Version classiqueVersion mobile

Un Théâtre de la disparition

 | 
Jean-Marie Piemme

Introduction

Marie-Hélène Poggi

Texte intégral

1Cette deuxième Leçon de l’Université, organisée dans le cadre du Festival d’Avignon 2010, nous permet d’accueillir Jean-Marie Piemme qui connaît bien Avignon et son festival puisque son théâtre y a été, est présent, représenté et mis en scène à plusieurs reprises dans le IN et dans le OFF.

2Dramaturge et essayiste belge, Jean-Marie Piemme est aussi bien le commentateur éclairé des textes et de l’histoire des formes théâtrales que l’agent de leur transmission auprès des apprentis comédiens de l’Institut national supérieur des Arts du Spectacle et des techniques de diffusion (INSAS) de Bruxelles. Il est également, depuis 1986, un auteur reconnu et, à ce titre, récompensé à plusieurs reprises.

3Ces différentes pratiques du théâtre, on en mesure d’ailleurs l’étendue en consultant la bibliographie de Jean-Marie Piemme où les essais sur le théâtre (Le souffleur inquiet, publié par Alternatives théâtrales en 1984 ; Un théâtre d’opéra, aux éditions Duculot en 1985, L’invention de la mise en scène, aux éditions Labor en 1989) précèdent sa propre production théâtrale qui compte aujourd’hui plus de 60 titres édités par Actes Sud Papiers, Médianes, Didascalies, et les Editions Lansman pour citer les principaux éditeurs.

4Ce travail d’écriture, il l’accompagne également d’écrits sur ses propres textes. On les retrouve notamment dans ces revues spécialisées que sont les Cahiers de Prospero et Alternatives théâtrales. Le numéro 75, en décembre 2002, de cette dernière revue est d’ailleurs consacré à sa création.

5Écrire pour le théâtre, c’est de cette expérience là particulièrement dont il va nous parler aujourd’hui alors que dans son édition 2010, le festival, dans le cadre du OFF, fait encore la part belle à son théâtre.

6La Compagnie Les perles de verre a monté Toréadors qui met en scène un « duel /duo » entre deux personnages, figures emblématiques de notre société, Momo l’immigré, gérant d’un salon-lavoir, et Ferdinand, chômeur devenu sdf. La compagnie Certains soirs, elle, présente à l’Université d’Avignon en juillet 2009, a mis en scène la pièce intitulée Gloria/volet 1, interprétation et mise en espace du premier volet, intitulé Les Nageurs, d’un triptyque qui nous donne à voir la rencontre hasardeuse de trois jeunes gens formant un trio au verbe haut, à la geste déterminée, déambulant, de nuit, dans la ville de Liège.

7Morceaux de vie, fragments de ville où s’initie un récit habité par la figure féminine de Gloria. Celle-ci est d’abord vendeuse dans un magasin de chaussures puis, comme on a pu le découvrir à la lecture des 2 autres volets de la pièce (La Serveuse n’a pas froid, Le Tueur souriant) faite par la Compagnie, au Théâtre des Doms, serveuse dans un bar et enfin otage d’un braquage de banque.

8Il y a dans les fictions de Jean– Marie Piemme, dans celle-là au moins, organisée autour de Gloria mais peut être tout autant par Gloria, toute la tension et la dramaturgie de ces vies ordinaires. Et la langue par laquelle elles s’incarnent et prennent formes ne fait pas que raconter, elle montre. Elle montre la puissance des situations où les choses qui peuplent nos vies (un livre, un rouge à lèvres...) ne sont pas que des accessoires, où les lieux que nous traversons (un magasin, une rue la nuit, une boite de nuit, un bar...) ne sont pas non plus de simples décors…

9C’est peut-être pour cela que le théâtre de Jean-Marie Piemme se prête si bien, parfois, à des sorties hors du théâtre pour emprunter temporairement sa scène à nos espaces habités.

10Ce « théâtre du monde » à partir duquel il invente son écriture donne lieu à une création qui nous donne à voir et à comprendre une réalité rude, faite de dominations, de confrontations, de ruptures mais une réalité dans laquelle on se bat, dans laquelle on peut encore se battre pour trouver le chemin d’autres possibles...

11Ce théâtre, qu’il lui est arrivé aussi de construire, à la demande de la metteur en scène Isabelle Pousseur, à partir de la parole des habitants de Bruxelles, – je fais référence ici à L’instant, pièce créée dans le cadre de l’opération « Bruxelles nous appartient », entreprise de constitution de la mémoire d’une ville basée sur la collecte des récits qu’en font ses habitants –, « C’est, dit-il, un “Théâtre de La disparition” ».

12Que recouvre cette qualité ? Il appartient maintenant à Jean– Marie Piemme de nous en livrer l’origine et le sens.

Auteur

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search