Version classiqueVersion mobile

Deleuze et la violence

 | 
Vladimir Milisavljevic
, 
Guillaume Sibertin-Blanc

Deleuze, une critique de la violence

Igor Krtolica et Guillaume Sibertin-Blanc

Entrées d'index

Mots clés :

violence, éternel retour

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La notion de violence occupe une position latérale dans la philosophie de Deleuze1. Les occurrences du terme sont relativement rares et dispersées, et il n’en élabore un concept que tardivement, avec Guattari dans Mille plateaux, pour le pluraliser aussitôt dans une typologie des « régimes de violence ». Il n’est pourtant pas exagéré de dire que la violence touche un problème nodal de sa philosophie pratique qui, suivant un héritage spinoziste-nietzschéen, commande de faire coexister deux affirmations : d’une part qu’il n’existe aucun principe moral transcendant susceptible de juger les rapports de forces qui constituent à eux seuls la réalité, et d’autre part que que ces rapports physiques ne se valent cependant pas tous puisqu’il est possible de discriminer parmi eux, au moyen d’une évaluation immanente, du bon et du mauvais – et par là des phénomènes de violence. Ou comme le disait Nietzsche : « “Par-delà Bien et Mal”… Cela veut dire rien moins que “Par-delà bon et mauvais” »2. P...

Auteurs

Ancien élève de l’ENS Lyon et agrégé de philosophie, achève un doctorat sur la dernière période de l’œuvre de Gilles Deleuze (1981-1995). Il y examine l’inscription de la philosophie deleuzienne dans le postkantisme, comme tentative de concilier les systèmes de Spinoza et Kant. Ses travaux portent principalement sur les sources de la pensée française contemporaine (Spinoza, Kant, Nietzsche, Heidegger) et sur le rapport qu’elle instaure entre pensée et politique à travers l’héritage marxiste (Deleuze, Guattari, Bourdieu, Althusser, Balibar, Deligny).

Maître de conférences en philosophie contemporaine à l'Université Toulouse II-Le Mirail, travaille sur la philosophie française du second XXe siècle, dans ses rapports aux sciences humaines et aux transformations de la pensée politique. Livre en préparation : La Politique et l'État chez Deleuze et Guattari (PUF, coll. « Actuel Marx », 2012).

© EuroPhilosophie Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search