Version classiqueVersion mobile

De la terreur à l’extrême violence

 | 
Petar Bojanić
, 
Guillaume Sibertin-Blanc

Violences et déviolences

Rada Iveković

Note de l’auteur

Žene u crnom (Les Femmes en noir) / Jug Bogdanova 18/5

zeneucrnom@gmail.com

http://www.zenskisud.org/pdf/zenski_sudovi_hrvatski_out.pdf

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Civiliser la violence, avec Étienne Balibar1

On ne peut démarquer la violence de la non violence, sinon dans un rapport de corrélation plutôt qu’une dichotomie. L’opposé de la violence n’est pas la non violence2. S’il y toujours le choix entre les deux, elles apparaissent sur une même échelle de degrés. On ne peut non plus distinguer entre la violence physique et une violence qui ne le serait pas. La philosophie ne sait pas que faire de la violence, car celle-ci (tout comme la non violence) précède la pensée, dans la mesure où elle fait partie de la vie. La violence vient, chez certains sujets, en réaction au fait de ne pas pouvoir s’engendrer eux-mêmes. Elle est en cela fondatrice3. Enfin la violence est un rapport social et politique entre plusieurs agents, incluant de multiples hiérarchies et des intensités incommensurables. Elle apparaît aussi bien dans les rapports entre les individus que dans les rapports sociaux complexes. L’une de ses formes les plus pernicieuses est la viole...

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search