rémission. La vision anthropologique de Hunt a offert la promesse d’une réconciliation dans la figure du Christ qu’il avait, en fait, représentée d’après des corps juifs, chrétiens, anglais, et du Moyen-Orient, mais il a montré des rabbins restés comme des sauvages « Autres » par rapport à la civilisation européenne. Le tableau de Hunt donne ainsi un point de vue sur la réalité des juifs en Angleterre au dix-neuvième siècle, simultanément admirés pour leur histoire et dédaignés comme représentant une religion démodée.

Notes

1 La citation originale : « draw either what they see, or what they suppose might have been the actual facts of the scene they desire to represent, irrespective of any conventional rules of picture-making… ». John Ruskin dans The Times, 13 May 1851, dans L. Nochlin (éd.), Realism and Tradition in Art 1848-1900, Sources and Documents, Englewood Cliffs, NJ, Prentice-Hall, 1966, p. 119.

2 E. Said, Orientalism (New York: Vintage, 1978). H. K. Bhabha, The Location of Culture, London, Routledge, 1994.

3 Now on View at Mr. A. Hasse’s Fine Art Galleries, 31 Commercial Street, Leeds, Open Daily from ten fill five, Admission sixpence, The Finding of the Saviour in the Temple, painted by William Holman Hunt, Eng MS 1216/61, John Rylands Library, Manchester.

4 Judith Bronkhurst, William Holman Hunt: A Catalogue Raisonné, New Haven, Yale University Press, 2006, I, p. 176.

5 Journal de Hunt, 31 mars 1855, Eng. MS 1211 ff. 8-9, John Rylands Library, Manchester.

6 Tudor Parfitt, The Jews in Palestine: 1800-1882, Woodbridge, Boydell Press, 1987, pp. 4, 31, 36.

7 La citation originale : « amongst the poor jews in the street might be found a multitude of models to choose from for the Doctors… » Lettre, Hunt à Combe, 29 juillet 1854, MS Eng c. 296 f. 39, Bodleian Library, Oxford.

8 Lettre, Hunt à Combe, 4 janvier 1855, MS Eng c. 296 f. 51, Bodleian Library, Oxford. William Holman Hunt, Pre-Raphaelitism and the Pre-Raphaelite Brotherhood, London, Macmillan and Co., 1905, II, pp. 22-34.

9 Les citations originales : « unmingled race », « one stock », « their relative state of civilization materially depended on the manners of the surrounding people ». Henry Hart Milman, History of the Jews, 2eme ed., New York: Harper and Brothers, 1843, I: pp. 5-6, III: p. 321.

10 Les citations originales : « opulent and enlightened brethren of Hamburgh and Amsterdam », « the Mussulman and Christian populations of different countries ». Ibid., III: p. 322.

11 Sander Gilman, The Jew’s Body, London, Routledge, 1991, pp. 176-8.

12 Ibid. La citation originale : « jewishness ».

13 La citation originale : « Those on whom the Jewish religion sat lightly, are mixed in blood with Jews, Greeks, Romans, Arabs, Crusaders, and have continued in the land, now professing the Moslem or Christian faith, as circumstances prompted them, but retaining above all their ancient traditions…What percentage of any one stock there may be in the land, it would be idle to attempt to compute, but there remains the certainty that the present people of Palestine are in a great measure the old inhabitants, though minished and brought low ». Charles Warren, Underground Jerusalem, London, 1876, p. 474.

14 La citation originale : « the Jews of the East to this day often have red hair and blue eyes, with a nose of délicate form and nearly straight, and are quite unlike their brethren in Europe ». Wilkinson, A Popular Account of the Ancient Egyptians, II: p. 197-9. Cité dans Frederic George Stephens, William Holman Hunt and his Works, London, James Nisbet & Co., 1860, p. 49-50.

15 La citation originale : « the large nose is there an invariable proof of mixture with a Western family ». Wilkinson, A Popular Account of the Ancient Egyptians, II: pp. 197-9.

16 Ibid.

17 La citation originale : « …three weeks since an emissary from Rotschild [sic] arrived here, who is a Rabbi and possessed of all authority to set about reforming the state of the Jews[,] he began by preaching in the Synagogue to reprove the people for accepting Christian assistance and employment and for listening to the English missionaries…». Lettre, Hunt à Combe, 29 juillet 1854, MS Eng c. 296 f. 39, Bodleian Library, Oxford.

18 La citation originale : « only wanted them [Jews] for artistic purposes ». Ibid.

19 La citation originale : « I should tell you of an excuse which a Jew (Russian) made to my request that he should sit to me – first of course – that I should make use of the portrait to convert him to Christianity, and secondly that when the Emperor of Russia takes this country –his portrait would be seen, and he would be recognised as a refugee and thus punishment would overtake him – you won’t wonder at my losing patience with such people… » Lettre, Hunt à Combe, 4 janvier 1855, MS Eng. c. 296 f. 51, Bodleian Library, Oxford.

20 Parfitt, The Jews in Palestine, pp. 92, 122, 221.

21 La citation originale : « …the long study of authorities for costume and accessories, much of which was made in the East, where manners and customs remain unchanged for ages, has enabled Mr. Hunt to create a work, exemplifying his own ideal of Art ». « Fine Art Gossip » Athenaeum, 25 fevrier 1860, p. 274.

22 La citation originale : « familiar with the cérémonies prevailing in the Temple at the time of Christ ». Hunt, Pre-Raphaelitism, I: 407-8, 410. La citation originale : « what stage the rebuilding of the Temple of Herod had reached at this period ». Hunt a Millais, 10 novembre 1854, Add. 41340 f. 156, British Library. Journal de Hunt, 31 mars 1855, Eng. MS 1211 ff. 8-9, John Rylands Library.

23 George P. Landow, William Holman Hunt and Typological Symbolism, New Haven, Yale University Press, 1979.

24 Stephens, William Holman Hunt and his Works, pp. 96, 98, 115. Cité par Kenneth Bendiner, An Introduction to Victorian Painting, New Haven, Yale University Press, 1985, p. 66.

25 Ibid.

26 Lettre, Hunt à Millais, 10 novembre 1854, Add. 41340 f. 156, British Library, Londres.

27 Bendiner, An Introduction to Victorian Painting, p. 68.

28 Ibid., p. 74.

29 Lettre, Hunt à Edward Lear, 31 decembre 1856, Eng. MS 1214/19, John Rylands Library.

30 Joseph Bonomi, Nineveh and its Palaces: The Discoveries of Botta and Layard, Applied to the Elucidation of Holy Writ, London, 1852, p. 235. Cité dans Bendiner, An Introduction to Victorian Painting, p. 75, 158.

31 Les citations originales : « actors » et « were painted from Jews in Jerusalem, differ considerably from the common type of features known amongst ourselves. » Stephens, William Holman Hunt and his Works, p. 62.

32 Les citations originales : « evil-looking » et « sensual ». « Fine Art Gossip » Athenaeum, 25 fevrier 1860, p. 274.

33 Le titre originale : « Art in relation to comparative anthropology ».

34 La citation originale : « As a reproduction of ancient Jewish life it is unique. Even racially, the doctors are ethnic models. Thus in all the accessories it is perfect; while in composition and execution there is nothing left to be desired. And yet, after all, this sublime achievement of the highest existing art is a magnificent failure. The central figure is both physiologically and phrenologically incorrect. That fine, vigorous, healthy, muscular boy, has no doubt the makings of a splendid man in him, but not the elements that, under any circumstances, could ever ripen into ‘Man of Sorrows.’ It is a wonderful painting, but ‘the Christ’ is nowhere visible ». « Art in relation to comparative anthropology » Anthropological Review 5 (1867), p. 30. Cité par Mary Cowling, The Artist as Anthropologist : The Representation of Type and Character in Victorian Art, Cambridge, Cambridge University Press, p. 109.

35 La citation originale : « The artist went to Jerusalem, and studied his figures, as he did his manners and customs, from existing facts and living persons; a most excellent procedure as regards the doctors, and the musicians, and the on-lookers, but one altogether fatal in reference to the divine boy, and perhaps not quite safe even in regard to his saintly mother ». Ibid.

36 La citation originale : « His perceptive faculties were large, and the forehead lofty but sloping, more distinguished by height than breadth; the poetry of his parables arising rather from the play of comparison than ideality…the posterior developments being in the sphere of the affections rather than the passions; the general structure being in this, as in all else, essentially feminine ». Ibid., p. 31-2.

37  Les citations originales : « “The large, dreamy, loving eyes, were characterized rather by the tenderness of the woman than the fiery ardour of the man »; « The chin was well marked, but not massive, the lower jaw having feminine delicacy rather than masculine strength »; et « The chest rather flat, the thoracic development being somewhat feminine. Even the throat wanted masculine muscularity… » Ibid., p. 32.

38  Les citations originales: « masculine » et « the finest type of eastern manhood ». Ibid., p. 33.

39 Bendiner, An Introduction to Victorian Painting, p. 66.

40  « Art in relation to comparative anthropology », p. 30. Macmillan’s Magazine (Mai 1860), dans Stephens, William Holman Hunt and his Works, p. 90.

41 La citation originale: « A moment’s reflection on the fatigue and heavy burthens he endured will at once dispose of the idea of a feeble valetudinarian Saviour;--it was no delicate frame that suffered the scourging and the cross. » Stephens, William Holman Hunt and his Works, p. 71-2.

42 Said, Orientalism, pp. 188, 190.

43  James Cowles Prichard, Researches into the Physical History of Man, ed. George Stocking, 1813; Chicago, University of Chicago Press, 1973, p. 155.

44  George Stocking, Victorian Anthropology, New York, The Free Press, 1987, p. 63.

45  Lettre, Hunt à John Lucas Tupper, 17 septembre 1872, HM 54587, Huntington Library, Pasadena. Lettre, Hunt à E.B. Tylor, 18 juin 1889, Add 50254 f. 169, British Library.

46 La citation originale: « It is almost needless to say, that in every case it was most important for the artist to refer to English models; as, for instance, for the limbs of the figure of Christ, which could not be found amongst children not exposed to the open air. It would have been almost impossible to discover amongst the Jews of this country any with the marks of active life to which our Saviour was born. » Stephens, William Holman Hunt and his Works, p. 73.

Table des illustrations

Titre Fig. 1: The Finding of the Saviour in the Temple, 1854-60
Crédits Birmingham Museums and Art Gallery, huile sur toile, 85.7 x 141cm.
URL http://books.openedition.org/europhilosophie/docannexe/image/192/img-1.png
Fichier image/png, 739k
Titre Fig. 2 : The Finding of the Saviour in the Temple : etudes des têtes d’un jeune juif et d’une femme juive pour Christ et Marie, 1854
Crédits Fitzwilliam Museum, Cambridge, crayon rehaussé de blanc, 16.1 x 25.4 cm.
URL http://books.openedition.org/europhilosophie/docannexe/image/192/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 3 : The Finding of the Saviour in the Temple : etude pour les têtes de Jesus et Marie, 1858
Crédits National Museums Liverpool (The Walker), fusain, craie noire, et aquarelle, 26.4 x 37 cm.
URL http://books.openedition.org/europhilosophie/docannexe/image/192/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 468k

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search