Version classiqueVersion mobile

Autonomie et design

 | 
Arturo Escobar

Remerciements

Texte intégral

1Il est pour moi impératif de préciser quelles approches ont influencé les idées présentées ici. Cela permettra au lecteur de comprendre que ce livre a été écrit à partir de lieux et d’espaces géographiques, épistémiques et sociaux éminemment divers. Comme je l’ai déjà dit, j’ai puisé mon inspiration à deux sources : d’une part, les luttes sociales d’Amérique latine et les notions ou cadres théorico-pratiques puissants qui s’y sont développés ; de l’autre, les débats théoriques et politiques qui ont eu lieu dans le monde intellectuel latino-américain et états-unien. Pour ce qui est du premier groupe, je voudrais d’abord exprimer ma reconnaissance aux activistes afro-colombiens du Processus des Communautés Noires, en particulier Charo à Mina Rojas, Marilyn Machado, Francia Márquez, Carlos Rosero, Yellen Aguilar, Danelly Estupiñán, Karin Banguero, Félix Banguero, María Ginés Quiñones, José Santos et Libia Grueso, avec lesquels j’ai, depuis les années 1990, noué des liens d’amitié et collaboré étroitement. Je remercie également les universitaires et intellectuels qui ont été des compagnons de route et ont participé au travail mené avec le PCN, en particulier Patricia Botero, Axel Rojas, Gladys Jimeno, Anthony Dest, Irene Vélez, Viviane Weitzner, Hildebrando Vélez et Ulrich Oslender, ainsi que le Groupe d’Universitaires et Intellectuels de Défense du Pacifique Colombien (GAIDEPAC), créé en 2010 par des militants et des universitaires sous l’appellation Un autre Pacifique est possible. Ces dernières années, j’ai eu le privilège de collaborer, dans différents contextes, avec le Collectif Culturel Afro-diasporique de Cali, dont le travail tourne autour de l’impact violent de l’extractivisme et du capitalisme patriarcal sur les femmes noires en milieu urbain. Je tiens à exprimer toute ma reconnaissance à Betty Ruth Lozano, María Mercedes Campo, Natalia Ocoró et Jeannette Rojas. Et aux cinquante-sept compagnons ou collègues engagés dans les luttes sociales, en Colombie ou ailleurs, qui ont influencé les idées que je développe ici. Parmi eux, Manuel Rozental, Vilma Almeida, Gustavo Esteva, Xochitl Leyva, Patrick Bond et Ashis Kothari.

2Sur le plan académique, dont la séparation d’avec celui des luttes s’avère souvent un peu forcée, ce livre doit beaucoup à Marisol de la Cadena, Mario Blaser, Michael Osterweil et Eduardo Gudynas. J’ai fait avec eux un travail de recherche et d’écriture collaborative important, qui porte sur la relationalité, l’ontologie politique et la résistance à l’extractivisme en Amérique latine, ainsi que sur les transitions vers le post-extractivisme. Bien que nombre d’entre eux soient restés sceptiques face à l’idée du design, ce qui fut aussi le cas de certains de mes amis, la rédaction de mon livre doit beaucoup à l’espace de travail qu’a constitué ce groupe. En ce sens, les conversations que j’ai eues pendant des années sur des sujets connexes avec Cristina Rojas, Herman Greene, Laura Ogden, John Law, Boaventura de Sousa Santos, Sonia Álvarez, Wendy Harcourt, Philip Mc Michael, Walter Mignolo, Catherine Walsh et J.K Gibson-Graham ont également joué un rôle important. Je remercie Harry Halpin (World Wide Web Consortium and Computer Science and Artificial Intelligence Lab, MIT) et Kriti Sharma, compagnons qu’il n’a pas toujours été facile de rencontrer, pour nos discussions animées autour de Maturana et Varela.

3J’ai eu la chance de me lier d’amitié avec un nombre croissant de personnes qui, travaillant dans le design ou intéressées par le domaine, m’ont fait bénéficier de leurs remarques judicieuses. À cet égard, mon association avec les designers australiens Tony Fry et Anne-Marie Willis, pionniers du design ontologique, s’est avérée particulièrement importante. De même, le groupe de la Carnegie Mellon School of Design (Terry Irwin, Cameron Tonkinwise, Gideon Kossoff et Peter Scupelly), qui, en mars 2015, m’a aimablement invité à participer à l’atelier de Design de Transition dont Ezio Manzini était le principal conférencier, a énormément compté. Aux États-Unis, je voudrais remercier Juan Obando (Massachusetts College of Art and Design, Boston), Ignacio Valero et Lynda Groose (California College of the Arts, San Francisco), Elizabeth Chin (Art Center College of Design, Pasadena), Kenny Bailey (Design Studio for Social Intervention, Boston), Francisco Domínguez Rubio (Université de Californie, San Diego), Peter Redfield (Anthropologue à Chapel Hill), Ana María Ochoa (Département de Musicologie, Université de Columbia), Silvia Austerlic (enseignante à Santa Cruz), Luisa Fernanda Pedrosa (enseignante à Chapel Hill) et Diane Nelson (anthropologue, Duke University), avec lesquels j’ai longuement discuté des questions abordées dans ce livre. Je voudrais également remercier ceux qui ont participé à la séance « Design pour un monde réel. Mais quel monde ? Et quel réel ? » que j’ai organisé avec Eva Berglund et Debbora Battaglia lors du Congrès de l’American Anthropological Association en 2012. Tous mes remerciements vont à ces derniers, et en particulier à Brenda Laurel, pour avoir accepté mon invitation. J’ai eu des conversations répétées et fructueuses sur les rapports entre l’anthropologie et le design avec Eva Berglund à Helsinki. Toujours à Helsinki, Andrea Botero et Kari-Hans Kommonen, du Media Lab de l’Université Aalto, ont été des interlocuteurs importants au cours de ces dix dernières années. Merci à Alison Clarke et à Martina Grünewald, qui enseignent la théorie et l’histoire du design à l’Université des Arts Appliqués de Vienne, pour m’avoir proposé de participer à leur anthologie de l’anthropologie du design. Enfin, en Colombie, de vieilles connaissances ou des rencontres récentes ont joué un rôle toujours plus significatif dans mon intérêt pour le design. Je pense à Álvaro Pedrosa (Cali), à Andrés Burbano (enseignant au Département de Design à l’Université des Andes de Bogota), à Astrid Ulloa (enseignante au Département de Géographie à l’Université Nationale de Bogota), à Alfredo Gutiérrez (Département de Design Industriel, Université de Bogota), à Jorge Tadeo Lozano et au laboratoire de design de l’Université de Manizales.

4Les étudiants états-uniens ou latino-américains m’ont profondément motivé et ont inspiré bien des idées de ce livre. Je remercie les étudiants de premier cycle et de doctorat qui ont suivi mes cours à Chapel Hill, à un moment où mes idées étaient, pour la plupart, seulement en cours d’élaboration. Je remercie également les étudiant·e·s colombien·ne·s et latino-américain·e·s qui durant les six dernières années ont assisté à des cours et à des conférences en rapport avec les sujets du livre : Diana Marcela Gómez Correal, Laura Gutiérrez Escobar, Eloísa Berman-Arévalo, Ivan Vargas et Nicolás Sánchez. Merci à Miguel Rocha pour son superbe mémoire sur les littératures indigènes, qui m’appris beaucoup de choses sur les manières relationnelles de penser et d’être. Merci à Irene Alejandra Cabrera pour son soutien et pour l’intérêt qu’elle a manifesté pour le livre. Je voudrais saluer d’autres amis ailleurs dans le monde : Jeremy Gould, Sheila Grunner, Marianne Lien, Claudia von Werlhof et Irène Bellier. Durant les cinq dernières années, j’ai participé à de nombreux colloques en Europe, en Amérique latine et en Amérique du Nord, où j’ai évoqué divers aspects de l’ontologie politique des luttes territoriales, des transitions, de la relationalité et du design. Je remercie ceux qui m’ont invité à des conférences et ont bien souvent nourri mes réflexions.

5Joan Martínez-Alier, Enrique Leff, Dianne Rocheleau, Carlos Walter Porto Gonçalves, David Barkin et Victor Toledo m’ont permis d’enrichir considérablement ma compréhension de l’écologie politique et des dimensions environnementales et territoriales de la globalisation néolibérale et des luttes sociales. Merci également au groupe de l’ICTA de Barcelone (Institut de Ciència i Tecnologia Ambientals) qui m’a fait connaître son travail sur la décroissance. Merci à Marco Deriu, qui m’a opportunément invité au IIIe Congrès International sur la Décroissance à Venise en septembre 2012, à Silke Helfrich et à David Bollier pour m’avoir permis de participer à l’important travail qu’ils ont réalisé sur les communs, et à Rob Hopkins pour son travail inspiré sur l’initiative des villes en transition. J’analyserai tous ces travaux dans le chapitre 5. Le versant latino-américain de ce livre a bénéficié de l’apport de nombreux amis et collègues, dont María Lugones, Alberto Acosta, Verónica Gago, Diego Sztulwark, le Collectif Situaciones, Raquel Gutiérrez, Edgardo Lander, Raúl Zibechi, Julieta Paredes, Yuderkis Espinosa, Pablo Mamani, José Luis Coraggio, Natalia Quiroga et Rita Segato. En Colombie plus particulièrement, je voudrais remercier Eduardo Restrepo, Patricia Vargas, Aida Sofía Rivera, Darío Fajardo, María Victoria Uribe, Marta Cardona et le groupe de recherche sur « Nation, Culture et Mémoire » de l’Université del Valle à Cali, en particulier Luis Carlos Arboleda qui a inspiré ces idées. Enfin, je remercie de tout mon cœur les collègues de l’Université du Cauca, à Popayán, qui ont créé un espace de production de connaissance inter-épistémique incroyablement vivant, où les savoirs communautaires et militants occupent la première place, et qui se sont intéressés à ce livre, parmi eux : Olver Quijano, Javier Tobar, Adolfo Albán, Olga Lucía Sanabria, Axel Rojas et Cristóbal Gnecco. Une mention spéciale pour Olver Quijano, qui m’a proposé de publier le livre en espagnol, et à Cristóbal pour sa traduction soigneuse et la prise en compte attentive de mes remarques.

6À Chapel Hill, j’ai été très entouré. Je voudrais remercier Dottie Holland, Don Nonini, James Peacock, Larry Grossberg, Joseph Jordan, Mark Driscoll, Gabriela Valdivia, Rudi Colloredo, John Pickles, Federico Luisetti, Emilio del Valle Escalante et Orin Starn. Chez moi, la plupart de ces idées ont cristallisé dans des manuscrits comme sur des écrans, et ma compagne Magda Corredor m’a soutenu sans faillir. Son regard avisé sur plusieurs aspects de la vie m’a aidé à mieux voir ce qui est en jeu dans les pages qui suivent. Je lui adresse tout mon amour et mes remerciements les plus sincères. Et enfin, comme toujours, merci aux musiciens qui maintiennent en vie le plurivers : merci aux musiques enchanteresses du Mali et du Sénégal, à ce continent africain qui nous a donné le rythme au cœur de toute existence, à la musique de marimba du Pacifique colombien, et à toutes ces vibrantes musiques diasporiques qui, jour et nuit, maintiennent tant de mondes en mouvement. Elles nous donnent la sensation que la vie résiste encore fortement à l’ontologie de mort et de dévastation aujourd’hui omniprésente à cause du « progrès » de la globalisation néolibérale.

© EuroPhilosophie Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search