Version classiqueVersion mobile

Rome : éduquer et combattre

 | 
Catherine Wolff

Recruter et former, tout un combat

L’éducation sportive à Rome. Campus et pratiques religieuses

Texte intégral

  • 1 Quintilien, Inst., I, 11, 15-17 ; Sénèque, Ep., II, 15, 2-4 et 6 ; X, 83, 3-4 ; XI-XIII, 88, 19.
  • 2 O. Grodde, Sport bei Quintilian, Hildesheim, Weidmann, 1997, p. 72-87.

1L'exercice physique était très important à Rome. Il était le complément attendu de la formation intellectuelle, et le jeune Romain ne recevait pas une éducation complète s’il ne le pratiquait pas. Même les auteurs qui, comme Quintilien ou Sénèque, voyaient l’exercice physique comme un concurrent possible de l’activité intellectuelle et recommandaient de privilégier la seconde plutôt que le premier n’en soulignaient pas moins la nécessité de ce dernier, à condition donc qu’il fût modéré1. Quintilien ne peut que préconiser à l’orateur d’entretenir son corps. Prononcer un discours est en effet aussi un exercice physique, et l’orateur doit par conséquent veiller à la bonne santé de son corps. Mais l’entraînement physique ne saurait être un but en soi2.

  • 3 Cicéron, Rep., IV, 4. Même idée chez Lucain, La Guerre civile, VII, 270-272. A. D. Booth, « Roman A (...)
  • 4 N. B. Crowther, « Cicero’s Attitude to Greek Athletics », Nikephoros, 14, 2001, p. 67. Voir aussi C (...)
  • 5 Garcia Romero, « Ancient Greek Sport and Roman Identity », art. cité, p. 443-444 et p. 446-447.
  • 6 Plutarque, Quaest. Rom., 40, 274d.
  • 7 Tite-Live, Histoire de Rome, XXIX, 19, 11-12. Plutarque, Cato Ma., 3, 7, met dans la bouche de Cato (...)
  • 8 Plutarque, Quaest. Rom., 40, 274d. Strabon., X, 4, 16, à propos des mesures prises par Éphore en Cr (...)
  • 9 Mann, « Griechischer Sport und römische Identität », art. cité, p. 125-158 : le discours négatif de (...)
  • 10 Cicéron, Ver., II, 5, 72, 185 ; Cael., XV, 36 ; Arch., VI, 13 ; Tusc., IV, 33, 70 ; Horace, S., II, (...)
  • 11 C. Mann, « Griechischer Sport und römische Identität », art. cité, p. 125, p. 131-135 et p. 147-151
  • 12 E. Felsenheld, « Galien et la gymnastique : science sans conscience n’est que ruine de l’âme », BAG (...)
  • 13 N. B. Crowther, « Nudity and Morality… », art. cité, p. 379 ; M. Reis, Sport bei Horaz, op. cit., p (...)
  • 14 Grodde, Sport bei Quintilian, op. cit., p. 74 et p. 89.
  • 15 M. Junkelmann, « Griechische Athleten in Rom. Boxen, Ringen und Pankration », dans E. Köhne et C. E (...)
  • 16 P. Herz, « Die Entwicklung der griechischen Agonistik in der Kaiserzeit », dans N. Müller et M. Mes (...)
  • 17 Van Nijf, « Athletics, Festivals and Greek Identity », art. cité, p. 186-188 ; Mann, « Griechischer (...)

2Cet exercice physique n’était pas conçu comme celui des Grecs. Cicéron évoque par l’intermédiaire de Scipion l’absurdité de l’entraînement des jeunes au gymnase et le caractère inapproprié de l’entraînement militaire des éphèbes3. On trouve déjà ce second reproche chez des auteurs grecs, mais cela n’en éclaire pas moins la vision romaine des exercices pratiqués par les Grecs4. Un autre reproche très fréquent à l’encontre de l’exercice physique tel qu’il était pratiqué par les Grecs était celui de l’immoralité et de la corruption qu’il entraînait pour ceux qui s’y adonnaient5. Comme l’écrit Plutarque, les Romains étaient très méfiants à l’égard de l’usage de l’huile à sec, et ils considéraient que c’étaient les gymnases et les palestres qui avaient causé l’amollissement et l’asservissement des Grecs6. Le discours des adversaires de Scipion l’Africain est très caractéristique à cet égard. Quand ils décrivent son comportement à Syracuse, ils déclarent qu’il ne se conduit ni comme un Romain ni comme un soldat : il est vêtu à la grecque, il fréquente le gymnase et s’applique aux exercices de la palestre7. Les Grecs, selon Plutarque, de « vaillants hommes d’armes » et « brillants cavaliers » qu’ils avaient été, étaient devenus des « athlètes bien faits » et des « champions de palestre8 ». Il y avait donc d’un côté, pour les Romains, tout ce qui entraînait au maniement des armes et à l’équitation, et de l’autre tout ce qui était pratique sportive athlétique, qui ne permettait pas de devenir un bon soldat9. Aux yeux des Romains, la nudité liée aux exercices gymniques était une des causes de cette immoralité et de cette corruption, et elle les gênait tout particulièrement10. Le deuxième reproche proprement romain à l’encontre des pratiques grecques concernait le statut social de ceux qui prenaient part aux compétitions : des membres de l’élite dans les cités grecques. Pour les Romains, c’étaient les esclaves, les affranchis ou au mieux les citoyens romains des couches inférieures de la population qui descendaient dans l’arène ou le cirque11. Enfin les médecins comme Galien soulignaient les effets néfastes de l’exercice physique intensif et du régime suivi par les athlètes sur le corps et souhaitaient que les médecins fussent plus écoutés que les entraîneurs par les athlètes12. La pratique de la gymnastique a toutefois progressivement pris de l’importance, dans les palestres des thermes en particulier, et les Romains sont devenus familiers des pratiques sportives grecques13. Quand Quintilien aborde la question de la pratique sportive pour le futur orateur, c’est à un palaestricus qu’il pense pour donner des leçons à ce dernier14. Il n’y a cependant jamais eu beaucoup d’athlètes professionnels romains et les concours « à la grecque », avec boxe, lutte, pancrace15, pentathlon et courses, sont restés relativement peu nombreux à Rome. Suivant en cela l’exemple d’Auguste, certains empereurs comme Néron avec les Neronia (célébrés en 60 et 65 uniquement) ou Domitien avec les Capitolia, les jeux capitolins, ont cherché à mettre à l’honneur en Occident ce type d’épreuves16. Certes les Capitolia, institués en 86 en l’honneur de Jupiter Très Bon Très Grand, ont continué à être organisés jusqu’au ive siècle apr. J.‑C., mais ce type de tentatives n’a guère fait d’émules à Rome, alors que les empereurs ont encouragé l’organisation et la pratique de ces concours dans l’Orient grec17.

  • 18 Plutarque., Cat. Ma., 20, 6.
  • 19 Plutarque., Cat. Mi., 5, 6.
  • 20 Plaute, Mos., 151-152. M. W. Bloomer, The School of Rome. Latin Studies and the Origins of Liberal (...)
  • 21 Cicéron., Part., XXIII, 80. Voir aussi Cato, 58 : armes, équitation, lancer du javelot, escrime, je (...)
  • 22 Horace, Carm., I, 8, 3-12 ; III, 7, 25-28. Reis, Sport bei Horaz, op. cit., p. 112-113 : Horace se (...)
  • 23 Horace, Carm., III, 12, 7-12.
  • 24 Polybe, XXXII, 15, 5-8 (XXXI, 29, 5-8) ; Plutarque, Aem., VI, 9-10.
  • 25 Horace, Ars, 160-162 ; Ep., I, 18, 49-50 ; HA, Ver., 2, 10. A. Corbeill, « Education in the Roman R (...)
  • 26 Horace, Carm., III, 24, 51-58.
  • 27 HA, Had., 2, 1.
  • 28 HA, Marc., 4, 9-10. C. Wallner, Soldatenkaiser und Sport, Francfort, Peter Lang, 1997, p. 20 et p.  (...)
  • 29 HA, Com., 2, 9.

3En quoi consistait donc l’éducation sportive, le sport (exercitatio) à Rome ? Caton a appris à son fils à lancer le javelot, à combattre en armes et à faire de l’équitation, à pratiquer le pugilat, à supporter le chaud et le froid, à traverser à la nage les tourbillons du Tibre18. Cet entraînement très dur pourrait être une spécificité des Porcii, puisque Caton d’Utique endurcit également son corps par un entraînement physique sévère : il s’était habitué à supporter le froid et à marcher en toute saison19. Ils n’ont cependant pas été les seuls à agir ainsi. Plaute s’inspire certes des comédies grecques, mais l’énumération qu’il place dans la bouche de l’un de ses personnages, Philolachès, lorsque ce dernier se rappelle avec nostalgie qu’il était le premier à la gymnastique, évoque par de nombreux aspects l’éducation reçue par le fils de Caton : disque, lance, javelot, course, maniement des armes, équitation20. Cicéron, lorsqu’il décrit la formation qui conduit à la vertu, mentionne, en même temps que la formation de l’esprit, celle du corps : équitation, chasse, maniement des armes21. Chez Horace également, les jeunes gens, quand ils s’entraînent, se livrent à des compétitions et rivalisent entre eux, aussi bien pour l’équitation sur le Champ de Mars que pour la natation dans le Tibre22. L’équitation, la chasse, la lutte et la course restent ce qu’il faut louer chez un jeune homme et ce qui est objet de compétition23. La pratique de la chasse comme élément de l’éducation sportive est apparue avec Paul-Émile24. Grâce à elle, les jeunes gens apprenaient l’équitation et le maniement des armes, c’était donc une façon de se former au métier des armes. La chasse était considérée comme un exercice physique formateur au même titre que l’escrime ou l’équitation. Elle est devenue une activité présentée comme traditionnelle, pratiquée et aimée par les Romains de l’élite25. Quand on regrettait les temps présents, qui marquaient la décadence par rapport au passé, on montrait l’enfant qui ne savait plus monter à cheval et n’aimait pas chasser. Il préférait le cerceau grec ou les dés26. Hadrien aimait passionnément la chasse27, et les empereurs de façon générale sont présentés comme pratiquant des activités physiques traditionnelles : pugilat, lutte, course, chasse, c’est ce qu’aimait Marc Aurèle avant de se consacrer uniquement à la philosophie28. Aux mauvais empereurs comme Commode en revanche sont réservés les courses de chars et les combats de gladiateurs29.

  • 30 Plutarque, Mar., XXXIV, 5-6. Fortuin, Der Sport im augusteischen Rom, op. cit., p. 11-15.
  • 31 Végèce, Mil., I, 9 et de façon plus générale I, 10-11 et 13-18. Voir aussi Flavius Joseph, BJ, III, (...)
  • 32 Strabon, Géographie, V, 3, 8 ; Horace, S., I, 6, 122-126 ; Martial, Épigrammes, VII, 72, 9-10 ; XIV (...)

4Cette formation physique était donc surtout vue comme une formation aux métiers des armes : au moment où l’on devait attribuer le commandement de la guerre contre Mithridate, Marius, qui souhaitait ce commandement, est allé s’entraîner avec les jeunes gens sur le Champ de Mars, avec maniement des armes et équitation, malgré son âge et son obésité30. Végèce énumère les différents exercices physiques pratiqués par Pompée alors qu’il commandait une armée : saut, course, transport. Ses soldats pratiquaient les mêmes exercices, qui les préparaient à la bataille31. Il ne s’agit plus de jeunes hommes encore en âge d’aller à l’école, mais de soldats. Une grande partie des exercices était la même : cet entraînement physique était bien une préparation au métier militaire, même si le Champ de Mars était fréquenté aussi par des hommes qui souhaitaient simplement se détendre en jouant à la balle ou au cerceau32.

  • 33 Suétone, Aug., 83, 1 ; Tib., 13, 1 ; Plutarque, Pomp., 41, 4-5 ; Végèce, Mil., I, 18.
  • 34 Dion Cassius, LII, 26.
  • 35 Suétone, Tib., 13, 1.

5Pour réaliser au mieux la préparation des futurs cadres de l’armée au métier militaire, deux entraînements étaient privilégiés : les armes et l’équitation33. Mécène conseille à Auguste de veiller à ce que les enfants de sénateurs et de chevaliers aillent à l’école dès leur enfance, et que dès leur adolescence ils reçoivent une éducation physique et qu’ils apprennent à manier les chevaux et les armes34. Alors qu’il ne dit rien des professeurs pour la formation intellectuelle, il précise que les professeurs pour la formation physique doivent être employés par l’État et payés par lui. Dans son esprit, cette formation était aussi importante que l’autre, sinon plus, et l’État se devait de la surveiller. Il s’agissait d’une activité constitutive du citoyen romain, puisque durant son séjour à Rhodes, Tibère n’a plus pratiqué le maniement des armes et l’équitation (equi et armorum solitas exercitationes), qu’il pratiquait quotidiennement, et a abandonné le costume romain pour le costume grec35.

  • 36 Suétone, Aug., 83, 1.
  • 37 Les autres exercices physiques, tout comme le maniement des armes, pouvaient se pratiquer dans d’au (...)
  • 38 Horace, Ars, 160-162 ; Carm., III, 7, 26 ; Strabon, V, 3, 8 ; Tite-Live, II, 5 ; Denys d’Halicarnas (...)
  • 39 Borlenghi, Campus, op. cit., p. 23-24 ; Y. Le Bohec, « 350 000 sportifs professionnels sous le Prin (...)
  • 40 Ovide, Fast., II, 365-368.
  • 41 F. Coarelli, Guide archéologique de Rome, Paris, Hachette, 1994, p. 187.

6Le lieu par excellence pour pratiquer ces deux activités était le campus. Suétone présente l’équitation et le maniement des armes comme des exercitationes Campestres36, qui se pratiquent donc sur le campus, comme les autres exercices physiques, nous l’avons vu37. Le lieu d’entraînement à Rome était le Champ de Mars38. C’était sur ce Champ de Mars qu’à l’origine les soldats recrutés en mars s’entraînaient en attendant la campagne militaire, en juillet39. Même avant la fondation de Rome, c’était dans une plaine (campus), selon Ovide, que Romulus, son frère Remus et leurs compagnons s’entraînaient40. Il s’agissait d’une zone libre de constructions, qui se réduisit et se déplaça progressivement vers le nord, en raison de l’activité édilitaire sur le Champ de Mars41.

  • 42 H. Devijver et F. Van Wonterghem, « Il campus nell’impianto urbanistico delle città romane : testim (...)
  • 43 A. Bouet, « Un nouvel exemple de campus en Gaule narbonnaise : Vaison-la-Romaine (Vaucluse) », RAN, (...)
  • 44 Vitruve, De l’architecture, I, 7, 1.
  • 45 Devijver et Van Wonterghem, « Il campus nell’impianto urbanistico delle città romane… », art. cité, (...)
  • 46 Virgile, A., VII, 162-165. Les activités sportives sont les suivantes : équitation, tir à l’arc, la (...)
  • 47 H. Devijver et F. Van Wonterghem, « The Campus in the Urban Organization of Africa and Sardinia : T (...)
  • 48 Devijver et Van Wonterghem, « Il campus nell’impianto urbanistico delle città romane… », art. cité, (...)
  • 49 Bouet, « Un nouvel exemple de campus en Gaule narbonnaise », art. cité, p. 462 ; Borlenghi, Campus,(...)
  • 50 Bouet, « Un nouvel exemple de campus en Gaule narbonnaise », art. cité, p. 462.
  • 51 CIL X, 1236 : « Caius Catius fils de Marcus, quattuorvir, s’est occupé de faire aplanir le campus a (...)
  • 52 A. Bouet, « Complexes sportifs et centres monumentaux en Occident romain : les exemples d’Orange et (...)
  • 53 Devijver et Van Wonterghem, « Der “Campus”… », art. cité, p. 45 ; Bouet, « Campus et Juventus… », a (...)

7On retrouve ce campus dans de nombreuses villes d’Occident, où les campi sont apparus bien avant la période impériale pour certains42. Ce type de monument ne laisse que peu de traces, puisque la plupart du temps il s’agissait d’une aire découverte plate43. De taille plus ou moins grande, ce campus était placé, comme le Champ de Mars à Rome44, à l’extérieur de la ville45. Virgile devait avoir en tête cette localisation quand il décrit les activités sportives des enfants et des jeunes gens latins : ils s’entraînaient devant la ville (ante urbem)46. Les voies qui y conduisaient ou qui le traversaient étaient soigneusement entretenues47. Quelques exceptions existent, comme le bâtiment appelé la Grande Palestre à Pompéi, qui se trouve à l’intérieur de la ville, près de l’amphithéâtre48. Le campus s’est progressivement monumentalisé. C’est ainsi qu’il pouvait être bordé d’un portique, comme à Herculanum ou Vaison-la-Romaine, il était le plus souvent fermé par une enceinte, il comportait un bassin (piscina) pour la pratique de la natation49. On y trouvait, mais plus rarement, des aménagements utilitaires tels que des latrines, comme à Pompéi50, ou encore des bains, des exèdres (scholae), un cadran solaire (solarium) ou des lieux de promenade (ambulationes)51. Des thermes, un amphithéâtre ou encore le siège de la Iuuentus étaient parfois en relation directe avec lui ou à proximité immédiate52. Si c’était l’administration municipale qui s’occupait du campus et de ses aménagements, les notables offraient souvent à leurs concitoyens soit un campus, soit une enceinte pour ce dernier, soit d’autres aménagements qui lui étaient liés53.

  • 54 CIL V, 5279 : « Lucius Caecilius Cilo, fils de Lucius […] a ordonné que tous les ans, lors des Nept (...)
  • 55 Thuillier, Le Sport dans la Rome antique, op. cit., p. 92-93.
  • 56 CIL I2, 1529 ; CIL I, 1166 ; CIL X, 5807 ; ILS 5348 ; ILLRP 528 (Aletrium, Regio I) : « Lucius Beti (...)
  • 57 Borlenghi, Campus, op. cit., p. 25-27.
  • 58 Cicéron, Cael., V, 11. Voir les exercitationes Campestres mentionnées plus haut.
  • 59 S. L. Mohler, « The Iuvenes and Roman Education », TAPhA, 68, 1937, p. 442-444 ; P. Ginestet, Les O (...)
  • 60 Horace, Carm., III, 8, 7-12 ; Fortuin, Der Sport im augusteischen Rom, op. cit., p. 72-77.
  • 61 Devijver et Van Wonterghem, « Neue Belege zum “Campus”… », art. cité, p. 152 ; E. Bouley, « L’éduca (...)

8Les gladiateurs pouvaient s’y entraîner, les citoyens y pratiquer du sport (on pouvait y faire des distributions gratuites d’huile54), des jeux s’y dérouler55. Le campus était l’endroit ubei ludunt56, où l’on s’entraînait, cet entraînement n’étant plus nécessairement lié à la guerre, bien qu’il y ait pratique du maniement des armes57. Cicéron désigne les exercices pratiqués sur le Champ de Mars par l’expression ludus campestris58. Le mot ludus est particulièrement approprié, puisqu’il a été utilisé d’abord pour décrire un entraînement militaire imitant la bataille. De cette notion de caractère artificiel vient le sens de jeu et d’exercice guerrier, puis on est passé à toutes les formes d’instruction, dont intellectuelle, puis à l’endroit où cela avait lieu. Il a fallu alors préciser par une épithète quel était le type d’entraînement pratiqué dans le ludus. D’où l’expression ludus campestris. Le campus était enfin, et peut-être surtout, utilisé par les associations de la Jeunesse, les collegia iuuenum, que l’on trouvait surtout en Italie, et les iuuentutes, plutôt rurales et provinciales59. Ces associations, remises au goût du jour par Auguste, devaient assurer la formation sportive (maniement des armes et équitation) des jeunes gens appartenant le plus souvent à l’élite60. Les futurs héritiers de l’Empire, en tant que princes de la jeunesse, avaient la charge entre autres de favoriser la création dans les provinces des monuments destinés à l’éducation de la jeunesse de l’élite locale, c’est-à-dire des campi. C’est ainsi que Drusus, le fils de Tibère, a fait don d’un campus à la colonie d’Issa en Dalmatie en 20 apr. J.‑C.61.

  • 62 Pour l’entraînement des soldats : G. Horsmann, Untersuchungen zur militärischen Ausbildung im repub (...)
  • 63 Pour les discours aux troupes, voir les discours d’Hadrien à l’armée d’Afrique : Y. Le Bohec (éd.), (...)
  • 64 AE 1933, 214 ; 1931, 113 ; 1972, 636. Davies, Service in the Roman Army, op. cit., p. 94 ; Y. Le Bo (...)

9C’était aussi sur un campus (entre autres) que s’entraînaient les soldats62. Il s’agissait d’un espace carré ou rectangulaire ceint d’un mur, qui ne comportait comme construction qu’une tribune (tribunal en latin et βῆμα en grec) d’où les responsables pouvaient surveiller l’exercice ou s’adresser aux troupes63. On en a retrouvé des traces archéologiques à Lambèse, à Mirebeau-sur-Bèze (Côte d’Or) et en Bretagne ; ceux de Palmyre (aménagé en 183), Doura-Europos (aménagé en 208-209) et Colybrassos de Cilicie (aménagé en 288) sont attestés par l’épigraphie64. Il y en avait aussi un à Rome, près de la caserne des prétoriens.

  • 65 Pour ce passage, E. De Ruggiero, s.v. « Campestres » dans Dizionario epigrafico, II, op. cit., p. 4 (...)
  • 66 CIL VII, 1129 ; ILS 4829 ; RIB 2135 (« Aux Campestres et à Britannia, Quintus Pisentius Iustus, pré (...)
  • 67 AE 2003, 1274. B. Steidl, « Ein Altar für die “Campestres” aus Obernburg am Main », Bayerische Vorg (...)
  • 68 CIL VII, 1114 ; RIB I, 2177 ; ILS 4831c (Bretagne, Auchendavy) : « À Mars, Minerve, aux Campestres, (...)
  • 69 Horsmann, Untersuchungen zur militärischen Ausbildung, op. cit., p. 105-107.
  • 70 Speidel, « The Shrine of the Dii Campestres », art. cité, p. 118.
  • 71 Davies, Service in the Roman Army, op. cit., p. 118-119 ; Speidel, « The Shrine of the Dii Campestr (...)
  • 72 CIL VII, 510 ; RIB 1334 ; ILS 4828 : « Aux Matres Campestres et au Génie de l’aile I des Astures Ti (...)
  • 73 Ibid.

10Le campus, réservé aussi bien à des civils qu’à des militaires, était donc le lieu où l’on pratiquait l’exercice, autrement dit un terrain d’exercice ou de manœuvre. Des dieux présidaient-ils à l’exercice ? Un culte particulier était-il lié au campus ? Il y avait bien des cultes liés aux thermes ou à la palestre, lieux où étaient aussi pratiqués des jeux sportifs. Ce culte existait, pour ce qui concerne les soldats. De nombreux dieux présidaient aux exercices, dont Virtus et Disciplina, deux abstractions divinisées. Il existait également des divinités appelées Campestres65. Elles étaient les divinités du campus et on a retrouvé un autel dédié aux Campestres et à Britannia sur le terrain d’exercice de Castlehill, en Écosse, tout comme sur celui de Newstead (Trimontium)66 ; c’était sans doute aussi le cas pour l’autel dédié aux Campestres, autel trouvé à Obernburg am Main, où se trouvait un camp militaire67. Ces divinités pouvaient être associées à d’autres dieux, souvent Epona et les Suleuiae68. Elles pouvaient aussi être désignées en Afrique par l’expression générale Dii Campestres, dieux de la plaine (là où se déroulait l’exercice) ou dieux du campus69. Ce nom a sans doute été forgé sur celui de Dii Mauri, pour que ces divinités venues de l’extérieur soient acceptées par les Romains africains70. On a retrouvé à Gemellae, en Afrique, un temple contenant deux autels dédiés aux Dii Campestres. Ce temple se trouvait à l’extérieur du camp militaire, et l’on peut penser qu’il était proche du terrain d’exercice, du campus, dont on n’a cependant retrouvé aucune trace71. Avec la mention d’un temple aux Matres Campestres et au Genius alae pri(mae) Hispanorum Asturum sur une inscription retrouvée à Benwell (Condercum), sur le mur d’Hadrien72, c’est le seul sanctuaire aux Campestres connu à ce jour73.

  • 74 CIL II, 4083 ; II/14/02, 839 ; ILS 2416 ; RIT 38 ; AE 2012, 816 : « Consécration à Mars Campester. (...)
  • 75 De Ruggiero, Dizionario epigrafico, II, op. cit., p. 48.
  • 76 CIL VI, 533 ; ILS 2088 : « À la sainte Némésis Campestris, pour le salut de nos deux maîtres les em (...)
  • 77 Birley, The Roman Army. Papers, op. cit., p. 404.

11Campester peut aussi être une épithète accordée à un dieu, comme Mars, qualifié de Campester dans la péninsule Ibérique, à Tarraco74, ou encore de Némésis, qui peut être identifiée à Fortuna75, elle aussi qualifiée de Campestris à Rome76. Ainsi que le fait remarquer E. Birley77, dans les deux cas le dédicant est un campidoctor, un maître d’exercice, ce qui souligne le lien de l’épithète portée par les deux divinités avec le campus.

  • 78 Ibid., p. 419-421 ; Speidel, « The Shrine of the Dii Campestres », art. cité, p. 107.
  • 79 Speidel, Die Equites singulares Augusti, op. cit., p. 56-57, « The Shrine of the Dii Campestres », (...)
  • 80 Ibid.

12Ces divinités, des déesses en réalité (on trouve aussi le nom de Matres Campestres), sont d’origine celtique et elles ne sont connues que dans la partie occidentale de l’Empire78. C’étaient surtout les equites singulares Augusti (les gardes du corps à cheval de l’empereur) et de façon générale les cavaliers qui honoraient ces divinités, et ce sont ces gardes du corps qui ont apporté le culte des Campestres en Afrique, où elles sont donc devenues les Dii Campestres79, tout comme les cavaliers auxiliaires les ont répandues dans l’Occident romain depuis la Gaule, où elles étaient honorées à l’origine80.

  • 81 ILAlg. I, 3596 ; Y. Le Bohec, La Troisième Légion Auguste, Paris, CNRS, 1989, p. 362.

13À Tébessa, en Afrique, c’est une divinité proprement romaine qui est mentionnée dans une inscription d’époque flavienne : le Genius campi, le Génie du camp81.

  • 82 I. A. Richemond, « The Roman Army and Roman Religion », Bulletin of the John Rylands Library, 45, 1 (...)
  • 83 AE 1931, 113 : la cohors II Vlpia equitata ciuium Romanorum sagittariorum a construit un temple et (...)
  • 84 Irby-Massie, « The Roman Army », art. cité, p. 295.

14Des cérémonies religieuses se déroulaient sur le campus. C’est ainsi que tous les ans, le 3 janvier, le commandant dédiait un nouvel autel à Jupiter Optimus Maximus, l’ancien ayant été enterré82. Il y avait un temple sur le terrain d’exercice de Doura Europos83, tout comme, semble-t-il, sur le terrain d’exercice des cohortes prétoriennes et urbaines à Rome. Les equites singulares, souvent pour commémorer leur démobilisation, dressaient un autel en marbre, autel dédié aux Campestres, à Jupiter Optimus Maximus, à Junon, Minerve, Mars, Victoire, Hercule, Fortune et au genius singularium Augusti entre autres84.

  • 85 Coarelli, Guide archéologique de Rome, op. cit., p. 188.
  • 86 Devijver et Van Wonterghem, « The Campus in the Urban… », art. cité, p. 1048. Sur le territoire de (...)
  • 87 CIL XIII, 3107 (Nantes). 1999, 464. Voir aussi CIL XII, 4338 et Bouet, Les Thermes privés, op. cit, (...)
  • 88 CIL X, 1236 ; ILS 5392 ; ILLRP 116 (Nola, Regio I). Devijver et Van Wonterghem, « Der “Campus”… », (...)
  • 89 CIL X, 1781 ; CIL X, 1793 ; CIL I, 698 ; ILLRP 518 ; ILS 5317 ; ILS 5389, Puteoli, Regio I. Devijve (...)

15Qu’en était-il chez les civils ? Si des cultes étaient célébrés sur le campus, cultes qui n’étaient pas en lien étroit avec lui, il n’y avait pas de culte particulier lié aux activités sportives qui y étaient pratiquées. Il y avait sur le Champ de Mars (c’était du reste la raison de son nom) un autel de Mars, un sanctuaire très ancien, lié à la fonction militaire du campus85. Des cultes étaient liés à la présence de cet autel, mais ils étaient tous en relation avec la guerre, et pas avec la pratique des exercices, qu’ils fussent une préparation à la guerre ou pas. Il en allait de même pour les innombrables sanctuaires, temples, autels qui s’y trouvaient également, et qui n’étaient pas sur le terrain d’exercice proprement dit. À l’extérieur de Rome, il pouvait y avoir consécration d’un campus pour le salut d’un empereur86 ou consécration d’un campus et de son portique au numen de l’Auguste et à Vulcain87. Un campus pouvait être dédié au Génie de la colonie et des colons88. De façon générale, on trouvait sur le campus des tombeaux, des statues, des chapelles et des autels (sacella, arae)89. Mais il n’y avait pas de dédicace au Génie du campus, comme il y en avait pour le campus à usage militaire, et aucune dédicace n’a été faite aux divinités Campestres.

  • 90 Mohler, « The Iuvenes and Roman Education », art. cité, p. 472-473 ; M. Jacynowska, Les Association (...)
  • 91 Ibid., p. 172 ; Bouet, « Campus et Juventus… », art. cité, p. 479. Pour le culte d’Hercule, M. Jacy (...)
  • 92 Ginestet, Les Organisations de la jeunesse, op. cit., p. 172 ; Bouet, « Campus et Juventus… », art. (...)
  • 93 Ginestet, Les Organisations de la jeunesse, op. cit., p. 173-175.

16Les associations de la Jeunesse célébraient des cultes, cette célébration était même une de leurs occupations principales90. Ainsi que le souligne P. Ginestet, ils se disaient souvent les cultores d’un dieu ou encore les iuuenes d’un dieu. Parmi ces dieux, le plus fréquemment honoré en Italie était Hercule91. Venaient ensuite le culte de l’empereur divinisé, Jupiter, Diane, Iuuentus, Junon, Apollon, Vénus, Minerve, Éros et leur Génie92. Dans les provinces, le culte le plus répandu était le culte impérial, puis Jupiter, puis Hercule, Diane, Mars, Iuuentus, et des divinités mineures et « locales » ainsi que le Génie du collège93. Mais ces cultes, y compris celui d’Hercule, n’étaient pas accomplis dans le cadre du campus, mais dans le cadre du collège, et n’étaient pas liés à la pratique sportive.

17La pratique sportive constituait un élément important de l’éducation des jeunes gens, aussi bien à Rome que dans le reste de l’Empire, à tel point du reste que sans elle, l’éducation était incomplète. Le lieu par excellence de la pratique sportive et de l’exercice, à Rome comme dans les provinces occidentales, était le campus. Des cultes y étaient pratiqués. Chez les militaires, ces cultes étaient en lien direct avec le lieu et l’activité qui s’y déroulait, puisqu’ils s’adressaient à des divinités qui présidaient aux exercices. Chez les civils, il n’en était rien. Il n’y avait pas de divinités Campestres, aucune divinité particulière ne présidait à ces exercices et aucun culte, par conséquent, ne lui était associé.

Notes

1 Quintilien, Inst., I, 11, 15-17 ; Sénèque, Ep., II, 15, 2-4 et 6 ; X, 83, 3-4 ; XI-XIII, 88, 19.

2 O. Grodde, Sport bei Quintilian, Hildesheim, Weidmann, 1997, p. 72-87.

3 Cicéron, Rep., IV, 4. Même idée chez Lucain, La Guerre civile, VII, 270-272. A. D. Booth, « Roman Attitudes to Physical Education », EMC, 19, 1975, p. 27 ; N. B. Crowther, « The Palaestra, Gymnasium and Physical Exercise in Cicero », Nikephoros, 15, 2002, p. 174. C. Wallner, « Cuncta pudenda confluunt celebranturque. Griechische Athleten in Rom », dans P. Mauritsch (éd.), Körper im Kopf. Antike Diskurse zum Körper, Graz, Grazer Universitätsverlag, 2010, p. 131-156, et K. Mammel, « Ancient Critics on Roman Spectacle and Sport », dans P. Christesen et D. G. Kyle (éd.), A Companion to Sport and Spectacle in Greek and Roman Antiquity, Oxford, Blackwell, 2013, p. 603-615 pour une revue de l’ensemble des critiques des auteurs romains à l’encontre de l’entraînement physique « à la grecque ». Pour K. Mammel, ces critiques émanent des membres de l’élite, des médecins et des intellectuels et sont le reflet de leurs préoccupations et de leurs a priori.

4 N. B. Crowther, « Cicero’s Attitude to Greek Athletics », Nikephoros, 14, 2001, p. 67. Voir aussi C. Mann, « Griechischer Sport und römische Identität : die certamina athletarum in Rom », Nikephoros, 15, 2002, p. 147-148 ; F. Garcia Romero, « Ancient Greek Sport and Roman Identity », dans B. Kratzmüller, M. Marschik, R. Müllner, H. D. Szemethy et E. Trinkl (éd.), Sport and the Construction of Identities, Vienne/Turia, Kant, 2007, p. 445-448.

5 Garcia Romero, « Ancient Greek Sport and Roman Identity », art. cité, p. 443-444 et p. 446-447.

6 Plutarque, Quaest. Rom., 40, 274d.

7 Tite-Live, Histoire de Rome, XXIX, 19, 11-12. Plutarque, Cato Ma., 3, 7, met dans la bouche de Caton l’Ancien les mêmes accusations à l’encontre de Scipion l’Africain.

8 Plutarque, Quaest. Rom., 40, 274d. Strabon., X, 4, 16, à propos des mesures prises par Éphore en Crète ; Tacite, Ann., XIV, 20. Garcia Romero, « Ancient Greek Sport and Roman Identity », art. cité, p. 444.

9 Mann, « Griechischer Sport und römische Identität », art. cité, p. 125-158 : le discours négatif des élites concernant l’athlétisme grec est utilisé pour mettre en avant l’identité romaine et l’opposer à l’altérité grecque.

10 Cicéron, Ver., II, 5, 72, 185 ; Cael., XV, 36 ; Arch., VI, 13 ; Tusc., IV, 33, 70 ; Horace, S., II, 2, 11 ; Ars, 380 ; Carm., III, 7, 26 ; Properce, Elégies, III, 14, 6 ; 10 ; Sénèque, Ep., XI-XIII, 88, 3-5 ; Pline le Jeune, Ep., II, 17. C. Daremberg et E. Saglio, s.v. « Education », dans Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, Paris, Hachette, 1896, p. 131 ; N. B. Crowther, « Nudity and Morality: Athletics in Italy », Classical Journal, 76, 1980-1981, p. 119-123 (= Id., Athletika. Studies on the Olympic Games and Greek Athletics, Hildesheim, Weidmann, 2004, p. 375-379 ; M. Reis, Sport bei Horaz, Hildesheim, Weidmann, 1994, p. 12 ; J.-P. Thuillier, « Le corps du sportif romain », dans P. Moreau (dir.), Corps romains, Grenoble, Jérôme Millon, 2002, p. 251-266) ; P. Cordier, « Gymnase et nudité à Rome », Et si les Romains avaient inventé la Grèce, Mètis, 3, 2005, p. 256-265 ; Garcia Romero, « Ancient Greek sport and Roman identity », art. cité, p. 447.

11 C. Mann, « Griechischer Sport und römische Identität », art. cité, p. 125, p. 131-135 et p. 147-151.

12 E. Felsenheld, « Galien et la gymnastique : science sans conscience n’est que ruine de l’âme », BAGB, 2, 2009, p. 131-145 ; Mammel, « Ancient Critics on Roman Spectacle and Sport », art. cité, p. 608.

13 N. B. Crowther, « Nudity and Morality… », art. cité, p. 379 ; M. Reis, Sport bei Horaz, op. cit., p. 12 ; R. Fortuin, Der Sport im augusteischen Rom, Stuttgart, Peter Lang, 1996, p. 22-31 ; H. M. Lee, « Greek Sports in Rome », dans P. Christesen et D. G. Kyle (éd.), A Companion to Sport and Spectacle in Greek and Roman Antiquity, Oxford, Blackwell, 2013, p. 539-540.

14 Grodde, Sport bei Quintilian, op. cit., p. 74 et p. 89.

15 M. Junkelmann, « Griechische Athleten in Rom. Boxen, Ringen und Pankration », dans E. Köhne et C. Ewigleben (éd.), Caesaren und Gladiatoren. Die Macht der Unterhaltung in antiken Rom, Mayence, P. von Zabern, 2000, p. 81-90 pour ces trois disciplines, la boxe et la lutte étant pratiquées depuis très longtemps par les Romains.

16 P. Herz, « Die Entwicklung der griechischen Agonistik in der Kaiserzeit », dans N. Müller et M. Messing (éd.), Olympische Studien, Niedernhausen/Taunus, Schors-Verlag, 1988, p. 111-131 ; Grodde, Sport bei Quintilian, op. cit., p. 89 ; P. Van Nijf, « Athletics, Festivals and Greek Identity in the Roman East », Proceeding of the Cambridge Philological Society, 45, 2000, p. 186-187 ; Mann, « Griechischer Sport und römische Identität », art. cité, p. 140-141 ; Wallner, « Cuncta pudenda confluunt celebranturque », art. cité, p. 132-134 ; A. Heinemann, « Sportsfreunde: Nero und Domitian als Begründer griechischer Agone in Rom », dans S. Bönisch-Meyer, L. Cordes, V. Schulz, A. Wolsfeld, M. Ziegert (éd.), Nero und Domitian. Mediale Diskurse der Herrscherrepräsentation im Vergleich, Tübingen, Günter Narr, 2014, p. 217-263. Pour les précédents républicains et les certamina athletarum à l’époque augustéenne, Mann, « Griechischer Sport und römische Identität », art. cité, p. 136-140 ; N. B. Crowther, « Greek Games in Republican Rome », Antiquité classique, 52, 1983, p. 268-273 (= Id., Athletika. Studies on the Olympic Games and Greek athletics, Hildesheim, Weidmann, 2004, p. 381-385) ; Fortuin, Der Sport im augusteischen Rom, op. cit., 44, 50-60 et 78-95 ; Wallner, « Cuncta pudenda confluunt celebranturque… », art. cité, p. 134-138 ; Lee, « Greek Sports in Rome », art. cité, p. 534-537 et p. 540 ; Heinemann, « Sportsfreunde: Nero und Domitian », art. cité, p. 221-224.

17 Van Nijf, « Athletics, Festivals and Greek Identity », art. cité, p. 186-188 ; Mann, « Griechischer Sport und römische Identität », art. cité, p. 141-152, considère que cela ne veut pas dire que ces spectacles n’étaient pas appréciés par le peuple ; H. W. Pleket, « Roman Emperors and Greek Athletes », Nikephoros, 23, 2010, p. 187-199 ; Heinemann, « Sportsfreunde: Nero und Domitian », art. cité, p. 218-220 ; Garcia Romero, « Ancient Greek Sport and Roman Identity », art. cité, p. 448-449.

18 Plutarque., Cat. Ma., 20, 6.

19 Plutarque., Cat. Mi., 5, 6.

20 Plaute, Mos., 151-152. M. W. Bloomer, The School of Rome. Latin Studies and the Origins of Liberal Education, Berkeley/Los Angeles/Londres, University of California Press, 2011, p. 33.

21 Cicéron., Part., XXIII, 80. Voir aussi Cato, 58 : armes, équitation, lancer du javelot, escrime, jeu de balle, natation et course. Crowther, « The Palaestra, Gymnasium and Physical Exercise », art. cité, p. 174 : Cicéron ne recommande pas le lancer du disque, activité sportive grecque.

22 Horace, Carm., I, 8, 3-12 ; III, 7, 25-28. Reis, Sport bei Horaz, op. cit., p. 112-113 : Horace se fait le porte-parole d’Auguste, qui attache beaucoup d’importance à l’entraînement sportif, en particulier à celui des iuuenes.

23 Horace, Carm., III, 12, 7-12.

24 Polybe, XXXII, 15, 5-8 (XXXI, 29, 5-8) ; Plutarque, Aem., VI, 9-10.

25 Horace, Ars, 160-162 ; Ep., I, 18, 49-50 ; HA, Ver., 2, 10. A. Corbeill, « Education in the Roman Republic: Creating Traditions », dans Y. L. Too (éd.), Education in Greek and Roman Antiquity, Leyde/Boston/Cologne, Brill, 2001, p. 280-281.

26 Horace, Carm., III, 24, 51-58.

27 HA, Had., 2, 1.

28 HA, Marc., 4, 9-10. C. Wallner, Soldatenkaiser und Sport, Francfort, Peter Lang, 1997, p. 20 et p. 229.

29 HA, Com., 2, 9.

30 Plutarque, Mar., XXXIV, 5-6. Fortuin, Der Sport im augusteischen Rom, op. cit., p. 11-15.

31 Végèce, Mil., I, 9 et de façon plus générale I, 10-11 et 13-18. Voir aussi Flavius Joseph, BJ, III, 5, 1 (73) ; HA, Max., 10, 4 ; Végèce, Mil., III, 2 pour les exercices et les lieux où les pratiquer en général.

32 Strabon, Géographie, V, 3, 8 ; Horace, S., I, 6, 122-126 ; Martial, Épigrammes, VII, 72, 9-10 ; XIV, 40 et 47 ; Reis, Sport bei Horaz, op. cit., p. 113 ; M.-O. Kastner, « L’enfant et les jeux dans les documents d’époque romaine », BAGB, 1, mars 1995, p. 93-94 ; J.-P. Thuillier, Le Sport dans la Rome antique, Paris, Errance, 1996, p. 85 et p. 88-90 ; Crowther, « The Palaestra, Gymnasium and Physical Exercise », art. cité, p. 170-171. Pour la valeur diététique de ce genre d’activités, Fortuin, Der Sport im augusteischen Rom, op. cit., p. 22-31.

33 Suétone, Aug., 83, 1 ; Tib., 13, 1 ; Plutarque, Pomp., 41, 4-5 ; Végèce, Mil., I, 18.

34 Dion Cassius, LII, 26.

35 Suétone, Tib., 13, 1.

36 Suétone, Aug., 83, 1.

37 Les autres exercices physiques, tout comme le maniement des armes, pouvaient se pratiquer dans d’autres lieux. Je me limite volontairement au campus, qui est le lieu par excellence pour cette pratique.

38 Horace, Ars, 160-162 ; Carm., III, 7, 26 ; Strabon, V, 3, 8 ; Tite-Live, II, 5 ; Denys d’Halicarnasse, Antiquitates Romanae, V, 13. Thuillier, Le Sport dans la Rome antique, op. cit., p. 81-83 ; A. Borlenghi, Campus : organizzazione e funzione di uno spazio pubblico in età romana, Rome, Quasar, 2011, p. 23-24 et p. 83-104.

39 Borlenghi, Campus, op. cit., p. 23-24 ; Y. Le Bohec, « 350 000 sportifs professionnels sous le Principat », dans P. Guisard et C. Laizé (éd.), Le Corps, Paris, Ellipses, 2015, p. 174 et 179-180...

40 Ovide, Fast., II, 365-368.

41 F. Coarelli, Guide archéologique de Rome, Paris, Hachette, 1994, p. 187.

42 H. Devijver et F. Van Wonterghem, « Il campus nell’impianto urbanistico delle città romane : testimonianze epigrafiche e resti archeologici », Acta Archaeologica Lovaniensia, 20, 1981, p. 33-68 ; H. Devijver et F. Van Wonterghem, « Der “Campus” der römischen Städte in Italia und im Westen », ZPE, 54, 1984, p. 195-206 ; G. Mennella et G. Noviero, « Il campus di Albingaunum », MEFRA, 106, 1994, 1, p. 119-137 ; Thuillier, Le Sport dans la Rome antique, op. cit., p. 91 ; A. Bouet, Les Thermes privés et publics en Gaule narbonnaise, Rome, École française de Rome, 2003, t. I, p. 145 (coll. de l’EFR, 320).

43 A. Bouet, « Un nouvel exemple de campus en Gaule narbonnaise : Vaison-la-Romaine (Vaucluse) », RAN, 31, 1998, p. 111 ; A. Bouet, « Campus et Juventus dans les agglomérations secondaires des provinces occidentales », REA, 101, 1999, p. 462 ; A. Bouet, « Les bâtiments thermaux et sportifs en Aquitaine », Caesarodunum, 35-36, 2001-2002, p. 61 ; Borlenghi, Campus, op. cit., p. 23 et p. 27.

44 Vitruve, De l’architecture, I, 7, 1.

45 Devijver et Van Wonterghem, « Il campus nell’impianto urbanistico delle città romane… », art. cité, p. 47 ; H. Devijver et F. Van Wonterghem, « Neue Belege zum “Campus” der römischen Städte in Italien und im Westen », ZPE, 60, 1985, p. 149-150 ; Bouet, « Un nouvel exemple de campus en Gaule narbonnaise », art. cité, p. 462 et p. 470-472 ; Borlenghi, Campus, op. cit., p. 75 et p. 178.

46 Virgile, A., VII, 162-165. Les activités sportives sont les suivantes : équitation, tir à l’arc, lancer de javelots, course, combat.

47 H. Devijver et F. Van Wonterghem, « The Campus in the Urban Organization of Africa and Sardinia : Two Examples, Carthage and Carales », Africa Romana, X, 1992, p. 1036.

48 Devijver et Van Wonterghem, « Il campus nell’impianto urbanistico delle città romane… », art. cité, p. 202 ; P. Gros, L’Architecture romaine, I. Les bâtiments publics, Paris, Picard, 1996, p. 378. Pour les liens entre le campus et l’amphithéâtre, Borlenghi, Campus, op. cit., p. 75 et p. 178.

49 Bouet, « Un nouvel exemple de campus en Gaule narbonnaise », art. cité, p. 462 ; Borlenghi, Campus, op. cit., p. 42-52.

50 Bouet, « Un nouvel exemple de campus en Gaule narbonnaise », art. cité, p. 462.

51 CIL X, 1236 : « Caius Catius fils de Marcus, quattuorvir, s’est occupé de faire aplanir le campus avec l’argent public et s’est occupé de faire faire avec son propre argent un mur d’enceinte, des exèdres, un cadran solaire et un chemin ; au Génie de la colonie et des colons, en raison de l’honneur reçu, que les colons l’utilisent à jamais heureusement. » Devijver et Van Wonterghem, « Il campus nell’impianto urbanistico delle città romane… », art. cité, p. 38 ; H. Devijver et F. Van Wonterghem, « Ancora sul campus delle città romane », Acta Archaeologica Lovaniensia, 21, 1982, p. 93 ; Devijver et Van Wonterghem, « Der “Campus”… », art. cité, p. 199-200 et p. 204 ; Bouet, « Un nouvel exemple de campus en Gaule narbonnaise », art. cité, p. 111 ; Bouet, « Campus et Juventus… », art. cité, p. 474 ; Bouet, Les Thermes privés, op. cit, p. 145 et p. 285.

52 A. Bouet, « Complexes sportifs et centres monumentaux en Occident romain : les exemples d’Orange et de Vienne », Revue archéologique, 1998, p. 47 et 52-57 ; Bouet, « Campus et Juventus… », art. cité, p. 462, p. 472 et p. 474.

53 Devijver et Van Wonterghem, « Der “Campus”… », art. cité, p. 45 ; Bouet, « Campus et Juventus… », art. cité, p. 463-464 ; Bouet, Les Thermes privés, op. cit, p. 178 ; Borlenghi, Campus, op. cit., p. 165-170.

54 CIL V, 5279 : « Lucius Caecilius Cilo, fils de Lucius […] a ordonné que tous les ans, lors des Neptunalia, de l’huile fût distribuée au peuple sur le campus et dans tous les thermes et bains qui se trouvent à Côme […] ». Devijver et Van Wonterghem, « Der “Campus”… », art. cité, p. 34 ; Bouet, « Un nouvel exemple de campus en Gaule narbonnaise », art. cité, p. 111.

55 Thuillier, Le Sport dans la Rome antique, op. cit., p. 92-93.

56 CIL I2, 1529 ; CIL I, 1166 ; CIL X, 5807 ; ILS 5348 ; ILLRP 528 (Aletrium, Regio I) : « Lucius Betilienus Varus, fils de Lucius, s’est occupé sur décision du sénat de faire faire les installations énumérées ci-dessous : […] un campus où l’on s’entraîne […] ». Devijver et Van Wonterghem, « Der “Campus”… », art. cité, p. 38. Voir aussi Dig., XLIII, 8, 2, 9 (Ulpien), où l’on trouve l’expression in campo publico ludere.

57 Borlenghi, Campus, op. cit., p. 25-27.

58 Cicéron, Cael., V, 11. Voir les exercitationes Campestres mentionnées plus haut.

59 S. L. Mohler, « The Iuvenes and Roman Education », TAPhA, 68, 1937, p. 442-444 ; P. Ginestet, Les Organisations de la jeunesse dans l’Occident romain, Bruxelles, Latomus 213, 1991, p. 14 et p. 119-120.

60 Horace, Carm., III, 8, 7-12 ; Fortuin, Der Sport im augusteischen Rom, op. cit., p. 72-77.

61 Devijver et Van Wonterghem, « Neue Belege zum “Campus”… », art. cité, p. 152 ; E. Bouley, « L’éducation éphébique et la formation de la “juventus” d’après quelques documents des provinces balkaniques et danubiennes », dans M. Garrido-Hory et A. Gonzalès (éd.), Histoire, espaces et marges de l’Antiquité, 1. Hommages à Monique Clavel-Lévêque, Besançon, PU Franc-Comtoises, 2003, p. 203 ; Borlenghi, Campus, op. cit., p. 27-33 et p. 51-52.

62 Pour l’entraînement des soldats : G. Horsmann, Untersuchungen zur militärischen Ausbildung im republikanischen und kaiserzeitlichen Rom, Boppard am Rhein, Boldt, 1991 ; Y. Le Bohec, L’Armée romaine sous le Haut-Empire, Paris, Picard, 20143, p. 111-126 ; Le Bohec, « 350 000 sportifs professionnels… », art. cité, p. 170-187. Pour celui des cavaliers, A. Hyland, Training the Roman Cavalry. From Arrian’s Ars Tactica, Douvres, A. Sutton, 1993. Pour le campus, Th. l. l., III, 1912, col. 212-221 ; E. De Ruggiero, s.v. « Campus » dans Dizionario epigrafico, II, 1, 1900, Rome, R. Pasqualucci, p. 49-52 ; R. Davies, « The Training Grounds of the Roman Cavalry », dans R. Davies, Service in the Roman Army, New York, Columbia University Press, 1989, p. 93-123 ; Y. Le Bohec, « Recherches sur les terrains d’exercice de l’armée romaine sous le Haut-Empire », Bulletin des Antiquités luxembourgeoises, 27, 1999, p. 79-95 ; Borlenghi, Campus, op. cit., p. 33-39.

63 Pour les discours aux troupes, voir les discours d’Hadrien à l’armée d’Afrique : Y. Le Bohec (éd.), Les Discours d’Hadrien à l’armée d’Afrique, Paris, De Boccard, 2003 ; M. P. Speidel, Emperor Hadrian’s Speeches to the African Army. A New Text, Mayence, Verlag des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, 2006. Ou encore Hérodien, Histoire romaine, I, 5, 2 ; II, 10, 1 ; II, 13, 3 5 ; VII, 8, 3 ; VIII, 7, 3, qui utilise le terme grec πεδίον ; Ammien Marcellin, Histoire de Rome XX, 5, 1 ; XX, 9, 6 ; XXI, 13, 9 ; HA, Max., 3, 1 ; Prob., 10, 4.

64 AE 1933, 214 ; 1931, 113 ; 1972, 636. Davies, Service in the Roman Army, op. cit., p. 94 ; Y. Le Bohec, La Guerre romaine, Paris, Tallandier, 2014, p. 167-168.

65 Pour ce passage, E. De Ruggiero, s.v. « Campestres » dans Dizionario epigrafico, II, op. cit., p. 47-48 ; Y. Le Bohec, L’Armée romaine, Paris, Picard, 2014, p. 125. G. L. Irby-Massie, « The Roman Army and the Cult of the Campestres », ZPE, 113, 1996, p. p. 298-300 recense toutes les inscriptions mentionnant les Campestres.

66 CIL VII, 1129 ; ILS 4829 ; RIB 2135 (« Aux Campestres et à Britannia, Quintus Pisentius Iustus, préfet de la cohorte IV des Gaulois, s’est acquitté de son vœu de bon gré, avec joie et à juste titre ») et CIL VII, 1080 ; RIB I, 2121 (« Consécration aux Campestres, Aelius Marcus, décurion de l’aile Auguste des Voconces, s’est acquitté de son vœu de bon gré, avec joie et à juste titre »). Davies, Service in the Roman Army, op. cit., p. 93 ; E. Birley, The Roman Army. Papers 1929-1986, Amsterdam, Gieben, 1998, p. 434 ; M. P. Speidel, « The Shrine of the Dii Campestres at Gemellae », AntAfr, 27, 1991, p. 107.

67 AE 2003, 1274. B. Steidl, « Ein Altar für die “Campestres” aus Obernburg am Main », Bayerische Vorgeschichtsblätter, 68, 2003, p. 89-100.

68 CIL VII, 1114 ; RIB I, 2177 ; ILS 4831c (Bretagne, Auchendavy) : « À Mars, Minerve, aux Campestres, à Hercule, Epona, Victoire, Marcius Cocceius Firmus, centurion de la légion II Auguste ». Voir Irby-Massie, « The Roman Army », art. cité, p. 293.

69 Horsmann, Untersuchungen zur militärischen Ausbildung, op. cit., p. 105-107.

70 Speidel, « The Shrine of the Dii Campestres », art. cité, p. 118.

71 Davies, Service in the Roman Army, op. cit., p. 118-119 ; Speidel, « The Shrine of the Dii Campestres », art. cité, p. 112 et p. 115.

72 CIL VII, 510 ; RIB 1334 ; ILS 4828 : « Aux Matres Campestres et au Génie de l’aile I des Astures Titus Agrippa, préfet, a restauré ce temple depuis le sol ». Birley, The Roman Army. Papers, op. cit., p. 433-434 ; Davies, Service in the Roman Army, op. cit., p. 93 ; Speidel, « The Shrine of the Dii Campestres », art. cité, p. 112.

73 Ibid.

74 CIL II, 4083 ; II/14/02, 839 ; ILS 2416 ; RIT 38 ; AE 2012, 816 : « Consécration à Mars Campester. Pour le salut de l’empereur Marc Aurèle Commode Auguste et des equites singulares, Titus Aurelius Decimus, centurion de la légion VII Gemina Heureuse, chef et en même temps maître d’exercice (a fait ériger ce monument) et l’a dédié aux calendes de mars, sous le consulat de Mamertin et de Rufus (1er mars 182) » De Ruggiero, Dizionario epigrafico, II, op. cit., p. 48 ; M. P. Speidel, Die Equites singulares Augusti, Bonn, R. Habelt, 1965, p. 56.

75 De Ruggiero, Dizionario epigrafico, II, op. cit., p. 48.

76 CIL VI, 533 ; ILS 2088 : « À la sainte Némésis Campestris, pour le salut de nos deux maîtres les empereurs. Publius Aelius Pacatius, fils de Publius, inscrit dans la tribu Aelia et originaire de Scupi. Il avait promis de le faire quand il était docteur de cohorte, et maintenant qu’il est maître d’exercice de la cohorte I prétorienne pieuse et vengeresse, prévenu en songe, il a de bon cœur et joyeusement fait placer (cette dédicace). » Speidel, Die Equites singulares Augusti, op. cit., p. 56.

77 Birley, The Roman Army. Papers, op. cit., p. 404.

78 Ibid., p. 419-421 ; Speidel, « The Shrine of the Dii Campestres », art. cité, p. 107.

79 Speidel, Die Equites singulares Augusti, op. cit., p. 56-57, « The Shrine of the Dii Campestres », art. cité, p. 117-118 ; Irby-Massie, « The Roman Army », art. cité, p. 294-296.

80 Ibid.

81 ILAlg. I, 3596 ; Y. Le Bohec, La Troisième Légion Auguste, Paris, CNRS, 1989, p. 362.

82 I. A. Richemond, « The Roman Army and Roman Religion », Bulletin of the John Rylands Library, 45, 1962, p. 187-189 ; Davies, Service in the Roman Army, op. cit., p. 98.

83 AE 1931, 113 : la cohors II Vlpia equitata ciuium Romanorum sagittariorum a construit un temple et érigé une statue lors de l’agrandissement du campus. Davies, Service in the Roman Army, op. cit., p. 94.

84 Irby-Massie, « The Roman Army », art. cité, p. 295.

85 Coarelli, Guide archéologique de Rome, op. cit., p. 188.

86 Devijver et Van Wonterghem, « The Campus in the Urban… », art. cité, p. 1048. Sur le territoire de Clunia, uicus de Venia, en Tarraconaise. Il s’agit de Trajan. Bouet, « Campus et Juventus… », art. cité, p. 464. Pour les cultes de façon générale, Borlenghi, Campus, op. cit., p. 170-173.

87 CIL XIII, 3107 (Nantes). 1999, 464. Voir aussi CIL XII, 4338 et Bouet, Les Thermes privés, op. cit, p. 178.

88 CIL X, 1236 ; ILS 5392 ; ILLRP 116 (Nola, Regio I). Devijver et Van Wonterghem, « Der “Campus”… », art. cité, p. 37.

89 CIL X, 1781 ; CIL X, 1793 ; CIL I, 698 ; ILLRP 518 ; ILS 5317 ; ILS 5389, Puteoli, Regio I. Devijver et Van Wonterghem, « Der “Campus”… », art. cité, p. 44-45 ; Devijver et Van Wonterghem, « Neue Belege zum “Campus”… », art. cité, p. 150 ; Borlenghi, Campus, op. cit., p. 51.

90 Mohler, « The Iuvenes and Roman Education », art. cité, p. 472-473 ; M. Jacynowska, Les Associations de la Jeunesse romaine sous le Haut-Empire, Wroclaw, Zaklad narodowy imienia Ossolinskich, 1978, p. 55 et p. 62 ; D. Ladage, « Collegia iuvenum. Ausbildung einer municipalen Elite ? », Chiron, 9, 1979, p. 339-341 et 345-346. ; Ginestet, Les Organisations de la jeunesse, op. cit., p. 168.

91 Ibid., p. 172 ; Bouet, « Campus et Juventus… », art. cité, p. 479. Pour le culte d’Hercule, M. Jacynowska, « Le culte de l’Hercule romain au temps du Haut-Empire », ANRW II, 17, 2, p. 631-661.

92 Ginestet, Les Organisations de la jeunesse, op. cit., p. 172 ; Bouet, « Campus et Juventus… », art. cité, p. 478-479.

93 Ginestet, Les Organisations de la jeunesse, op. cit., p. 173-175.

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2022

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search