Version classiqueVersion mobile

Quand la littérature rencontre le théâtre

 | 
Ludovic Lagarde
, 
Florence March

Introduction

Florence March

Texte intégral

  • 1 Hans-Thies Lehmann, Le Théâtre post-dramatique (Postdramatisches Theater, 1999), trad. Philippe-He (...)

1Le XXe siècle est source de mutations radicales dans l’articulation de la littérature et du théâtre, comme l’explique Michel Vinaver dans sa célèbre Conférence de Prague donnée le 6 avril 1990. Les années 1970 en particulier marquent l’avènement du théâtre dit « post-dramatique » par Hans-Thies Lehmann, qui remet en cause la primauté de l’écriture textuelle sur l’écriture de plateau. Le théoricien des médias Marshall McLuhan, pour sa part, analyse cette évolution à travers le prisme du passage de la Galaxie Gutenberg à l’ère du numérique qui entraîne l’apparition de nouveaux supports de l’écrit1. Sous l’impulsion du metteur en scène Antoine Vitez, qui encourage à « faire théâtre de tout », la scène s’ouvre ainsi à des disciplines multiples, aux arts en général et à la littérature au sens large, débordant le seul genre dramatique.

  • 2 Michel Gauthier, Olivier Cadiot, le facteur vitesse, Dijon, Les Presses du réel, 2004, p. 7.

2Ludovic Lagarde est familier de l’université d’Avignon où il a eu l’occasion de dispenser un séminaire de master dans le domaine « Art, Lettres, Langues » en 2007 et de participer à un colloque sur les « Nouvelles mises en scène de la guerre au théâtre et au cinéma » organisé en 2008 par Agnès Devictor, spécialiste de cinéma et maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication. Directeur du Centre Dramatique National « La Comédie de Reims » depuis janvier 2009, Lagarde est régulièrement invité au Festival d’Avignon où il présente deux spectacles lors de la 64e édition, en 2010 : Un nid pour quoi faire du 08 au 18 juillet au gymnase Gérard Philipe et Un mage en été du 21 au 27 juillet à l’Opéra-théâtre. Ces deux spectacles sont adaptés de textes écrits par Olivier Cadiot, l’un des deux artistes associés à la 64e édition du Festival avec Christoph Marthaler. La collaboration artistique de Cadiot et Lagarde dure depuis dix-sept ans et a notamment donné lieu à la mise en scène de Sœurs et frères, Le colonel des zouaves, Retour définitif et durable de l’être aimé, et Fairy queen. À part Sœurs et frères, texte dramatique spécifiquement composé pour la scène, les autres œuvres de Cadiot n’ont pas a priori pour finalité le théâtre. Autonomes, ces OLNI, « Objets Littéraires Non Identifiés » selon la formule amusante de Michel Gauthier2, résistent à toute catégorisation, refusent les étiquettes et déjouent les attentes préétablies. Lagarde a néanmoins fait le choix de porter à la scène ces textes qui appellent le théâtre tout en lui résistant. C’est précisément la particularité de ce compagnonnage et l’originalité d’un protocole d’adaptation en constante évolution, pour passer de l’écriture sur la page à l’écriture de plateau, qui ont inspiré le sujet de cette leçon : « Quand la littérature rencontre le théâtre ».

  • 3 Olivier Cadiot, Christoph Marthaler, Hortense Archambault et Vincent Baudriller, Mélanges pour le (...)

3Dans Mélanges, ouvrage qui retrace la préparation du Festival 2010 par ses directeurs Hortense Archambault et Vincent Baudriller ainsi que les artistes associés, Christoph Marthaler écrit : « Il y a le théâtre, et il y a le texte... Soit les comédiens parlent, soit ils jouent3 ». Parallèlement, Cadiot écrit dans son dernier livre, Un mage en été :

  • 4 Olivier Cadiot, Un Mage en été, P.O.L, 2010, p. 111.

Bon, ça ne marche pas. Il faudrait une voix pour que ça fonctionne. Le texte tout seul, on dirait qu’il est tout triste, oh le pauvre texte sans voix. Avec toutes ces petites choses abandonnées. Ces histoires perdues, ces petits poèmes orphelins4.

  • 5 Entretien d’Olivier Cadiot avec Florence March à Reims le 10 mars 2009

4Ces quelques lignes de Cadiot esquissent un rapport organique entre l’écriture et l’oralité, le texte littéraire et la possibilité qu’il prenne corps. L’écrivain donne d’ailleurs de nombreuses lectures publiques de ses textes, « performances malgré lui » comme il se plaît à les nommer5, à l’image de celle, intitulée L’Affaire Robinson, qu’il donne dans la Cour d’honneur du Palais des Papes le 10 juillet 2010, dans la scénographie de Papperlapapp de Christoph Marthaler et Anna Viebrock et avec la complicité d’une comédienne de Marthaler.

  • 6 Florence March, Ludovic Lagarde. Un théâtre pour quoi faire, Les Solitaires Intempestifs, Besançon (...)

5Loin de dissocier mise en voix et mise en jeu, Lagarde s’empare du texte pour le déployer dans l’espace et tenter d’en révéler la théâtralité. Si littérature et théâtre existent de manière autonome, Lagarde actualise le « désir de son » exprimé par Cadiot6 tout en créant des passerelles inédites entre les deux arts. L’entretien qui suit vise à mieux cerner la façon dont le metteur en scène les fait dialoguer.

Notes

1 Hans-Thies Lehmann, Le Théâtre post-dramatique (Postdramatisches Theater, 1999), trad. Philippe-Henri Ledru, L’Arche, Paris, 2002.
Marshall McLuhan, The Gutenberg Galaxy. The Making of Typographic Man, University of Toronto Press, Toronto, 1962.

2 Michel Gauthier, Olivier Cadiot, le facteur vitesse, Dijon, Les Presses du réel, 2004, p. 7.

3 Olivier Cadiot, Christoph Marthaler, Hortense Archambault et Vincent Baudriller, Mélanges pour le Festival 2010, P.O.L / Festival d’Avignon, 2010, p. 17-18.

4 Olivier Cadiot, Un Mage en été, P.O.L, 2010, p. 111.

5 Entretien d’Olivier Cadiot avec Florence March à Reims le 10 mars 2009

6 Florence March, Ludovic Lagarde. Un théâtre pour quoi faire, Les Solitaires Intempestifs, Besançon, 2010, p. 137.

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search