Version classiqueVersion mobile

À l’assaut du Palais

 | 
Paul Payan

Chapitre 6

D’Avignon à Rome, de la Chrétienté à l’Europe

Texte intégral

  • 1 P. Ronzy, Le Voyage de Grégoire XI ramenant la papauté d’Avignon à Rome (1376-1377), Florence, Inst (...)

[Avignon] ô ville magnifique, on a dit de toi des merveilles et maintenant tu gis, prostrée, dans la poussière et la cendre et tu restes privée de l’époux sans qu’il y ait de ta faute, méprisée de tous telle une pécheresse sans alliance légitime1.

1Ce texte a été écrit, en latin, à la fin du xive siècle par Pierre Ameilh de Brenac, confesseur et bibliothécaire du pape Grégoire XI. Il évoque le départ de celui-ci d’Avignon en direction de Rome, en 1376. Le style n’est pas léger, il est l’œuvre de quelqu’un qui cherche à imiter, un peu maladroitement, les premiers auteurs humanistes sans avoir le talent de Pétrarque, mort deux ans plus tôt en 1374. Mais il témoigne du véritable déchirement que fut, pour de nombreux membres de la curie pontificale, le départ d’Avignon :

  • 2 Ibid.

Ô cœur triste, pourquoi, au sortir de la douce Provence es-tu accablé de douleur ? Jamais, où que tu ailles, ne t’abandonnera, sois-en bien sûr, l’amour de la patrie. Beauté du monde, adieu, prie pour moi, je ne puis parler, mes yeux se voilent de larmes, plus dur que le rocher est qui ne s’attendrit point, prenant congé de toi. […] Il n’est pas jusqu’au Maître qui ne pleure, tous les visages sont en larmes et tous les cœurs se brisent2.

2L’installation d’un pape à Avignon, sur laquelle on a beaucoup glosé, s’est faite finalement en douceur, assez progressivement entre Clément V et Jean XXII, sans qu’il y ait eu un déménagement brutal de l’Italie vers Avignon. C’est le retour en revanche qui fut difficile, car il fallait déménager une véritable capitale, une cour et une administration largement peuplées par des Gascons, des Français et des Languedociens.

3À deux reprises, en 1367 puis en 1376, un pape quitte Avignon pour Rome ; à deux reprises, les Avignonnais voient revenir un pape ! Ce retour manqué débouche sur la terrible crise du Grand Schisme, la plus grave de toute l’histoire de la papauté, et sur une interrogation fondamentale sur la place de l’évêque de Rome dans la Chrétienté, à l’occasion de grands conciles novateurs, à Pise, à Constance, à Bâle.

4Si la réinstallation de la papauté à Rome est effective dans les années 1420, il faut attendre le milieu du siècle pour que se résolvent les dernières déchirures issues du Schisme, soit près d’un siècle après le premier départ d’Urbain V d’Avignon, en 1367. C’est cette histoire complexe qu’il faut évoquer pour clore la réflexion sur la présence pontificale sur les bords du Rhône. L’ampleur des soubresauts qui l’ont suivie permet de mesurer son impact, non seulement pour l’histoire de l’Église et d’Avignon, mais pour celle de toute l’Europe.

Le difficile départ d’Avignon

5Il a donc fallu s’y prendre à deux fois pour retourner à Rome. Urbain V, le premier, eut le courage de forcer les résistances et de gagner l’Italie en 1367. Il passa trois ans à Rome puis, discrètement, sans doute poussé par ses cardinaux, il rentra en 1370 à Avignon où il mourut quelques semaines après son arrivée. Son successeur Grégoire XI reprit très vite le projet, mais en se donnant le temps d’organiser au mieux le déménagement, attendant notamment la négociation d’une trêve entre la France et l’Angleterre. Il ne quitta Avignon que le 13 septembre 1376.

6Dans les deux cas, le pape a été encouragé dans sa décision par les appels des Romains, et les injonctions de grandes figures intellectuelles et spirituelles, soucieuses des dérives institutionnelles et politiques de l’Église avignonnaise : Pétrarque pour Urbain V, Catherine de Sienne pour Grégoire XI. Cette pression se manifesta par des lettres abondantes et une ambassade de Catherine à Avignon en 1376.

7Pourtant, ces démarches ne furent probablement pas déterminantes, contrairement à ce qu’on lit souvent. L’insistance de Catherine de Sienne a plutôt servi la politique de Grégoire XI en lui permettant de s’appuyer sur la réputation de la mystique italienne pour imposer à tous la nécessité du retour.

8Les résistances, en effet, sont très fortes. Elles viennent de la cour de France et s’expriment par la bouche du duc d’Anjou venu dissuader le pape de passer les Alpes ; elles sont aussi le fait des cardinaux qui, pour la plupart, ont leurs réseaux à l’ouest des Alpes et connaissent très mal l’Italie. Pétrarque s’en moque avec férocité dans une lettre à Urbain V de 1368 dans laquelle il décrit des prélats seulement soucieux de trouver du bon vin pour leurs banquets. Le pape est alors à Rome, mais on perçoit les tentations du retour :

  • 3 Pétrarque, Lettres de la vieillesse, E. Nota (éd.), C. Laurens (trad.), t. III, Paris, Les Belles L (...)

J’entends dire en effet – et il n’y a rien de plus affligeant et de plus révoltant à entendre – qu’il y en a certains ici qui murmurent qu’ils n’ont pas en Italie de vin de Beaune. Puissent ces vignes (pour un peu je dirais toutes les vignes) n’avoir jamais existé, si elles étaient destinées à produire une vendange aussi empoisonnée pour l’Église du Christ ! […] Et encore s’ils jugeaient correctement de cela même : à quel vin est due la palme ! Avignon n’aurait pas été si longtemps préférée aux autres terres au préjudice d’une multitude de villes connues. Là en effet on sait trop bien pour qu’il soit besoin de le prouver qu’il n’y a de bon que ce qui est importé3.

9Il a donc fallu une solide volonté politique, de la part d’Urbain V puis de Grégoire XI, afin d’imposer et d’organiser le voyage. Il a fallu aussi organiser le suivi d’un fonctionnement administratif devenu très complexe, dédoubler les services, laisser dans le Palais d’Avignon une partie des fonctionnaires, sous la surveillance de six cardinaux. Le voyage lui-même est long, difficile et périlleux. L’essentiel se fait par la mer, au départ de Marseille, au gré des aléas du temps et de la navigation. Parti en septembre 1376, Grégoire XI n’arrivera à Rome que le 17 janvier 1377.

10Et puis intervient le drame de 1378 : un pape qui meurt trop tôt, dans un contexte romain très tendu ; un conclave agité qui aboutit à l’élection d’Urbain VI, un Napolitain qui n’était pas cardinal et qui entre rapidement en conflit avec ceux qui l’ont élu ; la rébellion des cardinaux qui déclarent l’élection invalide puis élisent un pape concurrent, Clément VII. Le Grand Schisme a commencé.

11Depuis Avignon, on a suivi cette affaire de loin, mais les six cardinaux qui y étaient restés se sont ralliés au coup de force de leurs collègues. Et quelques mois plus tard, en juin 1379, ils voient revenir Clément VII. Ce retour n’est pas glorieux, mais la conséquence de son échec en Italie. C’est un repli dans un refuge sûr.

12Une nouvelle papauté d’Avignon s’organise alors, obnubilée par la nécessité de s’imposer face à sa concurrente romaine, et de plus en plus dépendante des États, principalement de la cour de France, son premier soutien au début de la crise. Benoît XIII, successeur de Clément VII, en subit tout le poids et résiste avec opiniâtreté aux pressions parisiennes pour qu’il accepte l’abdication.

13Lorsqu’il quitte Avignon à son tour, c’est en cachette, le 12 mars 1403 à l’aube. Il fuit un Palais encerclé depuis plus de quatre ans par des troupes aux ordres des cardinaux, de la France et des Avignonnais, qui n’ont jamais réussi à le faire fléchir. Son évasion réussie est un violent camouflet infligé à ses adversaires, mais elle éloigne encore les perspectives de résolution de la crise. Désormais, celle-ci se jouera loin d’Avignon, même si la ville reste encore sous le contrôle des hommes de Benoît XIII pendant une dizaine d’années.

La papauté en débats

14Il faudra deux conciles pour résoudre ce schisme interminable, tous les deux très originaux dans leur composition et leur fonctionnement. Le premier se tient à Pise en 1409, à l’initiative des cardinaux des deux camps qui ont abandonné leurs maîtres, soupçonnés de ne pas chercher véritablement l’unité. La réunion est un succès mais débouche sur un résultat qui paraît absurde : les deux papes sont officiellement jugés et déposés, un nouveau pontife est élu, Alexandre V, mais comme les deux premiers conservent quelques soutiens ce sont désormais trois papes qui sont en concurrence ! Il ne s’agit pourtant pas d’un coup pour rien, car les deux récalcitrants sont marginalisés, et les discussions de Pise ont jeté les bases d’une résolution de la crise par la voie conciliaire.

15C’est pourquoi un nouveau concile se réunit quelques années plus tard à Constance, en 1414, à l’initiative cette fois de l’empereur Sigismond et avec l’accord du pape Jean XXIII, le successeur d’Alexandre V. Cette assemblée conciliaire exceptionnelle siège jusqu’en 1418 et rassemble des centaines de représentants de toute l’Europe. Pour la première fois, on y délibère et vote par « nation » – française, italienne, allemande, anglaise, espagnole – à partir de travaux préparés dans des commissions. Il s’agit d’une véritable assemblée européenne avant la lettre, avec toutes les difficultés que cela suppose.

16Cette fois, les résultats sont réels : dès 1415, Jean XXIII est déposé et Grégoire XII, l’héritier de la lignée romaine, accepte de démissionner. Il ne reste que Benoît XIII, réfugié sur son rocher de Peñíscola et qui ne veut rien entendre, même lorsque l’empereur Sigismond fait lui-même le déplacement pour le rencontrer à Perpignan. L’empereur parvient tout de même à convaincre ses soutiens espagnols de l’abandonner et d’envoyer des représentants à Constance. On y procède à une nouvelle condamnation de Benoît XIII, qui aboutit en 1417, puis à l’élection d’un nouveau pape selon une procédure inédite puisque le conclave est composé non seulement des cardinaux mais de représentants de chaque nation. Ce collège électoral désigne le 11 novembre 1417 un nouveau pape, reconnu par la quasi-totalité de la Chrétienté, Martin V.

17Le concile ne s’est pas contenté de la résolution du Schisme. Il a aussi renforcé considérablement ses pouvoirs au détriment de ceux du pape. Par le décret Frequens de 1417, les pères ont décidé qu’il faudrait désormais réunir un concile tous les dix ans. Il s’agissait ainsi de la mise en place d’une assemblée représentative dotée d’un certain pouvoir de contrôle, au sein d’un régime qui était jusqu’alors exclusivement monarchique. L’expérience, restée unique dans l’histoire de l’Église, allait se heurter à de multiples difficultés.

18À commencer par le Schisme, qui semble ne jamais finir. Si l’élection de 1417 a suscité une large adhésion et un grand soulagement, Benoît XIII est toujours vivant à Peñíscola, entouré de ses derniers fidèles et des centaines de livres ramenés d’Avignon. Il finit tout de même par mourir, en 1422, âgé sans doute de quatre-vingts ans. Mais il a nommé quelques mois auparavant des cardinaux parmi ses derniers serviteurs et ceux-ci, le plus sérieusement du monde, lui désignent un successeur, Clément VIII. Ce dernier se maintient plusieurs années avant d’accepter enfin d’abdiquer, sous la pression de Rome et du roi d’Aragon, le 26 juillet 1429.

19Il y a plus étonnant encore. La succession de Benoît XIII a été contestée par un de ses cardinaux, Jean Carrier, absent au moment de sa mort. Celui-ci aurait élu un énigmatique Benoît XIV dont on ne sait pas grand-chose, sinon que ses derniers partisans se rencontrent du côté des Cévennes et du comté d’Armagnac.

20Voilà pourquoi, un jour d’août 1429, à Compiègne, Jeanne d’Arc reçoit une curieuse lettre de Jean IV, comte d’Armagnac :

  • 4 P. Champion, Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, Paris, H. Champion, 1920-1921, t. I, p. 202‑20 (...)

Ma Très Chière Dame, je me recommande humblement à vous et vous supplie pour Dieu que, actendu la division qui en présent est en saincte Eglise universal, sur le fait des papes (car il i a trois contendans du papat : l’un demeure à Romme, qui se fait appeller Martin quint, auquel tous les rois chrestiens obéissent ; l’autre demeure à Paniscole, au royaume de Valence, lequel se fait appeller pape Clement VIIIe ; le tiers en ne scet où il demeure, se non seulement le cardinal de Saint-Estienne et peu de gens avec lui, lequel se fait nommer pape Benoist XIIII ; le premier, qui se dit pape Martin, fut esleu à Constance par le consentement de toutes les nacions des chrestiens ; celui qui se fait appeller Climent fut esleu à Paniscole, après la mort du pape Benoist XIII, par trois de ses cardinaulx ; le tiers, qui se nomme pape Benoist XIIII, à Paniscole fu esleu secrètement, mesmes par le cardinal de Saint-Estienne) : veuillez supplier à Nostre Seigneur Jhésuscrit que, par sa miséricorde infinite, nous veulle par vous déclarier qui est, des trois dessusdiz, vray Pape, et auquel plaira que on obéisse4.

21La pauvre Jeanne dut être bien surprise par cette affaire dont elle ignorait certainement tout. Elle fit cependant une réponse, dont la prudence lui sera reprochée plus tard, au moment de son procès :

  • 5 Ibid., p. 203.

Comte d’Armignac, mon très chier et bon ami, Jehanne la Pucelle vous fait savoir que vostre message est venu pardevers moy. […] De laquelle chose ne vous puis bonnement faire savoir au vray pour le present, jusques à ce que je soye à Paris ou ailleurs, à requoy ; car je suis pour le présent trop empeschiée au fait de la guerre ; mes quant vous sarez que je seray à Paris, envoiez ung message pardevers moy, et je vous feray savoir tout au vray auquel vous devrez croire, et que en aray sceu par le conseil de mon droiturier et souverain Seigneur, le Roy de tout le monde, et que en aurez à faire, à tout mon povoir5.

22Cette étrange affaire est finalement restée assez anecdotique. Ce qui le fut moins, ce sont les démêlés du pape, désormais à Rome, avec le système conciliaire mis en place à Constance.

23Car la réunion périodique du concile a été appliquée : il y en eut un à Sienne en 1423, puis à Bâle à partir de 1431. Mais celui-ci entra rapidement en conflit avec le pape Eugène IV. Les partisans d’un conciliarisme plus poussé donnèrent de la voix et la tension monta pendant plusieurs années. Le pape tenta en coup de force en 1438 en ordonnant le déplacement du concile à Ferrare. Les plus convaincus se rebellèrent, restèrent à Bâle, condamnèrent le pape Eugène IV, et en élurent un nouveau ! Leur choix était curieux, car il portait sur le trône pontifical l’ancien duc de Savoie Amédée VIII qui sortit de sa retraite de Ripaille pour devenir le pape Félix V. Le conciliarisme débouchait sur un nouveau schisme ! L’obédience du pape de Bâle resta limitée à la Savoie, mais la situation perdura tout de même dix ans, jusqu’à l’abdication de Félix V en 1449.

24En 1450, le pape Nicolas V peut célébrer à Rome un jubilé qui marque l’unité enfin retrouvée, et la fin de plusieurs décennies de crises et de débats. C’est seulement à ce moment-là, peut-être, que s’achève le long voyage d’Avignon à Rome.

Rome, nouvelle Avignon ?

25Si Avignon s’était imposée au xive siècle comme une vraie capitale, Rome était à reconstruire. Les papes du xve siècle en ont fait un immense chantier, s’inspirant largement de l’expérience avignonnaise, dans un contexte d’humanisme et de Renaissance qui donnait une valeur nouvelle aux restes antiques de la Ville éternelle.

26Le pape est l’évêque de Rome, et pourtant ce n’est pas dans sa cathédrale, la basilique Saint-Jean-de-Latran, qu’il s’installe après le retour d’Avignon, mais au Vatican, à côté de la basilique Saint-Pierre. Il s’affirme ainsi comme le chef de l’Église, successeur de Pierre. Le palais apostolique est reconstruit, agrandi. On y retrouve, comme à Avignon, des chapelles peintes – la chapelle Nicoline, puis la Sixtine –, des fortifications – la tour Borgia et la liaison renforcée avec le château Saint-Ange –, des appartements de plus en plus vastes, pour Alexandre VI puis Jules II.

27Au début du xvie siècle, Rome est devenue ce qu’était Avignon cent cinquante ans plus tôt : une capitale spectaculaire où se pressent les artistes les plus prestigieux. Le moment le plus remarquable fut sans doute le pontificat de Jules II (1503-1513) qui lança la reconstruction de la basilique Saint-Pierre et la décoration du plafond de la Sixtine confiée à Michel-Ange. Or, avant de devenir le pape Jules II, Giuliano Della Rovere avait été pendant vingt-cinq ans archevêque d’Avignon et légat pontifical. C’est à lui que l’on doit notamment la nouvelle façade du Petit Palais (fig. no 24).

Fig. no 24 : Petit Palais

Fig. no 24 : Petit Palais

Le Petit Palais fut la résidence de l’évêque d’Avignon, dépossédé par Benoît XII de son palais jouxtant la cathédrale. L’élégante façade renaissante a été réalisée à la fin du XVe siècle à la demande du légat Giulano Della Rovere, brillant prélat amateur d’art, et qui devint plus tard à Rome le pape Jules II.

© Empreinte d’ailleurs

28Installé dans une nouvelle capitale, le pape a-t-il pour autant retrouvé sa place ? C’est le cas en apparence, car l’autorité pontificale est constamment réaffirmée et on a renoncé aux expériences conciliaristes. Mais le Schisme a laissé des traces. C’en est fini de la vieille Chrétienté médiévale où le pape et l’empereur se disputaient le pouvoir suprême. Désormais, ce sont les États et les grandes monarchies qui s’imposent, qui veillent jalousement sur leur clergé, et qui considèrent le pape comme un acteur parmi d’autres de la géopolitique européenne. Il y a plus grave : en se focalisant sur les problèmes de gouvernement de l’Église, on en a oublié la véritable réforme, spirituelle et morale, qui était attendue depuis longtemps et pas seulement par Opicino et Jean de Roquetaillade. La réputation sulfureuse des Borgia, à la fin du xve siècle, confirme que cette réforme ne pourra pas venir du pape.

29Les velléités de changement qui auraient pu s’exprimer dans le cadre des conciles ont été étouffées sur l’autel de la défense de l’autorité de l’Église. L’affaire Jean Hus en est l’exemple tragique. Ce prédicateur praguois, admirateur des idées audacieuses de l’Anglais John Wyclif, s’était rendu à Constance en 1415 pour se défendre des accusations portées contre lui. En dépit d’un sauf-conduit impérial, il fut arrêté, jugé et brûlé sur un bûcher. Ce fut le point de départ d’un mouvement de contestation très puissant en Bohême, le hussisme, que l’Église romaine ne parvint jamais à éradiquer. Il y a là les prémices d’une réforme aux allures de révolte et teintée de nationalisme, non plus interne à l’Église, mais opposée à elle : ce sera le grand mouvement protestant du xvie siècle.

30Que devient Avignon dans le monde nouveau qui émerge de ces tensions ? Longtemps après le départ subreptice de Benoît XIII, la ville nourrit la nostalgie de son statut de capitale, et espère encore jouer un rôle de premier plan.

  • 6 Cf. supra, p. 43.

31Le pape n’est plus là, mais la ville et le Comtat sont toujours terres pontificales, administrées par un légat, et la force d’attraction d’Avignon est toujours très importante. Les autorités communales, brimées au temps de la présence des papes, en profitent pour retrouver une certaine vigueur, par le biais d’institutions renouvelées autour d’un conseil de ville représentant les citoyens répartis en trois corps – originaires, citramontains et ultramontains6 – preuve d’une intégration progressive de la population immigrée et d’une volonté d’attirer à nouveau (fig. no 25).

Fig. no 25 : Retable Peruzzi (v. 1480)

Fig. no 25 : Retable Peruzzi (v. 1480)

New York, Metropolitan Museum of Art.
Les commanditaires de ce grand retable, offert au couvent des Franciscains d’Avignon, et qui sont représentés au premier plan, font partie d’une grande famille d’origine italienne, les Peruzzi, tellement bien intégrés à la fin du XVe siècle à la société avignonnaise qu’ils ont transformé leur nom en Pérussis. La ville d’Avignon qui apparaît en arrière-plan reste alors une ville singulière, marquée par la présence monumentale du Palais et appartenant toujours au pape, séparée du royaume de France par un pont immense et un fleuve turbulent dont la possession sera longtemps disputée.

Domaine public

32Depuis les bords du Rhône, on garde un œil sur l’évolution des événements. En 1436, alors que les discussions se tendent entre Bâle et Rome, on parle de la réunion prochaine d’un grand concile d’union avec l’Église grecque, sans savoir où l’organiser. Rapidement, Avignon se porte candidate, envoie une délégation à Bâle, dépense beaucoup d’argent pour faire valoir ses capacités d’accueil. Malheureusement pour elle, les Grecs ne veulent pas aller aussi loin et le pape ne tient sans doute pas à retourner à Avignon. Le concile se tiendra finalement à Florence en 1439.

33Quelques années plus tard, un épisode étonnant agite Avignon. Le 15 septembre 1443, une insurrection a lieu aux cris de « Vive Savoie ! Vive le pape Félix ! ». Il s’agit d’un véritable coup de force, bien préparé par un chevalier et soutenu par l’importante communauté savoyarde. Imaginaient-ils faire venir à Avignon Félix V ? Les insurgés parviennent à prendre la porte Saint-Lazare et la tour du Pont, les principales entrées de la ville. Mais la réaction du légat Pierre de Foix est rapide et brutale. Les tours sont rapidement reprises, les meneurs sont arrêtés et la plupart sont pendus un peu partout dans la cité.

34Avignon vivait donc encore au rythme des soubresauts de l’Église. Peu à peu cependant, il fallut abandonner les rêves de grandeur et retrouver un statut de ville moyenne, pourvue cependant d’une réelle singularité renforcée en 1481 par l’annexion de la Provence à la France. Depuis lors et jusqu’à la Révolution, Avignon et le Comtat vivront sous l’autorité à nouveau lointaine de Rome, représentée par des légats puis des vice-légats installés dans un palais désormais trop grand, et dans la proximité d’un royaume à l’attraction grandissante.

Notes

1 P. Ronzy, Le Voyage de Grégoire XI ramenant la papauté d’Avignon à Rome (1376-1377), Florence, Institut français, 1952, p. 75. Cité par Guillemain, Les Papes…, op. cit., p. 172.

2 Ibid.

3 Pétrarque, Lettres de la vieillesse, E. Nota (éd.), C. Laurens (trad.), t. III, Paris, Les Belles Lettres, 2004, IX, 1, p. 120‑122.

4 P. Champion, Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, Paris, H. Champion, 1920-1921, t. I, p. 202‑203.

5 Ibid., p. 203.

6 Cf. supra, p. 43.

Table des illustrations

Titre Fig. no 24 : Petit Palais
Légende Le Petit Palais fut la résidence de l’évêque d’Avignon, dépossédé par Benoît XII de son palais jouxtant la cathédrale. L’élégante façade renaissante a été réalisée à la fin du XVe siècle à la demande du légat Giulano Della Rovere, brillant prélat amateur d’art, et qui devint plus tard à Rome le pape Jules II.
Crédits © Empreinte d’ailleurs
URL http://books.openedition.org/eua/docannexe/image/5881/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. no 25 : Retable Peruzzi (v. 1480)
Légende New York, Metropolitan Museum of Art. Les commanditaires de ce grand retable, offert au couvent des Franciscains d’Avignon, et qui sont représentés au premier plan, font partie d’une grande famille d’origine italienne, les Peruzzi, tellement bien intégrés à la fin du XVe siècle à la société avignonnaise qu’ils ont transformé leur nom en Pérussis. La ville d’Avignon qui apparaît en arrière-plan reste alors une ville singulière, marquée par la présence monumentale du Palais et appartenant toujours au pape, séparée du royaume de France par un pont immense et un fleuve turbulent dont la possession sera longtemps disputée.
URL http://books.openedition.org/eua/docannexe/image/5881/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 734k

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search