Version classiqueVersion mobile

De la terreur à l’extrême violence

 | 
Petar Bojanić
, 
Guillaume Sibertin-Blanc

La violence entre contradiction (« Il y a violence et violence ! ») et tautologie (« la violence est la violence ! »)

De Las Casas à Grossman

Nestor Capdevila

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les violences que l’on juge les plus grandes semblent porter en elles-mêmes leur propre condamnation. Le rapport que nous entretenons avec elles est malheureusement plus complexe car, d’un autre côté, il nous arrive d’éprouver le besoin d’une réconciliation. Lorsqu’on parle de ces violences, on pense parfois à celles que les Européens ont exercées sur les non-Européens. Ce sentiment est originel et trouve son expression exemplaire dans l’effroi de la Brevísima relación de la destrucción de las Indias (1550) de Bartolomé de Las Casas. La conquête de l’Amérique est, d’après le dominicain, le plus grand crime depuis la mort du Christ, et même, en un sens, sa répétition1. Dans le cas de Las Casas la description de la violence est indissolublement une condamnation sans appel. Or cette violence impérialiste a la particularité de pouvoir être acceptée même quand elle est perçue comme d’un très haut niveau. Elle offre ainsi un exemple de rapport ambivalent à la violence. Je propose d’examin...

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search