Version classiqueVersion mobile

Deleuze et la violence

 | 
Vladimir Milisavljevic
, 
Guillaume Sibertin-Blanc

La violence et l’institution chez Gilles Deleuze

Petar Bojanić
Traduction de Igor Krtolica

Entrées d'index

Mots clés :

violence, cité, institution

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Formons la cité »1

L’institution et/ou la figure de l’institution sont sans nul doute quelque chose de positif2. Jamais Deleuze ne traite de l’institution comme d’un obstacle, comme d’une chose « pétrifiée » ou « morte », et jamais il n’appelle à la reconstruction, à la résistance, à la lutte voire à la destruction des institutions. Même dans L’anti-Œdipe, lorsqu’il revient sur les sources de la pensée de l’institution et de l’analyse institutionnelle en transformant en totalité la « théorie » de l’institution issue de ses premiers textes, Deleuze affirme que les grandes utopies socialistes du XIXe siècle fonctionnent certes comme un « désinvestissement ou une “désinstitution” du champ social actuel », mais il ajoute que c’est « au profit d’une institution révolutionnaire du désir lui-même »3. Vingt ans plus tôt déjà, commentant l’institution du gouvernement chez Hume, Deleuze évoque en effet la correction de la souveraineté, le droit de résistance et la « légitimité de la révoluti...

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search