Version classiqueVersion mobile

La critique sociale à la lumière de la phénoménologie pratique

 | 
Benoît Kanabus
, 
Délia Popa

Histoire et aliénation

Texte intégral

  • 1 Cf. P. Ricœur, « Le Marx de Michel Henry », in Esprit, 10 (1978), p. 124-139 et M. Henry, « La rati (...)

1Pour éclairer ce problème, le débat qui s’est tenu entre Ricœur et Henry – tant en conférences que par publications interposées – mérite qu’on y revienne soigneusement1. Dans sa lecture détaillée qui salue la fécondité de l’interprétation henryenne de Marx, Ricœur lui adresse en effet à ce niveau une critique forte que nous déclinerons en trois contre-arguments.

  • 2 P. Ricœur, « Le Marx de Michel Henry », art. cit., p. 133.

2Ricœur reproche d’abord à Henry d’avoir autant clarifié que dissimulé le rapport des individus à leurs conditions d’existence concrètes, aux circonstances matérielles historiques dans lesquels ils agissent. C’est pourtant l’originalité de l’anthropologie de Marx de ne pas séparer l’individu agissant des circonstances dans lesquelles il agit. Marx ne cesse jamais de dire « les hommes et leurs conditions », de parler de ce que les hommes font « dans des conditions », « conformément à leur productivité matérielle ». Or ― et voici le reproche ―, « [Henry] a dissocié d’une part, l’appartenance des individus à l’histoire, ce que Marx appelle constamment les “circonstances” ou les “conditions”, et, d’autre part, la présupposition de la vie individuelle qui n’appartient pas à l’histoire »2.

3La critique ricœurienne est de taille. Le texte de Henry est cependant à même de lui faire droit, au moins en partie. Que lit-on chez Henry ?

  • 3 M. Henry, M I, p. 195-196. C’est nous qui soulignons.

La vie phénoménologique individuelle, toutes ses vies ou, pour parler comme Marx, les « individus vivants », bien qu’ils entrent dans l’histoire et soient déterminés par elle, la déterminent au contraire, et cela dans un sens ultime : non pas parce qu’ils concourent, chacun pour sa modeste part, pour une part infime à vrai dire, à produire le cours du monde et à façonner sa physionomie d’ensemble, mais parce qu’ils constituent sa condition de possibilité, ce sans quoi l’histoire ne serait pas.3

  • 4 Ibid., p. 250.

4Henry veut donc mettre en évidence le fait que les individus sont produits dans des conditions d’existence autant qu’ils les produisent, le fait qu’il y a chez Marx une « causalité circulaire » ou une « causalité réciproque »4.

  • 5 M. Henry, CC, p. 104-105.

Il est donc exact d’affirmer que les déterminations sociales « déterminent » l’individu au fond de son être – de façon beaucoup plus essentielle que toute propriété objective, que la taille ou la couleur de la peau. Et cette détermination consiste en ceci qu’elles sont vécues, senties et éprouvées par l’individu comme cela même qu’il est. Ainsi du travail, de la fonction sociale, de l’ensemble des conditions de vie. Le tort du marxisme fut seulement de considérer celles-ci comme objectives.5

  • 6 P. Ricœur, « Le Marx de Michel Henry », art. cit. p. 133-134.
  • 7 Ibid., p. 133.
  • 8 M. Henry, PV III, p. 103.

5Cette première réponse n’est toutefois que partielle pour Ricœur. Les déterminations sociales, admet-il dans le second aspect de sa critique, « affectent certes la vie de chacun et, en ce sens, elles sont toujours plus qu’un spectacle, un objet de représentation. Mais elles affectent la vie dans son agir et non dans son souffrir. C’est pourquoi elles comptent un coefficient d’extériorité originaire qu’exprime bien le terme de “circonstances” (Umstände) »6. Il s’agit pour Ricœur d’insister sur le fait que « l’individu est toujours déjà entré dans l’histoire sous des conditions et dans des circonstances qu’il n’a pas produites et à travers lesquelles il est pourtant sommé de produire l’histoire »7. Sinon « comment se fait-il que l’individu qui produit les conditions de son existence puisse ressentir cela comme un destin extérieur »8 ?

  • 9  K. Marx, L’Idéologie allemande, in Œuvres philosophiques, tr. fr. J. Molitor, Paris, Costes, VI, 1 (...)
  • 10 M. Henry, M I, p. 249.
  • 11 M. Henry, PV III, p. 104.
  • 12 K. Marx, L’Idéologie allemande, op. cit., p. 185.
  • 13 M. Henry, M I, p. 251.
  • 14 Ibid.
  • 15 K. Marx, L’Idéologie allemande, op. cit., p. 188.
  • 16 M. Henry, M I, p. 251.

6Henry pense pourtant s’en tenir aux mots de Marx : « les circonstances font les hommes autant que les hommes font les circonstances »9. Que les circonstances soient produites par les hommes n’annule en rien évidemment qu’elles se proposent comme les circonstances de cette activité, « comme les formes dans lesquelles une telle activité se produit »10. Henry ne sépare donc nullement les circonstances de l’activité et l’activité elle-même, car une telle séparation, d’un point de vue marxien, ne pourrait que participer gravement à la pérennisation de l’aliénation. Il rappelle au contraire qu’« il y a chez Marx une idée très importante qui va tout à fait dans le sens de ce que [Ricœur dit], c’est l’idée de génération. Quand on pense l’histoire, il faut penser l’histoire par génération, c’est-à-dire que les individus qui arrivent trouvent les conditions de production qui sont les conditions mêmes de leur vie »11. Les conditions reçues de la génération précédente assignent à la génération suivante « ses propres conditions d’existence et lui donnent un développement déterminé, un caractère spécifique »12. Il est par conséquent tout à fait exact pour Henry de dire que « l’individu trouve les conditions de son activité, il trouve son activité elle-même comme une activité déjà accomplie par d’autres et qui s’offre à lui pour qu’il l’exerce à son tour »13. Toutefois, Henry ajoute immédiatement qu’« il la trouve justement en tant qu’il l’accomplit lui-même, en tant qu’elle est sa propre vie, rien, par conséquent, qui lui serait extérieur, qui la déterminerait de l’extérieur »14. Si l’individu agit dans des conditions léguées par la génération précédente, celles-ci n’existent que par le fait que l’individu les répète. Affirmer le contraire ne permettrait pas d’entendre la radicalité de la pensée de Marx. Et Henry de citer Marx : « La façon dite objective d’écrire l’histoire consistait précisément à concevoir les conditions historiques comme séparées de l’activité. Caractère réactionnaire »15. Henry insiste donc pour sa part sur le fait que les conditions léguées par la génération précédente ne sont rien d’autre que l’activité de la génération actuelle, « une activité subie par elle, mais comme sa propre activité »16, si bien que si la réalité de ces conditions ne cesse pas, c’est précisément à cause de cette répétition.

  • 17 M. Henry, M I, p. 252. Souligné dans le texte.

Il ne faut donc pas croire que la première génération crée les conditions sociales et que la suivante se borne à les subir. […] Les conditions sociales sont un héritage, il n’y a pas de rupture dans le processus, pas de transcendance où se réintroduise la causalité, mais seulement […] une répétition dans laquelle chaque vie recrée la relation dans la mesure où elle réaccomplit l’activité qui fut celle d’une autre vie.17

  • 18  P. Ricœur, « Le Marx de Michel Henry », art. cit., p. 133. C’est nous qui soulignons.
  • 19 M. Henry, M I, p. 195.
  • 20 P. Ricœur, « Le Marx de Michel Henry », art. cit., p. 133.

7Venons-en maintenant à la racine de la critique adressée par Ricœur : « la condition de l’histoire est [chez Henry] hétérogène aux circonstances historiques »18. Et c’est en effet ce que dit Henry en toutes lettres. « En tant qu’elle constitue la condition de possibilité de l’histoire, écrit-il, la vie, bien qu’elle appartienne à l’histoire, ne lui appartient pas, doit être comprise comme méta-historique et comme ce fondement hétérogène à la possibilité du développement qu’il fonde […] »19. Or, une telle dissociation implique selon Ricœur que l’on ne comprend plus comment le matérialisme est historique, « c’est-à-dire rend réellement possible une histoire »20. Dès lors, comment comprendre l’assertion henryenne selon laquelle les conditions de l’histoire sont des conditions immanentes au développement qu’elles produisent, qu’elles constituent donc sa possibilité interne, mais qu’en même temps elles lui sont hétérogènes ?

  • 21 M. Henry, Le Socialisme selon Marx, Arles, Sulliver (abrégé SSM), 2008, p. 49.

8Il ne s’agit plus ici de répondre à Ricœur, même minimalement, à partir de ce que Henry a dit ou aurait voulu dire. Il faut au contraire entrer pleinement dans cette thèse car elle est au fondement de la position phénoménologique que Henry propose de construire en philosophie de l’histoire. Elle se résume tout entière par cette simple phrase : c’est « la vie qui apparaît comme le principe de l’histoire »21. Tout l’intérêt de cette position phénoménologique est en effet de dire que l’origine de la potentiation de l’histoire – le « pouvoir pouvoir » de la vie – tout en étant radicalement immanente à l’histoire, est en même temps hétérogène aux événements historiques.

  • 22 M. Henry, M I, p. 197.

Que signifie plus précisément l’immanence à l’histoire de sa condition méta-historique de possibilité ? Comment la vie peut-elle à la fois appartenir à l’histoire et ne pas lui appartenir ? Appartenir à l’histoire veut dire pour la vie, être chaque fois en elle, à chaque moment ou plutôt en chaque individu, la condition d’une production effective, une production rendue nécessaire par cette vie et pour elle. Ne pas appartenir à l’histoire veut dire : cette condition de toute histoire n’est pas quelque chose qui puisse lui être soumis, qui serait emporté et aboli par elle, n’est pas un état historique, c’est-à-dire justement un état de choses en voie de transformation et finalement de disparition.22

  • 23 Ibid., p. 196.
  • 24  G. Dufour-Kowalska, Michel Henry, Un philosophe de la praxis, Paris, Vrin, 1996, p. 175.

9L’hétérogénéité dont il est ici question ne situe pas la condition de l’histoire « en dehors » de l’histoire. « Que la vie constitue la condition fondamentale de toute histoire, sa condition a priori de possibilité ou, comme nous pouvons le dire encore, sa condition transcendantale, qu’elle doive être comprise comme une condition méta-historique, ne signifie en aucune façon qu’elle se situe en dehors l’histoire […] »23. La condition de l’histoire n’est pas structurellement hétérogène à l’histoire de telle sorte qu’il n’y aurait et ne pourrait y avoir aucun rapport entre l’origine de l’histoire et l’histoire. L’hétérogénéité ne désigne pas ici une extériorité réciproque de niveaux phénoménologiques. Loin de désigner l’absence de rapport, elle vise au contraire leur relation. « C’est parce que l’essence de la vie phénoménologique individuelle n’est pas historique mais contient la possibilité de toute histoire, que cette vie phénoménologique, que l’existence des hommes, elle, est historique, capable de faire l’histoire et de la subir. L’histoire, le cours des événements, est alors un processus réel et sa contingence même, une nécessité »24. L’enjeu est par conséquent de comprendre que les individus sont historiques

  • 25 M. Henry, M I, p. 196. C’est nous qui soulignons.

à un double titre, d’une part en tant qu’ils appartiennent à l’histoire et que leurs actions constituent son cours, d’autre part en tant qu’ils ne lui appartiennent pas, en tant que, soumis au pouvoir de la vie en eux, ils la fondent. “Historique” a donc deux sens, désignant tour à tour le contenu infiniment divers de l’histoire, mais aussi et d’abord son fondement. Cette seconde signification où il n’est plus question de l’histoire factice mais de sa condition a priori de possibilité, est la signification essentielle, elle vise une “réalité” qui n’est pas ce qui se produit mais ce qui fait que “ce qui se produit” peut se produire, doit se produire et se produit effectivement.25

  • 26 Ibid., p. 454.
  • 27 M. Henry, M I, p. 443.
  • 28 Ibid., p. 196.
  • 29 M. Henry, PV III, p. 128.
  • 30 M. Henry, PV I, p. 55.
  • 31 M. Henry, M I, p. 153.

10Ce qui est hétérogène à l’histoire, ce ne sont pas les individus qui vivent bien entendu toujours dans des conditions d’existence concrètes qui les déterminent. Ce qui est hétérogène à l’histoire, c’est la condition de la vie individuelle, à savoir la Vie absolue elle-même. Pour Henry, l’histoire ne potentie rien, c’est la vie qui potentie l’histoire, en tant qu’elle est un « pouvoir pouvoir », le principe de l’auto-transformation sis à l’intérieur de tout ce qu’elle engendre. « L’histoire, écrit encore Henry, c’est le mouvement de la vie, c’est son effectuation concrète comme besoin suscitant l’action, comme praxis »26. Nous pourrions dire que la position phénoménologique tente ainsi de penser une effectuation de l’origine comme le lieu même de la possibilisation et de la potentiation de l’origine, c’est-à-dire « la vie se produisant elle-même, produisant ses propres conditions »27. Le fait que la potentiation de l’histoire ne se réduise pas à l’histoire fait qu’elle ne manquera jamais, qu’elle ne s’épuisera jamais dans telle ou telle mise en acte et en forme historique. « Condition transcendantale de l’histoire, la vie intervient en chaque point de cette histoire et la rend à chaque fois possible »28. C’est pourquoi, « dans l’horizon phénoménologique et ontologique de la vie, l’idée d’une “fin de l’histoire” n’a aucun sens »29, comme n’a aucun sens l’idée d’une historicité diachronique qui se répète Si l’histoire peut toujours être relancée, c’est parce que la potentiation est toujours présente, toujours nouvelle. « Rien ne revient, écrira plus tard Henry, mais tout provient, dans le présent vivant, du pouvoir de la vie »30. Et n’est-ce pas aussi ce qu’il veut dire lorsqu’il écrit que « la révolution est la représentation imaginaire de ce qui se produit et ne peut se produire qu’en nous. La révolution est un phantasme de la vie »31 ?

Notes

1 Cf. P. Ricœur, « Le Marx de Michel Henry », in Esprit, 10 (1978), p. 124-139 et M. Henry, « La rationalité selon Marx », suivi de « Discussion », in PV III, p. 77-104.

2 P. Ricœur, « Le Marx de Michel Henry », art. cit., p. 133.

3 M. Henry, M I, p. 195-196. C’est nous qui soulignons.

4 Ibid., p. 250.

5 M. Henry, CC, p. 104-105.

6 P. Ricœur, « Le Marx de Michel Henry », art. cit. p. 133-134.

7 Ibid., p. 133.

8 M. Henry, PV III, p. 103.

9  K. Marx, L’Idéologie allemande, in Œuvres philosophiques, tr. fr. J. Molitor, Paris, Costes, VI, 1946, p. 185.

10 M. Henry, M I, p. 249.

11 M. Henry, PV III, p. 104.

12 K. Marx, L’Idéologie allemande, op. cit., p. 185.

13 M. Henry, M I, p. 251.

14 Ibid.

15 K. Marx, L’Idéologie allemande, op. cit., p. 188.

16 M. Henry, M I, p. 251.

17 M. Henry, M I, p. 252. Souligné dans le texte.

18  P. Ricœur, « Le Marx de Michel Henry », art. cit., p. 133. C’est nous qui soulignons.

19 M. Henry, M I, p. 195.

20 P. Ricœur, « Le Marx de Michel Henry », art. cit., p. 133.

21 M. Henry, Le Socialisme selon Marx, Arles, Sulliver (abrégé SSM), 2008, p. 49.

22 M. Henry, M I, p. 197.

23 Ibid., p. 196.

24  G. Dufour-Kowalska, Michel Henry, Un philosophe de la praxis, Paris, Vrin, 1996, p. 175.

25 M. Henry, M I, p. 196. C’est nous qui soulignons.

26 Ibid., p. 454.

27 M. Henry, M I, p. 443.

28 Ibid., p. 196.

29 M. Henry, PV III, p. 128.

30 M. Henry, PV I, p. 55.

31 M. Henry, M I, p. 153.

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search