Version classiqueVersion mobile

De la terreur à l’extrême violence

 | 
Petar Bojanić
, 
Guillaume Sibertin-Blanc

« Violence extrême » et « violence institutionnelle »

Violence révolutionnaire : Coré (Korah) de Walter Benjamin

Petar Bojanić

Pour Étienne Balibar

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ma contribution à ce colloque se verra transformée en une tentative d’introduire les réflexions fort complexes de Balibar sur l’institution, et sur le rapport entre violence et institution, dans un livre auquel je travaille (Qu’est-ce que l’institution ?), ainsi que dans un projet que je commence et qui s’intitule History of Institutional Building. Le problème que j’aimerais poser, très provisoirement, concerne la raison pour laquelle Balibar, me semble-t-il, suit Foucault plutôt que Deleuze (ou par exemple Saint-Just), et considère tout de même l’institution comme quelque chose de négatif et d’insuffisant. D’après lui, l’institution n’est pas avant tout un processus d’institutionnalisation, mais plutôt un substantif équivoque, et ensuite également quelque chose de pétrifié. Ainsi, ce qui m’intéresserait particulièrement d’interroger, c’est la possibilité d’une archéologie de la résistance envers l’institution. Où se manifeste-t-il, pour la première fois, une résistance envers les i...

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search