Version classiqueVersion mobile

Rome : éduquer et combattre

 | 
Catherine Wolff

Pour Catherine

Par Yann Le Bohec

Texte intégral

1Il serait injuste de réduire l’œuvre de Catherine Wolff à ses écrits consacrés à l’armée romaine, mais c’est avec plaisir que nous lui rendons hommage ne serait-ce que pour le travail qu’elle y a effectué.

2Sa première qualité se situe ailleurs, et elle tient à la forme : elle écrit de manière parfaitement claire et limpide, dans un style qui n’appartient qu’à elle et qui coule doucement, avec bonheur pour le lecteur ; il y retrouve des qualités dignes d’une agrégée de lettres classiques, raison pour laquelle on se doit de souligner aussi cet aspect de l’œuvre.

3Pour le contenu, il faut admirer qu’il recouvre une grande partie de l’arc historique. Elle a abordé la République romaine (les déserteurs), le Principat (l’armée modèle et les brigands) et le Bas-Empire (l’empereur Julien). Et elle a traité ses sujets souvent en s’attachant à des aspects négligés, par le biais d’un recours fréquent aux zones marginales, comme les brigands et les déserteurs.

  • 1 Dans ce cas comme dans les suivants, les références bibliographiques complètes (ouvrages, direction (...)

4L’idée d’étudier les mutineries et les désertions a dû surprendre plus d’un lecteur (Déserteurs et transfuges, 2009)1 ; et pourtant, non seulement il y eut des déserteurs, mais encore on put constater l’existence de transfuges, des soldats qui avaient abandonné leur poste et qui, de plus, s’étaient mis au service de l’ennemi.

5Eh quoi ! Cette armée qui a gagné tant de batailles et annexé tant de territoires aurait eu des faiblesses ? C’est incroyable. Et pourtant, ce fut vrai (L’Armée romaine. Une armée modèle ?, 2012). L’armée romaine, fut-elle exemplaire ? Si son efficacité est hors de doute, il n’en faut pas moins relever ses défaites. Des fautes du commandement lui ont coûté très cher, de Flaminius oubliant d’envoyer des éclaireurs à Varus qui commit la même erreur, en passant par Crassus à Carrhae, la liste est sinon longue, du moins étonnante.

6Et la campagne de Julien contre l’armée iranienne s’est elle aussi soldée par un échec (La Campagne de Julien en Perse, 363 apr. J.‑C., 2010). Apprécions d’abord le fait qu’il ait été appelé simplement Julien, et non « Julien l’Apostat », comme font des chrétiens qui veulent l’injurier. En Gaule, il s’était illustré comme un excellent tacticien ; à la bataille de Strasbourg, en 357, les Germains l’avaient appris à leurs dépens. En Orient, il mena une expédition d’abord victorieuse, puis dut faire retraite et fut tué à cause de son comportement trop aventureux. Il apparaît ici, une fois de plus, que la guerre se gagne ou se perd souvent sur des hasards.

7Et le domaine de prédilection de Catherine Wolff se trouve chez les brigands, qu’elle a très bien analysés (Les Brigands en Orient, 2003) ; étudier les hommes qui se sont mis à l’extérieur de la société permet de mieux comprendre ceux qui ont pu ou voulu rester à l’intérieur. Il ne faudrait pas penser que leur étude est sans rapport avec l’armée romaine : en l’absence de police, le maintien de l’ordre incombait aux soldats. Un apport non négligeable de Catherine Wolff est d’avoir mis de l’ordre dans un marécage historiographique. Quelques historiens et non des moindres, par exemple René Cagnat, avaient décrit des milices municipales et provinciales… qui n’en étaient pas. Il fallait d’abord faire le nettoyage. Et ensuite, reconstruire. Car il y a bien eu des forces chargées de rétablir l’ordre là où les brigands avaient mis le désordre. En Orient, sont attestés des irénarques, des paraphylaques, des stratèges de nuit et d’autres responsables de la sécurité. Ce thème lui a d’ailleurs inspiré d’autres travaux (voir, par exemple, avec Y. Le Bohec [éd.], Les Légions de Rome, 2000).

8Ces synthèses ont engendré de nombreuses études de détails, ce qu’on appelle typographiquement des articles. Ils peuvent être répartis entre quatre rubriques majeures.

9D’abord, l’armée romaine étant une institution, comme toutes les armées du monde au demeurant, cet aspect n’a pas échappé à Catherine Wolff, qui s’est attachée aux unités, aux officiers et au recrutement.

10Elle a profité de plusieurs colloques pour aborder des travaux difficiles. En examinant les extraordinarii de la République, elle a rassemblé toute la documentation disponible sur cette troupe d’élite peu mentionnée dans les textes (Les Extraordinarii, 2020). Il faut du courage pour reprendre les notices d’Emil Ritterling publiées en 1925, consacrées aux légions et souvent jugées irremplaçables ; elles n’en appelaient pas moins des mises à jour, ce qui a été fait pour plusieurs unités, la IIIe Cyrénaïque, la XIIIe Gemina, les Ire et IIIe Parthiques, et celles qui ont servi dans la Mésie supérieure (avec Y. Le Bohec [éd.], Les Légions de Rome, 2000). Il était également délicat de revenir sur les equites singulares Augusti, après les gros volumes publiés par Michael Paul Speidel ; pourtant, ce fut fait également, et avec bonheur (Les Equites, 2020).

11Le rôle des officiers n’a pas été négligé. C. Flavius Fimbria, un marianiste qui a laissé son nom à des soldats illustrement indisciplinés, les fimbriani, n’en a pas moins participé à deux guerres contre Mithridate, la première et la troisième (dans ce même volume, p. 245). Pourtant, toujours à l’époque républicaine, les généraux qui ne réussissaient pas dans leurs entreprises pouvaient poursuivre leur carrière, sans doute avec retard, mais finalement avec succès. Une défaite ne les chassait pas définitivement des allées du pouvoir (dans ce même volume, p. 281). Pour le Principat, nous pouvons suivre la carrière d’un bon militaire, Q. Fabius Catullinus, qui a accueilli Hadrien dans l’Afrique-Numidie en 128 (Fabius Catullinus, 2003). Enfin, utilisant toutes ses compétences en grammaire et en philologie, Catherine Wolff a montré que le titre de primipile s’écrivait soit en un mot, soit en deux : primus pilus ou primuspilus.

12La question des personnels subalternes se ramène au recrutement, fondamental pour comprendre l’efficacité de l’armée romaine. Là encore, un grain de sel sur la plaie rappelle que tout n’était pas parfait. Des hommes ont essayé d’échapper à l’appel (Le Refus du service, 2007). Et, en cas de crise, il fallait instaurer des recruteurs spéciaux, les conquisitores ; ils étaient surtout mobilisés pendant les épisodes de guerres civiles (À propos des conquisitores, 2009). Mais, en sens contraire, des volontaires se sont présentés bien avant les réformes de Marius (dans ce même volume, p. 159). Et, quoi qu’il en soit, l’armée romaine est devenue professionnelle peu à peu au cours du ier siècle avant J.‑C. ; cette transformation a été entérinée par la politique d’Auguste (dans ce même volume, p. 139).

13Catherine Wolff n’a pas oublié que toute armée est faite pour le combat.

14La préparation à ces engagements était assurée au cours des « classes », l’exercice qui comprenait des activités sportives ; ces dernières, souvent négligées, n’en étaient pas moins importantes comme on le voit à la lecture d’un article où il est montré que ces pratiques faisaient partie de l’éducation (dans ce même volume, p. 177).

15Pour le combat proprement dit, mentionnons pour commencer un titre un peu en marge de la guerre, le commentaire de deux inscriptions où, précisément, ce ne sont pas des militaires qui interviennent mais des particuliers qui pratiquent l'autodéfense (Le Phénomène d’autodéfense, 2006). Le vrai combat comprenait des insultes et suscitait des jurons (dans ce même volume, p. 199). Les Romains pouvaient recourir à des déguisements, ce qui était assimilé à un stratagème. Or le stratagème était contraire à leur éthique traditionnelle ; mais quand il faut remporter une victoire, il faut aussi parfois pactiser avec le diable (dans ce même volume, p. 213). En outre, pour l’engagement, le gladius et le pilum sont souvent cités dans les textes anciens et les manuels modernes. Il faut envisager une autre arme, moins prestigieuse, mais qui peut être tout aussi létale, la pierre lancée à la main ou avec une fronde (Les Pierres, une arme indigne ?, 2012). On suivra enfin le déroulé de la révolte de Tacfarinas, une insurrection africaine qui a éclaté sous le règne de Tibère, qui a vite pris des allures de grande guerre et qui a été réprimée avec vigueur (dans ce même volume, p. 263).

16Il restait une place à prendre sur les conséquences des guerres. La vie des civils vivant dans les campagnes n’en sortait pas améliorée (La Présence militaire dans les campagnes, 2020). Et des confiscations survenaient parfois (dans ce même volume, p. 89).

  • 2 Les différents congrès sur l’armée romaine tenus à Lyon depuis 2000 et que Catherine Wolff a (co)éd (...)

17Outre ses propres publications, en livres et en articles, Catherine Wolff a édité des travaux importants, des actes de congrès et un livre d’hommages. Ces travaux peuvent être classés en deux catégories, mais il importe de noter que tous les grands auteurs actuels qui travaillent dans le domaine de l’histoire militaire romaine sont venus à Lyon et ils y ont apporté au moins une contribution, et souvent plusieurs. La chronologie a été un de ses deux fils conducteurs. Et là, le Haut-Empire a été privilégié par rapport au Bas-Empire2. Pour d’autres thèmes, il a paru opportun de ne pas limiter les communications à une époque et de ce fait toute l’histoire romaine a été concernée. En ce qui concerne les sujets, ces actes de congrès ont concerné les unités et deux autres grands thèmes. Pour les unités, les légions ont évidemment eu la priorité par rapport aux socii/auxiliaires ; puis une session a été consacrée aux gardes du corps. Enfin, deux thèmes majeurs ont réuni une élite de chercheurs, la religion et le métier de soldat.

18Au total, Catherine Wolff a enrichi notre connaissance de l’histoire militaire de Rome dans tous les domaines. Les institutions et la société en rapport avec l’armée romaine ont été des domaines auxquels elle a beaucoup apporté. Il faut louer son altruisme, car elle a travaillé pour les autres sans économiser sa fatigue, en organisant des congrès et en assurant la publication d’actes. Elle a également manifesté son dévouement en acceptant des tâches administratives, notamment au Conseil national des universités (CNU), une assemblée où sont examinées les carrières des universitaires français. Quant à son rôle administratif, il a été loué par ses collègues de Lyon 3 et d’Avignon, tout comme son sens de la pédagogie, si apprécié par les étudiants qui ont eu la chance de suivre ses cours dans ces deux établissements.

Notes

1 Dans ce cas comme dans les suivants, les références bibliographiques complètes (ouvrages, direction d’ouvrages et articles) se trouvent aux pages 309-341, dans la bibliographie intégrale de Catherine Wolff.

2 Les différents congrès sur l’armée romaine tenus à Lyon depuis 2000 et que Catherine Wolff a (co)édité sont dûment classés dans la liste des publications aux pages 33-38.

© Éditions Universitaires d’Avignon, 2022

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search