Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la représentation à l’exposition de soi

 | 
Angélica Liddell

Avant-propos

Olivier Py

Texte intégral

1Certainement l’Europe est orpheline de ce temps où la poésie et la pensée ne faisaient qu’un, où le théâtre et la politique étaient absolument confondus, où le mythe et l’idée s’exprimaient d’une même voix sous le masque tragique.

2Depuis la conceptualisation de la philosophie, les poètes n’ont pas été chassés de la Cité comme le rêvait Socrate mais considérablement éloignés de la sphère du savoir. Le savoir lui-même s’est étendu si loin qu’il a inventé un langage entièrement neuf, et la science est apparue comme l’exact opposé de l’artifice. Mais quelle étrange raison que celle qui croit échapper à l’incarnation pour ne plus être qu’enseignement théorique ?

3Il ne s’agit pas de confondre ici le théâtre et l’université, mais de comprendre encore et encore ce qui dans le théâtre pense et de quelle manière cette pensée pense la pensée. De même, orientons la sévère étude vers des expériences qui défient ces certitudes et donnent aux sciences humaines cette humanité que le théâtre n’a pas cessé de proclamer.

4Un lien, un pont, un lieu médian, pour que l’espoir anthropogène s’exprime autant par la formulation savante que par l’exaltation du théâtre. Alors le beau mot de théâtre ne serait plus avili à un divertissement sans perspective. Ces Leçons de lumière savent qu’il y a par-delà l’amphithéâtre une ville en fête, enivrée d’art et de mots. Et ce festival sans égal sait qu’il peut compter sur l’université pour prendre le temps de s’interroger et de s’approcher de son propre mystère.

5Que ces textes témoignent donc de notre volonté de décloisonner tous les domaines du savoir, et que le périmètre de notre recherche s’agrandisse jusqu’à des lieux inconnus. Participer à l’aventure permet de croire que les poètes éloignés pour un temps reviendront dans un esprit de concorde.

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540