Version classiqueVersion mobile

Cavaillon au Moyen Âge

 | 
Simone Balossino
, 
François Guyonnet

Chapitre 4

Inventaire des biens et description du territoire dans le cadastre de Cavaillon (1414‑1417)

Maëlle Ramage

Texte intégral

  • 1 Voir C. Faure, Études sur l’administration et l’histoire du Comtat Venaissin du xiiie siècle au xve(...)
  • 2 Sur les États du Venaissin, voir J. Girard, Les États du Comté Venaissin depuis leurs origines jusq (...)
  • 3 AD de Vaucluse, C 78 à 118 et 120 à 125, le cadastre de Cavaillon est coté C 88.

1En 1414, le Comtat Venaissin est écrasé sous le poids d’une dette qui ne cesse de croître à la suite des troubles du xive siècle et du début du xve siècle1. La discussion des différents moyens de sa résorption entraîne des conflits au sein des États quant au type d’impôt à choisir, direct ou indirect, mais aussi quant à la répartition de l’impôt direct : la taille2. En effet, en ce début du xve siècle, la taille, votée au niveau des États, est répartie entre les communautés sur la base d’un document vieux de plus d’un siècle qui ne reflète plus la situation économique des différentes localités. C’est pour répondre à ce problème de répartition que l’entreprise d’estimation de l’ensemble des biens situés dans le Comtat Venaissin est décidée en 1414. Elle se concrétise par la production d’un livre d’estime, ou cadastre, dont la réalisation est confiée aux localités3.

  • 4 Ibid., C 88.

2En 1417, les hommes chargés de l’estimation des biens situés à Cavaillon remettent au notaire des États un volume de format in-quarto comprenant 283 feuillets de papier rassemblés en six cahiers reliés sur un parchemin de réemploi4. L’excellent état du volume tient d’une part au fait qu’il ait été promptement relégué dans les archives des États, et a priori peu utilisé, et d’autre part à la qualité du papier, à son épaisseur et au soin apporté à sa reliure. À l’intérieur, les estimateurs ont inventorié une à une près de 1 600 parcelles et 350 maisons suivant un itinéraire qui, partant de l’intérieur de la ville, sillonne d’abord les quatre quartiers urbains, puis l’ensemble du territoire pour atteindre ses confins.

  • 5 Zerner, Le Cadastre, le pouvoir et la terre…, op. cit., p. 19.
  • 6 Voir la transcription de cette lettre donnée par Zerner dans sa thèse, ibid., p. 605.

3Si la réalisation du cadastre est confiée aux communautés, il doit répondre à un certain nombre de critères édictés par le recteur5. Ces critères sont portés à la connaissance des habitants au moyen d’une lettre de commission envoyée aux juges des judi­catures de Carpentras, Valréas et L’Isle-sur-Sorgue6. La lettre, qui nous est connue grâce à quatre copies, donne la mesure du caractère exceptionnel de l’entreprise. L’article 19 veut convaincre les Comtadins que l’opération d’estime, réalisée selon les règles fixées, n’a pas pour objet de porter atteinte aux habitudes locales. Mais la nature de l’entreprise implique au moins trois nouveautés susceptibles de bouleverser les traditions. Premièrement, l’opération concerne les trois États. Deuxièmement, la lettre, en indiquant que les communautés sont chargées d’estimer les biens des vassaux et des clercs, fait fi des conflits de longue date entre ces derniers et l’état des communautés au sujet de leur participation aux tailles. Enfin, les communautés sont habituées à lever des impôts pour leur propre fonctionnement et, pour cela, à produire des livres d’estimation des biens des habitants. Or, les livres d’estimation qu’elles réalisent alors sont destinés à servir à l’intérieur de la communauté ; au contraire, dans l’opération de 1414, les cadastres doivent être utilisés par les États pour répartir l’impôt entre les localités.

  • 7 Voir notamment : M. Bourin, « Délimitation des parcelles et perception de l’espace en Bas-Languedoc (...)

4Le cadastre de Cavaillon doit donc être considéré comme le produit de contraintes extérieures, mais aussi comme celui des représentations spatiales des estimateurs de Cavaillon qui en ont organisé le contenu. À ce titre, de nombreuses recherches sur la délimitation des parcelles et autres possessions immeubles et sur leur localisation ont souligné leurs liens avec, d’une part, les perceptions de l’espace à l’œuvre dans la société intéressée et, d’autre part, la morphologie des paysages évoqués7. Dans la lignée de ces travaux, cette brève étude a pour objet, au moyen d’une analyse des pratiques d’inventaire et d’itinéraire mises en pratique par les estimateurs de Cavaillon, de livrer quelques éléments de compréhension du territoire cavaillonnais et de son appréhension par ses habitants.

  • 8 Sur la localisation comme situation et circonscription des objets en fonction des circonstances et (...)

5Produire l’information demandée et la rendre compréhensible aux personnes extérieures à Cavaillon nécessite un inventaire précis et organisé selon un ordre particulier8. À ce titre, le premier article de la lettre énonce le principe sur lequel doit se baser l’estimation des terres :

  • 9 Lettre de commission, article 1er : « et primo dividatur in tres partes territorium, videlicet prox (...)

Et premièrement que l’on divise le territoire en trois parts, la plus proche, une intermédiaire et la plus éloignée, puis que l’on élise des hommes qui, sous serment, estimeront l’éminée de terre labourable, la séchoyrée de pré, la fossoyrée de vigne, et le journal de verger d’oliviers et de tout autre verger selon la valeur des récoltes9.

  • 10 Ibid., article 12 : « Item declaratur que hospicia cuiuslibet ratione usus proprii et ad sui servic (...)
  • 11 Ibid., article 6 : « Item fiant tres libri, unus pro clero, laius pro vassalis et forensibus, alius (...)

6Le dernier article stipule que les maisons d’habitation et leurs dépendances utilisées à titre personnel doivent être estimées comme les autres, en raison de cet usage10. Par ailleurs, il est bien précisé que les rédacteurs du cadastre devront produire trois livres : un pour la communauté, un pour les étrangers à Cavaillon qui y possèdent des biens et un pour les clercs11.

  • 12 AD de Vaucluse, C 88 (Livre des maisons), fol. 1 : « Primo Xymeriga et Catherina Grenier habent hos (...)
  • 13 Ibid., fol. 2vo : « Magister petrus gasqui notarius habet in ipse cartono [de la Grande-Rue] hospic (...)

7En conformité avec ce dernier point, le volume cavaillonnais est composé de trois grandes parties appelées livres. Le premier est celui de la communauté, il occupe la moitié du document ; viennent ensuite celui des nobles et étrangers à la communauté qui ne compte que douze feuillets, puis celui du clergé. À l’intérieur des livres, les biens sont tout d’abord regroupés selon leur nature puis inventoriés suivant un ordre topographique. Ainsi, dans le livre des laïcs, maisons puis parcelles sont recensées au cours d’un itinéraire qui, après avoir sillonné l’intérieur de la ville, décrit trois anneaux concentriques jusqu’aux limites du territoire, ce qui correspond à la division du territoire en trois parts demandée par le recteur. Le point de départ du parcours est la porte Saint-Julien, située au nord de l’enceinte, qui ouvre sur le chemin d’Avignon. Le livre des maisons débute avec celle d’Ymeriga et Catherine Grenier située dans le quartier proche de la porte Saint-Julien, nommé quartier de la Grande-Rue12. Cependant, l’énumération des propriétés ne suit pas un ordre exclusivement topographique : dès que les estimateurs « rencontrent » le propriétaire de plusieurs maisons, ils donnent la liste de tous ses biens situés dans la ville. Par exemple, maître Pierre Gasqui, notaire, possède au cadastre une maison qu’il habite dans le quartier de la Grande-Rue. La mention de cette maison est immédiatement suivie de celle d’une autre maison détenue dans un autre quartier13.

8Pour relever l’ensemble des terres des laïcs, la commission parcourt le territoire. Nous retrouvons cette même logique d’itinéraire pour le recensement des terres des étrangers et des clercs habituellement soumis aux tailles et pour celui des cens perçus par ces deux groupes. En revanche, les inventaires des maisons des étrangers et des clercs habituellement soumis aux tailles relèvent de logiques différentes. Le premier est nominatif, tandis que le second peut être qualifié de hiérarchique. Le choix d’un recensement partant de la terre peut être motivé par la demande d’exhaustivité attachée à l’opération ; en visitant chaque morceau du territoire de Cavaillon, les estimateurs peuvent raisonnablement penser n’avoir rien oublié, et démontrer aux États l’exactitude des renseignements qu’ils ont placés dans le cadastre. Cette logique permet en outre de vérifier le contenu du cadastre sans recourir aux propriétaires ou aux estimateurs.

9L’inventaire produit par les estimateurs du début du xve siècle apporte bien une réponse aux impératifs déterminés par les circonstances et la volonté des États et du recteur. De plus, pour octroyer de la validité à leur inventaire et le rendre vérifiable, les auteurs ont travaillé à situer les biens le plus précisément possible. L’analyse des modalités de la description et de la situation des biens est indispensable à la reconstitution de l’itinéraire et à la compréhension des représentations de l’espace.

10Quatre critères ont été retenus pour décrire les biens inscrits au cadastre : chaque description énonce systématiquement la nature du bien (maison, terre, bétail, argent servant au commerce), la situation géographique des biens immeubles, les redevances s’il y a lieu, la superficie en éminées lorsqu’il s’agit d’une parcelle. Il en résulte, pour chaque bien, un court paragraphe descriptif de ce type :

  • 14 Ibid., fol. 1.

Premièrement Xymeriga et Catherina Grenier ont une maison dans le quartier de la Grande-Rue à côté de la porte Saint-Julien dans laquelle elles habitent estimée II florins14.

  • 15 Ibid., fol. 9vo : « in predicto cartono » ; fol. 84 : « ibidem juxta dictum iter. »

11La situation des biens est donnée de la manière suivante : la maison de Guillaume Guisonis, par exemple, est dite « dans le susdit quartier », la vigne de Jacques Carbonelli se situe « de même à côté de ce chemin15 ». Cela pourrait paraître imprécis, toutefois, dans le cadastre, la position de chaque possession n’est pas envisagée individuellement, mais par rapport aux autres parcelles. À la situation du bien dans le document correspond sa situation sur le territoire de Cavaillon. Ainsi, la maison de Guillaume Guisonis est inscrite au livre des maisons, sur l’une des pages consacrées au quartier de la Grande-Place, et intercalée entre l’inscription des maisons de Jean Ferraguti et de Véran Seratonis, ce qui signifie qu’elle se confronte à ces derniers et se situe à l’intérieur des remparts, dans le quartier de la Grande‑Place.

  • 16 Ibid., fol. 29 : « ibidem juxtam Caudalione. »

12Les parcelles sont donc localisées et délimitées par une inclu­sion progressive dans des espaces emboîtés : celui de la localité, puis dans la ville ou sur le territoire, dans tel quartier ou îlot et enfin, parfois, par rapport à des confronts qui composent un système de points de repère et ne sont pas forcément collés à la parcelle qui fait l’objet de la localisation. Il peut s’agir de rues, portes de ville, murs d’enceinte, églises ou simplement de maisons voisines dans la ville, de chemins, cours d’eau, moulins ou ponts sur le territoire. Par exemple, une vigne appartenant à Pierre Bermundi est située ainsi : « au même endroit à côté du Coulon16. »

  • 17 Plan cadastral actuel de Cavaillon mis à disposition par les services techniques de la ville de Cav (...)

13Le parcours décrit par les estimateurs du cadastre, dont seule une partie est rendue ici, peut être suivi dans les livres des laïcs et des clercs grâce à la densité géographique des biens allivrés. Pour le comprendre, j’ai cartographié, il est vrai de manière parfois approximative, le parcours des estimateurs en mobilisant différents types de documents : représentations graphiques et cartographiques, comptes-rendus de fouilles archéologiques, archives17.

  • 18 AD de Vaucluse, C 88, fol. 1.
  • 19 Ibid. fol. 1‑4vo.
  • 20 Ibid., fol. 5.
  • 21 Ibid., fol. 5vo : « Jacobus Michaelis notario habet […] in dicto cartono juxta ecclesiam […] Rostag (...)
  • 22 Ibid., fol. 11.

14Les estimateurs partent de la porte nord de l’enceinte et com­mencent par répertorier les maisons dans le quartier de la Grande-Rue, cartono carrerie Maioris, avec celle de Catherine et Ymeriga Grenier située à proximité de la porte Saint-Julien18. Puis ils recensent douze maisons, dont une située dans une traverse, ce qui les mène vers la traversia Sancte Catherine. Ils gagnent alors de nouveau la Grande-Rue avant de revenir vers une traverse et de se rendre près du mur d’enceinte où ils dénombrent encore six maisons19. Ils se sont alors déplacés en direction du sud et arrivent dans le quartier de la Grande-Place dont le répertoire commence à la porte de Roca par la maison de Sanxie Gassine située « in cartono Platee versus portale de Roca20 ». Les estimateurs listent trois propriétés puis contournent la cathédrale et passent derrière le palais épiscopal pour rejoindre l’église Saint-Étienne située de l’autre côté de la Grande-Place avant de revenir vers les maisons donnant sur celle-ci21. Le recensement de ce deuxième quartier s’achève avec la maison d’Ayseline Porquerie qui se trouve « in eodem cartono juxta portale de Roca22 », les estimateurs ont ainsi décrit une boucle.

  • 23 AD de Vaucluse, 3 E 33/99, fol. 47, partage des biens hérités de leurs parents par Antoine et Gabri (...)
  • 24 AD de Vaucluse, C 88, fol. 15vo : « Raymunda relicta Raudeti Lapauta et heredes dicti Raudeti haben (...)
  • 25 AD de Vaucluse, C 88, fol. 16 : « Johannis Vassolis habet […] in dicto cartono in Saunaria in carre (...)

15Malgré la multiplication des points de repère auxquels recourent les estimateurs, l’itinéraire suivi dans le quartier suivant, carto Saunarie, est plus difficile à reconstituer et nécessite la comparaison du cadastre avec les registres notariés. Le point de départ semble en être la porte du Clos qui ouvre sur le sud et la Durance. Les estimateurs rejoignent la porte de Ponce-Rolland en passant par la partie sud du quartier, ils y recensent entre autres les maisons d’Antoine et Gabriel Posseli qui confrontent les lices et se trouvent non loin de cette porte23. Ils allivrent ensuite les maisons de la rue du Galleto, puis celles sises à proximité de l’église Saint-Laurent24. Enfin, ils passent par la rue de Fabricis et la traverse du même nom25. L’inventaire du dernier quartier, carto Sancti Michaelis, suit les mêmes principes et ramène les estimateurs à proximité de la porte Saint‑Julien.

  • 26 Ibid., fol. 23‑30vo.
  • 27 Ibid., fol. 26vo puis 29‑29vo. Le terme « îlot » n’apparaît pas dans le document, les subdivisions (...)
  • 28 Ibid., fol. 30vo-34vo.

16Pour inventorier les biens situés sur le territoire, les estimateurs se réfèrent à un autre mode de subdivision : l’îlot ou le quartier. Dans la première part du territoire, les estimateurs partent de nouveau de la porte Saint-Julien et décrivent un premier îlot qui s’achève à la Croix d’Avignon26. La mention d’un jardin situé à côté du moulin Saint-Julien et d’un verger d’oliviers au pied de la colline Saint-Jacques indique qu’ils répertorient les terres situées de part et d’autre de cette voie. Ils inscrivent une vigne, puis six terres jouxtant le Coulon avant d’enregistrer les huit dernières parcelles de ce premier îlot27. Pour l’îlot suivant, ils partent d’une autre porte, Saint-Michel, et suivent le chemin de Vaucluse28.

Carte no 1 : Restitution de l’itinéraire suivi à l’intérieur des murs

Carte no 1 : Restitution de l’itinéraire suivi à l’intérieur des murs
  • 29 Ibid., fol. 34vo-35vo.
  • 30 Ibid., fol. 35vo-37vo.
  • 31 Ibid., fol. 37vo-40vo.
  • 32 Ibid., fol. 40vo-43vo.

17La porte de Ponce-Rolland, qui ouvre vers l’est, est le point de départ de quatre îlots dont le premier suit le chemin d’Ederone jusqu’à un pont qui, sans doute, enjambe le canal Saint-Julien et englobe seulement dix jardins, orti29. L’îlot suivant est plus éloigné de la ville sur le même chemin qui mène vers Robion et Ederone30. L’itinéraire marque alors une nouvelle rupture, les estimateurs revenant à la porte de Ponce-Rolland pour suivre cette fois le chemin des Taillades31. Enfin, partant toujours de la même porte, ils prennent le chemin du pont de Lenatis et du manse de Jean Fulconis où ils recensent 31 parcelles32.

  • 33 Ibid., fol. 43vo : « Item eumdo a cadro meniorum vocato magistri Gaulterii Aybeline per iter public (...)
  • 34 Ibid., fol. 189vo.
  • 35 Ibid., fol. 46.
  • 36 Ibid., fol. 46‑48v; 48vo‑50vo ; 50vo‑51vo ; 52.
  • 37 Ibid., fol. 52vo-69.
  • 38 Ibid., fol. 69vo-70.

18En empruntant un passage dans les remparts dénommé « angle de maître Gaultier Aybeline », les estimateurs suivent le chemin de la Croix d’Orgon33. Le titre qui introduit le recensement des terres de cet îlot dans le livre des clercs est encore plus précis et indique la présence d’une autre porte : « a dicto cadro meniorum vocato magistri Gaulterii Aybeline juxta fossata juxta portale Saunarie34. » Les terres situées dans le lieu-dit des Arcoles sont alors enregistrées et sans doute cet îlot est-il limité par le canal Saint-Julien comme le suppose l’enregistrement, en dernier, d’une terre appartenant à Pierre Guillaume dite « juxtum riale35 ». L’inventaire continue après la Croix d’Orgon en suivant ce chemin des Arcoles et, au-delà, aux environs de Musquatelle et du chemin de la Volguette, Volgueda, avant que les estimateurs s’en retournent vers la ville pour repartir de la porte du Clos36. Et ainsi de suite, ils décrivent encore cinq îlots en se rapprochant progressivement de la Durance et de la colline Saint-Jacques37. Le dernier îlot correspondant aux alentours de l’église Saint-Jacques38. Les inventaires des terres des deuxième et troisième parts suivent le même principe.

Carte no 2 : Restitution de l’itinéraire suivi dans la première part

Carte no 2 : Restitution de l’itinéraire suivi dans la première part
  • 39 Ibid., fol. 93‑96.
  • 40 D. Lord Smail, Imaginary Cartographies, Possessions and Identity in Late Medieval Marseille, Ithaca (...)

19Il ressort de cette restitution partielle de l’itinéraire que, dans le cadastre, l’espace et sa représentation sont produits par les déplacements le long d’un chemin entre un point A et un point B. Par exemple, pour décrire le quatrième îlot du deuxième cercle, les estimateurs prennent le chemin de L’Isle depuis la Croix d’Avignon jusqu’au Coulon dont ils suivent la rive, puis ils s’arrêtent au chemin du Thor39. La représentation du territoire de Cavaillon est ainsi construite sous la forme d’une liste de lieux et de points de repère et des éléments qui les relient. Cet espace n’est pas représenté abstraitement mais décrit comme il est vécu, c’est-à-dire parcouru quotidiennement40. Dans cette cartographie, qui ne passe pas par un processus d’abstraction, mais est au contraire ancrée dans la pratique du territoire, les lieux sont situés relativement les uns aux autres, d’où l’importance du trajet, du passage de l’un à l’autre qui se manifeste ici par les références incessantes aux chemins.

20Cependant, à cette approche linéaire vient s’ajouter la classification en îlots. Ces subdivisions, qui n’apparaissent dans nul autre document, nous font passer de la liste au tableau, elles ajoutent une dimension à la lecture du territoire permettant de synthétiser l’information et surtout d’en assurer la production. Il est en effet plus facile d’appréhender l’inventaire d’une quarantaine d’îlots contenant tout au plus 80 parcelles que celui d’un territoire en comptant plus de 1 500. La division en îlots apparaît ici comme un outil qui donne la possibilité d’une approche progressive vers le niveau de détail souhaité. Leur mise en œuvre relève d’une abstraction dans la représentation de l’espace, abstraction qui tranche avec ce que l’on peut trouver par ailleurs dans le cadastre, mais aussi dans la documentation notariale et pourrait relever du travail d’un arpenteur.

21En sillonnant l’intérieur de la ville avant de décrire trois cercles concentriques en tournant vers l’est puis le sud et l’ouest avant de revenir au nord jusqu’aux limites de la localité, les estimateurs décrivent un espace fortement polarisé par l’enceinte urbaine. À cette polarisation du déplacement vient s’ajouter le rôle essentiel des portes de la ville dans la représentation du parcours à l’intérieur de l’enceinte et dans la première part du territoire. Dans les livres des maisons, les portes Saint-Julien, de Roca, du Clos, de Ponce-Rolland et Saint-Michel sont désignées au total dix fois. Les sept portes ou passages dans les remparts sont indiqués et, si la porte de Roca n’est mentionnée qu’une seule fois, celles de Ponce-Rolland et du Clos le sont respectivement à huit et sept reprises. Dans le livre des clercs, neuf des treize îlots sont situés par rapport à une porte, douze des dix-sept îlots dans le livre des laïcs. Les remparts ou le fossé qui les entoure sont également évoqués trois fois. Le parcours insiste en outre sur la continuité des chemins depuis l’intérieur de l’enceinte jusque sur le territoire, par exemple la Grande-Rue, axe nord-sud prolongé au-delà de la porte Saint-Julien par le chemin de la Croix d’Avignon.

22Les routes sont toujours structurantes alors que les estimateurs achèvent leur inventaire avec les terres les plus éloignées, mais l’élément le plus marquant dans la délimitation des îlots est le recours aux confins du territoire de Cavaillon avec les localités de Caumont, Le Thor, L’Isle, Lagnes, Robion et les Taillades qui sont mentionnées huit fois et permettent de définir partiellement sept des douze îlots.

23Enfin, le cadastre ne saurait être considéré seulement comme la traduction neutre d’un mode de représentation spatial préexistant. Au contraire, l’ampleur, la complexité de l’estimation demandée aux communautés appelle une réflexion sur les modalités de la description, sur l’organisation de l’information et sa transmission, toutes phases qui font intervenir l’écriture dont l’efficacité sociale est manifeste. Le caractère centrifuge du parcours, sa polarisation sur les portes de la ville et sur les chemins traduisent la continuité entre la ville et le territoire qui l’encercle. De plus, en englobant le terroir jusqu’à ses confins, l’inventaire donne une épaisseur aux limites du territoire et les fixe dans l’écriture. Le Camin Romieu, qui passe au nord de la ville, procure une limite franche entre les territoires de Cavaillon et ceux du Thor, L’Isle et Lagnes, ainsi qu’avec une partie de ceux de Caumont et de Robion. En revanche, pour une part des délimitations avec les territoires de Robion et des Taillades, le scribe ne mentionne aucun élément particulier mais inscrit « jusqu’aux confins du territoire de Cavaillon contigus au territoire de Robion ». La référence à ces confins suppose qu’ils sont connus et repérables, mais le terme se rapporte moins au tracé linéaire d’une frontière qu’à une zone relativement vague de rencontre entre deux territoires. Or, les inscriptions successives au cadastre de propriétés délimitées qui sont localisées dans ces confins tracent une ligne précise qui encercle le territoire de Cavaillon. La performativité de l’inventaire se manifeste ici dans le contraste entre la désignation de confins, parfois flous, et l’enregistrement de possessions comme relevant de la localité de Cavaillon.

24La structure médiévale de l’espace, telle qu’elle peut se lire dans le cadastre, s’apparente donc à une série de points reliés les uns aux autres par une continuité. Ainsi, les estimateurs se déplacent toujours en tendant vers une parcelle, un lieu-dit ou un élément remarquable dans le paysage. Ils suivent un chemin et non une direction comme le nord ou l’ouest, même si les points cardinaux sont parfois évoqués. L’espace représenté dans le cadastre est appréhendé comme un ensemble plein. Il est totalement occupé par les points et les chemins qui les relient. La notion de distance, qui renvoie à un interstice entre deux lieux, n’apparaît jamais dans le document. Il est pourtant vraisemblable que le territoire soit ponctué de parcelles n’appartenant à personne en particulier, mais qui, n’étant pas l’objet du cadastre, n’y sont pas mentionnées.

25L’abstraction mise en œuvre dans le cadastre est inhérente au processus d’écriture dont il résulte et ne traduit pas directement les perceptions de l’espace des estimateurs. Nous pouvons d’ailleurs penser que cette abstraction est progressive, que plusieurs documents qui ne sont plus conservés ont été nécessaires à la production du cadastre.

26L’orientation du parcours retranscrit participe à la définition de la ville et du terroir de Cavaillon par la communauté rédactrice du document, même si l’arpentage du territoire est certainement le fait d’un professionnel extérieur à celle-ci. Or, en partant de la ville pour aller vers les confins du territoire, les estimateurs s’approprient progressivement les lieux en inscrivant dans leur cadastre chaque propriété comme autant de parcelles du « terroir de la ville de Cavaillon » et en fixant par écrit un mode de désignation de l’espace qui leur est propre. Cette logique renvoie à l’ambulatio ecclésiale, mais au service de la communauté, pour refonder un espace et un territoire en lien avec la communauté.

Notes

1 Voir C. Faure, Études sur l’administration et l’histoire du Comtat Venaissin du xiiie siècle au xve siècle (1229-1417), recherches historiques et documents sur Avignon, le Comtat Venaissin et la principauté d’Orange, Paris, H. Champion, 1909, p. 131‑142 ; M. Zerner, Le Cadastre, le pouvoir et la terre. Le Comtat Venaissin pontifical au début du xve siècle, Rome, École française de Rome, 1993, p. 1‑61 et G. Butaud, Guerre et vie publique en Comtat Venaissin et à Avignon (vers 1350-vers 1450), thèse de doctorat (dir. M. Zerner), université de Nice-Sophia-Antipolis, 2001, p. 418‑422 et p. 602‑619.

2 Sur les États du Venaissin, voir J. Girard, Les États du Comté Venaissin depuis leurs origines jusqu’à la fin du xvie siècle, Paris, H. Champion, 1908, p. 52‑67.

3 AD de Vaucluse, C 78 à 118 et 120 à 125, le cadastre de Cavaillon est coté C 88.

4 Ibid., C 88.

5 Zerner, Le Cadastre, le pouvoir et la terre…, op. cit., p. 19.

6 Voir la transcription de cette lettre donnée par Zerner dans sa thèse, ibid., p. 605.

7 Voir notamment : M. Bourin, « Délimitation des parcelles et perception de l’espace en Bas-Languedoc aux xe et xie siècles », dans Mornet É., Campagnes médiévales. L’homme et son espace : études offertes à Robert Fossier, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 91‑209 ; L. Feller, « Décrire la terre en Italie centrale au haut Moyen Âge », dans Feller L., Mane P., Piponnier F. (dir.), Le Village médiéval et son environnement. Études offertes à Jean-Marie Pesez, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 491‑507 ; A. Guerreau, « L’évolution du parcellaire en Mâconnais (env. 900-env. 1060) », dans ibid., p. 509‑535 ; É. Zadora-Rio, « La mesure et la délimitation des terres en Anjou-Touraine (ixe-xiie siècle) : perception et représentation de l’espace », dans Boisseuil D., Chastang P., Feller L., Morsel J. (dir.), Écritures de l’espace social. Mélanges d’histoire médiévale offerts à Monique Bourin, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010 p. 267‑286 ; D. Lett, « Situer et confiner la terre dans les Marches au xive siècle : le rôle du notaire dans la construction de l’espace », dans ibid., p. 309‑327.

8 Sur la localisation comme situation et circonscription des objets en fonction des circonstances et des nécessités d’une société, voir l’article « Localisation », dans Levy J., Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003.

9 Lettre de commission, article 1er : « et primo dividatur in tres partes territorium, videlicet proximum, medium et remotum, et quodlibet predictorum medio juramento electorum extimetur eminata terre franche videlicet ad certum precium, sechoyrata prati ad certum precium, fossoyrata vinee ad certum precium, et jornale viridariorum olivariorum, et aliorum viridariorum fructum portantum ad certum precium cuiuscumque sint generis et jugerum seu quantitatis. »

10 Ibid., article 12 : « Item declaratur que hospicia cuiuslibet ratione usus proprii et ad sui servicium et opus ordinata etiam sicuti et alia extimentur, reservata tamen super hoc ordinatione domini. »

11 Ibid., article 6 : « Item fiant tres libri, unus pro clero, laius pro vassalis et forensibus, alius pro universitate, et in quolibet scribantur que sua erunt attende tamen quod extranei qui sunt de extra Comitatum ponantur in libro locorum. »

12 AD de Vaucluse, C 88 (Livre des maisons), fol. 1 : « Primo Xymeriga et Catherina Grenier habent hospicium in cartono carrerie Maioris juxta portale Sancti Juliani in quo habitant locaretur communiter II flor. »

13 Ibid., fol. 2vo : « Magister petrus gasqui notarius habet in ipse cartono [de la Grande-Rue] hospicium in quo habitat […] Item unum hospicium in cartono platee… »

14 Ibid., fol. 1.

15 Ibid., fol. 9vo : « in predicto cartono » ; fol. 84 : « ibidem juxta dictum iter. »

16 Ibid., fol. 29 : « ibidem juxtam Caudalione. »

17 Plan cadastral actuel de Cavaillon mis à disposition par les services techniques de la ville de Cavaillon ; AD de Vaucluse, 3P2‑035‑28, plan cadastral de 1812 ; musées de Cavaillon, Plan de la ville de Cavaillon avec ses environs en 1788, copie de 1899 ; Carte topographique 1/25 000, Cavaillon, Fontaine-de-Vaucluse, 3142 OT, IGN, Paris ; Carte topographique 1/25 000, Tarascon, Saint-Rémy-de-Provence, 3042 OT, IGN, Paris ; Carte de l’état-major (1820‑1866) de Cavaillon accessible sur le site Geoportail : https://bit.ly/3tqhZV9, consulté le 15 mars 2022, © 2007-2012 IGN ; N. Balsan, M. Comte, J. Giraud, F. Guyonnet, N. Salles, Les Vignères, commune de Cavaillon, Cavaillon, Rimbaud, 2008 ; F. Guyonnet, Immeuble « Pantagruel », rue Raphaël-Michel. Diagnostic patrimonial, SADV, 2006 ; F. Guyonnet, « Ancien couvent des Bénédictines, place du Cloître à Cavaillon (Vaucluse). Étude des vestiges », Bulletin archéologique de Provence, 24, 1995, p. 81‑107 ; AM de Cavaillon, 1 S 19, ms. Thomassi, 1616 (les représentations graphiques sont incertaines, mais l’auteur livre de nombreux éléments de description de la ville).

18 AD de Vaucluse, C 88, fol. 1.

19 Ibid. fol. 1‑4vo.

20 Ibid., fol. 5.

21 Ibid., fol. 5vo : « Jacobus Michaelis notario habet […] in dicto cartono juxta ecclesiam […] Rostagnus Agary habet hospicium in dicto cartono Platee retro episcopatum ; fol. 8 : Huga Eudesse habet […] in predicto cartono Platee juxta Sanctum Stephanum […] » ; fol. 8vo : « Petrus de Aligno […] in Platea in cartono predicto… »

22 Ibid., fol. 11.

23 AD de Vaucluse, 3 E 33/99, fol. 47, partage des biens hérités de leurs parents par Antoine et Gabriel Posseli.

24 AD de Vaucluse, C 88, fol. 15vo : « Raymunda relicta Raudeti Lapauta et heredes dicti Raudeti habent hospicium in eodem cartono ante Sanctum Laurentium… » 3 E 33/72, fol. 40, le 9 avril 1414 ; la maison louée à Honoré Castrinovo se situe « infra civitatem Cavallicensem prope sanctum Laurentium in carreria de Galleto ».

25 AD de Vaucluse, C 88, fol. 16 : « Johannis Vassolis habet […] in dicto cartono in Saunaria in carreria de Fabricis. » La rue de Fabricis est identifiable sur le cadastre napoléonien.

26 Ibid., fol. 23‑30vo.

27 Ibid., fol. 26vo puis 29‑29vo. Le terme « îlot » n’apparaît pas dans le document, les subdivisions opérées à l’intérieur de chacune des parts décrites ne portant pas de nom, il est simplement descriptif.

28 Ibid., fol. 30vo-34vo.

29 Ibid., fol. 34vo-35vo.

30 Ibid., fol. 35vo-37vo.

31 Ibid., fol. 37vo-40vo.

32 Ibid., fol. 40vo-43vo.

33 Ibid., fol. 43vo : « Item eumdo a cadro meniorum vocato magistri Gaulterii Aybeline per iter publicum versus Crucem de Urgone. »

34 Ibid., fol. 189vo.

35 Ibid., fol. 46.

36 Ibid., fol. 46‑48v; 48vo‑50vo ; 50vo‑51vo ; 52.

37 Ibid., fol. 52vo-69.

38 Ibid., fol. 69vo-70.

39 Ibid., fol. 93‑96.

40 D. Lord Smail, Imaginary Cartographies, Possessions and Identity in Late Medieval Marseille, Ithaca/Londres, Cornell University Press, 2000.

Table des illustrations

Titre Carte no 1 : Restitution de l’itinéraire suivi à l’intérieur des murs
URL http://books.openedition.org/eua/docannexe/image/6311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Carte no 2 : Restitution de l’itinéraire suivi dans la première part
URL http://books.openedition.org/eua/docannexe/image/6311/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 607k

Auteur

Architecte et historienne de formation, Maëlle Ramage est chef de projet pour le ministère de la Justice. Elle a réalisé son doctorat au Lamop (Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris, UMR 8589) et sa thèse, non publiée, propose une histoire du gouvernement de la ville de Cavaillon entre le milieu du xiiie siècle et le début du xve siècle. Elle s’intéresse particulièrement aux modalités d’appartenance sociale issues de la dynamique entre droit, écrit et construction de l’espace, comme l’illustrent de nombreuses communications et publications.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search